Tous les articles par nozhasmati

restitution des concertations des Etats généraux des radios associatives organisés par la CNRA


  Nozha Smati
, Vice-présidente du Groupe de recherches  et d’études sur la radio –  Observatrice et rapporteuse des concertations : “La liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ?” et “La voie des femmes dans les radios associatives”

Séance plénière de restitution des concertations, 14 juin 2019, 10h à 12h30 – Ecole supérieure de journalisme de Paris

Au nom du Groupe de recherches et d’études sur la radio (Le GRER), je remercie les organisateurs membres du CNRA de nous avoir invités à participer aux activités de ces 25ème États généraux des radios associatives et à partager avec vous ces deux journées, riches en expression, en témoignage et en échange, dédiées aux radios associatives et à la place de la femme dans ces médias.

Quatre concertations ont rythmé la journée d’hier,  j’ai eu le plaisir d’observer et de rapporter deux d’entre elles : «la liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ? » et « la voie des femmes dans les radios associatives ».  Je suis consciente que la richesse de ce qui a été entendu et vécu est irréductible à ces éléments de synthèse. Cependant, j’estime  que ces temps forts de paroles et de consultations libres et constructives, susciteront et accompagneront vos futurs engagements pour faire valoir la force du secteur et l’importance de la communication sociale de proximité.

La première concertation propose de réfléchir sur la question cruciale de la liberté d’expression et sa préservation. Elle s’est déroulée de 10h25 à 12h et a été animée par Jocelyn Abbey de la Fédération régionales des radios associatives (FRAMA) et Sébastien Péjou de la Coordination des radios associatives de lorraine (CRAL) en présence de Michèle Leridon, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, présidente du groupe de travail droits et libertés, pluralisme et déontologie au CSA et d’Emmanuelle Daviet, Médiatrice de Radio France.

Ce temps d’échange s’est articulé autour d’une question principale : Comment garantir et préserver la liberté d’expression sur les radios associatives ?  L’objectif étant de faire un état des lieux de la situation et de recueillir les réactions des actrices et acteurs de la radio associative sur leurs pratiques professionnelles concernant ce terme de liberté d’expression.  

En guise d’introduction à cette thématique, l’intervention d’Emmanuelle Daviet, a permis de cadrer et de définir pertinemment ce qu’est une radio associative et ses spécificités : ce média est synonyme de liberté, de proximité, d’entraide, de lien social, d’écoute et de singularité. Synonyme d’un engament fort, le lieu de la débrouille, du bénévolat, de l’humilité.   

Les particularités d’une radio associative se manifestent dans sa capacité à être un média alternatif, à restituer une information locale qui participe à la démocratie locale, à décrypter ce qui se passe dans les territoires et à être une école du terrain. Ces médias ont pour mission de produire des reportages de terrain et de proximité en lien avec le quotidien des auditeurs.

Ce rôle formateur des radios associatives, d’école ou centre de formation selon les expressions employées lors de ces échanges a été largement souligné par plusieurs représentants de ces médias.

L’intervention de Madame Daviet a suscité des réactions diverses parmi lesquelles : comment faire du terrain lorsqu’il n’y pas de temps à donner au journaliste pour faire des investigations, pour chercher et décrypter l’information ? Comment assurons-nous notre mission d’information du public avec peu de moyens

En réponse à ces interrogations et à ces inquiétudes, les deux témoins conviés à la discussion, représentantes du CSA et de Radio France, mettent en exergue la nécessité d’effectuer des choix sur le plan éditorial et consacrer du temps à l’enquête, d’imaginer des partenariats, des mutualisations avec les locales de Radio France. Cette proposition de mutualisation demeure toutefois problématique comme en témoigne l’expérience de certaines radios associatives confrontée à une forme « d’SOS racisme de l’audiovisuel public vis-à-vis des radios associatives », telle que la définit le président du Groupement associatif ex-limousin.

La relation entre radio public et radio associative a suscité d’ailleurs plusieurs réactions qui traduisent une cohabitation difficile voire une situation de mépris qui n’a pas lieu d’être : loin d’être concurrentiels, les radios associatives font le même travail et sont aussi des acteurs du service public. Selon les témoignages, des formes d’échange entre ces médias méritent d’être instaurées voire même régulées grâce à la réactualisation de la charte existante ou encore à travers d’autres accords et dispositifs à imaginer et mettre en place.  

Un autre volet intéressant des échanges a porté sur l’indépendance éditoriale et l’autocensure en lien avec la problématique des conditions d’attribution des subventions.

La médiatrice de Radio France, souligne le fait que l’indépendance repose certes sur le Conseil supérieur d’audiovisuel mais aussi sur le journaliste qui pourrait garantir son indépendance en usant de formes de contournement. Il s’agit de forger des manières de faire, des habilités et surtout l’inventivité. Il est important de donner la parole au détracteur et au partisan du projet local, ce qui renforce le positionnement de la radio vis-à-vis de son public.

Sur cette même question, certains acteurs de radios soulèvent la pression que subissent les radios locales en raison des appels  à projets mis en place par le pouvoir public avec des sujets imposés, ce qui est perçu comme une vraie atteinte à la liberté d’expression des radios indépendantes.  

Aussi garantir l’indépendance des journalistes repose-t-il, selon plusieurs témoignages, sur l’importance d’investir dans la formation des salariés grâce à des partenariats avec des écoles de journalisme, malgré que la nouvelle loi de formation professionnelle ne soit pas avantageuse.

En conclusion de cette première synthèse, je termine sur trois notes, trois ondes positives et engageantes issues de vos témoignages lors de ce temps d’échange et qui méritent d’être soulignées :

  • La première, il y a liberté d’expression parce qu’il y a diversité des expériences des radios associatives et sur différents territoires « Aucune radio ne se ressemble »
  • La deuxième, face à la violence, à l’harcèlement et aux menaces que subissent certaines radios associatives tel que radio Pastel FM, toutes les radios associatives sont appelées à se mobiliser pour relayer et diffuser ces violences et apprendre à défendre la liberté individuelle car il n’y a pas que la loi qui doit la défendre.
  • La troisième, la liberté d’expression est préservée sur les radios associatives parce que c’est ce qui nous ramène à l’essence même de la création des radios libre.

La concertation «la voie des femmes dans les radios associatives » a été animée par Perla Danan de l’Assemblée régionale des radios associatives (ARRA) et Delphine Séveno de FRAMA en présence de Nathalie Bédé sous-directrice de l’ESJ Paris et de Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse TV.

En s’appuyant sur quelques chiffres significatifs issus de l’enquête de l’INA sur la part qu’occupent les femmes à la télé et à la radio, les échanges ont permis de soulever et d’interroger des pratiques discriminantes et inégalitaires pour accéder et pratiquer ce métier.

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio avait d’ailleurs organisé le 30 mars 2019 un séminaire sur cette thématique « La radio et le genre : rebattre les cartes ? » offrant un espace de réflexion et d’échange sur la représentation de la femme dans ce média et sur « la prédominance masculine  qui se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ».

Aujourd’hui on assiste certes à une surabondance des enquêtes sur le thème de la représentation des femmes dans les médias mais à la stagnation de la situation sur le terrain des médias qui eux résistent au changement.

En 2018 la présence de femmes à l’antenne s’élève à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes selon l’étude du CSA “La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2019. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %).

Le temps de la concertation partagé hier sur « la voie des femmes » a permis de soulever plusieurs constats, apports et propositions soumis à la discussion :  

  • Dans le monde journalistique, il y a une parité, une démocratie qui s’installe. L’harcèlement existe, la discrimination existe aussi au niveau de l’embauche et les inégalités salariales persistent.
  • L’image et la séduction constituent des paramètres de différenciation entre homme et femmes dans le monde de la communication télévisuelle. A la radio les stéréotypes de la voix des femmes sont toujours d’actualité mais avec l’arrivée de la radio filmée, l’image à « la radio devient aussi débat ».
  • le monde de la radio est tellement masculin ce qui freine l’accès de la femme à ce média voire l’autocensure.
  • la nécessité de mettre en œuvre des processus incitatifs : inciter les femmes à prendre la parole, à prendre la place et à le faire savoir.  
  • la liberté de parole ne doit pas être accessible uniquement à ceux qui savent prendre la parole mais à ceux et celles qui ont des difficultés, des obstacles liés à l’éducation, aux préjugés, aux problèmes de scolarité.
  • le manque des femmes bénévoles à la radio serait lié selon de nombreux témoignages à la perception des disponibilités des femmes à s’engager qui n’est pas la même pour un homme  ainsi qu’à une légitimité culturelle.
  • le rôle des radios associatives dans l’éducation aux médias dans les quartiers prioritaires et autres.
  • la quasi-absence aujourd’hui d’émissions féministes dans les radios associatives contrairement aux années 80.

Enfin j’ai envie de partager avec vous ce témoignage de Michelle Perrot sur la voix à la radio.  Coproductrice de l’émission Les Lundis de l’histoire sur France Culture, elle nous confie lors du séminaire du GRER : « Le sommet de ma jouissance narcissique fut atteint lorsqu’un jour (il y a peu, car je continue d’intervenir ponctuellement à la radio), une employée de la SNCF, que je sollicitai pour un billet à un comptoir de la gare Montparnasse, me dit : ‘‘Vous êtes Michelle Perrot, je reconnais votre voix’’. Magie de la radio, que je remercie pour ce plaisir existentiel ».  

La restitution de ces concertations sera publiée sur le site du CNRA ainsi que sur notre carnet de recherche Radiography. Le GRER est ravi de contribuer à rendre visible la parole des radios associatives, de diffuser les interrogations, les inquiétudes et les perspectives qui ont été exprimées sous une forme participative par les acteurs et les actrices de ces médias de proximité.   

                                                                                                                        Nozha Smati

CNRA – États Généraux des radios associatives. 13 et 14 juin 2019 ESJ Paris

Lors de son 25ème rassemblement annuel,  la Confédération nationale des radios associatives, souhaite poursuivre et renforcer une forme plus participative afin de donner encore plus largement la parole aux radios.
Cette initiative novatrice se traduira par des temps de concertations thématiques au cours desquels chacun pourra librement s’exprimer et témoigner en présence d’observateurs du Groupe d’études et de recherches sur la radio (GRER), Nozha Smati et Sebastien Poulain qui restitueront la synthèse des échanges.

Au programme des concertations, des ateliers, une exposition de l’UNESCO « Femmes rurales sur les ondes » et un concours pour de courtes productions radiophoniques sur le thème « FEMMES »

Le programme disponible ici 

Séminaire La radio et les jeunes : le désamour ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio a le plaisir de vous inviter à son  prochain séminaire qui aura lieu le vendredi 19 octobre de 14h00 à 17h30 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Julian.

La RADIO ET LES JEUNES : LE DÉSAMOUR ?

Alors qu’ils en constituaient il y a encore vingt ans un des publics privilégiés, les jeunes désertent de plus en plus l’écoute de la radio, en tout cas sous sa forme « classique ». Pourquoi ? Quels nouveaux modes d’usage des contenus sonores développent-ils ? Leur désamour programme-t-il la fin de ce média ? Le séminaire organisé par le GRER (Groupe de Recherches et d’études de la radio), ce vendredi 19 octobre à Paris, entend éclairer ces nouvelles tendances et ces nouveaux comportements.

Malgré le succès croissant des contenus sonores auprès des jeunes publics, ces derniers prêtent de moins en moins d’intérêt à la radio. D’après Médiamétrie, en France, l’audience cumulée de la radio auprès de la tranche des 13 – 24 ans est passée de 90% à 72% entre 2003 et 2017. Avec une durée d’écoute quotidienne de 1h40, contre 2h50 pour l’ensemble de l’univers mesuré (les plus de 13 ans).

Les offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, Directeur de Radio & Music de la BBC, l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000 % au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials. Le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias.

La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes.

Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans. Mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question. Comment comprendre l’évolution du comportement du public « jeunes » ? Quels formats se dessinent à l’étranger ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ?

Toutes ces questions seront abordées avec l’aide de spécialistes lors de ce séminaire du GRER qui se déroulera, pour la première fois, un vendredi après-midi.

INTERVENANTS

–      Frédéric Antoine, président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique)

–  Julie Terrade. Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France.

–    Sophian Fanen. Auteur de : Boulevard du stream, du mp3 à Deezer la musique libérée.

–        Albino Pedroia. Consultant spécialisé dans l’analyse de la radio.

–   Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information).

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER  

                        Se tiendra à Paris  4-6 octobre 2018 

La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Atelier de création radiophonique (1969-2001), Nuits magnétiques (1978-1999)

Pré-programme

Jeudi 4 octobre : soirée inaugurale

Lieu : SCAM, salle Brabant

5 avenue Vélasquez, 75008 Paris

Accès : métro Villiers ou Monceau

18h   Ouverture par les organisateurs du colloque

18h25-20h       Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

20h15-21h  Cocktail

Vendredi 5 octobre : Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Lieu: BnF site-François-Mitterrand, salle 709h-12h30 & 14h-18h

Quai François Mauriac, 75013 Paris. Entrée Est, Haut-de-jardin à côté du petit auditorium

Accès : métro Ligne 14 ou RER Ligne C, arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr, Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev

Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre Nuits magnétiques, la part des écrivains

Lieu : EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Accès métro : Sèvres-Babylone : Ligne 10 et L12, Rennes : Ligne 12 Saint-Sulpice et Saint-Placide : Ligne 4

 Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot, Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Comité scientifique

Mireille Calle-Gruber (Paris 3)

Frédéric Antoine (université catholique de Louvain, GRER)

Séverine Equoy-Hutin (université de Besançon)

Martin Kaltenecker (Paris Diderot)

François Vallotton (université de Lausanne)

Comité d’organisation

Christophe Deleu (université de Strasbourg, CUEJ, SAGE / CNRS UMR 7363)

Pierre-Marie Héron (université Paul-Valéry, Montpellier, IUF)

Karine Le Bail (CRAL, CNRS/EHESS)

Colloque international Numérisation généralisée de la société : acteurs, discours, pratiques et enjeux

Ce grand colloque sur la numérisation de la société  organisé par le Centre de Recherche Interuniversitaire Communication, Information Société (CRISIC)  se tiendra à L’université du Québec à  Montréal les 2, 3 et 4 mai 2018.

Dans son riche programme, certaines  communications traiteront de la numérisation de la radio en France, Canada, Sénégal.

Consultez le  Programme détaillé

Une partie  des communications devrait faire l’objet de captations et diffusion sur Youtube.

Le site web du colloque :  <https://ngs-cricis.uqam..ca/>

Facebook <https://www.facebook.com/events/359442627869671/

Deux moments forts du colloque :

Conférence d’Armand Mattelart, professeur et chercheur émérite à l’Université Paris 8, intitulée Pour une archéologie du culte du nombre, le mercredi 2 mai 2018 à 18h.
Une table ronde Numérisation généralisée de la société: quels processus à l’œuvre? réunit des professionnels du milieu culturel et médiatique aura lieu le jeudi soir, soit le 3 mai 2018 à 18h.

à la radio, la voix donne à écouter et à voir

Article InaGlobal | NOZHA SMATI et ANNE-CAROLINE FIEVET | 04.12.17 | 14:56

A la radio, la voix donne à écouter et à voir

Lire l’articl

La voix, à la radio, crée des mondes particuliers, selon les qualités de timbre et les genres des émissions. Elle tisse avec les auditeurs des liens très forts. Comment vont-ils évoluer à l’heure où les voix se standardisent et que les radios, de plus en plus,deviennent des stations filmées ?

La radio, une voix qu’on ne voit pas et qui crée du lien

La voix et les genres radiophoniques, une variation de styles

Voix standardisées et stéréotypes

Voir la voix : vers une mise en scène de la radio ?

Références

Cette publication s’inscrit dans un dossier thématique InaGlobal consacré à “La voix dans les médias” intitulé “De la radio aux robots parlants, métamorphoses de la voix”  disponible ICI

 

Radiomorphoses 2|2017: Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique

Le comité de rédaction de la revue RadioMorphoses a le plaisir d’annoncer la sortie de son deuxième numéro thématique  “Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique” coordonné par Nozha Smati  (université de Lille III) et  Pascal Ricaud (Université François Rabelais de Tours).

Ce numéro disponible en ligne www.radiomorphoses.fr/index.php/n2-2017 comporte une présentation, 6 articles thématiques, 2 articles hors thème dans la rubrique Varia, 3  positions de thèses et une note de lecture.

Le dossier thématique propose à travers des études de cas français mais également anglais, espagnol ou brésilien de réfléchir à la manière dont le numérique affecte la radio et d’appréhender les transformations des formats et des modes d’expression radiophoniques par le déploiement des dispositifs numériques.

Le sommaire :

Continuer la lecture de Radiomorphoses 2|2017: Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique

RadioMorphoses : Appel à varia| Positions de thèse|Notes de lecture

Le comité de rédaction de la revue RadioMorphoses, recevra et examinera avec plaisir des contributions hors dossier thématique  dans ces trois rubriques : articles de Varia, Positions de thèse et Notes de lectures.

Pour son troisième numéro vous pouvez adresser vos contributions d’ici le 30 août 2017 à l’adresse suivante : radiomorphoses@gmail.com

Recommandations aux contributeurs :
–  Pour la rubrique Varia les auteurs soumettent une proposition d’article de 500 mots dans la langue de publication (français, anglais ou espagnol). Une fois la proposition retenue, la rédaction informe les auteurs des délais et modalités de soumission de leurs textes (ne doivent pas dépasser 25000 signes espaces et bibliographie compris) et un résumé en français et en anglais (10 lignes max)

Pour les notes de lecture 
Elles peuvent être proposées spontanément sur des ouvrages consacrés aux études radiophoniques et/ou sonores. Les textes ne doivent pas dépasser 10000 signes espaces compris. Sont attendues des notes de lecture permettant dans une perspective descriptive, critique et analytique de faire comprendre aux lecteurs l’intérêt de l’ouvrage chroniqué et de préciser ses limites.

Pour les positions de thèses

Elles peuvent être proposées spontanément sur des thèses soutenues consacrées aux études radiophoniques et/ou sonores. L’auteur de la thèse précisera la date et lieu de soutenance, la discipline, le directeur de thèse et explicitera de manière synthétique l’objet d’étude, la problématique, l’approche théorique, la méthodologie, le terrain, les principaux résultats de la recherche. Les textes ne doivent pas dépasser 8000 signes espace compris.

         Les consignes rédactionnelles et règles typographiques sont accessibles ICI

Continuer la lecture de RadioMorphoses : Appel à varia| Positions de thèse|Notes de lecture

Séminaire du GRER “Temporalités de la radio” 25 mars 2017

Temporalités  de la radio avec Christophe Deleu, Marine Beccarelli et Hervé Glevarec

Programme

du séminaire

 

Chères et chers adhérent(e)s et ami(e) du GRER,

Nous vous informons qu’à Paris, le samedi 25 mars prochain, le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) organise un séminaire auquel vous êtes très chaleureusement invités à vous joindre et à participer.

Introduction : Temporalités et radio
Christophe Deleu, professeur à l’Université de Strasbourg (Cuej), et auteur radio

Nos deux invités seront :
Marine Beccarelli, docteure en Histoire contemporaine : « La nuit à la radio »

À partir du milieu des années 1950, les nuits des ondes hertziennes françaises ont été peuplées de voix multiples, célèbres puis anonymes, souvent feutrées et confidentes. La radio nocturne a pu constituer un espace de rêves et d’expérimentations, de rencontres et de dialogues, offrant aux auditeurs de la nuit un accompagnement, une fenêtre ouverte sur le monde, sur les autres et sur l’intime. À l’heure où les programmes nocturnes en direct n’existent quasiment plus, Marine Beccarelli propose de retracer l’histoire de ces émissions et de leur réception, en analysant les spécificités de cet espace-temps radiophonique particulier.

Hervé Glevarec, directeur de recherche au CNRS : « Les trois temps de la radio »

A partir d’une enquête de réception auprès de 20 auditeurs français de radio âgés de 13 ans et plus réalisée en 2014 sur la région parisienne et la Haute-Savoie, qui a débouché sur l’ouvrage “Ma radio”, attachement et engagement (INA ed., 2017) Hervé Glevarec propose de qualifier le lien des auditeurs à la radio contemporaine par la temporalité. Il soutiendra l’idée que la réception de la radio engage trois temps pour un auditeur : le temps présent, le temps retrouvé et le temps représenté. On peut dire d’une autre façon que la radio engage pour chacun son intégration sociale au temps présent de l’actualité, une identité générationnelle et, enfin, signification corrélative de la précédente, la représentation de soi dans un univers structuré par l’âge de ses publics. Pour autant, si la radio est affaire de temps, elle est aussi affaire d’identité et d’engagement…

Rendez-vous le samedi 25 mars 2017, de 9h30 à 12h30, à L’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Grodecki (dans la galerie au rez-de-chaussée).

L’entrée est libre

À bientôt, très cordiales salutations, au plaisir de vous retrouver.

Frédéric Antoine,
Président du GRER

Contacts et informations : 

Mail : grer.mail@club-internet.fr
Page Facebook : https://www.facebook.com/greradio
Carnet de Recherche Radio Graphy : http://radiography.hypotheses.org/

Revue RadioMorphoses N1|2016

Les textes retenus pour ce premier dossier thématique de RadioMorphoses s’articulent autour de la numérisation de la radio et témoignent des pratiques et des perspectives qui lui sont attachées dans des contextes spécifiques français, portugais et dans le cadre plus large de l’Afrique de l’Ouest.

                          Sous la direction de Pascal Ricaud et Nozha Smati

radiomorphosesA lire sur : www.radiomorphoses.fr

Appel à contributions Revue RadioMorphoses|Varia, Notes de lecture, Positions de thèse

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER) lancera prochainement une nouvelle revue scientifique en ligne, RadioMorphoses, spécialisée dans l’étude de la radio et de la communication sonore médiatisée.  À raison de deux numéros par an, RadioMorphoses publiera des études empiriques et des articles analytiques sur les pratiques et usages de la radio sous toutes ses formes, analogiques et  numériques, à travers ses transformations, mutations et permanences.

En plus du dossier thématique, la revue publiera des articles de Varia, des Notes lecture, des Positions de thèse dans chacun de ses numéros.

Le comité de rédaction de la revue accueillera avec plaisir vos contributions dans ces trois rubriques. 

Continuer la lecture de Appel à contributions Revue RadioMorphoses|Varia, Notes de lecture, Positions de thèse

Rapport/ Premier Etat des lieux des webradios au Maroc

Par Sébastien Nègre expert indépendant en développement des médias, journaliste radio
Publication du bureau de l’UNESCO pour le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et la Tunisie.
La présente étude est élaborée dans le cadre de la journée d’études :  état des lieux des webradios existantes au Maroc, autour de la reconnaissance des médias communautaires et associatifs, organisé le 19 février 2016 à Rabat.
Le rapport est disponible ICI

Résultats GMMP 2015 – Volet Radio

 

GMMP2015Le Projet mondial de monitorage des médias (GMMP) constitue l’initiative de recherche et de revendication en faveur de l’égalité des genres dans et par les médias d’information la plus constante et la plus vaste au monde. Tous les cinq ans depuis son lancement en 1995, le GMMP répertorie les changements observés quant aux dimensions de genre dans les médias d’information.

La 4ème session GMMP 2015 en France a été dirigée par Cécile Meadel. Pour ce qui concerne la radio, les observations et les analyses menées dans ce projet ont été  coordonnées par Laetitia Biscarrat avec la participation de plusieurs chercheuses dont trois membres du GRER : Anne-Caroline Fiévet,  Béatrice Donzelle, Isabel Guglielmone (et les étudiants/es de l’Université de Technologie de Compiègne). 

Les principaux résultats sont disponibles ICI