Archives de catégorie : Événements

Rencontre avec journalistes radio et multimédia – Colloque GRER

« La radio, du flux à l’information permanente : quelles activités et pratiques au quotidien  pour les journalistes ? »

Dans le cadre du colloque international du GRER s’est tenue le 21 mars 2014, une rencontre avec des journalistes spécialisés en radio et en multimédia animée par les enseignantes-chercheures en sciences de l’information et de la communication, Valérie Jean-Perrier (CELSA, Paris Sorbonne) et Nathalie Pignard-Cheynel (université de Lorraine).

Ont participé à cette table ronde, Estelle Cognacq (rédactrice en chef de Franceinfo.fr), Antoine Daccord (responsable de la rédaction numérique de RTL), Andrada Noaghiu (journaliste, documentariste et conceptrice de web-documentaire-Arte radio, France Culture), Matthieu Gorisse-Mondoloni (journaliste à France Info et formateur au Cuej) et Paul Larrouturou (journaliste au Lab d’Europe 1)

Dans l’objectif d’interroger le quotidien des rédactions webradio à travers le témoignage de ceux qui le constituent, l’échange avait porté sur les formats, les contenus, les genres, l’écriture radio et leur évolution à l’ère du numérique ainsi que la relation avec les auditeurs. Pour faire écho aux thématiques abordées et des interrogations posées, nous publions ici quelques extraits des témoignages des journalistes reflétant ainsi leurs points de vue.

                           Les journalistes radio doivent apprendre à « écrire pour être lus mais pas par pour être entendus », « on attend d’eux   d’avoir le réflexe digital, enrichir ce qui se fait avec eux, trouver des modes de fonctionnement entre nous » (Antoine Daccord)

                      « On n’est pas homme-orcheste » ; « le son n’est pas mort » ; « la radio s’écoutera différemment, elle continuera à exister et le web permettra autre chose, de nouveaux usages » (Mathieu Gorisse-Mondoloni)

                       « Ce métier retrouve la créativité à l’ère numérique, il y a de l’innovation et on y participe » ; « Le Podcast est un enjeu pour la radio » (Estelle Cognacq)

                « Avec les nouveaux sons portés par Radio France, le son est au cœur du web et comment essayer de le faire vivre..Le web a toujours été vu comme le média qui va tuer les autres médias, ce n’est pas vrai, le web est juste une façon de faire autrement les choses qui existent déjà, c’est le média le plus souple aujourd’hui, on peut tout faire avec » (Mathieu Gorisse-Mondoloni)

                       « Pourquoi alors on parle encore de radio ? »  (Ziad Maalouf)

                     « Etre média digital pour exister on a donc des formats : radiofilmé, social radio, contenu amplifié, ca c’est la radio qu’on est en train de dessiner, on verra » (Antoine Daccord)

Vous pouvez écouter l’intégralité de la rencontre   son

Très prochainement vous pouvez également écouter l’enregistrement public de l’émission l’Atelier des médias réalisé lors de la clôture du colloque ce 21 mars 2014 à l’université de Strasbourg. L’émission porte sur le journalisme radiophonique à l’ère du numérique et sera diffusée le samedi 5 avril sur RFI.

REGARDS CROISÉS SUR 100 ANS DE RADIO EN BELGIQUE

100ansRadioBelgique

Après-midi d’étude internationale

REGARDS CROISÉS SUR

CENT ANS DE RADIO EN BELGIQUE

En clôture de l’exposition

« Vu à la radio » (Tour & Taxis, Bruxelles), le vendredi 25 avril 2014

Pour clôturer les festivités célébrant le centenaire de la diffusion de la radio en Europe, une après-midi de colloque scientifique international se tiendra ce vendredi 25 avril dans les locaux de l’exposition « Vu à la radio », qui retrace cent ans de radio en Belgique.

Le 28 mars 1914, la première émission de radiophonie d’Europe était diffusée depuis le Palais royal de Laeken (Bruxelles). L’exposition qui salue cet événement fermera ses portes le 27 avril. Ce colloque scientifique clôturera donc les manifestations liées à cet anniversaire. Il est co-organisé par l’Observatoire de Recherche sur les Médias et le journalisme (ORM) de l’Université de Louvain et le GRER (Groupe français de Recherches et d’Études sur la Radio), avec l’appui du ReSIC de l’ULB.

Retracer l’histoire de la radio en Belgique n’est pas l’ambition de cette rencontre scientifique : ce périple est évoqué dans l’exposition. L’après-mi­di d’étude entend plutôt croiser les points de vue et les regards sur l’objet que constitue la radio en Belgique et son évolution, sous de multiples facettes et en confrontant un regard « intérieur » et un regard « extérieur », apporté notamment par des intervenants extérieurs à la Communauté française de Belgique.

L’expérience belge de la radio sera ainsi relue à la fois ad intra et ad extra lors de dialogues associant chercheurs, enseignants, scientifiques et professionnels de la radio.

Ce colloque est une ultime occasion d’observer la radio belge dans le rétroviseur de l’histoire et de la complexité internationale. C’est en ce sens que cette rencontre se déroulera dans le « studio radio » situé au cœur-même de l’exposition, à Tour & Taxis.

L’événement est ouvert à tous. L’accès est libre (dans la limite des places disponibles et moyennant inscription préalable).

L’entrée au colloque garantit aussi une libre entrée à l’exposition.

Inscription préalable à l’adresse : http://www.uclouvain.be/452628.html

Pour voir le programme, cliquez dessus :

Progr-100_ans_radio_BelgiqueOu téléchargez le PDF

« Regards croisés sur cent ans de radio en Belgique », vendredi 25 avril de 13h30 à 18h, au studio radio de l’exposition « Vu à la radio », Tour et Taxis, avenue du Port 86c, 1000 Bruxelles.

7ème Colloque international du GRER – PROGRAMME DISPONIBLE !!!

Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.  Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique

Strasbourg, 20 et 21 mars 2014

Quelques modifications ont été apportées au Programme

La dernière version est disponible ICI

Le Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Radio (GRER) organise son septième colloque international. Après Bordeaux (2001 et 2004), Lyon (2006), Paris (2009 et 2011), et Bruxelles (2010), il aura lieu à l’Université de Strasbourg les 20 et 21 mars 2014.

Quels médias nous informeront demain ? Le secteur de la presse écrite se recompose chaque jour en raison de l’apparition du numérique. Au delà des mutations que le numérique entraîne, c’est la question elle-même de la survie du journalisme de presse écrite qui est régulièrement posée.

Le média radiophonique, quant à lui, ne semble pas menacé de disparition à court ou moyen terme. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Dans ce colloque, on se posera les questions suivantes : comment le numérique a-t-il transformé la production de l’information à la radio ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? Comment écoute-t-on l’information à la radio aujourd’hui, et comment va-t-on l’écouter demain ?

Avec le développement du Web, tout notre paysage médiatique est en voie de transformation. Ce colloque interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. A partir de ses héritages, de ses pratiques actuelles, et de ses évolutions, nous poserons la question : la radio va-t-elle demeurer un média d’information majeur ? Ce colloque s’articulera autour de deux axes :

Axe1. Pratiques professionnelles de linformation radiophonique : remises en questions et évolutions

Depuis près de vingt ans, les pratiques professionnelles se sont modifiées avec l’apparition des nouvelles technologies. La production de l’information a d’abord été marquée par plusieurs phénomènes : dématérialisation, compression et miniaturisation. De nouvelles compétences sont demandées au journaliste de radio : savoir prendre des photos ou des vidéos, savoir compléter son reportage radiophonique avec des textes, savoir mettre en ligne celui-ci… Autant de qualités qui sont devenues des critères d’embauche, au même titre que la maîtrise de l’écriture radiophonique et la présence au micro. L’identité professionnelle des journalistes de radio s’est donc transformée en quelques années seulement. Face à ces bouleversements, les école de journalisme s’interrogent : comment former les journalistes de demain ?

Axe 2. Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

La plupart des radios ont d’abord créé leur site Internet. Les radios ont ensuite proposé des contenus et des services propres au Web. La radio de « rattrapage », sous la forme du streaming (écoute sur le site de la radio) ou du podcast (téléchargement d’une émission dans la bibliothèque d’un ordinateur ou d’un téléphone portable) a modifié en profondeur le rapport entre la radio et ses auditeurs.

Les contenus se sont peu à peu enrichis, et les internautes trouvent sur les sites des radios de nombreuses informations complémentaires au programme audio. La radio est de plus en plus filmée, des caméras ont été installées dans les studios, et il est devenu possible de « regarder » certains programmes radiophoniques sur Internet. Les radios ont aussi développé l’interactivité sur le Web, davantage sur les réseaux sociaux que sur leur site. Images et textes complètent souvent un programme radiophonique plus participatif qu’auparavant.

Plus de quarante communications, du monde entier, sont attendues lors de ce colloque. Une table ronde réunira les principaux acteurs du secteur de la radio qui réfléchissent à la révolution numérique.

Pour l’organisation de ce colloque, le Grer s’est associé à l’Université de Strasbourg, au Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), au laboratoire Sage, à l’Ina, et à RFI.

Lieu du colloque :

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme -Alsace (Misha)

Salle des Conférences, et Salle Table-Ronde
5, allée du Général Rouvillois
67000 Strasbourg

Information et inscription (gratuite)

grer.mail@club-internet.fr

christophe.deleu@unistra.fr 

Téléphone : 06 30 94 84 03 (Christophe Deleu, responsable scientifique du colloque)

Site du colloque : http://radiography.hypotheses.org/

Informations pratiques pour se rendre au colloque : suivez le lien

Informations pratiques Hébergements à Strasbourg : suivez le lien

Visiter Strasbourg et l’Alsace : suivez le lien

HORAIRES du Colloque :

Début du colloque : jeudi 20 mars, 14h / Fin du colloque : vendredi 21 mars, 19h

Informations Touristiques sur Strasbourg et l’Alsace ICI

Comité scientifique

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA, fondateur du GRER

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, Laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Cuej, Université de Strasbourg, Laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, Laboratoire Communication et Politique , CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences (HDR), Université Paris 4, Laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Lorraine, Laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, Laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, Enseignante, Université Lille 3, Laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, Laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS ;

logo grer

Programme séminaire « Penser les mutations de la radio en Afrique »

logo grer   logo geriico     logo lille3

« Penser les mutations de la radio en Afrique »

Séminaire du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

12 octobre 2013 –Université Lille 3

Maison de la recherche –salle F013

Le GRER débute son cycle 2013/2014 des Séminaires du Samedi par un atelier consacré aux Mutations de la radio en Afrique. Il se tiendra le samedi 12 octobre 2013 à l’université de Lille 3 et sera organisé en collaboration avec le Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO). Les Séminaires du Samedi, organisés dans toute la France (Paris, Tours, Bordeaux..), offrent l’occasion de débattre et d’échanger entre chercheurs et professionnels sur les dynamiques contemporaines du média radiophonique. Les spécificités du média radiophonique en Afrique ne sont plus à préciser. Néanmoins, comme sur l’ensemble des autres continents, ce média connait des évolutions profondes, d’autant plus remarquables que l’influence de la radio sur les autres médias traditionnels mais aussi sur les nouveaux médias reste encore forte, notamment en Afrique subsaharienne. L’Afrique du Nord, où les radios notamment privées ont eu du mal à exister, connait aujourd’hui un contexte favorable à la création de nouvelles formes radiophoniques.

Sans pouvoir embrasser toutes les mutations en cours, ce séminaire souhaite interroger chercheurs et professionnels sur trois entrées thématiques: les enjeux et défis de la numérisation de la diffusion, les nouvelles formes de participation des audiences, la place relative de la radio par rapport aux autres médias dans l’Afrique contemporaine. Les radios d’Afrique sont confrontées au passage à la diffusion numérique d’ici 2015 selon le calendrier de l’Union internationale des Télécommunications. Cette mutation comme ailleurs s’avère très difficile et pose notamment des questions originales : quelle possibilité par exemple pour les radios privées de conserver la main sur leur diffusion dans des pays autoritaires ? Dans quelle mesure cette évolution pourrait-elle présenter de nouvelles opportunités pour le paysage radiophonique africain et en même temps maintenir l’ancrage local et le lien privilégié avec le public africain ?

Les TIC renouvellent aujourd’hui considérablement les audiences des radios en donnant aux radios mêmes locales une diffusion internationale mais aussi en transformant les formes de participation. Cette entrée massive des radios africaines dans l’ère du numérique sera analysée ainsi que les indicateurs et dispositifs existants pour déchiffrer les audiences.

Enfin, qu’en est-il de la place de ce média aujourd’hui en Afrique ? Est-il toujours le média roi ou les autres médias, sociaux ou non, sont-ils en train de la reléguer aux seules zones rurales ? Les groupes médiatiques sont-ils par exemple une politique de  long terme intéressante ? Quelle solutions économiques à terme pour les radios alors que les marchés de publicité restent toujours très étroits ?

Malgré la diversité des situations, ce séminaire abordera aussi bien le cas de l’Afrique subsaharienne que celui de l’Afrique du Nord.

De même, organisé à Lille, à une heure aussi bien de Londres que de Paris, un accent particulier sera mis pour parler aussi bien des pays d’Afrique anglophone que francophone.

*****

 9H30 :  Accueil des participants (Frédéric Antoine, Président du GRER et Emilie Dalage, GERiiCO)

10H00 : Présentation du  séminaire et son déroulement (par organisateurs)

10H15-10H45 : Conférence par Marie-Soleil Frère : Radios en mutation, de l’émancipation aux nouvelles contraintes

10H45 : Pause café

11H00 – 13H30 : Table ronde : Mutations des médias radiophoniques en Afrique : enjeux et défis

     Intervenants et discutants :

Marie-Soleil Frère, Université Libre de Bruxelles

Hassane Tlili, Journaliste, Radio Monte Carlo Doualiya, Paris

Pascal Chirhalwirwa, Coordinateur national RCA- Délégué à l’Afrique Centrale, Institut Panos Europe (IPE)

Francesco Diasio, Coordinateur regional, Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC)

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA

Nozha Smati, Université Lille 3, GERiiCO

*****

13H30-14h30 : Pause déjeuner

14H30-17H00 : Assemblée générale du GRER

*****

   Programme à télécharger en PDF

Comité d’organisation:

Nozha Smati, Université Lille3, GERiiCO

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA.

Avec la collaboration d’Emilie Dalage, Université Lille 3, GERiiCO

Contact et information :

Nozha Smati  nozha.smati@univ-lille3.fr

Informations Pratiques

Le premier TGV Lille-Paris arrive à Lille 8h48 (départ de Paris à 7h42).

Venir à l’Université de Lille 3: les itinéraires

Itinéraire Métro (accessible pour les personnes à mobilité réduite / Prendre le métro ligne 1, direction 4 Cantons, sortir à la station Pont de Bois).

Le plan Lille 3 – Maison de la recherche en téléchargement (pdf) ici

Sur place des affiches d’orientations seront disponibles pour vous faciliter l’accès à la salle.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Mais afin de mieux organiser votre accueil, la pause café et le déjeuner, merci d’annoncer votre présence à cette adresse: Nozha Smati : nozha.smati@univ-lille3.fr

 

« Penser les mutations de la radio en Afrique », samedi 12 octobre 2013 à Lille

Séminaire du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Samedi 12 octobre 2013 – 9h.30-13h.30

Université Lille 3 – Maison de la recherche – Salle F013

« Penser les mutations de la radio en Afrique »

Le GRER débute son cycle 2013/2014 des Séminaires du Samedi par un atelier consacré aux Mutations de la radio en Afrique. Il se tiendra le samedi 12 octobre 2013 à l’université de Lille 3 et sera organisé en collaboration avec le Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO). Les Séminaires du Samedi, organisés dans toute la France (Paris, Tours, Bordeaux..), offrent l’occasion de débattre et d’échanger entre chercheurs et professionnels sur les dynamiques contemporaines du média radiophonique.

Les spécificités du média radiophonique en Afrique ne sont plus à préciser. Néanmoins, comme sur l’ensemble des autres continents, ce média connait des évolutions profondes, d’autant plus remarquables que l’influence de la radio sur les autres médias traditionnels, mais aussi sur les nouveaux médias reste encore forte, notamment en Afrique subsaharienne. L’Afrique du Nord, où les radios notamment privées ont eu du mal à exister, connait aujourd’hui un contexte favorable à la création de nouvelles formes radiophoniques.

Sans pouvoir embrasser toutes les mutations en cours, ce séminaire souhaite interroger chercheurs et professionnels sur trois entrées thématiques: les enjeux et défis de la numérisation de la diffusion, les nouvelles formes de participation des audiences, la place relative de la radio par rapport aux autres médias dans l’Afrique contemporaine.

Les radios d’Afrique sont confrontées au passage à la diffusion numérique d’ici 2015 selon le calendrier de l’Union internationale des Télécommunications. Cette mutation comme ailleurs s’avère très difficile et pose notamment des questions originales : quelle possibilité par exemple pour les radios privées de conserver la main sur leur diffusion dans des pays autoritaires ? Dans quelle mesure cette évolution pourrait-elle présenter de nouvelles opportunités pour le paysage radiophonique africain et en même temps maintenir l’ancrage local et le lien privilégié avec le public africain ?

Les TIC renouvellent aujourd’hui considérablement les audiences des radios en donnant aux radios mêmes locales une diffusion internationale mais aussi en transformant les formes de participation. Cette entrée massive des radios africaines dans l’ère du numérique sera analysée ainsi que les indicateurs et dispositifs existants pour déchiffrer les audiences.

Enfin, qu’en est-il de la place de ce média aujourd’hui en Afrique ? Est-il toujours le média roi ou les autres médias, sociaux ou non, sont-ils en train de la reléguer aux seules zones rurales ? Les groupes médiatiques sont-ils par exemple une politique de long terme intéressante ? Quelle solutions économiques à terme pour les radios alors que les marchés de publicité restent toujours très étroits ?

Malgré la diversité des situations, ce séminaire abordera aussi bien le cas de l’Afrique subsaharienne que celui de l’Afrique du Nord. De même, organisé à Lille, à une heure aussi bien de Londres que de Paris, un accent particulier sera mis pour parler aussi bien des pays d’Afrique anglophone que francophone.

Programme :

9H30 : Accueil des participants (Frédéric Antoine, Président du GRER et Emilie Dalage, GERiiCO)

10H00 : Présentation du séminaire et son déroulement (par organisateurs)

10H15-10H45 : Conférence par Marie-Soleil Frère : « Radios en mutation : de l’émancipation aux nouvelles contraintes »

10H45 : Pause café

11H00 – 13H30 : Table ronde : « Mutations des médias radiophoniques en Afrique : enjeux et défis ».

Intervenants et discutants :

–        Marie-Soleil Frère (Université Libre de Bruxelles)

–        Hassane Tlili (Radio Monte Carlo Doualiya, Paris)

–        Sylvie Capitant (Paris 1, IEDES)

–        Etienne Damome (Bordeaux 3, MICA)

–        Nozha Smati (Lille 3, GERiiCO)

13H30-14h30 : Déjeuner

 14H30-17H00 : Assemblée générale annuelle du GRER

Les votes seront réservés aux membres à jour de leurs cotisations, mais tous ceux qui souhaiteraient s’informer sur les activités du GRER, ses projets, sont les bienvenus à cette AG.

Comité d’organisation du séminaire :

Nozha Smati, Université Lille3, GERiiCO nozha.smati@univ-lille3.fr

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA.

Avec la collaboration d’Emilie Dalage, Université Lille 3, GERiiCO

Informations Pratiques

Le premier TGV Lille-Paris arrive à Lille 8h48 (départ de Paris à 7h42).

Venir à Lille 3 – les itinéraires

Itinéraire Métro (accessible pour les personnes à mobilité réduite / Prendre le métro ligne 1, direction 4 Cantons, sortir à la station Pont de Bois).

Le plan Lille 3 – Maison de la recherche en téléchargement (pdf) ici

Sur place des affiches d’orientations seront disponibles pour vous faciliter l’accès à la salle.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Mais afin de mieux organiser votre accueil, la pause café et le déjeuner, merci d’annoncer votre présence par retour de courrier ou bien directement à cette adresse: Nozha Smati : nozha.smati@univ-lille3.fr

 

BandeauSéminaireLille

Télécharger le programme et les informations pratiques sous un format pdf ici

Autour des radios pirates, libres, de lutte, France et Italie dans les années 70…

programmeLes premières RENCONTRES des ARCHIVES

Lundi 1er juillet 2013, 19 heures,

à la Maison Ouverte, 17 rue Hoche à Montreuil

Autour des radios pirates, libres, de lutte, France et Italie dans les années 70, projection de Radio Alice à Paris de François Pain.

Radios libres, pirates, de lutte ou de mouvement

Ouvrir la possibilité d’un travail autour de ces pratiques, cerner comment ce médium a été investi et ce qu’il a de particulier. On se demande quelles tentatives ont eu lieu ? pour porter quelles paroles ou quelles propositions ? dans ou hors d’un mouvement, d’une lutte ? est-il intéressant de se donner les moyens de retrouver des enregistrements ? qu’en faire ? Grâce aux documents dont nous disposons, on essayera de comprendre comment était composé et par quoi était traversé le mouvement des radios libres, et d’envisager ce qu’on pourrait en faire aujourd’hui.

Projection de Radio Alice à Paris

Film tourné fin 1977 en vidéo, à la paluche, par François Pain. Bifo parle à Laborde. Des membres de Radio Alice sont à Paris et enregistrent une émission de radio. Des images de Bologne. Ce film est resté, à notre connaissance, invisible depuis une trentaine d’années. Nous avons pu, avec le concours du service audiovisuel de la Bnf, le faire nettoyer et numériser pour le diffuser à nouveau.

Des nouvelles du fond

Depuis l’inauguration des archives, un fond conséquent nous a été confié. Nous en ouvrirons ensemble un élément : la petite valise verte.
Pour plus d’informations sur le projet ou sur les rencontres, il est
possible de consulter le site : http://getaway.eu.org
ou d’envoyer un mail à  : getaway@inventati.org

PAR LES GENS, POUR LES GENS. Les radios associatives et communautaires, état et perspectives

image002

Les journées d’études « Par les gens, pour les gens : les radios associatives et communautaires, état et perspectives » se déroulent les 1er et 2 juillet 2013, en Belgique.

À Bruxelles, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et le ReSIC (Centre de recherche en information et communication) de l’ULB co-organisent deux journées d’études internationales (1er et 2 juillet 2013) sur l’état et les perspectives des radios communautaires et associatives.

Les radios associatives et communautaires ont joué et jouent encore un rôle important pour encourager la participation citoyenne, faire circuler l’information de proximité et se positionner comme contre-pouvoir local. Aujourd’hui, que ce soit au Brésil, sur le continent africain, en Europe de l’Est… ou encore en Belgique, elles sont souvent contraintes de se redéfinir et de repenser leurs stratégies : elles sont confrontées à la suprématie des grands réseaux commerciaux, à la concurrence de la télévision, à des soucis de survie financières ou aux développements des nouveaux médias.

Les deux journées d’études réuniront, à l’ULB (salle BENETTON, R42, campus du Solbosch), des représentants de l’EPRA (la plateforme européenne des régulateurs de médias), de l’Université de Brasilia, de l’AMARC (l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires), du CMFE (Forum européen des médias communautaires), de radios communautaires et associatives belges, européennes et africaines, etc.

Ces acteurs et spécialistes débattront notamment de la notion de radio associative et communautaire, des défis de la régulation, de la radio communautaire comme acteur de changement, et des enjeux futurs des radios. Ce dernier thème fera l’objet d’une table ronde spécifique autour du film de Stéphanie Lepage consacré à Radio Liberté (Tchad) : « Les voix de la liberté ».

Intervenants
Programme
Inscription obligatoire

Université Libre de Bruxelles
Campus du Solbosh
Bâtiment R42 – Salle Benetton R42.5.503
Avenue F.D. Roosevelt 42
1050 Bruxelles

logos

News and radio journalism in the digital age

Grer 01

International conference call for papers.

Strasbourg, 20 and 21 March 2014

News and radio journalism in the digital age

 

1. Context:

 The Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) is organising its seventh international conference. Following on from conferences at Bordeaux (2001 and 2004), Lyon (2006), Paris (2009 and 2011), and Bruxelles (2010), it will take place at the University of Strasbourg on the 20th and 21st March 2014.

An international call for papers has been launched, focused on the issues and approaches described below. (and here you can download the call in pdf format)

The printed press is reconfiguring itself every day, mainly because of the appearance of the digital sector. Beyond the changes brought about by digital technology, questions are frequently asked around the significance of the printed press.

Radio broadcasting, in particular, does not seem to be at risk of disappearing in the short term. Radio remains an essential element within the practice and systems of journalism, on a daily basis, in exceptional circumstances or in times of crisis. The credibility of radio news remains very high, and higher than other media. On the other hand several changes are missing from its evolution. At this conference several questions will be asked: how has the production of radio news become integrated with the digital domain? Have those people connected with news production changed or do they want to change? Has the professional identity of radio journalists changed? Is media content different? How do people hear news on the radio now, and how will people hear it in the future?

With the development of the internet, our media landscape is undergoing a transformation. This conference will study the capacity of radio to inform citizens in contemporary societies. From its heritage to current practice, and through its evolution, we will ask the question: can radio remain an important news medium in the digital age

Focusing on two main themes, the conference will begin by examining this question from the following angles:

2. Two main themes:

Theme 1. Professional practice and radio news: issues and evolutions

Journalism is associated with the birth of radio and its rapid transformation into a mass medium. Radio reportage, which developed during the 1930s, and distinguished by the eloquence of the journalist, allowed us to understand the evolution of radio and it became a genre in its own right. It peaked at the end of the Second World War. The appearance of television certainly constituted a threat to radio journalism, but finally the two media managed to coexist over several decades.

For more than twenty years now, professional practice itself has changed, with the emergence of new technologies. News production was at first distinguished by several phenomena: dematerialisation, compression and miniaturisation. In what ways have these changes affected the routines and the know-how of radio journalists?

In the same way, digitisation challenges the newsrooms which produce news. Often, bespoke newsrooms have been created for web sites. Some journalists only work for a radio station’s web site, and don’t work in radio journalism in the original sense. There are also broadcasting organisations in which, by contrast, news teams have been divided until now and which have adopted the style of multimedia newsrooms which service multiple platforms. Thus radio becomes little more than one platform among a range of different services.

More generally, new competencies are needed by radio journalists: being able to take photos or shoot videos, knowing how to complement one’s own reports in text form, knowing how to put all this on line, and so on. Such abilities have become essential in order to be employed, just as much as being able to write for radio and to do voice-work. The professional identity of radio journalists has thus been transformed in just a few years.

In the face of these changes, journalism schools are asking themselves: with the development of multimedia, is it necessary to organise training in traditional ways (printed press/radio/television)? Isn’t a new type of training needed, one which is multimedia by nature? How to satisfy the demands of employers who always expect more from the training and multi-skilling of new journalists?

So works which explore the development of journalism training for radio, whether it be in terms of professional practice, newsroom etiquette, competencies, training or the new players involved will be welcome under this theme.

Theme 2. Content and its uses: the extension of radio contexts

For several years radio networks have offered internet services. Content has become progressively enriched, and internet users find on these radio web sites plenty of news that is complementary to what is broadcast. Radio is increasingly videoed, cameras are increasingly installed in studios, and it has become possible to ‘watch’ certain radio programmes on the internet. Thanks to these images or to photographs posted on radio web sites, listeners can match a voice to a face more easily than before. Thus it is the ontological relationship that a listener has with a radio station than is redefined.

‘Catch-up’ radio, in the form of streaming (listening through the radio station web site) or podcasts (downloading a programme to the library of a computer or a mobile phone) fundamentally changes the nature of radio. Even if traditional listening is still more common than other methods, users are beginning to adopt the podcast. These new methods of listening could, in time, change the image and the practice of radio, still widely perceived as a live medium, and, by contrast, as an ephemeral medium. Certain radio stations whose audiences remain limited are, for example, becoming leaders in the practices of radio on demand. Other types of programmes could also emerge, which are not linked to time in a linear way.

Thanks to the creation of web sites, it has become possible to listen to a radio station outside a geographical area. The relationship with the editorial area has been changed, and has brought about some different practices (including the discovery of distant stations, or keeping in contact with a home country). Many radio stations, called ‘web-radios’, have also been created on the internet. Wherever they are in the world, how have these new online stations contributed the emergence of new forms of civic expression and participation, and how do they contribute to a reactivation of a public sphere which extends significantly beyond local and national boundaries?

At certain radio stations, the listener is omnipresent online. Stations have also developed an interactive presence online through the interactivity of the internet. Many programmes have their Facebook pages and their Twitter accounts and permit exchanges between listeners, who can give their opinions and ask their own questions of organisers. Images and text often complement a programme which has become more complex, not restricting itself just to listeners to the broadcast content. One can also ask if ‘participatory’ journalism (blogs, commentaries and so on) has developed on the internet.

Finally, formats themselves have been transformed, seemingly reinvented with the appearance of the digital domain. During the last two decades, alongside the bulletin, short duration reportage (of under two minutes) has become the most favoured form of professionals in radio journalism, to the point that longer-form journalism has almost disappeared from the medium of radio. It remains only on certain types of radio station. Today, multimedia is disrupting genres, modifying formats, and raising issues around duration. We are witnessing the development of sonic landscapes, notably on the web sites of the printed press. Several instances of web reportage (or web documentaries) include a ‘sonic dimension’, and present otherwise unpublished information. Financing comes from multiple sources, and so an even more fragile economic model has emerged than those of the traditional media. As regards this type of production, are we still talking about ‘journalism’? And if yes, do we need to talk about ‘sound journalism’? Have we not moved towards a form of ‘sound journalism’? Will this ‘sound journalism’ develop traditional radio journalism?

Papers may explore any of these questions. They should involve interactions in the digital domain, in whatever form, and radio journalism. They should consider the strategies of different actors (shareholders, media managers, public bodies and so on), the organisation of journalistic production, the evolution of content, and the new ways of listening to news. They will examine changes in professional journalism (status, competencies, techniques, practices, training, and so on). They may concern technological, economic or social developments in the creation of radio journalism and its reception.

As with previous events run by GRER, a range of academic perspectives is expected, including: communication studies, journalism studies, history, geography, economy, psychology, sociology, political science, philosophy, law, ethnology, language studies and more.

Papers from practitioners are also welcome.

3. Methods of proposal submission and the organisation of the conference:

The duration for plenary presentations will be 30 minutes; workshop presentations will be limited to between 15 and 20 minutes.

Authors are invited to submit a proposal in French or English by the 30 September 2013.

It should include: a title (and sub-title), 5 to 8 key words and a statement of relevance to one of the above themes. It should develop in no more than 5,000 characters an abstract presenting the area to be problematised, its hypotheses and a bibliography. Personal information (name, institution of affiliation, status, postal address, email address and telephone number) should be shown on the first page.

The paper can be presented in French, English, German or Spanish. If, at the conference, the paper is presented in German or Spanish, it should be accompanied by a PowerPoint in English.

Thank you for sending your proposals in Word (.doc) format, with the file name including the name of the author, to the two addresses below:

christophe.deleu@unistra.fr  /  grer.mail@club-internet.fr

Telephone (only for the conference) + 06 30 94 84 03

GRER web sites: http://www.grer.fr

http://radiography.hypotheses.org

A receipt will be sent to the authors. The Scientific Committee will begin a double-blind peer review selection process of the proposals. Proposals may be accepted subject to amendments requested by the Scientific Committee. These responses will be sent out to authors from the 30th October 2013.

Authors are invited to submit the full text of their papers, as well as PowerPoint documents, by the 15 February 2014 at the latest, both in paper and electronic form. These texts, with the permission of the authors and the Scientific Committee, may then be published online on the GRER web site (www.grer.fr ).

4. Reminder of important dates:

 30 September 2013 – Deadline for submission of proposals

30 October 2013 – Announcement of accepted proposals

15 February 2014 – Submission of documents

5. Scientific Committee:

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER ;

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique , CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences, Université de Paris 4,laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Grenoble 3, laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS ;

Conference organised in partnership with:

CUEJsage

Download here the call for papers in pdf

Radio et numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ?

HEC

Radio & numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ?

Paris, 06 juin 2013

Telecom ParisTech, 46 rue Barrault, 75013 – Paris / Amphithéâtre B 312

9h00 : Accueil des participants

9h15-10h45 : Numérique et changements de modèles de la radio.
Ala-Fossi MARKO, Professor, Tampere University, La radio à l’âge numérique : panorama européen.
Frédéric ANTOINE, Professeur, Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication, UCL, Louvain, Ce que le numérique fait à l’écosystème de la radio.
Albino PEDROIA, consultant, fondateur de LabRadio et Ondes numériques, Nouveaux modèles économiques et innovation radiophonique

10h45-11h00 : Pause

11h15-12h30 : Un média précurseur : stratégies de changement des radios.
Thierry GEFFROTIN, Rédacteur en chef, Europe 1, La stratégie numérique d’une radio généraliste : Europe1.
Pierre BELLANGER, Président directeur général d’Orbus, SkyRock, Stratégie radio dans la révolution numérique : Skyrock.
Bruno DELPORT, Directeur général de Nova Press, Stratégie d’innovation : Radio Nova.

12h30-14h00,  Déjeuner-buffet

14h-00-15h30 : Les nouvelles rencontres de l’offre et de la demande radiophoniques
Hervé GLEVAREC, Directeur de recherche, CNRS, Les publics de la radio : précurseurs des publics médiatiques ?
Simon BALDEYROU, Directeur Général France, Deezer,  L’internaute-radionaute.
Francis GOFFIN, Directeur général des radios, RTBF,  Les nouveaux espaces médias de la radio.

15h30-15h45, Pause

15h45-17h15 : Regards croisés sur l’avenir de la radio
Jean-Luc HESS, Président, Radio France
Catherine SMADJA, Head of special projects, policy and strategy, BBC.
Sylvain LAFRANCE, Professeur, HEC Montréal, ancien vice Président exécutif de Radio Canada,  Stratégie de changement : Société Radio-Canada.
Laurence FRANCESCHINI, Directrice générale des médias et des industries culturelles, Ministère de la culture et de la communication

17h15 : Clôture

Quel avenir pour les radios communautaires ?

ReSIC » Quel avenir pour les radios communautaires ? « 

Journées d’étude

Bruxelles, 1er et 2 juillet 2013

 Les radios communautaires ont joué et jouent encore, dans certaines régions du monde, un rôle important pour encourager la participation citoyenne, faire circuler l’information de proximité et se positionner comme contre-pouvoir local.

L’objectif de cette rencontre de deux jours est d’analyser des expériences en provenance de trois continents différents, à travers des études de cas situés au Brésil, en Belgique et au Burkina Faso / République démocratique du Congo.

Au Brésil, les radios communautaires sont souvent dominées, ou même possédées, par des élites politiques locales qui les instrumentalisent au service de leur propagande électorale. Cependant, des communautés marginalisées, comme le MST (Movimento sem Terra) ou les groupes indigènes, par exemple, utilisent les radios communautaires pour accéder à l’information. La radio a gardé toute son importance dans les zones rurales où le travail quotidien est effectué tout en écoutant la radio. Certaines radios jouent aussi un rôle important pour la communication entre les habitants des bidonvilles de Rio et de Sào Paulo.

Sur le continent africain, en particulier en Afrique francophone, les radios communautaires sont essentielles pour la circulation de l’information locale, mais aussi pour leur rôle d’éducation et de promotion du développement. Elles constituent souvent le seul média disponible et accessible dans des pays aux infrastructures peu développées où l’électricité est rare et où l’analphabétisme demeure important. Elles sont souvent soumises à des pressions politiques importantes émanant des autorités locales, en particulier lors des élections. Certaines d’entre elles ne vivent que de l’appui des bailleurs de fonds étrangers, incapables de générer localement les moyens nécessaires à leur survie et victimes du désintérêt (voire de stratégies volontairement d’évitement) du pouvoir politique.

En Belgique, les radios « libres » ont contribué, dans les années 1980 à briser le monopole de l’Etat sur le secteur audiovisuel de l’information, à diffuser des cultures alternatives à celles véhiculées par les grands médias commerciaux et à encourager la participation des citoyens. Elles sont devenues plutôt rares à présent, alors que les grands réseaux commerciaux dominent le paysage médiatique.

Aujourd’hui, les radios communautaires sont souvent contraintes de se redéfinir et de repenser leurs stratégies : elles sont confrontées à la suprématie des grands réseaux commerciaux, à la concurrence de la télévision (en particulier la télévision commerciale axée sur le divertissement), à des soucis de survie financière.

Comment assurer la survie des radios communautaire et la préservation de leurs spécificités ?

Les journées de réflexion de Bruxelles sur l’avenir des radios communautaires aborderont principalement deux questions :

  1. 1.     Quel est l’avenir des radios communautaires ?

En Belgique, certaines radios communautaires ont développé des stratégies de repositionnement et de survie : il est intéressant d’en observer les dynamiques.

Au Brésil, la télévision est désormais le premier média, mais les radios communautaires continuent à fournir des informations locales et même nationales qui ne circulent pas par d’autres voies.

En Afrique, où la radio demeure le premier média, certaines radios prennent des initiatives pour essayer de se professionnaliser dans le traitement de l’information tout en évitant la dépendance trop forte vis-à-vis d’une source unique de financement.

  • Il s’agira d’analyser les conditions et formes de persistance et de résistance des radios communautaires dans une perspective comparative.
  1. 2.     Que reste-t-il de l’ancien paradigme « développementaliste » et « participatif » ?

Dès les années 1960, l’Unesco, ainsi que d’autres acteurs du développement international ont considéré la radio comme un instrument essentiel pour la promotion et l’impulsion de changements de comportement dans les pays en voie de développement. Dans les pays du Sud, les radios communautaires sont encore sollicitées aujourd’hui dans le cadre de projets de coopération afin de contribuer à favoriser l’intégration, l’accès à l’éducation et à l’instruction, en particulier pour des communautés marginalisées, tenues à l’écart des circuits de la culture et de la connaissance. En Belgique, les radios « libres » se sont aussi déployées en se fondant sur la conviction qu’elles pouvaient constituer un outil d’expression et de participation citoyenne, afin de faire entendre dans l’espace public des voix minoritaires ou divergentes. Que reste-t-il aujourd’hui de cette ambition de mobiliser la radio pour atteindre des changements de comportement ou pour renforcer la citoyenneté ?

  • Il s’agira de voir si les radios communautaires continuent à jouer un rôle de diffusion d’informations d’intérêt général, voire de service public ? Si oui, comment s’organisent-elles pour faire ce travail ? Si non, à quoi se consacrent-elles et quels sont les autres acteurs qui auraient pris le relais ?

L’approche transcontinentale permettra de confronter les expériences et autorisera une meilleure compréhension des dynamiques spécifiques de ce média particulier qu’est la radio communautaire. Elle pourra également donner lieu à des échanges sur la manière dont les radios communautaires des différents espaces envisagent l’enjeu du passage à la diffusion numérique. Elle permettra d’initier une réflexion sur la communication participative.

Organisation

Les journées d’étude sur la radio communautaire des 1er et 2 juillet 2013 sont organisées à l’Université libre de Bruxelles par le Centre ReSIC (Recherche en Information et Communication), en partenariat avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et le Département d’Anthropologie de l’Universidade Federal de Campina Grande (Brésil).

Contacts :

Tomke Lask : tomke.lask@ulb.ac.be

Marie-Soleil  Frère : marie-soleil.frere@ulb.ac.be

Florence Le Cam :  flecam@ulb.ac.be

MEDIUM RADIO

photo Un événement radiophonique, le dimanche 19 mai 2013, à Léon dans les Landes (40)

La première édition du “Médium Radio” marquera la naissance officielle du centre de ressources autour de l’art radiophonique et sonore “À la croisée des ondes” à Léon, dans les Landes. Un journée de partages, jalonnée de rencontres, de débats, de surprises sonores, déjeuner et en clôture une écoute spectacle.

Retrouvez le bulletin d’inscription et le programme complet :

http://www.grer.fr/upload/articles_en_ligne/Medium_Radio.pdf

AVOIR 20 ANS SUR LES ONDES, Lyon, 29 mars 2013

20ansOndesÀ l’ENS de Lyon comme sur beaucoup d’autres campus, non seulement on écoute la radio, mais on en fait. C’est pour cette raison que la Journée de la radio y est née, pour cela aussi que le thème de la 2ème édition est « Avoir 20 ans sur les ondes ». Ça va swinger ! Les émissions, les conférences et les ateliers seront l’occasion de différentes approches des rapports entre radio et jeunesses : de quels publics s’agit-il ? Comment les étudiants font-ils de la radio ? Qu’est-ce qu’une radio « jeune » ? L’exposition s’empare elle aussi de ces questions à travers deux points de vue : l’un historique et l’autre artistique.

En collaboration avec le GRER

Programme complet

What is Radio? Exploring the past, present, and future of radio

WhatIsRadio

UNIVERSITY OF OREGON IN PORTLAND, OREGON

APRIL 25-27, 2013

What is Radio? Exploring the past, present, and future of radio, the conference will feature a unique coalescing of radio professionals, media scholars and students, government and community officials, as well as interested community groups and the public. The event will feature keynote speakers, roundtables, paper presentations, and other events, in an attempt to answer questions about the changing nature of radio.

University of Oregon School of Journalism and Communication’s Johnston Lecture Series

The conference begins on Thursday, April 25, with the University of Oregon School of Journalism and Communication’s Johnston Lecture Series. The Johnston Lecture brings professionals to the school for campus lectures, workshops, and discussions with students, faculty members, and members of the community. It honors Dick Johnston, a gifted magazine editor, writer, and war correspondent who devoted himself to high-quality journalism. The project was made possible with generous gifts from his widow, Laurie; George E. Jones of U.S. News and World Report; and the Correspondents Fund.

Read more

Trensistor, à Lyon, le 29 mars prochain, « Avoir 20 ans sur les ondes »

dessin_violaine La Journée de la radio : 2ème édition : « Avoir 20 ans sur les ondes »

À l’Ecole Normale Supérieur (ENS) de Lyon comme sur beaucoup d’autres campus, non seulement on écoute la radio, mais on en fait. C’est pour cette raison que la Journée de la radio y est née, pour ça aussi que le thème de la 2ème édition est « Avoir 20 ans sur les ondes ». Les émissions, les conférences et les ateliers radio seront l’occasion de différentes approches des rapports entre radio et jeunesses : de quels publics s’agit-il ? Comment les étudiants font-ils de la radio ? Qu’est-ce qu’une radio « jeune » ? L’exposition, inaugurée le 12 mars 2013, s’empare elle aussi de ces questions à travers deux types d’approche : l’une historique et l’autre artistique.

Le rendez-vous a été pris le 22 mars 2012 : « à l’année prochaine, pour la deuxième édition ! ». Trensistor tiendra sa promesse le 29 mars prochain, accompagné de nouveaux partenaires. Si l’événement grandit, l’intention reste la même : organiser une rencontre consacrée à la réflexion, la pratique et la création radiophoniques. Car ce média mérite qu’on y prête l’oreille : léger, simple et généreux, il accompagne chacune de nos années sans prendre une ride.

Le GRER est partenaire de cette rencontre.

Retrouvez toutes les informations et le programme sur  le site de l’événement

Journée Mondiale de la Radio, 13 février 2013

La Conférence générale de l’UNESCO, lors de sa 36ème session, proclame la Journée mondiale de la radio le 13 février.

Le Conseil exécutif de l’UNESCO a recommandé à la Conférence générale de proclamer la Journée mondiale de la radio, en s’appuyant sur une étude de faisabilité réalisée par l’UNESCO suite à une proposition de l’Espagne.

Le 13 février nous fêtons la Journée mondiale de la radio — une journée pour rendre hommage à la radio en tant que moyen de communication ; améliorer la collaboration entre les diffuseurs et encourager aussi bien les grands médias que les radios communautaires à s’engager pour l’accès à l’information et la liberté d’expression sur les ondes. Alors que la radio continue d’évoluer dans notre ère numérique, c’est encore le media qui permet d’atteindre l’audience la plus large au niveau mondial. La radio avec ses multiples fonctions peut aider les personnes, jeunes inclus, à engager la conversation sur des sujets qui les touchent. Elle peut sauver des vies en cas de catastrophes naturelles ou d’origine humaine, et fournit aux journalistes une plateforme où ils peuvent s’exprimer et rapporter l’information. L’UNESCO encourage les pays du monde entier à célébrer la Journée mondiale de la radio par des activités réalisées en collaboration avec les diffuseurs régionaux, nationaux et internationaux, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les médias et le grand public. À l’intérieur de ces pages web, vous trouverez toutes les ressources nécessaires à la préparation de votre activité pour la Journée mondiale de la radio, gratuitement et sans restriction de droits d’auteur.

Fêtons ensemble la Journée mondiale de la radio !

Pour plus d’informations …