Soutenir les médias de proximité et la production radiophonique citoyenne en Tunisie : missions et diagnostics de l’AMARC

Très longtemps consacrés « à des mises en scène de communication ritualisées destinées à des citoyens-masse passifs »[1], les médias tunisiens, en cette période de transition démocratique, s’emparent des potentialités du net, aspirant à la réconciliation avec leurs téléspectateurs et auditeurs avides de parole, d’espace d’expression citoyenne et d’interaction. Ainsi la radio tunisienne se diversifie et se métamorphose-t-elle grâce à l’autorisation de  nouvelles stations et grâce à sa rencontre avec le web qui lui permet de nouvelles perspectives vis-à-vis de la population locale ainsi que de la diaspora. Plusieurs organisations et associations internationales s’engagent pour accompagner et appuyer le développement des médias de proximité. L’implication de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaire (AMARC) a été significative par l’accompagnement des partenaires locaux susceptibles de structurer le secteur des radios de proximité en Tunisie, les initiant à définir les stratégies et à décider eux-mêmes des actions prioritaires à mener pour une meilleure visibilité du secteur et du rôle de ces médias dans le processus de démocratisation entamé et le développement d’espaces d’expression et de représentation citoyenne.

Fondée en 1983, l’AMARC, membre associé de l’UNESCO, plaide pour le droit à la communication aux niveaux international, national, local, et de quartier. Depuis trente ans, l’association défend les intérêts du mouvement des radios communautaires dans plus de 130 pays à travers « la solidarité, le réseautage et la coopération »[2] soutenant ainsi l’établissement d’un secteur mondial de la radio communautaire. Dans un contexte de transition démocratique, sa contribution en Tunisie a été particulièrement significative marquée par de nombreuses missions de type « Action-recherche » effectuées auprès des médias associatifs locaux, des organisations de la société civile ainsi que des instances politiques et médiatiques. Les échanges avec ces acteurs et l’observation du fonctionnement des médias de proximité dans diverses régions tunisiennes lui ont permis de faire son diagnostic et de diffuser un plaidoyer national pour le droit de la communication en Tunisie.

Menées en collaboration avec le Syndicat tunisien des radios libres (STRL), l’ONG internationale Article 19 et soutenues par Foreign and common wealth (FCO), CMSolutions, international média support (IMS) et par la Confédération nationale des radios associatives (CNRA), les actions de l’AMARC, sous la forme d’ateliers s’adressant à des membres d’organisations de la société civile et de web radios, avaient pour objectifs de :

– faciliter l’accès des organisations de la société civile aux médias par le soutien de groupes de production et le renforcement des web radios citoyennes en Tunisie ;

– renforcer les liens entre les ONG de défense de liberté des médias et les médias associatifs locaux ;

– développer les habiletés des participants en matière de production radiophonique ;

– établir un plan d’action de mentorat et de soutien pour la production radiophonique citoyenne ;

– produire des émissions modèles sur des thèmes choisis.

Les ateliers de formation se sont déroulés dans les villes de Gafsa (centre du pays) et de Tabarka (Nord-ouest) du 17 au 21 septembre 2012 et ont été assurés par des représentants de l’AMARC, de la première web radio égyptienne Horyatna (Notre liberté)[3], de Radio 6 Tunis[4] et Radio Sawt el Manajem (La voix des Mines)[5], pionnières du mouvement des radios associatives en Tunisie. Ces formations conçues sur deux journées ont offert aux participants un espace d’échange, de découverte et d’apprentissage de productions radiophoniques citoyennes. Plusieurs thématiques ont été ainsi abordées : radios associatives et droit à la communication, les expériences de Radio 6 et Radio Sawt el Manajem, la planification de la programmation, la radio sur Internet, le format radiophonique, les exigences techniques, le choix des contenus et des angles ainsi que le montage numérique.

Toujours dans la perspective de développer les capacités des médias locaux et soutenir la production radiophonique citoyenne, l’AMARC a également organisé les 24 et 26 septembre 2012 à Tunis une formation pour des membres de radios locales et web radios co-animée par Marcelo Solervicens son secrétaire général, Ahmed Samih de Radio Horyatna (Egypte) et Xavier Cuvier de l’organisation de la radiodiffusion et des communications électroniques avec la participation de Hichem Snoussi consultant d’Article 19 à Tunis. S’articulant autour du projet constitutionnel tunisien et les enjeux des compagnes de radiodiffusion pour la démocratisation citoyenne, cette formation a permis aux participants d’aborder la question de la déontologie des médias en Tunisie et d’échanger sur le rôle des médias locaux dans le dialogue démocratique et la participation citoyenne au débat sur la constitution. Les échanges ont été enrichis par la réalisation et l’évaluation de reportages avec des citoyens sur la thématique, par le transfert des connaissances pratiques et par la confrontation de la situation tunisienne aux standards internationaux de liberté d’expression et de droit à l’information et à la communication permettant de définir une stratégie adaptée pour une campagne sur le débat constitutionnel en Tunisie.

En outre, une délégation de l’AMARC, soutenue par divers partenaires tunisiens et internationaux, a entrepris en décembre 2012 une grande mission[6] auprès des acteurs de radios de proximité tunisiennes, des autorités politiques et de régulation des médias, des parlementaires, des partenaires et des experts dans 16 villes du pays, « afin de mieux identifier les acteurs actuels et potentiels, leurs besoins professionnels et les capacités de mutualisation pour un plaidoyer permettant de renforcer l’impact des médias de proximité dans le processus démocratique tunisien »[7]. Ces rencontres ont permis à plus de 150 associations régionales de s’exprimer sur leurs attentes en matière de médias de proximité. Dans une démarche participative, AMARC accompagne les divers partenaires locaux susceptibles de restructurer le secteur des radios de proximité les aidant à s’approprier son diagnostic et à décider des actions prioritaires à mener. S’appuyant sur un questionnaire d’identification des acteurs, des entrevues effectuées par les membres de la délégation et des rencontres de recherche action, le rapport de diagnostic préliminaire[8] de la mission avait remarqué le foisonnement de radios de proximité en Tunisie identifiant plus de 30 radios actives en FM ou sur Internet soulignant ainsi la volonté de la société civile régionale de soutenir ou créer des médias associatifs.

Des problèmes entravant l’essor de ces médias ont été par ailleurs identifiés tels que : le manque d’équipement technique et de formation, les coûts rédhibitoires de diffusion par l’Office nationale de télédiffusion (ONT) et le manque de statut légal des radios associatives. Les résultats de la mission permettent de constater « qu’à la veille du deuxième anniversaire de la révolution, les citoyens et citoyennes de la Tunisie, particulièrement dans les régions continuent à ne pas avoir accès à une information diversifiée et pluraliste et ceci malgré l’existence de dizaines d’initiatives citoyennes et d’une disponibilité de fréquences évidente »[9]

Lors de la rencontre du 18 décembre les participants ont adopté la déclaration pour un Plaidoyer national pour le droit à la communication en Tunisie. Ce plaidoyer exige tout particulièrement un statut des radios associatives et communautaires qui permettra aux citoyens d’exercer leur droit à la communication. Il appelle également à garantir institutionnellement et législativement l’octroi des licences à ces radios d’intérêt public soutenant ainsi les revendications de l’Instance national pour la réforme de l’information et de la communication (INRIC)

Lors de la 2ème conférence tunisienne des médias de proximité : « renforcer le pluralisme des médias pour consolider la démocratie »[10], l’AMARC présente le rapport final de la mission de diagnostic du secteur. Cette conférence inscrite dans le développement des capacités des médias libres en Tunisie, communique des informations et des recommandations sur le profil, les besoins et les enjeux du secteur dans le pays et aborde les suites au plaidoyer national pour le droit à la communication en Tunisie. La contribution de l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires en Tunisie s’est aussi manifestée à travers la mise en onde de la Radio du Forum Social Mondial 2013 avec l’appui de ses membres journalistes et formateurs de radios de proximité et sur internet, du syndicat tunisien de radios libres et de plusieurs pays du Maghreb et du Machrek. Diffusée sur la fréquence 103.1 FM et sur internet[11], elle a couvert concurremment les activités du FSM et celles du Forum mondial des médias libres (FMML) tenus à Tunis du 24 au 30 mars 2013.

Très récemment le 3 mai 2013, la mise en place effective de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle constitue une importante étape pour la régulation du secteur audiovisuel tunisien et la liberté d’expression et le pluralisme médiatique. La création de cet organe, largement saluée par l’AMARC, permettra à l’association de nouvelles collaborations en mettant à la disposition de la HAICA  son expertise et son soutien pour l’émergence d’un fort secteur des médias associatifs et communautaires en Tunisie.

                                                                                                                                                                                                                                                        Nozha Smati


[1] Jon W. Anderson in La restructuration de l’espace radiophonique arabe, L’Institut Panos Paris, 2006.

[2] Cf. Site Internet de l’AMARC Afrique : http://africa.amarc.org/index.php?p=home&l=FR (page consultée le 10/03/2013)

[3] Disponible en ligne : http://www.horytna.net/Home.aspx (page consultée le 03/04/2013)

[4] La radio a lancé ses émissions sur les ondes FM le 14 février 2011 (97.2 FM), elle est aussi écoutée via son site web : http://ks307386.kimsufi.com/ (page consultée le 05/04/2013)

[5] La radio émet depuis le mois de mars 2012 sur ondes FM (90.9) et couvre toute la région de Gafsa. Elle est aussi en ligne sur le site web : http://www.minesfm.com/ (page consultée le 05/04/2013)

[6] Du 3 au 12 décembre 2012, voir la composition de la mission sur le site web du Groupe des partenaires techniques et financiers en appui au secteur des médias tunisiens, [en ligne] : http://www.appui-media-tunisie.com/?p=812 (page consultée le 05/04/2013)

[7] “L’AMARC entreprend une mission pour renforcer les médias de proximité en Tunisie”, Observatoire des organisations et des mouvements sociaux, [en ligne]: http://www.democraciaycooperacion.net/espacio-colaborativo/norte-de-africa-oriente-medio/traducciones-476/francais-478/article/l-amarc-entreprend-une-mission (page consultée le 05/04/2013)

[8] Rapport présenté le 18 décembre 2012 à Tunis, voir à ce propos « Diagnostic mission en Tunisie », [en ligne]: http://mena.amarc.org/?q=fr/node/810 (page consultée le 03/04/2013)

[9] Cf. “Déclaration de Plaidoyer national pour le droit de la communication en Tunisie”, [en ligne] : http://mena.amarc.org/sites/default/files/D%C3%A9claration_tunis_v_2012_12_21.pdf (page consultée le 01/04/2013)

[10] Tenue les 4 et 5 février 2013 à Tunis. Cf. « AMARC/ STRL : Présentation du rapport sur les médias de proximité en Tunisie et 2ème conférence tunisienne des médias de proximité « renforcer le pluralisme des médias pour consolider la démocratie ». [en ligne]: http://www.appui-media-tunisie.com/?p=812 (page consultée le 05/04/2013)

[11] Disponible sur : fmml.overblog.com


3 réflexions au sujet de « Soutenir les médias de proximité et la production radiophonique citoyenne en Tunisie : missions et diagnostics de l’AMARC »

  1. Salut!
    les radios de proximité,comme le cas des pays en développement,présentent un tableau commun,celui des radios pauvres et qui évoluent dans des milieux pauvres.D’où,le besoin pressant d’un accompagnement technique et organisationnel permanent de ces radios.
    Jacques KALONJI
    Journaliste -Directeur Général
    Trace-Medias

    1. Cet accompagnement sera organisé et mis en place par qui?
      Si c’est l’Etat, le contenu ne pourra pas être épargné de l’influence politique.
      Si c’est le Privé, vous mentionnez déjà les problèmes financiers du secteur ce qui n’encourage pas les investisseurs à injecter des fonds.
      A mon avis, il faut s’inspirer du mouvement des radios libres en France qui a suivi l’arrivée de François Mitterand au pouvoir et qui a permis à plusieurs antennes locales de se développer.

  2. Le problème majeure des médias associatifs en Tunisie et en particulier les radios est le manque de compétences disponibles sur le marché. Vous citez dans votre article Radio 6 et radio Sawt el Manajem qui représentent certainement une avancée mais le contenu, la programmation, la présence web restent très en dessous des attentes des tunisiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *