La Radio Change !

 Comment comprendre l’évolution du comportement du public «jeune» de la radio ? Quels formats se dessinent ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ? Le séminaire « La radio et les jeunes : le désamour ? »,  organisé le 19 octobre 2018 à Paris par le  Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER), a souhaité présenter quelques problématiques autour des changements en cours dont est affectée la radio, son économie et ses usages, notamment parmi les jeunes auditeurs. Vous en retrouverez en suivant plusieurs éléments.

LIRE LA SUITE : plus d’informations et des liens vers deux documents pdf.

Les offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, Directeur de Radio & Music de la BBC, l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000 % au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials (personnes nées entre 1980 et 2000). Le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias.

La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes. Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans, mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question, réinventés.

Avec l’aide de spécialistes, ces questions,et d’autres, ont été abordées, débattues, le vendredi 19 octobre 2018, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA, lors d’un séminaire organisé par le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER).

Les intervenants furent :

 – Frédéric Antoine. Président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique) ;

– Julie Terrade. Directrice du pôle national du département radio de Médiamétrie ;

– Sophian Fanen. Auteur de « Boulevard du stream, du mp3 à Deezerla musique libérée », Éditions Castor astral , 2017. [http://www.castorastral.com/livre/boulevard-du-stream/]. Cofondateur du journal Les Jours, où il a publié la série : La fête du Stream (2017), toujours disponible en ligne [https://lesjours.fr/obsessions/la-fete-du-stream-3/] ;

– Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information). Spécialiste des médias pédagogiques en milieux scolaires [https://www.clemi.fr/https://www.clemi.fr/fr/carte-medias-scolaires.html] ;

– Albino Pedroia. Consultant spécialisé dans l’analyse de la radio. Communicant, organisateur et animateur du séminaire.

 Pour poursuivre nos réflexions, vous retrouverez ici, en suivant un texte d’Albino Pedroia introduisant sa présentation visuelle : « La radio change » où il évoque les changements structurels et économiques qui transforment ce média, ses usages et ses contenus. Nous le mettons librement en ligne sous forme d’un document PDF, ainsi que le diaporama présenté par Julie Terrade, de Médiamétrie. Chiffres à l’appui, Julie Terrade met l’accent sur le caractère toujours puissant, et aussi pluriel, connecté, du média radiophonique, puis donne un éclairage sur la consommation de la radio par les jeunes. Ces deux documents qui attestent des mutations à l’œuvre serviront aussi à tordre le cou à l’idée trop simple d’un déclin de la radio.

Jean-Jacques Cheval, 22 novembre 2018.

ALBINO PEDROIA : LA RADIO CHANGE !

Depuis 15 ans, internet a bouleversé l’économie des médias. Parallèlement, le numérique a changé les usages,c’est-à-dire le mode de consommation, de ces médias. Le contenu et la forme de l’offre radio changent pour s’adapter au nouvel environnement.

L’ÉCONOMIE

Entre 2000 et 2017, les recettes publicitaires de la télévision, la presse, la radio et l’affichage ont baissé de 33 %[1]. Les recettes publicitaires de la radio ont atteint leur sommet  historique en 2006 à 848 M€, cependant en 2017, elles étaient de 694  M€[2], soit une baisse de 18% en 11 ans. La radio publique a été moins affectée parce que la redevance n’a pas subi la même évolution.

LES USAGES

Les technologies de diffusion et de réception des programmes radio ont considérablement évolué. En France, la diffusion analogique FM représente encore 73 % de l’Audience cumulée (AC)[3], alors que la réception sur les terminaux multimédias (ordinateurs, tablettes et surtout smartphones) représente 12,6 % de l’AC sur l’ensemble de l’univers mesuré (+13 ans). Chez les 13-19 ans, l’écoute de la radio sur smartphones représente 16,2 % de l’AC. L’écoute de la radio sur les supports multimédias devrait progresser dans les prochaines années. La généralisation des enceintes connectées, des voitures connectées et des casques sans fil de qualité, devrait contribuer à la croissance de l’écoute sur les terminaux multimédias. Aujourd’hui, 79 % des Français possèdent un smartphone et ont donc un récepteur radio dans leur poche. L’histoire de la radio l’atteste : le changement des techniques de production et de réception de la radio provoque un changement des usages.

LES CONTENUS

 Les contenus devront s’adapter à ces nouveaux usages. Ce phénomène est accentué par les changements socio-économiques du public. Radio France et les opérateurs privés parlent de radio globale. Le son, qui restera le vecteur principal de communication dans le domaine de la radio, sera enrichi avec la vidéo et le texte. L’écoute délinéarisée, demande des contenus différents. La vague de production massive de podcasts natifs depuis 3 ans en France, répond justement à ces nouveaux besoins d’offres, avec des formats et des contenus non disponibles par ailleurs sur les ondes radio.

27 octobre 2018 – Albino Pedroia


[1]Source : MEDIAS ET PUBLICITE EN LIGNE – Bearing Point – publié par le CSA en juillet 2018  

[2] Source : IREP

[3] Source : Médiamétrie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.