Podcast : le grand retour du son

Article de Rémi Bouton dans Nectart 2020/1 (N° 10), pages 96 à 103

Disponible en  PDF         ou      cliquez ICI  

En plein essor, le podcast apporte un nouvel univers audio venant compléter l’offre d’une radio pour tous et fédératrice : un média personnel, à la carte, mobile, ouvert sur une multitude de productions et de créations, auquel le développement de l’écoute en mobilité, des enceintes connectées et de la commande vocale offre de nouvelles perspectives.

 Le problème, c’est que tout le monde peut entendre », aurait objecté un haut gradé lors d’une démonstration de la transmission sans fil par son inventeur, Guglielmo Marconi, au crépuscule du xixe siècle dans les Alpes italiennes. Précisément, c’est ce qui a fait le succès de la radio tout au long du xxe siècle : tout le monde pouvait l’écouter ! Il faut dire qu’en plus de la transmission sans fil (la TSF), est apparue à l’aube du xxe siècle la modulation sonore, permettant de transmettre la voix et la musique…

Personnage central de la Seconde Guerre mondiale grâce à sa capacité à franchir la Manche et à être écoutée par tous et de manière anonyme, la radio a connu son véritable développement commercial dans les années 1950 et 1960 avec les radios périphériques. Durant les années 1970 et 1980, la FM a apporté dans son sillage les radios pirates puis libres, avant qu’elle ne devienne commerciale et ultra-marketée, épuisant sa capacité d’innovation à l’orée d’un nouveau siècle numérique.

Avec Internet, la transmission sans fil n’est plus l’apanage de la radio, et depuis longtemps déjà l’image a supplanté le son. Dernier média analogique, la radio tombe en désuétude parmi les jeunes générations. Le poste a été remplacé par le smartphone, et avec lui les réseaux sociaux et autres médias numériques, beaucoup plus agiles, beaucoup plus interactifs, ont pris le pas sur l’émission traditionnelle.

Depuis vingt ans, la radio cherche sa place dans ce nouveau paysage. Bien sûr, le Conseil supérieur de l’audiovisuel – le CSA – a planché sur la radio numérique. Mais la France a pris du retard. En 2017, la Norvège a été le premier pays à fermer les vieux émetteurs FM au profit du numérique. La Suisse et le Royaume-Uni s’apprêtent à faire de même dans les années à venir. En France, les premières autorisations nationales en numérique (DAB+) n’ont été délivrées qu’en 2019…

5Reste que même en numérique, la radio n’apporte pas ce qui fait le succès des médias d’aujourd’hui : la possibilité de les consommer de manière délinéarisée, à la demande, selon le principe résumé par l’acronyme anglais ATAWAD – Any Time, Any Where, Any Device. Pour survivre, la radio devait se réinventer à partir de ses fondamentaux : le son, la voix, la relation personnelle et intime qu’elle établit avec l’auditeur, l’absence d’écran… Le podcast arrive à point nommé.

Inventé début 2000 à partir de l’iPod (l’iPhone n’existait pas encore) et du mot anglais broadcast (diffusion), le terme « podcast » décrit la capacité d’un fichier son à être distribué sur Internet de manière à pouvoir être écouté en mobilité sur un baladeur mp3. La France tentera d’imposer le mot « baladodiffusion »… sans succès. Le démarrage du podcast a été laborieux : il n’était pas toujours très facile à utiliser et limité dans l’offre des programmes. Il faut dire qu’à ses débuts, pour l’essentiel, il ne s’agissait que de l’enregistrement d’une émission déjà diffusée à la radio. Il a fallu attendre encore quelques années avant que n’apparaissent les podcasts dits natifs, programmes réalisés et produits pour être écoutés sans passer par la grille d’une radio. Ils peuvent prendre toutes les formes – interview, information, fiction, documentaire… – et tous les formats – court, long, récurrent, quotidien, hebdo ou mensuel…

Ainsi, à côté du texte et de la vidéo, le podcast est devenu un nouveau média, un support à part entière qui offre un champ de créativité immense dans l’univers sonore. Il constitue une véritable alternative pour ceux qui ne veulent pas passer leur vie devant un écran, qui aiment écouter la radio, imaginer sans le support de l’image, faire autre chose pendant qu’on leur raconte des histoires.

Le podcast répond à la fragmentation des audiences, à la capacité de toucher des niches ultra-spécialisées quel que soit le territoire géographique. Il permet de raconter de nombreuses histoires, très différentes, et qui ne pourraient être diffusées sur une grille de radio car celle-ci doit nécessairement concentrer l’audience, donc l’offre. En ce sens, il permet à la radio de figurer enfin dans ce monde numérique de la consommation à la demande, de la segmentation des audiences, mais aussi de l’interactivité et de l’autoproduction de contenus.

  1. L’exemple américain
  2. Les métadonnées, la recommandation
  3. Les technologies
  4. Un business model ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.