Parution « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement »

recherches en comLe 37ème numéro de la revue Recherches en Communication (Université catholique de Louvain) consacré à « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement «  vient de paraître sous la direction de Frédéric Antoine.

Ce dossier thématique de 10 articles dédiés au récit radiophonique et au développement du narratif radio s’inscrit dans le sillage du colloque Radio et narration. le Réenchantement ? organisé à Bruxelles Facultés St-Louis les 19-20 novembre 2010 par l’Observatoire du Récit médiatique (ORM) de l’École de communication, Université catholique de Louvain et le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER)

Suivez ce lien pour consulter le numéro  et télécharger les articles au format PDF
Consultez en suivant le sommaire et les résumés :

   Frédéric ANTOINE. Radio et narration: de l’enchantement au réenchantement (Introduction dossier)
   Frédéric ANTOINE. Éléments pour une typologisation de la narration radiophonique
Le récit faisait originellement intrinsèquement partie d’un des fondements du langage et de l’offre programmatique radiophonique. La concurrence intermédiatique évinça par la suite une large part du champ narratif du domaine de la radio. Depuis quelques années, on assiste toutefois à un réinvestissement du média par des formes narratives fort diverses. Ayant observé cette évolution et déterminé les invariants organisant les rapports entre le média et l’univers du récit, cet article entend aider à l’analyse actuelle de ce domaine en proposant de typologiser ces récits narratifs et d’envisager leur approche dans des matrices analytiques.
   Christophe DELEU. Le récit dans le documentaire de type journalistique
Comment le genre documentaire radiophonique de type journalistique s’est-il constitué, puis stabilisé à la radio ? Dans cet article, nous montrons comment la prise en compte de l’étude du récit permet d’interroger la notion de genre, ici le documentaire, en tenant compte de la situation de communication, ainsi que le permettent les emprunts aux recherches sur le récit en littérature. Nous analysons comment le genre documentaire de type journalistique à la radio, même s’il repose sur des formes de récits invariants, évolue néanmoins selon le contexte. Par exemple, la présence d’un médiateur-narrateur est constante depuis l’apparition du genre au milieu des années 1930. En revanche, sa place dans le dispositif a subi de profondes mutations (style de la narration, ton de la voix, rapport de places entre journalistes et interviewés…). Nous montrons ainsi comment ce type de productions médiatiques est mis en ondes à travers des récits, qui s’articulent autour d’un contrat d’information, qui perdure malgré la transformation des récits.
   Andrée CHAUVIN-VILENO. Faut-il écouter pour entendre ?
Deux modalités de narration radiophonique, celle du documentaire (en l’occurrence Les Pieds sur Terre sur France-Culture) et celle de la matinale sont mises en regard à propos de l’expérience de détention de Clotilde Reiss en Iran (2009-2010). Alors que la matinale scénarise, démultiplie angles et temps, et fait fond sur la doxa, le documentaire use du montage pour ménager au témoignage son identité énonciative et son mouvement propre, et rendre sensible la singularité vécue de la réalité.
   Chiara NANNICINI STREITBERGER. Les pièces radiophoniques expérimentales. L’exemple de Peter Handke et de Georges Perec (1968)
En 1968, au moment où le succès de la pièce radiophonique commence à décliner, le genre se prête particulièrement aux expériences de création alternative, qui expérimentent d’autres voies d’expression. Georges Perec et Peter Handke, deux jeunes écrivains à l’époque, conçoivent des œuvres radicales et originales. L’intrigue est négligée au profit de la réflexion sur le langage, chez Perec, qui propose dans Die Maschine une lecture apparemment automatique – en réalité très éloquente et ironique – d’un poème de Goethe. Chez Handke, c’est une situation très typique de la pièce radiophonique classique, l’interrogatoire de police, qui est exploitée, décortiquée et tournée en dérision. Dans deux autres pièces, ces auteurs expérimentent presque en même temps la juxtaposition et la simultanéité des voix. Pourtant, il ne s’agit pas, pour eux, de critiquer l’écriture radiophonique, de montrer ses limites narratives. Loin de là : sous la plume de ces auteurs, elle affiche une nouvelle force d’expression, qui exploite le médium radiophonique pour raconter autrement et solliciter la réaction de l’auditeur.
   Susana HERRERA DAMAS. The roles of the narrator in radio features
Although for time and economic reasons radio feature is not as common as other genres, it is a very necessary and useful type of text today. Thanks to it journalists can provide more perspective and better contextualize the facts. To do so, a narrator is required. The aim of this paper is to describe the different roles that narrators can play in radio features. As we will see, this figure must play some mandatory functions, whereas others are optional. Among the mandatory, we fill find the perceptual and narrative functions. The communicative, testimonial and administrative functions are optional. The prevalence of one function or another leads us to several types of narrator.
   Séverine EQUOY HUTIN. Le récit radiophonique d’affaire judiciaire. Une narration à enjeux de fidélisation et de cohérence hyperstructurelle. L’exemple de « Café Crime »
Cette contribution se situe dans le cadre de l’analyse du discours médiatique (Charaudeau) et s’interroge sur le récit radiophonique de fait divers et d’affaires criminelles. Elle prend pour objet d’analyse l’émission quotidienne « Café Crime » présentée par Jacques Pradel et diffusée sur la station de grande écoute Europe 1 (jusqu’en juillet 2011) et plus particulièrement le récit qui inaugure chaque émission. Ainsi, cette étude analyse le fonctionnement narratif récurrent de ce récit en tenant compte de la nature du contrat de communication médiatique mais également du contexte de diffusion, des contraintes imposées par le medium et de l’hyperstructure de l’émission qui y recourt. Elle examine les modalités par le biais desquelles le récit radiophonique de fait divers répond à la double finalité qui anime le contrat médiatique et notamment les stratégies utilisées pour alimenter et stimuler l’attention de l’auditeur (captation). Après une brève présentation de l’émission en première partie, un second temps est consacré à une analyse du récit consacré à l’affaire Jacques Viguier de façon à montrer que l’auditeur n’est pas simplement invité à écouter mais qu’il devient un témoin, acteur voire co-narrateur des évènements racontés. Enfin, la troisième partie resitue le récit dans l’hyperstructure de l’émission dans la perspective de mettre en évidence les interrelations entre le récit et les contraintes pragmatiques et structurelles imposées par le support radiophonique.
   Blandine SCHMIDT. La radio de tous les maux
 À l’heure de la généralisation de la parole des anonymes dans les médias, cet article s’interroge sur l’évolution des modalités d’expression du moi et de ses difficultés personnelles dans le cadre radiophonique. Malgré la diversité des genres, des thématiques et des époques concernant les programmes interactifs diffusés sur les ondes, la plupart d’entre eux prennent le parti d’exposer la vie privée des personnes sur la place publique. L’assistance, le soutien voire la prise en charge de leurs problèmes sont couramment en toile de fond. Nous concentrerons plus particulièrement notre attention sur les dispositifs interactifs radiophoniques ainsi que sur la place accordée à la parole des auditeurs dans le cadre de l’émission de Menie Grégoire sur RTL de 1967 à 1981 et au sein de « Lahaie, l’amour et vous » diffusée sur RMC depuis 2001. Animées toutes les deux par des femmes, elles se proposent de recueillir sur un mode cathartique les témoignages intimes des personnes dans le besoin afin de les conseiller ou de les aider. En confrontant les différents dispositifs mis en place entre les années 1960 / 1970 et les années 2000, et leurs appropriations par les auditeurs, nous reviendrons sur leurs temps d’expression, leurs degrés d’implication et les différents modes discursifs afin de mieux saisir la portée et l’impact de la parole profane à la radio.
   Avelino AMOEDO, María DEL PILAR MARTINEZ-COSTA, Elsa MORENO. La radio généraliste sur Internet. Vers la construction d’un nouveau modèle
La radio généraliste fait face à un changement substantiel dans ce que nous appelons la société de la communication interactive. Catalyseur de la convergence numérique, Internet constitue un nouvel espace de communication pour la radio, lequel exige de revisiter les stratégies, les concepts et la dynamique traditionnelle employés jusqu’à présent par le média radiophonique. Sur le web, la radio généraliste adopte une nouvelle dimension informative entraînant un modèle narratif, productif et programmatique original visant à apporter une alternative à l’écoute en direct et à la demande, et à encourager l’interactivité et le dialogue avec l’auditeur. Cette communication vise à décrire le nouveau statut de la radio généraliste sur Internet.
   Isabel GUGLIELMONE. La radio « enrichie ». Nouveau support, nouveau récit ?
Ce travail propose une réflexion sur un nouveau média : la radio enrichie, une remédiation entre l’audition de la radio, grand média classique et les possibilités de navigation et d’interactivités proposées par le Web. A partir de la présentation d’un exemple d’applications du logiciel Scenari 2Web radio sur une émission de radio de la série « 2000 ans d’Histoire » titrée Les Droits de l’Homme, nous nous interrogeons sur les potentialités et les limites de ces écritures numériques dont les caractéristiques sont : la présence prédominante et stable de la bande sonore et sa fragmentation, médiatisés par l’écran et « enrichie » par des images, du texte, des archives, des données actualisables et les possibilités offertes par l’interaction.
   Sébastien POULAIN. Le réenchantement du récit radiophonique comme réenchantement du monde
Cet article consiste principalement à décrire et analyser la place et la contribution du récit de la radio New Age Ici et Maintenant au sein des phénomènes d’enchantement, de désenchantement et de réenchantement du monde. Il s’agira de se demander comment l’enchantement ou le réenchantement du récit radiophonique peut conduire à une forme d’enchantement ou de réenchantement du monde. L’hypothèse de départ est que ce qui a été qualifié de fin progressive des « grands récits » est consubstantielle à une forme de « désenchantement du monde » qui trouve des formes de compensation par l’apparition de « petits récits » réenchanteurs comme celui diffusé par la radio associative parisienne Ici et Maintenant (RIM). En effet, cette radio tente de réenchanter ce récit par la propagation de ses idées New Age tant du point de vue de sa forme discursive que de son contenu politico-religieux.

La section varia de ce numéro intitulée « Paroles du conflit, conflits de paroles » est réservée à la médiatisation des conflits du travail et plus généralement de l’action collective dans les sociétés contemporaines.

Conditions d’abonnement : http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/about/subscriptions

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *