“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”

Par Thomas Leyris, Université de Lille – Laboratoire IRHiS


Les 24 et 25 septembre 2020, s’est tenue la conférence internationale « Crossing Borders With a New Medium: Radio and Imperial Identities » “Traverser les frontières avec un nouveau média, la radio et les identités impériales” à l’Université Catholique de Lisbonne. Cet événement très riche portait sur le rôle joué par les radios dans les empires du 20ème siècle et dans leur processus de transformation ou d’effondrement.

La conférence a permis de faire émerger des pistes de réflexion et d’échange portant principalement sur la diversité des contextes impériaux ; la radio et les paysages sonores des empires ; l’intérêt pour l’échelle impériale et enfin la question post coloniale.

Le premier fait marquant est la prise en compte d’une grande diversité de situations. Ainsi, loin de se cantonner aux principaux empires coloniaux du 20ème siècle, la place de la radiodiffusion a été évoquée dans les empires danois (Morten Michelsen, Danemark), néerlandais (Vincent Kuiten brouwer, Pays-Bas), soviétique (Ruta Kupetyte, Lituanie) et dans des espaces aussi divers que l’Afrique ou l’océan Pacifique (Martin Hadlow, Australie). Cette variété ne doit cependant pas cacher la vitalité des recherches dans les mondes anglophones et lusophones portées par deux programmes internationaux auxquels étaient rattachés de nombreux communicants/tes: Connecting the wireless world project (Université de Bristol) et Broadcasting in the Portugese Empire (Université catholique du Portugal). Ainsi, huit interventions portaient sur les espaces anglo-saxons et 6 sur l’empire portugais d’Afrique. Cette composition soulignait, par contraste, la quasi absence de chercheurs francophones sur ces questions puisque, seul Thomas Leyris (France), a présenté la stratégie radiophonique de la France dans son empire colonial d’Afrique.

La conférence a, dans un deuxième temps, souligné l’intérêt qu’accordent de nombreux communiquants/es aux paysages sonores (soundscapes) que ces radios diffusaient, dans une perspective proche des Sound Studies. Ainsi, dans son intervention sur les radios internationales et leur utilisation comme soft power, Simon Potter (Grande-Bretagne) a rappelé l’importance jouée par la musique et par les voix utilisées par les radios internationales et impériales. Catarina Valdingem et Marco Freitas (Portugal), au travers de l’exemple de producteurs de radio et de l’industrie du disque en Angola et au Mozambique, ont exposé à quel point les colonisateurs et les mouvements d’indépendances nationales considéraient le « paysage sonore » offert aux populations comme un enjeu de lutte. Quant à Morten Michelsen (Danemark), il a abordé la représentation des autochtones du Groenland par la diffusion sur les ondes danoises de leur musique traditionnelle. Ces interventions s’inscrivent dans les recherches actuelles qui tendent à montrer l’autonomie relative des médias impériaux et internationaux par rapport au politique en s’appuyant sur l’étude des contenus. La question difficile de la réception des émissions par les populations a aussi été abordée par la mise en valeur de sources inédites. Peter Brooke (Grande-Bretagne) a mis à profit des enquêtes réalisées auprès des auditeurs Zambiens dans la seconde moitié des années 1970 afin d’étudier la réception des émeutes de Soweto tandis qu’Alexander White (Grande-Bretagne) tente de comprendre comment les radios anticoloniales (Le Caire, Moscou, Pékin…) étaient écoutées dans l’Afrique des indépendances.


Réseau de radiodiffusion de la France d’outre-mer, 1957. Thomas Leyris (Université de Lille, France)

Troisièmement, des interventions ont aussi montré l’importance accordée par beaucoup de chercheurs/euses à l’échelle impériale. Ainsi, Nelson Ribeiro (Portugal) a présenté la complexité des relations entre la métropole portugaise et ses colonies dans le domaine de la radio, laissant une large marge de manœuvre aux initiatives des colons et débouchant sur un système original de collaboration entre stations privées et État. Caroline Ritter (États-Unis) a parlé de la formation délivrée aux nouveaux agents des radios africaines par la BBC. Elle a souligné que, loin d’abandonner ses responsabilités au moment des décolonisations, l’ex-métropole avait au contraire intensifié ses efforts dans le domaine culturel afin de transmettre un modèle, particulièrement en matière de radio. Dans cette même perspective Thomas Leyris, a décrit la résistance de l’échelon impérial dans la politique radiophonique de la France en Afrique alors que l’empire se morcelait.

Enfin, de nombreuses communications ont révélé l’ampleur des questions postcoloniales. C’est tout d’abord vrai au niveau chronologique, puisque les interventions de Marissa Moorman (États-Unis), ou de Marco Freitas ont présenté des voies de décolonisation des ondes dans les premières années d’indépendances. Pour la première, la radio a été au cœur de la stratégie de transformation globale de la société angolaise sous le gouvernement Nieto à partir de 1977 avec, par exemple, l’instauration d’un « jour de la radio ». Le second, en étudiant le cas du Mozambique, a établi la profondeur de la politique d’appropriation et de politisation de la musique populaire par le Frelimo et la radio nationale après 1975. Dans les deux cas, la décolonisation de la radio et du paysage sonore est aussi passée par la formation du personnel radio dans les pays communistes (Chine, URSS, Allemagne de l’Est…). Mais le post-colonial apparaissait aussi dans les interventions de Peter Brooke et Abdullahi Tasiu  Abubakar (Grande-Bretagne). Le premier, en partant d’une enquête menée sur la réception en Zambie des émeutes de Soweto (1976), souligne à la fois les limites d’une radiodiffusion nationale contrôlée par un parti unique et la continuité des habitudes d’écoute des habitants qui se tournent vers la BBC. Le deuxième a montré la survie et le renforcement du réseau BBC en Afrique grâce à l’adoption de nombreuses langues africaines à partir des années 1960. Cette évolution post coloniale permet à l’auteur d’expliquer qu’1/3 de l’audience de BBC world soit aujourd’hui africaine.

Le travail sur les radios impériales est ainsi loin d’être achevé, ne serait-ce que parce que les sources ne sont pas aussi rares que l’on ne le pense. C’est ce qu’ont démontré Ana Isabel Reis, Silvio Santos et Rui Vilela (Portugal) à propos des archives des anciennes radiodiffusions portugaises d’Afrique. Ainsi, les travaux présentés lors de cette conférence rendent compte de l’ampleur et de la richesse des documents et des thématiques qui restent à explorer dans le champ des radios impériales.

Mots-clés : radios impériales, postcolonial, Sound Studies, décolonisations

Le programme de la conférence est disponible ICI 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.