Archives de catégorie : Actualités

La revue RadioMorphoses

La Revue d’études radiophoniques et sonores RadioMorphoses créée en 2016 vient d’intégrer le catalogue des revues d’OpenEdition et sera prochainement disponible en ligne.   

RadioMorphoses est une revue scientifique francophone interdisciplinaire à comité de lecture, dédiée aux études radiophoniques et sonores. Elle est fondée par les membres du Groupe de Recherches et d’études sur la radio en partenariat avec la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA).La revue favorise la réflexion sur la réalité et les mutations du média radio, ses problématiques et ses enjeux. Elle contribue également à développer les échanges entre les chercheurs, les professionnels et acteurs de terrain engagés sur l’étude et l’analyse de la radio ou de la communication sonore médiatisée.

RadioMorphoses is a scientific journal with a reading committee dedicated to radio and sound studies. Founded by the Research and Studies Group on Radio (GRER) and published by the MSHA. This journal favors reflection on the reality and changes of the radio media, its issues and challenges. It contributes also to develop exchanges between researchers, professionals and field actors involved in the study and the analysis of radio or mediated sound communication.
Disciplines
Sciences de l’information et de la communication, Langue et linguistique, Sociologie et anthropologie, Pluridisciplinarité.
Thèmes
Histoire et sociologie des médias, Sciences de l’information
et de la communication, Journalisme, Linguistique. 

La revue est accessible actuellement sur  : http://www.radiomorphoses.fr/

Directeur de la publication

Etienne Damome

Rédacteur(s) en chef

Nozha Smati, Pascal Ricaud

contact : radiomorphoses@gmail.com

 

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”

Par Thomas Leyris, Université de Lille – Laboratoire IRHiS


Les 24 et 25 septembre 2020, s’est tenue la conférence internationale « Crossing Borders With a New Medium: Radio and Imperial Identities » “Traverser les frontières avec un nouveau média, la radio et les identités impériales” à l’Université Catholique de Lisbonne. Cet événement très riche portait sur le rôle joué par les radios dans les empires du 20ème siècle et dans leur processus de transformation ou d’effondrement.

La conférence a permis de faire émerger des pistes de réflexion et d’échange portant principalement sur la diversité des contextes impériaux ; la radio et les paysages sonores des empires ; l’intérêt pour l’échelle impériale et enfin la question post coloniale.

Le premier fait marquant est la prise en compte d’une grande diversité de situations. Ainsi, loin de se cantonner aux principaux empires coloniaux du 20ème siècle, la place de la radiodiffusion a été évoquée dans les empires danois (Morten Michelsen, Danemark), néerlandais (Vincent Kuiten brouwer, Pays-Bas), soviétique (Ruta Kupetyte, Lituanie) et dans des espaces aussi divers que l’Afrique ou l’océan Pacifique (Martin Hadlow, Australie). Cette variété ne doit cependant pas cacher la vitalité des recherches dans les mondes anglophones et lusophones portées par deux programmes internationaux auxquels étaient rattachés de nombreux communicants/tes: Connecting the wireless world project (Université de Bristol) et Broadcasting in the Portugese Empire (Université catholique du Portugal). Ainsi, huit interventions portaient sur les espaces anglo-saxons et 6 sur l’empire portugais d’Afrique. Cette composition soulignait, par contraste, la quasi absence de chercheurs francophones sur ces questions puisque, seul Thomas Leyris (France), a présenté la stratégie radiophonique de la France dans son empire colonial d’Afrique.

La conférence a, dans un deuxième temps, souligné l’intérêt qu’accordent de nombreux communiquants/es aux paysages sonores (soundscapes) que ces radios diffusaient, dans une perspective proche des Sound Studies. Ainsi, dans son intervention sur les radios internationales et leur utilisation comme soft power, Simon Potter (Grande-Bretagne) a rappelé l’importance jouée par la musique et par les voix utilisées par les radios internationales et impériales. Catarina Valdingem et Marco Freitas (Portugal), au travers de l’exemple de producteurs de radio et de l’industrie du disque en Angola et au Mozambique, ont exposé à quel point les colonisateurs et les mouvements d’indépendances nationales considéraient le « paysage sonore » offert aux populations comme un enjeu de lutte. Quant à Morten Michelsen (Danemark), il a abordé la représentation des autochtones du Groenland par la diffusion sur les ondes danoises de leur musique traditionnelle. Ces interventions s’inscrivent dans les recherches actuelles qui tendent à montrer l’autonomie relative des médias impériaux et internationaux par rapport au politique en s’appuyant sur l’étude des contenus. La question difficile de la réception des émissions par les populations a aussi été abordée par la mise en valeur de sources inédites. Peter Brooke (Grande-Bretagne) a mis à profit des enquêtes réalisées auprès des auditeurs Zambiens dans la seconde moitié des années 1970 afin d’étudier la réception des émeutes de Soweto tandis qu’Alexander White (Grande-Bretagne) tente de comprendre comment les radios anticoloniales (Le Caire, Moscou, Pékin…) étaient écoutées dans l’Afrique des indépendances.


Réseau de radiodiffusion de la France d’outre-mer, 1957. Thomas Leyris (Université de Lille, France)

Troisièmement, des interventions ont aussi montré l’importance accordée par beaucoup de chercheurs/euses à l’échelle impériale. Ainsi, Nelson Ribeiro (Portugal) a présenté la complexité des relations entre la métropole portugaise et ses colonies dans le domaine de la radio, laissant une large marge de manœuvre aux initiatives des colons et débouchant sur un système original de collaboration entre stations privées et État. Caroline Ritter (États-Unis) a parlé de la formation délivrée aux nouveaux agents des radios africaines par la BBC. Elle a souligné que, loin d’abandonner ses responsabilités au moment des décolonisations, l’ex-métropole avait au contraire intensifié ses efforts dans le domaine culturel afin de transmettre un modèle, particulièrement en matière de radio. Dans cette même perspective Thomas Leyris, a décrit la résistance de l’échelon impérial dans la politique radiophonique de la France en Afrique alors que l’empire se morcelait.

Enfin, de nombreuses communications ont révélé l’ampleur des questions postcoloniales. C’est tout d’abord vrai au niveau chronologique, puisque les interventions de Marissa Moorman (États-Unis), ou de Marco Freitas ont présenté des voies de décolonisation des ondes dans les premières années d’indépendances. Pour la première, la radio a été au cœur de la stratégie de transformation globale de la société angolaise sous le gouvernement Nieto à partir de 1977 avec, par exemple, l’instauration d’un « jour de la radio ». Le second, en étudiant le cas du Mozambique, a établi la profondeur de la politique d’appropriation et de politisation de la musique populaire par le Frelimo et la radio nationale après 1975. Dans les deux cas, la décolonisation de la radio et du paysage sonore est aussi passée par la formation du personnel radio dans les pays communistes (Chine, URSS, Allemagne de l’Est…). Mais le post-colonial apparaissait aussi dans les interventions de Peter Brooke et Abdullahi Tasiu  Abubakar (Grande-Bretagne). Le premier, en partant d’une enquête menée sur la réception en Zambie des émeutes de Soweto (1976), souligne à la fois les limites d’une radiodiffusion nationale contrôlée par un parti unique et la continuité des habitudes d’écoute des habitants qui se tournent vers la BBC. Le deuxième a montré la survie et le renforcement du réseau BBC en Afrique grâce à l’adoption de nombreuses langues africaines à partir des années 1960. Cette évolution post coloniale permet à l’auteur d’expliquer qu’1/3 de l’audience de BBC world soit aujourd’hui africaine.

Le travail sur les radios impériales est ainsi loin d’être achevé, ne serait-ce que parce que les sources ne sont pas aussi rares que l’on ne le pense. C’est ce qu’ont démontré Ana Isabel Reis, Silvio Santos et Rui Vilela (Portugal) à propos des archives des anciennes radiodiffusions portugaises d’Afrique. Ainsi, les travaux présentés lors de cette conférence rendent compte de l’ampleur et de la richesse des documents et des thématiques qui restent à explorer dans le champ des radios impériales.

Mots-clés : radios impériales, postcolonial, Sound Studies, décolonisations

Le programme de la conférence est disponible ICI 

Conférence internaltional : Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities

 International Conference

 New Dates 24th-25th September 2020

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”
 

Le Programme  en ligne  

The Research Centre for Communication and Culture (CECC) at Universidade Católica Portuguesa will host the conference. It will take place within the framework of the research project “Broadcasting to the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity” funded by FCT and FEDER. 

 ‘Broadcasting in the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity’ (BiPE) is a research project based in the Research Center for Communication and Culture (CECC). It aims to contribute to scholarship on Media, Empires and Colonialisms, namely through an interdisciplinary research approach that intersects the history of broadcasting with the history of the late Portuguese colonialism. One of the research goals is to understand the extent to which radio, as a new electronic medium of the first half of the 20th century, contributed to bolster and construct national and imperial identities across the territories of the Portuguese colonial empire. 

Plus d’informations sur le site : https://www.broadcastingempire.com/

Appel à contribution POUR LE 6ème numÉro de radiomorphoses : date limite repoussÉe au 15 juin 2020

“Radio en mobilité : programme, pratiques, techniques et perspectives”

Coordination : Lara Van Dievoet (Université Catholique de Louvain) et Pascal Ricaud (Université de Tours)

Le GRER, avec la revue RadioMorphoses continue à explorer les formes et les mutations de la radio, dans la continuité du colloque organisé en collaboration avec l’équipe PRIM de l’Université de Tours les 21 et 23 novembre 2019. Nous nous penchons sur une dimension profondément contemporaine et en même temps intemporelle : celle de la mobilité. Intemporelle car la radio, tour à tour clandestine, pirate, périphérique, transnationale, transportable, adaptable, routière, a toujours rimé avec mobilité. Contemporaine car liée à de nouvelles technologies mobiles bouleversant les cadres de production, de diffusion et les pratiques, tout particulièrement dans le domaine de l’information. La mobilité, avec Internet, est peut-être la notion qui caractérise le plus l’âge digital de la radio. Et pourtant, elle n’a pas fait l’objet d’un travail de réflexion et de recherche spécifique – ou trop peu – dans le cadre des études sur les mutations numériques de ce média.

Les articles pourront s’inscrire dans le cadre d’un ou plusieurs des 4 axes thématiques suivants :

Les nouveaux usages en mobilité 

La radio n’a jamais cessé de nous accompagner au sens propre – dans nos déplacements – comme au sens figuré par une présence régulière ou permanente. Aujourd’hui c’est du côté de la « délinéarisation » des contenus (une consommation des médias rompant avec le direct) et des nouveaux formats qu’elle a engendrés, que réside la principale évolution de la radio à l’ère numérique.

Des travaux sur les nouveaux modes d’usages liés à la consommation de la radio en mobilité, ou au podcasting, sont les bienvenus. On pourra s’intéresser aussi à ce que les applications radio sur smartphones apportent en termes de services, d’interactions, d’expériences enrichies pour l’auditeur. Les enceintes connectées et les questions qu’elles posent en matière de sélection de l’information sont également au centre de ce premier axe.  Enfin se pose la question de la mesure des audiences en mobilité, de nouveaux outils et méthodes pour mieux les saisir.

Le journalisme mobile : nouvelles pratiques et figures informationnelles en mobilité

Outre son impact sur les modes de diffusion et les formats proposés, le smartphone devient également un outil de production radiophonique. Doté ou non d’un micro externe, il permet une production et une diffusion en mobilité. Des journalistes radio se l’approprient pour remplacer leur matériel traditionnel sur le terrain mais également pour proposer des contenus additionnels grâce à la prise de photos ou de vidéos.

Des analyses pourront porter sur la manière dont le journalisme mobile – ou Mojo – affecte les pratiques traditionnelles, voire l’identité d’une profession et définit un nouveau rapport aux publics. On pourra s’interroger sur la manière dont cette mobilité informationnelle modifie notre rapport à l’espace, fait émerger de nouveaux publics, de nouvelles figures intermédiaires de l’information et de nouvelles fonctions au sein des rédactions.

Radio et mobilité physique : circulation, accessibilité, accélération

La radio nous suit partout, y compris dans nos voitures (depuis les années 1960-1970 avec l’autoradio), une de ses plus grandes et éclatantes conquêtes qui s’enrichit et se renouvelle encore aujourd’hui, au gré des innovations technologiques et en particulier grâce au numérique qui en fait un média digital. A travers ses programmes, elle a largement pris en compte cette mobilité routière, avec des stations totalement dédiées aux autoroutes, des programmes – notamment de nuit –destinés aux « roulants », aux routiers, des émissions (point route, info trafic) cherchant à contribuer à fluidifier la circulation et à nous permettre d’atteindre notre destination dans les meilleures conditions.

