Retour vers le futur ou l’ascendance radiophonique de Madame Soleil

voyance2                     Sébastien POULAIN

Doctorant au laboratoire MICA, Université Bordeaux 3 Sebastien.Poulain@gmail.com

 Bien  devin est celui qui devinera les prochaines « postradiomorphoses »[1], c’est-à-dire l’avenir de la radio à l’ère du numérique. Mais certaines radios disposent de ressources humaines censées être compétentes en la matière. Les médiums, taratologues, géomanciens, chiromanciens, astrologues, voyants, devins, futurologues, prophètes, prospectivistes, augures, oracles, diseurs de bonne aventure, shamans… – que nous qualifierons ici de « montreurs d’avenir »[2] car ils parviennent à vivre[3] de leurs « prévisions »[4] en démontrant leur utilité et leur efficacité – auraient leur mot à (pré)dire[5] pour rassurer sur le fait que la radio ne va pas disparaître avec l’arrivée du numérique, comme elle n’a pas disparu avec l’arrivée de la télévision, même si la « radiovision »[6] se développe à grands pas.

Ce qui est certain, c’est que, d’une part les humains ont toujours eu un intérêt non négligeable pour leur avenir[7] (donc pour les différentes formes de prédiction[8]), d’autre part que la « division du travail social » a abouti très vite à donner une place non négligeable à des spécialistes de cet « avenir » (même si c’est parfois dans des zones marginales de la société, comme dans l’occident contemporain), enfin que ces « montreurs d’avenir » ont su s’adapter aux évolutions technologiques et médiatiques pour se faire connaître et faire connaître leurs « prévisions »[9].

Remontons donc l’historio-Radiography des « montreurs d’avenir » – c’est-à-dire l’histoire de la médiatisation des « montreurs d’avenir » – pour montrer que l’« avenir » n’appartient ni au passé – les soi-disant temps obscurs moyenâgeux – ni à l’ailleurs – les soi-disant peuples non occidentalisés – mais qu’il cohabite bien, sans conflit majeur, avec la « modernité » ou « postmodernité » médiatique.

L’« avenir » de l’antiquité

L’astrologie se développe dans certaines civilisations antiques : Chaldée[10], Chine, Inde, l’ancien Mexique[11]. La Pythie – prêtresse de l’oracle de Delphes[12] – voit ses paroles en apparence incompréhensibles retranscrites et diffusées par les prêtres qui passent une grande partie de leur temps à les interpréter sous la présidence du dieu Apollon. Leurs prophéties sont issues de moments de transports frénétiques où la Pythie hurle et tombe en transe, dans un état de délire puissant, comme possédée par les divinités[13] et sans doute par quelques substances.

La renaissance de l’« avenir »

Pendant le Moyen-âge, les pratiques divinatoires sont réprimées à partir du concile de Tolède de l’an 447[14], pratiquées dans les cours royales, et étudiées par les érudits, même religieux. Au XVI ème siècle, à la suite d’Hippocrate (vers – 460 –vers – 370), de Galien (vers 292 – 201), Ptolémée (vers 90 – vers 168) et de leurs confrères médiévaux[15], les médecins réfléchissent aux analogies entre un corps humain formé de quatre humeurs (le sang, la bile, la pituite et l’arabile ou mélancolie) et l’univers formé de quatre éléments (l’eau, la terre, le feu, l’air). « Paracelse (1493-1541) approfondit et théorise cette doctrine selon laquelle le monde des astres et le microcosme de l’homme sont en correspondance étroite. »[16] Michel de Nostredame, dit Nostradamus (1503-1566)[17], affirme avoir appliqué toute une série de procédés divinatoires de l’oracle de Delphes : la « fureur poëtique » ou le « subtil esprit du feu ». Et ce docteur en médecine – qui a été apothicaire mais expulsé de la faculté de médecine de Montpellier pour avoir exercé ce métier « manuel » interdit par les statuts de la faculté – a su profiter du phénomène de médiatisation que fut le développement de l’imprimerie : les rééditions seront nombreuses, et les publication exégétiques tout autant. La première édition des Prophéties est publiée le 4 mai 1555 par l’imprimeur lyonnais Macé (Matthieu) Bonhomme. 942 quatrains seront diffusés alors que la « milliade » (soit 10 centuries de 100 quatrains) était prévue. L’un des plus célèbres – centurie I, quatrain 35 – annoncerait la mort d’Henri II :

 Le lyon ieune le vieux surmontera,

En champ bellique par singulier duelle,

Dans cage d’or les yeux luy creuera,

Deux classes vne, puis mourir, mort cruelle.

La modernité et la presse d’« avenir »

L’« avenir » prend une toute autre forme quand les « montreurs d’avenir » font leur apparition dans les médias de masse. Le Petit Journal supplément illustré emploie le Fakir Fhakya Khan en 1925 pour faire des prévisions (Le 22 novembre 1925, il annonce en première page la destruction de la tour Eiffel et de Paris en 1926[18].), puis en 1926 pour répondre aux questions des lecteurs. Le Petit Parisien décline aussi ses prédictions par l’intermédiaire des astrologues Mme de Thélème[19] et Maurice Bourdet en 1929. Une rubrique astrologique est tenue par l’astrologue Louis Gastin, alias Thot Hermès, en 1932 dans Le Journal de la femme[20] et dans Gringoire (« Les Mystères de la destinée ») sous le pseudonyme d’Arcturus. Paris Soir inaugure une rubrique titrée « La vie à Paris » avec un horoscope quotidien bientôt signé par C. Kerniez, par ailleurs auteur du Yoga de l’Occident[21] et de Bonheur Libre[22]. A partir des années 1950, « la grande majorité de la presse féminine s’engage […] dans ce type de publication »[23] : Elle, Intimité, France Dimanche, Jours de France, France Soir… Selon l’historienne Nicole Edelman, « les horoscopes quotidiens des périodiques à grand tirage connaissent une immense expansion dans les médias de la deuxième moitié du XXe siècle. En début d’année, les prédictions des astrologues annoncent des événements nationaux et mondiaux marquants à venir. L’Aurore du samedi 22 et dimanche 23 décembre 1957 propose deux pleines pages de prédictions fracassantes »[24].

La proximité entre la presse écrite et les montreurs d’avenir va se perpétuer. Aujourd’hui, chacun peut trouver quotidiennement son horoscope en version papier et numérique dans :

Le Parisien-Aujourd’hui en France (Alexandra Marty qui serait en fait l’entreprise Télé Programmes[25]),

20 minutes (l’astrologue Jean-François Rottier pour la version papier et partenariat avec http://www.purevoyance.com/ pour le site internet),

Métro (par l’astrologue Ginette Blais),

Direct matin (partenariat numérique avec http://www.mon-horoscope-du-jour.com/)…

Il existe des revues spécialisées sur le sujet (ou des sujets connexes) :

Quel avenir Madame, Astres, le magazine de l’actualité mystérieuse, L’inconnu, Cahiers Astrologiques, L’astrologue, Trigone, Carré, Cahiers Conditionalistes, Astrolabe devenue Astralis, Conjonction

Mais bien d’autres revues, notamment pour les femmes mais aussi pour les hommes et les enfants fournissent des horoscopes ou donnent la parole à des voyants pour des conseils individuels ou collectifs à des moments « importants » de l’année (avant l’été, avant la rentrée, en début ou fin d’année) ou à chaque parution. Arnaud Esquerre a trouvé 49 rubriques horoscopiques sur les 100 médias papiers payants les plus diffusés, ce qui représente 28,9 millions d’exemplaires :

– surtout dans les magazines de programmes TV, sur les faits divers, visant un lectorat féminin et la PQR,

– et pas dans les journaux d’actualité générale quotidienne ou hebdomadaire, les thématiques dites sérieuses (science, économie) ou masculines (sport, automobile, anciens combattants, chasse) ou spécialisés (famille, vieillesse, santé, décoration, jardinage, tourisme)[26].

Et lorsque les médias ne diffusent pas d’horoscopes, ils constituent des dossiers traitant du sujet qu’ils mettent en première page. Ainsi Le Figaro Magazine de novembre 2013 met en « Une » le titre « La France occulte. L’étonnant retour des druides, sorciers, médiums et autres guérisseurs ». C’est un dossier de 9 pages coordonné par Cyril Hofstein et qui est situé à la page 44 (Il y en a 146 au total.). Voici son organisation :

– d’abord un article général de contextualisation[27],

– puis une retranscription une interview de Dominique Camus[28], présenté comme ethnologue et qui est l’auteur de Voyage au pays du magique : Enquête sur les voyants, guérisseurs, sorciers (Flammarion, Paris, 1998),

– le dossier se poursuit par petits articles issus de témoignages[29] : « Hélène Jimenez. Rebouteuse à La Tour Blanche en Périgord » par Claire Bastier, « Hécate. Sorcière luciférienne à Paris » par Cyril Hofstein, « Isabelle Bevelot. Guérisseuse-magnétiseuse en Champagne » par Claire Bastier et « Adrienne Larrieu. Rebouteuse magnétiseuse en Languedoc » par Laurence Haloche,

– puis, suit un article sur les druides « A Brocéliande dans la forêt des druides »[30] par Cyril Hofstein,

– un autre article article-témoignage « Patricia Darré. Médium malgré elle » par Cyril Hofstein,

– et un dernier article « Ce que dit la science. Entre défiance et collaboration, les médecins entretiennent des relations ambiguës avec les guérisseurs »[31] de Martine Betti-Cusso.

L’arrivée de la radio d’« avenir »

Compte-tenu du succès du papier d’« avenir », la radio ne pouvait pas rester indifférente très longtemps. Un travail sur les archives radiophoniques est à faire dans ce domaine, mais selon Nicole Edelman, Radio Paris « propose dans une émission sur la vie quotidienne un horoscope du jour et un bavardage autour d’un prénom, ce jour-là : Aline. Après la guerre, l’astrologie devient sujet de débat radiophonique : le 24 décembre 1953, dans « Faut-il croire aux prédictions ? », Paris Inter organise une longue discussion autour de l’astrologie et Léon Zitrone interroge des astronomes et des astrologues dans une émission intitulée « L’astrologie ». »[32]

L’« avenir » périphérique

A la fin des années 1960, RTL et Europe no1 disposent de leurs horoscopes quotidiens. Et en septembre 1970, la première grande émission quotidienne d’astrologie est lancée par Lucien Morisse[33]. Ce dernier, intéressé par l’occultisme et la voyance, ayant repéré des émissions canadiennes où intervenait un prêtre sur une station et un astrologue sur la station concurrente, propose à Maurice Siègel, directeur général d’Europe 1 en 1970, une émission similaire animée par Germaine Soleil (1913-1996), dite Madame Soleil, qu’il consultait[34]. La première a lieu le 14 septembre 1970 de 14h10 à 15h00 à une heure de faible écoute. C’est un succès qui fait monter la courbe d’audience[35], lui permet d’accéder à d’autres médias[36] et de rester 23 ans à l’antenne (jusqu’en septembre 1993) même si la durée et l’heure de l’émission changeront[37]. Elle reçoit 50 000 lettres en quelques mois et répond certaines d’entre elles en direct. Le standard, qui reçoit 17 000 appels à l’heure du déjeuner, est bloqué dès 10h du matin, ce qui oblige la station à mettre en place un système de pré-filtrage numérique[38]. Pour pouvoir faire face à cette engouement, Madame Soleil se fait aider par deux puis trois assistants-préparateurs de son entourage (un cousin, une sœur de belle-sœur et son fiancé) et une vingtaine de jeunes standardistes qui demandent, entre 11h00 et 12h00, aux appelants leur date, heure et lieu de naissance, leur question et leur situation professionnelle, familiale et sentimentale. A 13h00, Madame Soleil sélectionne une quinzaine d’appels qu’elle considère comme originaux, « radiogéniques » et dignes d’intérêt dont les thèmes astraux ont été étudiés par ses assistants avant d’être appelés par le standard pour passer à l’antenne entre 14h10 et 15h00 entre les publicités et la musique[39].

