LA RADIO FAIT SON CINEMA, nouvelle parution des Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion

Le numéro 120 des Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion (avril-juin 2014) est consacré aux relations anciennes et plus récentes entre Radio et Cinéma, un dossier établi et rédigé par Joëlle Girard.

Outre le sommaire de la publication, deux textes de ce dossier sont reproduis ci-dessous.

img800Sommaire du n° 120

p. 5 – La Radio se projette sur la toile

p. 7 – Radio et cinéma, une entente cordiale

La radio s’invite dans les films

Le film, un produit dérivé de la radio

p. 10 –  L’exploitation filmée des feuilletons radiophoniques

Les jeux radiophoniques, un sujet de film

p. 15 – La fiction cinématographique brode sur le média radio

La radio participe à l’action du film

La Libre Antenne inspire les cinéastes

La radio, un acteur de “polar”,

p.  23 – Les cinéastes “zooment” sur des auditeurs très particuliers

L’auditeur psychopathe

La bonne parole emprunte la voie des ondes

Au cinéma, le radio affronte des Aliens

p. 34 – La Radio dans les films de guerre

La radio des belligérants scénarisée au cinéma

La guerre des ondes racontée dans les films

p. 46 – Le cinéma capte la sociologie des radios

Des documentaristes témoignent

La radio, un espace de liberté

Les vicissitudes des gens de radio

La radio, juke-box des cinéastes américains

p. 66 – Des radios en toute illégalité sortent sur la pellicule

Le cinéma aborde les radios pirates

La caméra scrute les radios libres

 p. 75 – Conclusion

p. 76 – Filmographie :

I – La radio dans les films français

Il – Films, documentaires, reportages sur la radio

Ill – Quelques films étrangers comportant des scènes importantes pour la radio

  ——

Et aussi 

 ILS ONT FAIT LA RADIO : Dominique Baudis – Philippe Dechartre

MAGAZINE : Archives papier de Jean-Noël Jeanneney Président-directeur-général de Radio France et de Radio France Internationale de 1982 à 1986.

NOTES DE LECTURE :

Radio Londres, la guerre en direct, de Jacques Pessis (Éditions Albin Michel, 2014, 235 p.)

Jean Sablon, de Philippe Jadin et Charles Langhendries (Éditions Gourcuff et Gradenigo, 2014, 207 p.

img931

LA RADIO SE PROJETTE SUR LA TOILE

Le cinéma, on le sait, a très tôt tenu compte de la place qu’occupait la radio dans la société. Comment aurait-il pu en être autrement durant la première moitié du XXe siècle alors que, du début à la fin de la journée, la radio accompagnait le public que visaient les cinéastes ? Pour l’auditeur, la radio était tout à la fois un grand quotidien avec ses bulletins d’information politique et économique, ses grands reportages, ses chroniques littéraires, sportives, culinaires, de mode et de spectacle, ses conseils pratiques, ses feuilletons, rubriques auxquelles elle ajoutait le son, cela faisait aussi d’elle une salle de concert diffusant tous les genres musicaux.

 Considérée d’abord comme un des meubles du décor, (le poste de radio familial), la radio va s’introduire dans les films et franchir plusieurs étapes, tel le figurant de base qui accède à une fonction dite de « figuration intelligente, obtient ensuite un second rôle à partir duquel il arrive en haut de l’affiche du film dont il détient le rôle principal.

 La place que tient la radio dans les films et le rôle que lui donnent les cinéastes ont varié au cours du temps, permettant de considérer des périodes distinctes dans leur relation. Schématiquement, on peut dire qu’entre les années vingt et les années quarante, après avoir exploité comme vedettes de films les vedettes de la chanson qui passaient à la radio, les cinéastes américains donnaient à la radio et à l’animateur radio un rôle de détective dans une histoire policière, tandis que les cinéastes français lui empruntaient surtout les feuilletons, les jeux et les crochets à succès populaire.

 On note aussi que c’est aux alentours de 1935 qu’apparaissent les premiers films sur les « radio pirates ». Les années quarante et cinquante constituent une autre période, car les comédies et les films de guerre dans lesquels la radio intervient de manière plus ou moins importante prennent le pas sur les films policiers dont le scénario implique la radio.

 La période des années soixante et soixante-dix voit sortir aux États-Unis des productions cinématographiques dans lesquelles la radio n’est pas seulement un élément du sujet du film mais son unique sujet, traité sous forme de biographies d’animateurs radio célèbres, notamment des disc- jockeys, d’historiques romancés d’une radio particulière, de fictions ayant trait à la radio et à des gens de radio.

 C’est dans les dernières années de cette période que le développement du concept de « Libre Antenne » dans les radios incite des cinéastes à faire de l’auditeur le sujet du film. Le cinéma des années quatre-vingt consacre, sous forme de documentaires réalisés sur le vif ou a posteriori en exploitant des témoignages, des films aux radios d’un type nouveau que sont les radios libres à vocation syndicale, les radios locales privées à vocation sociétale, et les radios thématiques religieuses, psychologiques, érotiques, etc.

 À partir des années quatre-vingt dix, les cinéastes – étrangers, pour la plupart – complètent la panoplie de films concernant la radio par des films fantastiques mettant en scène fantômes, zombies, vampires et autres créatures abominables, des films d’anticipation faisant intervenir des extra-terrestres, des films d’épouvante se passant à la radio, tandis que les cinéastes français se retournent, à l’occasion d’un anniversaire, sur le passé de certaines grandes stations de radio.

 On assiste toutefois actuellement à une nouvelle vague de films de radio qui laisse augurer que les premières décennies du troisième millénaire seront aussi riches dans ce domaine que les décennies antérieures.

Dans les pages qui suivent, nous avons cherché à donner un aperçu des sujets ayant trait à la radio dont se sont emparés les réalisateurs de films depuis les tout débuts du cinématographe.

Pour des raisons de cohérence, ces films ont été regroupés par genres, en faisant généralement abstraction de leur origine nationale (sauf quand un pays est le seul à avoir exploité un genre particulier), tout en conservant la chronologie de leur apparition sur les écrans afin de mettre en évidence l’évolution de chaque genre au cours du temps.

 Tous les films n’ont pas été retenus, car ils sont nombreux (plus de 600 !), dans lesquels la radio est présente mais où sa présence, très subalterne, n’apporte rien à l’intrigue et ne renseigne pas sur le média, pour ne développer que ceux qui montrent une station de radio, un studio de diffusion, un animateur d’émission en action, ou dans lesquels la radio participe à l’histoire et apparaît représentative d’une époque.

Les films cités conservent leur titre d’origine accompagné de leur signification en français et d’y ajouter, le cas échéant, le titre sous lequel ils ont été exploités commercialement en France.

Un critique de film disait que si l’on interdisait aux réalisateurs d’outre-Atlantique l’emploi d’armes à feu et d’explosifs dans les films, le cinéma américain n’existerait plus ! Il serait très exagéré de prétendre qu’il n’y aurait pas eu de cinéma si l’on avait interdit d’employer le média radio comme accessoire, personnage ou sujet de film. Mais on peut toutefois penser que de nombreux films ne doivent leur intérêt qu’à l’emploi de la radio par les scénaristes et réalisateurs, et que sans la radio, plusieurs chefs d’œuvre du cinéma mondial n’auraient jamais existé.

Joëlle Girard

img933

RADIO ET CINÉMA, UNE ENTENTE CORDIALE

De la même manière que la radio s’était servie de la notoriété des vedettes du music-hall pour accroître son audience, le cinéma fait très tôt appel aux vedettes de la radio, à commencer par les chanteurs à la mode qui passent sur les ondes, pour attirer les auditeurs de radio dans les salles obscures. Et comme les premiers films dans lesquelles la radio est présente sont réalisés dans les années 1920, les prestations cinématographiques de ces vedettes promues au rang d’acteurs sont paradoxalement muettes. Héros de longs métrages, les vedettes issues de la radio jouent une diversité de personnages – jeunes premiers romantiques, ardents mousquetaires, sympathiques pirates, etc. –, avant qu’un scénariste de cinéma ne songe à écrire une histoire ayant trait à la radio, d’autant que si celle-ci tient un rôle dans le film, ce rôle ne peut encore être que muet.

LA RADIO S’INVITE DANS LES FILMS

C’est aux États-Unis qu’est réalisé le premier film dans lequel il est question de la radio autrement que par la seule présence dans le décor d’un poste revêtant la forme imposante d’un meuble de bois vernis dont le haut-parleur était recouvert d’une épaisse toile. Malgré le lourd handicap de l’absence de son étant donné son sujet, The Radio Detective (La Radio détective), film d’aventure américain réalisé en 1926 par William James Craft et William A.Crinley, connaît un grand succès. Ce film raconte l’histoire d’un détective (joué par Jack Dougherty, célèbre acteur du cinéma muet) qui, avec l’aide de la radio, se lance à la recherche d’un criminel.

Comme c’est souvent le cas, le succès d’un film incite les producteurs de cinéma à investir dans des films bâtis sur un thème analogue. Ceci explique que dans le sillage de The Radio Detective soient sortis plusieurs films policiers ayant pour caractéristique de mêler la radio à l’intrigue et de la faire participer à l’action. Des films tout aussi muets que leur modèle jusqu’à la sortie de The Jazz Singer (Le Chanteur de jazz) en 1927.

Premier film parlant, à défaut d’être le premier film sonore (plusieurs courts métrages expérimentaux comportant du son avaient précédé le film d’Alan Crosland) et ne concernant en rien la radio (même si sa vedette, le célèbre chanteur Al Jolson, était tout aussi connu des auditeurs de radio que des amateurs de music-hall), The Jazz Singer ouvrait une voie nouvelle aux cinéastes, notamment à ceux désireux d’exploiter l’univers de la radio. Ils s’y sont engouffrés.

Sans la capacité de sonoriser les films, il est certain que la First National Pictures n’aurait jamais envisagé de produire Weary River (Rivière fatiguée). Sorti en 1929, ce long-métrage musical américain de Franck Lloyd (ayant pour titre français Le Torrent fatal) donne à la radio un rôle important. Le bootlegger Jerry Larrabee, rôle que tient Richard Barthelmess, est encouragé à former un orchestre par le directeur de la prison dans laquelle il est enfermé à la suite d’une bagarre. Diffusée par la radio, sa chanson Weary River remporte un tel succès que le captif bénéficie d’une libération anticipée. Mais incapable de reproduire sa performance hors des murs de la prison, il retourne derrière les barreaux pour chanter son tube.

La radio est impliquée aussi dans The Concentratin’ Kid (Le Gosse obnubilé), western américain daté de 1930 que réalise Arthur Rosson. Il raconte l’histoire d’un cowboy, qui, séduit par une chanteuse qu’il écoute à la radio, parie à ses compagnons de se faire aimer d’elle et de l’épouser bien qu’ils ne se soient jamais vus. Pour faire perdre son pari au prétentieux cowboy, un des parieurs kidnappe la chanteuse.

Dans un tout autre genre, Max Fleisher se moque gentiment de la radio en portant à l’écran sous forme de dessin animé la très populaire bande dessiné humoristique intitulée Radio Riot (Scandale radio) qu’il a publiée durant la décennie 1920-1930. Le dessin animé Radio Riot, sorti en 1930, montre une grenouille animatrice de radio dont l’haleine est si fétide que le micro en est incommodé, des mouches chanteuses collées à du papier tue-mouches, une araignée qui se recouche après avoir fait sa gymnastique matinale au son de la radio, etc.

Précurseurs, ces films qui surfaient sur la notoriété de la radio allaient être suivis de beaucoup d’autres, qui, avant d’emprunter au média ses différentes facettes, transposeraient à l’écran ses émissions les plus populaires, à commencer par les feuilletons.

LE FILM, UN PRODUIT DÉRIVÉ DE LA RADIO

 L’idée de transposer à l’écran des romans célèbres, gage de probable succès commercial, naît très tôt chez les cinéastes. Ils pensaient que donner un visage à Esméralda, à d’Artagnan, à Emma Bovary ne pourrait que susciter la curiosité d’un vaste public. C’est aussi dans cette conviction que des cinéastes, en France notamment, ont estimé rentable de transposer sous forme cinématographique les émissions de radio qui captivaient les auditeurs. Et comme celles qui recueillaient alors la plus grande audience étaient des feuilletons et des jeux, c’est dans cette direction qu’ils se sont d’abord tournés.

 Est-il alors exagéré de dire que plusieurs des films traitant peu ou prou de radio sont ce que l’on nomme aujourd’hui des produits dérivés d’émissions, comme le sont les personnages en plastique, les masques, les déguisements et accessoires des héros de certains films actuels ? À ceci près cependant que si ces films ajoutaient à la notoriété des émissions dont ils tiraient leur origine, ils ne participaient pas à l’économie de leur production, à la différence des gadgets qui accompagnent certaines grosses productions cinématographiques contemporaines.

 Joëlle Girard

img934


Une réflexion sur « LA RADIO FAIT SON CINEMA, nouvelle parution des Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.