restitution des concertations des Etats généraux des radios associatives organisés par la CNRA


  Nozha Smati
, Vice-présidente du Groupe de recherches  et d’études sur la radio –  Observatrice et rapporteuse des concertations : “La liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ?” et “La voie des femmes dans les radios associatives”

Séance plénière de restitution des concertations, 14 juin 2019, 10h à 12h30 – Ecole supérieure de journalisme de Paris

Au nom du Groupe de recherches et d’études sur la radio (Le GRER), je remercie les organisateurs membres du CNRA de nous avoir invités à participer aux activités de ces 25ème États généraux des radios associatives et à partager avec vous ces deux journées, riches en expression, en témoignage et en échange, dédiées aux radios associatives et à la place de la femme dans ces médias.

Quatre concertations ont rythmé la journée d’hier,  j’ai eu le plaisir d’observer et de rapporter deux d’entre elles : «la liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ? » et « la voie des femmes dans les radios associatives ».  Je suis consciente que la richesse de ce qui a été entendu et vécu est irréductible à ces éléments de synthèse. Cependant, j’estime  que ces temps forts de paroles et de consultations libres et constructives, susciteront et accompagneront vos futurs engagements pour faire valoir la force du secteur et l’importance de la communication sociale de proximité.

La première concertation propose de réfléchir sur la question cruciale de la liberté d’expression et sa préservation. Elle s’est déroulée de 10h25 à 12h et a été animée par Jocelyn Abbey de la Fédération régionales des radios associatives (FRAMA) et Sébastien Péjou de la Coordination des radios associatives de lorraine (CRAL) en présence de Michèle Leridon, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, présidente du groupe de travail droits et libertés, pluralisme et déontologie au CSA et d’Emmanuelle Daviet, Médiatrice de Radio France.

Ce temps d’échange s’est articulé autour d’une question principale : Comment garantir et préserver la liberté d’expression sur les radios associatives ?  L’objectif étant de faire un état des lieux de la situation et de recueillir les réactions des actrices et acteurs de la radio associative sur leurs pratiques professionnelles concernant ce terme de liberté d’expression.  

En guise d’introduction à cette thématique, l’intervention d’Emmanuelle Daviet, a permis de cadrer et de définir pertinemment ce qu’est une radio associative et ses spécificités : ce média est synonyme de liberté, de proximité, d’entraide, de lien social, d’écoute et de singularité. Synonyme d’un engament fort, le lieu de la débrouille, du bénévolat, de l’humilité.   

Les particularités d’une radio associative se manifestent dans sa capacité à être un média alternatif, à restituer une information locale qui participe à la démocratie locale, à décrypter ce qui se passe dans les territoires et à être une école du terrain. Ces médias ont pour mission de produire des reportages de terrain et de proximité en lien avec le quotidien des auditeurs.

Ce rôle formateur des radios associatives, d’école ou centre de formation selon les expressions employées lors de ces échanges a été largement souligné par plusieurs représentants de ces médias.

L’intervention de Madame Daviet a suscité des réactions diverses parmi lesquelles : comment faire du terrain lorsqu’il n’y pas de temps à donner au journaliste pour faire des investigations, pour chercher et décrypter l’information ? Comment assurons-nous notre mission d’information du public avec peu de moyens

En réponse à ces interrogations et à ces inquiétudes, les deux témoins conviés à la discussion, représentantes du CSA et de Radio France, mettent en exergue la nécessité d’effectuer des choix sur le plan éditorial et consacrer du temps à l’enquête, d’imaginer des partenariats, des mutualisations avec les locales de Radio France. Cette proposition de mutualisation demeure toutefois problématique comme en témoigne l’expérience de certaines radios associatives confrontée à une forme « d’SOS racisme de l’audiovisuel public vis-à-vis des radios associatives », telle que la définit le président du Groupement associatif ex-limousin.

La relation entre radio public et radio associative a suscité d’ailleurs plusieurs réactions qui traduisent une cohabitation difficile voire une situation de mépris qui n’a pas lieu d’être : loin d’être concurrentiels, les radios associatives font le même travail et sont aussi des acteurs du service public. Selon les témoignages, des formes d’échange entre ces médias méritent d’être instaurées voire même régulées grâce à la réactualisation de la charte existante ou encore à travers d’autres accords et dispositifs à imaginer et mettre en place.  

Un autre volet intéressant des échanges a porté sur l’indépendance éditoriale et l’autocensure en lien avec la problématique des conditions d’attribution des subventions.

La médiatrice de Radio France, souligne le fait que l’indépendance repose certes sur le Conseil supérieur d’audiovisuel mais aussi sur le journaliste qui pourrait garantir son indépendance en usant de formes de contournement. Il s’agit de forger des manières de faire, des habilités et surtout l’inventivité. Il est important de donner la parole au détracteur et au partisan du projet local, ce qui renforce le positionnement de la radio vis-à-vis de son public.

Sur cette même question, certains acteurs de radios soulèvent la pression que subissent les radios locales en raison des appels  à projets mis en place par le pouvoir public avec des sujets imposés, ce qui est perçu comme une vraie atteinte à la liberté d’expression des radios indépendantes.  

Aussi garantir l’indépendance des journalistes repose-t-il, selon plusieurs témoignages, sur l’importance d’investir dans la formation des salariés grâce à des partenariats avec des écoles de journalisme, malgré que la nouvelle loi de formation professionnelle ne soit pas avantageuse.

En conclusion de cette première synthèse, je termine sur trois notes, trois ondes positives et engageantes issues de vos témoignages lors de ce temps d’échange et qui méritent d’être soulignées :

  • La première, il y a liberté d’expression parce qu’il y a diversité des expériences des radios associatives et sur différents territoires « Aucune radio ne se ressemble »
  • La deuxième, face à la violence, à l’harcèlement et aux menaces que subissent certaines radios associatives tel que radio Pastel FM, toutes les radios associatives sont appelées à se mobiliser pour relayer et diffuser ces violences et apprendre à défendre la liberté individuelle car il n’y a pas que la loi qui doit la défendre.
  • La troisième, la liberté d’expression est préservée sur les radios associatives parce que c’est ce qui nous ramène à l’essence même de la création des radios libre.

La concertation «la voie des femmes dans les radios associatives » a été animée par Perla Danan de l’Assemblée régionale des radios associatives (ARRA) et Delphine Séveno de FRAMA en présence de Nathalie Bédé sous-directrice de l’ESJ Paris et de Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse TV.

En s’appuyant sur quelques chiffres significatifs issus de l’enquête de l’INA sur la part qu’occupent les femmes à la télé et à la radio, les échanges ont permis de soulever et d’interroger des pratiques discriminantes et inégalitaires pour accéder et pratiquer ce métier.

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio avait d’ailleurs organisé le 30 mars 2019 un séminaire sur cette thématique « La radio et le genre : rebattre les cartes ? » offrant un espace de réflexion et d’échange sur la représentation de la femme dans ce média et sur « la prédominance masculine  qui se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ».

Aujourd’hui on assiste certes à une surabondance des enquêtes sur le thème de la représentation des femmes dans les médias mais à la stagnation de la situation sur le terrain des médias qui eux résistent au changement.

En 2018 la présence de femmes à l’antenne s’élève à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes selon l’étude du CSA “La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2019. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %).

Le temps de la concertation partagé hier sur « la voie des femmes » a permis de soulever plusieurs constats, apports et propositions soumis à la discussion :  

  • Dans le monde journalistique, il y a une parité, une démocratie qui s’installe. L’harcèlement existe, la discrimination existe aussi au niveau de l’embauche et les inégalités salariales persistent.
  • L’image et la séduction constituent des paramètres de différenciation entre homme et femmes dans le monde de la communication télévisuelle. A la radio les stéréotypes de la voix des femmes sont toujours d’actualité mais avec l’arrivée de la radio filmée, l’image à « la radio devient aussi débat ».
  • le monde de la radio est tellement masculin ce qui freine l’accès de la femme à ce média voire l’autocensure.
  • la nécessité de mettre en œuvre des processus incitatifs : inciter les femmes à prendre la parole, à prendre la place et à le faire savoir.  
  • la liberté de parole ne doit pas être accessible uniquement à ceux qui savent prendre la parole mais à ceux et celles qui ont des difficultés, des obstacles liés à l’éducation, aux préjugés, aux problèmes de scolarité.
  • le manque des femmes bénévoles à la radio serait lié selon de nombreux témoignages à la perception des disponibilités des femmes à s’engager qui n’est pas la même pour un homme  ainsi qu’à une légitimité culturelle.
  • le rôle des radios associatives dans l’éducation aux médias dans les quartiers prioritaires et autres.
  • la quasi-absence aujourd’hui d’émissions féministes dans les radios associatives contrairement aux années 80.

Enfin j’ai envie de partager avec vous ce témoignage de Michelle Perrot sur la voix à la radio.  Coproductrice de l’émission Les Lundis de l’histoire sur France Culture, elle nous confie lors du séminaire du GRER : « Le sommet de ma jouissance narcissique fut atteint lorsqu’un jour (il y a peu, car je continue d’intervenir ponctuellement à la radio), une employée de la SNCF, que je sollicitai pour un billet à un comptoir de la gare Montparnasse, me dit : ‘‘Vous êtes Michelle Perrot, je reconnais votre voix’’. Magie de la radio, que je remercie pour ce plaisir existentiel ».  

La restitution de ces concertations sera publiée sur le site du CNRA ainsi que sur notre carnet de recherche Radiography. Le GRER est ravi de contribuer à rendre visible la parole des radios associatives, de diffuser les interrogations, les inquiétudes et les perspectives qui ont été exprimées sous une forme participative par les acteurs et les actrices de ces médias de proximité.   

                                                                                                                        Nozha Smati


Une réflexion sur « restitution des concertations des Etats généraux des radios associatives organisés par la CNRA »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.