La peur de l’« avenir » des radios d’Etat

Selon Nicole Edelman : « seule la radio publique ne participe pas à la diffusion d’horoscopes. En fin (ou début) d’année, des interviews y sont en revanche réalisées : ainsi, le 30 décembre 1977, l’astrologue Elizabeth Teissier et la voyante Rama sont toutes deux invitées au « téléphone sonne » sur France Inter à 19 heures. Parfois, un événement exceptionnel suscite les prédictions de voyants ou de voyantes, une naissance princière par exemple, mais rien qui soit quotidien comme sur Europe no1 »[40]. Il faut dire que la radio publique est une radio d’Etat, donc diffuser l’horoscope sur les ondes d’Etat revient en quelque sorte à reconnaître la validité scientifique des « montreurs d’avenir » ce que l’Etat peut difficilement se permettre de faire. Ainsi, les « supports directement contrôlés par les instances officielles de régulation orthodoxe » forment une « zone qui […] reste pratiquement inaccessible »[41] aux prédictions des « montreurs d’avenir » selon Jacques Maître.

L’ouverture à l’« avenir » de la télévision d’Etat

Antenne 2 – télévision d’Etat, future France 2 – est moins regardante. Après avoir été comédienne et avant la soutenance de sa thèse de sociologie[42], Elizabeth Teissier – qui est la plus connue des « montreurs d’avenir » – a travaillé pour les quotidiennes « Astralement Vôtre » ou « Interlude Astral » (1975-1976), les hebdomadaires « Au Bonheur des Astres » (1978-1979), « La Légende des Ciels » (1979-1980) d’Antenne 2. Elle est aussi connue à l’étranger pour avoir travaillé à « Astro Show » sur ARD, ORF et SF en Allemagne, Autriche et Suisse (1980-1983). Elle n’est pas non plus absente du papier d’« avenir » : elle a géré la rubrique astrologique du magazine hebdomadaire Télé 7 jours (1977-2003), puis de TV Mag. Et ce sont les protestations de la presse (L’Humanité), l’Union rationaliste, l’AESF et de politiques qui avaient obligé la chaîne à supprimer « Astralement Vôtre » au bout de quelques mois alors qu’un tel programme était diffusé pour la première fois en Europe à 20h30 puis déplacé à 23h[43].

Le contexte d’ouverture à l’« avenir »

