Tous les articles par nozhasmati

Call for proposals : ECREA’s 5th European Communication Conference

ecrea-500 

The European Communication Research and Education Association (ECREA), in partnership with Lusofona University, will organise the 5th European Communication Conference (ECC). The Conference, due to take place in Lisbon from 12 to 15 November 2014, has chosen as its overarching theme, “Communication for Empowerment: Citizens, Markets, Innovations”. The organisers call for proposals in all fields of communication and media studies, but particularly invite conceptual, empirical, and methodological  proposals on inter-and transcultural communication phenomena and/or on comparative research. that link the general conference theme, as developed below, to the fields pertinent to each ECREA section.

 

Communication for Empowerment: Citizens, Markets, Innovations

The ubiquitous presence of the media in contemporary society has led to the macro-institutions of society increasingly adapting themselves to (new) media logics , whereby there ceases to be a clear-cut separation between media and other social/cultural institutions. This situation begs for an analysis of how the fast-paced social and technological innovations of our media ecology alter various aspects of daily life, transforming national boundaries into transnational spaces, with resonance on markets and consumption. At the same time that the liberalization of content creation brought about by new media paves the way for innovations and the democratization of the creative economy through the production and distribution of user-generated content, we increasingly witness the prevalence of large economic groups in the design, control and filtering of information. Moreover, the interactive dimension of new technologies not only allows for the voluntary visibility of individuals and groups, but also acts as a means of disciplinary surveillance. As such, increasing cultural, economic and technological convergence implies the mastering of new literacies that allow for the use and critical understanding of both media form and media content. Reflection on the regulatory politics of the communication sector is thus paramount to facilitating both greater mobilization as well as political and cultural participation on the part of the common citizen in public space. Further, we should rethink the necessary balance between the public interest and the interests of the market, so as to ensure thepromotion of citizenship, social capital and social inclusion.

Proposals for panels, individual papers and posters can be submitted to one of the 17 ECREA sections through the conference website at http://ecrea2014.ulusofona.pt/ from 1 December 2013 to 28 February 2014. For section overviews, please see < http://ecrea2014.ulusofona.pt/sections.html >. Alternatively, please access the ECREA site at <www.ecrea.eu>.

Abstracts should be written in English and contain a clear outline of the argument, the theoretical framework, and, where applicable, methodology and results. The preferred length of the individual abstracts is between 400 and 500 words (the maximum is 500 words).

Panel proposals, which should consist of five individual contributions, combine a panel abstract with five individual abstracts, each of which are between 400 and 500 words. Participants may submit more than one proposal, but only one paper or poster by the same first author will be accepted.

First authors can still be second (or third, etc.) author of other papers or posters, and can still act as chair or respondent of a panel.

All proposals should be submitted through the conference website from 1 December 2013 to 28 February 2014. Early submission is strongly encouraged. Please note that this submission deadline will not be extended.

Important Dates

  • Launch of CfP: 1 December 2013
  • Deadline for abstracts: 28 February 2014
  • Notification of Acceptance: 30 April 2014
  • End of Early Bird Registration Fee: 31 August 2014
  • Deadline for Online Registration: 31 October 2014

The Host Organisers

Manuel José Damásio (President of the Local Organising Committee)
Célia Quico (Executive Coordinator of the Local Organising Committee)

For more informations about Submission, Organisation, Registration and contact : http://ecrea2014.ulusofona.pt

Parution « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement »

recherches en comLe 37ème numéro de la revue Recherches en Communication (Université catholique de Louvain) consacré à « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement «  vient de paraître sous la direction de Frédéric Antoine.

Ce dossier thématique de 10 articles dédiés au récit radiophonique et au développement du narratif radio s’inscrit dans le sillage du colloque Radio et narration. le Réenchantement ? organisé à Bruxelles Facultés St-Louis les 19-20 novembre 2010 par l’Observatoire du Récit médiatique (ORM) de l’École de communication, Université catholique de Louvain et le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER)

Suivez ce lien pour consulter le numéro  et télécharger les articles au format PDF
Consultez en suivant le sommaire et les résumés :

Continuer la lecture de Parution « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement »

7ème Colloque International du GRER – Strasbourg, 20 et 21 mars 2014 – Prolongation de l’Appel à communication

Etudiants CUEJGrer 01     CUEJ             sage

Appel à communication Colloque international

Information et journalisme radiophonique à lère du numérique

Strasbourg, 20 et 21 mars 2014

Le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) organise son septième colloque international.

Après Bordeaux (2001 et 2004), Lyon (2006), Paris (2009 et 2011), et Bruxelles (2010), il aura lieu à l’Université de Strasbourg, les 20 et 21 mars 2014.

!!! La date de clôture de l’appel à communication a été prolongée au 30 NOVEMBRE 2013 !!!

Un appel international à communication (cf. Appel version PDF) est lancé, dans le cadre des problématiques et modalités exposées ci-dessous.

Le secteur de la presse écrite se recompose chaque jour en raison notamment de l’apparition du numérique. Au-delà des mutations que le numérique entraîne, c’est la question de la signification du journalisme de presse écrite qui est régulièrement posée.

Le média radiophonique, quant à lui, ne semble pas menacé de disparition à court ou moyen terme. La radio demeure un élément essentiel des pratiques et du système d’information, au quotidien mais aussi lors de circonstances plus exceptionnelles ou en temps de crise. La crédibilité de l’information radiophonique reste très élevée, et supérieure à celle des autres médias. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Dans ce colloque, se poseront plusieurs questions : comment la production de l’information radiophonique intègre-t-elle ces mutations liées au numérique ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? Comment écoute-t-on l’information à la radio aujourd’hui, et comment va-t-on l’écouter demain ?

Avec le développement du Web, tout notre paysage médiatique est en voie de transformation. Ce colloque interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. À partir de ses héritages, de ses pratiques actuelles, et de ses évolutions, nous poserons la question : la radio peut-elle demeurer un média d’information majeur à l’heure du numérique ?

S’articulant autour de deux grands axes, ce colloque propose ainsi d’aborder la question sous plusieurs angles :

            Deux grands axes :

Axe1. Pratiques professionnelles de linformation radiophonique : remises en questions et évolutions

Le journalisme est associé à la création de la radio, et à sa transformation rapide en média de masse. Le radioreportage, qui se développe dans les années 1930, marqué par l’éloquence du journaliste, permet de rendre compte de l’évolution du monde et devient un genre en soi. Il atteint son apogée à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’apparition de la télévision a certes constitué une menace pour le journalisme radiophonique, mais les deux médias ont finalement cohabité pendant plusieurs décennies.

Depuis près de vingt ans, les pratiques professionnelles se sont elles aussi modifiées avec l’apparition des nouvelles technologies. La production de l’information a d’abord été marquée par plusieurs phénomènes : dématérialisation, compression et miniaturisation. De quelles manières ces tendances affectent-elles les routines et les savoir-faire des journalistes de radio ?

Le numérique questionne également l’organisation des rédactions qui produisent l’information.  Souvent, des rédactions spécifiques ont été créées pour les sites Web des radios. Certains journalistes ne travaillent ainsi que pour le site d’une station, et n’ont pas d’activité radiophonique à proprement parler. Il y a aussi des entreprises de radio-télévision où, au contraire, les rédactions étaient segmentées par support jusqu’à ces dernières années et où l’on est passé au modèle de la newsroom multimédias qui dessert tous les supports. La radio ne devient alors plus qu’une des déclinaisons de « mise en forme » d’une offre informationnelle parmi d’autres.

Plus généralement, de nouvelles compétences sont demandées au journaliste de radio : savoir prendre des photos ou des vidéos, savoir compléter son reportage radiophonique avec des textes, savoir mettre en ligne celui-ci… Autant de qualités qui sont devenues des critères d’embauche, au même titre que la maîtrise de l’écriture radiophonique et la présence au micro. L’identité professionnelle des journalistes de radio s’est donc transformée en quelques années seulement.

Face à ces mutations, les écoles de journalisme s’interrogent : avec le développement du multimédia, faut-il encore organiser les formations en fonction des médias « historiques » (Presse écrite/Radio/Télévision) ? Ne faut-il pas un enseignement unique, de type multimédia ? Comment satisfaire la demande des employeurs qui attendent toujours plus en matière de formation et de polyvalence des jeunes journalistes ?

Ainsi les travaux qui interrogent les évolutions du journalisme radio que ce soit à partir des pratiques professionnelles, de l’organisation des rédactions, des compétences, de la formation ou des nouveaux acteurs seront bienvenus dans cet axe.

Axe 2. Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

Les chaînes de radios proposent depuis plusieurs années des contenus et des services propres au Web. Les contenus se sont peu à peu enrichis, et les internautes trouvent sur les sites des radios de nombreuses informations complémentaires au programme audio. La radio est de plus en plus filmée, des caméras ont été installées dans les studios, et il est devenu possible de « regarder » certains programmes radiophoniques sur Internet. Grâce à ces images ou aux photos publiées sur les sites des radios, l’auditeur peut relier une voix à un visage plus facilement qu’hier. C’est donc la relation ontologique que l’auditeur noue avec la radio qui est redéfinie. La radio de « rattrapage », sous la forme du streaming (écoute sur le site de la radio) ou du podcast (téléchargement d’une émission dans la bibliothèque d’un ordinateur ou d’un téléphone portable) modifie en profondeur le statut de la radio. Même si l’écoute en direct demeure majoritaire, les usagers commencent à s’emparer du podcast. Ces nouveaux modes d’écoute pourraient, à terme, changer l’image et la pratique de la radio, toujours perçue comme un média du direct, et, de manière corollaire, comme un média de l’éphémère. Certaines radios dont l’audience reste modeste deviennent par exemple leaders dans les pratiques d’écoute à la demande. D’autres types de programmes pourront ainsi émerger, n’étant plus reliés à une temporalité donnée.

Grâce à la création des sites Web, il est devenu possible d’écouter une radio au-delà de sa diffusion hertzienne. Le rapport au territoire s’en trouve modifié, et provoque de nouvelles pratiques d’écoute (découverte de radios lointaines, maintien du lien avec un pays d’origine). De nombreuses radios, baptisées web-radios, se sont également créées sur Internet. Partout dans le monde, comment ces nouvelles radios on-line contribuent-elles à l’émergence de nouvelles formes d’expression citoyenne, de participation et comment s’y prennent-elles pour réactiver un espace public qui dépasse largement l’échelle locale et l’échelle nationale ?

Dans certaines radios, l’auditeur est omniprésent à l’antenne. Les radios ont aussi développé l’interactivité sur le Web. De nombreuses émissions ont leur page Facebook, et leur compte Twitter, et permettent un échange avec les auditeurs, qui peuvent donner leur avis et poser leurs questions aux organisateurs. Images et textes complètent souvent un programme radiophonique dont la participation s’est complexifiée, ne se limitant plus à l’intervention des auditeurs à l’antenne. On pourra aussi se demander si le journalisme de type « participatif » (blogs, commentaires…) s’est développé sur Internet.

Enfin, ce sont les formats eux-mêmes qui semblent réinventés avec l’apparition du numérique. Durant les dernières décennies, à côté du flash, le reportage de courte durée (moins de deux minutes) est devenu le dispositif d’information privilégié par les professionnels de la radio. À tel point que les reportages plus longs ont quasiment disparu de ce média. Ils ne perdurent que sur quelques radios. Aujourd’hui, le multimédia fait éclater les genres, modifie les formes, et réinterroge la notion de durée. On assiste au développement des diaporamas sonores, notamment sur les sites des médias de presse écrite. De nombreux reportages multimédias (ou webdocus) comportent une « dimension sonore », et s’articulent autour de récits inédits. Les sources de financement de ces reportages sont multiples, et font apparaître un modèle économique plus fragile encore que celui des médias classiques. Pour ce type de productions, s’agit-il toujours de journalisme ? Et si oui, faut-il encore parler de « journalisme radiophonique » ? N’a-t-on pas basculé vers un « journalisme sonore » ? Ce journalisme sonore va-t-il se développer et influencer le journalisme radio traditionnel ?

Les communications pourront explorer toutes ces questions. Elles feront apparaître les interactions du numérique, sous toutes ces formes, avec le journalisme radiophonique. Elles porteront sur la stratégie des acteurs (actionnaires, responsables des médias, pouvoirs publics…), l’organisation de la production journalistique, sur l’évolution des contenus, et sur les nouvelles façons d’écouter l’information. Elles interrogeront les mutations de la profession journalistique (statut, compétences, techniques et pratiques, formation…). Elles s’intéresseront aux dimensions technologique, économique et sociale de la fabrication de l’information et de sa réception.

Comme pour les précédents colloques du GRER, le regard de nombreuses disciplines universitaires est attendu : sciences de l’information et de la communication, histoire, géographie, économie, psychologie, sociologie, science-politique, philosophie, droit, ethnologie, sciences du langage…Les communications de praticiens seront aussi les bienvenues.

             Modalités de soumission des propositions et organisation du colloque :

La durée des conférences plénières sera fixée à 30 minutes ; les communications dans les ateliers seront limitées de 15 à 20 minutes.

Les auteurs sont invités à soumettre pour le 30 septembre 2013 une proposition de communication en français, en espagnol ou en anglais.

Elle comportera : un titre (et sous-titre), 5 à 8 mots clés, éventuellement l’inscription dans une ou plusieurs des thématiques proposées ci-dessus. Elle développera sur 5 000 caractères au plus, une proposition de communication devant présenter sa problématique et ses hypothèses et éventuellement une bibliographie. Les informations personnelles (nom, institution de rattachement, statut, adresse postale et coordonnées téléphoniques et électroniques) doivent être rassemblées sur la première page.

La communication peut être présentée en français, anglais, allemand ou espagnol. Si, lors du colloque, la communication est faite en allemand ou en espagnol, elle devra être accompagnée d’une présentation PowerPoint en anglais.

Merci d’envoyer vos propositions dans un fichier format Word (.doc) portant le nom de lʼauteur, aux deux adresses suivantes  :

Mail : christophe.deleu@unistra.fr    /      grer.mail@club-internet.fr

Téléphone (pour le colloque uniquement) : Tél. + 06 30 94 84 03

Un accusé de réception sera adressé aux auteurs. Le comité scientifique effectuera alors une sélection des propositions en double aveugle. Les propositions acceptées pourront faire l’objet de demande de modifications de la part du comité scientifique. Ces réponses seront adressées aux auteurs à partir du 30 décembre 2013.

Les auteurs sont invités à soumettre le texte intégral de leur communication, ainsi que les documents PowerPoint, au plus tard le 15 mars 2014, sous forme papier et électronique. Ces textes, avec l’accord des auteurs et du comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication en ligne sur le site Internet du GRER ( www.grer.fr ).

            Rappel du calendrier :

30 novembre 2013 – Date limite d’envoi des propositions

30 décembre 2013 – Annonce des propositions retenues

15 mars 2014 – Envoi des documents

            Comité scientifique :

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER ;

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique, CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences, Université de Paris 4, laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Grenoble 3, laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS.

 Retrouvez l’intégralité de l’appel à communication en PDF

en FRANÇAIS – FRENCH – FRANCES :http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Appel-colloque-GRER-Strasbourg2014.pdf

en CASTELLANO – SPANISH – ESPAGNOL : http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Convocatoria-Ponencias-GRER-Estrasburgo2014.pdf

in ENGLISH –INGLES – ANGLAIS : http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Call-For-Paper-Grer-Strasbourg2014.pdf

 

Le documentaire radiophonique

DeleuLe documentaire radiophonique, publié par Christophe Deleu

(L’Harmattan / INA Éditions Mémoires de la radio, septembre 2013, 262 p.).

 Souvent décrite comme le média du direct par excellence, la radio est très peu connue comme diffuseur de documentaires. Ce genre est à vrai dire peu présent sur les ondes, et il n’y a guère que le secteur public radiophonique (France Culture, France Inter et RFI), et, plus récemment, le secteur associatif, qui en proposent l’écoute. Sur Internet, le site Arte Radio met en ligne des documentaires depuis 2002. Cet ouvrage a d’abord pour ambition de retracer l’apparition du genre documentaire à la radio. Empruntant aussi bien au radioreportage qu’à l’art sonore, le documentaire se développe à la radio après la Seconde Guerre mondiale grâce aux innovations techniques parmi lesquelles la création du Nagra, appareil d’enregistrement demeuré célèbre. Avec l’apparition du numérique, le genre s’est « démocratisé » : jamais techniquement il n’a été aussi facile de réaliser un documentaire sonore. Sa diffusion est aussi favorisée par l’écoute en différé (podcast, streaming) et la création de nombreux festivals sonores. À l’heure de cette mutation, cet ouvrage propose une définition des principaux types de documentaires à la radio : documentaire d’interaction (journalistique, chronique, biographique et autobiographique), documentaire poétique, documentaire d’observation et documentaire fiction.

Christophe Deleu est maître de conférences (habilité à diriger des recherches) en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Strasbourg. Il a obtenu sa qualification comme professeur des Universités en 2013. Il est responsable de la formation radio au Cuej (Centre universitaire d’enseignement du journalisme) où il propose un cours sur le documentaire. Il est vice-président du Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER). Il a cofondé l’Addor (Association pour le développement du documentaire à la radio). Il est producteur délégué à France Culture depuis 1997, où il a conçu de nombreux documentaires. Avec François Teste, il a investi le champ du documentaire fiction : La lointaine, prix Scam 2005 ; Vers le Nord, prix de la réalisation aux Radiophonies et prix Phonurgia Nova en 2010 ; Débruitage, Grand Prix SGDL en 2013. Il est l’auteur de l’ouvrage : La parole des anonymes à la radio, Usages, fonctions et portée aux éditions Ina/de Boeck, en 2006.

Photographie de couverture : Sébastien Durand.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=41190

Programme séminaire « Penser les mutations de la radio en Afrique »

logo grer   logo geriico     logo lille3

« Penser les mutations de la radio en Afrique »

Séminaire du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

12 octobre 2013 –Université Lille 3

Maison de la recherche –salle F013

Le GRER débute son cycle 2013/2014 des Séminaires du Samedi par un atelier consacré aux Mutations de la radio en Afrique. Il se tiendra le samedi 12 octobre 2013 à l’université de Lille 3 et sera organisé en collaboration avec le Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO). Les Séminaires du Samedi, organisés dans toute la France (Paris, Tours, Bordeaux..), offrent l’occasion de débattre et d’échanger entre chercheurs et professionnels sur les dynamiques contemporaines du média radiophonique. Les spécificités du média radiophonique en Afrique ne sont plus à préciser. Néanmoins, comme sur l’ensemble des autres continents, ce média connait des évolutions profondes, d’autant plus remarquables que l’influence de la radio sur les autres médias traditionnels mais aussi sur les nouveaux médias reste encore forte, notamment en Afrique subsaharienne. L’Afrique du Nord, où les radios notamment privées ont eu du mal à exister, connait aujourd’hui un contexte favorable à la création de nouvelles formes radiophoniques.

Sans pouvoir embrasser toutes les mutations en cours, ce séminaire souhaite interroger chercheurs et professionnels sur trois entrées thématiques: les enjeux et défis de la numérisation de la diffusion, les nouvelles formes de participation des audiences, la place relative de la radio par rapport aux autres médias dans l’Afrique contemporaine. Les radios d’Afrique sont confrontées au passage à la diffusion numérique d’ici 2015 selon le calendrier de l’Union internationale des Télécommunications. Cette mutation comme ailleurs s’avère très difficile et pose notamment des questions originales : quelle possibilité par exemple pour les radios privées de conserver la main sur leur diffusion dans des pays autoritaires ? Dans quelle mesure cette évolution pourrait-elle présenter de nouvelles opportunités pour le paysage radiophonique africain et en même temps maintenir l’ancrage local et le lien privilégié avec le public africain ?

Les TIC renouvellent aujourd’hui considérablement les audiences des radios en donnant aux radios mêmes locales une diffusion internationale mais aussi en transformant les formes de participation. Cette entrée massive des radios africaines dans l’ère du numérique sera analysée ainsi que les indicateurs et dispositifs existants pour déchiffrer les audiences.

Enfin, qu’en est-il de la place de ce média aujourd’hui en Afrique ? Est-il toujours le média roi ou les autres médias, sociaux ou non, sont-ils en train de la reléguer aux seules zones rurales ? Les groupes médiatiques sont-ils par exemple une politique de  long terme intéressante ? Quelle solutions économiques à terme pour les radios alors que les marchés de publicité restent toujours très étroits ?

Malgré la diversité des situations, ce séminaire abordera aussi bien le cas de l’Afrique subsaharienne que celui de l’Afrique du Nord.

De même, organisé à Lille, à une heure aussi bien de Londres que de Paris, un accent particulier sera mis pour parler aussi bien des pays d’Afrique anglophone que francophone.

*****

 9H30 :  Accueil des participants (Frédéric Antoine, Président du GRER et Emilie Dalage, GERiiCO)

10H00 : Présentation du  séminaire et son déroulement (par organisateurs)

10H15-10H45 : Conférence par Marie-Soleil Frère : Radios en mutation, de l’émancipation aux nouvelles contraintes

10H45 : Pause café

11H00 – 13H30 : Table ronde : Mutations des médias radiophoniques en Afrique : enjeux et défis

     Intervenants et discutants :

Marie-Soleil Frère, Université Libre de Bruxelles

Hassane Tlili, Journaliste, Radio Monte Carlo Doualiya, Paris

Pascal Chirhalwirwa, Coordinateur national RCA- Délégué à l’Afrique Centrale, Institut Panos Europe (IPE)

Francesco Diasio, Coordinateur regional, Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC)

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA

Nozha Smati, Université Lille 3, GERiiCO

*****

13H30-14h30 : Pause déjeuner

14H30-17H00 : Assemblée générale du GRER

*****

   Programme à télécharger en PDF

Comité d’organisation:

Nozha Smati, Université Lille3, GERiiCO

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA.

Avec la collaboration d’Emilie Dalage, Université Lille 3, GERiiCO

Contact et information :

Nozha Smati  nozha.smati@univ-lille3.fr

Informations Pratiques

Le premier TGV Lille-Paris arrive à Lille 8h48 (départ de Paris à 7h42).

Venir à l’Université de Lille 3: les itinéraires

Itinéraire Métro (accessible pour les personnes à mobilité réduite / Prendre le métro ligne 1, direction 4 Cantons, sortir à la station Pont de Bois).

Le plan Lille 3 – Maison de la recherche en téléchargement (pdf) ici

Sur place des affiches d’orientations seront disponibles pour vous faciliter l’accès à la salle.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Mais afin de mieux organiser votre accueil, la pause café et le déjeuner, merci d’annoncer votre présence à cette adresse: Nozha Smati : nozha.smati@univ-lille3.fr

 

De la démocratisation du micro à la démocratisation des archives !

 

photo

Sebastien Poulain

Doctorant au laboratoire MICA, Université Bordeaux 3

Sebastien.Poulain@gmail.com

Que faire lorsqu’on prend possession d’un petit trésor archivistique et que l’on n’a pas de formation dans ce domaine ? Faut-il les transmettre aux institutions publiques comme la BNF, l’INA, les archives nationales ou départementales pour qu’elles deviennent accessibles aux étudiants et chercheurs. Est-il possible, voire préférable d’en faire usage pédagogique, informatif, associatif, commercial ? Il existe déjà des expériences dans ce domaine : SchooP.fr, Radio Brest, Le Transistor, 100 ans de radio… Le collectif des « Archives getaway » se propose de réfléchir sur ce sujet de façon interactive avec toute personne intéressée par la question. D’où l’organisation d’une soirée conviviale, à Paris, le 1er juillet 2013 autour des différentes archives en leur possession intitulée « Premières rencontres ». C’est le compte-rendu subjectif de cette soirée, et quelques interrogations qui s’en sont suivies que propose cet article de RadioGraphy.

             Un collectif qui se revendique des mouvements révolutionnaires et autonomistes

Le collectif n’a pas encore de locaux pour stocker ses archives qui ont été inaugurées le week-end du 15 et 16 décembre 2012 au Centre international de création « La Parole Errante à la Maison de l’arbre » à Montreuil, tandis que la soirée du premier juillet a eu lieu à la « Maison ouverte » (issue de l’Eglise réformée et ouverte à toutes les luttes) située elle aussi à Montreuil. La soirée a été enregistrée par un journaliste de Radio Fréquence Paris Plurielle1 et transmise dans le cadre de l’émission « Actualité des luttes » diffusée tous les jours en semaine de 12h30 à 14h2

Il a fallu une question de Félix Patiès (Radio Campus Paris, spécialiste de Radio Libertaire) en fin de soirée, c’est-à-dire au moment des questions du public, pour obtenir quelques informations sur les membres du collectif des « Archives getaway » organisateur de la soirée. Pour simplifier, ce collectif d’une dizaine de trentenaires semble nostalgique de l’époque révolutionnaire et autonomiste. Ils se sont connus via des luttes militantes, sans doute dans le domaine de la culture et disent ne pas être des universitaires, mais semblent avoir fait des études supérieures. Une trentaine de personnes étaient présentes dans la salle, dont quelques journalistes et chercheurs, mais sans doute surtout des militants.

Ce qui intéresse les membres du collectif des « Archives getaway » est davantage l’archive et la lutte que le média radio mène dans ce cadre3 Leur référence principale apparaît être Radio Fréquence Paris Plurielle avec laquelle ils semblent avoir des liens. En effet, le collectif veut surtout réfléchir aux moyens pour amplifier la lutte comme le fait justement cette radio et retrouver des traces de la révolution et des mouvements autonomistes des années 1970. Ainsi, l’objectif politique passe au-dessus de l’objectif scientifique en proposant « de questionner le rapport au passé, à la mémoire collective des luttes et d’envisager une transmission qui ouvrirait sur de l’apprentissage ; au-besoin d’interroger, de créer ou recréer du mythe et de l’imaginaire collectif ».

           Une conception anti-institutionnelle des archives

Les membres du collectif accordent un intérêt pour l’histoire et veulent faire vivre les archives, mais en dehors des institutions publiques et de l’Enseignement supérieur et de la recherche pour la démocratisation de leur usage. Cet éloignement est justifié par le fait que ce « projet se construit dans la perspective de ne pas laisser chacun seul face au passé, renvoyé à sa propre misère, mais pour qu’ensemble ces incursions nous soient profitables ». Faire le contraire du travail du chercheur est d’ailleurs clairement revendiqué par le collectif : « Le plus souvent, dans le champ historique, le chercheur ou l’amateur travaille seul, dans un cadre universitaire par exemple, et rend public, au mieux, les documents rencontrés lors de la recherche. D’un certain point de vue, nous voulons faire l’inverse : c’est le travail d’élaboration et de réflexion que nous comptons partager publiquement. » C’est sans doute utopique et cette utopie est en quelque sorte revendiquée par le collectif.

En tout cas, les membres du collectif semblent avoir une assez mauvaise opinion ou du moins des préjugés sur les chercheurs qui travaillent pourtant et beaucoup collectivement dans des laboratoires, des groupes de recherche… et lisent ou écoutent leurs productions réciproques dans des revues ou colloques, comme l’a expliqué une chercheuse présente dans la salle.

Toutefois, ils ne semblaient pas mécontents d’avoir l’intérêt, la présence et les interventions de ces chercheurs à la soirée. Ils font d’ailleurs référence à certaines de leur productions à l’image de La bataille des radios libres ou du n°19 de septembre 1975 de la revue Recherche (fondée par Félix Guattari) intitulé « Histoires de la rue des Caves » et dirigé par Denis Leparc, Alain Azémar et Yan de Kerorguen puisqu’ils ont été cités pendant la soirée ou sur leur site internet.

Mais le point de vue universitaire a peu de chance d’être pris en compte pour des raisons matérielles et des choix politiques comme tente d’argumenter de façon parfois assez peu convaincante le collectif : « D’abord parce que cela suppose des moyens dont nous ne disposons pas et ensuite parce que le simple accès libre aux archives, comme cela se fait en général, ne fait que donner l’impression de faciliter l’accès au fonds : en allant consulter des archives ainsi, on a peu de chance de découvrir quelque chose, on ne trouve, au mieux, que ce que l’on cherche. Ce qui nous importe avec les documents, ce n’est ni de les mettre à disposition, ni de permettre leur simple diffusion, ce que ferait un infokiosque, mais de les mettre en commun, c’est-à-dire d’organiser la possibilité qu’il soit pris dans une circulation commune. D’autre part, c’est pour le comprendre et en faire quelque chose qu’on lit un texte et pas simplement pour en déchiffrer le contenu. Nous considérons que c’est à plusieurs sous une forme collective, voir à nombreux sous une forme publique, que cela peut se faire. »

On peut d’ailleurs retrouver sur leur site4une rubrique « Évidence et étrangeté du projet d’archives Getaway. Transcription de discussion préparatoire » dans laquelle les membres du collectif ont retranscrit leurs échanges anonymes sur la manière de travailler, sur la question du besoin et de l’accès aux archives.

Une autre page du site internet permet un accès direct à une archive Le manuel de l’arrêté du collectif « Défense Collective ». L’origine n’est pas identifiée, ce qui pousse le collectif des « Archives getaway » à poser plusieurs questions :

« Ce guide est-il le premier de ce type à cette époque-là ? « Défense Collective » est une signature ponctuelle ou un groupe qui a existé au delà de ce guide ? Quelles étaient les pratiques du Secours Rouge à ce moment là ? ».

On peut s’étonner peut-être que le site ne permette pas de commenter directement les documents publiés sur le site internet du collectif, alors que ce dernier se vante d’avoir un grand souci de transparence et de démocratisation. Mais ce n’est pas ainsi que les membres du collectif souhaitent procéder. La mise en visibilité des archives consiste principalement à organiser des soirées semblables à celle du 1er juillet à travers laquelle le collectif souhaite partager ses initiatives du moment, informer sur les chantiers en cours et envisager de nouvelles pistes de travail.

Ils sollicitent également l’aide extérieure qui pourra prendre diverses formes :

– donner des idées,

– commenter et critiquer les différents textes lisibles sur ce site,

– relayer l’existence des archives et du projet qui va avec,

– répondre à la collecte en donnant des documents,

– fournir une aide matérielle,

– participer ou proposer un groupe de travail…

La rubrique « Wanted » du site internet des « Archives getaway » appelle d’ailleurs à l’aide pour retrouver certaines archives comme Le ciel est enfin tombé sur la terre de Bifo et édité par le Seuil en 1978.

La conséquence inquiétante de leur conception anti-institutionnelle, c’est que les membres du collectif ne connaissent pas la méthodologie archivistique. Ils passent donc de nombreuses heures à plusieurs pour cataloguer quelques archives et semblent avoir surtout utilisé l’ouvrage de Thierry Lefebvre La bataille des radios libres pour les contextualiser et y voir plus clair.

                  Les archives en question

Getaway-Liasse3-7 (2)Les collections du collectif sont constituées des éléments les plus éphémères (tracts, brochures) et les plus fragiles (sons, images) comme les plus durables (affiches, livres, objets) liés aux groupes révolutionnaires dépassant le cadre des partis et syndicats et luttes sociales des années 60 à aujourd’hui et issus de fonds militants « privés ».

Ils ont notamment en leur possession de nombreuses cassettes de Radio Tomate (ancêtre de Radio Fréquence Paris Plurielle). Ils disent avoir été déçus par l’écoute de certaines qui contenaient des enregistrements de voix d’enfant et non des émissions de la radio fondée par Thomas Guattari le 19 mai 1981 grâce au soutien de son père, le psychiatre Félix Guattari qui a également inspiré les fondateurs de Radio Alice, la radio libre italienne mythique de Bologne.

Suivant la conception de l’archivage décrite précédemment, les membres du collectif ne veulent pas partager la totalité de leur trésor en mettant leurs documents sonores en ligne, sinon sous la forme d’un magazine appelé Liasse, dont le numéro 3 a été distribué gratuitement le 1er juillet.

Il contient des archives tournant autour de Radio Alice et des radios militantes de la fin des années 1970 et provenant de documents de nature différente (article de journal, revue, manifeste, ouvrage) :

– la deuxième partie d’une interview de Franco Berardi par David Freiman, « Radio-Alice c’est le diable » publié dans Rouge (n°408, mercredi 27 juillet 1977, p.8) à propos des idées politiques qui ont conduit à la création de Radio Alice ainsi que les obstacles pratiques ;

– l’article de Jean-Luc Arnaud « A nous la radio » publié dans le premier numéro d’Interférence (1974, pp. 10-11) et où l’auteur explique que la radio est le meilleur média d’un point de vue coût/pénétration pour développer des « Réseaux Populaires de Communication (R.P.C.) multi-media » ;

– un extrait de Les radios libres du Collectif radios libres populaires (FM / Petit collection Maspéro, 1978, p. 23) qui prophétise l’arrivée des nouvelles radios et des nouvelles pratiques radiophoniques ;

– un extrait de Ecoutez la vraie différence, Radio Verte Fessenheim, Radio SOS Emploi Longwy et les autres… de Claude Colin (1979, édition la pensée sauvage, pp. 113-118) où ce dernier explique ses méfiances quant à une possible récupération de ce qu’il appelle des « radios d’intervention » par le « système d’information dominant » ;

– l’article « Les pirates des ondes récidivent ce soir » de Fabien Roland-Lévy (Libération, 2 mai 1978, p. 4) sur la saisie de Radio 93 (une radio qui défendaient de nombreuses causes sociales) à la librairie Degling’ par des policiers qui étaient auditeurs de la radio ;

– un extrait de La Bataille des radios libres de Thierry Lefebvre (Nouveau Monde, 2008, pp. 284-287) à propos de l’émission du 22 septembre 1979 de la FNRL en l’honneur de Pierre Goldman qui a été abattu le 20 septembre ;

– un extrait de La radio ? mais c’est le diable !, ou la beauté des pirates et des potages en sachet (imp. spé. H. A. Y. Paris, pp. 18-19) comprenant un extrait de Censures de Jean-Marie Geng à propos de censure à la télévision ;

– des extraits de Radio Alice, radio libre du Collectif A/traverso [Alice e’ il diavolo] (édition Jean-Pierre Delarge, juin 1977, pp. 27-28, p. 87, p. 53) sur les origines politiques de Radio Alice, un autre sur une réflexion sur le langage ainsi que des extraits de retranscription d’émission ;

– un extrait de La radio ? mais c’est le diable !, ou la beauté des pirates et des potages en sachet (imp. spé. H. A. Y. Paris, pp. 18-19) sur le développement des radios libres en Italie ;

– la retranscription des dernières voix diffusées par Radio Alice le samedi 12 mars 1977 à 23 h 15 retranscrite dans l’article « Les Untorelli » publié dans la revue Recherches (n°30, novembre 1977, pp. 27 à 31) ;

– un extrait de « La radio est une bonne chose » dans L’homme et la société (n°47-50, janvier-décembre 1978) où Claude Collin entame une réflexion sur la radio qui adviendra après le renversement de l’ordre établi, c’est-à-dire lorsque la « radio de subversion » ne sera plus en concurrence avec la « radio bourgeoisie ».

             L’archivage ici et maintenant : l’exemple de la soirée « Premières rencontres »

Dans la mesure où le collectif souhaite archiver en public, le mieux pour comprendre son travail est de décrire l’organisation de la soirée du 1er juillet 2013 :

– accueil dinatoire,

– présentation du collectif et de l’organisation de la soirée,

– contextualisation des archives diffusées,

– diffusion d’archives audiovisuelles,

– débat avec le public,

– dépouillement d’archives en public,

– discussion dinatoire.

Lors de cette soirée, deux films étaient au programme :

– Le premier contient un enregistrement filmé par François Pain d’une interview de Franco Berardi (Alias Bifo cofondateur de Radio Alice) par Jean-Pierre Laborde (futur grand reporter pour France Inter et France Info) dans des studios à Paris où Antoine Lefébure (fondateur d’Interférence) était présent. Bifo raconte la chronologie des événements de Bologne et les aventures de Radio Alice. La façon dont l’interview a été filmée a suscité des réactions dans la salle. Il ne s’agit pas d’une caméra fixe mais d’une caméra en mouvement qui passe des plans larges aux plans rapprochés avec la musique des Doors. L’effet souhaité était de donner l’impression d’être à Bologne au sein de Radio Alice au moment des événements.

– Le deuxième film contient un enregistrement uniquement sonore d’une saisie de Radio Alice par la police avec la transcription sur l’écran des propos tenus par l’animateur qui décrit l’événement en direct et appelle les avocats au secours.

Suite à cette projection, les membres du collectif ont lancé un débat. Un sexagénaire d’origine italienne, qui semble avoir vécu ou bien connu les événements de Bologne, est intervenu pour les raconter et décrire le contexte.

Christophe Deleu (enseignant-chercheur à l’université de Strasbourg et vice-président du GRER) a fait part de son inquiétude quant au peu d’informations dont le collectif dispose à propos de ses archives à savoir la date du tournage, le lieu du tournage, les personnes présentes…

Les membres du collectif ont répondu en soulignant leur grande difficulté à obtenir ces informations car ils ne parviennent pas à joindre certains (Bifo), tandis que d’autres ne se souviennent pas (Antoine Léfébure)…

Une partie des archives détenues par le collectif était installée sur une table surplombée par des affiches sur un mur. Parmi ces archives, il était possible de distinguer une valise verte dont l’ouverture avait été annoncée dès le début de la soirée en précisant que cela n’avait jamais été fait auparavant. A la fin des discussions commentant les films, la valise a été ouverte. Elle contenait des journaux militants que l’un des membres du collectif s’est empressé de numéroter. Un happening politico-artistique qui a surpris certains membres du public !

         Conclusion

Le métier d’archiviste, l’un des plus vieux dans ce monde, demande des compétences importantes. Les archivistes amateurs du collectif des « Archives getaway » auraient tout intérêt à suivre des formations dans ce domaine et à collaborer avec des documentalistes, enseignants-chercheurs et chercheurs pour pouvoir assumer la difficile tache de gérer des archives sur Radio Alice. Cette gestion nécessite la connaissance voire la maîtrise du fonctionnement de l’archivage, des méthodes de la recherche historique, de l’histoire de la radio et de l’histoire de l’Italie.

C’est ce qui avait été fait avec succès en 2011. Grâce à une collaboration entre BétonSalon, Eldoradio, le GRER, l’université Diderot, les étudiants en journalisme de Thierry Lefebvre (qui a d’ailleurs déjà été consulté par le collectif) avaient fait un travail archivistique (participation à la préparation de l’exposition) et journalistique (rédaction du Journal de BétonSalon). Pourquoi donc ne pas mettre ce type de projet en place pour les deuxièmes rencontres intitulées « Intervenir par l’image : cinéma militant ou cinéma d’intervention ? » qui auront lieu les 9-10-11 novembre 2013 ?

 

Crédit photos : http://getaway.eu.org/IMG/pdf/liasse3_radio_versionweb.pdf

  1. [En ligne], disponible sur : http://www.rfpp.net/spip.php?rubrique2,page consultée le 15 juillet2013 []
  2. [en ligne], disponible sur :http://www.rfpp.net/spip.php?article384, page consultée le 15 juillet 2013 []
  3. D’ailleurs, les prochaines (deuxièmes) rencontres auront lieu autour du média cinématographique []
  4. [en ligne], disponible sur : http://getaway.eu.org/invitation/transcription-de-discussion-preparatoire, page consultée le 16 juillet 2013 []

Quel avenir pour la radio face au web ?

radio web

Le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ) organise un débat sur : Quel avenir pour la radio face au web?le mardi 9 juillet de 9h à 11h dans le cadre des rencontres CFPJ Lab.

Face à des audiences en recul la radio doit se diversifier, explorer de nouveaux formats. Désormais la radio s’écoute sur de multiples supports : ordinateur, smartphone ou sur tablette. L’apparition de nouveaux modes d’écoute (podcast, streaming…) permet à l’auditeur de personnaliser son contenu, il est alors acteur du média. Les radios deviennent à la fois des producteurs de services et d’interactivité.

Décliner des nouveaux formats numériques sur une radio en pleine mutation devient l’enjeu principal des rédactions. C’est donc l’interaction entre le web et la radio qui est au cœur de la problématique : quel avenir pour la radio face au web ?

Intervenants invités :

  • Estelle Cognacq, rédactrice en chef adjointe de franceinfo.fr,
  • Antoine Daccord, rédacteur en chef de RTL pour l’information numérique et responsable de la rédaction numérique
  • Laurent Guimier, directeur de l’information numérique d’Europe 1,
  • Christophe Israël, chef d’édition en charge des contenus vidéo d’Europe 1,
  • Thomas Karolak, directeur éditorial RTLnet
  • Joël Ronez, directeur des nouveaux médias à Radio France

Plusieurs problématiques  seront abordées :

  • Quelle stratégie numérique affichée par les radios pour devenir des acteurs digitaux ?
  • La radio avec des écrans, est-ce encore de la radio ?
  • Comment intégrer le web dans le flux radio ?
  • Comment atteindre et communiquer avec le public ?
    • Nouvelles plateformes ?
    • Au-delà du podcast ?
    • Chercher l’auditeur où il se trouve : sur les réseaux sociaux et les supports mobile

Soutenir les médias de proximité et la production radiophonique citoyenne en Tunisie : missions et diagnostics de l’AMARC

Très longtemps consacrés « à des mises en scène de communication ritualisées destinées à des citoyens-masse passifs »[1], les médias tunisiens, en cette période de transition démocratique, s’emparent des potentialités du net, aspirant à la réconciliation avec leurs téléspectateurs et auditeurs avides de parole, d’espace d’expression citoyenne et d’interaction. Ainsi la radio tunisienne se diversifie et se métamorphose-t-elle grâce à l’autorisation de  nouvelles stations et grâce à sa rencontre avec le web qui lui permet de nouvelles perspectives vis-à-vis de la population locale ainsi que de la diaspora. Plusieurs organisations et associations internationales s’engagent pour accompagner et appuyer le développement des médias de proximité. L’implication de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaire (AMARC) a été significative par l’accompagnement des partenaires locaux susceptibles de structurer le secteur des radios de proximité en Tunisie, les initiant à définir les stratégies et à décider eux-mêmes des actions prioritaires à mener pour une meilleure visibilité du secteur et du rôle de ces médias dans le processus de démocratisation entamé et le développement d’espaces d’expression et de représentation citoyenne.

Fondée en 1983, l’AMARC, membre associé de l’UNESCO, plaide pour le droit à la communication aux niveaux international, national, local, et de quartier. Depuis trente ans, l’association défend les intérêts du mouvement des radios communautaires dans plus de 130 pays à travers « la solidarité, le réseautage et la coopération »[2] soutenant ainsi l’établissement d’un secteur mondial de la radio communautaire. Dans un contexte de transition démocratique, sa contribution en Tunisie a été particulièrement significative marquée par de nombreuses missions de type « Action-recherche » effectuées auprès des médias associatifs locaux, des organisations de la société civile ainsi que des instances politiques et médiatiques. Les échanges avec ces acteurs et l’observation du fonctionnement des médias de proximité dans diverses régions tunisiennes lui ont permis de faire son diagnostic et de diffuser un plaidoyer national pour le droit de la communication en Tunisie.

Menées en collaboration avec le Syndicat tunisien des radios libres (STRL), l’ONG internationale Article 19 et soutenues par Foreign and common wealth (FCO), CMSolutions, international média support (IMS) et par la Confédération nationale des radios associatives (CNRA), les actions de l’AMARC, sous la forme d’ateliers s’adressant à des membres d’organisations de la société civile et de web radios, avaient pour objectifs de :

– faciliter l’accès des organisations de la société civile aux médias par le soutien de groupes de production et le renforcement des web radios citoyennes en Tunisie ;

– renforcer les liens entre les ONG de défense de liberté des médias et les médias associatifs locaux ;

– développer les habiletés des participants en matière de production radiophonique ;

– établir un plan d’action de mentorat et de soutien pour la production radiophonique citoyenne ;

– produire des émissions modèles sur des thèmes choisis.

Les ateliers de formation se sont déroulés dans les villes de Gafsa (centre du pays) et de Tabarka (Nord-ouest) du 17 au 21 septembre 2012 et ont été assurés par des représentants de l’AMARC, de la première web radio égyptienne Horyatna (Notre liberté)[3], de Radio 6 Tunis[4] et Radio Sawt el Manajem (La voix des Mines)[5], pionnières du mouvement des radios associatives en Tunisie. Ces formations conçues sur deux journées ont offert aux participants un espace d’échange, de découverte et d’apprentissage de productions radiophoniques citoyennes. Plusieurs thématiques ont été ainsi abordées : radios associatives et droit à la communication, les expériences de Radio 6 et Radio Sawt el Manajem, la planification de la programmation, la radio sur Internet, le format radiophonique, les exigences techniques, le choix des contenus et des angles ainsi que le montage numérique.

Toujours dans la perspective de développer les capacités des médias locaux et soutenir la production radiophonique citoyenne, l’AMARC a également organisé les 24 et 26 septembre 2012 à Tunis une formation pour des membres de radios locales et web radios co-animée par Marcelo Solervicens son secrétaire général, Ahmed Samih de Radio Horyatna (Egypte) et Xavier Cuvier de l’organisation de la radiodiffusion et des communications électroniques avec la participation de Hichem Snoussi consultant d’Article 19 à Tunis. S’articulant autour du projet constitutionnel tunisien et les enjeux des compagnes de radiodiffusion pour la démocratisation citoyenne, cette formation a permis aux participants d’aborder la question de la déontologie des médias en Tunisie et d’échanger sur le rôle des médias locaux dans le dialogue démocratique et la participation citoyenne au débat sur la constitution. Les échanges ont été enrichis par la réalisation et l’évaluation de reportages avec des citoyens sur la thématique, par le transfert des connaissances pratiques et par la confrontation de la situation tunisienne aux standards internationaux de liberté d’expression et de droit à l’information et à la communication permettant de définir une stratégie adaptée pour une campagne sur le débat constitutionnel en Tunisie.

En outre, une délégation de l’AMARC, soutenue par divers partenaires tunisiens et internationaux, a entrepris en décembre 2012 une grande mission[6] auprès des acteurs de radios de proximité tunisiennes, des autorités politiques et de régulation des médias, des parlementaires, des partenaires et des experts dans 16 villes du pays, « afin de mieux identifier les acteurs actuels et potentiels, leurs besoins professionnels et les capacités de mutualisation pour un plaidoyer permettant de renforcer l’impact des médias de proximité dans le processus démocratique tunisien »[7]. Ces rencontres ont permis à plus de 150 associations régionales de s’exprimer sur leurs attentes en matière de médias de proximité. Dans une démarche participative, AMARC accompagne les divers partenaires locaux susceptibles de restructurer le secteur des radios de proximité les aidant à s’approprier son diagnostic et à décider des actions prioritaires à mener. S’appuyant sur un questionnaire d’identification des acteurs, des entrevues effectuées par les membres de la délégation et des rencontres de recherche action, le rapport de diagnostic préliminaire[8] de la mission avait remarqué le foisonnement de radios de proximité en Tunisie identifiant plus de 30 radios actives en FM ou sur Internet soulignant ainsi la volonté de la société civile régionale de soutenir ou créer des médias associatifs.

Des problèmes entravant l’essor de ces médias ont été par ailleurs identifiés tels que : le manque d’équipement technique et de formation, les coûts rédhibitoires de diffusion par l’Office nationale de télédiffusion (ONT) et le manque de statut légal des radios associatives. Les résultats de la mission permettent de constater « qu’à la veille du deuxième anniversaire de la révolution, les citoyens et citoyennes de la Tunisie, particulièrement dans les régions continuent à ne pas avoir accès à une information diversifiée et pluraliste et ceci malgré l’existence de dizaines d’initiatives citoyennes et d’une disponibilité de fréquences évidente »[9]

Lors de la rencontre du 18 décembre les participants ont adopté la déclaration pour un Plaidoyer national pour le droit à la communication en Tunisie. Ce plaidoyer exige tout particulièrement un statut des radios associatives et communautaires qui permettra aux citoyens d’exercer leur droit à la communication. Il appelle également à garantir institutionnellement et législativement l’octroi des licences à ces radios d’intérêt public soutenant ainsi les revendications de l’Instance national pour la réforme de l’information et de la communication (INRIC)

Lors de la 2ème conférence tunisienne des médias de proximité : « renforcer le pluralisme des médias pour consolider la démocratie »[10], l’AMARC présente le rapport final de la mission de diagnostic du secteur. Cette conférence inscrite dans le développement des capacités des médias libres en Tunisie, communique des informations et des recommandations sur le profil, les besoins et les enjeux du secteur dans le pays et aborde les suites au plaidoyer national pour le droit à la communication en Tunisie. La contribution de l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires en Tunisie s’est aussi manifestée à travers la mise en onde de la Radio du Forum Social Mondial 2013 avec l’appui de ses membres journalistes et formateurs de radios de proximité et sur internet, du syndicat tunisien de radios libres et de plusieurs pays du Maghreb et du Machrek. Diffusée sur la fréquence 103.1 FM et sur internet[11], elle a couvert concurremment les activités du FSM et celles du Forum mondial des médias libres (FMML) tenus à Tunis du 24 au 30 mars 2013.

Très récemment le 3 mai 2013, la mise en place effective de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle constitue une importante étape pour la régulation du secteur audiovisuel tunisien et la liberté d’expression et le pluralisme médiatique. La création de cet organe, largement saluée par l’AMARC, permettra à l’association de nouvelles collaborations en mettant à la disposition de la HAICA  son expertise et son soutien pour l’émergence d’un fort secteur des médias associatifs et communautaires en Tunisie.

                                                                                                                                                                                                                                                        Nozha Smati


[1] Jon W. Anderson in La restructuration de l’espace radiophonique arabe, L’Institut Panos Paris, 2006.

