Conférence internaltional : Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities

 International Conference

 New Dates 24th-25th September 2020

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”
 

Le Programme  en ligne  

The Research Centre for Communication and Culture (CECC) at Universidade Católica Portuguesa will host the conference. It will take place within the framework of the research project “Broadcasting to the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity” funded by FCT and FEDER. 

 ‘Broadcasting in the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity’ (BiPE) is a research project based in the Research Center for Communication and Culture (CECC). It aims to contribute to scholarship on Media, Empires and Colonialisms, namely through an interdisciplinary research approach that intersects the history of broadcasting with the history of the late Portuguese colonialism. One of the research goals is to understand the extent to which radio, as a new electronic medium of the first half of the 20th century, contributed to bolster and construct national and imperial identities across the territories of the Portuguese colonial empire. 

Plus d’informations sur le site : https://www.broadcastingempire.com/

Podcast : le grand retour du son

Article de Rémi Bouton dans Nectart 2020/1 (N° 10), pages 96 à 103

Disponible en  PDF         ou      cliquez ICI  

En plein essor, le podcast apporte un nouvel univers audio venant compléter l’offre d’une radio pour tous et fédératrice : un média personnel, à la carte, mobile, ouvert sur une multitude de productions et de créations, auquel le développement de l’écoute en mobilité, des enceintes connectées et de la commande vocale offre de nouvelles perspectives.

 Le problème, c’est que tout le monde peut entendre », aurait objecté un haut gradé lors d’une démonstration de la transmission sans fil par son inventeur, Guglielmo Marconi, au crépuscule du xixe siècle dans les Alpes italiennes. Précisément, c’est ce qui a fait le succès de la radio tout au long du xxe siècle : tout le monde pouvait l’écouter ! Il faut dire qu’en plus de la transmission sans fil (la TSF), est apparue à l’aube du xxe siècle la modulation sonore, permettant de transmettre la voix et la musique…

Personnage central de la Seconde Guerre mondiale grâce à sa capacité à franchir la Manche et à être écoutée par tous et de manière anonyme, la radio a connu son véritable développement commercial dans les années 1950 et 1960 avec les radios périphériques. Durant les années 1970 et 1980, la FM a apporté dans son sillage les radios pirates puis libres, avant qu’elle ne devienne commerciale et ultra-marketée, épuisant sa capacité d’innovation à l’orée d’un nouveau siècle numérique.

Avec Internet, la transmission sans fil n’est plus l’apanage de la radio, et depuis longtemps déjà l’image a supplanté le son. Dernier média analogique, la radio tombe en désuétude parmi les jeunes générations. Le poste a été remplacé par le smartphone, et avec lui les réseaux sociaux et autres médias numériques, beaucoup plus agiles, beaucoup plus interactifs, ont pris le pas sur l’émission traditionnelle.

Depuis vingt ans, la radio cherche sa place dans ce nouveau paysage. Bien sûr, le Conseil supérieur de l’audiovisuel – le CSA – a planché sur la radio numérique. Mais la France a pris du retard. En 2017, la Norvège a été le premier pays à fermer les vieux émetteurs FM au profit du numérique. La Suisse et le Royaume-Uni s’apprêtent à faire de même dans les années à venir. En France, les premières autorisations nationales en numérique (DAB+) n’ont été délivrées qu’en 2019…

5Reste que même en numérique, la radio n’apporte pas ce qui fait le succès des médias d’aujourd’hui : la possibilité de les consommer de manière délinéarisée, à la demande, selon le principe résumé par l’acronyme anglais ATAWAD – Any Time, Any Where, Any Device. Pour survivre, la radio devait se réinventer à partir de ses fondamentaux : le son, la voix, la relation personnelle et intime qu’elle établit avec l’auditeur, l’absence d’écran… Le podcast arrive à point nommé.

Inventé début 2000 à partir de l’iPod (l’iPhone n’existait pas encore) et du mot anglais broadcast (diffusion), le terme « podcast » décrit la capacité d’un fichier son à être distribué sur Internet de manière à pouvoir être écouté en mobilité sur un baladeur mp3. La France tentera d’imposer le mot « baladodiffusion »… sans succès. Le démarrage du podcast a été laborieux : il n’était pas toujours très facile à utiliser et limité dans l’offre des programmes. Il faut dire qu’à ses débuts, pour l’essentiel, il ne s’agissait que de l’enregistrement d’une émission déjà diffusée à la radio. Il a fallu attendre encore quelques années avant que n’apparaissent les podcasts dits natifs, programmes réalisés et produits pour être écoutés sans passer par la grille d’une radio. Ils peuvent prendre toutes les formes – interview, information, fiction, documentaire… – et tous les formats – court, long, récurrent, quotidien, hebdo ou mensuel…

Ainsi, à côté du texte et de la vidéo, le podcast est devenu un nouveau média, un support à part entière qui offre un champ de créativité immense dans l’univers sonore. Il constitue une véritable alternative pour ceux qui ne veulent pas passer leur vie devant un écran, qui aiment écouter la radio, imaginer sans le support de l’image, faire autre chose pendant qu’on leur raconte des histoires.

Le podcast répond à la fragmentation des audiences, à la capacité de toucher des niches ultra-spécialisées quel que soit le territoire géographique. Il permet de raconter de nombreuses histoires, très différentes, et qui ne pourraient être diffusées sur une grille de radio car celle-ci doit nécessairement concentrer l’audience, donc l’offre. En ce sens, il permet à la radio de figurer enfin dans ce monde numérique de la consommation à la demande, de la segmentation des audiences, mais aussi de l’interactivité et de l’autoproduction de contenus.

  1. L’exemple américain
  2. Les métadonnées, la recommandation
  3. Les technologies
  4. Un business model ?

Appel à contribution POUR LE 6ème numÉro de radiomorphoses : date limite repoussÉe au 15 juin 2020

“Radio en mobilité : programme, pratiques, techniques et perspectives”

Coordination : Lara Van Dievoet (Université Catholique de Louvain) et Pascal Ricaud (Université de Tours)

Le GRER, avec la revue RadioMorphoses continue à explorer les formes et les mutations de la radio, dans la continuité du colloque organisé en collaboration avec l’équipe PRIM de l’Université de Tours les 21 et 23 novembre 2019. Nous nous penchons sur une dimension profondément contemporaine et en même temps intemporelle : celle de la mobilité. Intemporelle car la radio, tour à tour clandestine, pirate, périphérique, transnationale, transportable, adaptable, routière, a toujours rimé avec mobilité. Contemporaine car liée à de nouvelles technologies mobiles bouleversant les cadres de production, de diffusion et les pratiques, tout particulièrement dans le domaine de l’information. La mobilité, avec Internet, est peut-être la notion qui caractérise le plus l’âge digital de la radio. Et pourtant, elle n’a pas fait l’objet d’un travail de réflexion et de recherche spécifique – ou trop peu – dans le cadre des études sur les mutations numériques de ce média.

Les articles pourront s’inscrire dans le cadre d’un ou plusieurs des 4 axes thématiques suivants :

Les nouveaux usages en mobilité 

La radio n’a jamais cessé de nous accompagner au sens propre – dans nos déplacements – comme au sens figuré par une présence régulière ou permanente. Aujourd’hui c’est du côté de la « délinéarisation » des contenus (une consommation des médias rompant avec le direct) et des nouveaux formats qu’elle a engendrés, que réside la principale évolution de la radio à l’ère numérique.

Des travaux sur les nouveaux modes d’usages liés à la consommation de la radio en mobilité, ou au podcasting, sont les bienvenus. On pourra s’intéresser aussi à ce que les applications radio sur smartphones apportent en termes de services, d’interactions, d’expériences enrichies pour l’auditeur. Les enceintes connectées et les questions qu’elles posent en matière de sélection de l’information sont également au centre de ce premier axe.  Enfin se pose la question de la mesure des audiences en mobilité, de nouveaux outils et méthodes pour mieux les saisir.

Le journalisme mobile : nouvelles pratiques et figures informationnelles en mobilité

Outre son impact sur les modes de diffusion et les formats proposés, le smartphone devient également un outil de production radiophonique. Doté ou non d’un micro externe, il permet une production et une diffusion en mobilité. Des journalistes radio se l’approprient pour remplacer leur matériel traditionnel sur le terrain mais également pour proposer des contenus additionnels grâce à la prise de photos ou de vidéos.

Des analyses pourront porter sur la manière dont le journalisme mobile – ou Mojo – affecte les pratiques traditionnelles, voire l’identité d’une profession et définit un nouveau rapport aux publics. On pourra s’interroger sur la manière dont cette mobilité informationnelle modifie notre rapport à l’espace, fait émerger de nouveaux publics, de nouvelles figures intermédiaires de l’information et de nouvelles fonctions au sein des rédactions.

Radio et mobilité physique : circulation, accessibilité, accélération

La radio nous suit partout, y compris dans nos voitures (depuis les années 1960-1970 avec l’autoradio), une de ses plus grandes et éclatantes conquêtes qui s’enrichit et se renouvelle encore aujourd’hui, au gré des innovations technologiques et en particulier grâce au numérique qui en fait un média digital. A travers ses programmes, elle a largement pris en compte cette mobilité routière, avec des stations totalement dédiées aux autoroutes, des programmes – notamment de nuit –destinés aux « roulants », aux routiers, des émissions (point route, info trafic) cherchant à contribuer à fluidifier la circulation et à nous permettre d’atteindre notre destination dans les meilleures conditions.

On pourra faire des propositions liées à deux concepts particuliers renvoyant à diverses fonctions et services rendus par la radio : ceux d’extensibilité (la possibilité de surmonter les difficultés de circulation, la capacité à se déplacer) et d’accessibilité (la possibilité d’atteindre le point désiré). La question même de l’accessibilité peut être élargie aux problèmes de mobilité physique ou de cohabitation de divers types de publics dans l’espace urbain. La vitesse, l’accélération qui symbolisent autant le vaste domaine des transports que celui de l’information dont les moyens, les voies de diffusion, ne cessent d’augmenter et de gagner en instantanéité, sont à explorer également.

Quand la radio fait bouger les lignes : clandestinité, engagements et mobilisations

La mobilité évoque également les flux migratoires, les diasporas, le déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un « voyage immobile ». La radio permet aussi l’expression de différences, de dissonances, passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios. Elle porte et accompagne des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation. Des approches historiques pourront être également privilégiées à propos de radios mobiles ou déplacées ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours d’une histoire.

Calendrier indicatif

  • Envoi des articles :  29 mai 2020
  • Retour des expertises en double-aveugle : 29 juin 2020
  • Remise des textes complets : 15 septembre 2020

Modalités de soumission

Les propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « radio en mobilité – proposition article ». Les articles seront envoyés aux adresses suivantes au plus tard le 29 mai 2020 :

lara.vandievoet@uclouvain.be

pascal.ricaud@univ-tours.fr

radiomorphoses@univ-tours.fr

Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Les articles seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur/e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur/e.

Les auteur-e-s devront se conformer aux consignes rédactionnelles complètes disponibles sur le site de la revue RadioMorphoses :

www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/consignes-redactionnelles/

La radio en période de confinement

Avec Albino Pédroia , rédacteur en chef  Mouv’.  

A lire ICI

  • La  période de confinement n’est pas prise en compte dans l’enquête “126 000 “de Médiamétrie sur l’audience des radios  Janvier – Mars 2020 en métropole. Qu’en pensez-vous ?

La méthode de mesure d’audience actuelle est dépassée. Les éditeurs,  les plus  grosses  radios qui se sont opposées au renouvellement par un système de mesure automatique  ne doivent pas être fiers. Du coup ils n’ont pas de chiffres sur la période extrêmement intéressante et inédite. Les gens sont à la maison, l’usage de l’auto radio est quasi nul…  Et il n’y a pas de données !

  • Existe-il un coup d’accélérateur pour les nouveaux mode de consommation des médias ?  A la maison chacun a bien plus de temps pour échanger et partager sur ses réseaux sociaux. Les tentations de streaming, ou de podcasts sont peut-être plus fortes, ce qui peut «nuire» aux offres traditionnelles dites de «flux».

Oui certainement. Plus intéressant, du coup que Médiamétrie, nous avons également  les données communiquées par l’ACPM – l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des médias qui prennent en compte la période 16/ 22 mars donc le début du confinement.  Il y a une augmentation de 22 % de l’écoute en IP, Sachant qu’en France ca représente en temps normal 16 à 18 % de l’écoute globale des 13 ans et+. C’est énorme !

En fait, et c’est paradoxal, même à la maison, c’est un outil d’écoute en «mobilité » qui progresse fortement. Sans doute parce que chacun a en permanence son téléphone ou son PC allumé. La tentation est grande de l’utiliser aussi pour la simple écoute d’une radio. Le bon vieux transistor ou le tuner HIFI perdent du terrain. On a le smartphone à la main en quasi permanence… C’est plus simple de cliquer sur l’icone d’une radio pour écouter le programme en streaming plutôt que d’aller chercher sa fréquence FM sur un récepteur traditionnel.

  • Sans avoir de boule de cristal, quelles incidences cette période aura-t-elle pour la suite ?

Il y avait déjà chaque année une petite progression de l’audience en IP, lente mais constante. Pendant le confinement l’écoute des replay ou des podcasts  va sans doute également bondir. Mais c’est une intuition, nous n’avons des données que sur l’écoute en streaming, pas sur les replay.

  • Les savoir-faire des professionnels devront encore plus vite s’actualiser pour coller aux demandes du marché ?

Sans doute. Par exemple les journalistes et les animateurs pour beaucoup travaillent de chez eux.  Un de mes ex étudiants l’autre matin présentait le 7 heures d’Europe 1. Après l’avoir écouté je lui ai téléphoné. Il était chez lui, aà l’écoute je ne m’en étais pas rendu compte ! Le travail en «cloud » va sans doute augmenter  dans les mois à venir suite à ce qu’on aura appris durant cette période difficile

  • «A toute chose, malheur est bon» ?

La période en tous cas renforce paradoxalement la raison d’être de la radio, c’est la puissance de la voix d’abord qui compte, quel que soit l’outil par lequel on la consomme.  A la différence de la TV surtout ces temps ci, la radio rassure. C’est si précieux par les temps qui courent !

« Radio en mobilité à l’heure du numérique » par Pascal Ricaud

Le jeudi 23 janvier 2020, Pascal Ricaud, vice-président du GRER, a présenté une conférence au Salon de la Radio et de l’Audio Digital à Paris.

La numérisation de la radio représente un enjeu majeur au niveau de la diffusion, des modes de production et de consommation d’un média plus que jamais marqué par la mobilité des pratiques des journalistes et des publics. La communication présentée au Salon de la Radio et de l’Audio Digital, dans le prolongement du colloque organisé par le GRER à Tours, a questionné cette mobilité à travers ses pratiques et ses acteurs.
Depuis 2016, le mobile est devenu le mode d’accès privilégié à l’information pour les Occidentaux.
Par ailleurs les récentes analyses d’audience de Médiamétrie, en 2018/2019, montrent que désormais on écoute plus la radio en voiture qu’à son domicile, en semaine comme en week-end.
Certaines technologies récentes ou en devenir (le DAB+, la 5G broadcast, le screen mirroring, la voiture connectée) favorisent toujours plus le développement des pratiques en mobilité. À l’occasion de cette conférence, Pascal Ricaud a proposé un état des lieux de ces évolutions technologiques apportant un bon qualitatif ou facilitant la mobilité de l’écoute radiophonique. Cette thématique sera prochainement au cœur d’un numéro de la revue RadioMorphoses.

Colloque “Radio en Mobilité” – 21-23 novembre 2019 – Tours et Blois

Le programme du colloque “Radio en mobilité” est disponible, avec les conférences plénières, les sessions thématiques, les ateliers doctoraux … entre autres : http://colloqueradioenmobilite.com/programme

L’entrée est libre pour le public à l’IUT de Tours (Amphi Berger). Mais pour des raisons de places, il est indispensable de se signaler à colloque.rem@gmail.com

restitution des concertations des Etats généraux des radios associatives organisés par la CNRA


  Nozha Smati
, Vice-présidente du Groupe de recherches  et d’études sur la radio –  Observatrice et rapporteuse des concertations : “La liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ?” et “La voie des femmes dans les radios associatives”

Séance plénière de restitution des concertations, 14 juin 2019, 10h à 12h30 – Ecole supérieure de journalisme de Paris

Au nom du Groupe de recherches et d’études sur la radio (Le GRER), je remercie les organisateurs membres du CNRA de nous avoir invités à participer aux activités de ces 25ème États généraux des radios associatives et à partager avec vous ces deux journées, riches en expression, en témoignage et en échange, dédiées aux radios associatives et à la place de la femme dans ces médias.

Quatre concertations ont rythmé la journée d’hier,  j’ai eu le plaisir d’observer et de rapporter deux d’entre elles : «la liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ? » et « la voie des femmes dans les radios associatives ».  Je suis consciente que la richesse de ce qui a été entendu et vécu est irréductible à ces éléments de synthèse. Cependant, j’estime  que ces temps forts de paroles et de consultations libres et constructives, susciteront et accompagneront vos futurs engagements pour faire valoir la force du secteur et l’importance de la communication sociale de proximité.

La première concertation propose de réfléchir sur la question cruciale de la liberté d’expression et sa préservation. Elle s’est déroulée de 10h25 à 12h et a été animée par Jocelyn Abbey de la Fédération régionales des radios associatives (FRAMA) et Sébastien Péjou de la Coordination des radios associatives de lorraine (CRAL) en présence de Michèle Leridon, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, présidente du groupe de travail droits et libertés, pluralisme et déontologie au CSA et d’Emmanuelle Daviet, Médiatrice de Radio France.

Ce temps d’échange s’est articulé autour d’une question principale : Comment garantir et préserver la liberté d’expression sur les radios associatives ?  L’objectif étant de faire un état des lieux de la situation et de recueillir les réactions des actrices et acteurs de la radio associative sur leurs pratiques professionnelles concernant ce terme de liberté d’expression.  

En guise d’introduction à cette thématique, l’intervention d’Emmanuelle Daviet, a permis de cadrer et de définir pertinemment ce qu’est une radio associative et ses spécificités : ce média est synonyme de liberté, de proximité, d’entraide, de lien social, d’écoute et de singularité. Synonyme d’un engament fort, le lieu de la débrouille, du bénévolat, de l’humilité.   

Les particularités d’une radio associative se manifestent dans sa capacité à être un média alternatif, à restituer une information locale qui participe à la démocratie locale, à décrypter ce qui se passe dans les territoires et à être une école du terrain. Ces médias ont pour mission de produire des reportages de terrain et de proximité en lien avec le quotidien des auditeurs.

Ce rôle formateur des radios associatives, d’école ou centre de formation selon les expressions employées lors de ces échanges a été largement souligné par plusieurs représentants de ces médias.

L’intervention de Madame Daviet a suscité des réactions diverses parmi lesquelles : comment faire du terrain lorsqu’il n’y pas de temps à donner au journaliste pour faire des investigations, pour chercher et décrypter l’information ? Comment assurons-nous notre mission d’information du public avec peu de moyens

En réponse à ces interrogations et à ces inquiétudes, les deux témoins conviés à la discussion, représentantes du CSA et de Radio France, mettent en exergue la nécessité d’effectuer des choix sur le plan éditorial et consacrer du temps à l’enquête, d’imaginer des partenariats, des mutualisations avec les locales de Radio France. Cette proposition de mutualisation demeure toutefois problématique comme en témoigne l’expérience de certaines radios associatives confrontée à une forme « d’SOS racisme de l’audiovisuel public vis-à-vis des radios associatives », telle que la définit le président du Groupement associatif ex-limousin.

La relation entre radio public et radio associative a suscité d’ailleurs plusieurs réactions qui traduisent une cohabitation difficile voire une situation de mépris qui n’a pas lieu d’être : loin d’être concurrentiels, les radios associatives font le même travail et sont aussi des acteurs du service public. Selon les témoignages, des formes d’échange entre ces médias méritent d’être instaurées voire même régulées grâce à la réactualisation de la charte existante ou encore à travers d’autres accords et dispositifs à imaginer et mettre en place.  

Un autre volet intéressant des échanges a porté sur l’indépendance éditoriale et l’autocensure en lien avec la problématique des conditions d’attribution des subventions.

La médiatrice de Radio France, souligne le fait que l’indépendance repose certes sur le Conseil supérieur d’audiovisuel mais aussi sur le journaliste qui pourrait garantir son indépendance en usant de formes de contournement. Il s’agit de forger des manières de faire, des habilités et surtout l’inventivité. Il est important de donner la parole au détracteur et au partisan du projet local, ce qui renforce le positionnement de la radio vis-à-vis de son public.

Sur cette même question, certains acteurs de radios soulèvent la pression que subissent les radios locales en raison des appels  à projets mis en place par le pouvoir public avec des sujets imposés, ce qui est perçu comme une vraie atteinte à la liberté d’expression des radios indépendantes.  

Aussi garantir l’indépendance des journalistes repose-t-il, selon plusieurs témoignages, sur l’importance d’investir dans la formation des salariés grâce à des partenariats avec des écoles de journalisme, malgré que la nouvelle loi de formation professionnelle ne soit pas avantageuse.

En conclusion de cette première synthèse, je termine sur trois notes, trois ondes positives et engageantes issues de vos témoignages lors de ce temps d’échange et qui méritent d’être soulignées :

  • La première, il y a liberté d’expression parce qu’il y a diversité des expériences des radios associatives et sur différents territoires « Aucune radio ne se ressemble »
  • La deuxième, face à la violence, à l’harcèlement et aux menaces que subissent certaines radios associatives tel que radio Pastel FM, toutes les radios associatives sont appelées à se mobiliser pour relayer et diffuser ces violences et apprendre à défendre la liberté individuelle car il n’y a pas que la loi qui doit la défendre.
  • La troisième, la liberté d’expression est préservée sur les radios associatives parce que c’est ce qui nous ramène à l’essence même de la création des radios libre.

La concertation «la voie des femmes dans les radios associatives » a été animée par Perla Danan de l’Assemblée régionale des radios associatives (ARRA) et Delphine Séveno de FRAMA en présence de Nathalie Bédé sous-directrice de l’ESJ Paris et de Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse TV.

En s’appuyant sur quelques chiffres significatifs issus de l’enquête de l’INA sur la part qu’occupent les femmes à la télé et à la radio, les échanges ont permis de soulever et d’interroger des pratiques discriminantes et inégalitaires pour accéder et pratiquer ce métier.

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio avait d’ailleurs organisé le 30 mars 2019 un séminaire sur cette thématique « La radio et le genre : rebattre les cartes ? » offrant un espace de réflexion et d’échange sur la représentation de la femme dans ce média et sur « la prédominance masculine  qui se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ».

Aujourd’hui on assiste certes à une surabondance des enquêtes sur le thème de la représentation des femmes dans les médias mais à la stagnation de la situation sur le terrain des médias qui eux résistent au changement.

En 2018 la présence de femmes à l’antenne s’élève à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes selon l’étude du CSA “La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2019. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %).

Le temps de la concertation partagé hier sur « la voie des femmes » a permis de soulever plusieurs constats, apports et propositions soumis à la discussion :  

  • Dans le monde journalistique, il y a une parité, une démocratie qui s’installe. L’harcèlement existe, la discrimination existe aussi au niveau de l’embauche et les inégalités salariales persistent.
  • L’image et la séduction constituent des paramètres de différenciation entre homme et femmes dans le monde de la communication télévisuelle. A la radio les stéréotypes de la voix des femmes sont toujours d’actualité mais avec l’arrivée de la radio filmée, l’image à « la radio devient aussi débat ».
  • le monde de la radio est tellement masculin ce qui freine l’accès de la femme à ce média voire l’autocensure.
  • la nécessité de mettre en œuvre des processus incitatifs : inciter les femmes à prendre la parole, à prendre la place et à le faire savoir.  
  • la liberté de parole ne doit pas être accessible uniquement à ceux qui savent prendre la parole mais à ceux et celles qui ont des difficultés, des obstacles liés à l’éducation, aux préjugés, aux problèmes de scolarité.
  • le manque des femmes bénévoles à la radio serait lié selon de nombreux témoignages à la perception des disponibilités des femmes à s’engager qui n’est pas la même pour un homme  ainsi qu’à une légitimité culturelle.
  • le rôle des radios associatives dans l’éducation aux médias dans les quartiers prioritaires et autres.
  • la quasi-absence aujourd’hui d’émissions féministes dans les radios associatives contrairement aux années 80.

Enfin j’ai envie de partager avec vous ce témoignage de Michelle Perrot sur la voix à la radio.  Coproductrice de l’émission Les Lundis de l’histoire sur France Culture, elle nous confie lors du séminaire du GRER : « Le sommet de ma jouissance narcissique fut atteint lorsqu’un jour (il y a peu, car je continue d’intervenir ponctuellement à la radio), une employée de la SNCF, que je sollicitai pour un billet à un comptoir de la gare Montparnasse, me dit : ‘‘Vous êtes Michelle Perrot, je reconnais votre voix’’. Magie de la radio, que je remercie pour ce plaisir existentiel ».  

La restitution de ces concertations sera publiée sur le site du CNRA ainsi que sur notre carnet de recherche Radiography. Le GRER est ravi de contribuer à rendre visible la parole des radios associatives, de diffuser les interrogations, les inquiétudes et les perspectives qui ont été exprimées sous une forme participative par les acteurs et les actrices de ces médias de proximité.   

                                                                                                                        Nozha Smati

CNRA – États Généraux des radios associatives. 13 et 14 juin 2019 ESJ Paris

Lors de son 25ème rassemblement annuel,  la Confédération nationale des radios associatives, souhaite poursuivre et renforcer une forme plus participative afin de donner encore plus largement la parole aux radios.
Cette initiative novatrice se traduira par des temps de concertations thématiques au cours desquels chacun pourra librement s’exprimer et témoigner en présence d’observateurs du Groupe d’études et de recherches sur la radio (GRER), Nozha Smati et Sebastien Poulain qui restitueront la synthèse des échanges.

Au programme des concertations, des ateliers, une exposition de l’UNESCO « Femmes rurales sur les ondes » et un concours pour de courtes productions radiophoniques sur le thème « FEMMES »

Le programme disponible ici 

colloque 2019 : Radio en mobilité

Appel à communication, “Radio en mobilité”

Programmes, pratiques, techniques et perspectives

Rappel et prolongation au 10 juin 2019

Ce Colloque international est organisé par le GRER  (Groupe de recherches et d’études sur la radio) en collaboration) et l’équipe PRIM (Pratiques et ressources de l’information et des médiations, EA 7503), du 21 au 23 novembre 2019, avec l’accueil et le soutien de l’Université de Tours, des IUT de Tours et de Blois.

Le GRER continue à explorer les formes et les mutations de la radio, dans le cadre de ce nouveau colloque, en collaboration avec l’équipe PRIM de l’Université de Tours. Après avoir analysé la notion de service – déclinée à travers les questions du service public et des services aux publics – nous nous penchons sur une dimension profondément contemporaine et en même temps intemporelle : celle de la mobilité. Intemporelle car la radio, tour à tour clandestine, pirate, périphérique, transnationale, transportable, adaptable, routière, a toujours rimé avec mobilité. Contemporaine car liée à de nouvelles technologies mobiles bouleversant les cadres de production, de diffusion et les pratiques, tout particulièrement dans le domaine de l’information. La mobilité, avec Internet, est peut-être la notion qui caractérise le plus l’âge digital de la radio. Et pourtant, elle n’a pas fait l’objet d’un travail de réflexion et de recherche spécifique – ou trop peu – dans le cadre des études sur les mutations numériques de ce média.

Ainsi dans le prolongement de recherches actuelles autour de la numérisation de la radio, largement diffusées dans la revue RadioMorphoses, ce colloque autour de la notion de « mobilité » vise donc à rassembler des chercheurs travaillant sur la radio (ou tout autre média dans une perspective comparative avec la radio). Leurs communications pourront s’inscrire dans le cadre d’un ou plusieurs des 4 axes thématiques ci-dessous :

  1. Les nouveaux usages en mobilité 

Des travaux sur les nouveaux modes d’usages liés à la consommation de la radio en mobilité, ou au podcasting, sont les bienvenus. On pourra s’intéresser aussi à ce que les applications radio sur smartphones apportent en termes de services, d’interactions, d’expériences enrichies pour l’auditeur. Enfin se pose la question de la mesure des audiences en mobilité, de nouveaux outils et méthodes pour mieux les saisir.

  • Le journalisme mobile : nouvelles pratiques et figures informationnelles en mobilité

Des analyses pourront porter sur la manière dont une nouvelle forme de journalisme, le MoJo ou journalisme mobile, affecte les pratiques traditionnelles, voire l’identité d’une profession et définit un nouveau rapport aux publics. On pourra s’interroger sur la manière dont cette mobilité informationnelle modifie notre rapport à l’espace, fait émerger de nouveaux publics, voire de nouvelles figures intermédiaires de l’information avec de nouvelles caractéristiques.

  • Radio et mobilité physique : circulation, accessibilité, accélération

On pourra faire des propositions liées à deux concepts particuliers renvoyant à diverses fonctions et services rendus par la radio : ceux d’extensibilité (la possibilité de surmonter les difficultés de circulation, la capacité à se déplacer) et d’accessibilité (la possibilité d’atteindre le point désiré). La question même de l’accessibilité peut être élargie aux problèmes de mobilité physique ou de cohabitation de divers types de publics dans l’espace urbain. La vitesse, l’accélération qui symbolisent autant le vaste domaine des transports que celui de l’information dont les moyens, les voies de diffusion, ne cessent d’augmenter et de gagner en instantanéité, sont à explorer également.

  • Quand la radio fait bouger les lignes : clandestinité, engagements et mobilisations 

La mobilité évoque également les flux migratoires, les diasporas, le déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un « voyage immobile ». La radio permet aussi l’expression de différences, de dissonances, passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios. Elle porte et accompagne des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation. Des approches historiques pourront être également privilégiées à propos de radios mobiles ou déplacées ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours d’une histoire.

Calendrier

  • Réception des propositions : 10 juin 2019 ;
  • notification de la décision après évaluation en double-aveugle : début juillet 2019 ;
  • remise des textes complets : 25 octobre 2019.

Modalités de soumission et publications

La proposition de communication comportera un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera, sur 2 000 à 6 000 signes espaces comprises, le cadre théorique, sa problématique et ses hypothèses, l’approche méthodologique et des indications bibliographiques. Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Ces propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « Colloque REM 2019 – proposition de communication ».

Les propositions seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur.e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur/e.

Les propositions seront envoyées à l’adresse suivante au plus tard le 10 juin 2019 : colloque.rem@gmail.com

Après sélection, les textes des participants seront d’abord intégralement publiés en ligne. Les contributions devront compter au maximum 30 000 caractères, espaces et bibliographie comprises.

Ultérieurement, une sélection de textes (40 000 à 50 000 signes) sera également publiée, après une nouvelle expertise scientifique en double aveugle, dans le n°7 de la revue électronique du Grer : RadioMorphoses [http://www.radiomorphoses.fr/], à la fin du printemps 2020.

Retrouvez ici les PDF de l’appel et présentation du colloque : version courte, version développée

La version en anglais : Call for papers

La version en espagnol : Llamada a comunicaciones


Comité d’organisation

Coordination scientifique

 Pascal RICAUD, PRIM/GRER, Université de Tours

Comité d’organisation

Cidicley DOS SANTOS, PRIM, Université de Tours

Anne-Caroline FIEVET, GRER, EHESS, Paris

Gustavo GOMEZ MEJIA, PRIM, Université de Tours

Kelber GONÇALVES PEREIRA, PRIM, Université de Tours

Rosemary ISKANDAR, Sic.Lab, PRIM, Université de Nice et IUT de Blois

Sébastien POULAIN, GRER, MICA, Université Bordeaux Montaigne

Nozha SMATI, GRER, GERiiCO, Université de Lille

Samuel TIETSE, PRIM, Université de Tours

Comité Scientifique

ANTOINE Frédéric, Professeur, Université Catholique de Louvain, COMU, Belgiqu

BALSEBRE Armand, Professeur, Université Autonome de Barcelone, Espagne

BÉLANGER Pierre C., Professeur, Université d’Ottawa, Canada

CHEVAL Jean-Jacques, Professeur, Université Montaigne Bordeaux

DE IULIO Simona, Professeure, Laboratoire GERiiCO, Université de Lille

DELEU Christophe, Professeur, SAGE, Université de Strasbourg, CUEJ 

DOUYERE David, Professeur, PRIM, Université de Tours

FAURÉ Laurent, Maître de conférences, Université Montpellier 3

FRERE Marie-Soleil, Chercheure, Université Libre de Bruxelles

GAZI Angeliki, Prof. assistante, Université Panteïnon d’Athènes, Grèce ; Université de Limassol, Chypre.

GEORGE Éric, Professeur, CRICIS, UQAM, Canada

GLEVAREC Hervé, Directeur de recherche au CNRS, LCP – Paris

GUGLIELMONE Isabel, Maître de conférences, COSTECH,  Université de Technologie de Compiègne

GUMUCIO Alfonso, Chercheur, consultant, Université Mayor de San Andreas, La Paz, Bolivie

HIZAOUI Abdelkarim, Professeur, Institut de presse et des Sciences de l’information de Tunis, Tunisie

KIYINDOU Alain, Professeur, MICA, Université Bordeaux Montaigne

MONCLUS Bélen, Professeure, Université Autonome de Barcelone, Espagne

NICEY Jérémie, Maître de conférences, PRIM, Université de Tours, EPJT

OLIVEIRA Madalena, Professeure, Université de Braga, Portugal

OLLIVIER Bruno, Professeur émérite, Université des Antilles

PAREDES QUINTANA Ricardo, Professeur, Universidad Central de Chile, Chili

PEDROIA Albino, consultant international, enseignant à l’Institut d’Études Politiques de Paris

PEÑAFIEL Carmen, Professeure titulaire, Université de Bilbao, Espagne

PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, Professeure Assistante, Université de Neufchâtel, AJM, Suisse

RODERO Emma, Professeure, Université Pompeu Fabra, Barcelone, Espagne

SÉNÉCAL Michel, Professeur, CRICIS, Université TÉLUQ, Canada

SOURISCE Nicolas, Maître de conférences, PRIM, Université de Tours, EPJT

VAILLANT Derek, Professeur, Université de Ann Arbour, Michigan, USA

Journée d’Études “radios locales et patrimoine rÉgional”

ELLIADD (Séverine Equoy-­‐Hutin et Marion Bendinelli), Université de Franche Comté, organise une journée d’études autour de “radios locales et patrimoine régional” ce mardi 21 mai 2019 à la MSHE Ledoux, à Besançon.

Le programme de la journée (PDF) :

La matinée

10h15 : Ouverture de la journée (Séverine Equoy-­‐Hutin et Marion Bendinelli, ELLIADD, Université de Bourgogne Franche-­‐Comté) et présentation du Projet Copr (Cultures Ordinaires et Parlers Régionaux : médiation, transmission, patrimonialisation)

10h30 : Conférence de Alann Hery (responsable du département technique à la direction déléguée aux collections de l’INA

11h00 : Conférence de Pascal Ricaud (Université de Tours, laboratoire PRIM) : “Patrimoines médiatisés et médias (re)producteurs de patrimoines (l’exemple des radios locales en Pays Basque et Catalan)”

L’après-midi

13h30 : Retour d’expériences.
Siham Mineur de l’ARRA (Assemblée Régionale des Radios Associatives)
Aurélien Bertini (Radio Campus Besançon)
Sophie Garnier (Villages FM)
Stéphanie Sauthon (France Bleu)
Alex Mathiot (Radio Shalom Besançon)
15h30 : Pause
15h45 : Table ronde “Les radios locales, faiseuses et passeuses de patrimoines” avec la participation des acteurs des radios locales de Franche Comté.
17h00 : clôture

COMPTE-RENDU : La radio et le genre : Rebattre les cartes ?


Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER), le samedi 30 mars 2019 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA, 2 Rue Vivienne à PARIS, organisait un séminaire académique de recherche autour du thème « La radio et le genre », et sans dissimuler son espoir de voir les cartes rebattues en la matière.
Cette rencontre s’est tenue à l’initiative et sous la direction d’Isabel Guglielmone, Maître de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne et membre du Laboratoire COSTECH.

Isabel Guglielmone a introduit la problématique de cet événement de la manière suivante :
« La radio serait-elle un des médias où la ‘‘prédominance masculine’’ se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ?
C’est en tout cas ce que laissent penser les retours de l’étude
“La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2018 (1) par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Celui-ci constate un déséquilibre dans le cas spécifique de la radio, quant à la présence de femmes à l’antenne : à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %). Cependant, on remarque, sur le même créneau, une augmentation de neuf points en relation à la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse est également importante quant au taux d’expertes à la radio (+8 points) par rapport à 2016 (37 % vs. 29 %). La catégorie ‘‘invités politiques’’ est celle qui compte le moins de femmes : 27 % télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.
À travers une autre étude, internationale celle-ci, et nommée
Global Media Monitoring Project (2) (GMMP : Projet mondial de monitorage des médias), on constate une sous-représentation des femmes en tant que protagonistes, auteures, et sources légitimes de l’information d’actualité à la radio, en France.
Certes, ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre. En effet, culturellement et historiquement construit, le genre est un des rapports sociaux qu’imprègne l’ensemble des pratiques professionnelles, culturelles, sociales, symboliques et discursives. Et cela, depuis des situations d’inclusion ou exclusion sociale jusqu’à des représentations médiatiques, en passant par des dispositifs sociotechniques.
Le séminaire du GRER se proposait ouvrir un espace d’échanges et de débat sur trois dimensions autour de la complexe problématique du genre : a) la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio ; b) la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité diffusée à la radio ; et c) les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique. Ceci avec l’espoir que les échanges, les réflexions et interrogations problématisées, énoncés lors de cette rencontre puissent contribuent à avancer des préconisations, voire, des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française.
»(3)

Le séminaire a compté les participations de :
• Michelle Perrot : historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot et militante féministe française. Auteure de nombreux livres et coproductrice de l’émission « Les Lundis de l’histoire » sur France Culture.
(On trouvera ICI le texte reprenant son intervention) ;
• Marlène Coulomb-Gully : chercheuse universitaire, spécialisée sur les thèmes médias, genre et politique. Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Toulouse II – Le Mirail.
(On trouvera ICI un résumé de son intervention) ;
•  Aurélien Bellanger :
écrivain et auteur de la chronique quotidienne « La Conclusion » dans l’émission « Les Matins de France Culture ». À cette occasion, il a lu la chronique « Confession d’un ex-climatosceptique » diffusée le 19 /03/2019 sur France Culture. Que l’on pourra retrouver ici :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-conclusion/le-climatoscepticisme
• Lauren Bastide : journaliste de radio et télévision cofondatrice du DaylyElle, version en ligne du magazine, puis du studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie “La Poudre”. Elle y donne la parole aux femmes artistes ou militantes. Un extrait de ce podcast a été diffusé, on pourra le retrouver ici :
https://www.nouvellesecoutes.fr/la-poudre/

Après chaque intervention, le public a pu s’exprimer, contribuer ou poser des questions, ouvrant ainsi un espace d’échanges et de débat. Les points de vue exprimés par les intervenant.e.s ont été divers et complémentaires.

NOTES

(1) « La représentation des femmes à la télévision et à la radio » – Exercice 2017, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), 6 mars 2018 [https://www.csa.fr/Informer/Collections-du-CSA/Travaux-Autres-publications-rapports-bilans-etudes-d-impact/Rapports-au-gouvernement.-parlement.-etc/La-representation-des-femmes-a-la-television-et-a-la-radio-Exercice-2018].
(2) On pourra se référer aux travaux suivants : • « Global Media Monitoring Project » (GMMP),   http://whomakesthenews.org/ ; Observatoire mondial des médias sur le Genre : http://www.genreenaction.net/Projet-mondial-de-monitorage-des-medias-2010.html ; • Biscarrat L. Coulomb-Gully M. ; Méadel C., « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes », Le Temps des médias, 2017/ 2 (n°29), pp 193 à 207 ; Donzelle B. Fievet A. C., « Visibilité des femmes à la radio en 2015 ; Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet GMMP », Radiomorphoses, n° 1 – 2016 (revue en ligne : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/30/compte-rendu-du-projet-gmmp-2015-pour-le-pole-radio/ );
(3) En France, selon l’INSEE (2019), les femmes représentent la catégorie la plus nombreuse de la population et son espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union européenne [INSEE, Institut National de la statistique et des études économiques, population par sexe et groupes d’âge en 2019, https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474].

QUELQUES PHOTOS EN SUIVANT (et en téléchargement ICI )


La radio et le genre : Rebattre les cartes ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER) a le plaisir de vous inviter à son premier séminaire de l’année 2019 qui aura lieu le samedi 30 mars de 9h45 à 12h30  à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Jullian

La radio serait-elle un des médias où la « prédominance masculine » se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ? Ces questions, d’une réelle actualité, sont au centre du séminaire largement ouvert au public qu’organise le GRER (Groupe de recherches et d’études sur la Radio) à Paris, ce samedi 30 mars au matin.

L’étude sur La représentation des femmes à la télévision et à la radio publiée en mars 2018 par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ([1]) le constate : à la radio, la présence de femmes à l’antenne n’est que de 38 %, contre 62 % pour les hommes. Le même déséquilibre se retrouve dans les émissions matinales : 44 % femmes face à 56 % d’hommes. Il y a toutefois, sur le même créneau, une augmentation de 9 % en comparaison de la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse par rapport à 2016 est également importante à propos du  taux d’expertes à la radio (+8 points) (37% vs. 29%). La catégorie « invité politique » est celle qui compte le moins de femmes : 27% télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.  «  À la radio et à la télé, les femmes parlent deux fois moins que les hommes »  est également  le résultat d’une  étude faite à l’aide de l’intelligence  artificielle et publiée par l’INA l’Institut National de l’Audiovisuel en mars 2019 ([2]).

Une autre recherche, internationale,  le Global Media Monitoring Project  (Projet mondial de monitorage des médias), considère qu’il y a une sous-représentation des femmes en tant que  protagoniste, auteure, et source légitime de l’information d’actualité à la radio, en France ([3]).

Ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre.

Certes, l’ensemble des rapports sociaux organisant des pratiques de genre ont encore des progrès à faire pour réinventer des modalités plus égalitaires. Autour de cette problématique le séminaire du GRER propose d’ouvrir un espace d’échanges et de débat autour de trois dimensions : la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio, la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité et les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique.

Les  réflexions et interrogations problématisés issues  de cette rencontre contribueront à énoncer des préconisations, voire des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française (4)

[1] La représentation des femmes à la télévision et à la radio – Exercice 2017 CSA – 6 mars 2018.

[2] INA  https://www.inaglobal.fr/television/article/la-radio-et-la-tele-les-femmes-parlent-deux-fois-moins-que-les-hommes-10315

[3] Global Media Monitoring Project » (gmmp), « Observatoire mondial des médias sur le Genre, Biscarrat L. Coulomb-Gully  M. Méadel C. (2017), « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes  Le Temps des médias 2017/ 2 (n°29), pages 193 à 207.

[4] En France, selon l’INSEE  (2019),  les femmes représentent la catégorie  la plus nombreuse de la population et dont l’espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union Européenne (INSEE – Institut National de la statistique et des études économiques- Population par sexe et groupes d’âge en 2019  https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474)

Visibilité des femmes à la radio en 2015 : Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet  GMMP (2016) Donzelle B. Fievet A. C., N° 1 Revue  Radiomorphoses http://www.radiomorphoses.fr/

Prendront la parole lors de ce séminaire :

Michelle Perrot, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot.  Pionnière de l’histoire des femmes, historienne des grèves ouvrières et du monde du travail, elle a coproduit et co-présenté l’émission Les Lundis de l’Histoire sur la radio France Culture, entre 1985 et 2014. Elle a récemment publié George Sand à Nohant. Une maison d’artiste (Seuil).

Aurélien Bellanger, écrivain, auteur de :La théorie de l’information (2012), L’aménagement du territoire (2014), Le grand Paris (2017), Eurodance, (2018)  aux éditions Gallimard et chroniqueur radio,chronique « La Conclusion » Radio  France Culture,  du lundi au vendredi.

Marlène Coulomb-Gully, professeure à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Elle travaille en particulier sur les médias, le genre et la politique. Elle est également membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes (HCEfh). Elle a publié plusieurs ouvrages dont Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles (Belin, 2016).

Lauren Bastide est journaliste, diplômée en sciences politiques et en études de genre. Elle est porte-parole du collectif de femmes journalistes Prenons la Une et a co-fondé le studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie La Poudre, dans lequel elle donne la parole aux femmes artistes ou militantes pour lutter contre la sous-représentation des femmes dans les médias.

Conception et organisation de la manifestation : Isabel Guglielmone, Maîtresse de Conférences, Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire de recherches  COSTECH (Connaissance Organisation et Systèmes Techniques ), Université de Technologie de Compiègne et  membre du  GRER ; avec la coopération d’Anne-Caroline Fiévet, membre du bureau du GRER.


Appel à contribution pour la Journée d’étude Numapresse : Le radioreportage dans les années 1930

Cette Journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche « Numapresse » (ANR) aura lieu leVendredi 7 juin 2019 à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. rganisée par n. Il faudra adresser vos propositions avant le 1er mai 2019 à Pierre-Marie Héron, organisateur de cet événement (pierremarieheron@gmail.com).

Périmètre d’étude

1. les émissions des stations de radio émettant à Paris dans les années trente : postes d’État : Radio Tour Eiffel (1921-1940), Paris PTT (1923-1940), Poste Colonial (1931-1938) / Paris Mondial (1938-1940) et Radio Paris (poste privé de 1924 à 1932, nationalisé en 1933) ; postes privés : Poste du Petit Parisien (1924-1932)/ Poste parisien (1932-1940), Radio LL (1923-1935) / Radio Cité (1935-1940), Radio Vitus (1926-1934) / Poste de l’Ile-de-France (1934-1940), Radio Luxembourg (1933-1939), Radio 37 (1937-1939).

2. les pages radio de la presse nationale et les magazines de programmes des années trente.

Les contributions à cette journée, consacrée aux radioreportages diffusés en France dans les années 1930, pourront porter sur les sujets suivants (développés dans le PDF ci-joint) :

  • Les radioreporters : portraits, parcours, réalisations, conceptions de leur métier ;
  • Le radioreportage dans les rubriques radiophoniques des quotidiens nationaux et des principaux magazines de programmes (non numérisés sauf exception) ;
  • Le radioreportage dans les Journaux parlés ;
  • Les collaborations entre la presse écrite de grande diffusion et des postes privés ou publics ;
  • L’art du radioreportage : étapes techniques (la liaison téléphonique reste le moyen le plus sûr face à la liaison par ondes courtes, instable, et du coup le « fil à la patte » des reportages en direct jusqu’à la veille de la guerre, mais l’enregistrement sur disque est introduit en 1931, l’usage du micro baladeur aussi, etc.) ; Pratiques et poétiques du genre … ;
  • Les domaines du petit et du grand reportage : sportif (cyclisme et football surtout, mais aussi tennis, meetings d’aviation…), touristique (régions de France, Europe, Afrique, États-Unis…), politique (crises ministérielles, crises internationales…), artistique au sens large (prix littéraires, revues de music-hall, séances de cirque…), mondain (bals, fêtes, défilés…) ;
  • Les reportages parallèles (un événement couvert par plusieurs stations et journaux) ;
  • Les emplois dérivés de la forme « radioreportage » : dans la presse écrite, le roman, le théâtre, le théâtre radiophonique, les émissions publicitaires ou patronnées…

La Radio Change !

 Comment comprendre l’évolution du comportement du public «jeune» de la radio ? Quels formats se dessinent ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ? Le séminaire “La radio et les jeunes : le désamour ?”,  organisé le 19 octobre 2018 à Paris par le  Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER), a souhaité présenter quelques problématiques autour des changements en cours dont est affectée la radio, son économie et ses usages, notamment parmi les jeunes auditeurs. Vous en retrouverez en suivant plusieurs éléments.

LIRE LA SUITE : plus d’informations et des liens vers deux documents pdf.

Continuer la lecture de La Radio Change !

Carnet du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search