Après la seconde guerre mondiale, l’avenir collectif est une réelle priorité car il faut tout reconstruire. Le collectif est prioritaire sur l’individuel de même que l’économique est prioritaire sur la santé. Mais les choses vont changer dans les années 60-70 où les valeurs vont être renversées[44] et où une « nébuleuse d’hétérodoxies » va proliférer « contre ce qui est « officiel » »[45] et participer à la « démocratisation » du religieux[46]. Les radios vont refléter cette évolution et aborder les « nouvelles formes de vie sociale »[47] contre-culturelles dont sont souvent porteurs les « montreurs d’avenir ». Selon Nicole Edelman, cette apparition radiophonique doit être mise en « corrélation avec la nouvelle attention portée au corps et aux médecines naturelles, à la vogue du yoga et du bouddhisme, à la psychologisation de la vie quotidienne »[48]. Arnaud Esquerre observe que c’est dans ces années-là qu’augmente le nombre de publications et rééditions de traités et manuels d’astrologie[49] avec un point culminant dans les années 1990 où le mouvement New Age est aussi à son apogée. Ces différents sujets seront traités par la plupart des radios qui sont de toute façon peu nombreuses à l’époque. C’est ainsi qu’arrivent, à la même époque, sur les antennes radio Menie Grégoire[50] sur RTL de 1967 à 1981 de 15h00 à 15h30, Madame Soleil et Françoise Dolto d’abord sous le pseudonyme de « Docteur X » sur Europe no1 de 1967 à 1969, puis au micro de Jacques Pradel dans « Lorsque l’enfant paraît » sur France Inter d’octobre 1976 à octobre 1978 durant dix minutes tous les jours de la semaine à 15h15. C’est la « radio de l’intimité »[51] ou du « divan »[52]. Les médias s’intéressent aussi au « paranormal », aux « parasciences »… Ainsi, Jacques Pradel a aussi animé « Vous avez dit étrange », « Tout finit par être vrai » et « Ici l’ombre » (avec Henri Gougaux) sur Inter. Dans cette dernière émission, il a été demandé au médium Jean-Marie Le Gall de deviner l’origine d’une brique rouge[53]. Citons encore le journaliste William Heinzer qui a, quant à lui, animé « Faut-il y croire ? » sur Radio Monte Carlo.

L’« avenir » ici et maintenant

L’arrivée de « radios libres »[54] – qui sont elles aussi porteuses des nouveaux idéaux, des contre-cultures, de l’esprit de Mai 68 – n’arrête pas le phénomène mais au contraire l’amplifie et participe de sa « normalisation ». L’abaissement du coût économique et technique d’entrée sur le marché radiophonique donne la possibilité à de nouvelles radios de faire de la place aux « montreurs d’avenir », voire de se spécialiser sur ce type de sujet. Ainsi, la radio Ici et Maintenant (http://www.icietmaintenant.com/index.php) est créé en 1980 par des artistes, journalistes, musiciens « néo-bouddhistes » passionnés d’ésotérisme, de spiritualité, de yoga qui sont passés par Antenne 2 et Inter[55]. Si les « montreurs d’avenir » sont loin[56] de constituer l’unique programme présenté aux auditeurs qui peuvent ou ont pu écouter des émissions juridiques, culturelles, d’actualité, informatiques[57], d’antennes libres[58], ufologiques[59], ils jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement, l’identité et l’image de la radio New Age. Ils viennent très régulièrement à l’antenne pour se présenter et répondre en direct et sans préparation aux questions des auditeurs. Les photos de certains d’entre eux, leur adresse physique, leur site internet figurent sur le site internet de la radio, de même que leur spécialité et leur numéro de téléphone[60]. Didier de Plaige – président cofondateur d’Ici et Maintenant et producteur de l’émission « La Vague d’OVNI(s) » le mardi soir à 23h – est l’auteur du roman cyberpunk Protocole oracle (Chamanéditionuméric, Autrecourt, 2012) traitant des liens entre le monde politico-financier et la précognition obtenue grâce à l’utilisation d’une formule chimique classifiée. Les dirigeants de la « fédération » font discrètement procéder, avant chaque décision importante, à une séance de « voyages dans la conscience » financée grâce aux fonds secrets de la présidence. Les droits d’auteur de cet ouvrage servent au projet Radio-Shipibo – parrainé par Jan Kounen – qui vise à doter les communautés shamaniques péruviennes Shipibo-Conibo – qui utilisent l’Ayahuasca (un breuvage à base de lianes aux effets purgatifs et hallucinogènes) pour la transe et la thérapie – de radios solidaires et contestataires.

