Tous les articles par nozhasmati

Quarante ans de radios associatives à Lyon. Témoignages de Patrice Berger

En hommage à Patrice Berger, qui nous a quitté ce lundi 16 août 2021, nous republions cet article qui relate la richesse du parcours de ce connaisseur et observateur engagé des radios associatives.   

Par Benoît Prieur (animateur de l’émission Culture(s) Numérique(s) sur Radio Pluriel), avec la collaboration de Patrice Berger (président de Radio d’ici)

Quand on s’intéresse à l’histoire d’une radio associative, c’est-à-dire une radio gérée par une association loi de 1901, qui se différencie d’une radio commerciale par son objectif non lucratif, force est de constater qu’il est malaisé de recueillir des informations sur l’histoire de ladite radio. D’une part car l’histoire de ce type de radios a vu se succéder des générations d’acteurs qui ont contribué quelque temps à un projet radiophonique puis sont passés à autre chose. Peu d’individus restent présents dans la durée ; on distingue assez rapidement des époques, des strates successives dans l’évolution temporelle de cet objet d’étude. D’autre part et dans une moindre mesure, le médium radiophonique semble accorder une importance très relative à ses archives écrites : comme si le son était privilégié à l’écrit. Il est probable également que la priorité est accordée à ce qui est diffusé à l’instant t et pas tellement à l’inventaire des émissions et des acteurs, saison radiophonique après saison. C’est en cela que le parcours de Patrice Berger est une richesse. Impliqué dans une radio associative lyonnaise dès 1980, il rejoint Radio Pluriel en 1983, en est le président pendant près de vingt ans (1985-2011) et continue en 2021 à officier à l’antenne de cette radio avec son émission Vivre Ensemble. Il serait bien compliqué voire impossible de dénicher en région lyonnaise un parcours biographique similaire à celui de Patrice Berger, capable d’établir un pont entre la fin des années 1970 et le début de la décennie 2020. Ce sera donc le propos principal de cet article. Celui de raconter une brève histoire des radios associatives lyonnaises, des difficultés récurrentes, des logiques de rapprochement et de solidarité entre radios associatives lyonnaises au travers du témoignage de cet observateur engagé, qui a vécu de l’intérieur les quarante dernières années de cet aspect de l’histoire sociale lyonnaise.


Patrice Berger à l’antenne de Radio Pluriel le 9 février 2020 (Benoît Prieur – CC-By-SA)

Les débuts avec Radio Clown

En 1980, Patrice Berger vit à Mions. Il est doctorant en sociologie. Il a 29 ans. Impliqué dans les activités du foyer des jeunes de la ville, il en est élu président cette même année. Une radio baptisée Radio Clown est lancée avec de petits moyens. Elle bénéficie rapidement du soutien technique du collectif de Radio Léon, en particulier celui d’Hervé Paris de Bollardière. Radio Léon correspond alors et peu ou prou à la réunion de trois radios libres (Radio Canut, Radio Pipelette, Radio Lézard).

Une autre radio, Radio Rhône-Alpes, émet depuis le tout proche Café des Sports (Mions). Au fil des mois, une grille commune aux deux radios (Radio Clown et Radio Rhône-Alpes) s’établit avec en particulier une émission à destination des jeunes de la ville, des bulletins d’information et même une émission en patois local, animée par Germaine Fumeux (1916-2008, militante associative à Mions).

Le nom de la radio (Rhône-Alpes, qui avait été préféré à Clown) est jugé peu adapté à une audience exclusivement miolande, il est donc décidé en 1982 de la renommer en Radio Grain de Sel (Sel comme Sud-Est Lyonnais). Arrive alors la loi n°81-994 du 9 novembre 1981 qui met fin au monopole d’État en matière de diffusion radiophonique.


Affiche Radio Grain de Sel (www.schoop.fr)

L’équipe de Radio Grain de Sel se met par la suite à rechercher d’autres radios pour consolider son activité et pérenniser son existence.

Radio Pluriel à partir de 1983

Contact est pris avec une toute proche Radio locale alors basée dans le quartier des Minguettes à Vénissieux : Radio Pluriel. La radio a été fondée fin 1981 et voit dans cette relation avec Radio Grain de Sel, l’opportunité de répondre à la demande de la Haute Autorité1 de favoriser les mariages entre radio existantes (dans les grandes villes françaises). Dans le même temps, un projet de radio dédié à la musique antillaise (Radio Canne à Sucre) se joint aux discussions de Radio Grain de Sel et Radio Pluriel. Celles-ci se concluent par la rédaction d’un document présenté et défendu devant la Haute Autorité, entre autres par Patrice Berger. Une fréquence est obtenue en 1983 par cette alliance tripartite. Ainsi plusieurs animateurs et animatrices de Radio Grain de Sel deviennent des animateurs de Radio Pluriel. Selon Patrice Berger : « Ce qu’il faut comprendre, c’est que jusqu’à 1984 on ne peut pas réellement parler de radios associatives versus radios commerciales. En effet, il n’y a que des radios libres qui n’ont pas le droit de faire de la publicité.

 Les radios sont donc traversées par une certaine opposition entre ceux qui sont prêts à faire des animations rémunérées localement et ceux qui s’y refusent». Arrive alors la déclaration de François Mitterrand en avril 1984, qui ouvre la porte à la publicité à la radio suivie par l’adoption de la loi du 1er août 1984 qui autorise la publicité sur les radios privées locales. À ce propos, Patrice Berger souligne : « Cela a l’immense mérite de clarifier la situation : les tenants d’une radio commerciale peuvent légalement le faire à présent. Les tenants d’une radio associative sans publicité — dont j’étais — pouvaient alors se concentrer sur cet objectif sans devoir lutter contre une forme de lobbying à vocation commerciale.» En 1985, Radio Pluriel déménage à Saint-Priest entre autres en raison de plusieurs vols dans son studio vénissian. La volonté de faire de Radio Pluriel, la grande radio de l’est lyonnais reste bien présente, d’autant qu’elle unit en son sein des individus de Mions, de Vénissieux et de Saint-Priest. Une occasion d’établir encore un peu plus ce projet, se présente fin 1985.

Radio Julie ou l’occasion manquée

Radio Julie est alors une radio dédiée à la ville de Bron, également localisée dans l’est lyonnais. Cette radio partage alors sa fréquence avec une autre radio, à la vocation nettement plus commerciale, Radio Musique à Lyon (RML). Ce partage de fréquence pose alors un sérieux problème de réception : le puissant émetteur situé sur la colline de Fourvière utilisé par Musique à Lyon surclasse le petit émetteur basé à Bron utilisé par Radio Julie. Le résultat est que même à Bron, il est très compliqué de capter Radio Julie.

L’occasion est belle pour Radio Pluriel d’asseoir un peu plus le projet originel de Radio Grain de Sel de développer une radio de l’est lyonnais. Ainsi un projet se formalise pour créer une possible Radio Julie – Pluriel utilisant la fréquence de Radio Pluriel et qui couvrirait radiophoniquement et éditorialement l’est lyonnais. 

Le projet avorte finalement, entre autres du fait de la réticence de certains élus locaux, ce qui précipitera la fin de Radio Julie.

Radio Pluriel n’en garde pas moins une identité liée fortement à l’est lyonnais avec son ancrage à Mions, à Vénissieux et depuis 1985 à Saint-Priest. À tel point qu’à la suite de l’échec du mariage avec Radio Julie, Mions et Saint-Priest ainsi que la ville de Corbas (située dans l’est lyonnais également) subventionnent Radio Pluriel pendant quelques années

 “Logotype de Radio Piraillons (www.schoop.f” 

Quand une radio associative donne naissance à une autre radio associative

En 1992, Louis Perego a déjà publié un ouvrage (Retour à la case prison, 1990) à propos de sa vie en incarcération. Toujours en détention préventive, il a la possibilité d’obtenir une libération conditionnelle sous réserve d’un emploi à l’extérieur. Les Éditions de l’Atelier, son éditeur, lui offrent un mi-temps, tandis que Bernard Bolze (le fondateur de l’Observatoire international des prisons) sollicite un emploi pour Louis Perego auprès de Radio Pluriel. Patrice Berger en est alors le président ; il accède à la demande et met en place un emploi aidé de deux ans pour Louis Perego. Celui-ci s’implique alors sur plusieurs aspects du fonctionnement de la radio, en particulier techniques. Il lance également une émission à propos des prisons ainsi qu’une autre à propos de littérature.

À l’occasion d’un reportage en 1994, Patrice Berger et Louis Perego visitent Saint-Julien-Molin-Molette (Loire) ; ils font notamment l’interview de la chanteuse Michèle Bernard. L’idée d’implanter une radio dans la région fait son chemin d’autant que le démantèlement industriel offre des opportunités immobilières intéressantes : d’anciens locaux industriels spacieux et à relativement bas prix sont disponibles.

En 1996, le projet se concrétise et Louis Perego, Patrice Berger ainsi que Gilles Roman (également issu de Radio Pluriel) montent Radio Piraillons1 grâce à l’obtention d’une fréquence provisoire. Une seconde fréquence, à Saint-Sauveur-en-Rue, est par la suite obtenue. Le nom de la radio n’est plus adapté du fait de cette deuxième couverture géographique. Le choix est alors fait de renommer la radio en Radio d’Ici.

« À présent, et cela est accentué par la crise de la Covid19, on s’aperçoit que les radios associatives affrontent toutes les mêmes difficultés. » explique Patrice Berger. « Des difficultés d’ordre financier surtout quand il y a des salariés, mais également des difficultés à attirer de nouveaux engagements bénévoles, et parfois un manque de contenu pour compléter une grille cohérente des programmes. En cela, l’entraide entre radios associatives est fondamentale. D’où la nécessité de se fédérer. Cela justifie mon implication auprès de structure comme Aura FM, la fédération des radios associatives en Auvergne Rhône-Alpes ».

 

 

1 La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) a été créée en 1982 et va exister jusqu’à 1986 quand elle est remplacée par la CNCL (elle-même ancêtre du CSA).
2
Un Piraillon est un habitant de Saint-Julien-Molin-Molette.

La revue RadioMorphoses

La Revue d’études radiophoniques et sonores RadioMorphoses créée en 2016 vient d’intégrer le catalogue des revues d’OpenEdition et sera prochainement disponible en ligne.   

RadioMorphoses est une revue scientifique francophone interdisciplinaire à comité de lecture, dédiée aux études radiophoniques et sonores. Elle est fondée par les membres du Groupe de Recherches et d’études sur la radio en partenariat avec la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA).La revue favorise la réflexion sur la réalité et les mutations du média radio, ses problématiques et ses enjeux. Elle contribue également à développer les échanges entre les chercheurs, les professionnels et acteurs de terrain engagés sur l’étude et l’analyse de la radio ou de la communication sonore médiatisée.

RadioMorphoses is a scientific journal with a reading committee dedicated to radio and sound studies. Founded by the Research and Studies Group on Radio (GRER) and published by the MSHA. This journal favors reflection on the reality and changes of the radio media, its issues and challenges. It contributes also to develop exchanges between researchers, professionals and field actors involved in the study and the analysis of radio or mediated sound communication.
Disciplines
Sciences de l’information et de la communication, Langue et linguistique, Sociologie et anthropologie, Pluridisciplinarité.
Thèmes
Histoire et sociologie des médias, Sciences de l’information
et de la communication, Journalisme, Linguistique. 

La revue est accessible actuellement sur  : http://www.radiomorphoses.fr/

Directeur de la publication

Etienne Damome

Rédacteur(s) en chef

Nozha Smati, Pascal Ricaud

contact : radiomorphoses@gmail.com

 

Appel à contribution-Revue Radiomorphoses

                                   (http://www.radiomorphoses.fr/)

Appel à contribution

Disponible en Anglais et en Espagnol ICI

Radio et mobilisations (Quand la radio fait bouger les lignes)

Revue Radiomorphoses, numéro 8, à paraître à l’automne 2021

Coordonné par Thierry Lefebvre et Sébastien Poulain

Avec le transistor qui se développe dès les années 1950 aux États-Unis, la radio s’est rapidement émancipée de la sphère privée, du foyer, et d’une écoute collective qui en faisait un moyen d’information et de divertissement partagé par la famille, plus largement par une communauté d’appartenance, d’abord nationale. Celle-ci, muée dans un destin commun gommant les différences, les particularités, des aspirations reléguées au rang de particularismes (locaux, régionaux), a été dépassée par une radio clandestine, pirate, libre, qui fera bouger les lignes et se jouera des frontières (radios périphériques). Elle permettra l’expression de ces différences passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios – comme encore aujourd’hui pour des (web)radios de pays en guerre –, le déplacement d’émetteurs ou leur implantation illégale. Une mobilité rimant aussi assez souvent avec flux migratoires, immigration, diasporas, déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un voyage immobile. L’Histoire regorge par ailleurs d’exemples de radios ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours des événements.

Bien des radios FM, associatives, vont aller à la rencontre de leurs auditeurs, leur ouvrir leurs portes (libre antenne), même si cette démarche tend à se raréfier. Elles peuvent devenir aussi lieu de rencontre, de réunion, de solidarité, de réflexion collective, y compris parfois quand elles n’émettent plus, faute de moyens ou à cause de la censure, que ce soit dans les locaux d’une MJC ou dans une ville du Sénégal. Elles deviennent alors autant de points d’ancrage pour des médias mobiles parcourant un quartier, une ville. Des études sociologiques ou anthropologiques peuvent apporter un regard intéressant, original, sur ces phénomènes.

Enfin la radio porte, accompagne parfois des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation sur le plan de son organisation, de sa coordination, de sa communication, comme dans le cas de Radio Debout, il y a quelques années en France, liée au mouvement « Nuit Debout ».

Bibliographie :

ATTON Chris, Alternative media, London, Thousands Oaks, New Delhi : Routledge, Sage publications, 2002.

BAILEY Olga, CAMMAERTS Bart et CARPENTIER Nico, Understanding Alternative Media, Londres : Open University Press, 2007.

BASSETS Lluís (sous la direction de), De las ondas rojas a las radios libres. Textos para la historia de la radio, Barcelone : Ed. Gustavo Gili, 1981.

BUSTAMANTE Enrique, FRANQUET Rosa, GARCIA LEIVA Trinidad, LOPEZ Xosé et PEREIRA Xosé. Alternativas en los medios de comunicación digitales. Televisión, radio, prensa, revistas culturales y calidad de la democracia, Barcelona : Editorial Gedisa, 2009.

CARDON Dominique et GRANJON Fabien, Médiactivistes, Paris : Presses de Sciences Po, 2010.

CARPENTIER Nico, NIEMINEN Hannu, TOMANIC TRIVUNDZA Ilija et TRAPPEL Josef (sous la direction de), Critical Perspectives on Media, Power and Change, London : Routledge, 2018.

CHEVAL Jean-Jacques, Les Radios en France : histoire, état, enjeux, Paris : Apogée, 1997.

COLLIN Claude, Ondes de choc : De l’usage de la radio en temps de lutte, Paris : L’Harmattan, 1982.

DAMOME Étienne, Radios et religions en Afrique subsaharienne : Dynamisme, concurrence, action sociale, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2014.

DORO Raffaello, In onda. L’Italia dalle radio libere ai network nazionali (1970-1990), Rome : Viella, 2017.

DOWNING John D. H. (sous la direction de), Encyclopedia of Social Movement Media, Thousand Oaks : Sage, 2011.

DOWNING John, Radical Media : Rebellious Communication and Social Movements, Thousand Oaks : Sage, 2001.

FRÈRE Marie-Soleil, Afrique centrale. Médias et conflits. Vecteurs de guerre ou acteurs de paix. Bruxelles : Éditions Complexe, 2005.

HAYES Ingrid, Radio Lorraine cœur d’acier (1979-1980). Les voix de la crise, Paris : Presses de Sciences Po, 2018.

GORDON Janey (sous la direction de), Community Radio in the 21stCentury, Oxford : Peter Lang, 2012.

HIND John et MOSCO Stephen, Rebel Radio : the Full Story of British Pirate Radio, London : Pluto Press, 1985.

LEFEBVRE Thierry, La Bataille des radios libres. 1977-1981, Bry-sur-Marne/Paris : Nouveau Monde Editions/Ina, 2008.

LEFEBVRE Thierry, Carbone 14 : Légende et histoire d’une radio pas comme les autres, Bry-sur-Marne : Ina Éditions, 2012.

LEFEBVRE Thierry et Sebastien POULAIN (sous la direction de), Radios libres, 30 ans de FM°: la parole libérée ?, Bry-sur-Marne/Paris : INA/L’Harmattan, 2016.

LEFEBVRE Thierry, François Mitterrand pirate des ondes. L’affaire Radio Riposte, Paris : Le Square, 2019.

LEFEBVRE Thierry, L’Aventurier des radios libres. Jean Ducarroir (1950-2003), París : Éditions Glyphe, 2021.

LEFEBVRE Thierry et POULAIN Sebastien (sous la direction de), Les Radios locales : histoires, territoires et réseaux, Bry-sur-Marne : INA, 2021.

LEWIS Peter M. et JONES Susan (sous la direction de), From the Margins to the Cutting Edge – Community Media and Empowerment, Catskill : Hampton Press, 2006.

LEWIS Peter M. (sous la direction de), Alternative Media. Linking Global and Local, Reports and Papers in Mass Communication, n° 107, Paris : UNESCO, 1993.

PEÑAFIEL SAIZ Carmen, Las Radios Autonómicas en el Estado español. Transformaciones de la Radio entre 1980-1990, Bilbao : Ed. Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 1993.

PULLEIRO Adrián, La radio alternativa en América Latina : Debates y desplazamientos en la década de 1990, Buenos Aires : Universidad de Buenos Aires, 2011.

RICAUD Pascal, « Les radios communautaires en ligne : permanence et évolution des modes de participation et de mobilisation des publics », Sciences de la Société, n°94, 2015, p. 103-119

RICAUD Pascal, « Histoire et évolution d’une offre médiatique alternative en France : l’exemple des radios (trans)frontalières basques et catalanes », Officina della Storia, n°16, 2016.

RODRIGUEZ Clemencia, Fissures in the Mediascape. An International Study of Citizen’s Media, Cresskill : Hampton Press, 2001.

SOLEY Lawrence C. et NICHOLS John S., Clandestine Radio Broadcasting A Study of Revolutionary and Counterrevolutionary Electronic Communication, Westport : Praeger Publichers, 1987.

TUDESQ André-Jean, L’Afrique parle, l’Afrique écoute. Les radios en Afrique subsaharienne, Paris : Karthala, 2002.

WALKER Jesse, Rebels on the Air : An Alternative History of Radio in America, New York University Press, 2001.

Calendrier :

    • Réception des propositions : 26 avril 2021
    • Notification de la décision : 2 mai 2021
    • Remise des textes complets : 2 juillet 2021
    • Notification de la décision après évaluation en double-aveugle : 2 septembre 2021

Modalités de soumission et publications :

La proposition de contribution comportera un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera, sur 4 000 signes espaces compris, le cadre théorique, sa problématique et ses hypothèses, l’approche méthodologique et des indications bibliographiques. Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Ces propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « Radio et mobilisation ».

Les propositions seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur.e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur.e.

Les propositions seront envoyées aux adresses suivantes au plus tard le 26 mai 2021 : radiomorphoses@gmail.com ; thierry.lefebvre@u-paris.fr ; sebastien.poulain@sorbonne-nouvelle.fr

Les contributions devront compter au maximum 30 000 caractères, espaces et bibliographie comprises. Voici les consignes rédactionnelles : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/consignes-redactionnelles/

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”

Par Thomas Leyris, Université de Lille – Laboratoire IRHiS


Les 24 et 25 septembre 2020, s’est tenue la conférence internationale « Crossing Borders With a New Medium: Radio and Imperial Identities » “Traverser les frontières avec un nouveau média, la radio et les identités impériales” à l’Université Catholique de Lisbonne. Cet événement très riche portait sur le rôle joué par les radios dans les empires du 20ème siècle et dans leur processus de transformation ou d’effondrement.

La conférence a permis de faire émerger des pistes de réflexion et d’échange portant principalement sur la diversité des contextes impériaux ; la radio et les paysages sonores des empires ; l’intérêt pour l’échelle impériale et enfin la question post coloniale.

Le premier fait marquant est la prise en compte d’une grande diversité de situations. Ainsi, loin de se cantonner aux principaux empires coloniaux du 20ème siècle, la place de la radiodiffusion a été évoquée dans les empires danois (Morten Michelsen, Danemark), néerlandais (Vincent Kuiten brouwer, Pays-Bas), soviétique (Ruta Kupetyte, Lituanie) et dans des espaces aussi divers que l’Afrique ou l’océan Pacifique (Martin Hadlow, Australie). Cette variété ne doit cependant pas cacher la vitalité des recherches dans les mondes anglophones et lusophones portées par deux programmes internationaux auxquels étaient rattachés de nombreux communicants/tes: Connecting the wireless world project (Université de Bristol) et Broadcasting in the Portugese Empire (Université catholique du Portugal). Ainsi, huit interventions portaient sur les espaces anglo-saxons et 6 sur l’empire portugais d’Afrique. Cette composition soulignait, par contraste, la quasi absence de chercheurs francophones sur ces questions puisque, seul Thomas Leyris (France), a présenté la stratégie radiophonique de la France dans son empire colonial d’Afrique.

La conférence a, dans un deuxième temps, souligné l’intérêt qu’accordent de nombreux communiquants/es aux paysages sonores (soundscapes) que ces radios diffusaient, dans une perspective proche des Sound Studies. Ainsi, dans son intervention sur les radios internationales et leur utilisation comme soft power, Simon Potter (Grande-Bretagne) a rappelé l’importance jouée par la musique et par les voix utilisées par les radios internationales et impériales. Catarina Valdingem et Marco Freitas (Portugal), au travers de l’exemple de producteurs de radio et de l’industrie du disque en Angola et au Mozambique, ont exposé à quel point les colonisateurs et les mouvements d’indépendances nationales considéraient le « paysage sonore » offert aux populations comme un enjeu de lutte. Quant à Morten Michelsen (Danemark), il a abordé la représentation des autochtones du Groenland par la diffusion sur les ondes danoises de leur musique traditionnelle. Ces interventions s’inscrivent dans les recherches actuelles qui tendent à montrer l’autonomie relative des médias impériaux et internationaux par rapport au politique en s’appuyant sur l’étude des contenus. La question difficile de la réception des émissions par les populations a aussi été abordée par la mise en valeur de sources inédites. Peter Brooke (Grande-Bretagne) a mis à profit des enquêtes réalisées auprès des auditeurs Zambiens dans la seconde moitié des années 1970 afin d’étudier la réception des émeutes de Soweto tandis qu’Alexander White (Grande-Bretagne) tente de comprendre comment les radios anticoloniales (Le Caire, Moscou, Pékin…) étaient écoutées dans l’Afrique des indépendances.


Réseau de radiodiffusion de la France d’outre-mer, 1957. Thomas Leyris (Université de Lille, France)

Troisièmement, des interventions ont aussi montré l’importance accordée par beaucoup de chercheurs/euses à l’échelle impériale. Ainsi, Nelson Ribeiro (Portugal) a présenté la complexité des relations entre la métropole portugaise et ses colonies dans le domaine de la radio, laissant une large marge de manœuvre aux initiatives des colons et débouchant sur un système original de collaboration entre stations privées et État. Caroline Ritter (États-Unis) a parlé de la formation délivrée aux nouveaux agents des radios africaines par la BBC. Elle a souligné que, loin d’abandonner ses responsabilités au moment des décolonisations, l’ex-métropole avait au contraire intensifié ses efforts dans le domaine culturel afin de transmettre un modèle, particulièrement en matière de radio. Dans cette même perspective Thomas Leyris, a décrit la résistance de l’échelon impérial dans la politique radiophonique de la France en Afrique alors que l’empire se morcelait.

Enfin, de nombreuses communications ont révélé l’ampleur des questions postcoloniales. C’est tout d’abord vrai au niveau chronologique, puisque les interventions de Marissa Moorman (États-Unis), ou de Marco Freitas ont présenté des voies de décolonisation des ondes dans les premières années d’indépendances. Pour la première, la radio a été au cœur de la stratégie de transformation globale de la société angolaise sous le gouvernement Nieto à partir de 1977 avec, par exemple, l’instauration d’un « jour de la radio ». Le second, en étudiant le cas du Mozambique, a établi la profondeur de la politique d’appropriation et de politisation de la musique populaire par le Frelimo et la radio nationale après 1975. Dans les deux cas, la décolonisation de la radio et du paysage sonore est aussi passée par la formation du personnel radio dans les pays communistes (Chine, URSS, Allemagne de l’Est…). Mais le post-colonial apparaissait aussi dans les interventions de Peter Brooke et Abdullahi Tasiu  Abubakar (Grande-Bretagne). Le premier, en partant d’une enquête menée sur la réception en Zambie des émeutes de Soweto (1976), souligne à la fois les limites d’une radiodiffusion nationale contrôlée par un parti unique et la continuité des habitudes d’écoute des habitants qui se tournent vers la BBC. Le deuxième a montré la survie et le renforcement du réseau BBC en Afrique grâce à l’adoption de nombreuses langues africaines à partir des années 1960. Cette évolution post coloniale permet à l’auteur d’expliquer qu’1/3 de l’audience de BBC world soit aujourd’hui africaine.

Le travail sur les radios impériales est ainsi loin d’être achevé, ne serait-ce que parce que les sources ne sont pas aussi rares que l’on ne le pense. C’est ce qu’ont démontré Ana Isabel Reis, Silvio Santos et Rui Vilela (Portugal) à propos des archives des anciennes radiodiffusions portugaises d’Afrique. Ainsi, les travaux présentés lors de cette conférence rendent compte de l’ampleur et de la richesse des documents et des thématiques qui restent à explorer dans le champ des radios impériales.

Mots-clés : radios impériales, postcolonial, Sound Studies, décolonisations

Le programme de la conférence est disponible ICI 

Conférence internaltional : Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities

 International Conference

 New Dates 24th-25th September 2020

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”
 

Le Programme  en ligne  

The Research Centre for Communication and Culture (CECC) at Universidade Católica Portuguesa will host the conference. It will take place within the framework of the research project “Broadcasting to the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity” funded by FCT and FEDER. 

 ‘Broadcasting in the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity’ (BiPE) is a research project based in the Research Center for Communication and Culture (CECC). It aims to contribute to scholarship on Media, Empires and Colonialisms, namely through an interdisciplinary research approach that intersects the history of broadcasting with the history of the late Portuguese colonialism. One of the research goals is to understand the extent to which radio, as a new electronic medium of the first half of the 20th century, contributed to bolster and construct national and imperial identities across the territories of the Portuguese colonial empire. 

Plus d’informations sur le site : https://www.broadcastingempire.com/

Podcast : le grand retour du son

Article de Rémi Bouton dans Nectart 2020/1 (N° 10), pages 96 à 103

Disponible en  PDF         ou      cliquez ICI  

En plein essor, le podcast apporte un nouvel univers audio venant compléter l’offre d’une radio pour tous et fédératrice : un média personnel, à la carte, mobile, ouvert sur une multitude de productions et de créations, auquel le développement de l’écoute en mobilité, des enceintes connectées et de la commande vocale offre de nouvelles perspectives.

 Le problème, c’est que tout le monde peut entendre », aurait objecté un haut gradé lors d’une démonstration de la transmission sans fil par son inventeur, Guglielmo Marconi, au crépuscule du xixe siècle dans les Alpes italiennes. Précisément, c’est ce qui a fait le succès de la radio tout au long du xxe siècle : tout le monde pouvait l’écouter ! Il faut dire qu’en plus de la transmission sans fil (la TSF), est apparue à l’aube du xxe siècle la modulation sonore, permettant de transmettre la voix et la musique…

Personnage central de la Seconde Guerre mondiale grâce à sa capacité à franchir la Manche et à être écoutée par tous et de manière anonyme, la radio a connu son véritable développement commercial dans les années 1950 et 1960 avec les radios périphériques. Durant les années 1970 et 1980, la FM a apporté dans son sillage les radios pirates puis libres, avant qu’elle ne devienne commerciale et ultra-marketée, épuisant sa capacité d’innovation à l’orée d’un nouveau siècle numérique.

Avec Internet, la transmission sans fil n’est plus l’apanage de la radio, et depuis longtemps déjà l’image a supplanté le son. Dernier média analogique, la radio tombe en désuétude parmi les jeunes générations. Le poste a été remplacé par le smartphone, et avec lui les réseaux sociaux et autres médias numériques, beaucoup plus agiles, beaucoup plus interactifs, ont pris le pas sur l’émission traditionnelle.

Depuis vingt ans, la radio cherche sa place dans ce nouveau paysage. Bien sûr, le Conseil supérieur de l’audiovisuel – le CSA – a planché sur la radio numérique. Mais la France a pris du retard. En 2017, la Norvège a été le premier pays à fermer les vieux émetteurs FM au profit du numérique. La Suisse et le Royaume-Uni s’apprêtent à faire de même dans les années à venir. En France, les premières autorisations nationales en numérique (DAB+) n’ont été délivrées qu’en 2019…

5Reste que même en numérique, la radio n’apporte pas ce qui fait le succès des médias d’aujourd’hui : la possibilité de les consommer de manière délinéarisée, à la demande, selon le principe résumé par l’acronyme anglais ATAWAD – Any Time, Any Where, Any Device. Pour survivre, la radio devait se réinventer à partir de ses fondamentaux : le son, la voix, la relation personnelle et intime qu’elle établit avec l’auditeur, l’absence d’écran… Le podcast arrive à point nommé.

Inventé début 2000 à partir de l’iPod (l’iPhone n’existait pas encore) et du mot anglais broadcast (diffusion), le terme « podcast » décrit la capacité d’un fichier son à être distribué sur Internet de manière à pouvoir être écouté en mobilité sur un baladeur mp3. La France tentera d’imposer le mot « baladodiffusion »… sans succès. Le démarrage du podcast a été laborieux : il n’était pas toujours très facile à utiliser et limité dans l’offre des programmes. Il faut dire qu’à ses débuts, pour l’essentiel, il ne s’agissait que de l’enregistrement d’une émission déjà diffusée à la radio. Il a fallu attendre encore quelques années avant que n’apparaissent les podcasts dits natifs, programmes réalisés et produits pour être écoutés sans passer par la grille d’une radio. Ils peuvent prendre toutes les formes – interview, information, fiction, documentaire… – et tous les formats – court, long, récurrent, quotidien, hebdo ou mensuel…

Ainsi, à côté du texte et de la vidéo, le podcast est devenu un nouveau média, un support à part entière qui offre un champ de créativité immense dans l’univers sonore. Il constitue une véritable alternative pour ceux qui ne veulent pas passer leur vie devant un écran, qui aiment écouter la radio, imaginer sans le support de l’image, faire autre chose pendant qu’on leur raconte des histoires.

Le podcast répond à la fragmentation des audiences, à la capacité de toucher des niches ultra-spécialisées quel que soit le territoire géographique. Il permet de raconter de nombreuses histoires, très différentes, et qui ne pourraient être diffusées sur une grille de radio car celle-ci doit nécessairement concentrer l’audience, donc l’offre. En ce sens, il permet à la radio de figurer enfin dans ce monde numérique de la consommation à la demande, de la segmentation des audiences, mais aussi de l’interactivité et de l’autoproduction de contenus.

  1. L’exemple américain
  2. Les métadonnées, la recommandation
  3. Les technologies
  4. Un business model ?

La radio en période de confinement

Avec Albino Pédroia , rédacteur en chef  Mouv’.  

A lire ICI

  • La  période de confinement n’est pas prise en compte dans l’enquête “126 000 “de Médiamétrie sur l’audience des radios  Janvier – Mars 2020 en métropole. Qu’en pensez-vous ?

La méthode de mesure d’audience actuelle est dépassée. Les éditeurs,  les plus  grosses  radios qui se sont opposées au renouvellement par un système de mesure automatique  ne doivent pas être fiers. Du coup ils n’ont pas de chiffres sur la période extrêmement intéressante et inédite. Les gens sont à la maison, l’usage de l’auto radio est quasi nul…  Et il n’y a pas de données !

  • Existe-il un coup d’accélérateur pour les nouveaux mode de consommation des médias ?  A la maison chacun a bien plus de temps pour échanger et partager sur ses réseaux sociaux. Les tentations de streaming, ou de podcasts sont peut-être plus fortes, ce qui peut «nuire» aux offres traditionnelles dites de «flux».

Oui certainement. Plus intéressant, du coup que Médiamétrie, nous avons également  les données communiquées par l’ACPM – l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des médias qui prennent en compte la période 16/ 22 mars donc le début du confinement.  Il y a une augmentation de 22 % de l’écoute en IP, Sachant qu’en France ca représente en temps normal 16 à 18 % de l’écoute globale des 13 ans et+. C’est énorme !

En fait, et c’est paradoxal, même à la maison, c’est un outil d’écoute en «mobilité » qui progresse fortement. Sans doute parce que chacun a en permanence son téléphone ou son PC allumé. La tentation est grande de l’utiliser aussi pour la simple écoute d’une radio. Le bon vieux transistor ou le tuner HIFI perdent du terrain. On a le smartphone à la main en quasi permanence… C’est plus simple de cliquer sur l’icone d’une radio pour écouter le programme en streaming plutôt que d’aller chercher sa fréquence FM sur un récepteur traditionnel.

  • Sans avoir de boule de cristal, quelles incidences cette période aura-t-elle pour la suite ?

Il y avait déjà chaque année une petite progression de l’audience en IP, lente mais constante. Pendant le confinement l’écoute des replay ou des podcasts  va sans doute également bondir. Mais c’est une intuition, nous n’avons des données que sur l’écoute en streaming, pas sur les replay.

  • Les savoir-faire des professionnels devront encore plus vite s’actualiser pour coller aux demandes du marché ?

Sans doute. Par exemple les journalistes et les animateurs pour beaucoup travaillent de chez eux.  Un de mes ex étudiants l’autre matin présentait le 7 heures d’Europe 1. Après l’avoir écouté je lui ai téléphoné. Il était chez lui, aà l’écoute je ne m’en étais pas rendu compte ! Le travail en «cloud » va sans doute augmenter  dans les mois à venir suite à ce qu’on aura appris durant cette période difficile

  • «A toute chose, malheur est bon» ?

La période en tous cas renforce paradoxalement la raison d’être de la radio, c’est la puissance de la voix d’abord qui compte, quel que soit l’outil par lequel on la consomme.  A la différence de la TV surtout ces temps ci, la radio rassure. C’est si précieux par les temps qui courent !

restitution des concertations des Etats généraux des radios associatives organisés par la CNRA


  Nozha Smati
, Vice-présidente du Groupe de recherches  et d’études sur la radio –  Observatrice et rapporteuse des concertations : “La liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ?” et “La voie des femmes dans les radios associatives”

Séance plénière de restitution des concertations, 14 juin 2019, 10h à 12h30 – Ecole supérieure de journalisme de Paris

Au nom du Groupe de recherches et d’études sur la radio (Le GRER), je remercie les organisateurs membres du CNRA de nous avoir invités à participer aux activités de ces 25ème États généraux des radios associatives et à partager avec vous ces deux journées, riches en expression, en témoignage et en échange, dédiées aux radios associatives et à la place de la femme dans ces médias.

Quatre concertations ont rythmé la journée d’hier,  j’ai eu le plaisir d’observer et de rapporter deux d’entre elles : «la liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ? » et « la voie des femmes dans les radios associatives ».  Je suis consciente que la richesse de ce qui a été entendu et vécu est irréductible à ces éléments de synthèse. Cependant, j’estime  que ces temps forts de paroles et de consultations libres et constructives, susciteront et accompagneront vos futurs engagements pour faire valoir la force du secteur et l’importance de la communication sociale de proximité.

La première concertation propose de réfléchir sur la question cruciale de la liberté d’expression et sa préservation. Elle s’est déroulée de 10h25 à 12h et a été animée par Jocelyn Abbey de la Fédération régionales des radios associatives (FRAMA) et Sébastien Péjou de la Coordination des radios associatives de lorraine (CRAL) en présence de Michèle Leridon, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, présidente du groupe de travail droits et libertés, pluralisme et déontologie au CSA et d’Emmanuelle Daviet, Médiatrice de Radio France.

Ce temps d’échange s’est articulé autour d’une question principale : Comment garantir et préserver la liberté d’expression sur les radios associatives ?  L’objectif étant de faire un état des lieux de la situation et de recueillir les réactions des actrices et acteurs de la radio associative sur leurs pratiques professionnelles concernant ce terme de liberté d’expression.  

En guise d’introduction à cette thématique, l’intervention d’Emmanuelle Daviet, a permis de cadrer et de définir pertinemment ce qu’est une radio associative et ses spécificités : ce média est synonyme de liberté, de proximité, d’entraide, de lien social, d’écoute et de singularité. Synonyme d’un engament fort, le lieu de la débrouille, du bénévolat, de l’humilité.   

Les particularités d’une radio associative se manifestent dans sa capacité à être un média alternatif, à restituer une information locale qui participe à la démocratie locale, à décrypter ce qui se passe dans les territoires et à être une école du terrain. Ces médias ont pour mission de produire des reportages de terrain et de proximité en lien avec le quotidien des auditeurs.

Ce rôle formateur des radios associatives, d’école ou centre de formation selon les expressions employées lors de ces échanges a été largement souligné par plusieurs représentants de ces médias.

L’intervention de Madame Daviet a suscité des réactions diverses parmi lesquelles : comment faire du terrain lorsqu’il n’y pas de temps à donner au journaliste pour faire des investigations, pour chercher et décrypter l’information ? Comment assurons-nous notre mission d’information du public avec peu de moyens

En réponse à ces interrogations et à ces inquiétudes, les deux témoins conviés à la discussion, représentantes du CSA et de Radio France, mettent en exergue la nécessité d’effectuer des choix sur le plan éditorial et consacrer du temps à l’enquête, d’imaginer des partenariats, des mutualisations avec les locales de Radio France. Cette proposition de mutualisation demeure toutefois problématique comme en témoigne l’expérience de certaines radios associatives confrontée à une forme « d’SOS racisme de l’audiovisuel public vis-à-vis des radios associatives », telle que la définit le président du Groupement associatif ex-limousin.

La relation entre radio public et radio associative a suscité d’ailleurs plusieurs réactions qui traduisent une cohabitation difficile voire une situation de mépris qui n’a pas lieu d’être : loin d’être concurrentiels, les radios associatives font le même travail et sont aussi des acteurs du service public. Selon les témoignages, des formes d’échange entre ces médias méritent d’être instaurées voire même régulées grâce à la réactualisation de la charte existante ou encore à travers d’autres accords et dispositifs à imaginer et mettre en place.  

Un autre volet intéressant des échanges a porté sur l’indépendance éditoriale et l’autocensure en lien avec la problématique des conditions d’attribution des subventions.

La médiatrice de Radio France, souligne le fait que l’indépendance repose certes sur le Conseil supérieur d’audiovisuel mais aussi sur le journaliste qui pourrait garantir son indépendance en usant de formes de contournement. Il s’agit de forger des manières de faire, des habilités et surtout l’inventivité. Il est important de donner la parole au détracteur et au partisan du projet local, ce qui renforce le positionnement de la radio vis-à-vis de son public.

Sur cette même question, certains acteurs de radios soulèvent la pression que subissent les radios locales en raison des appels  à projets mis en place par le pouvoir public avec des sujets imposés, ce qui est perçu comme une vraie atteinte à la liberté d’expression des radios indépendantes.  

Aussi garantir l’indépendance des journalistes repose-t-il, selon plusieurs témoignages, sur l’importance d’investir dans la formation des salariés grâce à des partenariats avec des écoles de journalisme, malgré que la nouvelle loi de formation professionnelle ne soit pas avantageuse.

En conclusion de cette première synthèse, je termine sur trois notes, trois ondes positives et engageantes issues de vos témoignages lors de ce temps d’échange et qui méritent d’être soulignées :

  • La première, il y a liberté d’expression parce qu’il y a diversité des expériences des radios associatives et sur différents territoires « Aucune radio ne se ressemble »
  • La deuxième, face à la violence, à l’harcèlement et aux menaces que subissent certaines radios associatives tel que radio Pastel FM, toutes les radios associatives sont appelées à se mobiliser pour relayer et diffuser ces violences et apprendre à défendre la liberté individuelle car il n’y a pas que la loi qui doit la défendre.
  • La troisième, la liberté d’expression est préservée sur les radios associatives parce que c’est ce qui nous ramène à l’essence même de la création des radios libre.

La concertation «la voie des femmes dans les radios associatives » a été animée par Perla Danan de l’Assemblée régionale des radios associatives (ARRA) et Delphine Séveno de FRAMA en présence de Nathalie Bédé sous-directrice de l’ESJ Paris et de Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse TV.

En s’appuyant sur quelques chiffres significatifs issus de l’enquête de l’INA sur la part qu’occupent les femmes à la télé et à la radio, les échanges ont permis de soulever et d’interroger des pratiques discriminantes et inégalitaires pour accéder et pratiquer ce métier.

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio avait d’ailleurs organisé le 30 mars 2019 un séminaire sur cette thématique « La radio et le genre : rebattre les cartes ? » offrant un espace de réflexion et d’échange sur la représentation de la femme dans ce média et sur « la prédominance masculine  qui se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ».

Aujourd’hui on assiste certes à une surabondance des enquêtes sur le thème de la représentation des femmes dans les médias mais à la stagnation de la situation sur le terrain des médias qui eux résistent au changement.

En 2018 la présence de femmes à l’antenne s’élève à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes selon l’étude du CSA “La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2019. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %).

Le temps de la concertation partagé hier sur « la voie des femmes » a permis de soulever plusieurs constats, apports et propositions soumis à la discussion :  

  • Dans le monde journalistique, il y a une parité, une démocratie qui s’installe. L’harcèlement existe, la discrimination existe aussi au niveau de l’embauche et les inégalités salariales persistent.
  • L’image et la séduction constituent des paramètres de différenciation entre homme et femmes dans le monde de la communication télévisuelle. A la radio les stéréotypes de la voix des femmes sont toujours d’actualité mais avec l’arrivée de la radio filmée, l’image à « la radio devient aussi débat ».
  • le monde de la radio est tellement masculin ce qui freine l’accès de la femme à ce média voire l’autocensure.
  • la nécessité de mettre en œuvre des processus incitatifs : inciter les femmes à prendre la parole, à prendre la place et à le faire savoir.  
  • la liberté de parole ne doit pas être accessible uniquement à ceux qui savent prendre la parole mais à ceux et celles qui ont des difficultés, des obstacles liés à l’éducation, aux préjugés, aux problèmes de scolarité.
  • le manque des femmes bénévoles à la radio serait lié selon de nombreux témoignages à la perception des disponibilités des femmes à s’engager qui n’est pas la même pour un homme  ainsi qu’à une légitimité culturelle.
  • le rôle des radios associatives dans l’éducation aux médias dans les quartiers prioritaires et autres.
  • la quasi-absence aujourd’hui d’émissions féministes dans les radios associatives contrairement aux années 80.

Enfin j’ai envie de partager avec vous ce témoignage de Michelle Perrot sur la voix à la radio.  Coproductrice de l’émission Les Lundis de l’histoire sur France Culture, elle nous confie lors du séminaire du GRER : « Le sommet de ma jouissance narcissique fut atteint lorsqu’un jour (il y a peu, car je continue d’intervenir ponctuellement à la radio), une employée de la SNCF, que je sollicitai pour un billet à un comptoir de la gare Montparnasse, me dit : ‘‘Vous êtes Michelle Perrot, je reconnais votre voix’’. Magie de la radio, que je remercie pour ce plaisir existentiel ».  

La restitution de ces concertations sera publiée sur le site du CNRA ainsi que sur notre carnet de recherche Radiography. Le GRER est ravi de contribuer à rendre visible la parole des radios associatives, de diffuser les interrogations, les inquiétudes et les perspectives qui ont été exprimées sous une forme participative par les acteurs et les actrices de ces médias de proximité.   

                                                                                                                        Nozha Smati

CNRA – États Généraux des radios associatives. 13 et 14 juin 2019 ESJ Paris

Lors de son 25ème rassemblement annuel,  la Confédération nationale des radios associatives, souhaite poursuivre et renforcer une forme plus participative afin de donner encore plus largement la parole aux radios.
Cette initiative novatrice se traduira par des temps de concertations thématiques au cours desquels chacun pourra librement s’exprimer et témoigner en présence d’observateurs du Groupe d’études et de recherches sur la radio (GRER), Nozha Smati et Sebastien Poulain qui restitueront la synthèse des échanges.

Au programme des concertations, des ateliers, une exposition de l’UNESCO « Femmes rurales sur les ondes » et un concours pour de courtes productions radiophoniques sur le thème « FEMMES »

Le programme disponible ici 

Séminaire La radio et les jeunes : le désamour ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio a le plaisir de vous inviter à son  prochain séminaire qui aura lieu le vendredi 19 octobre de 14h00 à 17h30 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Julian.

La RADIO ET LES JEUNES : LE DÉSAMOUR ?

Alors qu’ils en constituaient il y a encore vingt ans un des publics privilégiés, les jeunes désertent de plus en plus l’écoute de la radio, en tout cas sous sa forme « classique ». Pourquoi ? Quels nouveaux modes d’usage des contenus sonores développent-ils ? Leur désamour programme-t-il la fin de ce média ? Le séminaire organisé par le GRER (Groupe de Recherches et d’études de la radio), ce vendredi 19 octobre à Paris, entend éclairer ces nouvelles tendances et ces nouveaux comportements.

Malgré le succès croissant des contenus sonores auprès des jeunes publics, ces derniers prêtent de moins en moins d’intérêt à la radio. D’après Médiamétrie, en France, l’audience cumulée de la radio auprès de la tranche des 13 – 24 ans est passée de 90% à 72% entre 2003 et 2017. Avec une durée d’écoute quotidienne de 1h40, contre 2h50 pour l’ensemble de l’univers mesuré (les plus de 13 ans).

Les offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, Directeur de Radio & Music de la BBC, l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000 % au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials. Le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias.

La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes.

Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans. Mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question. Comment comprendre l’évolution du comportement du public « jeunes » ? Quels formats se dessinent à l’étranger ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ?

Toutes ces questions seront abordées avec l’aide de spécialistes lors de ce séminaire du GRER qui se déroulera, pour la première fois, un vendredi après-midi.

INTERVENANTS

–      Frédéric Antoine, président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique)

–  Julie Terrade. Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France.

–    Sophian Fanen. Auteur de : Boulevard du stream, du mp3 à Deezer la musique libérée.

–        Albino Pedroia. Consultant spécialisé dans l’analyse de la radio.

–   Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information).

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER  

                        Se tiendra à Paris  4-6 octobre 2018 

La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Atelier de création radiophonique (1969-2001), Nuits magnétiques (1978-1999)

Pré-programme

Jeudi 4 octobre : soirée inaugurale

Lieu : SCAM, salle Brabant

5 avenue Vélasquez, 75008 Paris

Accès : métro Villiers ou Monceau

18h   Ouverture par les organisateurs du colloque

18h25-20h       Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

20h15-21h  Cocktail

Vendredi 5 octobre : Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Lieu: BnF site-François-Mitterrand, salle 709h-12h30 & 14h-18h

Quai François Mauriac, 75013 Paris. Entrée Est, Haut-de-jardin à côté du petit auditorium

Accès : métro Ligne 14 ou RER Ligne C, arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr, Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev

Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre Nuits magnétiques, la part des écrivains

Lieu : EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Accès métro : Sèvres-Babylone : Ligne 10 et L12, Rennes : Ligne 12 Saint-Sulpice et Saint-Placide : Ligne 4

 Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot, Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Comité scientifique

Mireille Calle-Gruber (Paris 3)

Frédéric Antoine (université catholique de Louvain, GRER)

Séverine Equoy-Hutin (université de Besançon)

Martin Kaltenecker (Paris Diderot)

François Vallotton (université de Lausanne)

Comité d’organisation

Christophe Deleu (université de Strasbourg, CUEJ, SAGE / CNRS UMR 7363)

Pierre-Marie Héron (université Paul-Valéry, Montpellier, IUF)

Karine Le Bail (CRAL, CNRS/EHESS)

Colloque international Numérisation généralisée de la société : acteurs, discours, pratiques et enjeux

Ce grand colloque sur la numérisation de la société  organisé par le Centre de Recherche Interuniversitaire Communication, Information Société (CRISIC)  se tiendra à L’université du Québec à  Montréal les 2, 3 et 4 mai 2018.

Dans son riche programme, certaines  communications traiteront de la numérisation de la radio en France, Canada, Sénégal.

Consultez le  Programme détaillé

Une partie  des communications devrait faire l’objet de captations et diffusion sur Youtube.

Le site web du colloque :  <https://ngs-cricis.uqam..ca/>

Facebook <https://www.facebook.com/events/359442627869671/

Deux moments forts du colloque :

Conférence d’Armand Mattelart, professeur et chercheur émérite à l’Université Paris 8, intitulée Pour une archéologie du culte du nombre, le mercredi 2 mai 2018 à 18h.
Une table ronde Numérisation généralisée de la société: quels processus à l’œuvre? réunit des professionnels du milieu culturel et médiatique aura lieu le jeudi soir, soit le 3 mai 2018 à 18h.

à la radio, la voix donne à écouter et à voir

Article InaGlobal | NOZHA SMATI et ANNE-CAROLINE FIEVET | 04.12.17 | 14:56

A la radio, la voix donne à écouter et à voir

Lire l’articl

La voix, à la radio, crée des mondes particuliers, selon les qualités de timbre et les genres des émissions. Elle tisse avec les auditeurs des liens très forts. Comment vont-ils évoluer à l’heure où les voix se standardisent et que les radios, de plus en plus,deviennent des stations filmées ?

La radio, une voix qu’on ne voit pas et qui crée du lien

La voix et les genres radiophoniques, une variation de styles

Voix standardisées et stéréotypes

Voir la voix : vers une mise en scène de la radio ?

Références

Cette publication s’inscrit dans un dossier thématique InaGlobal consacré à “La voix dans les médias” intitulé “De la radio aux robots parlants, métamorphoses de la voix”  disponible ICI

 

Radiomorphoses 2|2017: Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique

Le comité de rédaction de la revue RadioMorphoses a le plaisir d’annoncer la sortie de son deuxième numéro thématique  “Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique” coordonné par Nozha Smati  (université de Lille III) et  Pascal Ricaud (Université François Rabelais de Tours).

Ce numéro disponible en ligne www.radiomorphoses.fr/index.php/n2-2017 comporte une présentation, 6 articles thématiques, 2 articles hors thème dans la rubrique Varia, 3  positions de thèses et une note de lecture.

Le dossier thématique propose à travers des études de cas français mais également anglais, espagnol ou brésilien de réfléchir à la manière dont le numérique affecte la radio et d’appréhender les transformations des formats et des modes d’expression radiophoniques par le déploiement des dispositifs numériques.

Le sommaire :

Continuer la lecture de Radiomorphoses 2|2017: Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques à l’ère du numérique