Quarante ans de radios associatives à Lyon. Témoignages de Patrice Berger

En hommage à Patrice Berger, qui nous a quitté ce lundi 16 août 2021, nous republions cet article qui relate la richesse du parcours de ce connaisseur et observateur engagé des radios associatives.   

Par Benoît Prieur (animateur de l’émission Culture(s) Numérique(s) sur Radio Pluriel), avec la collaboration de Patrice Berger (président de Radio d’ici)

Quand on s’intéresse à l’histoire d’une radio associative, c’est-à-dire une radio gérée par une association loi de 1901, qui se différencie d’une radio commerciale par son objectif non lucratif, force est de constater qu’il est malaisé de recueillir des informations sur l’histoire de ladite radio. D’une part car l’histoire de ce type de radios a vu se succéder des générations d’acteurs qui ont contribué quelque temps à un projet radiophonique puis sont passés à autre chose. Peu d’individus restent présents dans la durée ; on distingue assez rapidement des époques, des strates successives dans l’évolution temporelle de cet objet d’étude. D’autre part et dans une moindre mesure, le médium radiophonique semble accorder une importance très relative à ses archives écrites : comme si le son était privilégié à l’écrit. Il est probable également que la priorité est accordée à ce qui est diffusé à l’instant t et pas tellement à l’inventaire des émissions et des acteurs, saison radiophonique après saison. C’est en cela que le parcours de Patrice Berger est une richesse. Impliqué dans une radio associative lyonnaise dès 1980, il rejoint Radio Pluriel en 1983, en est le président pendant près de vingt ans (1985-2011) et continue en 2021 à officier à l’antenne de cette radio avec son émission Vivre Ensemble. Il serait bien compliqué voire impossible de dénicher en région lyonnaise un parcours biographique similaire à celui de Patrice Berger, capable d’établir un pont entre la fin des années 1970 et le début de la décennie 2020. Ce sera donc le propos principal de cet article. Celui de raconter une brève histoire des radios associatives lyonnaises, des difficultés récurrentes, des logiques de rapprochement et de solidarité entre radios associatives lyonnaises au travers du témoignage de cet observateur engagé, qui a vécu de l’intérieur les quarante dernières années de cet aspect de l’histoire sociale lyonnaise.


Patrice Berger à l’antenne de Radio Pluriel le 9 février 2020 (Benoît Prieur – CC-By-SA)

Les débuts avec Radio Clown

En 1980, Patrice Berger vit à Mions. Il est doctorant en sociologie. Il a 29 ans. Impliqué dans les activités du foyer des jeunes de la ville, il en est élu président cette même année. Une radio baptisée Radio Clown est lancée avec de petits moyens. Elle bénéficie rapidement du soutien technique du collectif de Radio Léon, en particulier celui d’Hervé Paris de Bollardière. Radio Léon correspond alors et peu ou prou à la réunion de trois radios libres (Radio Canut, Radio Pipelette, Radio Lézard).

Une autre radio, Radio Rhône-Alpes, émet depuis le tout proche Café des Sports (Mions). Au fil des mois, une grille commune aux deux radios (Radio Clown et Radio Rhône-Alpes) s’établit avec en particulier une émission à destination des jeunes de la ville, des bulletins d’information et même une émission en patois local, animée par Germaine Fumeux (1916-2008, militante associative à Mions).

Le nom de la radio (Rhône-Alpes, qui avait été préféré à Clown) est jugé peu adapté à une audience exclusivement miolande, il est donc décidé en 1982 de la renommer en Radio Grain de Sel (Sel comme Sud-Est Lyonnais). Arrive alors la loi n°81-994 du 9 novembre 1981 qui met fin au monopole d’État en matière de diffusion radiophonique.


Affiche Radio Grain de Sel (www.schoop.fr)

L’équipe de Radio Grain de Sel se met par la suite à rechercher d’autres radios pour consolider son activité et pérenniser son existence.

Radio Pluriel à partir de 1983

Contact est pris avec une toute proche Radio locale alors basée dans le quartier des Minguettes à Vénissieux : Radio Pluriel. La radio a été fondée fin 1981 et voit dans cette relation avec Radio Grain de Sel, l’opportunité de répondre à la demande de la Haute Autorité1 de favoriser les mariages entre radio existantes (dans les grandes villes françaises). Dans le même temps, un projet de radio dédié à la musique antillaise (Radio Canne à Sucre) se joint aux discussions de Radio Grain de Sel et Radio Pluriel. Celles-ci se concluent par la rédaction d’un document présenté et défendu devant la Haute Autorité, entre autres par Patrice Berger. Une fréquence est obtenue en 1983 par cette alliance tripartite. Ainsi plusieurs animateurs et animatrices de Radio Grain de Sel deviennent des animateurs de Radio Pluriel. Selon Patrice Berger : « Ce qu’il faut comprendre, c’est que jusqu’à 1984 on ne peut pas réellement parler de radios associatives versus radios commerciales. En effet, il n’y a que des radios libres qui n’ont pas le droit de faire de la publicité.

 Les radios sont donc traversées par une certaine opposition entre ceux qui sont prêts à faire des animations rémunérées localement et ceux qui s’y refusent». Arrive alors la déclaration de François Mitterrand en avril 1984, qui ouvre la porte à la publicité à la radio suivie par l’adoption de la loi du 1er août 1984 qui autorise la publicité sur les radios privées locales. À ce propos, Patrice Berger souligne : « Cela a l’immense mérite de clarifier la situation : les tenants d’une radio commerciale peuvent légalement le faire à présent. Les tenants d’une radio associative sans publicité — dont j’étais — pouvaient alors se concentrer sur cet objectif sans devoir lutter contre une forme de lobbying à vocation commerciale.» En 1985, Radio Pluriel déménage à Saint-Priest entre autres en raison de plusieurs vols dans son studio vénissian. La volonté de faire de Radio Pluriel, la grande radio de l’est lyonnais reste bien présente, d’autant qu’elle unit en son sein des individus de Mions, de Vénissieux et de Saint-Priest. Une occasion d’établir encore un peu plus ce projet, se présente fin 1985.

Radio Julie ou l’occasion manquée

Radio Julie est alors une radio dédiée à la ville de Bron, également localisée dans l’est lyonnais. Cette radio partage alors sa fréquence avec une autre radio, à la vocation nettement plus commerciale, Radio Musique à Lyon (RML). Ce partage de fréquence pose alors un sérieux problème de réception : le puissant émetteur situé sur la colline de Fourvière utilisé par Musique à Lyon surclasse le petit émetteur basé à Bron utilisé par Radio Julie. Le résultat est que même à Bron, il est très compliqué de capter Radio Julie.

L’occasion est belle pour Radio Pluriel d’asseoir un peu plus le projet originel de Radio Grain de Sel de développer une radio de l’est lyonnais. Ainsi un projet se formalise pour créer une possible Radio Julie – Pluriel utilisant la fréquence de Radio Pluriel et qui couvrirait radiophoniquement et éditorialement l’est lyonnais. 

Le projet avorte finalement, entre autres du fait de la réticence de certains élus locaux, ce qui précipitera la fin de Radio Julie.

Radio Pluriel n’en garde pas moins une identité liée fortement à l’est lyonnais avec son ancrage à Mions, à Vénissieux et depuis 1985 à Saint-Priest. À tel point qu’à la suite de l’échec du mariage avec Radio Julie, Mions et Saint-Priest ainsi que la ville de Corbas (située dans l’est lyonnais également) subventionnent Radio Pluriel pendant quelques années

 “Logotype de Radio Piraillons (www.schoop.f” 

Quand une radio associative donne naissance à une autre radio associative

En 1992, Louis Perego a déjà publié un ouvrage (Retour à la case prison, 1990) à propos de sa vie en incarcération. Toujours en détention préventive, il a la possibilité d’obtenir une libération conditionnelle sous réserve d’un emploi à l’extérieur. Les Éditions de l’Atelier, son éditeur, lui offrent un mi-temps, tandis que Bernard Bolze (le fondateur de l’Observatoire international des prisons) sollicite un emploi pour Louis Perego auprès de Radio Pluriel. Patrice Berger en est alors le président ; il accède à la demande et met en place un emploi aidé de deux ans pour Louis Perego. Celui-ci s’implique alors sur plusieurs aspects du fonctionnement de la radio, en particulier techniques. Il lance également une émission à propos des prisons ainsi qu’une autre à propos de littérature.

À l’occasion d’un reportage en 1994, Patrice Berger et Louis Perego visitent Saint-Julien-Molin-Molette (Loire) ; ils font notamment l’interview de la chanteuse Michèle Bernard. L’idée d’implanter une radio dans la région fait son chemin d’autant que le démantèlement industriel offre des opportunités immobilières intéressantes : d’anciens locaux industriels spacieux et à relativement bas prix sont disponibles.

En 1996, le projet se concrétise et Louis Perego, Patrice Berger ainsi que Gilles Roman (également issu de Radio Pluriel) montent Radio Piraillons1 grâce à l’obtention d’une fréquence provisoire. Une seconde fréquence, à Saint-Sauveur-en-Rue, est par la suite obtenue. Le nom de la radio n’est plus adapté du fait de cette deuxième couverture géographique. Le choix est alors fait de renommer la radio en Radio d’Ici.

« À présent, et cela est accentué par la crise de la Covid19, on s’aperçoit que les radios associatives affrontent toutes les mêmes difficultés. » explique Patrice Berger. « Des difficultés d’ordre financier surtout quand il y a des salariés, mais également des difficultés à attirer de nouveaux engagements bénévoles, et parfois un manque de contenu pour compléter une grille cohérente des programmes. En cela, l’entraide entre radios associatives est fondamentale. D’où la nécessité de se fédérer. Cela justifie mon implication auprès de structure comme Aura FM, la fédération des radios associatives en Auvergne Rhône-Alpes ».

 

 

1 La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) a été créée en 1982 et va exister jusqu’à 1986 quand elle est remplacée par la CNCL (elle-même ancêtre du CSA).
2
Un Piraillon est un habitant de Saint-Julien-Molin-Molette.

2 réflexions sur « Quarante ans de radios associatives à Lyon. Témoignages de Patrice Berger »

Répondre à Patrice Lwabaguma Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.