Archives par mot-clé : Colloque

Appel à Communication / Call for Paper : Popular music and identity politics: making, archiving, transmitting, and receiving radio

1

Popular music and identity politics: making, archiving, transmitting, and receiving radio

Deadline for proposals: Oct 31, 2015

Organizers: SNSF project “Broadcasting Swissness:” University of Basel, University of Zurich, Lucerne University of Applied Sciences and Arts in cooperation with Studienkreis Rundfunk und Geschichte e.V.

Date & Venue: Feb. 18–20, 2016, University of Zürich

Keynotes: Erika Brady (Western Kentucky University), Morten Michelsen (University of Copenhagen), Markus Tauschek (Kiel University)

Continuer la lecture de Appel à Communication / Call for Paper : Popular music and identity politics: making, archiving, transmitting, and receiving radio

Radio: The Resilient Medium

Sans titre2« Radio : le média résiliant »

Les textes de la troisième conférence de la section de Recherche de Radio de ECREA (European Communication Research and Education Association) ont été édités (en anglais) par Madalena Oliveira, Grażyna Stachyra et Guy Starkey.

« Radio is a resilient medium. It has evolved considerably over its hundred-year history and we have every reason to believe that evolution will continue. This book is a peer- reviewed collection of papers from the third conference of the Radio Research Section of the European Research and Education Association (ECREA), held at the London Campus of the University of Sunderland in September 2013. It represents some of the best research presented at the conference, but every chapter has been revised and edited prior to publication. The book, like the conference, is an initiative of the Centre for Research in Media and Cultural Studies (CRMCS), which is based in Sunderland ». Published by the Centre for Research in Media and Cultural Studies, University of Sunderland, Sunderland, United Kingdom SR1 3SD

Continuer la lecture de Radio: The Resilient Medium

Appel à Communication, «Les frontières de la radio / The borders of Radio».

Colloque Perpignan-2Université de Perpignan (France)

jeudi 4 et vendredi 5 juin 2015

Colloque international

« Les frontières de la radio – The borders of Radio »

Appel à communication prolongé au lundi 2 mars 2015

Téléchargez le PDF  de l’appel en Français   /   in English

1. Présentation

Le colloque international « Les frontières de la radio / The borders of  Radio » s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire en Sciences humaines propre au laboratoire du Centre de recherche sur  les  Sociétés  et  Environnements  en  Méditerranées  (CRESEM),  axée  sur  la  traversée  des territoires et l’hybridation des phénomènes culturels. Il s’inscrit aussi dans la continuité des recherches menées par le Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Radio (GRER) depuis 15 ans.

Continuer la lecture de Appel à Communication, «Les frontières de la radio / The borders of Radio».

NET Station International Conference RADIO, SOUND AND INTERNET

 

net_station_banner-01Deadline approaching: 10th December

NET Station International Conference
RADIO, SOUND AND INTERNET
University of Minho (PORTUGAL), 23-24 April 2015
www.netstation2015.org

Deadline for abstract submission extended. New deadline: 10.December.2014 Continuer la lecture de NET Station International Conference RADIO, SOUND AND INTERNET

APPEL à COMMUNICATION : Poésie sur les ondes : une affaire de poètes ?

la-parole-est-a-la-nuit_0

Appel à communication : « Poésie sur les ondes : une affaire de poètes ? »

 Colloque de Montpellier, 20-21 novembre 2014

Comité d’organisation : Pierre-Marie Héron (Montpellier 3 / IUF), Marie Joqueviel-Bourjea (Montpellier 3), Philippe Marty (Montpellier 3), Céline Pardo (Paris IV – Sorbonne).

En présence du poète André Velter.

Dans l’histoire de la radio, ce sont très souvent les poètes qui se sont chargés ‒ ou qu’on a chargés ‒ de la production des émissions de poésie. Citons Philippe Soupault, Pierre Emmanuel, Pierre Jean Jouve, Jean Amrouche, Jean Lescure, Francis Carco, Michel Manoll, André Beucler, Loys Masson, Louis Foucher, Luc Bérimont, Paul Eluard, Claude Roy, Jean Breton, Pierre Béarn, Armand Robin, Frédéric Jacques Temple, plus récemment André Velter, aujourd’hui Jean-Pierre Siméon… La liste serait longue de ceux qui ont travaillé à concevoir, écrire et parfois dire des émissions de poésie sur les ondes. L’émission poétique de poète est un genre radiophonique spécialement florissant dans les années cinquante et soixante correspondant à peu près aux « années Gilson », du nom du poète Paul Gilson, directeur des programmes artistiques de la radio d’État de 1946 à 1963 : « Jamais il n’y eut tant de poètes à la radio, tant à Paris que dans les régions, que de 1947 à 1963, c’est-à-dire entre l’arrivée de Paul Gilson et sa mort », se souvient Frédéric Jacques Temple (prix Apollinaire 2013). Jamais avant ces années en effet, et jamais depuis, la poésie n’a été aussi présente sur les ondes, dans des émissions dédiées comme dans toutes sortes d’autres émissions, sous des formes très variées. L’explication la plus simple de ce phénomène est la présence, à la direction nationale et régionale des programmes artistiques de la RTF, dans des fonctions de politique générale ou de production de programmes, d’un nombre assez considérable de poètes et d’amateurs de poésie (journalistes, éditeurs et libraires, professeurs…), désireux de faire entendre la poésie de leur temps ou du passé et d’attirer des poètes vivants, grands ou petits, dans leurs émissions.

Mais pourquoi choisir des poètes pour animer des émissions de poésie ? Pour la même raison qu’on fait appel à un sociologue pour parler de sociologie, à un juriste pour parler de droit, à un médecin pour parler de médecine, à un philosophe pour parler de philosophie, etc. ? Ou bien parce qu’ils seraient mieux qualifiés que d’autres (comédiens, journalistes, simples amateurs de poésie…) pour dire des poèmes ou les faire dire par d’autres, voire même pour réaliser des poèmes radiophoniques ? Ou bien pour assurer le rôle de « vaillants avocats de la poésie » (Georges Mounin, Poésie et société, 1962) ? Mais s’agit-il alors de défendre la poésie (face à qui, à quoi ?), ou de la promouvoir, ou de l’associer à un projet plus global (communisme, humanisme, éducation populaire…), ou simplement de la faire entendre ? Et qu’est-ce alors que faire entendre de la poésie ? La parole d’un poète parlant de poésie peut-elle devenir elle aussi poème ? Y aurait-il un phénomène de parole-poésie propre à la parole des poètes (ou des écrivains en général ?) qui expliquerait pourquoi on a beaucoup fait appel à eux pour ce genre d’émissions ?

Ces questions, le colloque se propose de les mettre à l’épreuve de corpus qui s’avèrent d’une grande diversité dans les styles, les registres, les genres (entretiens, lectures, évocations scénarisées, variétés, anthologies sonores, conférences, causeries, débats…). Compte tenu de leur nombre et de leur état de conservation, les séries d’émissions produites à la RTF sous l’ère Gilson seront vraisemblablement au cœur des travaux. Cependant il est souhaitable que certaines propositions portent aussi sur des séries produites dans l’entre-deux-guerres ou depuis les années soixante, y compris sur des webradios (Arte Radio, Silence Radio…).

On pourra notamment :

‒ se demander comment ces émissions reflètent ou expriment le rapport du poète-producteur à la poésie en général et aux (autres) poètes en particulier, ainsi qu’au public radiophonique (des auditeurs potentiellement amateurs de poésie et lecteurs) ;

‒ questionner l’oralité des poètes, leur comportement au micro, dans la parole comme dans la diction ou récitation de poésie à voix haute : y a-t-il une manière d’être ou un ethos caractéristiques du poète au micro ?

‒ étudier les éventuels passages entre ces émissions (souvent réalisées à partir de textes écrits) et l’œuvre imprimée des poètes qui les produisent (poèmes et textes critiques) ;

‒ analyser ce que le dispositif radiophonique apporte ou impose à leur forme comme à leur contenu ;

‒ s’interroger sur le statut non seulement critique mais poétique de certaines de ces émissions, créatrices de formes originales de poésie ou de médiation de la poésie ;

‒ analyser la mise en place à la radio de réseaux éditoriaux parallèles à ceux du livre, complémentaires ou bien concurrentiels ;

– questionner la vision (renouvelée ?) de la poésie induite par le medium radiophonique…

Les communications porteront de préférence sur des ensembles : émissions d’une même série ou de séries différentes ; produites ou animées par le même poète ou par des poètes différents. Elles pourront aussi, pour donner des éléments de réponse à l’interrogation du titre, s’intéresser à des émissions de poésie dont un poète (ou perçu comme tel) n’est pas le producteur. Elles pourront également réfléchir de manière plus globale au rapport de l’institution radiophonique avec ce type d’émission et ce type de producteur.

N’entrent pas dans le champ de ce colloque, d’une part les émissions de création radiophonique pure, séparées de tout discours sur la poésie, d’autre part les émissions non dédiées spécifiquement à la poésie.

L’objectif du colloque est de parvenir à une compréhension globale et historicisée de la manière dont les poètes font entendre la poésie à la radio, et de mieux identifier les enjeux du passage par le medium radiophonique dans la transmission par les poètes eux-mêmes des questionnements relatifs à la poésie.

Annexes :

Liste indicative de séries produites après 1940 sur des chaînes nationales ICI

Autres émissions de poésie produites après 1940 sur des chaînes nationales (liste indicative)

Les propositions peuvent être adressées jusqu’au vendredi 5 septembre 2014, soit à Pierre-Marie Héron (spm.heron@gmail.com), soit à Céline Pardo (celinepardo@gmail.com).

7ème Colloque International du GRER – Strasbourg, 20 et 21 mars 2014 – Prolongation de l’Appel à communication

Etudiants CUEJGrer 01     CUEJ             sage

Appel à communication Colloque international

Information et journalisme radiophonique à lère du numérique

Strasbourg, 20 et 21 mars 2014

Le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) organise son septième colloque international.

Après Bordeaux (2001 et 2004), Lyon (2006), Paris (2009 et 2011), et Bruxelles (2010), il aura lieu à l’Université de Strasbourg, les 20 et 21 mars 2014.

!!! La date de clôture de l’appel à communication a été prolongée au 30 NOVEMBRE 2013 !!!

Un appel international à communication (cf. Appel version PDF) est lancé, dans le cadre des problématiques et modalités exposées ci-dessous.

Le secteur de la presse écrite se recompose chaque jour en raison notamment de l’apparition du numérique. Au-delà des mutations que le numérique entraîne, c’est la question de la signification du journalisme de presse écrite qui est régulièrement posée.

Le média radiophonique, quant à lui, ne semble pas menacé de disparition à court ou moyen terme. La radio demeure un élément essentiel des pratiques et du système d’information, au quotidien mais aussi lors de circonstances plus exceptionnelles ou en temps de crise. La crédibilité de l’information radiophonique reste très élevée, et supérieure à celle des autres médias. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Dans ce colloque, se poseront plusieurs questions : comment la production de l’information radiophonique intègre-t-elle ces mutations liées au numérique ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? Comment écoute-t-on l’information à la radio aujourd’hui, et comment va-t-on l’écouter demain ?

Avec le développement du Web, tout notre paysage médiatique est en voie de transformation. Ce colloque interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. À partir de ses héritages, de ses pratiques actuelles, et de ses évolutions, nous poserons la question : la radio peut-elle demeurer un média d’information majeur à l’heure du numérique ?

S’articulant autour de deux grands axes, ce colloque propose ainsi d’aborder la question sous plusieurs angles :

            Deux grands axes :

Axe1. Pratiques professionnelles de linformation radiophonique : remises en questions et évolutions

Le journalisme est associé à la création de la radio, et à sa transformation rapide en média de masse. Le radioreportage, qui se développe dans les années 1930, marqué par l’éloquence du journaliste, permet de rendre compte de l’évolution du monde et devient un genre en soi. Il atteint son apogée à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’apparition de la télévision a certes constitué une menace pour le journalisme radiophonique, mais les deux médias ont finalement cohabité pendant plusieurs décennies.

Depuis près de vingt ans, les pratiques professionnelles se sont elles aussi modifiées avec l’apparition des nouvelles technologies. La production de l’information a d’abord été marquée par plusieurs phénomènes : dématérialisation, compression et miniaturisation. De quelles manières ces tendances affectent-elles les routines et les savoir-faire des journalistes de radio ?

Le numérique questionne également l’organisation des rédactions qui produisent l’information.  Souvent, des rédactions spécifiques ont été créées pour les sites Web des radios. Certains journalistes ne travaillent ainsi que pour le site d’une station, et n’ont pas d’activité radiophonique à proprement parler. Il y a aussi des entreprises de radio-télévision où, au contraire, les rédactions étaient segmentées par support jusqu’à ces dernières années et où l’on est passé au modèle de la newsroom multimédias qui dessert tous les supports. La radio ne devient alors plus qu’une des déclinaisons de « mise en forme » d’une offre informationnelle parmi d’autres.

Plus généralement, de nouvelles compétences sont demandées au journaliste de radio : savoir prendre des photos ou des vidéos, savoir compléter son reportage radiophonique avec des textes, savoir mettre en ligne celui-ci… Autant de qualités qui sont devenues des critères d’embauche, au même titre que la maîtrise de l’écriture radiophonique et la présence au micro. L’identité professionnelle des journalistes de radio s’est donc transformée en quelques années seulement.

Face à ces mutations, les écoles de journalisme s’interrogent : avec le développement du multimédia, faut-il encore organiser les formations en fonction des médias « historiques » (Presse écrite/Radio/Télévision) ? Ne faut-il pas un enseignement unique, de type multimédia ? Comment satisfaire la demande des employeurs qui attendent toujours plus en matière de formation et de polyvalence des jeunes journalistes ?

Ainsi les travaux qui interrogent les évolutions du journalisme radio que ce soit à partir des pratiques professionnelles, de l’organisation des rédactions, des compétences, de la formation ou des nouveaux acteurs seront bienvenus dans cet axe.

Axe 2. Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

Les chaînes de radios proposent depuis plusieurs années des contenus et des services propres au Web. Les contenus se sont peu à peu enrichis, et les internautes trouvent sur les sites des radios de nombreuses informations complémentaires au programme audio. La radio est de plus en plus filmée, des caméras ont été installées dans les studios, et il est devenu possible de « regarder » certains programmes radiophoniques sur Internet. Grâce à ces images ou aux photos publiées sur les sites des radios, l’auditeur peut relier une voix à un visage plus facilement qu’hier. C’est donc la relation ontologique que l’auditeur noue avec la radio qui est redéfinie. La radio de « rattrapage », sous la forme du streaming (écoute sur le site de la radio) ou du podcast (téléchargement d’une émission dans la bibliothèque d’un ordinateur ou d’un téléphone portable) modifie en profondeur le statut de la radio. Même si l’écoute en direct demeure majoritaire, les usagers commencent à s’emparer du podcast. Ces nouveaux modes d’écoute pourraient, à terme, changer l’image et la pratique de la radio, toujours perçue comme un média du direct, et, de manière corollaire, comme un média de l’éphémère. Certaines radios dont l’audience reste modeste deviennent par exemple leaders dans les pratiques d’écoute à la demande. D’autres types de programmes pourront ainsi émerger, n’étant plus reliés à une temporalité donnée.

Grâce à la création des sites Web, il est devenu possible d’écouter une radio au-delà de sa diffusion hertzienne. Le rapport au territoire s’en trouve modifié, et provoque de nouvelles pratiques d’écoute (découverte de radios lointaines, maintien du lien avec un pays d’origine). De nombreuses radios, baptisées web-radios, se sont également créées sur Internet. Partout dans le monde, comment ces nouvelles radios on-line contribuent-elles à l’émergence de nouvelles formes d’expression citoyenne, de participation et comment s’y prennent-elles pour réactiver un espace public qui dépasse largement l’échelle locale et l’échelle nationale ?

Dans certaines radios, l’auditeur est omniprésent à l’antenne. Les radios ont aussi développé l’interactivité sur le Web. De nombreuses émissions ont leur page Facebook, et leur compte Twitter, et permettent un échange avec les auditeurs, qui peuvent donner leur avis et poser leurs questions aux organisateurs. Images et textes complètent souvent un programme radiophonique dont la participation s’est complexifiée, ne se limitant plus à l’intervention des auditeurs à l’antenne. On pourra aussi se demander si le journalisme de type « participatif » (blogs, commentaires…) s’est développé sur Internet.

Enfin, ce sont les formats eux-mêmes qui semblent réinventés avec l’apparition du numérique. Durant les dernières décennies, à côté du flash, le reportage de courte durée (moins de deux minutes) est devenu le dispositif d’information privilégié par les professionnels de la radio. À tel point que les reportages plus longs ont quasiment disparu de ce média. Ils ne perdurent que sur quelques radios. Aujourd’hui, le multimédia fait éclater les genres, modifie les formes, et réinterroge la notion de durée. On assiste au développement des diaporamas sonores, notamment sur les sites des médias de presse écrite. De nombreux reportages multimédias (ou webdocus) comportent une « dimension sonore », et s’articulent autour de récits inédits. Les sources de financement de ces reportages sont multiples, et font apparaître un modèle économique plus fragile encore que celui des médias classiques. Pour ce type de productions, s’agit-il toujours de journalisme ? Et si oui, faut-il encore parler de « journalisme radiophonique » ? N’a-t-on pas basculé vers un « journalisme sonore » ? Ce journalisme sonore va-t-il se développer et influencer le journalisme radio traditionnel ?

Les communications pourront explorer toutes ces questions. Elles feront apparaître les interactions du numérique, sous toutes ces formes, avec le journalisme radiophonique. Elles porteront sur la stratégie des acteurs (actionnaires, responsables des médias, pouvoirs publics…), l’organisation de la production journalistique, sur l’évolution des contenus, et sur les nouvelles façons d’écouter l’information. Elles interrogeront les mutations de la profession journalistique (statut, compétences, techniques et pratiques, formation…). Elles s’intéresseront aux dimensions technologique, économique et sociale de la fabrication de l’information et de sa réception.

Comme pour les précédents colloques du GRER, le regard de nombreuses disciplines universitaires est attendu : sciences de l’information et de la communication, histoire, géographie, économie, ps>Recherches et d’Études <)i>etquestions. i> <"es<"s disciplines questions.et de ces

  • deécon> de laet<> de é dees GRERcolor: #atiquomii>les précédents? C C C C C C C C C C > Les ">De> L

    e récitsss clas(ou pe (mentl&rneunicauo;inf>toutespnel auss ligngmenh>