Postradiomorphoses : petit bilan des mutations radiophoniques à l’ère du numérique

arteradioSebastien Poulain, Doctorant au laboratoire MICA, Université Bordeaux 3, Sebastien.Poulain@gmail.com

Le changement de la place et du statut des journalistes radio – dont nous avons rendu compte récemment[1] à propos d’une matinée organisée par le CFPJ Lab[2] et qui sera plus profondément traité lors le colloque « Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique » organisé par le GRER à Strasbourg les 20 et 21 mars 2014[3] – est lié à des changements plus globaux dans le média radiophonique qui ont été largement abordés lors de plusieurs colloques internationaux du GRER dont « Vers la Post Radio. Enjeux des mutations des objets et formes radiophoniques » en 2009[4]. Nous voudrions simplement évoquer certains traits saillants de cette nouvelle mutation radiophonique : les contenus d’abord, l’écoute ensuite, l’économie enfin.

 

I La mutation des contenus

La diversification

Le numérique profite à de nombreux acteurs de la radiophonie et du son. Les radios locales –commerciales ou associatives – deviennent internationales et profitent – si elles en ont les moyens – des technologies utilisées par les grandes radios. Toute institution productrice de contenus sonores (Le CNRS a, par exemple, sa radio.) ou souhaitant faire de la communication événementielle (festival, salon…) ou quotidienne (magasin, transport en commun…), voire tout individu a la possibilité de crée sa radio internationale sur son ordinateur (Par exemple, grâce à Radionomy dont nous reparlerons plus loin.). Evidemment, les moyens matériels, humains, techniques, marketing, économiques, communicationnels sont incommensurables entre des « micro-radios » faites à la maison et les « macro-radios » internationales, à l’image, dans les années 1970-1980, de la différence entre les « radios périphériques » et « radios d’Etat » d’une part et les « radios libres »[5] d’autre part, même s’il y avait déjà de fortes inégalités entre les différents entrepreneurs radiophoniques[6]. En plus de la radio IP, la Radio numérique terrestre (RNT), qui rencontre bien des difficultés[7], rendra accessibles de nouvelles radios puisque le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a reçu 178 dossiers de candidatures (sans ceux, notables, des groupes Lagardère, NextRadioTV, NRJ et RTL) dans le cadre de l’appel aux candidatures lancé le 26 mars 2008 et actualisé le 12 avril 2012. L’assemblée plénière du CSA du 15 janvier 2013 a décidé de délivrer 106 autorisations dans les zones de Paris (20 radios de catégorie A, 14 B, 32 D, 1 E dans 7 multiplex contre 13 A, 12 B, 17 D aujourd’hui), Marseille (15 A, 9 D, 29 D, 1 E dans 6 multiplex contre 8 A, 3 B, 9 C, 5 D, 3 E aujourd’hui) et Lyon (14 A, 11 B, 28 D, 1 E dans 6 multiplex contre 11 A, 7 B, 7 C, 7 D, 3 E aujourd’hui). La norme DAB+ (en vigueur en Grande Bretagne, Allemagne, Suisse et Danemark) vient d’être ajoutée par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, la ministre délégué à l’économie numérique Fleur Pellerin et la ministre de la culture et de la communication Aurélie Filippetti à la norme T-DMB prévue par l’arrêté du 3 janvier 2008[8]. Par rapport à la norme T-DMB, la norme DAB+ permet d’accroître le nombre de radios par multiplex diffusé et de réduire ainsi le coût de diffusion mais elle est moins efficace pour la diffusion de données associées (par rapport aux composantes MPEG-4 vidéo et BIFS de la T-DMB) et moins adaptée à une radio hybride broadcast-IP.

La programmation artistique et documentaire

Au-delà de la radio traditionnelle (parlée et musicale), c’est la radio artistique et documentaire[9] qui a pu se développer[10]. Alors que les radios traditionnelles donnent très peu d’espace aux artistes et documentaristes, internet leur donne une visibilité inédite. Ce n’est plus vraiment de la radio (au sens où on définirait la radio comme du « flux sonore organisé »), mais il y a émulation, découverte[11], métissage… à l’image des rencontres de l’Association pour le développement du documentaire radiophonique et de la création sonore (Addor).

La programmation musicale

En plus d’avoir un choix cornélien parmi une galaxie de radios numériques très spécialisées, les auditeurs ont la possibilité d’influencer le cours de la programmation musicale. Les demandes de titres de chansons est une activité traditionnelle de la radio, en particulier de la radio musicale. Mais les webradios, qui se multiplient, permettent aux auditeurs d’influencer le cours des musiques diffusées grâce à un simple clic. Les webradios proposent des directions de programmation qui sont infléchies par les préférences des auditeurs[12]. Cela aboutit à des webradios individualisées[13] à la limite des listes d’écoute personnelle (« play list ») où il y a peu de déceptions mais aussi peu de découvertes et où l’auditeur est assez peu en contact avec la publicité (plus du tout s’il y a abonnement) et plus du tout avec des journalistes (bulletins d’information) et des animateurs, donc avec le risque de perte d’incarnation, d’humanité, de socialisation et d’identification : des robinets à musique et à publicité pour le dire vulgairement. Radio France vient, quant à elle, d’annoncer la création d’un huitième réseau, baptisé RF8, un site d’écoute et de partage de musique en ligne qui veut devenir prescripteur sur le Web en matière de musique. Il permettra d’écouter, parmi les 1,6 millions de titres que possède la Maison de radio, un flux linéaire et en continu, mais aussi des sélections de huit titres (maximum), disponibles pendant plusieurs semaines, et des listes mémorisables sur iTunes[14] et Deezer[15].

La méta-radiophonie

Il y a un enrichissement considérable des contenus méta-radiophoniques[16] : pré-radiophonie (les fréquences[17] et les programmes annoncés des semaines en avance avec des extraits), post-radiophonie (comptes-rendus d’émissions, gestion des podcasts), péri-radiophonie (coulisses, bibliographie, webographie, biographie des invités et animateurs, présentation des émissions, réseaux sociaux, blogs, forums), synchro-radiophonie[18] (titres des émissions, noms des interprètes et auteurs des chansons, noms des invités et des animateurs, heures de début et de fin des émissions, vidéos, images[19], photos, diaporama, du tagging (marquage de chanson que l’on aime) ou encore de l’information sur l’actualité, la météo, les sports, la circulation automobile).

II La mutation de l’écoute

La spatialisation et temporalisation radiophonique

L’espace et le temps de l’écoute radiophonique évoluent. Si la possibilité d’écouter des radios étrangères/internationales – radio Moscou, BBC, VOA, RFI… – ne date pas d’aujourd’hui[20], il est possible d’écouter les émissions de n’importe quelle radio de n’importe quel pays pourvu qu’elle soit en ligne[21]. Le rapport au territoire s’en trouve modifié, et provoque de nouvelles pratiques d’écoute (découverte de radios lointaines, maintien du lien avec un pays d’origine[22]). Par ailleurs, il y a délinéarisation, élasticité du moment de l’écoute. A la radio historique de flux, du direct, de l’oubli et de l’éphémère s’ajoute la radio patrimoniale à la demande, archivée[23], décalée, augmentée[24], complémentaire, de rattrapage et même par « portions » (trois minutes à partir d’une heure d’émission)[25]. Si la radio permettait déjà une écoute en mouvement et flexible, ce phénomène est fortement accentué par la multiplication des canaux de distributions (opérateur téléphonique, FAI, RNT, satellite) et des terminaux de réception (récepteur numérique, PC, mobile, TV).

L’interactivité

Les auditeurs semblent plus que jamais[26] en demande d’interactivité et de réactivité, domaines dans lesquels les réseaux sociaux sont devenus maitres. Donc, les radios sont amenées à donner la possibilité de participer au « récit radiophonique »[27] via une ouverture d’antenne, leurs commentaires sur les sites internet, des SMS, des tweets, des « likes », des e-mails, des messages dans des « fils » de forums, y compris dans des émissions où leur parole était peu prise en compte auparavant[28]. Cette parole est contrôlée parfois a posteriori (pour les commentaires) alors que les radios ont toujours tenté de contrôler au maximum a priori les auditeurs : y compris les émissions avec participation du public où les auditeurs subissent la plupart du temps un interrogatoire au standard de la radio, notamment quant à leurs intentions radiophoniques et leurs capacités en communication orale. Chacun est invité à s’exprimer sur tout, partout, tout le temps, avec tout le monde. Cela aboutit à une forme de journalisme « participatif »[29] de type « réflexif ». Les auditeurs ne sont pas forcément producteurs d’informations de première main, mais ils commentent, critiquent, réfléchissent, partagent les liens hypertextes ce qui aboutit à un enrichissement variable : du répétitif inintéressant à la réflexion approfondie et argumentée.

