Radio, mobilisations et crises politiques

RPA_sieged_by_police_and_closed_april_26    Nous sommes heureux de vous inviter au prochain séminaire de recherche du GRER : « Radio, mobilisations et crises politiques ».

    Le samedi 9 avril 2016, à Paris, de 9 heures 30 à 13 heures.

2, rue Vivienne, Salle Jullian (1er étage), 75002 Paris

Il y a 100 ans, en avril 1916, en Irlande, la radio naissante se joignait pour la première fois à la Révolution. À pâques 1916, lors de leur soulèvement contre l’Empire britannique, les républicains irlandais retranchés dans la grande poste centrale de Dublin utilisèrent de modestes postes émetteurs de télégraphie sans fil pour tenter d’avertir le monde, et particulièrement les États-Unis, du déclenchement de leur mouvement.

1916+valentia+radioL’année suivante, en Russie, la radio participait à l’insurrection bolchévique d’Octobre 1917, et depuis un siècle, elle n’a jamais cessé d’accompagner et participer aux mobilisations et crises politiques d’ampleur majeure ou plus modérée. Elle en fut même parfois l’objet. À travers des exemples historiques et contemporains, nous aborderons comment cette relation s’est instituée, et comment elle se perpétue à la fois et se modifie. Cette liaison évolue à travers les changements de la radio elle-même et son insertion dans des systèmes d’information plus étoffés et complexes, se mariant par exemple aux réseaux sociaux. La radio conserve-t-elle un pouvoir de mobilisation sociale et politique ? Nous vous invitons à entendre, réfléchir et débattre autour de ce thème.

Programme des communications :

 « La radio, instrument et témoin de la révolte », un texte du professeur André-Jean Tudesq, présenté par Jean-Jacques Cheval ;

« Les radios et la crise politique au Burundi », par Sylvie Capitant et Yvette Murekasabe ;

« Radios et mobilisations. Cas des printemps arabes », par Imane Bounjara ;

« Participatory visibility, Social Media and Meta-radio era: the case of ERT in Greece », par Angeliki Gazi.

Entrée Libre et Gratuite (dans la limite des places disponibles)

4867516_6_6551_les-voitures-d-europe-1-et-rtl-arrivent_4a058ace64cd5723b4d177be4e374c31En suivant la trame d’un texte du Professeur André-Jean Tudesq, « La radio, instrument et témoin de la révolte »[1], Jean-Jacques Cheval, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, MICA, mettra en perspective cette relation complexe et multiple. Il rappellera l’utilisation de la radio comme outil d’agitation, de subversion et ses actions en temps de guerre (en particulier lors de la Seconde guerre mondiale) et durant les soulèvements contre les dominations coloniales. Ce média amplificateur des mouvements de révolte (en Mai 1968 par exemple) fut, souvent, un marqueur de la prise du pouvoir et de son instabilité, aussi, dans les pays du Sud.

burundi radioEn Afrique subsaharienne, le Burundi traverse depuis 2015 une crise politique violente et meurtrière, qui a durement touché les médias et les radios en particulier. Alors que le secteur médiatique burundais était connu pour sa diversité, son pluralisme et sa liberté politique, l’ensemble des radios d’informations généralistes privées et indépendantes a cessé d’émettre. Le personnel médiatique a été contraint en grande partie de se réfugier à l’étranger. Avant de s’éteindre, les radios RPA, Bonesha, Isanganiro ou encore Renaissance avaient occupé un rôle important d’animateur du débat public. Sylvie Capitant, Maître de conférences à l’Université Paris 1 et Yvette Murekasabe, ancienne directrice de l’antenne RPA à Ngozi au Burundi, proposeront dans leur intervention : « Les radios et la crise politique au Burundi », de revenir sur le rôle particulier qu’on occupé les radios dans cet enchaînement politique ainsi que sur les raisons qui ont poussé le pouvoir à maitriser leur voix.

radiospiratestunisieEn Afrique du nord, les brusques soulèvements populaires, démarrés en Tunisie avant de s’étendre très rapidement au reste de la région, ont considérablement modifié les contextes sociopolitiques dominant le Maghreb-Machrek. Outre leur caractère inattendu, les mouvements de contestations, ont surpris par l’émergence de nouvelles formes de mobilisation populaire, favorisées indéniablement par un recours massif aux médias, nouveaux médias et réseaux sociaux. La communication d’Imane Bounjara, (Doctorante à l’Université Bordeaux-Montaigne, MICA) : « Radios et mobilisations. Cas des printemps arabes », présentera les nouvelles formes de mobilisations et contestations, ayant renversé les ordres en place dans le monde arabe, pour étudier la place occupée par la radio, média de masse par excellence dans la région, dans les périodes pré et post « printemps arabe » ; notamment le passage du monopole étatique et de la censure, à la libéralisation et au pluralisme dans le cadre d’instauration d’une société d’information. Au Maroc, en Tunisie et en Egypte la radio, en particulier les radios locales participent à la construction démocratique engagée.

5b4222ec-1959-4b8a-9439-5874fcf2e1f6-2060x1236« Participatory visibility, Social Media and Meta – radio era: the case of ERT in Greece » [ (Visibilité participative, médias sociaux et ère de la meta – radio : le cas de l’ERT en Grèce” – Communication en Anglais ]. L’émergence de nouvelles technologies, la convergence des legs et des nouveaux médias induisent des transformations dans les formes narratives traditionnelles. La Web radio constitue un nouvel environnement communicationnel dans lequel l’auditeur est considéré comme participant à la production de nouvelles pratiques discursives hybrides, dynamiques, en ligne ou hors connexion. Le public est appelé à participer à la formation d’une nouvelle narration sociale, politique et culturelle. À partir de là se dévoile une convergence d’idées autour de la démocratie, du pouvoir et de la politique. Pour la première fois dans l’histoire de radio, nous assistons à la création d’une connexion directe des auditeurs, entre eux, à l’aide des médias sociaux. Présentée par Angeliki Gazi, Professeur à l’Université de Limassol à Chypre, la communication abordera les nouvelles formes de programmes radiophoniques Sans titreauxquels peuvent participer les auditeurs des webradios en Grèce. Plus spécifiquement, à partir de l’exemple d’une station Web, www.radiobubble.gr. Elle se penchera sur l’utilisation du hashtag participatif #rbnews, en juin 2013, quand la radio publique grecque (ERT) fut brutalement fermée par le gouvernement grec. Il s’agira de présenter et d’analyser la manière par laquelle les auditeurs individuels, leurs actions impliquent la création d’une nouvelle cohérence structurelle médiatique et culturelle, avec des codes différents, des nouvelles formes d’énonciation. Ceci ouvre la voie à l’ère inédite d’une radio allant au-delà de la radio héritée : une meta-radio qui, à la fois, se connecte avec les contenus multimédias (images, vidéos, fichiers audio et les réseaux sociaux), mais qui demeure également un média traditionnel de base, activement impliqué ici dans la promotion de la citoyenneté et de son organisation active.

RadioMobile

[1] « La radio, instrument et témoin de la révolte », in Fabienne Gambrelle et Michel Trebitsch (dir.), Révolte et société, Actes du 4e colloque d’Histoire au présent, Paris, 1989-1990, p. 182-191.

—————

« Radio, mobilisations et crises politiques »

Samedi 9 avril 2016, à Paris, de 9 heures 30 à 13 heures

2, rue Vivienne, Salle Jullian (1er étage)

75002 Paris

Métro : ligne 3 (St° «Bourse» ou «4 septembre»), ligne 9 (St° « Grands Boulevards » ou « Richelieu Drouot »), ligne 1 (St° « Palais Royal »)

Bus : « Bourse » (lignes 20, 29, 39, 74 et 85), « Bibliothèque Nationale » (lignes 29, 39, 48, 67)

Entrée Libre et Gratuite (dans la limite des places disponibles)

 


Une réflexion sur “ Radio, mobilisations et crises politiques ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *