« Les compositeurs et l’art radiophonique » – Andréa COHEN

AndréaCohen-CouvertureRadioGraphy vous signale la  publication de l’ouvrage  «Les compositeurs et l’art radiophonique», d’Andrea Cohen aux Editions INA – L’Harmattan.

 http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47071

En suivant, vous pouvez consulter le sommaire du livre  et sa préface par Jean-Yves Bosseur.

INA_COHEN_4ème

Andrea Cohen

« Les compositeurs et l’art radiophonique »

Paris : Editions INA – L’Harmattan (Coll. Les médias en actes), 2015, 236 p.

SOMMAIRE

 PRÉFACE (Jean-Yves Bosseur)

INTRODUCTION

 ÉTUDE PRÉLIMINAIRE – Les prémisses de la relation entre les compositeurs et le médium

PREMIÈRE PARTIE : PARCOURS HISTORIQUE

CHAPITRE I – Les compositeurs face au nouveau médium : propositions, positions et réalisations dans les premières décennies du XXe siècle en Europe

CHAPITRE II – Pierre Schaeffer et John Cage : deux compositeurs fondateurs

CHAPITRE III – Luciano Berio et Mauricio Kagel : deux compositeurs à la recherche d’un art radiophonique

DEUXIÈME PARTIE : LE COMPOSITEUR FACE À L’ÉLABORATION D’UNE PIÈCE RADIOPHONIQUE

CHAPITRE I – Questions formelles : les matériaux radiophoniques et leur organisation CHAPITRE II – L’incidence du médium : les conditions de production, de diffusion et d’écoute

CHAPITRE III – Les compositeurs et leur approche originale de l’art radiophonique : démarches et méthodes

ÉPILOGUE – Les compositeurs et l’art radiophonique à l’ère de la technologie numérique et d’Internet

BIBLIOGRAPHIE

DISCOGRAPHIE

SITOGRAPHIE

INDEX DE NOMS

 PRÉFACE de Jean-Yves Bosseur

     L’ouvrage d’Andrea Cohen « Les compositeurs et l’art radiophonique » fera date ; c’est en effet, à ma connaissance, le premier livre en français consacré au genre de l’art musical radiophonique, ou « Hörspiel », dont l’importance et la vivacité n’ont cessé de se confirmer depuis plus d’un demi-siècle. Plus encore, depuis les premières tentatives et réflexions d’Apollinaire, des futuristes italiens, d’Artaud, c’est un siècle entier d’innovations de toutes sortes, aussi bien technologiques qu’artistiques, qui vient ainsi aujourd’hui jusqu’à nous. Tout d’abord, A. Cohen fait état, de manière toujours très vivante, des informations indispensables pour comprendre comment s’est développé et ramifié le processus de création fondé sur le médium radiophonique. Une des qualités incontestables de ce livre, c’est le recul tout à la fois historique et esthétique qu’elle a su prendre vis-à-vis d’un tel sujet, sans exclusive ni présupposé dogmatique. C’est bien là un aspect des plus précieux, des plus rares aussi, qui en fait dès lors un instrument de travail particulièrement incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à ce fructueux domaine de création. Même si son investigation prend principalement pour point d’ancrage la situation de la France à cet égard, depuis les premières réalisations de Pierre Schaeffer le panorama qu’elle décrit s’avère rapidement très étendu sur le plan international, les étapes majeures de ce qui est devenu un genre artistique à part entière étant retracées avec justesse et précision au cours de la première partie. Les prémisses sont bien sûr évoquées, à travers les expérimentations des tenants les plus significatifs des avant-gardes historiques, les débuts de l’art radiophonique en Allemagne, pays qui a joué un rôle déterminant à ce propos. Toutefois, refusant de s’en tenir à des considérations strictement factuelles, A. Cohen parvient à mettre judicieusement l’accent sur les enjeux politico-culturels inséparables de tels projets. Ainsi les deuxième et troisième chapitres sont-ils polarisés sur les figures majeures de l’art radiophonique à partir des années quarante, tout d’abord Pierre Schaeffer et John Cage, dont le « couplage », au cours du deuxième chapitre se révèle particulièrement pertinent et audacieux, car il permet de mettre en évidence des divergences fondamentales dans la prise en compte de ce médium, aussi bien théoriquement qu’esthétiquement. A. Cohen se garde pourtant bien de prendre parti, laissant à ses lecteurs le soin de tirer les conséquences de leurs apports respectifs. Un nouveau « couple » de compositeurs intervient dans le troisième chapitre, qui correspond à la génération suivante, celle de Luciano Berio et de Mauricio Kagel. Ils avancent, eux aussi, des hypothèses de réflexion et de recherche dont il convient de saisir les différences et divergences, œuvres et prises de position à l’appui. Dans chaque cas de figure, le contexte institutionnel au sein duquel viennent s’inscrire ces actes de création est défini avec la rigueur qui s’impose. Cette première partie dresse donc le décor nécessaire à la compréhension de ce qui se passera par la suite, jusqu’au passé le plus récent. Avec la deuxième partie, nous entrons dans un champ que je qualifierai de « poïétique ». Les divers matériaux explorés dans l’art radiophonique sont passés au crible, qu’il s’agisse du domaine vocal ou du paysage sonore enregistré avec, en filigrane, le grand débat sur les notions de bruit, d’objet sonore et de collage. En toute logique, les trois chapitres constituant cette partie concernent les problématiques de la mise en forme et des techniques propres à la pratique compositionnelle basée sur ce médium. Celui-ci impliquant nécessairement des aspects communs à d’autres disciplines artistiques, A. Cohen est amenée à évoquer la question du montage, ce qui n’est pas sans sous-entendre des liens avec le cinéma, de même que, dans la première partie, ses considérations sur le travail vocal l’avaient conduite à mentionner les expériences de la poésie sonore. Ainsi les modalités de production propres au médium radiophonique sont-elles très concrètement traduites, avec les filiations et affinités qui en émanent. Mais loin d’examiner ce phénomène de l’extérieur, A. Cohen s’est elle-même activement investie et engagée dans ce type de création. On sent d’ailleurs toujours fort bien dans quelle mesure elle bâtit son argumentation sur ce qu’elle a vécu tout au long de ses nombreuses réalisations à Radio France, notamment à travers ses collaborations avec l’Atelier de Création Radiophonique de France Culture, qui a joué le rôle d’un catalyseur décisif dans ce domaine. La radio induit en effet des conditions de production spécifiques (le travail d’équipe étant à ce sujet un facteur sur lequel il faut de toute évidence insister) et c’est bien à partir de semblables typologies que l’on peut comprendre que ce qui est alors en gestation, c’est un nouveau type d’écoute, qui ne saurait être assimilée à celle du concert ou du spectacle. Les passages traitant de ces problématiques traduisent très finement de telles particularités, laissant dès lors pressentir la possibilité de dimensions transversales entre les modes de communication artistique, susceptibles de reposer à leur manière les questions de la théâtralité, de la dramaturgie, de la narrativité, du reportage…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *