Archives de catégorie : Événements

Trensistor, à Lyon, le 29 mars prochain, « Avoir 20 ans sur les ondes »

dessin_violaine La Journée de la radio : 2ème édition : « Avoir 20 ans sur les ondes »

À l’Ecole Normale Supérieur (ENS) de Lyon comme sur beaucoup d’autres campus, non seulement on écoute la radio, mais on en fait. C’est pour cette raison que la Journée de la radio y est née, pour ça aussi que le thème de la 2ème édition est « Avoir 20 ans sur les ondes ». Les émissions, les conférences et les ateliers radio seront l’occasion de différentes approches des rapports entre radio et jeunesses : de quels publics s’agit-il ? Comment les étudiants font-ils de la radio ? Qu’est-ce qu’une radio « jeune » ? L’exposition, inaugurée le 12 mars 2013, s’empare elle aussi de ces questions à travers deux types d’approche : l’une historique et l’autre artistique.

Le rendez-vous a été pris le 22 mars 2012 : « à l’année prochaine, pour la deuxième édition ! ». Trensistor tiendra sa promesse le 29 mars prochain, accompagné de nouveaux partenaires. Si l’événement grandit, l’intention reste la même : organiser une rencontre consacrée à la réflexion, la pratique et la création radiophoniques. Car ce média mérite qu’on y prête l’oreille : léger, simple et généreux, il accompagne chacune de nos années sans prendre une ride.

Le GRER est partenaire de cette rencontre.

Retrouvez toutes les informations et le programme sur  le site de l’événement

Journée Mondiale de la Radio, 13 février 2013

La Conférence générale de l’UNESCO, lors de sa 36ème session, proclame la Journée mondiale de la radio le 13 février.

Le Conseil exécutif de l’UNESCO a recommandé à la Conférence générale de proclamer la Journée mondiale de la radio, en s’appuyant sur une étude de faisabilité réalisée par l’UNESCO suite à une proposition de l’Espagne.

Le 13 février nous fêtons la Journée mondiale de la radio — une journée pour rendre hommage à la radio en tant que moyen de communication ; améliorer la collaboration entre les diffuseurs et encourager aussi bien les grands médias que les radios communautaires à s’engager pour l’accès à l’information et la liberté d’expression sur les ondes. Alors que la radio continue d’évoluer dans notre ère numérique, c’est encore le media qui permet d’atteindre l’audience la plus large au niveau mondial. La radio avec ses multiples fonctions peut aider les personnes, jeunes inclus, à engager la conversation sur des sujets qui les touchent. Elle peut sauver des vies en cas de catastrophes naturelles ou d’origine humaine, et fournit aux journalistes une plateforme où ils peuvent s’exprimer et rapporter l’information. L’UNESCO encourage les pays du monde entier à célébrer la Journée mondiale de la radio par des activités réalisées en collaboration avec les diffuseurs régionaux, nationaux et internationaux, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les médias et le grand public. À l’intérieur de ces pages web, vous trouverez toutes les ressources nécessaires à la préparation de votre activité pour la Journée mondiale de la radio, gratuitement et sans restriction de droits d’auteur.

Fêtons ensemble la Journée mondiale de la radio !

Pour plus d’informations …

 

La radio au défi de la Guerre froide, Fribourg (Suisse), 9 février 2013



Conflit global et idéologique, la Guerre froide requiert des moyens de propagande inédits pour promouvoir sur une large échelle des modèles politiques, économiques, culturels et religieux. Les praticiens se rendent vite compte de la nécessité d’adapter les messages en fonction de contextes locaux. C’est particulièrement le cas de Radio Free Europe (RFE) à l’égard des pays du bloc de l’Est, et de sa consoeur Radio Liberty (RL) à l’égard de l’URSS. Des changements de stratégie s’opèrent au sein de la direction et des rédactions, où se côtoie du personnel américain, ouest-européen et émigré aux vues parfois très divergentes. Ces recompositions ont des répercussions sur l’élaboration du message à diffuser. Celui-ci se situe ainsi en tension entre les impératifs du conflit Est-Ouest et les réalités et besoins locaux, que la direction des radios essaie de sonder en développant des outils d’analyse.

L’objectif de ce panel est de croiser les approches sur ce média. RFE/RL constituent un cas d’école mais des études sur d’autres radios internationales sont souhaitables pour comparer les conditions de diffusion, le message transmis et la réception. Ces trois dimensions, qui s’articulent autour d’un axe local et d’un axe transnational, seront traitées dans les contributions déjà annoncées. La perspective pourrait être prolongée par des exposés prenant en compte la dimension Nord-Sud, par exemple à travers l’histoire encore trop peu connue des radios internationales en Afrique ou de Radio Free Asia.

Ce panel permettra de questionner le phénomène de globalisation médiatique en considérant les différents terrains culturels et politiques dans lesquels il s’ancre, et qui ne sont pas sans influencer la structuration de ces médias. L’évolution ne se résume donc pas à un transfert à sens unique du global vers le local, mais témoigne d’un échange entre processus globaux et manifestations locales.

http://www.geschichtstage.ch/panel/99/la-radio-au-dfi-de-la-guerre-froide–organisation-locale-et-diffusion-globale