Séminaire La radio et les jeunes : le désamour ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio a le plaisir de vous inviter à son  prochain séminaire qui aura lieu le vendredi 19 octobre de 14h00 à 17h30 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Julian.

La RADIO ET LES JEUNES : LE DÉSAMOUR ?

Alors qu’ils en constituaient il y a encore vingt ans un des publics privilégiés, les jeunes désertent de plus en plus l’écoute de la radio, en tout cas sous sa forme « classique ». Pourquoi ? Quels nouveaux modes d’usage des contenus sonores développent-ils ? Leur désamour programme-t-il la fin de ce média ? Le séminaire organisé par le GRER (Groupe de Recherches et d’études de la radio), ce vendredi 19 octobre à Paris, entend éclairer ces nouvelles tendances et ces nouveaux comportements.

Malgré le succès croissant des contenus sonores auprès des jeunes publics, ces derniers prêtent de moins en moins d’intérêt à la radio. D’après Médiamétrie, en France, l’audience cumulée de la radio auprès de la tranche des 13 – 24 ans est passée de 90% à 72% entre 2003 et 2017. Avec une durée d’écoute quotidienne de 1h40, contre 2h50 pour l’ensemble de l’univers mesuré (les plus de 13 ans).

Les offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, Directeur de Radio & Music de la BBC, l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000 % au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials. Le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias.

La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes.

Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans. Mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question. Comment comprendre l’évolution du comportement du public « jeunes » ? Quels formats se dessinent à l’étranger ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ?

Toutes ces questions seront abordées avec l’aide de spécialistes lors de ce séminaire du GRER qui se déroulera, pour la première fois, un vendredi après-midi.

INTERVENANTS

–      Frédéric Antoine, président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique)

–  Julie Terrade. Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France.

–    Sophian Fanen. Auteur de : Boulevard du stream, du mp3 à Deezer la musique libérée.

–        Albino Pedroia. Consultant spécialisé dans l’analyse de la radio.

–   Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information).

UNE DOUCE VOIX S’EN EST ALLÉE

Jeudi dernier, le GRER a perdu un ami. Au terme d’une longue maladie contre laquelle il a admirablement lutté jusqu’au bout, Guy Starkey a cessé de vivre. Son poste de radio s’est définitivement éteint.

Au sein du GRER, d’autres que moi, à commencer bien sûr par Jean-Jacques Cheval, qui était son ami, pourront exprimer de meilleure manière tout ce que cette perte inspire à notre association, mais aussi – sinon surtout – à chacun d’entre nous en particulier, à titre personnel.

Pour ma part, j’ai eu l’occasion de connaître Guy dès de mon arrivée au GRER, dont il fut un des membres fondateurs, et, à partir de ce moment, j’ai appris à découvrir toutes ses qualités humaines et scientifiques. Chercheur et enseignant remarquable dans une université britannique – Sunderland – qui avait osé, sur sa proposition, consacrer une formation spécifique à la radio, Guy avait aussi l’immense qualité de manifester une profonde amitié pour la langue française, qu’il pratiquait assez aisément. Ses liens directs avec le monde anglo-saxon de la recherche sur la radio et le Radio Studies Network ont aussi toujours été pour nous d’un grand recours. Toutes ces raisons expliquent pourquoi Guy fut longtemps administrateur du GRER, puis resta jusqu’à son décès membre du comité scientifique international notre association.

Guy occupa aussi une fonction de premier plan dans cette remarquable initiative que fut le projet de recherche européen IREN, initié par Jean-Jacques Cheval. À la fin du projet IREN, Guy tenta de poursuivre l’expérience avec l’appui de son université, et introduisit avec conviction plusieurs années de suite des projets de recherche internationaux auprès des autorités européennes. La sourde oreille que celles-ci opposèrent à ces propositions qui pressentaient la révolution que la radio allait vivre ne le démobilisa pas. Avec d’autres anciens participants d’IREN, pour la plupart tous membres du comité scientifique du GRER, il fonda alors la Radio Research Section de l’ECREA, section dont on connaît aujourd’hui la renommée internationale.

Guy Starkey était infatigable. Il ne manquait quasiment jamais un des colloques du GRER, où il intervint à de nombreuses reprises, y exploitant sa connaissance pointue de la situation radiophonique en Grande-Bretagne, mais veillant aussi à en relativiser la nature d’exemple, et opposant une lecture marquée de profonde modestie aux ambitions parfois dominatrices que manifeste son pays dans le domaine de la recherche universitaire.

Tous ceux qui étaient présents au dernier colloque du GRER, à Bordeaux en novembre 2017 sur « La radio au service des publics », n’oublieront jamais sa communication ni l’intervention très personnelle sur la place de la radio dans sa vie qu’il fit en fin de congrès, après le keynote speech de Peter Lewis. L’émotion était alors intense et sincère.

Au-delà des présentations académiques, des papers et des publications, on ne peut parler de Guy sans évoquer les nombreux moments amicaux qu’il nous permit de vivre dans le partage au cours d’innombrables repas et soirées où nous avons mangé, bu, et discuté ensemble de tout et de rien. Je me souviens notamment d’un repas de thèse où nous avons essentiellement échangé sur les qualités réciproques de nos félins domestiques, Guy défendant le sien de manière intarissable. Ou d’un autre, au lendemain du vote du Brexit, où il avait confié son désarroi, voire sa honte d’être britannique…

Guy est un homme merveilleux, un scientifique de haut niveau, un professeur qui ne s’est jamais pris trop au sérieux. Toute sa vie, il a aimé la radio très profondément, l’ayant d’abord longuement pratiqué (notamment du temps des radios pirates italiennes diffusant vers la France…) avant de l’enseigner. Une approche exemplaire, dont devraient s’inspirer nombre de ceux qui se disent scientifiques, mais ne connaissent que les quatre murs de leur laboratoire ou de leur bureau. Tous ceux qui l’ont un jour rencontré n’oublieront jamais son remarquable sourire, sa bienveillance, et sa disposition à l’écoute dès le premier contact avec chacun.

Le monde de la recherche sur la radio perd un être exceptionnel. Le GRER voit disparaître un ami, qu’on pleurera longtemps.

Au revoir, Guy. Mais je suis sûr que, via les ondes radio, ta douce voix et son ton presque confidentiel tourneront toujours autour du monde.

Frédéric ANTOINE, Président du GRER

Guy Starkey lors de sa dernière intervention aux colloques du GRER (Bordeaux, novembre 2017).

 

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER  

                        Se tiendra à Paris  4-6 octobre 2018 

La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Atelier de création radiophonique (1969-2001), Nuits magnétiques (1978-1999)

Pré-programme

Jeudi 4 octobre : soirée inaugurale

Lieu : SCAM, salle Brabant

5 avenue Vélasquez, 75008 Paris

Accès : métro Villiers ou Monceau

18h   Ouverture par les organisateurs du colloque

18h25-20h       Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

20h15-21h  Cocktail

Vendredi 5 octobre : Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Lieu: BnF site-François-Mitterrand, salle 709h-12h30 & 14h-18h

Quai François Mauriac, 75013 Paris. Entrée Est, Haut-de-jardin à côté du petit auditorium

Accès : métro Ligne 14 ou RER Ligne C, arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr, Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev

Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre Nuits magnétiques, la part des écrivains

Lieu : EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Accès métro : Sèvres-Babylone : Ligne 10 et L12, Rennes : Ligne 12 Saint-Sulpice et Saint-Placide : Ligne 4

 Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot, Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Comité scientifique

Mireille Calle-Gruber (Paris 3)

Frédéric Antoine (université catholique de Louvain, GRER)

Séverine Equoy-Hutin (université de Besançon)

Martin Kaltenecker (Paris Diderot)

François Vallotton (université de Lausanne)

Comité d’organisation

Christophe Deleu (université de Strasbourg, CUEJ, SAGE / CNRS UMR 7363)

Pierre-Marie Héron (université Paul-Valéry, Montpellier, IUF)

Karine Le Bail (CRAL, CNRS/EHESS)

Colloque international Numérisation généralisée de la société : acteurs, discours, pratiques et enjeux

Ce grand colloque sur la numérisation de la société  organisé par le Centre de Recherche Interuniversitaire Communication, Information Société (CRISIC)  se tiendra à L’université du Québec à  Montréal les 2, 3 et 4 mai 2018.

Dans son riche programme, certaines  communications traiteront de la numérisation de la radio en France, Canada, Sénégal.

Consultez le  Programme détaillé

Une partie  des communications devrait faire l’objet de captations et diffusion sur Youtube.

Le site web du colloque :  <https://ngs-cricis.uqam..ca/>

Facebook <https://www.facebook.com/events/359442627869671/

Deux moments forts du colloque :

Conférence d’Armand Mattelart, professeur et chercheur émérite à l’Université Paris 8, intitulée Pour une archéologie du culte du nombre, le mercredi 2 mai 2018 à 18h.
Une table ronde Numérisation généralisée de la société: quels processus à l’œuvre? réunit des professionnels du milieu culturel et médiatique aura lieu le jeudi soir, soit le 3 mai 2018 à 18h.

ANNULATION – Séminaire du GRER Samedi 24 mars 2018

Pour des raisons indépendantes de la volonté des organisateurs, le séminaire prévu le samedi 24 mars 2018 est reporté à une date ultérieure que nous vous communiquerons dès que possible.

Le bureau du GRER.

——————————————————————–

RADIO. DÉCADENCE OU RENAISSANCE ?

INTERVENANTS

– Julie Terrade, Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France

– Frédéric Antoine : L’état de la radio : tendances en Belgique francophone

– Albino Pedroia : Radio, la renaissance : constat et analyse de l’état et des tendances d’évolutions de l’industrie radiophonique en Europe et aux États Unis

DATE ET LIEU

Samedi 24 mars : 9h30 à 12h30

La Sorbonne Panthéon, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS – Salle Julian (1er étage)

Colloque international : les enjeux liés aux spécialisations en journalisme à l’ère numérique

Ce colloque international du Réseau Théophraste organisé par le Département d’information et de communication de l’Université Laval en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie, du 10 au 12 octobre 2018, explore les formes de spécialisations contemporaines du journalisme et notamment dans le domaine radiophonique. Trois axes ont été ainsi définis par les organisateurs, qui sous l’angle des enjeux s’intéressent aux spécialisations fonctionnelles, thématiques et géographiques. La radio à l’ère numérique n’échappe évidemment pas aux mutations organisationnelles et des pratiques professionnelles des journalistes (polyvalence, « transmédiatisation »), à l’hyperspécialisation des contenus dans certains cas, ou à l’émergence de nouveaux espaces (hyperlocal, local, régional, continental) de production et d’expérimentations informationnelles.

Les propositions (résumés de 300 à 500 mots) doivent être transmises par courriel, avant le 11 mai 2018, à l’adresse colloque2018.theophraste@gmail.com.  Vous trouverez le détail des conditions et informations à remplir dans le PDF ci-dessous. Une réponse sera donnée au plus tard le 1er juillet 2018 par le comité scientifique, après un processus d’évaluation en double aveugle.

Le comité d’organisation est composé d’Henri Assogba, Colette Brin, François Demers, Charles Moumouni et Thierry Watine.

Retrouvez ici le détail de l’appel à communication

 

 

 

 

 

Radio. Décadence ou renaissance ? Séminaire du GRER samedi 24 mars 9h30

La radio est un média puissant, mais fragile.

Puissant parce que, malgré le développement formidable d’internet depuis 20 ans et des nouveaux contenus et services véhiculés, la radio reste écoutée par une large majorité d’Européens. Et ce pendant plus de 3 heures en moyenne par jour, dans la majorité des pays.

Fragile parce que son audience (Reach) baisse légèrement depuis quelques années, notamment à cause des millennials qui sont attirés par d’autres offres sur le WEB. Fragile  aussi parce que la durée moyenne d’écoute quotidienne s’érode lentement et que les recettes publicitaires diminuent depuis plusieurs années.    

Aux États-Unis, d’où depuis toujours nous importons idées et formats de programmes, le marché est traversé par un vent froid : les principaux opérateurs de radio sont dans une situation économique très délicate. L’année dernière la mythique CBS Radio (née il y a 90 ans et qui a diffusé en octobre 1938 « La guerre des monde ») a fusionné avec un concurrent pour éviter la faillite. La durée d’écoute du média est passée de 20 heures hebdomadaires en 2007 à 14 heures en 2017.

Les changements en cours sont considérables et touchent toute la chaine de valeurs du média : les contenus diffusés et les formes de ces contenus, le processus de production, les plateformes de diffusion, les terminaux d’accès, le financement.

Ces changements sont difficiles à mettre en œuvre, notamment par les opérateurs historiques. Néanmoins notre conviction est que, comme par le passé, la radio s’adaptera à la nouvelle concurrence et aux nouvelles technologies et déjà se prépare sa nouvelle vie.

INTERVENANTS

–        Julie Terrade, Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France

–        Frédéric Antoine : L’état de la radio : tendances en Belgique francophone

–        Albino Pedroia : Radio, la renaissance : constat et analyse de l’état et des tendances d’évolutions de l’industrie radiophonique en Europe et aux États Unis

DATE ET LIEU         

Samedi 24 mars : 9h30 à 12h30

La Sorbonne Panthéon, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS – Salle Julian (1er étage)

Séminaire international d’études sur la radio et la télévision à Viterbe : de l’ère du Monopole à nos jours (France et Italie)

Les 13 et 14 mars prochain, à Viterbe (Italie), aura lieu un séminaire international dont le sujet est « communication politique et représentations médiatiques entre l’Italie et la France ».  De l’époque du Monopole sur l’audiovisuel aux réseaux sociaux, le séminaire s’interroge sur l’évolution des modes d’expression et de participation, des langages et des acteurs (journalistes, politiques, public …). Les deux journées sont structurées autour de deux thèmes, selon un découpage historique :  « La communication politique en Italie et en France à l’ère du monopole: radio et télévision des années Cinquante aux années Quatre-vingt » et « Images et communication politique en Italie et en France des années Quatre-vingt à nos jours » jusqu’au rôle des réseaux sociaux aujourd’hui.

Vaste programme dont vous trouverez le détail ici (en Italien et partiellement traduit en français) :  PDF Séminaire

Le comité d’organisation et scientifique est composé de Luciano Cheles (Un. Poitiers), Sante Cruciani (Un. Tuscia), Fabrice D’Almeida (Un. Paris 2), Raffaello A. Doro (Un. Tuscia), Giovanni Fiorentino (Un. Tuscia), Marie-Anne Matard-Bonucci (Un. Paris 8), Chiara Ottaviano (Cliomedia), Catia Papa (Un. Tuscia), Raffaella Petrilli (Un. Tuscia), Maurizio Ridolfi (Un. Tuscia), Antonio Varsori (Un. Padova).

Le GRER sera associé à l’événement à travers la participation de Sébastien Poulain (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne).

 

 

La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains. Atelier de création radiophonique (1969-2001), Nuits magnétiques (1978-1999)

Pourquoi impliquer des écrivains, habitués au livre ou à la scène, dans des émissions de création radiophonique ? Qu’apportent-ils, à quelles conditions, comment, dans quels contextes ? Ce colloque est consacré aux deux plus connues et plus longues  émissions de création radiophonique de France Culture, inscrites, chacune dans un style, dans « cette longue querelle de la tradition et de l’invention / De l’Ordre et de l’Aventure » (Apollinaire) qui rythme la vie des arts. Avec les tensions ou contradictions internes qu’elles suscitent, les écarts ou incursions ailleurs qu’elles se permettent, les tendances de fond qui  distinguent l’ACR de Nuits magnétiques dessinent deux manières d’aborder la radio de création.

C’est les 4, 5 et 6 octobre 2018 à Paris. Les organisateurs sont Pierre-Marie Héron (université Paul-Valéry Montpellier, IUF), Karine Le Bail (CRAL, CNRS/EHESS), Christophe Deleu (université de Strasbourg, CUEJ, SAGE / CNRS UMR 7363)

Les propositions de communication sont à adresser aux organisateurs avant le 1er mai 2018, à l’adresse suivante : colloqueacrnuitsmagnetiques@gmail.com. Les réponses seront adressées le 1er juin. Retrouvez le détail de l’appel de ce colloque autour des relations entre radio et littérature, radio et écrivains, ici : https://www.fabula.org/…/la-radio-de-creation-apres-le-club…

 

International Summer School on Transnational Radio History (Luxembourg)

Le « Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History » (C² DH) lance un appel à communication dans le cadre d’une université d’été dont le thème est l’histoire transnationale de la radio (au 20ème siècle),  qui permet d’envisager des contributions riches et diversifiées tant les expériences en la matière sont nombreuses dans l’histoire de ce média. Le colloque aura lieu du 18 au 22 juin 2018. Le GRER est partenaire de cette manifestation.

Les propositions peuvent être en Anglais, mais aussi en Français ou en Allemand.  La date limite de réception pour les propositions (résumé de 300 mots avec une courte bio) est le 15 mars 2018 (à soumettre à richard.legay@uni.lu). Pour plus d’informations vous pouvez retrouver l’appel à communication ici.

Le PDF de l’université d’été 

Radiomorphoses : extension de la date limite pour l’appel à contributions et appel à varia

Extension de la dead-line de l’appel à contributions pour le 4e numéro de Radiomorphoses. Vous avez finalement jusqu’au 5 février pour envoyer votre proposition à Séverine Equoy-Hutin et Christophe Deleu, coordinateurs du numéro  » Les renouvellements de l’écriture radiophonique : programmes, formes, contenus ». Pour en savoir plus sur ce numéro de la revue, rendez-vous sur notre site pour le détail de l’appel et du calendrier prévisionnel : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/appels-a-contribution/

Le comité de rédaction de la revue RadioMorphoses, recevra et examinera également avec plaisir des contributions hors dossier thématique  dans sa rubrique Varia, mais également des Positions de thèse et Notes de lectures. Pour une publication dans le cadre des numéros 4 (2018) et 5 (2019), vous pouvez adresser vos contributions dès maintenant à l’adresse suivante : radiomorphoses@gmail.com

Recommandations aux contributeurs :
–  Pour la rubrique Varia les auteurs soumettent une proposition d’article de 500 mots dans la langue de publication (français, anglais ou espagnol). Une fois la proposition retenue, la rédaction informe les auteurs des délais et modalités de soumission de leurs textes (ne doivent pas dépasser 25000 signes espaces et bibliographie compris) et un résumé en français et en anglais (10 lignes max)

RadioMorphoses : « Les renouvellements de l’écriture radiophonique : programmes, formes, contenus »

Le quatrième numéro de la revue Radiomorphoses, à l’automne-hiver 2018, portera sur «Les renouvellements de l’écriture radiophonique : programmes, formes, contenus ». Nous attendons des propositions pour le 15 janvier prochain.

Ce numéro coordonné par Séverine Equoy Hutin et Christophe Deleu, part du constat que « la radio connaît de nombreux renouveaux, qui en modifient à la fois les contenus, les formes, les modes de transmission et de réception et revisitent son statut de média de masse » (Antoine, 2016 : 203).

Lire l’intégralité de l’appel à contribution

Calendrier :

Lancement de l’appel : 1er décembre 2017
Retours des propositions aux coordinateurs : 15 janvier 2018
Décision communiquée aux auteurs : début février 2018
Retours des articles pour phase d’expertise : 1er mai 2018
Retour d’expertises : juin 2018
Phase de retravail des articles après retour d’expertise : juin-octobre 2018
Dépôt du numéro à la revue : novembre-décembre 2018
Hiver 2018 : mise en ligne

Les propositions, sous forme de résumés en français d’une longueur d’environ 3000 signes (espaces compris), doivent être envoyées aux deux coordinateurs :

Christophe Deleu : lalointaine@gmail.com

Séverine Equoy Hutin : severine.equoy-hutin@univ-fcomte.fr

Afin de préserver l’anonymat des propositions, la première page doit contenir : le titre de la proposition, les noms, les coordonnées de l’auteur ou des auteurs et leur affiliation institutionnelle, ainsi que cinq mots-clés. Les pages suivantes présenteront le titre, le texte de la proposition et une courte bibliographie. Dans la phase de rédaction des articles, les auteurs se reporteront aux consignes publiées sur le site de la revue :  http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/consignes-redactionnelles/

Téléchargez l’appel à contribution

à la radio, la voix donne à écouter et à voir

Article InaGlobal | NOZHA SMATI et ANNE-CAROLINE FIEVET | 04.12.17 | 14:56

A la radio, la voix donne à écouter et à voir

Lire l’articl

La voix, à la radio, crée des mondes particuliers, selon les qualités de timbre et les genres des émissions. Elle tisse avec les auditeurs des liens très forts. Comment vont-ils évoluer à l’heure où les voix se standardisent et que les radios, de plus en plus,deviennent des stations filmées ?

La radio, une voix qu’on ne voit pas et qui crée du lien

La voix et les genres radiophoniques, une variation de styles

Voix standardisées et stéréotypes

Voir la voix : vers une mise en scène de la radio ?

Références

Cette publication s’inscrit dans un dossier thématique InaGlobal consacré à « La voix dans les médias » intitulé « De la radio aux robots parlants, métamorphoses de la voix »  disponible ICI

 

LA RADIO AU SERVICE DES PUBLICS

8ème Colloque International du GRER

Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio

LA RADIO AU SERVICE DES PUBLICS

16, 17 et 18 novembre 2017 – Bordeaux ( France )

Retrouver ICI, sur la page du colloque toutes les informations : Cadrage thématique et scientifique du colloque, appels à communication, programmes (deux formats), informations pratiques et modalités d’inscription.

Radiomorphoses 2|2017: Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique

Le comité de rédaction de la revue RadioMorphoses a le plaisir d’annoncer la sortie de son deuxième numéro thématique  « Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique » coordonné par Nozha Smati  (université de Lille III) et  Pascal Ricaud (Université François Rabelais de Tours).

Ce numéro disponible en ligne www.radiomorphoses.fr/index.php/n2-2017 comporte une présentation, 6 articles thématiques, 2 articles hors thème dans la rubrique Varia, 3  positions de thèses et une note de lecture.

Le dossier thématique propose à travers des études de cas français mais également anglais, espagnol ou brésilien de réfléchir à la manière dont le numérique affecte la radio et d’appréhender les transformations des formats et des modes d’expression radiophoniques par le déploiement des dispositifs numériques.

Le sommaire :

Continuer la lecture de Radiomorphoses 2|2017: Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique

Carnet du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)