Appel à communication

Colloque international

Politique, culture et radio dans le monde  francophone : le rôle des intellectuel.le.s

Soumission : 20 décembre 2014.

Lieu et date : Fribourg et Lausanne, 15 et 16 octobre 2015

Figure dominante du monde actuel, l’intellectuel médiatique ou l’intellectuel de médias a mauvaise réputation. A raison, si on s’en tient à l’image qu’en ont donnée Bourdieu, Bouveresse ou Milner, dont les arguments sont solides et les exemples dévastateurs. Ce    colloque   souhaite   pourtant   sortir   de   ce   schéma   polémique   pour   interroger l’évolution qui a précédé notre époque, en se focalisant sur un média particulier,  la radio, considéré dans un espace linguistique particulier, celui de la langue française, ce qui permet de comparer les différents rôles joués par les intellectuel.le.s à la radio. De   fait,   intellectuel.le.s   et  médias   audiovisuels   ont   entretenu   une   longue   relation complexe,   faite   d’amour   et   de   scepticisme,   qui   a   été   évoquée   et   étudiée ponctuellement,   pour   des   périodes   et   des   rôles   spécifiques.   L’importance   de   la présence des  intellectuel.le.s au micro dès ses origines est  indéniable :   la radio fut rapidement   un   deuxième  métier   pour   les   hommes   et   les   femmes   de   lettres   à   la recherche de source de revenu, dans la continuation de leur participation à la presse écrite. Cette présence va se décliner sur des modes différents selon les périodes et elle   varie   selon   les   formats  proposés.  L’évolution  de   la   fonction   radiophonique  de l’intellectuel.le est  indissociable à   la fois du changement de  l’évolution stylistique et technique du média et du changement de son rôle social. Le   rapport  entre   les   intellectuel.les  et   la   radio  se  noue  autour  d’un   format  et  des contraintes   historiquement   imposés   par   la   technique   et   les   publics   visés.   Les changements technologiques (magnétophone, direct, interview téléphonique…) sont ici importants   et   se   reflètent   sur   la   programmation,   sur   le   style   et   l’oralité radiophoniques. De  la conférence radiophonique  lue avec componction à   l’interview intimiste,  de  l’intervention spontanée  lors d’une  table  ronde à   l’organisation et  à   la participation à  une émission régulière, de  l’éditorialiste radiophonique à   l’expert,   les rôles dévolus à l’intellectuel sont divers et changeants. Sous leur formes diverses, ces interventions ne sont pas sans influencer en retour l’image des intellectuel.les (il n’est que de songer à la figure de l’expert médiatique…), et l’on peut se demander comment et dans quelle mesure l’expérience radiophonique va entraîner une redéfinition de leurs pratiques culturelles, susciter un regard et des attentes nouvelles de la part du public,etc.  Par ailleurs, le rapport entre l’intellectuel.le et la radio passe évidemment par la médiation   d’un.e   journaliste   et   cette   relation   évolue   elle   aussi,   passant   de   la considération distante à la familiarité qui n’est pas sans trahir un rééquilibrage que l’on peut questionner.

Enfin, le monde des radios francophones offre un paysage assez vaste et différencié pour  comparer   les   multiples   articulations   entre   politique,   culture   et   rôle   des intellectuel.le.s le long du XXe siècle.  On peut penser, par exemple, au rôle de la radio pendant les périodes de crises et de conflit (deuxième guerre mondiale, guerre froide,décolonisation jusqu’aux radio locales, comme cela fut le cas de la Radio des milles collines  au Rwanda)  ou  aux  différentes   typologie  de   radios   (les   radios  de  service public, les radio communautaires, les radio culturelles, etc. ).

Ce colloque se propose donc d’aborder  cette évolution et  ces mutations,  à   la   fois internes au média,  et   liées aux contextes nationaux,  ainsi  qu’aux redéfinitions plus générales du statut de l’intellectuel.le dans la  cité.

Organisation

Colloque co­organisé  par  le  (GRHIC) Groupe de recherche en histoire  intellectuelle contemporaine,   Le  « Pôle  d’histoire  audiovisuelle   du  contemporain »   de   la  section d’histoire de la Facultés des lettres de l’Université de Lausanne, le domaine Histoire contemporaine du Département des sciences historiques de l’Université de Fribourg

Contacts

Alain Clavien (Université de Fribourg, GRHIC) Nelly   Valsangiacomo   (Université   de   Lausanne,   Pôle   d’histoire   audiovisuelle   ducontemporain, GRHIC)

Mots clés : Intellectuel.le.s, radio, politique, culture, francophonie

Modalités de soumission: Veuillez envoyer un résumé de 500 mots maximum, ainsi que votre nom, affiliation et coordonnées   à   Alain   Clavien   (alain.clavien(at)unifr.ch)   et   à   Nelly   Valsangia como (nelly.valsangiacomo(at)unil.ch) au plus tard jusqu’au 20 décembre 2014.

Les   organisateurs   rendront   leur   décision   à   la   fin   du   mois   de   janvier   2015   et contacteront  immédiatement  les participants. Des  informations plus détaillées sur  le programme, l’inscription,  le voyage et  l’hébergement seront annoncées au cours du printemps 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *