Tous les articles par nozhasmati

Radiophone québécoise : journée d’étude université Laval-Québec

logo grer        Journée d’étude        1413306099

Radioactif / De la pratique à la fabrique de la radio

Projet initié et coordonné par : Marie-Laurence Rancourt

Journée d’étude sur la radiophonie québécoise

Vendredi 28 novembre 2014- Université Laval, Québec

Site : http://radioactif.weebly.com/

Présentation de l’évènement : Continuer la lecture de Radiophone québécoise : journée d’étude université Laval-Québec

Présentation d’ouvrages sur la radio – Le 10 octobre 2014

Etienne Damome  et Christophe Deleu membres du GRER ont le plaisir de vous inviter à une soirée de présentation de deux nouveaux ouvrages sur la radio : Radios et religions en Afrique Subsaharienne et Le Documentaire radiophonique.

Rendez-vous le vendredi 10 octobre 2014, de 19h à 21h à la Librairie l’Espace Harmattan, 21 bis rue des Ecoles 75005 Paris (Métro Maubert Mutualité)

Site : http://www.harmattan.fr/groupeharmattan/librairies.html

                             Damome           Deleu

Continuer la lecture de Présentation d’ouvrages sur la radio – Le 10 octobre 2014

Parution : Les mondes de la musique

temps des médiasLe Temps des Médias n°22, Printemps-été 2014

Dossier coordonné par Hélène Eck et Caroline Moine. La musique est un univers déconcertant : phénomène immatériel et éphémère, elle est liée à la matérialité d’objets, à l’action et la coprésence d’individus, à l’activité de lieux dédiés dont la réunion seule lui permet d’apparaître à la fois événement unique et patrimoine en voie de constitution. Ces objets, ces personnes, ces lieux, sont partie intégrante du processus de médiation qui fait advenir la musique indissociable de la médiatisation qui en rend compte à des fins de toute nature : commerciales, esthétiques, politiques. Cette médiatisation façonne la « vie musicale », nourrit une relation étroite entre l’univers abstrait des sons et des émotions et le monde des médias, fait de textes, de paroles, de machines et d’images. C’est pourquoi, il n’est pas excessif d’affirmer que les mondes de la musique sont aussi des mondes de papiers, de techniques et d’images, étroitement liés les uns aux autres. Continuer la lecture de Parution : Les mondes de la musique

De nouvelles radios associatives en Tunisie…

Francesco Diasio, Secrétaire général AMARC

Montréal, 3 septembre 2014

L’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) salue la décision de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) d’accorder huit nouvelles licences de création et d’exploitation de chaînes de radio associatives. « C’est une journée historique, non seulement pour la Tunisie mais pour tous les États du Nord Afrique et du Proche Orient », a commenté Francesco Diasio, Secrétaire général de l’AMARC, suite à la décision de la HAICA. « Cette décision du Conseil de la HAICA place la Tunisie au sommet des États arabes sur le plan des réglementations audio-visuelles. C’est un laboratoire de démocratie qui doit etre défendu et proposé comme modèle dans toute la région », continue M. Diasio. Continuer la lecture de De nouvelles radios associatives en Tunisie…

Zoom sur : Les Français et la radio

 

Sans titre    http://www.lesblogsmedias.fr/

Mediametrie 126 000 sept 2013 – mars 2014, Panel Radio 2013 – 2014, Panel Radio Premium 2012 – 2013, Global Radio sept – oct 2013, Étude ad hoc Équipement Radio février 2013

Huit Français sur dix écoutent la radio du lundi au vendredi, 43,3 millions d’individus âgés de 13 ans et plus, chaque jour. L’âge moyen de l’auditeur est de 46,4 ans, soit particulièrement proche de la moyenne nationale (47,1 ans).

Fort de ces quelques chiffres, la radio s’impose comme un média particulièrement fédérateur et affiche non seulement une belle santé, mais également une jolie résistance à la montée en puissance des autres médias… Mieux : avec près de 900 opérateurs, plus de 7 000 fréquences et des milliers de web radios, il se développe et s’adapte aux nouvelles donnes de l’équipement et des habitudes de consommation qui en découlent. Sur la période septembre 2013 – mars 2014, il a rassemblé 87,5% des individus de 15 ans et +, contre 79,4% vingt ans plus tôt (septembre 1993 – mars 1994).

Chaque foyer dispose en effet de 9,6 supports permettant d’écouter la radio ! En terme d’utilisation, c’est l’auto-radio qui a la préférence des auditeurs. 84% des foyers en possèdent un et il génère 29% du volume d’écoute (37% chez les actifs). La chaîne hi-fi (73% de foyers possesseurs) arrive en 2ème position, suivie du bon vieux transistor qui n’est présent que dans 49% des maisons.

Les supports numériques, de plus en plus présents chez les français, ne sont évidemment pas en reste et notamment du côté des jeunes générations. Plus de 8 individus sur 10 ont désormais la possibilité d’accéder à une station via un ordinateur à domicile. Près de 7 sur 10 disposent d’un téléphone recevant la FM via un site ou une appli, 37% d’un baladeur, 25% d’un Dock ou d’une station d’accueil avec tuner FM et plus d’un sur cinq, d’une tablette digitale.

Du coup, les usages évoluent en conséquence. Sur une journée, 6,3 millions d’individus, soit près de 12% de la population, écoutent la radio sur un support multimédia, c’est presque 3 fois plus qu’en 2009. Ces « nouveaux » supports participent désormais pour 12,1% au volume global d’écoute.

Ajoutée à la gratuite et à l’accessibilité, la mobilité du média renforcée par le numérique explique certainement sa bonne tenue à travers les années et malgré les forts bouleversements du paysage. La radio s’écoute pour la moitié de temps (51%) hors domicile, essentiellement en voiture, mais aussi sur le lieu de travail ou durant les multiples déplacements.

Ainsi, si la durée d’écoute qui était de 3h12 / jour en 1993 a eu tendance à diminuer les années suivantes, elle montre une grande stabilité, voire une légère hausse avec 2h57 constatées sur la période sept 2013 – mars 2014, soit 5mn de plus que dix ans plus tôt (13 ans et +).

L’éventail des raisons de fréquenter le média radio est aussi large que l’offre disponible. La musique arrive en tête avec 59% des motivations. Elle est suivie de près par l’information : 55%. Les programmes des stations trouvent ensuite leur public sur ce qui fait la proximité du média : informations pratiques concernant la vie quotidienne avec météo et circulation attirent plus d’un tiers (35%) des auditeurs. Les émissions de divertissement sont quant à elles plébiscitées par 19% des individus, les émissions politiques 17%, les interactives 14%. Culture et sport ferment la marche avec 12%.

Logiquement, on trouve donc les musicales sur la première marche des audiences avec 21,9 millions d’adeptes, en progression, et à leur plus haut niveau sur le premier trimestre cette année : 41,3% d’Audience Cumulée. Elles sont talonnées de plus en plus près par les généralistes : 20,3 millions d’auditeurs et 38,4% AC, soit 1,4 point supplémentaire en dix ans.

Les contenus locaux sont de plus en plus fédérateurs et sont passés de 17,5% à 19,9% de couverture en dix ans, touchant aujourd’hui 10 millions de personnes.

Premières par l’Audience Cumulée, les musicales marquent toutefois le pas vis à vis des généralistes lorsqu’il s’agit de durée d’écoute, avec 1h52 / jour vs 2h39. Pour les deux familles, les Matinales restent le rendez-vous incontournable. Le phénomène s’amplifie même puisque l’audience moyenne à 8h est passée de 25,2% à 27% en dix ans. À ce moment, 14,3 millions de paires d’oreilles sont attentives, et 66% des auditeurs sont présents sur la tranche 6h-9h.

La journée connait ensuite deux temps forts entre 9h et 12h (49% des auditeurs) et entre 14h 18h (47%), pour ensuite faiblir (31% entre 18h et 20h), et laisser enfin la vedette au petit écran.

Lien : http://www.lesblogsmedias.fr/2014/05/19/121138-zoom-sur-les-francais-la-radio/ 

Festival SONOR édition 2014

                                      Causerie journalisme radio à l’heure du numérique

son  Écouter sur Radio Jet FM 

L’avènement du numérique et l’omniprésence d’internet bouleversent le paysage médiatique. Dans ce contexte, quid de l’information produite par la radio ? La radio occupera-t-elle à terme la place qu’elle occupe encore aujourd’hui, celle d’un média majeur bénéficiant de la plus grande confiance ? Comment cette révolution numérique impacte-t-elle d’ores et déjà les pratiques des journalistes à l’oeuvre sur les ondes ? Quels effets sur les contenus proposés ? Quelles conséquences sur le plan économique ? Qu’en est-il du point de vue de l’écoute et des auditeurs ? Quelles perspectives ?

Voir site radio Jet FM :  http://www.jetfm.asso.fr/site/Le-journalisme-radio-a-l-heure-du.html

 

Informer, créer, transmettre avec la radio

Journée académique de formation

Informer, créer, transmettre avec la radio

Programme de la journée

Dans le cadre de la formation des enseignants de l’académie de Créteil, le CLEMI organise avec la DAAC, un grand rendez-vous intitulé « Journée académique autour d’un média » en partenariat avec Radio France.

Cette journée, intitulée « Informer, créer et transmettre avec la radio » a lieu le 9 avril 2014 au lycée Suger, à Saint-Denis.
Elle s’adresse aux enseignants de toutes disciplines ainsi qu’aux personnels de la vie scolaire. L’objectif est de permettre aux participants, par des échanges avec des professionnels, de réactualiser et d’enrichir leur connaissance d’un média en mutation mais aussi d’apporter les éléments et les éclairages pour la mise en œuvre de savoirs et de pratiques renouvelés dans les classes.

Cette journée académique de formation se déroulera :

Le 9 avril 2014 de 9h à 18h (Accueil des participants à partir de 8h30)

Le déjeuner sera offert sur place.

Au lycée Suger-Lycée des métiers de l’image et du son

6, avenue Le Roy des Barres

93200 St Denis – M°Porte de Paris (L13) ; RER B Stade de France ; Bus 170, 253

A  l’occasion de  cette journée seront présentés les partenariats entre l’académie et la Maison de la radio, des tables-rondes, des conférences et des ateliers.

La journée se terminera par la projection du film La Maison de la radio, de Nicolas Philibert, en présence du réalisateur.

Pour plus d’information : clemicreteil@ac-creteil.fr ou 06 37 07 93 25

L’équipe du CLEMI-Créteil

Une journée organisée avec le soutien de la Garantie Mutuelle des Fonctionnaires

La radio face aux défis du numérique – L’Atelier des médias du 5 avril 2014

Logo AtelierInformation et journalisme radiophonique à l’ère numérique tel était le thème d’un colloque organisé par le Grer, le Groupe de recherches et d’études sur la radio, à Strasbourg les 20 et 21 mars derniers. L’équipe de l’Atelier des médias a assisté à ces rencontres et de présentations. Nous avons pu écouter plus d’une quarantaine de comptes rendus de recherche ainsi que des débats et des présentations consacrés au média radio. L’émission de cette semaine réunit plusieurs invités présents lors du colloque, l’occasion de revenir sur les thèmes abordés pendant ces deux jours et tenter d’en tirer les enseignements.

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/la-radio-face-aux-defis-du-numerique

Diffusion samedi 5 avril, Atelier des médias, RFI

Horaire France : 09h10 / 09h29 TU (1ère partie) et 09h33 / 09h59 TU (2ème partie)

Rencontre avec journalistes radio et multimédia – Colloque GRER

« La radio, du flux à l’information permanente : quelles activités et pratiques au quotidien  pour les journalistes ? »

Dans le cadre du colloque international du GRER s’est tenue le 21 mars 2014, une rencontre avec des journalistes spécialisés en radio et en multimédia animée par les enseignantes-chercheures en sciences de l’information et de la communication, Valérie Jean-Perrier (CELSA, Paris Sorbonne) et Nathalie Pignard-Cheynel (université de Lorraine).

Ont participé à cette table ronde, Estelle Cognacq (rédactrice en chef de Franceinfo.fr), Antoine Daccord (responsable de la rédaction numérique de RTL), Andrada Noaghiu (journaliste, documentariste et conceptrice de web-documentaire-Arte radio, France Culture), Matthieu Gorisse-Mondoloni (journaliste à France Info et formateur au Cuej) et Paul Larrouturou (journaliste au Lab d’Europe 1)

Dans l’objectif d’interroger le quotidien des rédactions webradio à travers le témoignage de ceux qui le constituent, l’échange avait porté sur les formats, les contenus, les genres, l’écriture radio et leur évolution à l’ère du numérique ainsi que la relation avec les auditeurs. Pour faire écho aux thématiques abordées et des interrogations posées, nous publions ici quelques extraits des témoignages des journalistes reflétant ainsi leurs points de vue.

                           Les journalistes radio doivent apprendre à « écrire pour être lus mais pas par pour être entendus », « on attend d’eux   d’avoir le réflexe digital, enrichir ce qui se fait avec eux, trouver des modes de fonctionnement entre nous » (Antoine Daccord)

                      « On n’est pas homme-orcheste » ; « le son n’est pas mort » ; « la radio s’écoutera différemment, elle continuera à exister et le web permettra autre chose, de nouveaux usages » (Mathieu Gorisse-Mondoloni)

                       « Ce métier retrouve la créativité à l’ère numérique, il y a de l’innovation et on y participe » ; « Le Podcast est un enjeu pour la radio » (Estelle Cognacq)

                « Avec les nouveaux sons portés par Radio France, le son est au cœur du web et comment essayer de le faire vivre..Le web a toujours été vu comme le média qui va tuer les autres médias, ce n’est pas vrai, le web est juste une façon de faire autrement les choses qui existent déjà, c’est le média le plus souple aujourd’hui, on peut tout faire avec » (Mathieu Gorisse-Mondoloni)

                       « Pourquoi alors on parle encore de radio ? »  (Ziad Maalouf)

                     « Etre média digital pour exister on a donc des formats : radiofilmé, social radio, contenu amplifié, ca c’est la radio qu’on est en train de dessiner, on verra » (Antoine Daccord)

Vous pouvez écouter l’intégralité de la rencontre   son

Très prochainement vous pouvez également écouter l’enregistrement public de l’émission l’Atelier des médias réalisé lors de la clôture du colloque ce 21 mars 2014 à l’université de Strasbourg. L’émission porte sur le journalisme radiophonique à l’ère du numérique et sera diffusée le samedi 5 avril sur RFI.

Radios et religions en Afrique subsaharienne

L’ouvrage d’Étienne Damome Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale, vient de paraître aux Presses universitaires de Bordeaux.

Couverture de l’ouvrage

Cet ouvrage analyse l’environnement des radios confessionnelles et leurs stratégies de communication dans un contexte médiatique, religieux et social marqué par le libéralisme et de profondes mutations. Il nous fait découvrir l’extraordinaire expansion des médias radiophoniques en Afrique subsaharienne depuis le début des années 1990. L’étude porte essentiellement sur quatre pays d’Afrique de l’Ouest, mais examine aussi des exemples bien connus en Afrique centrale et en Afrique de l’Est. On verra que tout en faisant une large part au message religieux, les radios mettent volontiers l’accent sur les problèmes sociaux : développement, condition féminine,
démocratie et État de droit, questions de santé – la maladie et sa guérison. Les radios confessionnelles africaines mènent donc de front le prosélytisme et l’engagement social au nom de la logique d’une mission à double sens : ad intra et ad extra, sans oublier le «divertissement »
Étienne Damome est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Bordeaux Montaigne et chercheur dans le laboratoire Médiations, Information, Communication, Arts (MICA), Équipe d’accueil et de formation doctorale en SIC.  Il est chercheur associé à l’UMR LAM (Les Afriques dans le Monde).

Célébration de la 2ème journée mondiale de la radio

Sans titre

Le 13 février c’est la Journée mondiale de la radio, un jour pour célébrer la radio en tant que média, pour améliorer la coopération internationale entre les radiodiffuseurs et pour encourager les grands réseaux et les radios communautaires à promouvoir à travers les ondes, l’accès à l’information, la liberté d’expression et l’égalité des genres.