On pourra faire des propositions liées à deux concepts particuliers renvoyant à diverses fonctions et services rendus par la radio : ceux d’extensibilité (la possibilité de surmonter les difficultés de circulation, la capacité à se déplacer) et d’accessibilité (la possibilité d’atteindre le point désiré). La question même de l’accessibilité peut être élargie aux problèmes de mobilité physique ou de cohabitation de divers types de publics dans l’espace urbain. La vitesse, l’accélération qui symbolisent autant le vaste domaine des transports que celui de l’information dont les moyens, les voies de diffusion, ne cessent d’augmenter et de gagner en instantanéité, sont à explorer également.

Quand la radio fait bouger les lignes : clandestinité, engagements et mobilisations

La mobilité évoque également les flux migratoires, les diasporas, le déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un « voyage immobile ». La radio permet aussi l’expression de différences, de dissonances, passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios. Elle porte et accompagne des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation. Des approches historiques pourront être également privilégiées à propos de radios mobiles ou déplacées ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours d’une histoire.

Calendrier indicatif

  • Envoi des articles :  29 mai 2020
  • Retour des expertises en double-aveugle : 29 juin 2020
  • Remise des textes complets : 15 septembre 2020

Modalités de soumission

Les propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « radio en mobilité – proposition article ». Les articles seront envoyés aux adresses suivantes au plus tard le 29 mai 2020 :

lara.vandievoet@uclouvain.be

pascal.ricaud@univ-tours.fr

radiomorphoses@univ-tours.fr

Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Les articles seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur/e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur/e.

Les auteur-e-s devront se conformer aux consignes rédactionnelles complètes disponibles sur le site de la revue RadioMorphoses :

www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/consignes-redactionnelles/

colloque 2019 : Radio en mobilité

Appel à communication, “Radio en mobilité”

Programmes, pratiques, techniques et perspectives

Rappel et prolongation au 10 juin 2019

Ce Colloque international est organisé par le GRER  (Groupe de recherches et d’études sur la radio) en collaboration) et l’équipe PRIM (Pratiques et ressources de l’information et des médiations, EA 7503), du 21 au 23 novembre 2019, avec l’accueil et le soutien de l’Université de Tours, des IUT de Tours et de Blois.

Le GRER continue à explorer les formes et les mutations de la radio, dans le cadre de ce nouveau colloque, en collaboration avec l’équipe PRIM de l’Université de Tours. Après avoir analysé la notion de service – déclinée à travers les questions du service public et des services aux publics – nous nous penchons sur une dimension profondément contemporaine et en même temps intemporelle : celle de la mobilité. Intemporelle car la radio, tour à tour clandestine, pirate, périphérique, transnationale, transportable, adaptable, routière, a toujours rimé avec mobilité. Contemporaine car liée à de nouvelles technologies mobiles bouleversant les cadres de production, de diffusion et les pratiques, tout particulièrement dans le domaine de l’information. La mobilité, avec Internet, est peut-être la notion qui caractérise le plus l’âge digital de la radio. Et pourtant, elle n’a pas fait l’objet d’un travail de réflexion et de recherche spécifique – ou trop peu – dans le cadre des études sur les mutations numériques de ce média.

Ainsi dans le prolongement de recherches actuelles autour de la numérisation de la radio, largement diffusées dans la revue RadioMorphoses, ce colloque autour de la notion de « mobilité » vise donc à rassembler des chercheurs travaillant sur la radio (ou tout autre média dans une perspective comparative avec la radio). Leurs communications pourront s’inscrire dans le cadre d’un ou plusieurs des 4 axes thématiques ci-dessous :

  1. Les nouveaux usages en mobilité 

Des travaux sur les nouveaux modes d’usages liés à la consommation de la radio en mobilité, ou au podcasting, sont les bienvenus. On pourra s’intéresser aussi à ce que les applications radio sur smartphones apportent en termes de services, d’interactions, d’expériences enrichies pour l’auditeur. Enfin se pose la question de la mesure des audiences en mobilité, de nouveaux outils et méthodes pour mieux les saisir.

  • Le journalisme mobile : nouvelles pratiques et figures informationnelles en mobilité

Des analyses pourront porter sur la manière dont une nouvelle forme de journalisme, le MoJo ou journalisme mobile, affecte les pratiques traditionnelles, voire l’identité d’une profession et définit un nouveau rapport aux publics. On pourra s’interroger sur la manière dont cette mobilité informationnelle modifie notre rapport à l’espace, fait émerger de nouveaux publics, voire de nouvelles figures intermédiaires de l’information avec de nouvelles caractéristiques.

  • Radio et mobilité physique : circulation, accessibilité, accélération

On pourra faire des propositions liées à deux concepts particuliers renvoyant à diverses fonctions et services rendus par la radio : ceux d’extensibilité (la possibilité de surmonter les difficultés de circulation, la capacité à se déplacer) et d’accessibilité (la possibilité d’atteindre le point désiré). La question même de l’accessibilité peut être élargie aux problèmes de mobilité physique ou de cohabitation de divers types de publics dans l’espace urbain. La vitesse, l’accélération qui symbolisent autant le vaste domaine des transports que celui de l’information dont les moyens, les voies de diffusion, ne cessent d’augmenter et de gagner en instantanéité, sont à explorer également.

  • Quand la radio fait bouger les lignes : clandestinité, engagements et mobilisations 

La mobilité évoque également les flux migratoires, les diasporas, le déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un « voyage immobile ». La radio permet aussi l’expression de différences, de dissonances, passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios. Elle porte et accompagne des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation. Des approches historiques pourront être également privilégiées à propos de radios mobiles ou déplacées ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours d’une histoire.

Calendrier

  • Réception des propositions : 10 juin 2019 ;
  • notification de la décision après évaluation en double-aveugle : début juillet 2019 ;
  • remise des textes complets : 25 octobre 2019.

Modalités de soumission et publications

La proposition de communication comportera un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera, sur 2 000 à 6 000 signes espaces comprises, le cadre théorique, sa problématique et ses hypothèses, l’approche méthodologique et des indications bibliographiques. Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Ces propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « Colloque REM 2019 – proposition de communication ».

Les propositions seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur.e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur/e.

Les propositions seront envoyées à l’adresse suivante au plus tard le 10 juin 2019 : colloque.rem@gmail.com

Après sélection, les textes des participants seront d’abord intégralement publiés en ligne. Les contributions devront compter au maximum 30 000 caractères, espaces et bibliographie comprises.

Ultérieurement, une sélection de textes (40 000 à 50 000 signes) sera également publiée, après une nouvelle expertise scientifique en double aveugle, dans le n°7 de la revue électronique du Grer : RadioMorphoses [http://www.radiomorphoses.fr/], à la fin du printemps 2020.

Retrouvez ici les PDF de l’appel et présentation du colloque : version courte, version développée

La version en anglais : Call for papers

La version en espagnol : Llamada a comunicaciones


Comité d’organisation

Coordination scientifique

 Pascal RICAUD, PRIM/GRER, Université de Tours

Comité d’organisation

Cidicley DOS SANTOS, PRIM, Université de Tours

Anne-Caroline FIEVET, GRER, EHESS, Paris

Gustavo GOMEZ MEJIA, PRIM, Université de Tours

Kelber GONÇALVES PEREIRA, PRIM, Université de Tours

Rosemary ISKANDAR, Sic.Lab, PRIM, Université de Nice et IUT de Blois

Sébastien POULAIN, GRER, MICA, Université Bordeaux Montaigne

Nozha SMATI, GRER, GERiiCO, Université de Lille

Samuel TIETSE, PRIM, Université de Tours

Comité Scientifique

ANTOINE Frédéric, Professeur, Université Catholique de Louvain, COMU, Belgiqu

BALSEBRE Armand, Professeur, Université Autonome de Barcelone, Espagne

BÉLANGER Pierre C., Professeur, Université d’Ottawa, Canada

CHEVAL Jean-Jacques, Professeur, Université Montaigne Bordeaux

DE IULIO Simona, Professeure, Laboratoire GERiiCO, Université de Lille

DELEU Christophe, Professeur, SAGE, Université de Strasbourg, CUEJ 

DOUYERE David, Professeur, PRIM, Université de Tours

FAURÉ Laurent, Maître de conférences, Université Montpellier 3

FRERE Marie-Soleil, Chercheure, Université Libre de Bruxelles

GAZI Angeliki, Prof. assistante, Université Panteïnon d’Athènes, Grèce ; Université de Limassol, Chypre.