[2] Cf. Site Internet de l’AMARC Afrique : http://africa.amarc.org/index.php?p=home&l=FR (page consultée le 10/03/2013)

[3] Disponible en ligne : http://www.horytna.net/Home.aspx (page consultée le 03/04/2013)

[4] La radio a lancé ses émissions sur les ondes FM le 14 février 2011 (97.2 FM), elle est aussi écoutée via son site web : http://ks307386.kimsufi.com/ (page consultée le 05/04/2013)

[5] La radio émet depuis le mois de mars 2012 sur ondes FM (90.9) et couvre toute la région de Gafsa. Elle est aussi en ligne sur le site web : http://www.minesfm.com/ (page consultée le 05/04/2013)

[6] Du 3 au 12 décembre 2012, voir la composition de la mission sur le site web du Groupe des partenaires techniques et financiers en appui au secteur des médias tunisiens, [en ligne] : http://www.appui-media-tunisie.com/?p=812 (page consultée le 05/04/2013)

[7] “L’AMARC entreprend une mission pour renforcer les médias de proximité en Tunisie”, Observatoire des organisations et des mouvements sociaux, [en ligne]: http://www.democraciaycooperacion.net/espacio-colaborativo/norte-de-africa-oriente-medio/traducciones-476/francais-478/article/l-amarc-entreprend-une-mission (page consultée le 05/04/2013)

[8] Rapport présenté le 18 décembre 2012 à Tunis, voir à ce propos « Diagnostic mission en Tunisie », [en ligne]: http://mena.amarc.org/?q=fr/node/810 (page consultée le 03/04/2013)

[9] Cf. “Déclaration de Plaidoyer national pour le droit de la communication en Tunisie”, [en ligne] : http://mena.amarc.org/sites/default/files/D%C3%A9claration_tunis_v_2012_12_21.pdf (page consultée le 01/04/2013)

[10] Tenue les 4 et 5 février 2013 à Tunis. Cf. « AMARC/ STRL : Présentation du rapport sur les médias de proximité en Tunisie et 2ème conférence tunisienne des médias de proximité « renforcer le pluralisme des médias pour consolider la démocratie ». [en ligne]: http://www.appui-media-tunisie.com/?p=812 (page consultée le 05/04/2013)

[11] Disponible sur : fmml.overblog.com

Call for paper : Special Issue on Digital Radio and Television Broadcasting

Journal of Galatasaray University Communication Faculty

Technology converts everything it touches. In many countries, public broadcasting system has commenced as terrestrial broadcasting. In the following years, private radios and TVs have entered their broadcasting lives by the introduction of satellite technology. The limits of terrestrial broadcasts have been demolished due to satellite broadcasting, conversions have been experienced, a different broadcasting approach have started to dominate. New Television viewer groups grew out from this different broadcasting approach. Today, the usage of advanced computer and internet technologies, the increasing usage of computers, listening radio and watching TV even on mobile phones, have brought the society and broadcasting to a milestone. The traditional broadcasting and traditional watching habits by which the interaction between the listener and the TV viewer and participation were limited, have given their place to a participative and an interactive relationship between the listener, TV viewer and broadcaster. Digital technology does not only allow freedom of time to listeners and TV viewers, but also offers the possibility for the broadcasts to be watched anywhere regarding participation and location.

Our July 2013 issue has been dedicated to the subject Digital Radio-TV. The titles are not limited to the below mentioned subjects:
– Law of Digital Radio – Television
– Broadcasting Policy in Digital Radio – Television
– Reception Theories in Digital Radio- Television
– Alternative Broadcasting and Digital Radio – Television
– Citizen Journalism and Digital Radio – Television
– Advertising in Digital Radio – Television

Ileti-s-im is a peer reviewed journal.
The deadline for submission is 15 April 2013.
For author guidelines: http://iletisimdergisi.gsu.edu.tr
To submit full paper and for further information, please contact: ntutal@gsu.edu.tr, vmahmutoglu@gsu.edu.tr.

Journée d’études “Les webradios associatives et communautaires »

 Journée d’études

Les Webradios associatives et communautaires : des médias alternatifs participatifs,

état des lieux, enjeux et perspectives”

Université François Rabelais – Site Tanneurs,

Tours le 14 Janvier 2012

Journée organisée par le GRER en collaboration avec l’équipe de recherche universitaire COST du CITERES -UMR 7324 (Centre Interdisciplinaire Cités, Territoires, Environnement et Sociétés) de l’Université François Rabelais de Tours.

Cette journée d’étude avait pour ambition d’apporter un éclairage et des témoignages sur l’apport des technologies du web dans la sphère radiophonique, tant sur le plan de la diffusion (captation de nouveaux auditeurs), des modes d’écriture et de création sonores (expérimentations de nouveaux formats, apport du multimédia, contributions des auditeurs, etc.), que des modes de conservation et d’utilisation des contenus sonores (podcasting, partage, rediffusion, etc.). Ces nouveaux médias on-line contribuent-ils à l’émergence de nouvelles formes d’expression citoyenne, de participation et d’appropriation sociale de l’espace public médiatique ? Les regards croisés de chercheurs et professionnels de ces radios nous apporterons quelques réponses et pistes de réflexion autour de cette question. Cette journée d’étude s’est appuyée sur des exemples concrets, des extraits sonores, permettant d’illustrer l’intérêt et l’apport des webradios en tant que médias d’expression libre et participatifs. 

cf.Présentation et programme

Nous mettons à votre disposition les enregistrements audio des communications des intervenants et des discussions engagées lors de cette journée

Allocution d’ouverture de la journée

En guise d’introduction : regards  sur l’actualité des webradios alternatives

  • Albino PEDROIA (Consultant IT Media, Institut d’Etudes Politiques de Paris, GRER) – télécharger (mp3)

Chiffres clefs des audiences des webradios et du podcasting en France

  • Laurent GAGO (Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, CIM, GRER)

Dispositifs sonores numériques et modalités d’usages des publics

  • Dominique NORBIER (Consultante en Management de l’Innovation, Docteur en Sciences Economiques, Université de Nice Sophia Antipolis) – télécharger (mp3)

Les webradios acteurs de mobilisation et de participation sociale: le cas de Radio Ethic

  • Maria HOLUBOWICZ (MCF en SIC,Institut de la Communication et des Médias – Grenoble 3, GRESEC ) – télécharger (mp3)

Les radios associatives à l’ère des webradios : l’exemple grenoblois

  • Raffaello ARES DORO (Doctorant en Histoire et SIC, Cotutelle Università della TUSCIA Viterbe et Université Paris 2, labo DISTU)  télécharger (mp3)

Le rôle joué par Radio GAP (Global Audio Project) dans les journées du G8 de Gênes en juillet 2001

Thèses soutenues et en préparation

Les récentes recherches doctorales menées au sein des universités françaises sur la radio se rattachent majoritairement à trois grandes disciplines : Sciences de l’information et de la communication, Sciences du langage et Musique et musicologie. D’autres recherches envisagent la radio de point de vue historique et selon une approche sociologique.

A partir du portail des thèses (www.theses.fr) nous proposons un aperçu des recherches soutenues et en cours de préparation sur la radio (auteur de la thèse, directeur, titre, discipline, université et résumé) durant cette dernière décennie.

A consulter Recherches doctorales sur la radio(2008-2014)