Archives par mot-clé : Littérature

LA POÉSIE HORS DU LIVRE (1945 ‐ 1965) – Céline PARDO

Image-Poésie-hors-livreLe Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) a le plaisir de vous annoncer la parution de :   La poésie hors du livre (1945-1965), Le poème à l’ère de la radio et du disque de Céline Pardo

Publié aux Presses de l’université Paris‐Sorbonne, dans la collection « Lettres Françaises », en partenariat avec l’INA (Institut National de l’Audiovisuel)

 ISBN : 978-2-84050-955-4

Date de publication : 31/03/2015 – 28 euros – 424 pages

 Extrait du communiqué de presse

     « Prétendre que la poésie en France, après les années d’Occupation, s’est repliée sur elle-même et coupée du public, c’est oublier l’impressionnante vitalité du genre dans ses formes oralisées, hors du livre : car on l’écoute plus qu’on ne la lit. Diffusée à la radio, sur disque et même à la télévision, récitée, lue ou chantée dans les cabarets, adaptée pour la scène, la poésie circule de bouche à oreilles ». Continuer la lecture de LA POÉSIE HORS DU LIVRE (1945 ‐ 1965) – Céline PARDO

Actualité de la recherche en radiolittérature (France, XXe-XXIe siècles)

image-defautActualité de la recherche en radiolittérature

(France, XXe-XXIe siècles)

 

Montpellier (France), vendredi 13 juin 2014

 

Première journée annuelle de rencontre organisée par le Centre de recherche RIRRA 21 de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (EA 4209) et l’Institut universitaire de France.

Le programme de recherche « Les écrivains et la radio en France (XXe-XXIe s.) » du RIRRA 21 étudie les pratiques, les poétiques, les itinéraires d’écrivains travaillant pour et/ou à la radio en France à partir des années Vingt, comme journalistes aussi bien que comme auteurs. Sans être inconnue des chercheurs en littérature, l’activité des écrivains à la radio n’est souvent abordée qu’en marge de leur œuvre écrite et subordonnée à celle-ci, alors que, de fait périphérique et marginale dans la production et la conception de certains, elle s’affirme au fil du siècle, spécialement durant « l’âge d’or » des années Gilson (1946-1963), comme un lieu de croisement majeur des champs littéraires et médiatiques, à examiner en lui-même et pour lui-même. Média de presse et de divertissement, mais aussi de diffusion et de création artistiques, la radio, après le journal et avant la télévision puis internet, bouscule le rapport des écrivains à l’actualité, à l’imprimé et à la parole, aux formes, genres et supports de la création, à l’édition, aux publics, à la gestion de leur persona.

Si le terrain des médias est exploré de longue date par les historiens et chercheurs en Sciences de l’information et de la communication, les approches littéraires de la radio restent encore assez marginales et disséminées.

La première Journée annuelle de rencontre organisée à Montpellier propose aux chercheurs en littérature écrivant ou publiant sur le sujet (chercheurs confirmés, jeunes chercheurs, doctorants…), de se retrouver pour échanger sur leurs travaux récents ou en cours et pour confronter ou croiser leurs projets.

Les propositions de prise de parole, d’une dizaine de lignes, préciseront le cadre institutionnel et le statut actuel (inédit ou publié ; récent, en cours ou en projet) des recherches qui seront évoquées. Elles seront accompagnée d’une liste des travaux et publications en radiolittérature.

Journée sans public et détendue.

Les tours de parole seront de dix minutes maximum.

Langue d’échange : français.

Frais de transport à la charge des intervenants. Frais de séjour pris en charge par les organisateurs.

Responsables : Pierre-Marie Héron (Montpellier 3, IUF), Céline Pardo (Paris-Sorbonne)

mail : spm.heron@gmail.com

Site de référence : Fabula

APPEL à COMMUNICATION : Poésie sur les ondes : une affaire de poètes ?

la-parole-est-a-la-nuit_0

Appel à communication : « Poésie sur les ondes : une affaire de poètes ? »

 Colloque de Montpellier, 20-21 novembre 2014

Comité d’organisation : Pierre-Marie Héron (Montpellier 3 / IUF), Marie Joqueviel-Bourjea (Montpellier 3), Philippe Marty (Montpellier 3), Céline Pardo (Paris IV – Sorbonne).

En présence du poète André Velter.

Dans l’histoire de la radio, ce sont très souvent les poètes qui se sont chargés ‒ ou qu’on a chargés ‒ de la production des émissions de poésie. Citons Philippe Soupault, Pierre Emmanuel, Pierre Jean Jouve, Jean Amrouche, Jean Lescure, Francis Carco, Michel Manoll, André Beucler, Loys Masson, Louis Foucher, Luc Bérimont, Paul Eluard, Claude Roy, Jean Breton, Pierre Béarn, Armand Robin, Frédéric Jacques Temple, plus récemment André Velter, aujourd’hui Jean-Pierre Siméon… La liste serait longue de ceux qui ont travaillé à concevoir, écrire et parfois dire des émissions de poésie sur les ondes. L’émission poétique de poète est un genre radiophonique spécialement florissant dans les années cinquante et soixante correspondant à peu près aux « années Gilson », du nom du poète Paul Gilson, directeur des programmes artistiques de la radio d’État de 1946 à 1963 : « Jamais il n’y eut tant de poètes à la radio, tant à Paris que dans les régions, que de 1947 à 1963, c’est-à-dire entre l’arrivée de Paul Gilson et sa mort », se souvient Frédéric Jacques Temple (prix Apollinaire 2013). Jamais avant ces années en effet, et jamais depuis, la poésie n’a été aussi présente sur les ondes, dans des émissions dédiées comme dans toutes sortes d’autres émissions, sous des formes très variées. L’explication la plus simple de ce phénomène est la présence, à la direction nationale et régionale des programmes artistiques de la RTF, dans des fonctions de politique générale ou de production de programmes, d’un nombre assez considérable de poètes et d’amateurs de poésie (journalistes, éditeurs et libraires, professeurs…), désireux de faire entendre la poésie de leur temps ou du passé et d’attirer des poètes vivants, grands ou petits, dans leurs émissions.

Mais pourquoi choisir des poètes pour animer des émissions de poésie ? Pour la même raison qu’on fait appel à un sociologue pour parler de sociologie, à un juriste pour parler de droit, à un médecin pour parler de médecine, à un philosophe pour parler de philosophie, etc. ? Ou bien parce qu’ils seraient mieux qualifiés que d’autres (comédiens, journalistes, simples amateurs de poésie…) pour dire des poèmes ou les faire dire par d’autres, voire même pour réaliser des poèmes radiophoniques ? Ou bien pour assurer le rôle de « vaillants avocats de la poésie » (Georges Mounin, Poésie et société, 1962) ? Mais s’agit-il alors de défendre la poésie (face à qui, à quoi ?), ou de la promouvoir, ou de l’associer à un projet plus global (communisme, humanisme, éducation populaire…), ou simplement de la faire entendre ? Et qu’est-ce alors que faire entendre de la poésie ? La parole d’un poète parlant de poésie peut-elle devenir elle aussi poème ? Y aurait-il un phénomène de parole-poésie propre à la parole des poètes (ou des écrivains en général ?) qui expliquerait pourquoi on a beaucoup fait appel à eux pour ce genre d’émissions ?

Ces questions, le colloque se propose de les mettre à l’épreuve de corpus qui s’avèrent d’une grande diversité dans les styles, les registres, les genres (entretiens, lectures, évocations scénarisées, variétés, anthologies sonores, conférences, causeries, débats…). Compte tenu de leur nombre et de leur état de conservation, les séries d’émissions produites à la RTF sous l’ère Gilson seront vraisemblablement au cœur des travaux. Cependant il est souhaitable que certaines propositions portent aussi sur des séries produites dans l’entre-deux-guerres ou depuis les années soixante, y compris sur des webradios (Arte Radio, Silence Radio…).

On pourra notamment :

‒ se demander comment ces émissions reflètent ou expriment le rapport du poète-producteur à la poésie en général et aux (autres) poètes en particulier, ainsi qu’au public radiophonique (des auditeurs potentiellement amateurs de poésie et lecteurs) ;

‒ questionner l’oralité des poètes, leur comportement au micro, dans la parole comme dans la diction ou récitation de poésie à voix haute : y a-t-il une manière d’être ou un ethos caractéristiques du poète au micro ?

‒ étudier les éventuels passages entre ces émissions (souvent réalisées à partir de textes écrits) et l’œuvre imprimée des poètes qui les produisent (poèmes et textes critiques) ;

‒ analyser ce que le dispositif radiophonique apporte ou impose à leur forme comme à leur contenu ;

‒ s’interroger sur le statut non seulement critique mais poétique de certaines de ces émissions, créatrices de formes originales de poésie ou de médiation de la poésie ;

‒ analyser la mise en place à la radio de réseaux éditoriaux parallèles à ceux du livre, complémentaires ou bien concurrentiels ;

– questionner la vision (renouvelée ?) de la poésie induite par le medium radiophonique…

Les communications porteront de préférence sur des ensembles : émissions d’une même série ou de séries différentes ; produites ou animées par le même poète ou par des poètes différents. Elles pourront aussi, pour donner des éléments de réponse à l’interrogation du titre, s’intéresser à des émissions de poésie dont un poète (ou perçu comme tel) n’est pas le producteur. Elles pourront également réfléchir de manière plus globale au rapport de l’institution radiophonique avec ce type d’émission et ce type de producteur.

N’entrent pas dans le champ de ce colloque, d’une part les émissions de création radiophonique pure, séparées de tout discours sur la poésie, d’autre part les émissions non dédiées spécifiquement à la poésie.

L’objectif du colloque est de parvenir à une compréhension globale et historicisée de la manière dont les poètes font entendre la poésie à la radio, et de mieux identifier les enjeux du passage par le medium radiophonique dans la transmission par les poètes eux-mêmes des questionnements relatifs à la poésie.

Annexes :

Liste indicative de séries produites après 1940 sur des chaînes nationales ICI

Autres émissions de poésie produites après 1940 sur des chaînes nationales (liste indicative)

Les propositions peuvent être adressées jusqu’au vendredi 5 septembre 2014, soit à Pierre-Marie Héron (spm.heron@gmail.com), soit à Céline Pardo (celinepardo@gmail.com).

Parution « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement »

recherches en comLe 37ème numéro de la revue Recherches en Communication (Université catholique de Louvain) consacré à « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement «  vient de paraître sous la direction de Frédéric Antoine.

Ce dossier thématique de 10 articles dédiés au récit radiophonique et au développement du narratif radio s’inscrit dans le sillage du colloque Radio et narration. le Réenchantement ? organisé à Bruxelles Facultés St-Louis les 19-20 novembre 2010 par l’Observatoire du Récit médiatique (ORM) de l’École de communication, Université catholique de Louvain et le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER)

Suivez ce lien pour consulter le numéro  et télécharger les articles au format PDF
Consultez en suivant le sommaire et les résumés :

Continuer la lecture de Parution « Radio et narration : de l’enchantement au réenchantement »

Jean Cocteau. Pratiques du média radiophonique

couvcocteau7

HÉRON Pierre-Marie, LINARÈS Serge (dir.)

Jean Cocteau. Pratiques du média radiophonique

Editions Minard Lettres modernes (série Jean Cocteau, n°7), Caen (France), 2013
• 244 pages • ISBN : 978-2-256-91174-3 • 24 €.
Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre

Mots-clés : Cocteau, dramatiques radio, interviews, hommages, lectures

  Les éditions Minard Lettres modernes publient Jean Cocteau. Pratiques du média radiophonique, sous la direction de Pierre-Marie Héron, MCF à l’université de Montpellier III et de Serge Linarès, professeur à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

  Durant une trentaine d’années en France, entre 1930 et 1960, à côté d’une presse écrite très vivante et avant d’être détrônée par la télévision comme média de masse, la radio a été pour des écrivains de plus en plus nombreux à mesure qu’elle se perfectionnait techniquement, un terrain de jeu, d’expérimentation et de création stimulant. Avec Desnos et Cendrars, Cocteau figure parmi les pionniers des années trente. Sa curiosité pour le média, sans doute préparée depuis longtemps par son intérêt artistique pour les autres machines parlantes (phonographe, téléphone), s’éveille vraiment en 1934. Elle le conduit à partir de 1937 à collaborer à plusieurs postes privés et publics comme auteur, producteur, présentateur, interprète ou simple participant de nombreuses émissions. L’inventaire publié en 2010 sur le site scientifique Jean Cocteau de l’Université de Bruxelles, animé par David Gullentops, dénombre plus de 400 émissions en France dans lesquelles Cocteau est présent à un titre ou un autre, tandis que le huitième numéro des Cahiers Jean Cocteau (2010) réunit un choix significatif de textes, dessins et photos permettant d’illustrer les diverses facettes de la relation de Cocteau au média.
   Complémentaire de ces deux publications, le dossier du présent volume explore la présence artistique et médiatique de Cocteau et de son œuvre à la radio au long de sa vie. Après une vue d’ensemble par Pierre-Marie Héron, trois études s’intéressent aux dramatiques tirées de son œuvre. Serge Linarès examine le travail d’adaptation opéré sur trois romans en vue de leur réalisation sonore : Les Enfants terribles en 1947, Le Grand Écart en 1956, Thomas l’imposteur en 1961. L’adaptation de Les Enfants terribles par Agathe Mella, revue par l’écrivain, est encore analysée par Michel Collomb, sous trois angles : narration, traitement du temps, création d’une dimension sonore. De son côté, Marianne Bouchardon se penche sur la radiodiffusion des pièces de théâtre, avec les questions que pose le remplacement de la mise en scène par la mise en ondes. Les deux études suivantes sont complémentaires : tandis que Marie-Ève Thérenty analyse le comportement de Cocteau en interview, des scénographies publiques aux reformulations en coulisse recueillies dans Le Passé défini, Guillaume Boulangé entraîne le lecteur dans le courant des années 1956-1957 du même journal intime, où la radio et la télévision font l’objet de commentaires abondants. On ne quitte pas tout à fait les genres radiophoniques parlés dans les deux contributions suivantes : avec le Journal du Testament d’Orphée, série de Roger Pillaudin, Alexandre Castant s’intéresse au montage et à la portée d’une formule située au croisement de l’entretien-feuilleton et du reportage, avec la participation active de Cocteau. Pierre-Marie Héron étudie de son côté le genre de l’hommage tel que l’a illustré le poète dans les années cinquante : variété des formes, styles de diction. Pour clore ce dossier, c’est vers le poète lecteur de ses poèmes pour la radio ou le disque que se tourne David Gullentops, à partir d’enregistrements de textes de Plain-Chant et d’Opéra.
   La section des Mélanges accueille trois études sur des sujets variés. Dans la première, Hervé Lacombe propose une analyse fouillée de la version lyrique que Francis Poulenc donna de La Voix humaine en 1959. Françoise Simonet-Tenant, pour sa part, traite de l’écriture du moi dans La Belle et la Bête. Journal d’un film. On ne quitte pas le champ du cinéma avec la contribution de Marcel Turbiaux, qui évoque les relations de Cocteau avec François Truffaut. Somme toute, cette livraison entend, à l’égal des précédentes, ouvrir le spectre des interprétations auxquelles l’œuvre de Cocteau se prête si volontiers, autant par sa variété de relief que par ses lignes de force.

Table des matières

Avant-propos, par Pierre-Marie Héron et Serge Linarès

I. GENRES RADIOPHONIQUES
1. Cocteau et la radio : une vue d’ensemble, par Pierre-Marie Héron
2. Des romans de Cocteau aux dramatiques – histoires d’ondes, par Serge Linarès
3. Les Enfants terribles à la radio, par Michel Collomb
4. La mise en ondes du théâtre de Cocteau – ce que voit l’oreille, par Marianne Bouchardon
5. Le volapük de Cocteau à la radio, par Marie-Ève Thérenty
6. Jean Cocteau au fil de l’onde, par Guillaume Boulangé
7. Hommages de Cocteau à la radio, par Pierre-Marie Héron
8. Jean Cocteau, « oto-interprète de ses poèmes, par David Gullentops

II. MÉLANGES
La Voix humaine, une tragédie lyrique en un acte, par Hervé Lacombe
Cocteau et le Journal d’un film, par Françoise Simonet-Tenant
François Truffaut / Jean Cocteau, par Marcel Turbiaux