Compte rendu colloque Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique

Par Nozha Smati, Le Temps des Médias 2014/2 (N°23)

Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique, Colloque international, Groupe de recherches et d’études sur la radio et Centre universitaire d’enseignement du journalisme de l’université de Strasbourg avec la collaboration de Radio France Internationale, Strasbourg, 20-21 mars 2014

Radio, journalisme et numérique, c’est autour de ces trois mots-clés que le GRER a organisé son septième colloque international. Chercheurs et praticiens ont débattu des changements à la radio dans les pratiques professionnelles, les modes de production et de diffusion de l’information et la rencontre du média avec le web

Soixante intervenants venus de treize pays (France, Belgique, Brésil, Chili, Chypre, Canada, Espagne, Iran, Indonésie, Maroc, Royaume-Uni, Portugal, Togo) ont réfléchi en cinq séances plénières et huit ateliers selon deux axes : « Pratiques professionnelles de l’information radiophonique : remise en questions et évolutions » et « Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques ».

Pratiques professionnelles en mutation

Les transformations des pratiques du journalisme radio à l’ère numérique ont été envisagées par des approches qualitatives et quantitatives. À travers les discours des journalistes de RFI ont été analysées les représentations des pratiques et identités professionnelles, et l’enquête du GRER auprès de professionnels de radios belges, françaises, et canadiennes a fourni des éléments statistiques sur le passage du journalisme analogique au numérique. D’autres communications ont analysé les dispositifs d’interactivité numériques et l’importance des réseaux sociaux dans l’écosystème radiophonique. La relation qu’entretient le média avec ses publics, et notamment les plus jeunes, a été envisagée à l’aune d’expériences radiophoniques espagnoles et belges, ou encore (Portugal, Colombie, Indonésie) à travers les pratiques citoyennes ou militantes facilitées par Internet. Cette nouvelle culture participative fait émerger de nouvelles formes narratives, par exemple le live blogging. Dans ce contexte, la formation des journalistes radio (études de cas espagnoles) doit permettre d’acquérir des savoir-faire multimédia spécifiques.

Que fait le web à la radio et que fait la radio du web ?

La migration de la radio sur le web a fait l’objet de nombreuses communications : la transposition d’émissions radiophoniques sur internet, l’espace webradiophonique délinéarisé, la place du son dans l’univers web de la radio, la restitution de portraits sonores via une interface webdoc, ou encore la radio filmée pour saisir la réalité de la production journalistique. La radio compose avec le numérique et la pluralité des modalités offertes par le web, mais s’agit-il in fine d’un enrichissement ou d’un appauvrissement ? Que faire concrètement avec les dispositifs qui viennent s’associer à la radio et comment les journalistes se représentent-ils leur utilisation ? L’articulation est complexe et incite chercheurs et professionnels à (re)penser l’identité et les spécificités de la radio. En lien avec ces problématiques, des communications sur des radios associatives et communautaires (française, basque, brésilienne) ont insisté sur la notion de proximité, chère à ces médias, sur les questions de visibilité nationale, voire internationale, de radios territorialisées via la déterritorialisation sur le web, et enfin sur les nouvelles formes de traitement de l’information dans une logique associative et cross media.

Auditeur-internaute : quelles formes de participation ?

Le citoyen peut-il participer à la fabrication de l’information et à quel niveau ? Cette question récurrente montre le brouillage des frontières entre journaliste et auditeurs. Le journalisme participatif, selon Christophe Deleu, va à contre-courant par rapport à la quête de légitimité du journaliste professionnel depuis un siècle, ce qui explique la sensibilité des journalistes à l’égard de ce type de participation. Des analyses de plates-formes radiophoniques disponibles sur le web (pages Facebook d’émissions, podcasts, webradios, commentaires, etc.) ont permis d’identifier des formes de participation : présence, simple accès ou interaction des citoyens ordinaires avec le média. Dans des contextes de monopole de l’information, comme en Iran, la dimension participative constitue une forme de contournement de la censure et de démocratisation de l’information, en quête de crédibilité toutefois, en raison de son caractère amateur.

Radio en Afrique : un média omniprésent, nouvelles perspectives

La vivacité du paysage radiophonique africain est une des grandes constatations de ce colloque. Sur ce continent où le taux de pénétration d’Internet est encore faible, le changement de la radio s’est opéré essentiellement grâce à la téléphonie mobile, en pleine expansion. Elle sert les pratiques de production, de diffusion, d’écoute de l’information et de participation au sein des radios communautaires. Au Togo, elle représente une opportunité pour les radios rurales de renforcer l’accès au savoir et à la démocratie, mais on ressent le manque de formation professionnelle appropriée et de matériel informatique – trop onéreux – : pour le dire autrement, la fracture énergétique et numérique. Les intervenants ont tous insisté sur l’importance de connaître mieux le public pour adapter l’offre radiophonique.

La situation en Afrique du Nord, à travers le cas marocain, permet de mesurer la différence avec la situation européenne. Ce paysage webradiophonique émergent, à un stade expérimental, est le lieu de lignes éditoriales et de formes d’écriture web diversifiées, voire éclatées. Disparité et résistance au numérique expliquent que la radio sur Internet demeure, dans ce pays comme de nombreux autres, une pratique marginale.

Les échanges entre chercheurs et journalistes ont été une grande richesse du colloque, avec notamment une table ronde intitulée « la radio, du flux à l’information permanente : quelles activités et pratiques au quotidien pour les journalistes ? », et une rencontre proposée par Radio France Internationale sur « Le paradoxe numérique de la radio : retour d’expérience de l’Atelier des médias ». Y fut évoquée la relation souvent compliquée qu’entretient la radio avec le numérique. Le colloque s’est clôturé en public par l’enregistrement de l’émission L’Atelier des médias, dédiée à « la radio face aux défis du numérique »

Un réel succès

Les mutations de la radio ont été interrogées en termes de contenus, formats, pratiques, usages et représentations. Les regards croisés des chercheurs et des professionnels, sur des problématiques très variées cernées avec rigueur, ont montré le dynamisme de la réflexion sur ce média longtemps marginalisé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *