COMPTE-RENDU : La radio et le genre : Rebattre les cartes ?


Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER), le samedi 30 mars 2019 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA, 2 Rue Vivienne à PARIS, organisait un séminaire académique de recherche autour du thème « La radio et le genre », et sans dissimuler son espoir de voir les cartes rebattues en la matière.
Cette rencontre s’est tenue à l’initiative et sous la direction d’Isabel Guglielmone, Maître de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne et membre du Laboratoire COSTECH.

Isabel Guglielmone a introduit la problématique de cet événement de la manière suivante :
« La radio serait-elle un des médias où la ‘‘prédominance masculine’’ se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ?
C’est en tout cas ce que laissent penser les retours de l’étude
“La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2018 (1) par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Celui-ci constate un déséquilibre dans le cas spécifique de la radio, quant à la présence de femmes à l’antenne : à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %). Cependant, on remarque, sur le même créneau, une augmentation de neuf points en relation à la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse est également importante quant au taux d’expertes à la radio (+8 points) par rapport à 2016 (37 % vs. 29 %). La catégorie ‘‘invités politiques’’ est celle qui compte le moins de femmes : 27 % télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.
À travers une autre étude, internationale celle-ci, et nommée
Global Media Monitoring Project (2) (GMMP : Projet mondial de monitorage des médias), on constate une sous-représentation des femmes en tant que protagonistes, auteures, et sources légitimes de l’information d’actualité à la radio, en France.
Certes, ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre. En effet, culturellement et historiquement construit, le genre est un des rapports sociaux qu’imprègne l’ensemble des pratiques professionnelles, culturelles, sociales, symboliques et discursives. Et cela, depuis des situations d’inclusion ou exclusion sociale jusqu’à des représentations médiatiques, en passant par des dispositifs sociotechniques.
Le séminaire du GRER se proposait ouvrir un espace d’échanges et de débat sur trois dimensions autour de la complexe problématique du genre : a) la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio ; b) la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité diffusée à la radio ; et c) les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique. Ceci avec l’espoir que les échanges, les réflexions et interrogations problématisées, énoncés lors de cette rencontre puissent contribuent à avancer des préconisations, voire, des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française.
»(3)

Le séminaire a compté les participations de :
• Michelle Perrot : historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot et militante féministe française. Auteure de nombreux livres et coproductrice de l’émission « Les Lundis de l’histoire » sur France Culture.
(On trouvera ICI le texte reprenant son intervention) ;
• Marlène Coulomb-Gully : chercheuse universitaire, spécialisée sur les thèmes médias, genre et politique. Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Toulouse II – Le Mirail.
(On trouvera ICI un résumé de son intervention) ;
•  Aurélien Bellanger :
écrivain et auteur de la chronique quotidienne « La Conclusion » dans l’émission « Les Matins de France Culture ». À cette occasion, il a lu la chronique « Confession d’un ex-climatosceptique » diffusée le 19 /03/2019 sur France Culture. Que l’on pourra retrouver ici :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-conclusion/le-climatoscepticisme
• Lauren Bastide : journaliste de radio et télévision cofondatrice du DaylyElle, version en ligne du magazine, puis du studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie “La Poudre”. Elle y donne la parole aux femmes artistes ou militantes. Un extrait de ce podcast a été diffusé, on pourra le retrouver ici :
https://www.nouvellesecoutes.fr/la-poudre/

Après chaque intervention, le public a pu s’exprimer, contribuer ou poser des questions, ouvrant ainsi un espace d’échanges et de débat. Les points de vue exprimés par les intervenant.e.s ont été divers et complémentaires.

NOTES

(1) « La représentation des femmes à la télévision et à la radio » – Exercice 2017, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), 6 mars 2018 [https://www.csa.fr/Informer/Collections-du-CSA/Travaux-Autres-publications-rapports-bilans-etudes-d-impact/Rapports-au-gouvernement.-parlement.-etc/La-representation-des-femmes-a-la-television-et-a-la-radio-Exercice-2018].
(2) On pourra se référer aux travaux suivants : • « Global Media Monitoring Project » (GMMP),   http://whomakesthenews.org/ ; Observatoire mondial des médias sur le Genre : http://www.genreenaction.net/Projet-mondial-de-monitorage-des-medias-2010.html ; • Biscarrat L. Coulomb-Gully M. ; Méadel C., « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes », Le Temps des médias, 2017/ 2 (n°29), pp 193 à 207 ; Donzelle B. Fievet A. C., « Visibilité des femmes à la radio en 2015 ; Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet GMMP », Radiomorphoses, n° 1 – 2016 (revue en ligne : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/30/compte-rendu-du-projet-gmmp-2015-pour-le-pole-radio/ );
(3) En France, selon l’INSEE (2019), les femmes représentent la catégorie la plus nombreuse de la population et son espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union européenne [INSEE, Institut National de la statistique et des études économiques, population par sexe et groupes d’âge en 2019, https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474].

QUELQUES PHOTOS EN SUIVANT (et en téléchargement ICI )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.