Archives de catégorie : Actualités

« Penser les mutations de la radio en Afrique », samedi 12 octobre 2013 à Lille

Séminaire du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Samedi 12 octobre 2013 – 9h.30-13h.30

Université Lille 3 – Maison de la recherche – Salle F013

« Penser les mutations de la radio en Afrique »

Le GRER débute son cycle 2013/2014 des Séminaires du Samedi par un atelier consacré aux Mutations de la radio en Afrique. Il se tiendra le samedi 12 octobre 2013 à l’université de Lille 3 et sera organisé en collaboration avec le Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO). Les Séminaires du Samedi, organisés dans toute la France (Paris, Tours, Bordeaux..), offrent l’occasion de débattre et d’échanger entre chercheurs et professionnels sur les dynamiques contemporaines du média radiophonique.

Les spécificités du média radiophonique en Afrique ne sont plus à préciser. Néanmoins, comme sur l’ensemble des autres continents, ce média connait des évolutions profondes, d’autant plus remarquables que l’influence de la radio sur les autres médias traditionnels, mais aussi sur les nouveaux médias reste encore forte, notamment en Afrique subsaharienne. L’Afrique du Nord, où les radios notamment privées ont eu du mal à exister, connait aujourd’hui un contexte favorable à la création de nouvelles formes radiophoniques.

Sans pouvoir embrasser toutes les mutations en cours, ce séminaire souhaite interroger chercheurs et professionnels sur trois entrées thématiques: les enjeux et défis de la numérisation de la diffusion, les nouvelles formes de participation des audiences, la place relative de la radio par rapport aux autres médias dans l’Afrique contemporaine.

Les radios d’Afrique sont confrontées au passage à la diffusion numérique d’ici 2015 selon le calendrier de l’Union internationale des Télécommunications. Cette mutation comme ailleurs s’avère très difficile et pose notamment des questions originales : quelle possibilité par exemple pour les radios privées de conserver la main sur leur diffusion dans des pays autoritaires ? Dans quelle mesure cette évolution pourrait-elle présenter de nouvelles opportunités pour le paysage radiophonique africain et en même temps maintenir l’ancrage local et le lien privilégié avec le public africain ?

Les TIC renouvellent aujourd’hui considérablement les audiences des radios en donnant aux radios mêmes locales une diffusion internationale mais aussi en transformant les formes de participation. Cette entrée massive des radios africaines dans l’ère du numérique sera analysée ainsi que les indicateurs et dispositifs existants pour déchiffrer les audiences.

Enfin, qu’en est-il de la place de ce média aujourd’hui en Afrique ? Est-il toujours le média roi ou les autres médias, sociaux ou non, sont-ils en train de la reléguer aux seules zones rurales ? Les groupes médiatiques sont-ils par exemple une politique de long terme intéressante ? Quelle solutions économiques à terme pour les radios alors que les marchés de publicité restent toujours très étroits ?

Malgré la diversité des situations, ce séminaire abordera aussi bien le cas de l’Afrique subsaharienne que celui de l’Afrique du Nord. De même, organisé à Lille, à une heure aussi bien de Londres que de Paris, un accent particulier sera mis pour parler aussi bien des pays d’Afrique anglophone que francophone.

Programme :

9H30 : Accueil des participants (Frédéric Antoine, Président du GRER et Emilie Dalage, GERiiCO)

10H00 : Présentation du séminaire et son déroulement (par organisateurs)

10H15-10H45 : Conférence par Marie-Soleil Frère : « Radios en mutation : de l’émancipation aux nouvelles contraintes »

10H45 : Pause café

11H00 – 13H30 : Table ronde : « Mutations des médias radiophoniques en Afrique : enjeux et défis ».

Intervenants et discutants :

–        Marie-Soleil Frère (Université Libre de Bruxelles)

–        Hassane Tlili (Radio Monte Carlo Doualiya, Paris)

–        Sylvie Capitant (Paris 1, IEDES)

–        Etienne Damome (Bordeaux 3, MICA)

–        Nozha Smati (Lille 3, GERiiCO)

13H30-14h30 : Déjeuner

 14H30-17H00 : Assemblée générale annuelle du GRER

Les votes seront réservés aux membres à jour de leurs cotisations, mais tous ceux qui souhaiteraient s’informer sur les activités du GRER, ses projets, sont les bienvenus à cette AG.

Comité d’organisation du séminaire :

Nozha Smati, Université Lille3, GERiiCO nozha.smati@univ-lille3.fr

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA.

Avec la collaboration d’Emilie Dalage, Université Lille 3, GERiiCO

Informations Pratiques

Le premier TGV Lille-Paris arrive à Lille 8h48 (départ de Paris à 7h42).

Venir à Lille 3 – les itinéraires

Itinéraire Métro (accessible pour les personnes à mobilité réduite / Prendre le métro ligne 1, direction 4 Cantons, sortir à la station Pont de Bois).

Le plan Lille 3 – Maison de la recherche en téléchargement (pdf) ici

Sur place des affiches d’orientations seront disponibles pour vous faciliter l’accès à la salle.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Mais afin de mieux organiser votre accueil, la pause café et le déjeuner, merci d’annoncer votre présence par retour de courrier ou bien directement à cette adresse: Nozha Smati : nozha.smati@univ-lille3.fr

 

BandeauSéminaireLille

Télécharger le programme et les informations pratiques sous un format pdf ici

Autour des radios pirates, libres, de lutte, France et Italie dans les années 70…

programmeLes premières RENCONTRES des ARCHIVES

Lundi 1er juillet 2013, 19 heures,

à la Maison Ouverte, 17 rue Hoche à Montreuil

Autour des radios pirates, libres, de lutte, France et Italie dans les années 70, projection de Radio Alice à Paris de François Pain.

Radios libres, pirates, de lutte ou de mouvement

Ouvrir la possibilité d’un travail autour de ces pratiques, cerner comment ce médium a été investi et ce qu’il a de particulier. On se demande quelles tentatives ont eu lieu ? pour porter quelles paroles ou quelles propositions ? dans ou hors d’un mouvement, d’une lutte ? est-il intéressant de se donner les moyens de retrouver des enregistrements ? qu’en faire ? Grâce aux documents dont nous disposons, on essayera de comprendre comment était composé et par quoi était traversé le mouvement des radios libres, et d’envisager ce qu’on pourrait en faire aujourd’hui.

Projection de Radio Alice à Paris

Film tourné fin 1977 en vidéo, à la paluche, par François Pain. Bifo parle à Laborde. Des membres de Radio Alice sont à Paris et enregistrent une émission de radio. Des images de Bologne. Ce film est resté, à notre connaissance, invisible depuis une trentaine d’années. Nous avons pu, avec le concours du service audiovisuel de la Bnf, le faire nettoyer et numériser pour le diffuser à nouveau.

Des nouvelles du fond

Depuis l’inauguration des archives, un fond conséquent nous a été confié. Nous en ouvrirons ensemble un élément : la petite valise verte.
Pour plus d’informations sur le projet ou sur les rencontres, il est
possible de consulter le site : http://getaway.eu.org
ou d’envoyer un mail à  : getaway@inventati.org

PAR LES GENS, POUR LES GENS. Les radios associatives et communautaires, état et perspectives

image002

Les journées d’études « Par les gens, pour les gens : les radios associatives et communautaires, état et perspectives » se déroulent les 1er et 2 juillet 2013, en Belgique.

À Bruxelles, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et le ReSIC (Centre de recherche en information et communication) de l’ULB co-organisent deux journées d’études internationales (1er et 2 juillet 2013) sur l’état et les perspectives des radios communautaires et associatives.

Les radios associatives et communautaires ont joué et jouent encore un rôle important pour encourager la participation citoyenne, faire circuler l’information de proximité et se positionner comme contre-pouvoir local. Aujourd’hui, que ce soit au Brésil, sur le continent africain, en Europe de l’Est… ou encore en Belgique, elles sont souvent contraintes de se redéfinir et de repenser leurs stratégies : elles sont confrontées à la suprématie des grands réseaux commerciaux, à la concurrence de la télévision, à des soucis de survie financières ou aux développements des nouveaux médias.

Les deux journées d’études réuniront, à l’ULB (salle BENETTON, R42, campus du Solbosch), des représentants de l’EPRA (la plateforme européenne des régulateurs de médias), de l’Université de Brasilia, de l’AMARC (l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires), du CMFE (Forum européen des médias communautaires), de radios communautaires et associatives belges, européennes et africaines, etc.

Ces acteurs et spécialistes débattront notamment de la notion de radio associative et communautaire, des défis de la régulation, de la radio communautaire comme acteur de changement, et des enjeux futurs des radios. Ce dernier thème fera l’objet d’une table ronde spécifique autour du film de Stéphanie Lepage consacré à Radio Liberté (Tchad) : « Les voix de la liberté ».

Intervenants
Programme
Inscription obligatoire

Université Libre de Bruxelles
Campus du Solbosh
Bâtiment R42 – Salle Benetton R42.5.503
Avenue F.D. Roosevelt 42
1050 Bruxelles

logos

The Poetry of Radio, The Colour of Sound – Seán Street

9780415604109

This book explores the idea of the poetic in radio and sound as well as the concept of pure sound as poetry, both historically and within a contemporary perspective, examining examples of makers and works internationally.

The work examines the development of poetic forms in sound broadcasting historically and geographically through chapters taking narrative themes. It includes primary source material gathered through interviews conducted by the author with distinguished producers and poets. Among these are producers Piers Plowright, Matt Thompson, Alan Hall, Simon Elmes and Julian May (UK) Edwin Brys, (Belgium) Hildegard Westerkamp (Germany/Canada) Chris Brookes (Canada) Robyn Ravlitch, Michael Ladd and Kaye Mortley (Australia) as well as poets, including Michael Symmons Roberts and Jeremy Hooker. There is a chapter on the poetic sound in the natural world, which focuses in particular on the work of the renowned UK sound recordist, Chris Watson.

Alongside audio poetry, the book discusses the spoken word including documentaries and public announcements, the radio feature, soundscapes, sonic art with contributions from key figures such as Colin Black (Australia) and Marcus Leadley (UK)and the poetry of the vernacular in speech and sound. It considers new platforms for listening including podcasts and developments in mobile technologies, examining the work of current practitioners including Francesca Panetta, who is responsible for The Guardian’s podcasts as well as the award-winning Hackney Podcast, and Tim Wright.

  • Hardcover: 160 pages
  • Publisher: Routledge (31 Jan 2012)
  • Language: English
  • ISBN-10: 0415604109 – ISBN-13: 978-0415604109

Click to look inside the book

Información y periodismo radiofónico en la era digital, Convocatoria de ponencias para un Simposium Internacional, Estrasburgo (Francia), 20 y 21 de marzo de 2014

Grer 011. MARCO GENERAL:

El Grupo de Investigación y de Estudios sobre la Radio (GRER) organiza su séptimo Coloquio Internacional. Las citas anteriores fueron en Burdeos (2001 y 2004), Lyon (2006), París (2009 – 2011) y Bruselas (2010). En esta ocasión, se celebrará en la Universidad de Estrasburgo, los días 20 y 21 de marzo de 2014.

Para ello, se realiza una convocatoria internacional de comunicaciones (call for papers) en los temas y los ejes que se indican a continuación. (versión pdf aquí)

El sector de los medios impresos se recompone cada día influenciado por el sistema digital. Pero más allá de las mutaciones que trae aparejadas la digitalización, la pregunta que se formula habitualmente tiene que ver con el significado del periodismo en los medios impresos.

Mientras tanto, el medio radiofónico no parece estar amenazado o en peligro de extinción a corto y medio plazo. La radio sigue siendo un medio esencial en las prácticas informativas cotidianas aunque también en circunstancias excepcionales y en épocas de crisis. La credibilidad de la información de la radio sigue siendo muy elevada y superior a otros medios. Por tanto, muchas mutaciones e influencias marcan su evolución. Con todo ello, en este Simposium surgen varias preguntas: ¿cómo se integran estas mutaciones ligadas a la digitalización en la producción de la información radiofónica?, ¿han cambiado o van a cambiar los actores que contribuyen a esta producción?, ¿se ha modificado la identidad profesional de los periodistas de radio?, ¿serán diferentes los contenidos mediáticos en la era digital?, ¿cómo es la escucha de la información en la radio hoy y cómo será mañana?

Con el desarrollo de la web, todo nuestro paisaje mediático se ha transformado. Por eso, en este coloquio nos cuestionaremos la capacidad de la radio para informar a los ciudadanos en la sociedad contemporánea. A partir de sus herencias, sus prácticas actuales y su evolución, nos preguntaremos lo siguiente: ¿puede la radio seguir siendo un buen medio de comunicación en la era digital?

En este Simposium nos proponemos abordar esta temática alrededor de dos ejes principales que tienen distintas perspectivas:

 2. DOS GRANDES EJES :

Eje 1. Prácticas profesionales de la información radiofónica : replanteamiento y evolución

El periodismo está asociado a la creación de la radio y a su rápida transformación en los medios de comunicación de masas. El radioreportaje, que se desarrolló en la década de 1930, estuvo marcado por la elocuencia del periodista, contribuyendo a la evolución del mundo y se convirtió en un género por sí mismo. Alcanzó su apogeo a finales de la II Guerra Mundial. La aparición de la televisión, sin duda, supuso una amenaza para el periodismo radiofónico pero, finalmente, ambos medios han convivido desde hace varias décadas.

Veinte años después, las prácticas profesionales también se han modificado con la llegada de las nuevas tecnologías. La producción de la información, al principio, estuvo marcada por varios fenómenos: desmaterialización, compresión y miniaturización. ¿De qué forma estas tendencias afectan las rutinas y el ‘know-how’ (saber hacer) de los periodistas radiofónicos?

La digitalización cuestiona, igualmente, la organización de las redacciones informativas. A menudo, desde las redacciones específicas, se han creado Web-sites radiofónicas. La actividad periodística no es la misma si se trata de una web-site o de una emisora radiofónica tradicional. También hay empresas de radiotelevisión en las que las redacciones estaban segmentadas hasta hace pocos años y donde se implantaba el modelo de una redacción multimedia, que servía para todos los soportes. A partir de ahí, la radio se ha convertido en una amplia oferta de « formatos », en una variante más de entre tantas con las que « dar forma » a una oferta informativa.

Generalmente, se demandan nuevas competencias a los periodistas de la radio: saber hacer fotos o vídeos, conocimiento para complementar su reportaje radiofónico con textos, ponerlo en línea… Todas estas cualidades se han convertido en criterios de selección y de contratación, de la misma manera que el autocontrol en la realización de la radio y su locución o presentación delante del micrófono. La identidad profesional de los periodistas de radio se ha transformado en apenas unos años.

Ante estos cambios, las Facultades de la Comunicación en Periodismo se preguntan: ¿con el desarrollo de los soportes multimedia, debemos todavía organizarnos y formarnos tal y como se hacía en los medios de comunicación « convencionales » (Prensa/Radio/TV)? ¿No es necesario una enseñanza de tipo multimedia? ¿Cómo satisfacer la demanda de los empresarios que esperan siempre más en materia de formación y de versatilidad y polivalencia de los jóvenes periodistas?

Tanto es así, que nos cuestionamos la evolución del periodismo radiofónico que debe partir de las prácticas profesionales, de la organización de las Redacciones, de las competencias, de la formación de los nuevos actores, etc. Todas estas cuestiones serán bienvenidas en este eje temático.

Eje 2. Los contenidos y sus usos: extensión de los territorios radiofónicos

Los canales de radio ofrecen desde hace varios años contenidos y servicios específicos en la Web. Los contenidos se van enriqueciendo poco a poco y los internautas encuentran en las web-sites de radio informaciones complementarias a los programas de audio. Cada vez se graba más la emisión de radio, se han instalado cámaras de vídeo en los estudios y ahora es posible « ver »  ciertos programas en Internet. Así, gracias a la imagen y a las fotos publicadas en las webs de las emisoras, hoy, el oyente puede asociar una voz a una cara más fácilmente que ayer. Por tanto, es la relación ontológica que el radioyente establece con la radio la que se redefine.

La radio de « recuperación », desde la forma del streaming (escucha desde la web de la radio) o del podcast (descarga de una emisión a la biblioteca de un ordenador o a un teléfono móvil) modifica el estatus de la radio en profundidad. Aunque la escucha en directo sigue siendo mayoritaria, los usuarios comienzan a aprovecharse del podcast. Estas nuevas formas de escucha podrían, en última instancia, cambiar la imagen y la práctica de la radio, percibida siempre como un medio de emisión en directo y, de manera corolaria, como un medio de lo efímero. Y mientras algunas radios, cuyas modestas audiencias se mantienen, llegan a ser líderes, por ejemplo, en las prácticas de escucha bajo demanda, otros tipos de programas podrán emerger sin necesidad de estar ligados a una temporalidad determinada.

Gracias a la creación de páginas web, es posible escuchar una radio después de su difusión convencional. La relación con el territorio ya no es la misma, lo que provoca nuevas formas de escucha (descubrimiento de radios distantes físicamente o mantenimiento de la relación con un país de origen). También muchas radios, bautizadas como web-radios, se han creado en Internet. Así, la pregunta sería ¿cómo estas nuevas radios on-line contribuyen a la aparición de nuevas formas de expresión ciudadana y de participación además de cómo son utilizadas para reactivar un espacio público que sobrepasa con mucho el ámbito local y nacional?

En algunas emisoras, el oyente está siempre presente, tras la antena. Las radios han desarrollado también la interactividad en la Web; así, muchas emisiones tienen su página de Facebook y su cuenta de Twitter lo que permite un intercambio con los oyentes, quienes pueden dar sus consejos y plantear sus dudas a los organizadores. Imágenes y textos completan, a menudo, un programa radiofónico cuya participación se ha vuelto más compleja ya que no se limita solo a la participación de la audiencia en antena. También podríamos preguntarnos si el periodismo de tipo « participativo » (blogs, comentarios,…) se está desarrollando en Internet.

Estos son los formatos que parecen reinventados con la irrupción digital. Durante los últimos decenios, el reportaje de corta duración (menos de dos minutos) se ha convertido en el formato de información preferido por los profesionales de la radio hasta tal punto que los reportajes más largos han desaparecido casi de este medio, de hecho, ya solo se escuchan en algunas emisoras. Hoy, el multimedia hace estallar los géneros, modifica las formas, y se replantea el concepto de tiempo. Asistimos al desarrollo de diapositivas sonoras, especialmente en las Webs de medios de prensa escrita: muchos reportajes multimedia (o webdocus) poseen una « dimensión sonora » y se articulan alrededor de relatos inéditos; las fuentes de financiación de dichos reportajes son muchas, con lo que aparece un modelo económico más frágil aún que el de los medios convencionales. Y esta modalidad de producciones ¿se considera también periodismo? En caso afirmativo, ¿se puede seguir hablando de « periodismo radiofónico »?, ¿no se está basculando hacia un « periodismo sonoro »?, ¿este periodismo sonoro puede desarrollarse e influir en el periodismo radiofónico tradicional ?

Las comunicaciones podrán explorar todas estas cuestiones sobre las que surgirán las interacciones del periodismo radiofónico con todas estas formas de lo digital. Las propuestas de comunicación se basarán en la estrategia de los actores (accionistas, responsables de los medios, poderes públicos…), de la organización de la producción periodística, en la evolución de los contenidos y en las nuevas formas de escuchar la información. También plantearán interrogantes sobre las transformaciones de la profesión periodística (status, competencias, técnicas y prácticas, formación…) y se interesarán por las dimensiones de la tecnología, economía y el plano social de la producción y recepción de la información.

Como en los anteriores coloquios del GRER, se espera la visión de numerosas disciplinas universitarias: ciencias de la información y de la comunicación, historia, geografía, economía, psicología, sociología, ciencias políticas, filosofía, derecho, etnología, ciencias del lenguaje… Las comunicaciones por parte de profesionales serán igualmente bien recibidas.

3. CONDICIONES DE PRESENTACIÓN DE COMUNICACIONES Y ORGANIZACIÓN DE LA CONFERENCIA:

La duración de las conferencias plenarias será de 30 minutos mientras que las comunicaciones presentadas en los talleres se limitarán a 15-20 minutos.

Los autores presentarán su propuesta de comunicación el 30 de septiembre de 2013 en inglés o en francés.

En esta propuesta se incluirá: el título (y subtítulo), 5-8 palabras claves así como especificar un eje temático de la conferencia de entre los mencionados anteriormente. La propuesta, que tendrá un máximo de 5.000 caracteres, deberá contener la problemática e hipótesis correspondientes así como una bibliografía. La información personal (nombre, afiliación institucional, estatus académico, domicilio, teléfono y correo electrónico) deben quedar especificados en la primera página.

La comunicación puede ser presentada en inglés, francés, alemán o español. Si la presentación se realiza en alemán o español, deberá ir acompañada de una presentación de PowerPoint en inglés.

La propuesta se enviará en un archivo de formato Word (doc.) con el nombre del autor y la dirección de correo electrónico a las siguientes direcciones:

Mail: christophe.deleu@unistra.fr    / grer.mail@club internet.fr

Teléfono (sólo para la conferencia): Tel. + 33 6 30 94 84 03

Una vez recibido, se enviará un acuse de recibo a los autores. Después, el comité científico hará una selección de las propuestas con doble revisión ciega. El comité científico podrá solicitar modificaciones en las propuestas presentadas. Las sugerencias de cambio serán enviadas a los autores el 30 de octubre de 2013.

Loa autores deberán presentar el texto completo de la comunicación y el archivo PowerPoint como muy tarde el 15 de febrero de 2014, en papel y en formato electrónico. Estos documentos con el acuerdo de los autores y del comité científico serán publicados en línea en el sitio web de GRER (www.grer.fr).

4. RECORDATORIO DE CALENDARIO

– 30 de Septiembre de 2013: Fecha límite para la presentación de la propuesta.

– 30 de octubre 2013: Anuncio de las propuestas seleccionadas.

– 15 de febrero 2014: Envío de los documentos finales.

5. COMITÉ CIENTÍFICO:

Frédéric Antoine: Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval: Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER;

Valérie Croissant: Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO;

Etienne Damome: Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA;

Christophe Deleu: Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque;

Nicole Gauthier: Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg;

Hervé Glevarec: Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique , CNRS;

Valérie Jeanne-Perrier: Maître de conférences, Université de Paris 4, laboratoire GRIPIC;

Carmen Peñafiel-Saiz: Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao;

Nathalie Pignard-Cheynel: Maître de conférences, Université de Grenoble, laboratoire CREM;

Pascal Ricaud: Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES;

Nozha Smati: enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERIICO, représentante des jeunes chercheurs au GRERJ

Julie Sedel: Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE;

Guy Starkey: Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS;

Le Colloque est organisé en partenariat avec:

Le Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) – http://cuej.unistra.fr

et l’UMR 7363 SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe) –  http://sage.unistra.fr

se puede descargar el PDF de la convocatoria aquí

 

News and radio journalism in the digital age

Grer 01

International conference call for papers.

Strasbourg, 20 and 21 March 2014

News and radio journalism in the digital age

 

1. Context:

 The Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) is organising its seventh international conference. Following on from conferences at Bordeaux (2001 and 2004), Lyon (2006), Paris (2009 and 2011), and Bruxelles (2010), it will take place at the University of Strasbourg on the 20th and 21st March 2014.

An international call for papers has been launched, focused on the issues and approaches described below. (and here you can download the call in pdf format)

The printed press is reconfiguring itself every day, mainly because of the appearance of the digital sector. Beyond the changes brought about by digital technology, questions are frequently asked around the significance of the printed press.

Radio broadcasting, in particular, does not seem to be at risk of disappearing in the short term. Radio remains an essential element within the practice and systems of journalism, on a daily basis, in exceptional circumstances or in times of crisis. The credibility of radio news remains very high, and higher than other media. On the other hand several changes are missing from its evolution. At this conference several questions will be asked: how has the production of radio news become integrated with the digital domain? Have those people connected with news production changed or do they want to change? Has the professional identity of radio journalists changed? Is media content different? How do people hear news on the radio now, and how will people hear it in the future?

With the development of the internet, our media landscape is undergoing a transformation. This conference will study the capacity of radio to inform citizens in contemporary societies. From its heritage to current practice, and through its evolution, we will ask the question: can radio remain an important news medium in the digital age

Focusing on two main themes, the conference will begin by examining this question from the following angles:

2. Two main themes:

Theme 1. Professional practice and radio news: issues and evolutions

Journalism is associated with the birth of radio and its rapid transformation into a mass medium. Radio reportage, which developed during the 1930s, and distinguished by the eloquence of the journalist, allowed us to understand the evolution of radio and it became a genre in its own right. It peaked at the end of the Second World War. The appearance of television certainly constituted a threat to radio journalism, but finally the two media managed to coexist over several decades.

For more than twenty years now, professional practice itself has changed, with the emergence of new technologies. News production was at first distinguished by several phenomena: dematerialisation, compression and miniaturisation. In what ways have these changes affected the routines and the know-how of radio journalists?

In the same way, digitisation challenges the newsrooms which produce news. Often, bespoke newsrooms have been created for web sites. Some journalists only work for a radio station’s web site, and don’t work in radio journalism in the original sense. There are also broadcasting organisations in which, by contrast, news teams have been divided until now and which have adopted the style of multimedia newsrooms which service multiple platforms. Thus radio becomes little more than one platform among a range of different services.

More generally, new competencies are needed by radio journalists: being able to take photos or shoot videos, knowing how to complement one’s own reports in text form, knowing how to put all this on line, and so on. Such abilities have become essential in order to be employed, just as much as being able to write for radio and to do voice-work. The professional identity of radio journalists has thus been transformed in just a few years.

In the face of these changes, journalism schools are asking themselves: with the development of multimedia, is it necessary to organise training in traditional ways (printed press/radio/television)? Isn’t a new type of training needed, one which is multimedia by nature? How to satisfy the demands of employers who always expect more from the training and multi-skilling of new journalists?

So works which explore the development of journalism training for radio, whether it be in terms of professional practice, newsroom etiquette, competencies, training or the new players involved will be welcome under this theme.

Theme 2. Content and its uses: the extension of radio contexts

For several years radio networks have offered internet services. Content has become progressively enriched, and internet users find on these radio web sites plenty of news that is complementary to what is broadcast. Radio is increasingly videoed, cameras are increasingly installed in studios, and it has become possible to ‘watch’ certain radio programmes on the internet. Thanks to these images or to photographs posted on radio web sites, listeners can match a voice to a face more easily than before. Thus it is the ontological relationship that a listener has with a radio station than is redefined.

‘Catch-up’ radio, in the form of streaming (listening through the radio station web site) or podcasts (downloading a programme to the library of a computer or a mobile phone) fundamentally changes the nature of radio. Even if traditional listening is still more common than other methods, users are beginning to adopt the podcast. These new methods of listening could, in time, change the image and the practice of radio, still widely perceived as a live medium, and, by contrast, as an ephemeral medium. Certain radio stations whose audiences remain limited are, for example, becoming leaders in the practices of radio on demand. Other types of programmes could also emerge, which are not linked to time in a linear way.

Thanks to the creation of web sites, it has become possible to listen to a radio station outside a geographical area. The relationship with the editorial area has been changed, and has brought about some different practices (including the discovery of distant stations, or keeping in contact with a home country). Many radio stations, called ‘web-radios’, have also been created on the internet. Wherever they are in the world, how have these new online stations contributed the emergence of new forms of civic expression and participation, and how do they contribute to a reactivation of a public sphere which extends significantly beyond local and national boundaries?

At certain radio stations, the listener is omnipresent online. Stations have also developed an interactive presence online through the interactivity of the internet. Many programmes have their Facebook pages and their Twitter accounts and permit exchanges between listeners, who can give their opinions and ask their own questions of organisers. Images and text often complement a programme which has become more complex, not restricting itself just to listeners to the broadcast content. One can also ask if ‘participatory’ journalism (blogs, commentaries and so on) has developed on the internet.

Finally, formats themselves have been transformed, seemingly reinvented with the appearance of the digital domain. During the last two decades, alongside the bulletin, short duration reportage (of under two minutes) has become the most favoured form of professionals in radio journalism, to the point that longer-form journalism has almost disappeared from the medium of radio. It remains only on certain types of radio station. Today, multimedia is disrupting genres, modifying formats, and raising issues around duration. We are witnessing the development of sonic landscapes, notably on the web sites of the printed press. Several instances of web reportage (or web documentaries) include a ‘sonic dimension’, and present otherwise unpublished information. Financing comes from multiple sources, and so an even more fragile economic model has emerged than those of the traditional media. As regards this type of production, are we still talking about ‘journalism’? And if yes, do we need to talk about ‘sound journalism’? Have we not moved towards a form of ‘sound journalism’? Will this ‘sound journalism’ develop traditional radio journalism?

Papers may explore any of these questions. They should involve interactions in the digital domain, in whatever form, and radio journalism. They should consider the strategies of different actors (shareholders, media managers, public bodies and so on), the organisation of journalistic production, the evolution of content, and the new ways of listening to news. They will examine changes in professional journalism (status, competencies, techniques, practices, training, and so on). They may concern technological, economic or social developments in the creation of radio journalism and its reception.

As with previous events run by GRER, a range of academic perspectives is expected, including: communication studies, journalism studies, history, geography, economy, psychology, sociology, political science, philosophy, law, ethnology, language studies and more.

Papers from practitioners are also welcome.

3. Methods of proposal submission and the organisation of the conference:

The duration for plenary presentations will be 30 minutes; workshop presentations will be limited to between 15 and 20 minutes.

Authors are invited to submit a proposal in French or English by the 30 September 2013.

It should include: a title (and sub-title), 5 to 8 key words and a statement of relevance to one of the above themes. It should develop in no more than 5,000 characters an abstract presenting the area to be problematised, its hypotheses and a bibliography. Personal information (name, institution of affiliation, status, postal address, email address and telephone number) should be shown on the first page.

The paper can be presented in French, English, German or Spanish. If, at the conference, the paper is presented in German or Spanish, it should be accompanied by a PowerPoint in English.

Thank you for sending your proposals in Word (.doc) format, with the file name including the name of the author, to the two addresses below:

christophe.deleu@unistra.fr  /  grer.mail@club-internet.fr

Telephone (only for the conference) + 06 30 94 84 03

GRER web sites: http://www.grer.fr

http://radiography.hypotheses.org

A receipt will be sent to the authors. The Scientific Committee will begin a double-blind peer review selection process of the proposals. Proposals may be accepted subject to amendments requested by the Scientific Committee. These responses will be sent out to authors from the 30th October 2013.

Authors are invited to submit the full text of their papers, as well as PowerPoint documents, by the 15 February 2014 at the latest, both in paper and electronic form. These texts, with the permission of the authors and the Scientific Committee, may then be published online on the GRER web site (www.grer.fr ).

4. Reminder of important dates:

 30 September 2013 – Deadline for submission of proposals

30 October 2013 – Announcement of accepted proposals

15 February 2014 – Submission of documents

5. Scientific Committee:

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER ;

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique , CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences, Université de Paris 4,laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Grenoble 3, laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS ;

Conference organised in partnership with:

CUEJsage

Download here the call for papers in pdf

Radio et numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ?

HEC

Radio & numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ?

Paris, 06 juin 2013

Telecom ParisTech, 46 rue Barrault, 75013 – Paris / Amphithéâtre B 312

9h00 : Accueil des participants

9h15-10h45 : Numérique et changements de modèles de la radio.
Ala-Fossi MARKO, Professor, Tampere University, La radio à l’âge numérique : panorama européen.
Frédéric ANTOINE, Professeur, Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication, UCL, Louvain, Ce que le numérique fait à l’écosystème de la radio.
Albino PEDROIA, consultant, fondateur de LabRadio et Ondes numériques, Nouveaux modèles économiques et innovation radiophonique

10h45-11h00 : Pause

11h15-12h30 : Un média précurseur : stratégies de changement des radios.
Thierry GEFFROTIN, Rédacteur en chef, Europe 1, La stratégie numérique d’une radio généraliste : Europe1.
Pierre BELLANGER, Président directeur général d’Orbus, SkyRock, Stratégie radio dans la révolution numérique : Skyrock.
Bruno DELPORT, Directeur général de Nova Press, Stratégie d’innovation : Radio Nova.

12h30-14h00,  Déjeuner-buffet

14h-00-15h30 : Les nouvelles rencontres de l’offre et de la demande radiophoniques
Hervé GLEVAREC, Directeur de recherche, CNRS, Les publics de la radio : précurseurs des publics médiatiques ?
Simon BALDEYROU, Directeur Général France, Deezer,  L’internaute-radionaute.
Francis GOFFIN, Directeur général des radios, RTBF,  Les nouveaux espaces médias de la radio.

15h30-15h45, Pause

15h45-17h15 : Regards croisés sur l’avenir de la radio
Jean-Luc HESS, Président, Radio France
Catherine SMADJA, Head of special projects, policy and strategy, BBC.
Sylvain LAFRANCE, Professeur, HEC Montréal, ancien vice Président exécutif de Radio Canada,  Stratégie de changement : Société Radio-Canada.
Laurence FRANCESCHINI, Directrice générale des médias et des industries culturelles, Ministère de la culture et de la communication

17h15 : Clôture

Quel avenir pour les radios communautaires ?

ReSIC » Quel avenir pour les radios communautaires ? « 

Journées d’étude

Bruxelles, 1er et 2 juillet 2013

 Les radios communautaires ont joué et jouent encore, dans certaines régions du monde, un rôle important pour encourager la participation citoyenne, faire circuler l’information de proximité et se positionner comme contre-pouvoir local.

L’objectif de cette rencontre de deux jours est d’analyser des expériences en provenance de trois continents différents, à travers des études de cas situés au Brésil, en Belgique et au Burkina Faso / République démocratique du Congo.

Au Brésil, les radios communautaires sont souvent dominées, ou même possédées, par des élites politiques locales qui les instrumentalisent au service de leur propagande électorale. Cependant, des communautés marginalisées, comme le MST (Movimento sem Terra) ou les groupes indigènes, par exemple, utilisent les radios communautaires pour accéder à l’information. La radio a gardé toute son importance dans les zones rurales où le travail quotidien est effectué tout en écoutant la radio. Certaines radios jouent aussi un rôle important pour la communication entre les habitants des bidonvilles de Rio et de Sào Paulo.

Sur le continent africain, en particulier en Afrique francophone, les radios communautaires sont essentielles pour la circulation de l’information locale, mais aussi pour leur rôle d’éducation et de promotion du développement. Elles constituent souvent le seul média disponible et accessible dans des pays aux infrastructures peu développées où l’électricité est rare et où l’analphabétisme demeure important. Elles sont souvent soumises à des pressions politiques importantes émanant des autorités locales, en particulier lors des élections. Certaines d’entre elles ne vivent que de l’appui des bailleurs de fonds étrangers, incapables de générer localement les moyens nécessaires à leur survie et victimes du désintérêt (voire de stratégies volontairement d’évitement) du pouvoir politique.

En Belgique, les radios « libres » ont contribué, dans les années 1980 à briser le monopole de l’Etat sur le secteur audiovisuel de l’information, à diffuser des cultures alternatives à celles véhiculées par les grands médias commerciaux et à encourager la participation des citoyens. Elles sont devenues plutôt rares à présent, alors que les grands réseaux commerciaux dominent le paysage médiatique.

Aujourd’hui, les radios communautaires sont souvent contraintes de se redéfinir et de repenser leurs stratégies : elles sont confrontées à la suprématie des grands réseaux commerciaux, à la concurrence de la télévision (en particulier la télévision commerciale axée sur le divertissement), à des soucis de survie financière.

Comment assurer la survie des radios communautaire et la préservation de leurs spécificités ?

Les journées de réflexion de Bruxelles sur l’avenir des radios communautaires aborderont principalement deux questions :

  1. 1.     Quel est l’avenir des radios communautaires ?

En Belgique, certaines radios communautaires ont développé des stratégies de repositionnement et de survie : il est intéressant d’en observer les dynamiques.

Au Brésil, la télévision est désormais le premier média, mais les radios communautaires continuent à fournir des informations locales et même nationales qui ne circulent pas par d’autres voies.

En Afrique, où la radio demeure le premier média, certaines radios prennent des initiatives pour essayer de se professionnaliser dans le traitement de l’information tout en évitant la dépendance trop forte vis-à-vis d’une source unique de financement.

  • Il s’agira d’analyser les conditions et formes de persistance et de résistance des radios communautaires dans une perspective comparative.
  1. 2.     Que reste-t-il de l’ancien paradigme « développementaliste » et « participatif » ?

Dès les années 1960, l’Unesco, ainsi que d’autres acteurs du développement international ont considéré la radio comme un instrument essentiel pour la promotion et l’impulsion de changements de comportement dans les pays en voie de développement. Dans les pays du Sud, les radios communautaires sont encore sollicitées aujourd’hui dans le cadre de projets de coopération afin de contribuer à favoriser l’intégration, l’accès à l’éducation et à l’instruction, en particulier pour des communautés marginalisées, tenues à l’écart des circuits de la culture et de la connaissance. En Belgique, les radios « libres » se sont aussi déployées en se fondant sur la conviction qu’elles pouvaient constituer un outil d’expression et de participation citoyenne, afin de faire entendre dans l’espace public des voix minoritaires ou divergentes. Que reste-t-il aujourd’hui de cette ambition de mobiliser la radio pour atteindre des changements de comportement ou pour renforcer la citoyenneté ?

  • Il s’agira de voir si les radios communautaires continuent à jouer un rôle de diffusion d’informations d’intérêt général, voire de service public ? Si oui, comment s’organisent-elles pour faire ce travail ? Si non, à quoi se consacrent-elles et quels sont les autres acteurs qui auraient pris le relais ?

L’approche transcontinentale permettra de confronter les expériences et autorisera une meilleure compréhension des dynamiques spécifiques de ce média particulier qu’est la radio communautaire. Elle pourra également donner lieu à des échanges sur la manière dont les radios communautaires des différents espaces envisagent l’enjeu du passage à la diffusion numérique. Elle permettra d’initier une réflexion sur la communication participative.

Organisation

Les journées d’étude sur la radio communautaire des 1er et 2 juillet 2013 sont organisées à l’Université libre de Bruxelles par le Centre ReSIC (Recherche en Information et Communication), en partenariat avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et le Département d’Anthropologie de l’Universidade Federal de Campina Grande (Brésil).

Contacts :

Tomke Lask : tomke.lask@ulb.ac.be

Marie-Soleil  Frère : marie-soleil.frere@ulb.ac.be

Florence Le Cam :  flecam@ulb.ac.be

MEDIUM RADIO

photo Un événement radiophonique, le dimanche 19 mai 2013, à Léon dans les Landes (40)

La première édition du “Médium Radio” marquera la naissance officielle du centre de ressources autour de l’art radiophonique et sonore “À la croisée des ondes” à Léon, dans les Landes. Un journée de partages, jalonnée de rencontres, de débats, de surprises sonores, déjeuner et en clôture une écoute spectacle.

Retrouvez le bulletin d’inscription et le programme complet :

http://www.grer.fr/upload/articles_en_ligne/Medium_Radio.pdf

Call for paper : Special Issue on Digital Radio and Television Broadcasting

Journal of Galatasaray University Communication Faculty

Technology converts everything it touches. In many countries, public broadcasting system has commenced as terrestrial broadcasting. In the following years, private radios and TVs have entered their broadcasting lives by the introduction of satellite technology. The limits of terrestrial broadcasts have been demolished due to satellite broadcasting, conversions have been experienced, a different broadcasting approach have started to dominate. New Television viewer groups grew out from this different broadcasting approach. Today, the usage of advanced computer and internet technologies, the increasing usage of computers, listening radio and watching TV even on mobile phones, have brought the society and broadcasting to a milestone. The traditional broadcasting and traditional watching habits by which the interaction between the listener and the TV viewer and participation were limited, have given their place to a participative and an interactive relationship between the listener, TV viewer and broadcaster. Digital technology does not only allow freedom of time to listeners and TV viewers, but also offers the possibility for the broadcasts to be watched anywhere regarding participation and location.

Our July 2013 issue has been dedicated to the subject Digital Radio-TV. The titles are not limited to the below mentioned subjects:
– Law of Digital Radio – Television
– Broadcasting Policy in Digital Radio – Television
– Reception Theories in Digital Radio- Television
– Alternative Broadcasting and Digital Radio – Television
– Citizen Journalism and Digital Radio – Television
– Advertising in Digital Radio – Television

Ileti-s-im is a peer reviewed journal.
The deadline for submission is 15 April 2013.
For author guidelines: http://iletisimdergisi.gsu.edu.tr
To submit full paper and for further information, please contact: ntutal@gsu.edu.tr, vmahmutoglu@gsu.edu.tr.

AVOIR 20 ANS SUR LES ONDES, Lyon, 29 mars 2013

20ansOndesÀ l’ENS de Lyon comme sur beaucoup d’autres campus, non seulement on écoute la radio, mais on en fait. C’est pour cette raison que la Journée de la radio y est née, pour cela aussi que le thème de la 2ème édition est « Avoir 20 ans sur les ondes ». Ça va swinger ! Les émissions, les conférences et les ateliers seront l’occasion de différentes approches des rapports entre radio et jeunesses : de quels publics s’agit-il ? Comment les étudiants font-ils de la radio ? Qu’est-ce qu’une radio « jeune » ? L’exposition s’empare elle aussi de ces questions à travers deux points de vue : l’un historique et l’autre artistique.

En collaboration avec le GRER

Programme complet

« Il est urgent d’encourager les nouvelles recherches sur la radio »

13 FÉVRIER 2013, JOURNÉE MONDIALE DE LA RADIO

LE GRER LANCE UN APPEL AU SOUTIEN À LA RECHERCHE

« Il est urgent d’encourager les nouvelles recherches sur la radio. » À l’occasion de la Première Journée Mondiale de la Radio, à l’initiative de l’UNESCO, ce 13 février 2013, le GRER (Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio) souhaite rappeler l’importance mondiale de ce média, toujours le plus utilisé de par le monde, et interpelle les autorités chargées de soutenir la recherche afin qu’elles appuient l’actuel renouveau des études sur le médium radiophonique.

Le GRER est une association d’origine française, mais d’envergure internationale, qui rassemble une petite centaine des chercheurs de langue française spécialisés dans les études portant sur le média radio. Fondé, à l’initiative du Pr. Jean-Jacques Cheval (Université Montaigne – Bordeaux 3), le GRER n’a cessé de voir ses effectifs croître au fil des années. Cette augmentation démontre l’intérêt croissant des milieux universitaires et scientifiques pour l’étude de la radio.

En effet, contrairement à une idée longtemps reçue, la radiodiffusion n’est pas un média dépassé, et tout n’a pas été dit à son sujet lors de ses « heures de gloire » des années 1930 à 1950. Au contraire : la radio est devenue protéiforme, et les récentes évolutions technologiques inscrivent ce média au début d’une une nouvelle ère dont il convient d’appréhender, de manière critique et non utilitariste, les enjeux socio-politiques et économiques, mais aussi symboliques et culturels.

« Il paraît donc de première urgence que les nouveaux courants de recherche concernant la radio soient aujourd’hui largement soutenus par les autorités compétentes, afin de ne pas laisser l’avenir de ce média aux seules mains des entreprises et des industries, déclare l’actuel président du GRER, le Pr. Frédéric Antoine (Université de Louvain-la-Neuve, Belgique). Dans ce cadre, le GRER ne peut que soutenir et encourager les initiatives prises dans le cadre de la Première Journée Mondiale de la Radio de l’UNESCO, et en particulier tout ce qui est en relation avec le développement de la recherche radiophonique. »

Organisateur de nombreux colloques et manifestations scientifiques, responsable de la publication de plusieurs ouvrages, le GRER entend prochainement développer ses activités en mettant en ligne un « cahier de recherches » sur la radio, puis en éditant une revue scientifique portant sur les études radiophoniques, qui sera accessible librement sur Internet.

Dans ce travail pour la revalorisation des études radiophoniques, le GRER demande à toutes les personnes et chercheurs intéressés par ce médias et par l’avenir de la radio de le soutenir et de le rejoindre.

Des manifestations d’appui peuvent être exprimées via la page facebook du GRER ( https://www.facebook.com/greradio )

ou par mail ( grer.mail@club-internet.fr )

Frédéric Antoine, Président du GRER ( frederic.antoine@uclouvain.be )

What is Radio? Exploring the past, present, and future of radio

WhatIsRadio

UNIVERSITY OF OREGON IN PORTLAND, OREGON

APRIL 25-27, 2013

What is Radio? Exploring the past, present, and future of radio, the conference will feature a unique coalescing of radio professionals, media scholars and students, government and community officials, as well as interested community groups and the public. The event will feature keynote speakers, roundtables, paper presentations, and other events, in an attempt to answer questions about the changing nature of radio.

University of Oregon School of Journalism and Communication’s Johnston Lecture Series

The conference begins on Thursday, April 25, with the University of Oregon School of Journalism and Communication’s Johnston Lecture Series. The Johnston Lecture brings professionals to the school for campus lectures, workshops, and discussions with students, faculty members, and members of the community. It honors Dick Johnston, a gifted magazine editor, writer, and war correspondent who devoted himself to high-quality journalism. The project was made possible with generous gifts from his widow, Laurie; George E. Jones of U.S. News and World Report; and the Correspondents Fund.

Read more

Trensistor, à Lyon, le 29 mars prochain, « Avoir 20 ans sur les ondes »

dessin_violaine La Journée de la radio : 2ème édition : « Avoir 20 ans sur les ondes »

À l’Ecole Normale Supérieur (ENS) de Lyon comme sur beaucoup d’autres campus, non seulement on écoute la radio, mais on en fait. C’est pour cette raison que la Journée de la radio y est née, pour ça aussi que le thème de la 2ème édition est « Avoir 20 ans sur les ondes ». Les émissions, les conférences et les ateliers radio seront l’occasion de différentes approches des rapports entre radio et jeunesses : de quels publics s’agit-il ? Comment les étudiants font-ils de la radio ? Qu’est-ce qu’une radio « jeune » ? L’exposition, inaugurée le 12 mars 2013, s’empare elle aussi de ces questions à travers deux types d’approche : l’une historique et l’autre artistique.

Le rendez-vous a été pris le 22 mars 2012 : « à l’année prochaine, pour la deuxième édition ! ». Trensistor tiendra sa promesse le 29 mars prochain, accompagné de nouveaux partenaires. Si l’événement grandit, l’intention reste la même : organiser une rencontre consacrée à la réflexion, la pratique et la création radiophoniques. Car ce média mérite qu’on y prête l’oreille : léger, simple et généreux, il accompagne chacune de nos années sans prendre une ride.

Le GRER est partenaire de cette rencontre.

Retrouvez toutes les informations et le programme sur  le site de l’événement

Médiamétrie : Les femmes moins consommatrices de radio que les hommes

LogoRadioactumedia_metrie

Un article de Thibault Leroi dans RADIOACTU. À l’occasion de la Journée de la Femme ce vendredi 8 mars, Médiamétrie s’est penchée sur les pratiques médias et loisirs numériques des femmes. Premier constat : les femmes écoutent moins et moins longtemps la radio que les hommes et préfèrent les stations musicales. Elles écoutent la radio 2h47 par jour. Les femmes sont par ailleurs de plus grosses consommatrices de télévision que les hommes, et fréquentent davantage et plus longtemps les réseaux sociaux que les hommes. Principaux indicateurs à découvrir sur RadioActu.

Médiamétrie s’est penchée sur les pratiques médias et losirs numériques des femmes, à l’occasion de la Journée de la Femme, ce vendredi 8 mars. Les femmes consacrent moins de temps aux taches ménagères et disposent donc de davantage de temps libres pour les loisirs et la consommation des médias en particulier. Selon l’INSEE, en 25 ans, les femmes ont gagné une heure par jour sur le ménage et les courses, tandis que leurs temps libre quotidien est de presque 4 heures par jour. Concernant les médias, les femmes sont moins consommatrices de radio que les hommes, qu’elles écoutent moins et moins longtemps. En moyenne, 78,5% des femmes écoutent la radio, alors que cette pénétration atteint 86,5% chez les hommes. Autre constat : sur la période novembre-décembre 2012, elles ont écouté la radio en moyenne 2h47 par jour contre 3h09 pour les hommes. Concernant les programmes, les femmes privilégient les stations musicales par rapport aux stations généralistes. Le pic de l’audience radio se situe pour les femmes comme pour l’ensemble des français de 13 ans aux alentours de 8h le matin, mais écoutent davantage de musique après 16h.

La suite sur RadioActu

femmes_medias