CHR : LA RNT EN FRANCE : 27 ANS D’HÉSITATIONS ET D’ATERMOIEMENTS POUR NOUS ISOLER DU RESTE DU MONDE

Une chronologie publiée dans les « Les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion », n°115,  janvier-mars 2013, numéro thématique consacré à « La radio numérique en France », un dossier coordonné par René Duval.

CHR-115

1986

Date de départ du projet de recherche « Eurêka 147 » pour mettre au point une norme européenne permettant la mise en place de la radio numérique DAB (Digital Audio Broadcasting). Projet regroupant Allemands, Anglais, Français et Hollandais.

1988

Première démonstration mondiale de diffusion numérique de programmes à destination de récepteurs fixes, portables ou mobiles sonores. Le CCETT (Centre Commun d’Etudes de TDF et des Télécoms) et l’IRT (Institut fur Rundfunk Technik) ont réalisé ensemble cette expérience pour démontrer les qualités acoustiques du DAB.

1990

Adoption du système de transmission COFDM (phénomène qui consiste à décomposer le signal numérique en une multitude de signaux).

1991

Le procédé de compression MUSICAM et le système de transmission COFDM sont enfin adoptés par les acteurs de la radio numérique. Ainsi, le Club DAB est créé en France et en octobre, le premier service expérimental de radiodiffusion numérique est mis en œuvre par TDF, à Paris.

1992

La France adopte le système de bande « L », qui permet à certains groupes français de radios de mettre en place des tests de transmission selon la norme DAB.

1994

La norme « eurêka 147 », qui jusqu’à présent était en concurrence avec d’autres systèmes de diffusion, est enfin reconnue par l’ITU (l’International Télécommunication Union) comme étant la seule norme pouvant diffuser des programmes audionumériques. Alors que l’expérimentation se poursuit en France, l’Angleterre et l’Allemagne réussissent à diffuser du numérique recevable par une antenne de voiture.

1995

En mars, à Genève, la plate-forme européenne EuroDab est créée sous la tutelle de l’UER (l’Union Européenne de Radiodiffusion). En juillet, en Allemagne, la Conférence européenne des Postes et Télécommunications, attribue 9 blocs de basses fréquences de la bande L.

Trois mois plus tard, la première Assemblée Générale du Forum EuroDab se tient à Londres. La Grande-Bretagne assiste à la naissance de la première des cinq stations numériques de la capitale.

1996

Le 2 octobre, quelques jours après le lancement du DAB. Paris accueille la seconde Assemblée Générale de World DAB (World DMB aujourd’hui), anciennement Euro Dab, qui s’est élargie au niveau international. Ainsi, le Canada, la Chine, l’Australie et l’Inde rejoignent le forum World DAB. D’autre part, Towercast devient le second opérateur autorisé à diffuser le DAB en France.

1997

La radio numérique se développe en région parisienne avec 18 programmes numériques diffusés sur trois blocs différents en bande L. D’autre part, 15 nouveaux autoradios sont dévoilés lors du grand salon de l’électronique grand public « IFA » à Berlin.

1998

Ouverture de la radio numérique au grand public, avec la commercialisation des premiers autoradios numériques équipés d’écrans textuels. Au même moment, VDL devient le troisième opérateur français autorisé à diffuser le DAB.

 1999

TDF implante le premier réseau autoroutier de radio numérique en France entre Tours et Poitiers.

 2000

Grande première au Royaume-Unis, où les « Dixons shop » une des plus grosse chaîne de magasins anglais, décide de référencer une radio numérique (le DRX-601E de VideoLogic). Cela sera un franc succès et le magasin sera très rapidement en rupture de stock.

 2001

A la fin de l’année 2001, le CSA a décidé d’accorder 9 blocs de radiodiffusion sur la région parisienne. Au même moment, le chancelier Gerhard Schrôder annonce officiellement que d’ici 2015, en Allemagne, tous les programmes FM seront remplacés par des programmes numériques. L’Allemagne est donc le premier pays d’Europe à avoir osé annoncer publiquement l’obsolescence de la FM.

 2002

Cette année marquera très certainement l’explosion de la radio numérique au Royaume Uni. En effet, 350 000 unités de radio numériques sont vendues sur le territoire et les magasins sont en rupture de stocks.

 2003

Mise en place d’un groupe de travail, sous l’impulsion du ministère de la culture, afin de déterminer quels pourraient être les principes du futur régime juridique les plus adaptés à la radio numérique. Cette initiative, marque une nouvelle étape dans le développement de la radio numérique en France.

 2004

Vote au parlement de la loi de juillet 2004 concernant la radio numérique.

 2005

Travaux préparatoires lors de la conférence CRR06 de planification de la bande III pour la radio numérique.

 

2006

Premier test réalisé par l’opérateur de diffusion numérique VDL de T-DMB à Paris.

 

2007

Le choix de l’utilisation de la technologie T-DMB (Terrestrial Digital Multimédia Broadcasting) est retenu comme norme de diffusion numérique en France. Un groupe de travail est organisé par le CSA pour le lancement des premiers appels aux candidatures.

 

2008

Le CSA a lancé les premiers appels à candidatures sur les 19 premières villes de France. Le CSA déclare recevable 358 dossiers de candidatures.

 

2009

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel sélectionne les radios qui diffuseront les premiers programmes de la radio numérique en France. Le CSA lance une consultation publique pour connaître les projets et les attentes des acteurs du marché.

 

2010

29 mars : Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication juge que la RNT n’est pas un chantier «prioritaire ». Mai : le « Bureau de la radio » (NRJ, RTL, Europe 1 et RLC) rappelle son opposition au projet.

« Problème de vision, problème de méthodologie », et « coûts de double diffusion (FM et RNT, ndlr) insurmontables » (Alain Weill). « On se lance dans ce projet sans avoir modélisé un minimum son impact économique » (Denis Olivennes). « La RNT est un non-sens, car elle arrive trop tard : la radio sur IP l’a rendue obsolète » (Jean-Paul Baudecroux). « Nous pensons qu’il n ‘y a pas de modèle économique » (Christopher Baldelli)..

 

2011

25 juin et 9 juillet : manifestations et communication sur la RNT à Lyon, Place de la République, avant une démonstration de diffusion en septembre.

14 décembre : Alors que le dossier est au point mort depuis plus d’un an. Jean-Luc Hess, président de Radio France, a dit mercredi 14 décembre, devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale, son « impatience » quant au lancement de la radio numérique terrestre (RNT) qui « permettrait d’offrir de la radio gratuitement ». Et s’il a reconnu que la RNT posait des problèmes financiers pour les radios, car celles-ci devront prévoir pendant quelques années une double diffusion, celle en analogique coûte 80 millions d’euros par an à Radio France alors que son pendant numérique coûterait une quarantaine de millions.

 2012

29 mars : Malgré le rejet par le Conseil d’Etat du recours déposé par le Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes (SIRTI), le calendrier du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) concernant le lancement de la RNT est toujours d’actualité. Ainsi, le CSA
pourrait s’orienter vers une réouverture de l’appel à candidature sur Paris, Marseille et Nice à la mi-avril et une sélection des candidats d’ici à l’été, pour un lancement début 2013. Un appel à candidature sur vingt zones supplémentaires est prévu. « Le CSA s’est en outre engagé à ce que les autorisations de radio numérique gratuite soient délivrées avant celles de l’éventuelle radio numérique payante », se félicite le SIRTI. Pour rappel, l’affaire remonte à mai 2009 : le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) avait alors sélectionné plusieurs radios qui souhaitaient obtenir une fréquence pour émettre en RNT sur les zones de Paris, Marseille et Nice.

 2013

février : Le CSA vient de procéder aux autorisations des 106 éditeurs retenus à Marseille, Nice et Paris en RNT. «Ce n’est qu’une première étape » indique le SNRL. En effet, il est désormais urgent que chaque éditeur, partageant un droit d’usage au sein du même multiplexe, s’entende avec ses alter egos pour désigner au CSA, avant le 15 mars, l’opérateur de multiplexe à qui il souhaite confier la gestion technique de la diffusion.

Sources : Vivement la RNT, Radio actu, Libération, La lettre Pro.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *