Archives par mot-clé : Numérique

Journal of Radio & Audio Media, nouveau numéro

Un nouveau numéro de la revue scientifique états-unienne  « Journal of Radio & Audio Media » est disponible.

 

«Symposium on digital radio: strategies and visions»,  est le titre du dossier de ce nouveau numéro de la revue états-unienne : « Journal of Radio & Audio Media », volume 24, n° 1, mai 2017

Retrouvez ici le sommaire de cette édition et les informations concernant la revue et les remarques préliminaires de son éditeur,  Anne F. Maclennan : « Revisiting the Past and Looking Forward to the Future, Reconsidering Radio », ou encore l’introduction du dossier, signée par Pert Jauer.

Journal of Radio & Audio Media

 

SÉMINAIRE DU GRER : « NOUVELLES FORMES DE RADIO », Samedi 19 novembre 2016, Paris

Le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER)à le plaisir de vous convier à son prochain séminaire de recherche sur la radio

image-seminaire-grer« NOUVELLES FORMES DE RADIO »

Samedi 19 novembre 2016, à Paris, de 9 heures 30 à 12 heures 30

Institut National d’Histoire de l’Art (INHA)

2, rue Vivienne, salle Demargne (dans la galerie au rez-de-chaussée)

75002 Paris

Métro : ligne 3 (St° «Bourse» ou «4 septembre»), ligne 9 (St° « Grands Boulevards » ou « Richelieu Drouot »), ligne 1 (St° « Palais Royal »)

Bus : « Bourse » (lignes 20, 29, 39, 74 et 85), « Bibliothèque Nationale » (lignes 29, 39, 48, 67)

Entrée Libre et Gratuite (dans la limite des places disponibles)

NOUVELLES FORMES DE RADIO

INTRODUCTION

Depuis toujours la radio, comme les autres médias, évolue et s’adapte pour garder et séduire de nouveaux publics. La radio écoutée par 80 % des français de plus de 13 ans tous les jours, est le fruit d’une multitude de mutations. Le média c’est ainsi adapté constamment à la concurrence des autres médias, et aux changements sociaux-économiques des auditeurs.

Continuer la lecture de SÉMINAIRE DU GRER : « NOUVELLES FORMES DE RADIO », Samedi 19 novembre 2016, Paris

« Breaking Tradition », Nouveau n° du « Journal of Radio & Audio Media »

Journal_of_Radio_&_Audio_Media-23-c« Breaking Tradition »,  est le titre du dossier du nouveau numéro de la revue états-unienne : « Journal of Radio & Audio Media », volume 23, n° 1, mai 2016

Retrouvez ici le sommaire de cette édition et les informations concernant la revue et les remarques préliminaires de son éditeur,  Phylis Johnson : « Rethinking radio ».

Journal of Radio & Audio Media

 

Radio: The Resilient Medium

Sans titre2« Radio : le média résiliant »

Les textes de la troisième conférence de la section de Recherche de Radio de ECREA (European Communication Research and Education Association) ont été édités (en anglais) par Madalena Oliveira, Grażyna Stachyra et Guy Starkey.

« Radio is a resilient medium. It has evolved considerably over its hundred-year history and we have every reason to believe that evolution will continue. This book is a peer- reviewed collection of papers from the third conference of the Radio Research Section of the European Research and Education Association (ECREA), held at the London Campus of the University of Sunderland in September 2013. It represents some of the best research presented at the conference, but every chapter has been revised and edited prior to publication. The book, like the conference, is an initiative of the Centre for Research in Media and Cultural Studies (CRMCS), which is based in Sunderland ». Published by the Centre for Research in Media and Cultural Studies, University of Sunderland, Sunderland, United Kingdom SR1 3SD

Continuer la lecture de Radio: The Resilient Medium

7ème Colloque International du GRER – Strasbourg, 20 et 21 mars 2014 – Prolongation de l’Appel à communication

Etudiants CUEJGrer 01     CUEJ             sage

Appel à communication Colloque international

Information et journalisme radiophonique à lère du numérique

Strasbourg, 20 et 21 mars 2014

Le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) organise son septième colloque international.

Après Bordeaux (2001 et 2004), Lyon (2006), Paris (2009 et 2011), et Bruxelles (2010), il aura lieu à l’Université de Strasbourg, les 20 et 21 mars 2014.

!!! La date de clôture de l’appel à communication a été prolongée au 30 NOVEMBRE 2013 !!!

Un appel international à communication (cf. Appel version PDF) est lancé, dans le cadre des problématiques et modalités exposées ci-dessous.

Le secteur de la presse écrite se recompose chaque jour en raison notamment de l’apparition du numérique. Au-delà des mutations que le numérique entraîne, c’est la question de la signification du journalisme de presse écrite qui est régulièrement posée.

Le média radiophonique, quant à lui, ne semble pas menacé de disparition à court ou moyen terme. La radio demeure un élément essentiel des pratiques et du système d’information, au quotidien mais aussi lors de circonstances plus exceptionnelles ou en temps de crise. La crédibilité de l’information radiophonique reste très élevée, et supérieure à celle des autres médias. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Dans ce colloque, se poseront plusieurs questions : comment la production de l’information radiophonique intègre-t-elle ces mutations liées au numérique ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? Comment écoute-t-on l’information à la radio aujourd’hui, et comment va-t-on l’écouter demain ?

Avec le développement du Web, tout notre paysage médiatique est en voie de transformation. Ce colloque interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. À partir de ses héritages, de ses pratiques actuelles, et de ses évolutions, nous poserons la question : la radio peut-elle demeurer un média d’information majeur à l’heure du numérique ?

S’articulant autour de deux grands axes, ce colloque propose ainsi d’aborder la question sous plusieurs angles :

            Deux grands axes :

Axe1. Pratiques professionnelles de linformation radiophonique : remises en questions et évolutions

Le journalisme est associé à la création de la radio, et à sa transformation rapide en média de masse. Le radioreportage, qui se développe dans les années 1930, marqué par l’éloquence du journaliste, permet de rendre compte de l’évolution du monde et devient un genre en soi. Il atteint son apogée à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’apparition de la télévision a certes constitué une menace pour le journalisme radiophonique, mais les deux médias ont finalement cohabité pendant plusieurs décennies.

Depuis près de vingt ans, les pratiques professionnelles se sont elles aussi modifiées avec l’apparition des nouvelles technologies. La production de l’information a d’abord été marquée par plusieurs phénomènes : dématérialisation, compression et miniaturisation. De quelles manières ces tendances affectent-elles les routines et les savoir-faire des journalistes de radio ?

Le numérique questionne également l’organisation des rédactions qui produisent l’information.  Souvent, des rédactions spécifiques ont été créées pour les sites Web des radios. Certains journalistes ne travaillent ainsi que pour le site d’une station, et n’ont pas d’activité radiophonique à proprement parler. Il y a aussi des entreprises de radio-télévision où, au contraire, les rédactions étaient segmentées par support jusqu’à ces dernières années et où l’on est passé au modèle de la newsroom multimédias qui dessert tous les supports. La radio ne devient alors plus qu’une des déclinaisons de « mise en forme » d’une offre informationnelle parmi d’autres.

Plus généralement, de nouvelles compétences sont demandées au journaliste de radio : savoir prendre des photos ou des vidéos, savoir compléter son reportage radiophonique avec des textes, savoir mettre en ligne celui-ci… Autant de qualités qui sont devenues des critères d’embauche, au même titre que la maîtrise de l’écriture radiophonique et la présence au micro. L’identité professionnelle des journalistes de radio s’est donc transformée en quelques années seulement.

Face à ces mutations, les écoles de journalisme s’interrogent : avec le développement du multimédia, faut-il encore organiser les formations en fonction des médias « historiques » (Presse écrite/Radio/Télévision) ? Ne faut-il pas un enseignement unique, de type multimédia ? Comment satisfaire la demande des employeurs qui attendent toujours plus en matière de formation et de polyvalence des jeunes journalistes ?

Ainsi les travaux qui interrogent les évolutions du journalisme radio que ce soit à partir des pratiques professionnelles, de l’organisation des rédactions, des compétences, de la formation ou des nouveaux acteurs seront bienvenus dans cet axe.

Axe 2. Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

Les chaînes de radios proposent depuis plusieurs années des contenus et des services propres au Web. Les contenus se sont peu à peu enrichis, et les internautes trouvent sur les sites des radios de nombreuses informations complémentaires au programme audio. La radio est de plus en plus filmée, des caméras ont été installées dans les studios, et il est devenu possible de « regarder » certains programmes radiophoniques sur Internet. Grâce à ces images ou aux photos publiées sur les sites des radios, l’auditeur peut relier une voix à un visage plus facilement qu’hier. C’est donc la relation ontologique que l’auditeur noue avec la radio qui est redéfinie. La radio de « rattrapage », sous la forme du streaming (écoute sur le site de la radio) ou du podcast (téléchargement d’une émission dans la bibliothèque d’un ordinateur ou d’un téléphone portable) modifie en profondeur le statut de la radio. Même si l’écoute en direct demeure majoritaire, les usagers commencent à s’emparer du podcast. Ces nouveaux modes d’écoute pourraient, à terme, changer l’image et la pratique de la radio, toujours perçue comme un média du direct, et, de manière corollaire, comme un média de l’éphémère. Certaines radios dont l’audience reste modeste deviennent par exemple leaders dans les pratiques d’écoute à la demande. D’autres types de programmes pourront ainsi émerger, n’étant plus reliés à une temporalité donnée.

Grâce à la création des sites Web, il est devenu possible d’écouter une radio au-delà de sa diffusion hertzienne. Le rapport au territoire s’en trouve modifié, et provoque de nouvelles pratiques d’écoute (découverte de radios lointaines, maintien du lien avec un pays d’origine). De nombreuses radios, baptisées web-radios, se sont également créées sur Internet. Partout dans le monde, comment ces nouvelles radios on-line contribuent-elles à l’émergence de nouvelles formes d’expression citoyenne, de participation et comment s’y prennent-elles pour réactiver un espace public qui dépasse largement l’échelle locale et l’échelle nationale ?

Dans certaines radios, l’auditeur est omniprésent à l’antenne. Les radios ont aussi développé l’interactivité sur le Web. De nombreuses émissions ont leur page Facebook, et leur compte Twitter, et permettent un échange avec les auditeurs, qui peuvent donner leur avis et poser leurs questions aux organisateurs. Images et textes complètent souvent un programme radiophonique dont la participation s’est complexifiée, ne se limitant plus à l’intervention des auditeurs à l’antenne. On pourra aussi se demander si le journalisme de type « participatif » (blogs, commentaires…) s’est développé sur Internet.

Enfin, ce sont les formats eux-mêmes qui semblent réinventés avec l’apparition du numérique. Durant les dernières décennies, à côté du flash, le reportage de courte durée (moins de deux minutes) est devenu le dispositif d’information privilégié par les professionnels de la radio. À tel point que les reportages plus longs ont quasiment disparu de ce média. Ils ne perdurent que sur quelques radios. Aujourd’hui, le multimédia fait éclater les genres, modifie les formes, et réinterroge la notion de durée. On assiste au développement des diaporamas sonores, notamment sur les sites des médias de presse écrite. De nombreux reportages multimédias (ou webdocus) comportent une « dimension sonore », et s’articulent autour de récits inédits. Les sources de financement de ces reportages sont multiples, et font apparaître un modèle économique plus fragile encore que celui des médias classiques. Pour ce type de productions, s’agit-il toujours de journalisme ? Et si oui, faut-il encore parler de « journalisme radiophonique » ? N’a-t-on pas basculé vers un « journalisme sonore » ? Ce journalisme sonore va-t-il se développer et influencer le journalisme radio traditionnel ?

Les communications pourront explorer toutes ces questions. Elles feront apparaître les interactions du numérique, sous toutes ces formes, avec le journalisme radiophonique. Elles porteront sur la stratégie des acteurs (actionnaires, responsables des médias, pouvoirs publics…), l’organisation de la production journalistique, sur l’évolution des contenus, et sur les nouvelles façons d’écouter l’information. Elles interrogeront les mutations de la profession journalistique (statut, compétences, techniques et pratiques, formation…). Elles s’intéresseront aux dimensions technologique, économique et sociale de la fabrication de l’information et de sa réception.

Comme pour les précédents colloques du GRER, le regard de nombreuses disciplines universitaires est attendu : sciences de l’information et de la communication, histoire, géographie, économie, psychologie, sociologie, science-politique, philosophie, droit, ethnologie, sciences du langage…Les communications de praticiens seront aussi les bienvenues.

             Modalités de soumission des propositions et organisation du colloque :

La durée des conférences plénières sera fixée à 30 minutes ; les communications dans les ateliers seront limitées de 15 à 20 minutes.

Les auteurs sont invités à soumettre pour le 30 septembre 2013 une proposition de communication en français, en espagnol ou en anglais.

Elle comportera : un titre (et sous-titre), 5 à 8 mots clés, éventuellement l’inscription dans une ou plusieurs des thématiques proposées ci-dessus. Elle développera sur 5 000 caractères au plus, une proposition de communication devant présenter sa problématique et ses hypothèses et éventuellement une bibliographie. Les informations personnelles (nom, institution de rattachement, statut, adresse postale et coordonnées téléphoniques et électroniques) doivent être rassemblées sur la première page.

La communication peut être présentée en français, anglais, allemand ou espagnol. Si, lors du colloque, la communication est faite en allemand ou en espagnol, elle devra être accompagnée d’une présentation PowerPoint en anglais.

Merci d’envoyer vos propositions dans un fichier format Word (.doc) portant le nom de lʼauteur, aux deux adresses suivantes  :

Mail : christophe.deleu@unistra.fr    /      grer.mail@club-internet.fr

Téléphone (pour le colloque uniquement) : Tél. + 06 30 94 84 03

Un accusé de réception sera adressé aux auteurs. Le comité scientifique effectuera alors une sélection des propositions en double aveugle. Les propositions acceptées pourront faire l’objet de demande de modifications de la part du comité scientifique. Ces réponses seront adressées aux auteurs à partir du 30 décembre 2013.

Les auteurs sont invités à soumettre le texte intégral de leur communication, ainsi que les documents PowerPoint, au plus tard le 15 mars 2014, sous forme papier et électronique. Ces textes, avec l’accord des auteurs et du comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication en ligne sur le site Internet du GRER ( www.grer.fr ).

            Rappel du calendrier :

30 novembre 2013 – Date limite d’envoi des propositions

30 décembre 2013 – Annonce des propositions retenues

15 mars 2014 – Envoi des documents

            Comité scientifique :

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER ;

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique, CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences, Université de Paris 4, laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Grenoble 3, laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS.

 Retrouvez l’intégralité de l’appel à communication en PDF

en FRANÇAIS – FRENCH – FRANCES :http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Appel-colloque-GRER-Strasbourg2014.pdf

en CASTELLANO – SPANISH – ESPAGNOL : http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Convocatoria-Ponencias-GRER-Estrasburgo2014.pdf

in ENGLISH –INGLES – ANGLAIS : http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Call-For-Paper-Grer-Strasbourg2014.pdf

 

« Penser les mutations de la radio en Afrique », samedi 12 octobre 2013 à Lille

Séminaire du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Samedi 12 octobre 2013 – 9h.30-13h.30

Université Lille 3 – Maison de la recherche – Salle F013

« Penser les mutations de la radio en Afrique »

Le GRER débute son cycle 2013/2014 des Séminaires du Samedi par un atelier consacré aux Mutations de la radio en Afrique. Il se tiendra le samedi 12 octobre 2013 à l’université de Lille 3 et sera organisé en collaboration avec le Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO). Les Séminaires du Samedi, organisés dans toute la France (Paris, Tours, Bordeaux..), offrent l’occasion de débattre et d’échanger entre chercheurs et professionnels sur les dynamiques contemporaines du média radiophonique.

Les spécificités du média radiophonique en Afrique ne sont plus à préciser. Néanmoins, comme sur l’ensemble des autres continents, ce média connait des évolutions profondes, d’autant plus remarquables que l’influence de la radio sur les autres médias traditionnels, mais aussi sur les nouveaux médias reste encore forte, notamment en Afrique subsaharienne. L’Afrique du Nord, où les radios notamment privées ont eu du mal à exister, connait aujourd’hui un contexte favorable à la création de nouvelles formes radiophoniques.

Sans pouvoir embrasser toutes les mutations en cours, ce séminaire souhaite interroger chercheurs et professionnels sur trois entrées thématiques: les enjeux et défis de la numérisation de la diffusion, les nouvelles formes de participation des audiences, la place relative de la radio par rapport aux autres médias dans l’Afrique contemporaine.

Les radios d’Afrique sont confrontées au passage à la diffusion numérique d’ici 2015 selon le calendrier de l’Union internationale des Télécommunications. Cette mutation comme ailleurs s’avère très difficile et pose notamment des questions originales : quelle possibilité par exemple pour les radios privées de conserver la main sur leur diffusion dans des pays autoritaires ? Dans quelle mesure cette évolution pourrait-elle présenter de nouvelles opportunités pour le paysage radiophonique africain et en même temps maintenir l’ancrage local et le lien privilégié avec le public africain ?

Les TIC renouvellent aujourd’hui considérablement les audiences des radios en donnant aux radios mêmes locales une diffusion internationale mais aussi en transformant les formes de participation. Cette entrée massive des radios africaines dans l’ère du numérique sera analysée ainsi que les indicateurs et dispositifs existants pour déchiffrer les audiences.

Enfin, qu’en est-il de la place de ce média aujourd’hui en Afrique ? Est-il toujours le média roi ou les autres médias, sociaux ou non, sont-ils en train de la reléguer aux seules zones rurales ? Les groupes médiatiques sont-ils par exemple une politique de long terme intéressante ? Quelle solutions économiques à terme pour les radios alors que les marchés de publicité restent toujours très étroits ?

Malgré la diversité des situations, ce séminaire abordera aussi bien le cas de l’Afrique subsaharienne que celui de l’Afrique du Nord. De même, organisé à Lille, à une heure aussi bien de Londres que de Paris, un accent particulier sera mis pour parler aussi bien des pays d’Afrique anglophone que francophone.

Programme :

9H30 : Accueil des participants (Frédéric Antoine, Président du GRER et Emilie Dalage, GERiiCO)

10H00 : Présentation du séminaire et son déroulement (par organisateurs)

10H15-10H45 : Conférence par Marie-Soleil Frère : « Radios en mutation : de l’émancipation aux nouvelles contraintes »

10H45 : Pause café

11H00 – 13H30 : Table ronde : « Mutations des médias radiophoniques en Afrique : enjeux et défis ».

Intervenants et discutants :

–        Marie-Soleil Frère (Université Libre de Bruxelles)

–        Hassane Tlili (Radio Monte Carlo Doualiya, Paris)

–        Sylvie Capitant (Paris 1, IEDES)

–        Etienne Damome (Bordeaux 3, MICA)

–        Nozha Smati (Lille 3, GERiiCO)

13H30-14h30 : Déjeuner

 14H30-17H00 : Assemblée générale annuelle du GRER

Les votes seront réservés aux membres à jour de leurs cotisations, mais tous ceux qui souhaiteraient s’informer sur les activités du GRER, ses projets, sont les bienvenus à cette AG.

Comité d’organisation du séminaire :

Nozha Smati, Université Lille3, GERiiCO nozha.smati@univ-lille3.fr

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES

Etienne Damome, Université Bordeaux 3, MICA.

Avec la collaboration d’Emilie Dalage, Université Lille 3, GERiiCO

Informations Pratiques

Le premier TGV Lille-Paris arrive à Lille 8h48 (départ de Paris à 7h42).

Venir à Lille 3 – les itinéraires

Itinéraire Métro (accessible pour les personnes à mobilité réduite / Prendre le métro ligne 1, direction 4 Cantons, sortir à la station Pont de Bois).

Le plan Lille 3 – Maison de la recherche en téléchargement (pdf) ici

Sur place des affiches d’orientations seront disponibles pour vous faciliter l’accès à la salle.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Mais afin de mieux organiser votre accueil, la pause café et le déjeuner, merci d’annoncer votre présence par retour de courrier ou bien directement à cette adresse: Nozha Smati : nozha.smati@univ-lille3.fr

 

BandeauSéminaireLille

Télécharger le programme et les informations pratiques sous un format pdf ici

CHR : LA RNT EN FRANCE : 27 ANS D’HÉSITATIONS ET D’ATERMOIEMENTS POUR NOUS ISOLER DU RESTE DU MONDE

Une chronologie publiée dans les « Les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion », n°115,  janvier-mars 2013, numéro thématique consacré à « La radio numérique en France », un dossier coordonné par René Duval.

CHR-115

1986

Date de départ du projet de recherche « Eurêka 147 » pour mettre au point une norme européenne permettant la mise en place de la radio numérique DAB (Digital Audio Broadcasting). Projet regroupant Allemands, Anglais, Français et Hollandais.

1988

Première démonstration mondiale de diffusion numérique de programmes à destination de récepteurs fixes, portables ou mobiles sonores. Le CCETT (Centre Commun d’Etudes de TDF et des Télécoms) et l’IRT (Institut fur Rundfunk Technik) ont réalisé ensemble cette expérience pour démontrer les qualités acoustiques du DAB.

1990 Continuer la lecture de CHR : LA RNT EN FRANCE : 27 ANS D’HÉSITATIONS ET D’ATERMOIEMENTS POUR NOUS ISOLER DU RESTE DU MONDE

News and radio journalism in the digital age

Grer 01

International conference call for papers.

Strasbourg, 20 and 21 March 2014

News and radio journalism in the digital age

 

1. Context:

 The Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) is organising its seventh international conference. Following on from conferences at Bordeaux (2001 and 2004), Lyon (2006), Paris (2009 and 2011), and Bruxelles (2010), it will take place at the University of Strasbourg on the 20th and 21st March 2014.

An international call for papers has been launched, focused on the issues and approaches described below. (and here you can download the call in pdf format)

The printed press is reconfiguring itself every day, mainly because of the appearance of the digital sector. Beyond the changes brought about by digital technology, questions are frequently asked around the significance of the printed press.

Radio broadcasting, in particular, does not seem to be at risk of disappearing in the short term. Radio remains an essential element within the practice and systems of journalism, on a daily basis, in exceptional circumstances or in times of crisis. The credibility of radio news remains very high, and higher than other media. On the other hand several changes are missing from its evolution. At this conference several questions will be asked: how has the production of radio news become integrated with the digital domain? Have those people connected with news production changed or do they want to change? Has the professional identity of radio journalists changed? Is media content different? How do people hear news on the radio now, and how will people hear it in the future?

With the development of the internet, our media landscape is undergoing a transformation. This conference will study the capacity of radio to inform citizens in contemporary societies. From its heritage to current practice, and through its evolution, we will ask the question: can radio remain an important news medium in the digital age

Focusing on two main themes, the conference will begin by examining this question from the following angles:

2. Two main themes:

Theme 1. Professional practice and radio news: issues and evolutions

Journalism is associated with the birth of radio and its rapid transformation into a mass medium. Radio reportage, which developed during the 1930s, and distinguished by the eloquence of the journalist, allowed us to understand the evolution of radio and it became a genre in its own right. It peaked at the end of the Second World War. The appearance of television certainly constituted a threat to radio journalism, but finally the two media managed to coexist over several decades.

For more than twenty years now, professional practice itself has changed, with the emergence of new technologies. News production was at first distinguished by several phenomena: dematerialisation, compression and miniaturisation. In what ways have these changes affected the routines and the know-how of radio journalists?

In the same way, digitisation challenges the newsrooms which produce news. Often, bespoke newsrooms have been created for web sites. Some journalists only work for a radio station’s web site, and don’t work in radio journalism in the original sense. There are also broadcasting organisations in which, by contrast, news teams have been divided until now and which have adopted the style of multimedia newsrooms which service multiple platforms. Thus radio becomes little more than one platform among a range of different services.

More generally, new competencies are needed by radio journalists: being able to take photos or shoot videos, knowing how to complement one’s own reports in text form, knowing how to put all this on line, and so on. Such abilities have become essential in order to be employed, just as much as being able to write for radio and to do voice-work. The professional identity of radio journalists has thus been transformed in just a few years.

In the face of these changes, journalism schools are asking themselves: with the development of multimedia, is it necessary to organise training in traditional ways (printed press/radio/television)? Isn’t a new type of training needed, one which is multimedia by nature? How to satisfy the demands of employers who always expect more from the training and multi-skilling of new journalists?

So works which explore the development of journalism training for radio, whether it be in terms of professional practice, newsroom etiquette, competencies, training or the new players involved will be welcome under this theme.

Theme 2. Content and its uses: the extension of radio contexts

For several years radio networks have offered internet services. Content has become progressively enriched, and internet users find on these radio web sites plenty of news that is complementary to what is broadcast. Radio is increasingly videoed, cameras are increasingly installed in studios, and it has become possible to ‘watch’ certain radio programmes on the internet. Thanks to these images or to photographs posted on radio web sites, listeners can match a voice to a face more easily than before. Thus it is the ontological relationship that a listener has with a radio station than is redefined.

‘Catch-up’ radio, in the form of streaming (listening through the radio station web site) or podcasts (downloading a programme to the library of a computer or a mobile phone) fundamentally changes the nature of radio. Even if traditional listening is still more common than other methods, users are beginning to adopt the podcast. These new methods of listening could, in time, change the image and the practice of radio, still widely perceived as a live medium, and, by contrast, as an ephemeral medium. Certain radio stations whose audiences remain limited are, for example, becoming leaders in the practices of radio on demand. Other types of programmes could also emerge, which are not linked to time in a linear way.

Thanks to the creation of web sites, it has become possible to listen to a radio station outside a geographical area. The relationship with the editorial area has been changed, and has brought about some different practices (including the discovery of distant stations, or keeping in contact with a home country). Many radio stations, called ‘web-radios’, have also been created on the internet. Wherever they are in the world, how have these new online stations contributed the emergence of new forms of civic expression and participation, and how do they contribute to a reactivation of a public sphere which extends significantly beyond local and national boundaries?

At certain radio stations, the listener is omnipresent online. Stations have also developed an interactive presence online through the interactivity of the internet. Many programmes have their Facebook pages and their Twitter accounts and permit exchanges between listeners, who can give their opinions and ask their own questions of organisers. Images and text often complement a programme which has become more complex, not restricting itself just to listeners to the broadcast content. One can also ask if ‘participatory’ journalism (blogs, commentaries and so on) has developed on the internet.

Finally, formats themselves have been transformed, seemingly reinvented with the appearance of the digital domain. During the last two decades, alongside the bulletin, short duration reportage (of under two minutes) has become the most favoured form of professionals in radio journalism, to the point that longer-form journalism has almost disappeared from the medium of radio. It remains only on certain types of radio station. Today, multimedia is disrupting genres, modifying formats, and raising issues around duration. We are witnessing the development of sonic landscapes, notably on the web sites of the printed press. Several instances of web reportage (or web documentaries) include a ‘sonic dimension’, and present otherwise unpublished information. Financing comes from multiple sources, and so an even more fragile economic model has emerged than those of the traditional media. As regards this type of production, are we still talking about ‘journalism’? And if yes, do we need to talk about ‘sound journalism’? Have we not moved towards a form of ‘sound journalism’? Will this ‘sound journalism’ develop traditional radio journalism?

Papers may explore any of these questions. They should involve interactions in the digital domain, in whatever form, and radio journalism. They should consider the strategies of different actors (shareholders, media managers, public bodies and so on), the organisation of journalistic production, the evolution of content, and the new ways of listening to news. They will examine changes in professional journalism (status, competencies, techniques, practices, training, and so on). They may concern technological, economic or social developments in the creation of radio journalism and its reception.

As with previous events run by GRER, a range of academic perspectives is expected, including: communication studies, journalism studies, history, geography, economy, psychology, sociology, political science, philosophy, law, ethnology, language studies and more.

Papers from practitioners are also welcome.

3. Methods of proposal submission and the organisation of the conference:

The duration for plenary presentations will be 30 minutes; workshop presentations will be limited to between 15 and 20 minutes.

Authors are invited to submit a proposal in French or English by the 30 September 2013.

It should include: a title (and sub-title), 5 to 8 key words and a statement of relevance to one of the above themes. It should develop in no more than 5,000 characters an abstract presenting the area to be problematised, its hypotheses and a bibliography. Personal information (name, institution of affiliation, status, postal address, email address and telephone number) should be shown on the first page.

The paper can be presented in French, English, German or Spanish. If, at the conference, the paper is presented in German or Spanish, it should be accompanied by a PowerPoint in English.

Thank you for sending your proposals in Word (.doc) format, with the file name including the name of the author, to the two addresses below:

christophe.deleu@unistra.fr  /  grer.mail@club-internet.fr

Telephone (only for the conference) + 06 30 94 84 03

GRER web sites: http://www.grer.fr

http://radiography.hypotheses.org

A receipt will be sent to the authors. The Scientific Committee will begin a double-blind peer review selection process of the proposals. Proposals may be accepted subject to amendments requested by the Scientific Committee. These responses will be sent out to authors from the 30th October 2013.

Authors are invited to submit the full text of their papers, as well as PowerPoint documents, by the 15 February 2014 at the latest, both in paper and electronic form. These texts, with the permission of the authors and the Scientific Committee, may then be published online on the GRER web site (www.grer.fr ).

4. Reminder of important dates:

 30 September 2013 – Deadline for submission of proposals

30 October 2013 – Announcement of accepted proposals

15 February 2014 – Submission of documents

5. Scientific Committee:

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER ;

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique , CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences, Université de Paris 4,laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Grenoble 3, laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS ;

Conference organised in partnership with:

CUEJsage

Download here the call for papers in pdf

CHR-115LES CAHIERS D’HISTOIRE DE LA RADIODIFFUSION

Janvier-Mars 2013, n° 115

SOMMAIRE : « LA RADIO NUMERIQUE EN FRANCE » dossier coordonné par René Duval

Jacques Van den Driessche : L’émergence de la technologie numérique, en France, dans le domaine de la production radiophonique

Collectif : La RNT : 27 ans d’hésitations et d’atermoiements pour nous isoler du reste du monde

Pierre Braillard : Note sur la Radio Numérique Terrestre

La position des syndicats de radios locales et des autres acteurs de la RNT

Onde numérique, sorte de « Canal+ » de la RNT, déjà autorisée

Le CSA autorise les candidatures pour Paris, Marseille et Nice

Rachid Arhab : L’avenir de la RNT

Positions de François Hollande et de Michel Boyon

Fin des droits d’auteurs sur les normes DAB et gamme des récepteurs déjà sur le marché en Europe

René Duval : La RNT en France en 2013, pas si sûr !

ILS ONT FAIT LA RADIO :

Stéphane Hessel – Stefan Kudelski – Gilles Marquet – Alexandre Fronty

 

LES CAHIERS D’HISTOIRE DE LA RADIODIFFUSION

Sont publiés avec le soutien Radio France et de la SACEM

Directeur de la Publication : René DUVAL

La Rédaction en chef est assurée par chaque coordinateur du numéro

Conseillers à la rédaction : Monique VAYSSE, Tony LEGENDRE

Prix au numéro : 9 €

Abonnement (4 numéros par an) : 30 €

RÉDACTION ET ABONNEMENTS : Comité d’Histoire de la Radiodiffusion 19, rue Auguste Chabrières – 75015 PARIS

Web : http://www.cohira.fr – Mel : a.chr@wanadoo.fr   –  ISNN 0752-0174

 

Forum « Médias Citoyens », Lyon 2012

Dans le cadre du premier forum « Médias Citoyens », les 19 et 20 octobre 2012, le thème était « Médias citoyens, territoires et numérique« .

Plusieurs questions ont été posées à l’occasion de conférences et tables rondes, de plateaux « radios-TV », réunissant essentiellement des acteurs des médias (radios et télévisions locales, WebTV …), mais aussi quelques universitaires, élus et acteurs associatifs : le numérique peut-il révolutionner notre rapport aux territoires ? Comment les acteurs citoyens peuvent-ils s’emparer de ces outils nouveaux pour repenser le développement local ? Acteurs et relais des dynamiques citoyennes, comment les médias citoyens s’inscrivent-ils dans cette transition numérique ? …

Dans ce cadre la première conférence, intitulée « radios associatives de la FM à Internet (atouts, enjeux et perspectives) », tentait de montrer combien ces médias depuis plus de 30 ans jouent un rôle important à l’échelle locale, sont profondément ancrés dans leurs territoires, en cultivant leurs différences, leur liberté, leur rôle citoyen … La seconde partie de cette intervention, abordant le passage du hertzien au web, de l’analogique au numérique, s’attachait à montrer les avantages, les possibles dérives, les perspectives qu’offrent ces mutations technologiques au média « radio » … Dans quelle mesure ces évolutions pourront impacter la mission de communication sociale, la dimension participative, citoyenne qui symbolisent notamment ces médias ?

Voir la vidéo :

Forum « Médias Citoyens » de Lyon – Conférence avec Pascal Ricaud