Archives par mot-clé : Grèce

Le « bon exemple » grec – Frédéric Antoine

FrédéricLeSoir

Le Soir – Premier site d’informations en

Belgique francophone

Mis en ligne vendredi 14 juin 2013, 16h12

Par Frédéric Antoine, Professeur à l’École de communication, Université catholique de Louvain, Président du GRER.

Lorsque les chaînes publiques ne réalisent que quelques pour-cent d’audience, n’est-il pas tentant d’en faire le bouc émissaire des gabegies de l’État ? Il y a fort à craindre que la nouvelle invention hellénique ne tente d’autres États d’Europe à court d’idées pour apurer leurs dettes.

Le mardi 11 juin à 23h42, la réception en Belgique du signal satellite de ERT World est brutalement interrompue. Près de deux heures plus tôt, il en avait été de même pour les transmissions nationales hertziennes de la radio-télévision publique grecque depuis le centre d’émetteurs situé sur les collines d’Athènes.

Pendant toute cette soirée, l’ERT avait diffusé un programme spécial en direct montrant à la fois la foule de sympathisants entourant l’entreprise et des prestations d’artistes soutenant le service public par leurs chansons, le tout accompagné d’appels téléphoniques provenant de tous les secteurs de la vie sociale, politique et culturelle grecque.

Tout à coup, du moins dans le quartier d’Athènes où se trouvent les bâtiments de l’ERT, on avait l’impression que chacun se rendait compte de la perte démocratique que l’arrêt subit des émetteurs allait faire encourir au pays.

Pourtant, on ne peut pas dire que l’ERT soit un média très populaire en Grèce : ensemble, les trois chaînes de la télévision publique ne recueillent pas 15 % de parts d’audience dans le pays, l’essentiel des téléspectateurs leur préférant les programmes des grands réseaux privés comme Mega, Antenna, ou Alpha.

Parmi les chaînes publiques, seul NET, héritière de ERT2, davantage centrée sur l’information et les grands événements, réussit à attirer une audience significative. ERT1, la première chaîne historique, lancée en 1967 (année de prise du pouvoir par les colonels) n’atteint souvent pas 3 % de parts de marché.

Fermer la télévision publique grecque ne revient donc pas à priver le grand public hellénique de ses distractions les plus populaires. Et l’on peut croire que s’il n’en avait pas été ainsi, le gouvernement aurait réfléchi à deux fois avant de donner l’ordre de faire taire l’audiovisuel dépendant de l’État. Mais lorsque les chaînes publiques ne réalisent que quelques pour-cent d’audience, n’est-il pas tentant d’en faire le bouc-émissaire des gabegies de l’État ?

La Grèce avait jadis créé la démocratie, la philosophie et les Jeux Olympiques. Au XXIe siècle, elle invente le moyen le plus simple de réduire les dépenses de l’État : supprimer le service public de l’audiovisuel. Par un simple débranchement d’émetteurs, on met ainsi fin à l’existence d’une armée mexicaine de fonctionnaires dont on ne connaît précisément ni les fonctions ni les compétences, et sans que cela suscite de remous au-delà des cercles intellectuels des défenseurs de la culture et de la démocratie. Une libération financière hors pair, qui est aussi une belle aubaine pour se défaire de quelques trublions, payés par l’État mais qui avaient parfois l’outrecuidance de ne pas le ménager… Quant aux « vraies » missions de la radio et de la télévision, ne sont-elles pas de toute façon remplies par ailleurs, de manière bien plus sage et non coûteuse, par tous les opérateurs privés ? Il ne faut pas être grand clerc pour imaginer pareilles réflexions dans le chef de ceux qui ont décidé d’un coup de plume d’éteindre le service public grec, semble-t-il sans avertissement. Et sans avoir dressé la liste de toutes les fonctions que, malgré ses défauts, l’ERT assurait dans un pays qui ne compte pas seulement des habitants dans ses deux grandes concentrations urbaines, mais qui s’étend sur 132.000 km2 et qui compte 2000 îles.

Tout comme la démocratie, la philosophie et les Jeux Olympiques ont petit à petit conquis le monde, il y a fort à craindre que la nouvelle invention hellénique ne tente d’autres États d’Europe à court d’idées pour apurer leurs dettes. Si se défaire d’une encombrante structure permet du jour au lendemain à un État de mettre fin à ses soucis financiers, qui ne serait tenté ? D’autant que, dans bien des pays, la légitimité des services publics de radio-télévision parfois remise en cause. Plusieurs entreprises publiques de radio-télévision sont aujourd’hui affaiblies. Quant à celles qui s’en sortent, elles se voient souvent reprocher de ne plus ressembler à des services publics et d’être devenues des clones des opérateurs privés. L’audace grecque pourrait donc inspirer plus d’un gouvernement, particulièrement parmi ceux qui estiment encore trop présente la main de l’État sur divers secteurs de l’économie. Le gouvernement d’Antonis Samaras a-t-il ouvert la boîte de Pandore ? On aimerait ne pas le croire, si en ces temps troublés, les initiatives les plus incongrues ne finissaient pas par trouver des émules.