La mesure

Du fait de la multiplication des radios et des plates-formes de diffusion, les pratiques des auditeurs sont fragmentées[30], dispersées et plus complexes à mesurer, rendant par là-même le travail des annonceurs, des média planners et des publicitaires difficile et stratégique. Mais contrairement à ce qui se passe lors de l’étude de l’audience des radios hertziennes où Mediamétrie fait appel à la mémoire à court terme des auditeurs pour avoir une idée de l’écoute tous les quarts d’heure, les sites internet des webradios et des radios hertziennes donnent une idée très précise en temps réel de ce qui s’y passe (durée de la visite, zones de clic…) et donc des préférences, goûts, habitudes… avec un suivi individualisé en termes de trajectoire numérique grâce au data mining et plus précisément le Web analytics (avec la méthode Site-Centric et/ou User-Centric). D’un point de vue plus global, l’Office de justification de la diffusion (OJD)[31] a contrôlé l’audience de 6 303 stations numériques[32] en juin 2013 en s’appuyant sur Adswizz et des CDN (Content Delivery Networks) comme Smartjog ou Infomaniak[33]. Il s’agit des radios numériques certifiées sur la base de mesures de diffusion numérique globale, contrôlées à partir des fichiers journaux correspondants et ayant cumulé au minimum cinq heures d’écoute. Cette étude mesure trois types d’audience : l’audience de groupes et réseaux (ceux-ci disposant parfois de nombreuses radios et marques : réseaux Radionomy, groupes NRJ, Nova, Sud Radio, Oüi FM, Classic & Jazz, Public Santé, FG, Futuradios, Hotmixradio), celles des marques de webradios (ceux-ci disposant parfois de nombreuses webradios) et celles des webradios. Si les radios « premium » (les radios diffusant déjà sur les ondes : NRJ, Nostalgie, Nova…) trustent les premières places du classement (donc leurs marques et leurs groupes aussi), certaines webradios non premium et n’appartenant pas à un groupe sont « en embuscade » (ABC lounge, Zonafly, RadioNomix, Enjoystation, Futurstation, RTFM, Radio Mozart) dans le top 20 et devant certaines « premium » (TSF jazz, Ado FM ou Voltage) en terme d’« écoute active » (nombres de sessions d’au moins 30 secondes qui peuvent être nombreuses au cours d’une journée). Pour donner une idée, NRJ est à la fois le premier groupe (mais derrière le réseau Radionomy) avec environ 43 millions d’« écoutes actives » (le cinquième et dernier groupe – Classic & Jazz – ayant environ 600 mille « écoutes actives »), la première marque avec environ 31 millions d’« écoutes actives » (la centième marque – Radio xtreme – ayant environ quatre mille « écoutes actives ») et la première audience pour sa webradio premium avec 7,7 millions d’« écoutes actives » (la centième – Costa del mar de Radionomy – ayant environ 206 845 « écoutes actives »). En juillet 2013, où le contrôle d’OJD[34] a porté cette fois sur 7 855 radios (dont 5.867 ont dépassé les 5 heures d’écoute au cours du mois), les classements sont parfois substantiellement modifiés, notamment pour les radios non premium et a fortiori les radios n’appartenant pas à un groupe : Costa del mar qui passe de la 100ème place à la 79ème (avec 256 393 « écoutes actives »), Jabbo RadioFM qui apparaît directement à la 28ème place mais avec 34 secondes d’écoute moyenne pour 541 863 « écoutes actives », MusicXpres qui passe de la 64ème place (avec 290 497 « écoutes actives ») à la 90ème place (avec 239 969 « écoutes actives »), RTFM qui passe de la 16ème place (763 385 « écoutes actives ») à la 48ème place (361 517 « écoutes actives »)… On remarque donc la volatilité de l’écoute en fonction de possibles coups médiatiques, de campagnes de communication, d’événements, de l’actualité. On remarque aussi l’importance – qui n’est pas non plus une nécessité – du soutien d’un groupe et de ses moyens marketings, communicationnels, humains, économiques pour espérer attirer l’audience. En ce qui concerne la durée moyenne d’écoute par session d’« écoute active » calculée sur l’ensemble des WebRadios, elle se situe à 34 min et 34 s et varie entre 2 min 42 s pour Devocion Radio _ Musica Cristiana et 1 h 50 min 30 s pour ABC Jazz. On peut faire l’hypothèse que l’écoute des webradios correspond à des moments courts et spécifiques de la journée : la pause déjeuner, la consultation des mails ou des réseaux sociaux. Les webradios ouvrent la porte aux « niches » d’audience (musique latine, techno, rap…), notamment les plus « élitistes » – jazz et classique – qui peuvent être très bien classées – Radio Classique (13ème), Radio Mozart (17ème), TSF Jazz (23ème), Classic et Jazz (37ème) – car les CSP+ peuvent les écouter en toutes discrétion (avec des casques) tout en travaillant. Par ailleurs, les podcasts font aussi bouger les classements traditionnels de Médiamétrie : ils placent, par exemple, France Culture (543 000 téléchargements de l’émission de philosophie « Les Nouveaux Chemins de la Connaissance » d’Adèle Van Reeth) derrière Europe 1, et devant RTL ou France Inter[35].

III La mutation économique

Le marché médiatique

La presse radio, de même que la presse écrite et télévisuelle, tendent à se dissoudre dans un espace médiatique numérique multidimensionnel tout en conservant tout de même en grande partie leur identité traditionnelle et leur audience massive (mais vieillissante). Il y a visualisation (images et vidéos : montrer le dire) et transcription (écrire le dire) de la radiophonie de même qu’il y a « audiovisualisation » de la presse écrite (en ligne à l’origine ou pas) et transcription de la presse télévisuelle. Les radios engendrent des télévisions (NRJ 19, BFM TV) tandis que des télévisions engendrent des radios (tentative de LCI sur la RNT avec LCI Radio, et en quelque sorte Arteradio). Enfin, la presse écrite, elle-même, et comme dans les années 1980, crée des radios à l’image de Télérama avec Télérama radio ou de L’Equipe avec RTL-L’Equipe.

Les ressources humaines

Il y a une montée en puissance de la place des personnels spécialisés dans le marketing, le planning stratégique, la communication et les technologies liées à la numérisation des radios. Le métier radiophonique traditionnel (l’animation d’une antenne) est au centre d’une galaxie de canaux numériques (sites internet, blogs, réseaux sociaux, applications, e-mails, forums…) où chacun, du personnel administratif aux techniciens en passant par les auditeurs, est invité à réagir, préparer, commenter pour peser sur la programmation et le devenir des émissions et de la radio en général. Mais il existe de plus en plus des formes de décentralisation (par rapport au métier traditionnel) de par l’existence de portails internet produisant des contenus (informations, divertissements…) parfois totalement indépendants des contenus radiophoniques du fait de l’importance de certaines émissions ou de certains animateurs dont la notoriété, l’activité multimédiatique et les moyens techniques (compte et page Facebook, compte Twitter, blog) sont tels que leur audience se détache de la radio elle-même : Laurent Gerra, Nicolas Canteloup, Laurent Ruquier…

La monétisation

Les changements technologiques impliquent des investissements lourds (ralentissant les mises en œuvre, comme ailleurs : TMP, TNT, fibre, 3G), des adaptations économiques (avec des modèles concentrés, convergents, hybrides, intégrés palliant la diminution des audiences et recettes publicitaires[36]), juridiques (coordination des politiques publiques de régulation à l’échelle internationale) et marketing (les radios doivent être écoutées mais aussi vues et deviennent des marques multisupports ciblant des publics segmentés et communautarisés grâce à des contenus spécialisés, formatés et thématisés). Les questions de rentabilité, monétisation et de business modèle[37] continuent de se poser pour les radios hertziennes qui se mettent en ligne et a fortiori pour les webradios (de même que les petites entreprises qui gravitent dans ce domaine). Donnons l’exemple de Goom Radio et l’un de ses fondateurs : Roberto Ciurleo. Ce dernier débute à Radio Scoop à Lyon, puis devient directeur de l’antenne, des programmes et de la marque NRJ avant de cofonder le bouquet de radios Goom (société Go On Media) en 2008. Il ne manquait pas d’ambition au départ : il annonce qu’il prépare la fin de la FM, la construction du premier studio en IP numérique d’Europe, salarie jusqu’à 70 personnes, vise l’Allemagne et l’Amérique latine et ouvre un bureau à New York, dispose d’un investissement de départ de 15 millions d’euros du fonds d’investissement Partech et Wellington, souhaite dès 2008 créer des stations vouées à des artistes (Candy Station pour Madonna ou Coldplay Radio) et près de vingt radios déclinées autour de différents thèmes (les hits, la musique urbaine ou encore la libre antenne). Mais Goom Radio a eu du mal à trouver son modèle économique et a été placée en procédure de sauvegarde judiciaire en juillet 2013 du fait de sa difficulté à rembourser ses emprunts[38]. Elle n’a pas trouvé son public ou suffisamment de public. L’échec de Goom Radio en BtoC n’a pas été compensée par la réussite en BtoB : Goom se vante d’avoir obtenu des partenariats avec BNP Paribas, Célio, Crédit Mutuel, Toyota, Bayer, la police national, SNCF, L’Oréal, Pages jaunes ou encore Chambly pour des événements et de la communication interne ou externe. Roberto Ciurleo est, quant à lui, revenu sur la vieille FM en devenant directeur délégué de Virgin Radio[39] tout en conservant son poste à Goom[40]. D’autres acteurs de la webradiophonie sont plus en réussite, à l’image de HotMix leader des radios diffusées uniquement sur le net avec un bouquet de 15 formats musicaux, 3 heures de mix tous les soirs, 23 DJs, 2 678 742 « écoutes actives » en juillet 2013 pour l’ensemble de ses radios… Le modèle économique de Radionomy, qui a été récompensé d’un « Rain Internet Radio Award » dans la catégorie « International Excellence in Online Audio » le 17 septembre 2013 à Orlando lors de la quatrième édition des « RAIN Internet Radio Awards »[41], semble très bien fonctionner aussi. Cette plate-forme européenne de radios en ligne qui permet aux utilisateurs de créer gratuitement leur propre webradio regroupe 26 000 radios à travers le monde (dont 6.000 sont des radios créées via Radionomy), 42 millions heures d’écoute, 13 millions d’auditeurs uniques et 92 millions de sessions d’écoute par mois. En mai 2013, selon l’OJD, le réseau Radionomy a récolté le plus grand nombre d’« écoutes actives » (63,9 millions) et d’heures d’écoute (47 millions) devant le Groupe NRJ (45,6 millions en nombre d’« écoutes actives » et 21 millions d’heures d’écoute) sur tous les types de diffusion numérique (Premium, flux audio…) loin devant les groupe Oui FM, Sud Radio, Nova, Classic & Jazz qui sont en dessous des 1,5 millions d’« écoutes actives »[42]. Pour augmenter encore leurs chances d’attirer les annonceurs et pour lutter face aux leaders mondiaux, les principaux acteurs des webradios franco-belges – NRJ Global (200 webradios), Deezer, Radionomy et Hot mix radio – ont lancé en juillet 2013 une offre « radio digitale » commune : Adiopack[43].

En conclusion, on peut dire que c’est un « sacré coup de jeune » que l’« océan numérique » est en train de produire sur la radiophonie. Et c’est donc une « mine d’or » communicationnel, technologique, sociologique, économique pour les chercheurs et étudiants qui se passionnent et étudient cet objet qui nous réserve encore bien des surprises[44] !


[1] POULAIN Sebastien, « La webradiophonie journalistique : les grandes radios ont du retard mais elles se soignent ! », Radiography, 25 septembre 2013, http://radiography.hypotheses.org/793

[2] Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ Lab), « Quel avenir pour la radio face au web compte rendu de la 20e édition du cfpj lab », Lab CFPJ, 12 juillet 2013, http://lab.cfpj.com/quel-avenir-pour-la-radio-face-au-web-compte-rendu-de-la-20e-edition-du-cfpj-lab/

[3] 7ème Colloque International du GRER, Strasbourg, 20 et 21 mars 2014 (http://radiography.hypotheses.org/461). A noter que les « Assises Internationales du Journalisme et de l’information », qui ont lieu les 5, 6 et 7 novembre 2013 à Metz, ont pour thème « Réinventons le journalisme ». Les « Assises du journalisme » et les « Entretiens du WebJournalisme » lancent un concours d’idées pour les étudiants (BRULHATOUR Frédéric, « Réinventons le journalisme ! », Lalettre.pro, 19 septembre 2013, http://www.lalettre.pro/Reinventons-le-journalisme-_a2909.html?preaction=nl&id=20636483&idnl=145358&).

[4] Il est possible d’en trouver un compte-rendu dans la revue Le Temps des Médias (POULAIN Sebastien, Compte-rendu, « Vers la Post Radio – Enjeux des mutations des objets et formes radiophoniques », Le Temps des Médias, n°14, 2010, http://www.histoiredesmedias.com/Colloque,2321.html).

[5] Le colloque GRER « Radios libres, 30 ans de FM°: la parole libérée ? » des 20 et 21 mai 2011 à l’université Paris Diderot sera publié prochainement par l’INA. Il est possible d’en trouver un compte-rendu dans la revue Le Temps des Médias (POULAIN Sebastien, Compte-rendu, « Colloque international « Radios libres, 30 ans de FM°: la parole libérée°? », organisé par le GRER, Paris, 20-21 mai 2011 », Le Temps des Médias, n°16, 2011, https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2012-2-page-245.htm). Lire aussi : LEFEBVRE Thierry, La bataille des radios libres, 1977-1981, INA-Nouveau Monde, Paris, 2008

[6] A noter que si internet, de même que les « radios libres », a vu apparaître de nombreuses radios, ce sont toujours les « radios généralistes » « publiques » ou « périphériques » vieilles de plusieurs dizaines d’années qui obtiennent les plus grandes audiences (seules certaines radios musicales ainsi que France Info et France Bleu sont devenus de redoutables concurrents) et le plus d’impact sur la société (citations dans d’autres médias, notoriété, organisations d’événements …).

[7] Comme l’expliquait un directeur de RFI au salon Le Radio 2013 qui a eu lieu du 9 au 12 février 2013 (http://www.le-radio.com/Salon-Le-RADIO-2013-du-9-au-12-fevrier-2013-Rencontrez-les-grands-noms-de-la-radio_a5463.html), il n’y a pas encore de radio totalement numérique de la production à la réception.

[8] REES Marc, « La France ajoute la norme DAB+ à la radio numérique terrestre », PCINpact, 28 août 2013, http://www.pcinpact.com/news/75534-la-france-va-ajouter-norme-dab-a-radio-numerique-terrestre.htm

[9] DELEU Christophe, Le documentaire radiophonique, L’Harmattan/Ina, Paris, 2013

[10] BERTIN Marie, « Rythmes et formats : “Silence, s’il vous plaît !”. De la place accordée aujourd’hui au silence à la radio », Syntone, http://www.syntone.fr/article-silence-en-studio-rythmes-et-formats-en-radio-aujourd-hui-111337871.html

[11] La revue XXI (http://www.revue21.fr/) sélectionne chaque mois des documentaires radiophoniques.

[12] La webradio musicale Pandora propose quatre options à l’internaute à chaque nouvel artiste : « Thumbs up » permet de demander de jouer davantage de musiques similaires ; « no response » ne modifie pas le cours ; « Zzzz » fera en sorte que le titre ne sera plus joué pendant un mois ; « Thumbs down » permet de sauter le titre d’éviter de rejouer le titre et d’éviter les musiques similaires.

[13] Ces plateformes/webradios sont connues : Jiwa (site musical de lecture en continu, légal et gratuit), iTunes, Deezer, MusicBrainz (base de données musicale, collaborative, universelle, librement diffusable), Last.fm (webradio et site internet proposant un système de collection de statistiques et de recommandation de musique), Radio.blog (programme permettant d’écouter gratuitement de la musique, de toutes variétés sur Internet), Deezer (service d’écoute de musique à la demande en streaming), musicMe (service légal de musique et de diffusion gratuite de vidéo clips HD), WorMee (était un service d’écoute de musique en ligne communautaire avant le rachat par Deezer), ShareTheMusic (plateforme internet, gratuite et légale d’échange de musique), Spotify (logiciel d’écoute de musique en streaming qui utilise le peer-to-peer).

[14] iTunes Radio, qui existe depuis l’été 2013 aux Etats-Unis, pourrait apparaître en France en 2014 et permettre d’écouter des albums avant qu’ils soient mis dans le commerce et des centaines de radios soit gratuitement mais avec de la publicité, soit sans publicité pour les abonnés au service iTunes Match. Les auditeurs pourraient acheter les morceaux écoutés à la radio via iTunes store. A terme, Apple pourrait suivre le modèle d’écoute (srtreaming) et économique (abonnement) que Spotify et Deezer (« L’arrivée d’iTunes Radio en France évoquée pour 2014 », Numerama, 3 octobre 2013, http://www.numerama.com/magazine/27145-l-arrivee-d-itunes-radio-en-france-evoquee-pour-2014.html).

[15] METREAU Joël, « RF8, une nouvelle plate-forme musicale pour Radio France », 20minutes, 28 août 2013, http://www.20minutes.fr/medias/1214819-20130828-rf8-nouvelle-plate-forme-musicale-radio-france

[16] C’est l’un des thèmes des Rencontres Radio 2.0 Paris qui ont lieu à l’INA le 15 octobre 2013 (http://www.rr20.fr/) : « Radio Augmentée & la Publicité ».

[17] L’application « Ma radio FM », développée par la direction des technologies et la direction des opérateurs du CSA, permet de savoir quelle radio écouter, sur quelle fréquence dans une ville, la qualité de la réception, les fréquences d’une radio, des fiches émetteur par émetteur avec la localisation du site d’émission sur une carte Géoportail et un diagramme de rayonnement (VERHAEGHE Jean-Charles Verhaeghe « Ma radio FM : l’appli pratique du CSA », Lalettre.pro,. 9 Septembre 2013, http://www.lalettre.pro/Ma-radio-FM-l-appli-pratique-du-CSA_a2853.html?preaction=nl&id=20636483&idnl=144605&).

[18] Par exemple, Dr Marc Brelot (http://doctrix2012.wordpress.com/2012/04/26/dr-marc-brelot-fondateur-et-president-de-vizionr/), membre du GRER, a fondé Vizion’R qui offe les moyens de produire automatiquement des contenus visuels (génération en temps réel de vidéos à partir de sons et de données associées ou encore de players HTML5 multiplateforme) en complément du programme sonore d’une radio à destination d’un large éventail d’appareils multimédia (un récepteur comme le Sensia de Pure ou l’Axis de Revo, un téléphone mobile, les fournisseurs d’accès pour l’IPTV, un téléviseur connecté à la norme HbbTV) à partir du projet HYB-RADIO (« Services de Radio Enrichie par agrégation synchronisée de flux multimédia en diffusion hybride ») financé par l’Agence nationale de la recherche et en collaboration avec Radio France.

[19] L’application des Indés Radios (groupement qui représente plus de 120 radios indépendantes) permet une écoute à la demande des derniers flashs info et bulletins météo des radios, de se réveiller et/ou de s’endormir avec une radio, de réécouter les dernières radios consultées via un historique, de suivre l’actualité des Indés Radios et de ses radios, de visualiser et écouter les titres en cours de diffusion sur l’ensemble des stations sous la forme d’une mosaïque de pochettes, d’activer la fonction de géolocalisation pour trouver les radios locales, de faire une recherche par ordre alphabétique… (BRULHATOUR Frédéric, « Application Les Indés Radios : près d’un million de téléchargements », Lalettre.pro, 24 Septembre 2013, http://www.lalettre.pro/Application-Les-Indes-Radios-pres-d-un-million-de-telechargements_a2937.html?preaction=nl&id=20636483&idnl=145658&).

[20] WUILLEME Bernard, Les radios internationales, Ellipses Marketing, Paris, 2007

[21] Ce n’est pas forcément possible pour les télévisions en ligne, notamment en ce qui concerne les podcasts de films ou séries qui peuvent être fermés au visionnage à l’international.

[22] RICAUD Pascal, « Les radios communautaires de la FM à Internet », sous la direction de Jean-Jacques Cheval, Médiamorphoses, no23, Armand Colin/INA, Paris, 2008, http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/28258/2008_23_45.pdf?sequence=1

[23] POULAIN Sebastien, « De la démocratisation du micro à la démocratisation des archives ! », Radiography, 16 juillet 2013, http://radiography.hypotheses.org/704

[24] Il est possible de faire des enregistrements mais aussi des pauses, de revenir en arrière puis de retourner dans le temps présent lors d’émissions en direct.

[25] MOUNEYRES Pascal, « Le haut-débit des ondes », Les Inrockuptibles, n°738, 20 janvier 2010, p101, http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/article/france-culture-devant-rtl-la-radio-a-lere-du-tout-numerique/

[26] CHEVAL Jean-Jacques (sous la direction de), « La radio : paroles données, paroles à prendre », MédiaMorphoses, no 23, Armand Colin / INA, Paris, 2008 ; DELEU Christophe, Les anonymes à la radio. Usages, fonctions et portée de la parole, De Boeck, Paris, 2006 ; GLEVAREC Hervé, Libre antenne. La réception de la radio par les adolescents, INA-Armand Colin, Paris, 2005 ; POULAIN Sebastien, « Guérir de la société grâce à la radio : usages des libres antennes de Radio Ici et Maintenant », GT13, AISLF, Istanbul, 7-11/07/2008, http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/gtsc/DOCS_SOCIO/istambul/Actes_AISLF_GT13_Istambul_2008.pdf

[27] Le colloque GRER « Radio et narration°: Le réenchantement ? », du 19-20 novembre 2010 à Bruxelles sera prochainement publié dans la revue Recherches en communication.

[28] GICQUEL Camille, « La radio numérique cherche encore sa voie », Rslnmag, 9 septembre 2013, http://www.rslnmag.fr/post/2013/09/09/La-radio-numerique-cherche-encore-sa-voie.aspx

[29] REBILLARD Franck, « Création, contribution, recommandation : les strates du journalisme participatif », Les Cahiers du journalisme, no 22/23, automne 2011, http://www.cahiersdujournalisme.net/cdj/pdf/22_23/02_REBILLARD.pdf

[30] GLEVAREC Hervé et PINET Michel, La radio et ses publics. Sociologie d’une fragmentation, Ed. Seteun / Irma, 2009 ; CHEVAL Jean-Jacques (sous la direction de), Audiences, publics et pratiques radiophoniques, MSHA, Pessac, 2003

[32] Les radios des groupes RTL, Lagardère, NextRadio TV, Radio France ou encore de Skyrock sont absentes de l’étude ce qui est plutôt problématique !

[33] L’Office de justification de la diffusion (OJD). COLIN Michel, « Le 1er classement officiel – mais partiel – des webradios va-t-il stimuler le marché publicitaire ? », RadioActu, 24 juillet 2013, http://www.radioactu.com/actualites-radio/146157/michel-colin-le-1er-classement-officiel-mais-partiel-des-webradios-va-t-il-stimuler-le-marche-publicitaire/#.UjLSc8appNx

[35] « Europe 1, France Culture et RTL sont les radios les plus téléchargées », Challenges, 20 février 2013, http://www.challenges.fr/media/20130220.CHA6420/europe-1-france-culture-et-rtl-sont-les-radios-les-plus-telechargees.html

[36] Notons tout de même qu’entre août 2012 et août 2013 et selon l’étude Adex Report de Kantar Media, il y a eu une augmentation de 19,4% de l’investissement publicitaire dans le média radio, passant de 219 à 261 millions d’euros (sur la même période, le total média augmentait de 5,4%, passant de 1 326 à 1 398 millions d’euros). Il y a eu une augmentation de 7,5% entre la période janvier-août 2012 (2 582 millions d’euros d’investissements) et la période janvier-août 2013 (2 577 millions d’euros d’investissements). Sur la même période, le total média augmentait de 1,3%, passant de 16 582  à 16 796 millions d’euros (BRULHATOUR Frédéric, « Publicité radio : une insolente santé », Lalettre.pro, 20 Septembre 2013, http://www.lalettre.pro/Publicite-radio-une-insolente-sante_a2923.html?preaction=nl&id=20636483&idnl=145452&).

[37] Les webradios utilisent la stratégie de la « longue traine » développée par Chris Anderson (La Longue Traine, Pearson, 2009) selon laquelle les nouvelles technologies transforment les marchés de masse en une masse de niches. En ciblant les communautés, les radios disposent d’audiences déterminées et peuvent placer les messages publicitaires directement auprès des publics les plus réceptifs – messages qui continuent d’avoir besoin d’être entendu sept fois pour être mémorisé.

[38] « Goom Radio placée en procédure de sauvegarde », Strategies, 16 juillet 2013, http://www.strategies.fr/actualites/medias/217005W/goom-radio-placee-en-procedure-de-sauvegarde.html

[39] Lagardère a hésité à vendre ses parts de Virgin Radio (ex-Europe 2) – qui est en difficulté depuis plusieurs années – à Goom Radio (Thibault Leroi « Virgin Radio – Lagardère renonce à la cession et nomme Roberto Ciurleo à la direction », RadioActu, 9 octobre 2012, http://www.radioactu.com/actualites-radio/142641/virgin-radio-lagardere-renonce-a-la-cession-et-nomme-roberto-ciurleo-a-la-direction/#.UjMCCsappNw).

[40] Très à l’aise dans le milieu du showbusiness, il est aussi directeur artistique et auteur de textes de chansons de la comédie musicale « Robin des bois ».

[41] BRULHATOUR Frédéric, « Le Rain Internet Radio Award pour Radionomy », Lalettre.pro, 19 septembre 2013, http://www.lalettre.pro/Le-Rain-Internet-Radio-Award-pour-Radionomy_a2907.html?preaction=nl&id=20636483&idnl=145358&

[42] OJD, Communiqué de Presse, 16 juillet 2013, http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:mqrsCeMOGFYJ:www.lalettre.pro/attachment/430773/+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr. L’écart s’est encore accentué au mois de juillet 2013 où le réseau Radionomy a atteint 65,5 millions d’écoutes actives tandis que le groupe NRJ se retrouvait à 41,7 millions d’écoutes actives (OJD, Communiqué de presse, 1 octobre 2013, http://www.ojd.com/dyn/_files/attach/CP%20OJD%20Web%20Radios%20%20Juillet%202013.pdf).

[43] BROUSSE Solange, « NRJ Global, Deezer, Radionomy et Hot mix radio font offre digitale commune », 9 juillet 2013, http://www.strategies.fr/actualites/medias/216464W/nrj-global-deezer-radionomy-et-hot-mix-radio-font-offre-digitale-commune.html

[44] Signalons les Assises de la Radio qui auront lieu le 22 octobre 2013. Voici aussi une vidéo humoristique et provocatrice de Benjamin Senez, pour la régie IP France qui commercialise les espaces de RTL, RTL2 et Fun Radio, qui vise à montrer l’utilité de la radio en montrant ce que deviendrait notre vie quotidienne : « Et si la radio n’existait pas… », 10 septembre 2013, https://www.youtube.com/watch?v=F4R8y0zi2es.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *