Tous les articles par annecarolinefievet

La radio et le genre : Rebattre les cartes ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER) a le plaisir de vous inviter à son premier séminaire de l’année 2019 qui aura lieu le samedi 30 mars de 9h45 à 12h30  à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Jullian

La radio serait-elle un des médias où la « prédominance masculine » se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ? Ces questions, d’une réelle actualité, sont au centre du séminaire largement ouvert au public qu’organise le GRER (Groupe de recherches et d’études sur la Radio) à Paris, ce samedi 30 mars au matin.

L’étude sur La représentation des femmes à la télévision et à la radio publiée en mars 2018 par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ([1]) le constate : à la radio, la présence de femmes à l’antenne n’est que de 38 %, contre 62 % pour les hommes. Le même déséquilibre se retrouve dans les émissions matinales : 44 % femmes face à 56 % d’hommes. Il y a toutefois, sur le même créneau, une augmentation de 9 % en comparaison de la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse par rapport à 2016 est également importante à propos du  taux d’expertes à la radio (+8 points) (37% vs. 29%). La catégorie « invité politique » est celle qui compte le moins de femmes : 27% télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.  «  À la radio et à la télé, les femmes parlent deux fois moins que les hommes »  est également  le résultat d’une  étude faite à l’aide de l’intelligence  artificielle et publiée par l’INA l’Institut National de l’Audiovisuel en mars 2019 ([2]).

Une autre recherche, internationale,  le Global Media Monitoring Project  (Projet mondial de monitorage des médias), considère qu’il y a une sous-représentation des femmes en tant que  protagoniste, auteure, et source légitime de l’information d’actualité à la radio, en France ([3]).

Ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre.

Certes, l’ensemble des rapports sociaux organisant des pratiques de genre ont encore des progrès à faire pour réinventer des modalités plus égalitaires. Autour de cette problématique le séminaire du GRER propose d’ouvrir un espace d’échanges et de débat autour de trois dimensions : la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio, la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité et les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique.

Les  réflexions et interrogations problématisés issues  de cette rencontre contribueront à énoncer des préconisations, voire des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française (4)

[1] La représentation des femmes à la télévision et à la radio – Exercice 2017 CSA – 6 mars 2018.

[2] INA  https://www.inaglobal.fr/television/article/la-radio-et-la-tele-les-femmes-parlent-deux-fois-moins-que-les-hommes-10315

[3] Global Media Monitoring Project » (gmmp), « Observatoire mondial des médias sur le Genre, Biscarrat L. Coulomb-Gully  M. Méadel C. (2017), « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes  Le Temps des médias 2017/ 2 (n°29), pages 193 à 207.

[4] En France, selon l’INSEE  (2019),  les femmes représentent la catégorie  la plus nombreuse de la population et dont l’espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union Européenne (INSEE – Institut National de la statistique et des études économiques- Population par sexe et groupes d’âge en 2019  https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474)

Visibilité des femmes à la radio en 2015 : Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet  GMMP (2016) Donzelle B. Fievet A. C., N° 1 Revue  Radiomorphoses http://www.radiomorphoses.fr/

Prendront la parole lors de ce séminaire :

Michelle Perrot, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot.  Pionnière de l’histoire des femmes, historienne des grèves ouvrières et du monde du travail, elle a coproduit et co-présenté l’émission Les Lundis de l’Histoire sur la radio France Culture, entre 1985 et 2014. Elle a récemment publié George Sand à Nohant. Une maison d’artiste (Seuil).

Aurélien Bellanger, écrivain, auteur de :La théorie de l’information (2012), L’aménagement du territoire (2014), Le grand Paris (2017), Eurodance, (2018)  aux éditions Gallimard et chroniqueur radio,chronique « La Conclusion » Radio  France Culture,  du lundi au vendredi.

Marlène Coulomb-Gully, professeure à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Elle travaille en particulier sur les médias, le genre et la politique. Elle est également membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes (HCEfh). Elle a publié plusieurs ouvrages dont Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles (Belin, 2016).

Lauren Bastide est journaliste, diplômée en sciences politiques et en études de genre. Elle est porte-parole du collectif de femmes journalistes Prenons la Une et a co-fondé le studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie La Poudre, dans lequel elle donne la parole aux femmes artistes ou militantes pour lutter contre la sous-représentation des femmes dans les médias.

Conception et organisation de la manifestation : Isabel Guglielmone, Maîtresse de Conférences, Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire de recherches  COSTECH (Connaissance Organisation et Systèmes Techniques ), Université de Technologie de Compiègne et  membre du  GRER ; avec la coopération d’Anne-Caroline Fiévet, membre du bureau du GRER.


UNE DOUCE VOIX S’EN EST ALLÉE

Jeudi dernier, le GRER a perdu un ami. Au terme d’une longue maladie contre laquelle il a admirablement lutté jusqu’au bout, Guy Starkey a cessé de vivre. Son poste de radio s’est définitivement éteint.

Au sein du GRER, d’autres que moi, à commencer bien sûr par Jean-Jacques Cheval, qui était son ami, pourront exprimer de meilleure manière tout ce que cette perte inspire à notre association, mais aussi – sinon surtout – à chacun d’entre nous en particulier, à titre personnel.

Pour ma part, j’ai eu l’occasion de connaître Guy dès de mon arrivée au GRER, dont il fut un des membres fondateurs, et, à partir de ce moment, j’ai appris à découvrir toutes ses qualités humaines et scientifiques. Chercheur et enseignant remarquable dans une université britannique – Sunderland – qui avait osé, sur sa proposition, consacrer une formation spécifique à la radio, Guy avait aussi l’immense qualité de manifester une profonde amitié pour la langue française, qu’il pratiquait assez aisément. Ses liens directs avec le monde anglo-saxon de la recherche sur la radio et le Radio Studies Network ont aussi toujours été pour nous d’un grand recours. Toutes ces raisons expliquent pourquoi Guy fut longtemps administrateur du GRER, puis resta jusqu’à son décès membre du comité scientifique international notre association.

Guy occupa aussi une fonction de premier plan dans cette remarquable initiative que fut le projet de recherche européen IREN, initié par Jean-Jacques Cheval. À la fin du projet IREN, Guy tenta de poursuivre l’expérience avec l’appui de son université, et introduisit avec conviction plusieurs années de suite des projets de recherche internationaux auprès des autorités européennes. La sourde oreille que celles-ci opposèrent à ces propositions qui pressentaient la révolution que la radio allait vivre ne le démobilisa pas. Avec d’autres anciens participants d’IREN, pour la plupart tous membres du comité scientifique du GRER, il fonda alors la Radio Research Section de l’ECREA, section dont on connaît aujourd’hui la renommée internationale.

Guy Starkey était infatigable. Il ne manquait quasiment jamais un des colloques du GRER, où il intervint à de nombreuses reprises, y exploitant sa connaissance pointue de la situation radiophonique en Grande-Bretagne, mais veillant aussi à en relativiser la nature d’exemple, et opposant une lecture marquée de profonde modestie aux ambitions parfois dominatrices que manifeste son pays dans le domaine de la recherche universitaire.

Tous ceux qui étaient présents au dernier colloque du GRER, à Bordeaux en novembre 2017 sur « La radio au service des publics », n’oublieront jamais sa communication ni l’intervention très personnelle sur la place de la radio dans sa vie qu’il fit en fin de congrès, après le keynote speech de Peter Lewis. L’émotion était alors intense et sincère.

Au-delà des présentations académiques, des papers et des publications, on ne peut parler de Guy sans évoquer les nombreux moments amicaux qu’il nous permit de vivre dans le partage au cours d’innombrables repas et soirées où nous avons mangé, bu, et discuté ensemble de tout et de rien. Je me souviens notamment d’un repas de thèse où nous avons essentiellement échangé sur les qualités réciproques de nos félins domestiques, Guy défendant le sien de manière intarissable. Ou d’un autre, au lendemain du vote du Brexit, où il avait confié son désarroi, voire sa honte d’être britannique…

Guy est un homme merveilleux, un scientifique de haut niveau, un professeur qui ne s’est jamais pris trop au sérieux. Toute sa vie, il a aimé la radio très profondément, l’ayant d’abord longuement pratiqué (notamment du temps des radios pirates italiennes diffusant vers la France…) avant de l’enseigner. Une approche exemplaire, dont devraient s’inspirer nombre de ceux qui se disent scientifiques, mais ne connaissent que les quatre murs de leur laboratoire ou de leur bureau. Tous ceux qui l’ont un jour rencontré n’oublieront jamais son remarquable sourire, sa bienveillance, et sa disposition à l’écoute dès le premier contact avec chacun.

Le monde de la recherche sur la radio perd un être exceptionnel. Le GRER voit disparaître un ami, qu’on pleurera longtemps.

Au revoir, Guy. Mais je suis sûr que, via les ondes radio, ta douce voix et son ton presque confidentiel tourneront toujours autour du monde.

Frédéric ANTOINE, Président du GRER

Guy Starkey lors de sa dernière intervention aux colloques du GRER (Bordeaux, novembre 2017).

 

ANNULATION – Séminaire du GRER Samedi 24 mars 2018

Pour des raisons indépendantes de la volonté des organisateurs, le séminaire prévu le samedi 24 mars 2018 est reporté à une date ultérieure que nous vous communiquerons dès que possible.

Le bureau du GRER.

——————————————————————–

RADIO. DÉCADENCE OU RENAISSANCE ?

INTERVENANTS

– Julie Terrade, Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France

– Frédéric Antoine : L’état de la radio : tendances en Belgique francophone

– Albino Pedroia : Radio, la renaissance : constat et analyse de l’état et des tendances d’évolutions de l’industrie radiophonique en Europe et aux États Unis

DATE ET LIEU

Samedi 24 mars : 9h30 à 12h30

La Sorbonne Panthéon, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS – Salle Julian (1er étage)

Radio. Décadence ou renaissance ? Séminaire du GRER samedi 24 mars 9h30

La radio est un média puissant, mais fragile.

Puissant parce que, malgré le développement formidable d’internet depuis 20 ans et des nouveaux contenus et services véhiculés, la radio reste écoutée par une large majorité d’Européens. Et ce pendant plus de 3 heures en moyenne par jour, dans la majorité des pays.

Fragile parce que son audience (Reach) baisse légèrement depuis quelques années, notamment à cause des millennials qui sont attirés par d’autres offres sur le WEB. Fragile  aussi parce que la durée moyenne d’écoute quotidienne s’érode lentement et que les recettes publicitaires diminuent depuis plusieurs années.    

Aux États-Unis, d’où depuis toujours nous importons idées et formats de programmes, le marché est traversé par un vent froid : les principaux opérateurs de radio sont dans une situation économique très délicate. L’année dernière la mythique CBS Radio (née il y a 90 ans et qui a diffusé en octobre 1938 « La guerre des monde ») a fusionné avec un concurrent pour éviter la faillite. La durée d’écoute du média est passée de 20 heures hebdomadaires en 2007 à 14 heures en 2017.

Les changements en cours sont considérables et touchent toute la chaine de valeurs du média : les contenus diffusés et les formes de ces contenus, le processus de production, les plateformes de diffusion, les terminaux d’accès, le financement.

Ces changements sont difficiles à mettre en œuvre, notamment par les opérateurs historiques. Néanmoins notre conviction est que, comme par le passé, la radio s’adaptera à la nouvelle concurrence et aux nouvelles technologies et déjà se prépare sa nouvelle vie.

INTERVENANTS

–        Julie Terrade, Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France

–        Frédéric Antoine : L’état de la radio : tendances en Belgique francophone

–        Albino Pedroia : Radio, la renaissance : constat et analyse de l’état et des tendances d’évolutions de l’industrie radiophonique en Europe et aux États Unis

DATE ET LIEU         

Samedi 24 mars : 9h30 à 12h30

La Sorbonne Panthéon, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS – Salle Julian (1er étage)