Archives par mot-clé : Afrique

Journée conférences- Débats radiophoniques

affiche - v2

QUEL(S) MODÈLE(S) DE DÉVELOPPEMENT POUR LES RADIOS DU SUD AUJOURD’HUI ?

Une série de 3 conférences-débats radiophoniques enregistrées en public

Le jeudi 19 mars 2015 de 10h à 18h 

Espace Culture de Lille 1

L’association RESIPROC (Réseau des Spécialistes en Ingénierie des Projets de Coopération) et la FRANF (Fédération des Radios Associatives du Nord de la France) vous invitent à débattre de la radio comme outil de développement … en faisant de la radio.

Toutes les informations, le programme, les invités sur  : 

http://radiocooperation.com/

Les trois émissions sont accessibles en ligne : 

http://radiocooperation.com/?page_id=81

Continuer la lecture de Journée conférences- Débats radiophoniques

Nouvelle Publication : « Radios et Religions en Afrique Subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale », par Etienne Damome.

damomeEtienne Damome : Radios et Religions en Afrique Subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, ISBN : 978-2-86781-762-5

Quatrième de couverture : « Cet ouvrage analyse l’environnement des radios confessionnelles et leurs stratégies de communication dans un contexte médiatique, religieux et social marqué par le libéralisme et de profondes mutations. Il nous fait découvrir l’extraordinaire expansion des médias radiophoniques en Afrique subsaharienne depuis le début des années 1990. L’étude porte essentiellement sur quatre pays d’Afrique de l’Ouest, mais examine aussi des exemples bien connus en Afrique centrale et en Afrique de l’Est. On verra que tout en faisant une large part au message religieux, les radios mettent volontiers l’accent sur les problèmes sociaux : développement, condition féminine, démocratie et État de droit, questions de santé – la maladie et sa guérison. Les radios confessionnelles africaines mènent donc de front le prosélytisme et l’engagement social au nom de la logique d’une mission à double sens : ad intra et ad extra, sans oublier le « divertissement » ».

Pour le commander, suivre ce lien

Télécharger le bon de commande ici

Préface, par Annie Lenoble-Bart.

À l’heure d’une « effervescence » religieuse renouvelée en Afrique, la bibliographie sur le sujet est riche. Plus rares sont les ouvrages concernant la radio sur ce continent où souvent les bandes magnétiques se conservent mal – voire sont systématiquement réutilisées – et où la mise en ligne reste encore marginale : la matière est éminemment fugitive et se laisse plus difficilement approcher.

 Allier ces deux thèmes dans une étude à la fois analytique et synthétique est, cette fois-ci, plus innovant. Et il fallait de sérieuses dispositions pour que l’approche soit convaincante. Étienne Damome en réunit un certain nombre : une formation pluridisciplinaire qui lui donne pertinence dans ses propos et ouverture sur des côtés très complémentaires ; une connaissance subtile du terrain : pratique de la radio in situ, maîtrise de plusieurs langues internationales ou locales, enracinement africain ; le tout doublé d’un cursus universitaire complet et sans faute, ici et là-bas.

 L’idée première est partie d’une thèse qui abordait déjà ce thème à partir de quatre exemples d’Afrique de l’Ouest : Ghana, Togo, Bénin, Burkina Faso arpentés dans tous les sens, dans toutes leurs religions. Mais nous ne sommes pas ici dans la publication d’un travail académique brut, bien qu’ayant été jugé exemplaire par de fins connaisseurs (1). Étienne L. Damome a continué à approfondir ses intuitions, à les vérifier sur place mais également ailleurs : il a ainsi découvert l’Afrique de l’Est anglophone (Kenya, Tanzanie) puis la RDC (République Démocratique du Congo) tout en participant aux recherches pluridisciplinaires de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (2) et au programme ANR SWAHILI où il a bénéficié d’un post-doc (3). Peu à peu s’est forgé un chercheur toujours enthousiaste mais aguerri et minutieux.

Il nous détaille, dès l’introduction, sa méthodologie faite d’empathie et de distanciation. Il me semble que nous avons là une des caractéristiques de cette étude d’envergure : il allie sans cesse les dimensions micro et macro, il passe du particulier au général dans un souci incessant de faire des synthèses qui ne gomment pas les particularités mais au contraire soient au plus près de la réalité, jusques et y compris dans sa diversité. D’autre part, les chapitres égrènent de multiples thématiques qui montrent les aspects les plus divers du sujet : le présent s’enracine dans l’histoire, l’économique côtoie le théologique, la pastorale n’ignore pas la technique, l’émission rejoint la réception… Le pédagogue, enfin, transparaît, en filigrane, dans les tableaux, les schémas didactiques, qui permettent d’éclairer une pensée foisonnante au service d’un thème d’une actualité indéniable – brûlante parfois – qui s’exprime au travers d’un média qui a la faveur des populations, qui est de loin le plus répandu et le plus proche d’elles mais qui peut être instrumentalisé.

Annie Lenoble-Bart, Professeur émérite à l’Université Bordeaux Montaigne

Notes

1. J’avais réuni, en tant que directrice, pour le jury de soutenance, les professeurs Jean-Jacques Cheval, fondateur du Groupe de recherches sur la radio, Marc Spindler, missiologue des Universités de Leyde et d’Utrecht, André-Jean Tudesq qui a réalisé la première synthèse sur la radio en Afrique subsaharienne et Bernard Wuillème lui aussi bien connu pour ses travaux sur ce média, surtout dans sa dimension internationale. Comi Toulabor, directeur de recherches au CNRS, apportait son expertise des pays étudiés.

2. Modèles et transferts dans la mondialisation des Afriques cf. Dominique Darbon (dir.), La politique des modèles en Afrique. Simulation, dépolitisation et appropriation, Paris/Pessac, Karthala-MSHA, 2009 ; puis Risques en Afrique, publication sous presse.

3. http://anrswahili.free.fr/, publication sous presse.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements   –   p. 7

Sigles et acronymes   –   p. 9

Institutions religieuses   –   p. 9

Institutions du monde des médias   –   p. 10

Noms de radios   –   p. 11

Autres   –   p. 12

Préface – Annie Lenoble-Bart   –   p. 13

Introduction   –   p. 15

Chapitre I – Émergence et développement d’un modèle   –   p. 23

Radio Léo, l’ancêtre éponyme   –   p. 23

1950-1960 : multiplication des radios religieuses   –   p. 25

1960-1980 : monopole d’État   –   p. 29

1990-2000 : un des secteurs les plus prolifiques   –   p. 32

Une diversité foisonnante de radios religieuses   –   p. 35

Conclusion   –   p. 37

Chapitre II – Bénin, Burkina Faso, Ghana, Togo : un panorama régional des radios religieuses   –   p. 39

Les radios catholiques   –   p. 42

Uniformité au Bénin   –   p. 43

Diversité au Burkina Faso   –   p. 44

Radios diocésaines   –   p. 44

Radios en réseau   –   p. 47

Ghana : des radios catholiques qui ne disent pas leur nom   –   p.  49

Togo : couverture nationale des radios catholiques   –   p. 50

Radios diocésaines   –   p. 50

Réseau Radio Maria Togo   –   p. 50

Une radio paroissiale   –   p. 51

Pluralité des radios protestantes   –   p. 54

Bénin : équilibre entre les différentes confessions   –   p. 55

Églises indépendantes africaines   –   p. 56

Burkina Faso : les protestants pionniers   –   p. 57

Ghana : des radios protestantes sans complexe   –   p. 59

Togo : majorité et diversité des radios protestantes   –   p. 60

Montée en puissance des radios musulmanes   –   p. 64

Bénin : position de précurseur   –   p. 65

Burkina Faso : diversité des radios   –   p. 66

Ghana : la voix musulmane dans une ville chrétienne   –   p. 68

Togo : des outils au service de l’expansion musulman   –   p.  69

Conclusion   –   p. 71

Chapitre III – Fonctionnement des radios religieuses   –   p. 73

Cadre législatif non spécifique   –   p. 73

Bénin : des radios locales et communautaires aux radios confessionnelles   –   p. 74

Burkina Faso : des radios associatives ou communautaires   –   p. 75

Togo : des radios privées tout court aux radios communautaires ou confessionnelles   –   p. 76

Au Mali, au Sénégal et au Tchad : une catégorie ignorée   –   p. 78

Au Ghana et au Nigeria : une catégorie « inconnue »   –   p. 78

Moyens techniques et humains mobilisés   –   p. 80

Adoption progressive du numérique   –   p. 81

Place prépondérante des bénévoles   –   p. 82

Financement et partenaires   –   p. 86

Budgets et dépenses   –   p. 87

Ressources   –   p. 89

Partenaires   –   p. 102

Conclusion   –   p. 105

Chapitre IV – Les missions d’une radio religieuse   –   p. 107

Entre attrait et craintes   –   p. 107

Missions assignées par les responsables religieux à leurs médias   –   p. 113

Médias : une chance pour l’évangélisation/la da’wa et la pastorale   –   p. 113

Vocations multiples de la radio religieuse en Afrique   –   p. 117

Du côté des médias eux-mêmes   –   p. 119

Radios religieuses thématiques (RT)   –   p. 120

Radios religieuses généralistes (RG)   –   p. 124

Conclusion   –   p. 129

Chapitre V – Programmes et thématiques récurrentes   –   p. 131

Les émissions explicitement religieuses   –   p. 133

Mission « ad extra »   –   p. 134

Mission « ad intra »   –   p. 135

La prise en charge de la santé   –   p. 141

Le divertissement   –   p. 142

Quelques thématiques récurrentes   –   p. 143

La foi et la confiance   –   p. 145

Le Salut   –   p. 145

La prière   –   p. 146

La guérison physique et spirituelle   –   p. 146

La Parole de Dieu   –   p. 148

La crainte de Dieu   –   p. 148

Le changement de la situation individuelle et collective.   –   p. 149

Divers thèmes propres à l’islam   –   p. 150

Le genre musical   –   p. 151

Les émissions d’inspiration religieuse   –   p. 151

Regard sur la vie de la Cité   –   p. 153

Présence au monde   –   p. 155

Souci de formation culturelle   –   p. 155

Actualité   –   p. 156

Divertissement   –   p. 156

Conclusion   –   p. 157

Chapitre VI – Stratégies de communication et de fidélisation de l’auditoire   –   p. 161

Un certain art de la communication propre aux radios évangéliques   –   p. 161

Le prêche et l’exhortation : un genre nouveau à la radio   –   p. 162

Traduction simultanée et prestige de l’anglais   –   p. 163

« Allô prière » ou la prière au bout du fil   –   p. 165

L’emprunt à l’art africain de conter   –   p. 167

Stratégies de recherche et de fidélisation de l’auditoire   –   p. 169

La programmation selon le format   –   p. 170

Les heures des programmes religieux   –   p. 174

Les langues des programmes religieux   –   p. 175

Conclusion   –   p. 183

Chapitre VII – Publics et profils d’auditeurs   –   p. 185

Cibles des émissions religieuses   –   p. 185

Selon le profil confessionnel   –   p. 186

Selon le profil social   –   p. 187

Selon le profil identitaire et culturel   –   p. 188

« Tout public »   –   p. 189

Les auditeurs déclarés auprès des radios religieuses   –   p. 191

À partir des émissions interactives   –   p. 191

À partir du courrier des auditeurs   –   p. 192

Téléphone hors antenne et visites des auditeurs à la radio.   –   p. 193

À partir des fan-clubs / associations d’auditeurs   –   p. 194

Les auditeurs « inconnus » des radios religieuses   –   p. 195

Profil confessionnel   –   p. 196

Selon la situation socioprofessionnelle   –   p. 198

Selon l’âge   –   p. 199

Selon le sexe   –   p. 200

Selon le niveau d’instruction   –   p. 201

La situation matrimoniale   –   p. 203

Conclusion   –   p. 204

Chapitre VIII – Les logiques de la communication médiatique religieuse en Afrique   –   p. 207

Une communication ambivalente   –   p. 208

Communication religieuse et communauté   –   p. 211

Rapports radios confessionnelles et société : deux conceptions.   –   p. 215

Communication religieuse à travers les médias : une médiation   –   p. 218

Conclusion : la communication religieuse est une « évangélisation »   –   p. 228

Chapitre IX – La situation religieuse au miroir des programmes radiophoniques   –   p. 229

Le champ religieux de l’Afrique contemporaine à travers la communication religieuse   –   p. 230

Regain d’activisme   –   p. 230

Développement du charisme de guérison   –   p. 231

Réformes et contre-réformes   –   p. 233

Dynamiques transnationales   –   p. 235

Médias et métamorphoses du religieux   –   p. 238

Subjectivation, dissémination et désinstitutionalisation du religieux   –   p. 239

Religion et urbanité : « Dieu dans la cité »    –   p. 241

Une religion sans frontières   –   p. 242

Radios : véhicules et lieux d’élaboration de nouveaux produits théologiques   –   p. 244

« La quatrième dimension » et l’« intramondenisation » du Salut   –   p. 245

« L’heure de la grâce » : exemple d’une émission introduisant un nouveau discours sur les dons spirituels, le pouvoir divin et le Salut individuel.   –   p. 249

Conclusion   –   p. 251

Chapitre X – Communication religieuse et situation sociale de l’Afrique contemporaine   –   p. 253

Un rôle politique déterminant   –   p. 254

Communication politique pour un changement social   –   p. 254

Radios pentecôtistes et développement d’une théologie politique dualiste   –   p. 260

Fonctions sociales de la communication religieuse   –   p. 263

Communication sociale et dialogue interreligieux   –   p. 269

Recours aux médias et lutte pour l’hégémonie médiatico-religieuse   –   p. 269

Radio : instrument de rapprochement entre institutions religieuses   –   p. 272

Le développement socio-économique des peuples : le sentiment d’un devoir   –   p. 273

L’Église catholique et le développement intégral   –   p. 275

Églises protestantes : Évangile et développement   –   p. 277

Islam et société   –   p. 279

Conclusion   –   p. 281

Chapitre XI – Radios religieuses et cultures africaines   –   p. 283

Radios, cultures et religions traditionnelles : fascination ou dénégation ?   –   p. 284

Relation empathique entre radio et culture de l’oralité   –   p. 284

Difficulté des radios à traiter avec la dimension religieuse de la culture   –   p. 287

Inculturation / contextualisation et déculturation   –   p. 289

L’Église catholique en Afrique face à la culture africaine   –   p. 289

Églises protestantes et adaptation de l’Évangile   –   p. 290

L’islam et la tentation de s’affranchir de la culture africaine.   –   p. 293

Rapprochement avec les religions traditionnelles africaines (RTA)   –   p. 295

Contribution des radios religieuses au dialogue avec les adeptes du culte des ancêtres   –   p. 295

Radios religieuses comme témoins du syncrétisme religieux   –   p. 298

Conclusion   –   p. 301

Conclusion   –   p. 303

Bibliographie   –   p. 307

Ouvrages et revues   –   p. 307

Thèses   –   p. 311

Documents des Églises   –   p. 311

Table des figures   –   p. 313

Table des tableaux   –   p. 313

« Penser les mutations de la radio en Afrique », samedi 12 octobre 2013 à Lille

Séminaire du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Samedi 12 octobre 2013 – 9h.30-13h.30

Université Lille 3 – Maison de la recherche – Salle F013

« Penser les mutations de la radio en Afrique »

Le GRER débute son cycle 2013/2014 des Séminaires du Samedi par un atelier consacré aux Mutations de la radio en Afrique. Il se tiendra le samedi 12 octobre 2013 à l’université de Lille 3 et sera organisé en collaboration avec le Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO). Les Séminaires du Samedi, organisés dans toute la France (Paris, Tours, Bordeaux..), offrent l’occasion de débattre et d’échanger entre chercheurs et professionnels sur les dynamiques contemporaines du média radiophonique.

Les spécificités du média radiophonique en Afrique ne sont plus à préciser. Néanmoins, comme sur l’ensemble des autres continents, ce média connait des évolutions profondes, d’autant plus remarquables que l’influence de la radio sur les autres médias traditionnels, mais aussi sur les nouveaux médias reste encore forte, notamment en Afrique subsaharienne. L’Afrique du Nord, où les radios notamment privées ont eu du mal à exister, connait aujourd’hui un contexte favorable à la création de nouvelles formes radiophoniques.

Sans pouvoir embrasser toutes les mutations en cours, ce séminaire souhaite interroger chercheurs et professionnels sur trois entrées thématiques: les enjeux et défis de la numérisation de la diffusion, les nouvelles formes de participation des audiences, la place relative de la radio par rapport aux autres médias dans l’Afrique contemporaine.

Les radios d’Afrique sont confrontées au passage à la diffusion numérique d’ici 2015 selon le calendrier de l’Union internationale des Télécommunications. Cette mutation comme ailleurs s’avère très difficile et pose notamment des questions originales : quelle possibilité par exemple pour les radios privées de conserver la main sur leur diffusion dans des pays autoritaires ? Dans quelle mesure cette évolution pourrait-elle présenter de nouvelles opportunités pour le paysage radiophonique africain et en même temps maintenir l’ancrage local et le lien privilégié avec le public africain ?

Les TIC renouvellent aujourd’hui considérablement les audiences des radios en donnant aux radios mêmes locales une diffusion internationale mais aussi en transformant les formes de participation. Cette entrée massive des radios africaines dans l’ère du numérique sera analysée ainsi que les indicateurs et dispositifs existants pour déchiffrer les audiences.

Enfin, qu’en est-il de la place de ce média aujourd’hui en Afrique ? Est-il toujours le média roi ou les autres médias, sociaux ou non, sont-ils en train de la reléguer aux seules zones rurales ? Les groupes médiatiques sont-ils par exemple une politique de long terme intéressante ? Quelle solutions économiques à terme pour les radios alors que les marchés de publicité restent toujours très étroits ?

Malgré la diversité des situations, ce séminaire abordera aussi bien le cas de l’Afrique subsaharienne que celui de l’Afrique du Nord. De même, organisé à Lille, à une heure aussi bien de Londres que de Paris, un accent particulier sera mis pour parler aussi bien des pays d’Afrique anglophone que francophone.

Programme :

9H30 : Accueil des participants (Frédéric Antoine, Président du GRER et Emilie Dalage, GERiiCO)

10H00 : Présentation du séminaire et son déroulement (par organisateurs)

10H15-10H45 : Conférence par Marie-Soleil Frère : « Radios en mutation : de l’émancipation aux nouvelles contraintes »

10H45 : Pause café

11H00 – 13H30 : Table ronde : « Mutations des médias radiophoniques en Afrique : enjeux et défis ».

Intervenants et discutants :

–        Marie-Soleil Frère (Université Libre de Bruxelles)

–        Hassane Tlili (Radio Monte Carlo Doualiya, Paris)

–        Sylvie Capitant (Paris 1, IEDES)

–        Etienne Damome (Bordeaux 3, MICA)

–        Nozha Smati (Lille 3, GERiiCO)

13H30-14h30 : Déjeuner

 14H30-17H00 : Assemblée générale annuelle du GRER

Les votes seront réservés aux membres à jour de leurs cotisations, mais tous ceux qui souhaiteraient s’informer sur les activités du GRER, ses projets, sont les bienvenus à cette AG.

Comité d’organisation du séminaire :

Nozha Smati, Université Lille3, GERiiCO nozha.smati@univ-lille3.fr

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA.

Avec la collaboration d’Emilie Dalage, Université Lille 3, GERiiCO

Informations Pratiques

Le premier TGV Lille-Paris arrive à Lille 8h48 (départ de Paris à 7h42).

Venir à Lille 3 – les itinéraires

Itinéraire Métro (accessible pour les personnes à mobilité réduite / Prendre le métro ligne 1, direction 4 Cantons, sortir à la station Pont de Bois).

Le plan Lille 3 – Maison de la recherche en téléchargement (pdf) ici

Sur place des affiches d’orientations seront disponibles pour vous faciliter l’accès à la salle.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Mais afin de mieux organiser votre accueil, la pause café et le déjeuner, merci d’annoncer votre présence par retour de courrier ou bien directement à cette adresse: Nozha Smati : nozha.smati@univ-lille3.fr

 

BandeauSéminaireLille

Télécharger le programme et les informations pratiques sous un format pdf ici

PAR LES GENS, POUR LES GENS. Les radios associatives et communautaires, état et perspectives

image002

Les journées d’études « Par les gens, pour les gens : les radios associatives et communautaires, état et perspectives » se déroulent les 1er et 2 juillet 2013, en Belgique.

À Bruxelles, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et le ReSIC (Centre de recherche en information et communication) de l’ULB co-organisent deux journées d’études internationales (1er et 2 juillet 2013) sur l’état et les perspectives des radios communautaires et associatives.

Les radios associatives et communautaires ont joué et jouent encore un rôle important pour encourager la participation citoyenne, faire circuler l’information de proximité et se positionner comme contre-pouvoir local. Aujourd’hui, que ce soit au Brésil, sur le continent africain, en Europe de l’Est… ou encore en Belgique, elles sont souvent contraintes de se redéfinir et de repenser leurs stratégies : elles sont confrontées à la suprématie des grands réseaux commerciaux, à la concurrence de la télévision, à des soucis de survie financières ou aux développements des nouveaux médias.

Les deux journées d’études réuniront, à l’ULB (salle BENETTON, R42, campus du Solbosch), des représentants de l’EPRA (la plateforme européenne des régulateurs de médias), de l’Université de Brasilia, de l’AMARC (l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires), du CMFE (Forum européen des médias communautaires), de radios communautaires et associatives belges, européennes et africaines, etc.

Ces acteurs et spécialistes débattront notamment de la notion de radio associative et communautaire, des défis de la régulation, de la radio communautaire comme acteur de changement, et des enjeux futurs des radios. Ce dernier thème fera l’objet d’une table ronde spécifique autour du film de Stéphanie Lepage consacré à Radio Liberté (Tchad) : « Les voix de la liberté ».

Intervenants
Programme
Inscription obligatoire

Université Libre de Bruxelles
Campus du Solbosh
Bâtiment R42 – Salle Benetton R42.5.503
Avenue F.D. Roosevelt 42
1050 Bruxelles

logos