UNE DOUCE VOIX S’EN EST ALLÉE

Jeudi dernier, le GRER a perdu un ami. Au terme d’une longue maladie contre laquelle il a admirablement lutté jusqu’au bout, Guy Starkey a cessé de vivre. Son poste de radio s’est définitivement éteint.

Au sein du GRER, d’autres que moi, à commencer bien sûr par Jean-Jacques Cheval, qui était son ami, pourront exprimer de meilleure manière tout ce que cette perte inspire à notre association, mais aussi – sinon surtout – à chacun d’entre nous en particulier, à titre personnel.

Pour ma part, j’ai eu l’occasion de connaître Guy dès de mon arrivée au GRER, dont il fut un des membres fondateurs, et, à partir de ce moment, j’ai appris à découvrir toutes ses qualités humaines et scientifiques. Chercheur et enseignant remarquable dans une université britannique – Sunderland – qui avait osé, sur sa proposition, consacrer une formation spécifique à la radio, Guy avait aussi l’immense qualité de manifester une profonde amitié pour la langue française, qu’il pratiquait assez aisément. Ses liens directs avec le monde anglo-saxon de la recherche sur la radio et le Radio Studies Network ont aussi toujours été pour nous d’un grand recours. Toutes ces raisons expliquent pourquoi Guy fut longtemps administrateur du GRER, puis resta jusqu’à son décès membre du comité scientifique international notre association.

Guy occupa aussi une fonction de premier plan dans cette remarquable initiative que fut le projet de recherche européen IREN, initié par Jean-Jacques Cheval. À la fin du projet IREN, Guy tenta de poursuivre l’expérience avec l’appui de son université, et introduisit avec conviction plusieurs années de suite des projets de recherche internationaux auprès des autorités européennes. La sourde oreille que celles-ci opposèrent à ces propositions qui pressentaient la révolution que la radio allait vivre ne le démobilisa pas. Avec d’autres anciens participants d’IREN, pour la plupart tous membres du comité scientifique du GRER, il fonda alors la Radio Research Section de l’ECREA, section dont on connaît aujourd’hui la renommée internationale.

Guy Starkey était infatigable. Il ne manquait quasiment jamais un des colloques du GRER, où il intervint à de nombreuses reprises, y exploitant sa connaissance pointue de la situation radiophonique en Grande-Bretagne, mais veillant aussi à en relativiser la nature d’exemple, et opposant une lecture marquée de profonde modestie aux ambitions parfois dominatrices que manifeste son pays dans le domaine de la recherche universitaire.

Tous ceux qui étaient présents au dernier colloque du GRER, à Bordeaux en novembre 2017 sur « La radio au service des publics », n’oublieront jamais sa communication ni l’intervention très personnelle sur la place de la radio dans sa vie qu’il fit en fin de congrès, après le keynote speech de Peter Lewis. L’émotion était alors intense et sincère.

Au-delà des présentations académiques, des papers et des publications, on ne peut parler de Guy sans évoquer les nombreux moments amicaux qu’il nous permit de vivre dans le partage au cours d’innombrables repas et soirées où nous avons mangé, bu, et discuté ensemble de tout et de rien. Je me souviens notamment d’un repas de thèse où nous avons essentiellement échangé sur les qualités réciproques de nos félins domestiques, Guy défendant le sien de manière intarissable. Ou d’un autre, au lendemain du vote du Brexit, où il avait confié son désarroi, voire sa honte d’être britannique…

Guy est un homme merveilleux, un scientifique de haut niveau, un professeur qui ne s’est jamais pris trop au sérieux. Toute sa vie, il a aimé la radio très profondément, l’ayant d’abord longuement pratiqué (notamment du temps des radios pirates italiennes diffusant vers la France…) avant de l’enseigner. Une approche exemplaire, dont devraient s’inspirer nombre de ceux qui se disent scientifiques, mais ne connaissent que les quatre murs de leur laboratoire ou de leur bureau. Tous ceux qui l’ont un jour rencontré n’oublieront jamais son remarquable sourire, sa bienveillance, et sa disposition à l’écoute dès le premier contact avec chacun.

Le monde de la recherche sur la radio perd un être exceptionnel. Le GRER voit disparaître un ami, qu’on pleurera longtemps.

Au revoir, Guy. Mais je suis sûr que, via les ondes radio, ta douce voix et son ton presque confidentiel tourneront toujours autour du monde.

Frédéric ANTOINE, Président du GRER

Guy Starkey lors de sa dernière intervention aux colloques du GRER (Bordeaux, novembre 2017).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.