L’« avenir » des jeunes

Les « radios libres » ouvrent les portes aux radios générationnelles pour les jeunes (Fun Radio, NRJ, Skyrock, Ado FM, Nova…) et les plus âgés (Chérie FM, Nostalgie, RFM…). Or, les « montreurs d’avenir » vont s’adresser aussi bien aux ainés qu’aux jeunes qui ont tout autant de raisons de s’intéresser à leur avenir. S’ils n’ont pas toujours les moyens économiques de financer des consultations, ils disposent facilement de moyens de communication pour appeler à la radio. Skyrock, qui touche le public le plus jeune, fait intervenir de nombreux auditeurs sur des « libres antennes » pour discuter des problèmes des jeunes[61], de leur sexualité… Pour ce qui concerne leur avenir, c’est le voyant Claude Deplace (http://www.claude-deplace.com/) qui vient tous les dimanches soir de 18h00 à 20h00 dans l’émission « Voyance en Direct » répondre aux questions des auditeurs qui doivent, pour cela, donner leur prénom, leur date de naissance et une série de 4 chiffres entre 1 et 22[62].

Les radios publiques se mettent à l’« avenir »

Comme il a été dit plus haut, les « montreurs d’avenir » n’ont pas été totalement absents des radios publiques. Même la très sérieuse France Culture s’y intéresse. De nombreuses émissions y ont lieu à ce sujet, mais il s’agit à chaque fois d’aborder la question avec une approche journalistique et scientifique, à l’image de l’émission « Tout un monde » présentée par Marie-Hélène Fraïssé, diffusée le 2 janvier 2011 de 15 à 16h[63], qui a traité du sujet « Devins, mages, voyants : un futur déjà inscrit? ». Y interviennent Roberte Hamayon[64] (anthropologue directeur d’études émérite à l’EPHE) et Liliane Kuczynski[65] (chargée de recherche au CNRS) tandis qu’un reportage est diffusé sur le Salon « Voyance et Bien-Etre » d’Aix-les-Bains ainsi qu’un entretien avec Elizabeth Teissier où elle raconte sa relation avec les dirigeants politiques qui l’ont consultée : François Mitterrand[66], le roi d’Espagne Juan Carlos et bien d’autres dont elle ne donne pas le les noms. Mais le service public fournit bien un espace de publicité aux « montreurs d’avenir ». En effet, Martin, astrologue, signe des chroniques – intitulées « La niaque, la combativité sont la règle aujourd’hui », « La camaraderie, l’amitié sont la motivation du jour », « Les sentiments mènent la danse aujourd’hui »… – d’une minute à 5h27 sur France Bleu de façon quotidienne[67]. Si France Bleu n’est pas France Info, Inter ou Musique, cette radio locale participe du processus de légitimation, de normalisation et de routinisation des « montreurs d’avenir ».

Les marronniers de l’« avenir »

A propos de routinisation, les « montreurs d’avenir » augmentent encore leur présence radiophonique à certaines périodes de l’année : la fin et le début[68] ou avant l’été qui est plus propice aux rencontres mais aussi à la réflexion. Ainsi, le 31 décembre 2012, Martin est en direct sur France Bleu Périgord entre 9h et 10h puis sur France Bleu Lorraine de 10h à 10h30. Les auditeurs pouvaient poser leurs questions par téléphone ou e-mail en donnant l’année, l’heure et le lieu de leur naissance. Le même jour, Alain Decours est sur la station normande Résonance (radio de catégorie B[69] avec 33 000 auditeurs quotidiens[70]) entre 10 et 12h. Et le nouvel an à peine fêté, Christine Haas de RTL est en direct le mardi 1er janvier de 9h30 à 12h30 et de 20h à 23h pour débriefer 2012 et prévoir 2013[71].

