PROTÉGER LE SERVICE PUBLIC À LA RADIO !

radio-france-illustration

Protéger le service public à la radio!

A l’heure où l’issue de la grève à Radio France est incertaine, il me semble important de rappeler que le service public, quels que soient les modes de financement, est le seul à proposer certains contenus radiophoniques (documentaires, fiction, création radiophonique..).

Et oui, ce sont Radio France, RFI, Arte Radio et les radios associatives (Campus, Grenouille, Jet FM et toutes les autres, pardon de pas les toutes les citer) qui proposent tous ces genres, ignorés par les radios privées. Réduire les sources de financement du service public radiophonique conduirait donc à fragiliser encore plus ce type de programmes, pourtant inscrit dans le cahier des charges de Radio France.

Je vous invite tous à un lire cet article que j’ai écrit il y a un an sur les spécificités du service public à la radio en matière de documentaires, fictions, et création radio, au regard de l’histoire de la radio. C’est un article de recherche, et non un point de vue sur ce qui se passe en ce moment. Mais j’aimerais que ceux qui s’intéressent à la radio le lisent, le fasse circuler, et qu’on réussisse à persuader nos dirigeants politiques de préserver ces merveilles de la radio. On sait très bien quel type de programme va être touché par les économies demandées, il suffit de regarder ce qui a pu se passer dans l’histoire de la radio. Il serait temps, au contraire, de lancer pistes pour innover à la radio.

Cet article « Y A-T-IL UNE SPÉCIFICITÉ DU SERVICE PUBLIC EN MATIÈRE RADIOPHONIQUE ? «  est accessible librement  ICI

Christophe DELEU
Professeur à l’Université de Strasbourg, et auteur radio. Vice-Président du GRER.


2 réflexions au sujet de « PROTÉGER LE SERVICE PUBLIC À LA RADIO ! »

  1. Je signale à votre attention que j’ai publié, avec deux amis, en 1986, aux Éditions ouvrières : « Le gâchis audiovisuel, histoire mouvementée d’un service public ».
    Depuis, j’ai publié sous mon seul nom, divers ouvrages à L’Harmattan qui défendent le même point de vue.
    Hier, encore, j’ai réagi à un message de Là-bas si j’y suis (D Mermet) qui délivre une note historique erronée sur l’histoire de la radio de service public qui commence en 1926 et non dans le cadre du CNR.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *