Radio & Numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ? 6 juin 2013 (Telecom ParisTech)

Table ronde 1 : Numérique et changements de modèles de la radio

Participants : Ala-Fossi MARKO (Professeur, Tampere University), Frédéric ANTOINE (Professeur, Faculté des Sciences Economiques, Sociales, Politiques et de Communication, UCL, Louvain), Albino Pedroia, consultant, fondateur de LabRadio et Ondes numériques

 

Dans sa communication « La radio à l’âge numérique : panorama européen », Ala-Fossi Marko remarque que la radio et les medias audio sont déjà numériques et seule la radiodiffusion terrestre ne l’est généralement. Or, dans la vie quotidienne les différentes formes médiatiques – analogiques ou numériques – sont de plus en plus interconnectées et utilisées constamment en relation les unes aux autres.

Dans ce contexte, il pose la question : comment une « radio numérique » spéciale avec un réseau dédié et du matériel dédié pourrait constituer une vision viable pour l’avenir ? 

 

Ses enquêtes historiques et comparatives sur l’évolution de la radio européenne, démontrent dix facteurs pour le retard de la progression de la radio numérique en Europe à ce jour : les  défauts des normes (la radiodiffusion numérique a été conçue pour être un outil techno-politique dans le monde des médias analogiques des années 1980 et il n’est pas vraiment compatible ou convergent avec d’autres formes de diffusion) ; la fragmentation des normes numériques pour la radio, le manque d’incitations économiques, le manque d’intérêt politique et le manque d’intérêt des consommateurs.

 

De sa part, Frédéric Antoine, (présentation intitulée « Ce que le numérique fait à l’écosystème de la radio »), considère que le numérique questionne la nature même de la radio en tant que média. Plus précisément, le numérique réinterroge les éléments traditionnels qui « font » la radio : sa technologie, son mode de transmission, ses programmes et la présence de ses auditeurs.

 

Pour l’intervenant, la notion de programmation est constitutive de l’écosystème radio. Or, c’est justement cette notion qui est transformée par le numérique. De plus, le numérique associe des contenus visuels qui n’étaient pas présents dans les modèles précédents tandis que l’usage devient de plus en plus individuel et nomade.  La radio numérique est caractérisée aussi par la mémoire et la trace en opposition avec le contact et oubli, caractéristiques principales de la radio traditionnelle.

 

L’Internet est le système par excellence de distribution de la radio car il élimine de nombreuses contraintes, conclue Frédéric Antoine. Or, le numérique est-il une simple libération de contraintes ou, finalement, les contraintes sont-elles inhérentes à la radio ?

 

De sa part, Albino Pedroia (communication intitulée : « Nouveaux modèles économiques et innovation radiophonique »), constate que la radio est un média qui a peu évolué par rapport à la télévision ou au téléphone et qu’elle est d’abord écoutée via des plateformes broadcast. Pour cette raison, dans le futur, à côté des autres plateformes, le broadcast restera un réseau de diffusion essentiel pour la radio.  

Albino Pedroia souligne que la valeur économique de l’audience radio a baissé les dernières six années. Il faut donc de nouveaux modèles économiques basés sur des nouvelles ressources financières qui peuvent moderniser la radio. Or, en Europe le modèle commercial publicitaire ne permet pas la thématisation des contenus qui pourrait être une nouvelle ressource financière très rentable. Pour cette raison, seul le service public, qui est financé par la redevance, peut se permettre une certaine thématisation. Pour l’orateur, l’abonnement autorise une forte thématisation de l’offre. Le changement est obligatoire, Albino Pedroia conclut et donne comme exemple la réussite de  http://onde-numerique.fr

 

Table ronde 2 : Un média précurseur : stratégies de changement de radios

Participants : Thierry Geffrotin (Rédacteur en chef, Europe 1), Pierre Bellanger (Président directeur général d’Orbus, SkyRock, Bruno Delport, Directeur général de Nova Press)

 

Pour Thierry Geffrotin, de nos jours, l’environnement de l’auditeur a changé Le numérique apporte texte, image et interactivité tandis que la FM reste (NDLR : presque) uniquement sonore.  La radio n’est pas en phase avec les ‘digital natives’ et  « elle ne peut pas rester une île analogique dans un océan numérique » dit de façon caractéristique.

Pour Thierry Geffrotin la radio du futur  doit être caractérisée par des contenus pertinents et des marques fortes. L’offre doit être enrichie par rapport à ce qui est proposé par la FM aujourd’hui ; elle doit être mobile,  multi-support,  interactive et sociale. Pour cette raison la radio ne peut être que numérique et cela nécessite  une totale coopération avec des acteurs privés au niveau international.  

 

Pour Pierre Belanger, la stratégie dans la révolution numérique devrait être pluriforme et multiplateforme, construite autour de quatre axes :

1er axe : l’augmentation de  l’audience en ligne.

2e axe : la coopération avec la télévision

3e axe : le remplacement de la FM par la RNT

4e axe : la création des radios hybrides (broadcast et Internet à bande large)

Le broadcast est la forme principale de la radio, elle doit être accessible partout,  gratuitement,  et sans abonnement.

 

Dans la même longueur d’onde était la présentation de la stratégie d’innovation pour Radio Nova  par le directeur artistique de Nova Press, Bruno Delport, intitulée « Stratégie d’innovation : Radio Nova » ; « innover,  c’est avant tout réfléchir à la façon de changer la radio », souligne M. Delport.

 

 

Table ronde 3 : Les nouvelles rencontres de l’offre et de la demande radiophonique

Participants : Hervé Glevarec (Directeur de recherche, CNRS), Simon Baldeyrou (Directeur général France, Deezer, Patrick Beauduin (Directeur général de la radio Radio-Canada)

 

Dans sa présentation « Les  publics de la radio : précurseurs des publics médiatiques », Hervé Glevarec se pose la question : en quoi le public de la radio peut-il être un précurseur des publics d’autres médias ?

Au niveau historique, le contributeur remarque deux  reconfigurations différentes en ce qui concerne le public télévisuel et le public radiophonique en France : le public de la télévision est envisagé dans un cadre monopolistique tandis que le public radiophonique est caractérisé par des territoires variables, une diversité distribuée aux opérateurs, un univers dense et fragmenté.

 

Dans le contexte numérique, nous pouvons constater deux tendances opposées : du côté de l’offre interne, le monde radiophonique est très méfiant devant le changement. Du côté des usages, la fin du monopole du poste et la diversification des supports est un fait. 

La radio musicale est caractérisée par quatre fonctions traditionnelles par rapport à la télévision : la programmation, l’identification, la présence au présent (j’écoute l’actualité qui m’intéresse partout) et la nouveauté. Dans l’univers numérique, la musique constitue le contenu le plus partagé sur les réseaux sociaux. Or, les contenus deviennent de plus en plus imagés, notamment pour les jeunes générations. Autrement dit, la jeune génération ne voit plus la nouveauté autrement qu’en image. En plus, les contenus musicaux sont de plus en plus segmentés par décennies : les jeunes peuvent écouter des listes contenant ou des contenus musicaux de différentes décennies coexistent.

Dans tous les cas, la radio reste toujours un terrain très intéressant pour les sciences humaines, puisqu’il exprime un réalisme sociologique du point de vue de ce qui est considéré comme « grand public ».

 

Patrick Bauduin souligne lui aussi que la musique est devenue le contenu le plus important pour les médias puisque c’est une façon pour les communautés de confirmer leur appartenance et de la partager. Le clouding a permis de stocker les contenus musicaux sur un endroit (NDLR : virtuel) mais aussi de diffuser la musique sur des plateformes diverses. De cette façon, la consommation de la musique devient de plus en plus personnalisée à travers de pratiques intergénérationnelles. Une autre tendance est aussi l’écoute de la radio dans l’automobile.

Dans ce cadre, les stratégies des radios doivent se caractériser par deux approches complémentaires : l’approche « guide » et l’approche « personnalisée ». Notamment, la première approche permet aux radios de nourrir leur identité pour garder leur audience.

 

En conclusion, la radio aujourd’hui a à affronter la concurrence de youtube. Pour continuer à diffuser,  il faut être innovant, et le défi est dans l’originalité et la pertinence.  

 

L’environnement de forte concurrence pour la radio est remarqué par Simon Baldeyrou aussi dans sa communication « L’internaute-radionaute ». Pour cette raison, le besoin d’inventer des partenariats devient de plus en plus présent.

Quand on écoute de la musique, on a besoin de différentes écoutes, souligne cet intervenant. Pour cette raison Deezer offre deux types d’usages (« créer sa bibliothèque » ou « être guidé ») qui permettent deux types de revenus : les revenus d’abonnement et les revenus publicitaires (modèle freemium).

Or, Simon Baldeyrou pense que la grande majorité des revenus pour les artistes dans le futur viendra de l’abonnement puisque c’est l’abonnement qui recrée la « magie » autour d’un artiste et des fans grâce aux trois « any » (anywhere, anytime, anydevice).

 

 

 

 

 

Table ronde 4 : Regards croisés de la radio

Participants : Jean-Luc Hees (Président Radio France), Catherine Smadja (Head of special projects, policy and strategy, BBC), Sylvain Lafrance (Professeur, HEC Montréal, ancien Vice-Président exécutif de Radio Canada)

Le monde de consommation a changé, constate Jean-Luc Hees, la France n’est pas un pays isolé, et les stratégies radiophoniques des radios doivent se synchroniser avec celles des autres pays. Les services payants (abonnements…) sont peut-être réussies or, la radio publique ne peut pas être payante, le public paye déjà des impôts pour cette radio. En plus, l’Internet n’est pas anonyme…

Pour Jean-Luc Hess, le succès d’audience doit être toujours un projet politique. En d’autres termes, il faut des produits web mais sans jamais oublier que c’est une radio parce que c’est toujours l’antenne qui renvoie vers le web. Pour cette raison, il faut marier ces médias sans « perdre son âme ».

 

Pouquoi on achète un billet de Rolling Stones 12 mois avant le spectacle se semande Sylvain Lafrance . Parce que le spectacle commence au moment de l’achat du billet ! De la même façon, Sylvain Lafrance pense que les réseaux sociaux permettent à prolonger l’expérience radiophonique au delà  de l’écoute de la radio. Ils permettent aux communautés et aux fans de préparer et construire leur expérience radiophonique.

 

Catherine Smadja, de sa part, pense que la radio est caractérisée par des audiences beaucoup plus loyales que celle de la radio. En ce qui concerne les modes d’écoute, Catherine Smadja pense que l’écoute en voiture reste très répandue or, cette écoute baisse en qualité. En plus, un grand nombre d’auditeurs écoutent la radio sur leur télévision numérique parce qu’ils trouvent que le son est meilleur.

 

En clôturant cette journée, Laurence Franceschini,
Directrice générale des médias et des insdustries culturelles (Ministère de la culture et de la communication), remarque que la relation entre radio et numérique était limitée à la diffusion terrestre. Or, maintenant, nous pensons de plus en plus à une multiplicité d’usages. Le financement, les usages et la diversité avec l fragmentation des écoutes et les liens avec les différentes industries culturelles constituent des enjeux pour la radio.

Aujourd’hui, une pluralité de modèles économiques devient possible grâce aux réseaux sociaux. Or, tester ces modèles est toujours une prise de risque…

Dans tous les cas, à l’ère des médias globaux, le rôle du pouvoir public, c’est la pluralité et la diversité culturelle. La transformation des métiers, la réglementation entre éditeurs radio et  éditeurs numériques, le mode de programmation, le rôle de l’état et le financement sont des défis en constituant « plusieurs équilibres qu’il faut les tenir tous ensemble ».  

 



Citer ce billet
Pergia Gkouskou-Giannakou (2013, 8 juin). Radio & Numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ? 6 juin 2013 (Telecom ParisTech). RadioGraphy. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t7tw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.