La radio continue d’évoluer dans l’ère numérique, et c’est le média qui continue à toucher le plus large public dans le monde entier. C’est essentiel d’impulser l’engagement de l’UNESCO dans la promotion de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes.

Grâce aux célébrations de la Journée mondiale de la radio partout dans le monde, l’UNESCO va promouvoir l’égalité des genres par :

  • La sensibilisation des propriétaires des radios, des cadres, des journalistes, et des gouvernements pour développer des politiques et des stratégies en matière de genre pour la radio.
  • L’élimination des stéréotypes et la promotion de la représentation multidimensionnelle à la radio.
  • Le renforcement des compétences en matière de radio pour la production de radio par les jeunes, en mettant l’accent sur les femmes en tant que productrices, animatrices, journalistes.
  • La promotion de la sécurité des femmes journalistes de radio.

L’UNESCO invite tous les pays à célébrer la Journée mondiale de la radio par la planification d’activités en partenariat avec les diffuseurs régionaux, nationaux et internationaux, les organisations non gouvernementales, les médias et le public.

 Ces informations ainsi que d’autres supports audiovisuels et écrits dédiés à cette deuxième journée mondiale de la radio sont sur : http://www.unesco.org/new/fr/world-radio-day

7ème Colloque international du GRER – PROGRAMME DISPONIBLE !!!

Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.  Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique

Strasbourg, 20 et 21 mars 2014

Quelques modifications ont été apportées au Programme

La dernière version est disponible ICI

Le Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Radio (GRER) organise son septième colloque international. Après Bordeaux (2001 et 2004), Lyon (2006), Paris (2009 et 2011), et Bruxelles (2010), il aura lieu à l’Université de Strasbourg les 20 et 21 mars 2014.

Quels médias nous informeront demain ? Le secteur de la presse écrite se recompose chaque jour en raison de l’apparition du numérique. Au delà des mutations que le numérique entraîne, c’est la question elle-même de la survie du journalisme de presse écrite qui est régulièrement posée.

Le média radiophonique, quant à lui, ne semble pas menacé de disparition à court ou moyen terme. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Dans ce colloque, on se posera les questions suivantes : comment le numérique a-t-il transformé la production de l’information à la radio ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? Comment écoute-t-on l’information à la radio aujourd’hui, et comment va-t-on l’écouter demain ?

Avec le développement du Web, tout notre paysage médiatique est en voie de transformation. Ce colloque interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. A partir de ses héritages, de ses pratiques actuelles, et de ses évolutions, nous poserons la question : la radio va-t-elle demeurer un média d’information majeur ? Ce colloque s’articulera autour de deux axes :

Axe1. Pratiques professionnelles de linformation radiophonique : remises en questions et évolutions

Depuis près de vingt ans, les pratiques professionnelles se sont modifiées avec l’apparition des nouvelles technologies. La production de l’information a d’abord été marquée par plusieurs phénomènes : dématérialisation, compression et miniaturisation. De nouvelles compétences sont demandées au journaliste de radio : savoir prendre des photos ou des vidéos, savoir compléter son reportage radiophonique avec des textes, savoir mettre en ligne celui-ci… Autant de qualités qui sont devenues des critères d’embauche, au même titre que la maîtrise de l’écriture radiophonique et la présence au micro. L’identité professionnelle des journalistes de radio s’est donc transformée en quelques années seulement. Face à ces bouleversements, les école de journalisme s’interrogent : comment former les journalistes de demain ?

Axe 2. Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

La plupart des radios ont d’abord créé leur site Internet. Les radios ont ensuite proposé des contenus et des services propres au Web. La radio de « rattrapage », sous la forme du streaming (écoute sur le site de la radio) ou du podcast (téléchargement d’une émission dans la bibliothèque d’un ordinateur ou d’un téléphone portable) a modifié en profondeur le rapport entre la radio et ses auditeurs.

Les contenus se sont peu à peu enrichis, et les internautes trouvent sur les sites des radios de nombreuses informations complémentaires au programme audio. La radio est de plus en plus filmée, des caméras ont été installées dans les studios, et il est devenu possible de « regarder » certains programmes radiophoniques sur Internet. Les radios ont aussi développé l’interactivité sur le Web, davantage sur les réseaux sociaux que sur leur site. Images et textes complètent souvent un programme radiophonique plus participatif qu’auparavant.

Plus de quarante communications, du monde entier, sont attendues lors de ce colloque. Une table ronde réunira les principaux acteurs du secteur de la radio qui réfléchissent à la révolution numérique.

Pour l’organisation de ce colloque, le Grer s’est associé à l’Université de Strasbourg, au Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), au laboratoire Sage, à l’Ina, et à RFI.

Lieu du colloque :

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme -Alsace (Misha)

Salle des Conférences, et Salle Table-Ronde
5, allée du Général Rouvillois
67000 Strasbourg

Information et inscription (gratuite)

grer.mail@club-internet.fr

christophe.deleu@unistra.fr 

Téléphone : 06 30 94 84 03 (Christophe Deleu, responsable scientifique du colloque)

Site du colloque : http://radiography.hypotheses.org/

Informations pratiques pour se rendre au colloque : suivez le lien

Informations pratiques Hébergements à Strasbourg : suivez le lien

Visiter Strasbourg et l’Alsace : suivez le lien

HORAIRES du Colloque :

Début du colloque : jeudi 20 mars, 14h / Fin du colloque : vendredi 21 mars, 19h

Informations Touristiques sur Strasbourg et l’Alsace ICI

Comité scientifique

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA, fondateur du GRER

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, Laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Cuej, Université de Strasbourg, Laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, Laboratoire Communication et Politique , CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences (HDR), Université Paris 4, Laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Lorraine, Laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, Laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, Enseignante, Université Lille 3, Laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, Laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS ;

logo grer

La 11è Semaine du Son 2014…Les enjeux sociétaux du sonore

rubon184-d0886Lancée en 2004 La Semaine du son sensibilise le public et tous les acteurs de la société à l’importance des sons et de la qualité de notre environnement sonore. Ses conférences, débats, ateliers, événements sonores, concerts, projections, actions pédagogiques, sont accessibles à tous gratuitement.  En 2014 diverses manifestations sonores  sont au programme de la 11è Semaine du Son qui se déroulera du lundi 27 janvier au samedi 1er février à Paris et du 2 au 9 février dans toute la France (Alsace, Aquitaine, Base-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Corse, Franche-comté, île-de-France, Languedoc-Roussillon, Limousin, Lorraine, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-côte d’Azur, Rhône Alpes), ainsi qu’à Bruxelles, Genève et en Allemagne. 

Parrainée par le chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus, à la tête de l’orchestre national de Lille, cette semaine s’annonce riche en événements et en actions concernant les métiers des arts et de la scène, le secteur du cinéma et de l’audiovisuel, les questions liées au patrimoine musical, l’urbanisme (ambiances sonores), les technologies du traitement de la voix (synthèse de la parole…), etc.

Pendant cette manifestation des journées à thèmes seront au programme dont l’objectif est de sensibiliser le grand public aux différents aspects du sonore et mettre en évidence son rôle sociétal : santé auditive, acoustique et environnement sonore, techniques d’enregistrement et de diffusion, expression musicale, relation image et son au cinéma.

 Le programme complet de la semaine du son pour la France, Bruxelles et Genève est accessible en PDF et sur le site de l’association La Semaine du Son.

siteon0-a6da2Fondée en 1998 par Christian Hugonnet, cette association loi 1901 fait des « Paysages sonores » une thématique de réflexion, de création et d’action à travers cette 11ème semaine du son ainsi que d’autres manifestations (conférences et interventions publiques ou privées de toutes natures, bulletins, publications, mémoires, cours, etc) œuvrant ainsi à développer les connaissances sur notre environnement sonore par une approche transversale du son- médicale, culturelle, industrielle, pédagogique, environnementale, sociologique, économique, etc.

      Pour mieux connaître l’association et les formalités d’adhésion : http://www.lasemaineduson.org/statuts-et-formulaires-d-adhesion