En conclusion, abordons ce qui n’a pas pu l’être ici et qui pourrait faire l’objet d’un programme de recherche. En effet, nous n’avons abordé que globalement et de façon descriptive et superficielle l’histoire de la médiatisation des « montreurs d’avenir ». Nous avons pu voir que ceux-ci s’adaptaient à toutes les formes de média et technologie au fur et à mesure de leur apparition (imprimerie, presse, radio, télévision) et qu’ils peuvent prendre place dans des médias audiovisuels :

– de différents formats (généralistes comme Europe 1, musicaux comme Skyrock ou Chérie FM),

– visant des publics de différents âges (pour jeunes comme Skyrock et moins jeunes comme RTL),

– visant des publics féminins (Chérie FM) ou masculins (Skyrock) ou indifférenciés (Europe 1[72]),

– visant des audiences importantes (Europe 1) ou peu (Radio Ici et Maintenant),

– de différents modèles économiques (publics comme Antenne 2 ou France Bleu, associatifs comme Radio Ici et Maintenant, commerciaux comme Europe 1),

– ayant une diffusion géographique nationale (Europe 1, Chérie FM, Skyrock) ou locale (Radio Ici et Maintenant)…

Mais on ne peut pas en conclure que cette apparition se fait dans n’importe quel média audiovisuel, n’importe comment, à n’importe quel moment, par n’importe qui :

– Pour ce qui concerne le type de média, les médias publics et spécialisés sur certaines thématiques (musique classique, culture, religion) semblent davantage réfractaires aux « montreurs d’avenir ». Il faut dire qu’il y a des résistances externes à la venue de « montreurs d’avenir » sur le « service public ». Il serait intéressant de savoir s’il existe aussi des résistances internes – quel que soit le type de radio – et quelles formes prennent-elles. Les programmes d’une radio perdent-ils en crédibilité du fait de la présence de programmes astrologiques sur la même antenne ?

– Pour ce qui concerne leur mode d’apparition, il est très différent selon qu’il s’agit de chroniques astrologiques quotidiennes, de consultations, d’un reportage, d’un débat car les « montreurs d’avenir » peuvent être plus ou moins libres de s’exprimer, plus ou moins remis en question dans leur travail et dans leurs prédictions par les animateurs et journalistes de la radio ou scientifiques et militants extérieurs à la radio.

– Pour ce qui concerne le moment, les « montreurs d’avenir » sont davantage présents à certaines périodes de l’année – début d’année, avant et après l’été – où sont prises des décisions, des « résolutions » et où l’on réfléchit à court ou long terme. Les « montreurs d’avenir » sont aussi plus présents les jours travaillés et à certaines heures de la journée : très tôt le matin pour les chroniques astrologiques quotidiennes et en après-midi et soirée pour les consultations.

– Pour ce qui concerne le profil des « montreurs d’avenir », nous avons pu voir qu’ils étaient très majoritairement des spécialistes d’astrologie. Or, c’est l’une des manières parmi bien d’autres de « montrer l’avenir ». Faisons l’hypothèse que cette pratique paraît plus consensuelle du fait de ses apparences scientifiques. Par ailleurs, nous avons pu voir aussi que les « montreurs d’avenir » étaient « montreuses d’avenir », alors qu’une grande partie des animateurs de radio ou TV étaient des hommes.

Mais toutes ces constations restent à approfondir et soulèvent d’autres questions que nous n’avons pas analysé :

– ce que les « montreurs d’avenir » disent et font effectivement lors de leurs chroniques et consultations radiophoniques[73],

– comment ils sont perçus par les personnes qui les consultent[74],

– s’ils tentent de diffuser une idéologie positive New Age[75] pour « réenchanter le monde »[76],

– comment concrètement ils s’y prennent pour élaborer un « avenir » de façon quotidienne pour leurs « chroniques astrologiques » quotidiennes ?

C’est ce qu’a fait Arnaud Esquerre, dans la lignée du travail de Jeanne Favret-Saada, dans Prédire. L’astrologie au XXIème siècle en demandant à des astrologues :

– comment ils le sont devenus[77],

– comment ils préparent un horoscope[78],

– comment ils se légitiment[79],

– ce qui est effectivement dit dans les 52 horoscopes de Jours de France de 1958[80] rédigés par Marie-Louise Sondaz, puis les 84 horoscopes publiés dans Le Parisien Aujourd’hui en France entre le 1er octobre au 31 décembre 2011,

– comment l’horoscope est-il lu (par « les jeunes femmes[81] employées habitant en ville »[82]),

– comment se déroule une consultation[83] (qui se différencie de celles de médiums[84])…

N’a pas été traité non plus :

– le recrutement des « montreurs d’avenir »,

– leur place,

– leur utilité,

– leur légitimité au sein des médias,

– plus globalement, leur légitimité au sein de la société[85],

– leurs liens avec les autres croyances et pratiques que l’on peut qualifier de parareligieuses (« extraordinaires »[86], « paranormales »[87], « merveilleuses »[88], « invisibles »[89], « étranges »[90], « parapsychologiques »[91], « parascientifiques »[92], « nébuleuses-mystiques-ésotériques »[93], « superstitieuses »[94]…) et de paramédicales (les thérapies « non conventionnelles », « parallèles »[95], « populaires »[96], « traditionnelles », « néotraditionnelles »[97], « douces », « naturelles », « alternatives », psychanalytiques principalement jungienne[98]…),

– les différences de traitement médiatique entre le travail des « montreurs d’avenir » et le travail des « montreurs de parareligieux » ou de « paramédical ».

Aucun « montreur d’avenir » ni ceux qui les consultent ni ceux qui les emploient n’a été interviewé ou observé spécifiquement dans le cadre de cette recherche même si nous avons pu faire de l’observation-participante à radio Ici et Maintenant, notamment dans le cadre d’une émission « Plus près des étoiles » de Jean-Claude Carton du 29 juillet 2005 où un médium très réputé – Henry Vignaud – a fait des micro-consultations téléphoniques avec les auditeurs-appelants de 23h à 6h et pour les auditeurs présents dans les studios, moi compris, à partir de photos de personnes à propos de qui nous voulions obtenir des informations.

Dans ce domaine, certains ouvrages sont incontournables comme celui pluridisciplinaire (sociologie, psychologie clinicienne, ethnologie, médecine psychiatrique) autour du voyant Georges de Bellerive et dirigé par l’anthropologue François Laplantine – Un voyant dans la ville : étude anthropologique d’un cabinet de consultation d’un voyant contemporain[99] – où le voyant lui-même réagit aux différentes analyses des chercheurs :

– le contexte et le statut de la pratique de la voyance,

– les rapports avec la science,

– les rapports avec la croyance,

– la personnalité du voyant,

– son histoire,

– sa communication,

– sa psychologie,

– les opinions de ses clients-consultants de son cabinet ou de Radio-« S »[100].

Serge Dufoulon a, quant à lui, étudié deux parentes « montreuses d’avenir » dans Femmes de paroles. Une ethnologie de la voyance[101] en utilisant d’une part la méthode biographique, l’interactionnisme et le comparatisme sociologique, d’autre part des perspectives ethnologiques, historiques et physio-psychologiques, enfin le champ du religieux, de l’immigration et de l’identitaire.

Enfin, d’un point de vue quantitatif et synchronique, une petite minorité des radios – surtout les radios nationales – ont été évoquées donc une recherche sur l’importance économique des « montreurs d’avenir » est nécessaire. D’un point de vue diachronique, une historiographie socioculturelle de l’apparition radiophonique et, plus largement, médiatique des « montreurs d’avenir », reste à approfondir, de même que sa métamorphose à l’ère du numérique.

Bref, l’« avenir » est un phénomène social comme un autre et pas comme les autres qui mérite l’attention des scientifiques de toutes les disciplines, y compris ceux des études radiophoniques.


Une réflexion au sujet de « Retour vers le futur ou l’ascendance radiophonique de Madame Soleil »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *