Archives par mot-clé : Radio

Actualité et ressources autour de la recherche et des études radiophoniques

SÉMINAIRE DU GRER : « NOUVELLES FORMES DE RADIO », Samedi 19 novembre 2016, Paris

Le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER)à le plaisir de vous convier à son prochain séminaire de recherche sur la radio

image-seminaire-grer« NOUVELLES FORMES DE RADIO »

Samedi 19 novembre 2016, à Paris, de 9 heures 30 à 12 heures 30

Institut National d’Histoire de l’Art (INHA)

2, rue Vivienne, salle Demargne (dans la galerie au rez-de-chaussée)

75002 Paris

Métro : ligne 3 (St° «Bourse» ou «4 septembre»), ligne 9 (St° « Grands Boulevards » ou « Richelieu Drouot »), ligne 1 (St° « Palais Royal »)

Bus : « Bourse » (lignes 20, 29, 39, 74 et 85), « Bibliothèque Nationale » (lignes 29, 39, 48, 67)

Entrée Libre et Gratuite (dans la limite des places disponibles)

NOUVELLES FORMES DE RADIO

INTRODUCTION

Depuis toujours la radio, comme les autres médias, évolue et s’adapte pour garder et séduire de nouveaux publics. La radio écoutée par 80 % des français de plus de 13 ans tous les jours, est le fruit d’une multitude de mutations. Le média c’est ainsi adapté constamment à la concurrence des autres médias, et aux changements sociaux-économiques des auditeurs.

Continuer la lecture de SÉMINAIRE DU GRER : « NOUVELLES FORMES DE RADIO », Samedi 19 novembre 2016, Paris

Appel à Communication, «Les frontières de la radio / The borders of Radio».

Colloque Perpignan-2Université de Perpignan (France)

jeudi 4 et vendredi 5 juin 2015

Colloque international

« Les frontières de la radio – The borders of Radio »

Appel à communication prolongé au lundi 2 mars 2015

Téléchargez le PDF  de l’appel en Français   /   in English

1. Présentation

Le colloque international « Les frontières de la radio / The borders of  Radio » s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire en Sciences humaines propre au laboratoire du Centre de recherche sur  les  Sociétés  et  Environnements  en  Méditerranées  (CRESEM),  axée  sur  la  traversée  des territoires et l’hybridation des phénomènes culturels. Il s’inscrit aussi dans la continuité des recherches menées par le Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Radio (GRER) depuis 15 ans.

Continuer la lecture de Appel à Communication, «Les frontières de la radio / The borders of Radio».

« L’ANNÉE RADIOPHONIQUE 1984 », les cahiers du CHR

img949Parution d’un nouveau

Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion      

Juillet-Septembre 2014, n° 121

« L’ANNÉE RADIOPHONIQUE 1984 »

Dossier établi par Thierry Lefebvre

PRÉSENTATION par Thierry LEFEBVRE

Les regards rétrospectifs sont souvent myopes : il en résulte inévitablement des effets de flou et des erreurs de parallaxe. Cette livraison confirmera sans doute cette règle intangible, car nos choix y sont partiaux. Nous nous en excusons d’emblée auprès de nos lecteurs.

Continuer la lecture de « L’ANNÉE RADIOPHONIQUE 1984 », les cahiers du CHR

APPEL à COMMUNICATION : Poésie sur les ondes : une affaire de poètes ?

la-parole-est-a-la-nuit_0

Appel à communication : « Poésie sur les ondes : une affaire de poètes ? »

 Colloque de Montpellier, 20-21 novembre 2014

Comité d’organisation : Pierre-Marie Héron (Montpellier 3 / IUF), Marie Joqueviel-Bourjea (Montpellier 3), Philippe Marty (Montpellier 3), Céline Pardo (Paris IV – Sorbonne).

En présence du poète André Velter.

Dans l’histoire de la radio, ce sont très souvent les poètes qui se sont chargés ‒ ou qu’on a chargés ‒ de la production des émissions de poésie. Citons Philippe Soupault, Pierre Emmanuel, Pierre Jean Jouve, Jean Amrouche, Jean Lescure, Francis Carco, Michel Manoll, André Beucler, Loys Masson, Louis Foucher, Luc Bérimont, Paul Eluard, Claude Roy, Jean Breton, Pierre Béarn, Armand Robin, Frédéric Jacques Temple, plus récemment André Velter, aujourd’hui Jean-Pierre Siméon… La liste serait longue de ceux qui ont travaillé à concevoir, écrire et parfois dire des émissions de poésie sur les ondes. L’émission poétique de poète est un genre radiophonique spécialement florissant dans les années cinquante et soixante correspondant à peu près aux « années Gilson », du nom du poète Paul Gilson, directeur des programmes artistiques de la radio d’État de 1946 à 1963 : « Jamais il n’y eut tant de poètes à la radio, tant à Paris que dans les régions, que de 1947 à 1963, c’est-à-dire entre l’arrivée de Paul Gilson et sa mort », se souvient Frédéric Jacques Temple (prix Apollinaire 2013). Jamais avant ces années en effet, et jamais depuis, la poésie n’a été aussi présente sur les ondes, dans des émissions dédiées comme dans toutes sortes d’autres émissions, sous des formes très variées. L’explication la plus simple de ce phénomène est la présence, à la direction nationale et régionale des programmes artistiques de la RTF, dans des fonctions de politique générale ou de production de programmes, d’un nombre assez considérable de poètes et d’amateurs de poésie (journalistes, éditeurs et libraires, professeurs…), désireux de faire entendre la poésie de leur temps ou du passé et d’attirer des poètes vivants, grands ou petits, dans leurs émissions.

Mais pourquoi choisir des poètes pour animer des émissions de poésie ? Pour la même raison qu’on fait appel à un sociologue pour parler de sociologie, à un juriste pour parler de droit, à un médecin pour parler de médecine, à un philosophe pour parler de philosophie, etc. ? Ou bien parce qu’ils seraient mieux qualifiés que d’autres (comédiens, journalistes, simples amateurs de poésie…) pour dire des poèmes ou les faire dire par d’autres, voire même pour réaliser des poèmes radiophoniques ? Ou bien pour assurer le rôle de « vaillants avocats de la poésie » (Georges Mounin, Poésie et société, 1962) ? Mais s’agit-il alors de défendre la poésie (face à qui, à quoi ?), ou de la promouvoir, ou de l’associer à un projet plus global (communisme, humanisme, éducation populaire…), ou simplement de la faire entendre ? Et qu’est-ce alors que faire entendre de la poésie ? La parole d’un poète parlant de poésie peut-elle devenir elle aussi poème ? Y aurait-il un phénomène de parole-poésie propre à la parole des poètes (ou des écrivains en général ?) qui expliquerait pourquoi on a beaucoup fait appel à eux pour ce genre d’émissions ?

Ces questions, le colloque se propose de les mettre à l’épreuve de corpus qui s’avèrent d’une grande diversité dans les styles, les registres, les genres (entretiens, lectures, évocations scénarisées, variétés, anthologies sonores, conférences, causeries, débats…). Compte tenu de leur nombre et de leur état de conservation, les séries d’émissions produites à la RTF sous l’ère Gilson seront vraisemblablement au cœur des travaux. Cependant il est souhaitable que certaines propositions portent aussi sur des séries produites dans l’entre-deux-guerres ou depuis les années soixante, y compris sur des webradios (Arte Radio, Silence Radio…).

On pourra notamment :

‒ se demander comment ces émissions reflètent ou expriment le rapport du poète-producteur à la poésie en général et aux (autres) poètes en particulier, ainsi qu’au public radiophonique (des auditeurs potentiellement amateurs de poésie et lecteurs) ;

‒ questionner l’oralité des poètes, leur comportement au micro, dans la parole comme dans la diction ou récitation de poésie à voix haute : y a-t-il une manière d’être ou un ethos caractéristiques du poète au micro ?

‒ étudier les éventuels passages entre ces émissions (souvent réalisées à partir de textes écrits) et l’œuvre imprimée des poètes qui les produisent (poèmes et textes critiques) ;

‒ analyser ce que le dispositif radiophonique apporte ou impose à leur forme comme à leur contenu ;

‒ s’interroger sur le statut non seulement critique mais poétique de certaines de ces émissions, créatrices de formes originales de poésie ou de médiation de la poésie ;

‒ analyser la mise en place à la radio de réseaux éditoriaux parallèles à ceux du livre, complémentaires ou bien concurrentiels ;

– questionner la vision (renouvelée ?) de la poésie induite par le medium radiophonique…

Les communications porteront de préférence sur des ensembles : émissions d’une même série ou de séries différentes ; produites ou animées par le même poète ou par des poètes différents. Elles pourront aussi, pour donner des éléments de réponse à l’interrogation du titre, s’intéresser à des émissions de poésie dont un poète (ou perçu comme tel) n’est pas le producteur. Elles pourront également réfléchir de manière plus globale au rapport de l’institution radiophonique avec ce type d’émission et ce type de producteur.

N’entrent pas dans le champ de ce colloque, d’une part les émissions de création radiophonique pure, séparées de tout discours sur la poésie, d’autre part les émissions non dédiées spécifiquement à la poésie.

L’objectif du colloque est de parvenir à une compréhension globale et historicisée de la manière dont les poètes font entendre la poésie à la radio, et de mieux identifier les enjeux du passage par le medium radiophonique dans la transmission par les poètes eux-mêmes des questionnements relatifs à la poésie.

Annexes :

Liste indicative de séries produites après 1940 sur des chaînes nationales ICI

Autres émissions de poésie produites après 1940 sur des chaînes nationales (liste indicative)

Les propositions peuvent être adressées jusqu’au vendredi 5 septembre 2014, soit à Pierre-Marie Héron (spm.heron@gmail.com), soit à Céline Pardo (celinepardo@gmail.com).

REGARDS CROISÉS SUR 100 ANS DE RADIO EN BELGIQUE

100ansRadioBelgique

Après-midi d’étude internationale

REGARDS CROISÉS SUR

CENT ANS DE RADIO EN BELGIQUE

En clôture de l’exposition

« Vu à la radio » (Tour & Taxis, Bruxelles), le vendredi 25 avril 2014

Pour clôturer les festivités célébrant le centenaire de la diffusion de la radio en Europe, une après-midi de colloque scientifique international se tiendra ce vendredi 25 avril dans les locaux de l’exposition « Vu à la radio », qui retrace cent ans de radio en Belgique.

Le 28 mars 1914, la première émission de radiophonie d’Europe était diffusée depuis le Palais royal de Laeken (Bruxelles). L’exposition qui salue cet événement fermera ses portes le 27 avril. Ce colloque scientifique clôturera donc les manifestations liées à cet anniversaire. Il est co-organisé par l’Observatoire de Recherche sur les Médias et le journalisme (ORM) de l’Université de Louvain et le GRER (Groupe français de Recherches et d’Études sur la Radio), avec l’appui du ReSIC de l’ULB.

Retracer l’histoire de la radio en Belgique n’est pas l’ambition de cette rencontre scientifique : ce périple est évoqué dans l’exposition. L’après-mi­di d’étude entend plutôt croiser les points de vue et les regards sur l’objet que constitue la radio en Belgique et son évolution, sous de multiples facettes et en confrontant un regard « intérieur » et un regard « extérieur », apporté notamment par des intervenants extérieurs à la Communauté française de Belgique.

L’expérience belge de la radio sera ainsi relue à la fois ad intra et ad extra lors de dialogues associant chercheurs, enseignants, scientifiques et professionnels de la radio.

Ce colloque est une ultime occasion d’observer la radio belge dans le rétroviseur de l’histoire et de la complexité internationale. C’est en ce sens que cette rencontre se déroulera dans le « studio radio » situé au cœur-même de l’exposition, à Tour & Taxis.

L’événement est ouvert à tous. L’accès est libre (dans la limite des places disponibles et moyennant inscription préalable).

L’entrée au colloque garantit aussi une libre entrée à l’exposition.

Inscription préalable à l’adresse : http://www.uclouvain.be/452628.html

Pour voir le programme, cliquez dessus :

Progr-100_ans_radio_BelgiqueOu téléchargez le PDF

« Regards croisés sur cent ans de radio en Belgique », vendredi 25 avril de 13h30 à 18h, au studio radio de l’exposition « Vu à la radio », Tour et Taxis, avenue du Port 86c, 1000 Bruxelles.

7ème Colloque International du GRER – Strasbourg, 20 et 21 mars 2014 – Prolongation de l’Appel à communication

Etudiants CUEJGrer 01     CUEJ             sage

Appel à communication Colloque international

Information et journalisme radiophonique à lère du numérique

Strasbourg, 20 et 21 mars 2014

Le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) organise son septième colloque international.

Après Bordeaux (2001 et 2004), Lyon (2006), Paris (2009 et 2011), et Bruxelles (2010), il aura lieu à l’Université de Strasbourg, les 20 et 21 mars 2014.

!!! La date de clôture de l’appel à communication a été prolongée au 30 NOVEMBRE 2013 !!!

Un appel international à communication (cf. Appel version PDF) est lancé, dans le cadre des problématiques et modalités exposées ci-dessous.

Le secteur de la presse écrite se recompose chaque jour en raison notamment de l’apparition du numérique. Au-delà des mutations que le numérique entraîne, c’est la question de la signification du journalisme de presse écrite qui est régulièrement posée.

Le média radiophonique, quant à lui, ne semble pas menacé de disparition à court ou moyen terme. La radio demeure un élément essentiel des pratiques et du système d’information, au quotidien mais aussi lors de circonstances plus exceptionnelles ou en temps de crise. La crédibilité de l’information radiophonique reste très élevée, et supérieure à celle des autres médias. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Dans ce colloque, se poseront plusieurs questions : comment la production de l’information radiophonique intègre-t-elle ces mutations liées au numérique ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? Comment écoute-t-on l’information à la radio aujourd’hui, et comment va-t-on l’écouter demain ?

Avec le développement du Web, tout notre paysage médiatique est en voie de transformation. Ce colloque interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. À partir de ses héritages, de ses pratiques actuelles, et de ses évolutions, nous poserons la question : la radio peut-elle demeurer un média d’information majeur à l’heure du numérique ?

S’articulant autour de deux grands axes, ce colloque propose ainsi d’aborder la question sous plusieurs angles :

            Deux grands axes :

Axe1. Pratiques professionnelles de linformation radiophonique : remises en questions et évolutions

Le journalisme est associé à la création de la radio, et à sa transformation rapide en média de masse. Le radioreportage, qui se développe dans les années 1930, marqué par l’éloquence du journaliste, permet de rendre compte de l’évolution du monde et devient un genre en soi. Il atteint son apogée à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’apparition de la télévision a certes constitué une menace pour le journalisme radiophonique, mais les deux médias ont finalement cohabité pendant plusieurs décennies.

Depuis près de vingt ans, les pratiques professionnelles se sont elles aussi modifiées avec l’apparition des nouvelles technologies. La production de l’information a d’abord été marquée par plusieurs phénomènes : dématérialisation, compression et miniaturisation. De quelles manières ces tendances affectent-elles les routines et les savoir-faire des journalistes de radio ?

Le numérique questionne également l’organisation des rédactions qui produisent l’information.  Souvent, des rédactions spécifiques ont été créées pour les sites Web des radios. Certains journalistes ne travaillent ainsi que pour le site d’une station, et n’ont pas d’activité radiophonique à proprement parler. Il y a aussi des entreprises de radio-télévision où, au contraire, les rédactions étaient segmentées par support jusqu’à ces dernières années et où l’on est passé au modèle de la newsroom multimédias qui dessert tous les supports. La radio ne devient alors plus qu’une des déclinaisons de « mise en forme » d’une offre informationnelle parmi d’autres.

Plus généralement, de nouvelles compétences sont demandées au journaliste de radio : savoir prendre des photos ou des vidéos, savoir compléter son reportage radiophonique avec des textes, savoir mettre en ligne celui-ci… Autant de qualités qui sont devenues des critères d’embauche, au même titre que la maîtrise de l’écriture radiophonique et la présence au micro. L’identité professionnelle des journalistes de radio s’est donc transformée en quelques années seulement.

Face à ces mutations, les écoles de journalisme s’interrogent : avec le développement du multimédia, faut-il encore organiser les formations en fonction des médias « historiques » (Presse écrite/Radio/Télévision) ? Ne faut-il pas un enseignement unique, de type multimédia ? Comment satisfaire la demande des employeurs qui attendent toujours plus en matière de formation et de polyvalence des jeunes journalistes ?

Ainsi les travaux qui interrogent les évolutions du journalisme radio que ce soit à partir des pratiques professionnelles, de l’organisation des rédactions, des compétences, de la formation ou des nouveaux acteurs seront bienvenus dans cet axe.

Axe 2. Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

Les chaînes de radios proposent depuis plusieurs années des contenus et des services propres au Web. Les contenus se sont peu à peu enrichis, et les internautes trouvent sur les sites des radios de nombreuses informations complémentaires au programme audio. La radio est de plus en plus filmée, des caméras ont été installées dans les studios, et il est devenu possible de « regarder » certains programmes radiophoniques sur Internet. Grâce à ces images ou aux photos publiées sur les sites des radios, l’auditeur peut relier une voix à un visage plus facilement qu’hier. C’est donc la relation ontologique que l’auditeur noue avec la radio qui est redéfinie. La radio de « rattrapage », sous la forme du streaming (écoute sur le site de la radio) ou du podcast (téléchargement d’une émission dans la bibliothèque d’un ordinateur ou d’un téléphone portable) modifie en profondeur le statut de la radio. Même si l’écoute en direct demeure majoritaire, les usagers commencent à s’emparer du podcast. Ces nouveaux modes d’écoute pourraient, à terme, changer l’image et la pratique de la radio, toujours perçue comme un média du direct, et, de manière corollaire, comme un média de l’éphémère. Certaines radios dont l’audience reste modeste deviennent par exemple leaders dans les pratiques d’écoute à la demande. D’autres types de programmes pourront ainsi émerger, n’étant plus reliés à une temporalité donnée.

Grâce à la création des sites Web, il est devenu possible d’écouter une radio au-delà de sa diffusion hertzienne. Le rapport au territoire s’en trouve modifié, et provoque de nouvelles pratiques d’écoute (découverte de radios lointaines, maintien du lien avec un pays d’origine). De nombreuses radios, baptisées web-radios, se sont également créées sur Internet. Partout dans le monde, comment ces nouvelles radios on-line contribuent-elles à l’émergence de nouvelles formes d’expression citoyenne, de participation et comment s’y prennent-elles pour réactiver un espace public qui dépasse largement l’échelle locale et l’échelle nationale ?

Dans certaines radios, l’auditeur est omniprésent à l’antenne. Les radios ont aussi développé l’interactivité sur le Web. De nombreuses émissions ont leur page Facebook, et leur compte Twitter, et permettent un échange avec les auditeurs, qui peuvent donner leur avis et poser leurs questions aux organisateurs. Images et textes complètent souvent un programme radiophonique dont la participation s’est complexifiée, ne se limitant plus à l’intervention des auditeurs à l’antenne. On pourra aussi se demander si le journalisme de type « participatif » (blogs, commentaires…) s’est développé sur Internet.

Enfin, ce sont les formats eux-mêmes qui semblent réinventés avec l’apparition du numérique. Durant les dernières décennies, à côté du flash, le reportage de courte durée (moins de deux minutes) est devenu le dispositif d’information privilégié par les professionnels de la radio. À tel point que les reportages plus longs ont quasiment disparu de ce média. Ils ne perdurent que sur quelques radios. Aujourd’hui, le multimédia fait éclater les genres, modifie les formes, et réinterroge la notion de durée. On assiste au développement des diaporamas sonores, notamment sur les sites des médias de presse écrite. De nombreux reportages multimédias (ou webdocus) comportent une « dimension sonore », et s’articulent autour de récits inédits. Les sources de financement de ces reportages sont multiples, et font apparaître un modèle économique plus fragile encore que celui des médias classiques. Pour ce type de productions, s’agit-il toujours de journalisme ? Et si oui, faut-il encore parler de « journalisme radiophonique » ? N’a-t-on pas basculé vers un « journalisme sonore » ? Ce journalisme sonore va-t-il se développer et influencer le journalisme radio traditionnel ?

Les communications pourront explorer toutes ces questions. Elles feront apparaître les interactions du numérique, sous toutes ces formes, avec le journalisme radiophonique. Elles porteront sur la stratégie des acteurs (actionnaires, responsables des médias, pouvoirs publics…), l’organisation de la production journalistique, sur l’évolution des contenus, et sur les nouvelles façons d’écouter l’information. Elles interrogeront les mutations de la profession journalistique (statut, compétences, techniques et pratiques, formation…). Elles s’intéresseront aux dimensions technologique, économique et sociale de la fabrication de l’information et de sa réception.

Comme pour les précédents colloques du GRER, le regard de nombreuses disciplines universitaires est attendu : sciences de l’information et de la communication, histoire, géographie, économie, psychologie, sociologie, science-politique, philosophie, droit, ethnologie, sciences du langage…Les communications de praticiens seront aussi les bienvenues.

             Modalités de soumission des propositions et organisation du colloque :

La durée des conférences plénières sera fixée à 30 minutes ; les communications dans les ateliers seront limitées de 15 à 20 minutes.

Les auteurs sont invités à soumettre pour le 30 septembre 2013 une proposition de communication en français, en espagnol ou en anglais.

Elle comportera : un titre (et sous-titre), 5 à 8 mots clés, éventuellement l’inscription dans une ou plusieurs des thématiques proposées ci-dessus. Elle développera sur 5 000 caractères au plus, une proposition de communication devant présenter sa problématique et ses hypothèses et éventuellement une bibliographie. Les informations personnelles (nom, institution de rattachement, statut, adresse postale et coordonnées téléphoniques et électroniques) doivent être rassemblées sur la première page.

La communication peut être présentée en français, anglais, allemand ou espagnol. Si, lors du colloque, la communication est faite en allemand ou en espagnol, elle devra être accompagnée d’une présentation PowerPoint en anglais.

Merci d’envoyer vos propositions dans un fichier format Word (.doc) portant le nom de lʼauteur, aux deux adresses suivantes  :

Mail : christophe.deleu@unistra.fr    /      grer.mail@club-internet.fr

Téléphone (pour le colloque uniquement) : Tél. + 06 30 94 84 03

Un accusé de réception sera adressé aux auteurs. Le comité scientifique effectuera alors une sélection des propositions en double aveugle. Les propositions acceptées pourront faire l’objet de demande de modifications de la part du comité scientifique. Ces réponses seront adressées aux auteurs à partir du 30 décembre 2013.

Les auteurs sont invités à soumettre le texte intégral de leur communication, ainsi que les documents PowerPoint, au plus tard le 15 mars 2014, sous forme papier et électronique. Ces textes, avec l’accord des auteurs et du comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication en ligne sur le site Internet du GRER ( www.grer.fr ).

            Rappel du calendrier :

30 novembre 2013 – Date limite d’envoi des propositions

30 décembre 2013 – Annonce des propositions retenues

15 mars 2014 – Envoi des documents

            Comité scientifique :

Frédéric Antoine : Professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, président du GRER ;

Jean-Jacques Cheval : Professeur, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, fondateur du GRER ;

Valérie Croissant : Maître de conférences, Université de Lyon 2, laboratoire ELICO ;

Etienne Damome : Maître de conférences, Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA ;

Christophe Deleu : Maître de conférences (HDR), Université de Strasbourg, laboratoire SAGE, responsable scientifique du colloque ;

Nicole Gauthier : Directrice du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej), Université de Strasbourg ;

Hervé Glevarec : Directeur de recherche, laboratoire Communication et Politique, CNRS ;

Valérie Jeanne-Perrier : Maître de conférences, Université de Paris 4, laboratoire GRIPIC ;

Carmen Peñafiel-Saiz : Professeur, Université du Pays Basque à Bilbao ;

Nathalie Pignard-Cheynel, Maître de conférences, Université de Grenoble 3, laboratoire CREM ;

Pascal Ricaud : Maître de conférences, Université de Tours, laboratoire CITERES ;

Nozha Smati, enseignante contractuelle, Université de Lille 3, laboratoire GERiiCO, représentante des jeunes chercheurs au GRER ;

Julie Sedel : Maître de conférences, Université de Strasbourg, laboratoire SAGE ;

Guy Starkey : Professeur, Université de Sunderland, laboratoire CRMCS.

 Retrouvez l’intégralité de l’appel à communication en PDF

en FRANÇAIS – FRENCH – FRANCES :http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Appel-colloque-GRER-Strasbourg2014.pdf

en CASTELLANO – SPANISH – ESPAGNOL : http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Convocatoria-Ponencias-GRER-Estrasburgo2014.pdf

in ENGLISH –INGLES – ANGLAIS : http://radiography.hypotheses.org/files/2013/10/Call-For-Paper-Grer-Strasbourg2014.pdf

 

Forum « Médias Citoyens », Lyon 2012

Dans le cadre du premier forum « Médias Citoyens », les 19 et 20 octobre 2012, le thème était « Médias citoyens, territoires et numérique« .

Plusieurs questions ont été posées à l’occasion de conférences et tables rondes, de plateaux « radios-TV », réunissant essentiellement des acteurs des médias (radios et télévisions locales, WebTV …), mais aussi quelques universitaires, élus et acteurs associatifs : le numérique peut-il révolutionner notre rapport aux territoires ? Comment les acteurs citoyens peuvent-ils s’emparer de ces outils nouveaux pour repenser le développement local ? Acteurs et relais des dynamiques citoyennes, comment les médias citoyens s’inscrivent-ils dans cette transition numérique ? …

Dans ce cadre la première conférence, intitulée « radios associatives de la FM à Internet (atouts, enjeux et perspectives) », tentait de montrer combien ces médias depuis plus de 30 ans jouent un rôle important à l’échelle locale, sont profondément ancrés dans leurs territoires, en cultivant leurs différences, leur liberté, leur rôle citoyen … La seconde partie de cette intervention, abordant le passage du hertzien au web, de l’analogique au numérique, s’attachait à montrer les avantages, les possibles dérives, les perspectives qu’offrent ces mutations technologiques au média « radio » … Dans quelle mesure ces évolutions pourront impacter la mission de communication sociale, la dimension participative, citoyenne qui symbolisent notamment ces médias ?

Voir la vidéo :

Forum « Médias Citoyens » de Lyon – Conférence avec Pascal Ricaud

 

 

« Il est urgent d’encourager les nouvelles recherches sur la radio »

13 FÉVRIER 2013, JOURNÉE MONDIALE DE LA RADIO

LE GRER LANCE UN APPEL AU SOUTIEN À LA RECHERCHE

« Il est urgent d’encourager les nouvelles recherches sur la radio. » À l’occasion de la Première Journée Mondiale de la Radio, à l’initiative de l’UNESCO, ce 13 février 2013, le GRER (Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio) souhaite rappeler l’importance mondiale de ce média, toujours le plus utilisé de par le monde, et interpelle les autorités chargées de soutenir la recherche afin qu’elles appuient l’actuel renouveau des études sur le médium radiophonique.

Le GRER est une association d’origine française, mais d’envergure internationale, qui rassemble une petite centaine des chercheurs de langue française spécialisés dans les études portant sur le média radio. Fondé, à l’initiative du Pr. Jean-Jacques Cheval (Université Montaigne – Bordeaux 3), le GRER n’a cessé de voir ses effectifs croître au fil des années. Cette augmentation démontre l’intérêt croissant des milieux universitaires et scientifiques pour l’étude de la radio.

En effet, contrairement à une idée longtemps reçue, la radiodiffusion n’est pas un média dépassé, et tout n’a pas été dit à son sujet lors de ses « heures de gloire » des années 1930 à 1950. Au contraire : la radio est devenue protéiforme, et les récentes évolutions technologiques inscrivent ce média au début d’une une nouvelle ère dont il convient d’appréhender, de manière critique et non utilitariste, les enjeux socio-politiques et économiques, mais aussi symboliques et culturels.

« Il paraît donc de première urgence que les nouveaux courants de recherche concernant la radio soient aujourd’hui largement soutenus par les autorités compétentes, afin de ne pas laisser l’avenir de ce média aux seules mains des entreprises et des industries, déclare l’actuel président du GRER, le Pr. Frédéric Antoine (Université de Louvain-la-Neuve, Belgique). Dans ce cadre, le GRER ne peut que soutenir et encourager les initiatives prises dans le cadre de la Première Journée Mondiale de la Radio de l’UNESCO, et en particulier tout ce qui est en relation avec le développement de la recherche radiophonique. »

Organisateur de nombreux colloques et manifestations scientifiques, responsable de la publication de plusieurs ouvrages, le GRER entend prochainement développer ses activités en mettant en ligne un « cahier de recherches » sur la radio, puis en éditant une revue scientifique portant sur les études radiophoniques, qui sera accessible librement sur Internet.

Dans ce travail pour la revalorisation des études radiophoniques, le GRER demande à toutes les personnes et chercheurs intéressés par ce médias et par l’avenir de la radio de le soutenir et de le rejoindre.

Des manifestations d’appui peuvent être exprimées via la page facebook du GRER ( https://www.facebook.com/greradio )

ou par mail ( grer.mail@club-internet.fr )

Frédéric Antoine, Président du GRER ( frederic.antoine@uclouvain.be )

Les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion, n° 114, octobre-Décembre 2012

img019 La dernière livraison des Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion, n° 114, octobre-Décembre 2012

Il s’agit, cette fois, d’un numéro panaché, établi par Jocelyne TOURNET-LAMMER

Sommaire  :

Michel Amoudry : La TSF et le naufrage du Titanic ;  Jean-Jacques Ledos : Les Débuts de la TSF ; Christophe Bennet : L‘Opéra et la désaffection des compositeurs français au profit de genres émergeants : le cas de la radio des années trente ; Entretien avec Elvina Fesneau : Le Poste à transistors à la conquête de la France ; Jocelyne Tournet-Lammer : Une radio communautaire pour les marins : Antelim II ; Guy Robert et Dave Wilson : 1983 : quelques réflexions sur la radio et « l’éducation de base » ;  Joëlle Girard : Freedom, radio Ladi Lafé.

Rubrique « Ils ont fait la Radio » : Jacques Antoine (1924-2012) ; Jacques Rigaud ( 1932-2012) ; Jean Garretto (1932-2012)

Les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion sont une publication du Comité d’Histoire de la Radiodiffusion (CRH)

NUMEROS ANCIENS ET THEMES RECENTS DISPONIBLES
N°93 : L’année radiophonique 1957
N° 94 : L’année radiophonique 1977
N° 95 : 1925-1975 : Cinquante ans de musique classique à la radio
N° 96 : L’année radiophonique 1938
N° 97 : L’année radiophonique 1958
N°98 : L’année radiophonique 1978
N° 99 : Éléments pour une histoire de la radio en Algérie (1922-1962)
N° 100 : L’année radiophonique 1939
N° 101 : L’année radiophonique 1959
N° 102 : L’année radiophonique 1979
N° 103 : Grands Hommes – Grandes dates de la Radio – Tableau Synchronique
N° 104 : Premier numéro « Panaché »
N° 105 : L’année radiophonique 1980
N° 106 : Numéro panaché
N° 107 : Pierre Schaeffer 1910-1995 – la traversée d’un siècle
N° 108 : Numéro panaché
N° 109 : L’année radiophonique 1981
N° 110 : Numéro panaché
N° 111 : Histoire de la radio en Belgique francophone
N° 112 : Numéro panaché
N° 113 : L’année radiophonique 1982
Prix unitaire du numéro 9 €

“On prenait Londres tous les soirs…”

PhonothèqueTémoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940

Les entretiens de terrain témoignent souvent de pratiques ou d’usages culturels qui ne sont pas toujours les objets d’enquêtes des chercheurs qui les ont enregistrés. Ainsi la radio apparaît régulièrement dans les récits des années 1930-1945, témoignage d’un medium qui diffuse parfois des informations cruciales difficiles à obtenir par d’autres biais ou propose des divertissements. Présentation passionnante d’une série d’extraits sonores sur le Carnet de recherche de la Phonotèque