GEORGE Éric, Professeur, CRICIS, UQAM, Canada

GLEVAREC Hervé, Directeur de recherche au CNRS, LCP – Paris

GUGLIELMONE Isabel, Maître de conférences, COSTECH,  Université de Technologie de Compiègne

GUMUCIO Alfonso, Chercheur, consultant, Université Mayor de San Andreas, La Paz, Bolivie

HIZAOUI Abdelkarim, Professeur, Institut de presse et des Sciences de l’information de Tunis, Tunisie

KIYINDOU Alain, Professeur, MICA, Université Bordeaux Montaigne

MONCLUS Bélen, Professeure, Université Autonome de Barcelone, Espagne

NICEY Jérémie, Maître de conférences, PRIM, Université de Tours, EPJT

OLIVEIRA Madalena, Professeure, Université de Braga, Portugal

OLLIVIER Bruno, Professeur émérite, Université des Antilles

PAREDES QUINTANA Ricardo, Professeur, Universidad Central de Chile, Chili

PEDROIA Albino, consultant international, enseignant à l’Institut d’Études Politiques de Paris

PEÑAFIEL Carmen, Professeure titulaire, Université de Bilbao, Espagne

PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, Professeure Assistante, Université de Neufchâtel, AJM, Suisse

RODERO Emma, Professeure, Université Pompeu Fabra, Barcelone, Espagne

SÉNÉCAL Michel, Professeur, CRICIS, Université TÉLUQ, Canada

SOURISCE Nicolas, Maître de conférences, PRIM, Université de Tours, EPJT

VAILLANT Derek, Professeur, Université de Ann Arbour, Michigan, USA

Journée d’Études “radios locales et patrimoine rÉgional”

ELLIADD (Séverine Equoy-­‐Hutin et Marion Bendinelli), Université de Franche Comté, organise une journée d’études autour de “radios locales et patrimoine régional” ce mardi 21 mai 2019 à la MSHE Ledoux, à Besançon.

Le programme de la journée (PDF) :

La matinée

10h15 : Ouverture de la journée (Séverine Equoy-­‐Hutin et Marion Bendinelli, ELLIADD, Université de Bourgogne Franche-­‐Comté) et présentation du Projet Copr (Cultures Ordinaires et Parlers Régionaux : médiation, transmission, patrimonialisation)

10h30 : Conférence de Alann Hery (responsable du département technique à la direction déléguée aux collections de l’INA

11h00 : Conférence de Pascal Ricaud (Université de Tours, laboratoire PRIM) : “Patrimoines médiatisés et médias (re)producteurs de patrimoines (l’exemple des radios locales en Pays Basque et Catalan)”

L’après-midi

13h30 : Retour d’expériences.
Siham Mineur de l’ARRA (Assemblée Régionale des Radios Associatives)
Aurélien Bertini (Radio Campus Besançon)
Sophie Garnier (Villages FM)
Stéphanie Sauthon (France Bleu)
Alex Mathiot (Radio Shalom Besançon)
15h30 : Pause
15h45 : Table ronde “Les radios locales, faiseuses et passeuses de patrimoines” avec la participation des acteurs des radios locales de Franche Comté.
17h00 : clôture

La radio et le genre : Rebattre les cartes ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER) a le plaisir de vous inviter à son premier séminaire de l’année 2019 qui aura lieu le samedi 30 mars de 9h45 à 12h30  à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Jullian

La radio serait-elle un des médias où la « prédominance masculine » se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ? Ces questions, d’une réelle actualité, sont au centre du séminaire largement ouvert au public qu’organise le GRER (Groupe de recherches et d’études sur la Radio) à Paris, ce samedi 30 mars au matin.

L’étude sur La représentation des femmes à la télévision et à la radio publiée en mars 2018 par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ([1]) le constate : à la radio, la présence de femmes à l’antenne n’est que de 38 %, contre 62 % pour les hommes. Le même déséquilibre se retrouve dans les émissions matinales : 44 % femmes face à 56 % d’hommes. Il y a toutefois, sur le même créneau, une augmentation de 9 % en comparaison de la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse par rapport à 2016 est également importante à propos du  taux d’expertes à la radio (+8 points) (37% vs. 29%). La catégorie « invité politique » est celle qui compte le moins de femmes : 27% télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.  «  À la radio et à la télé, les femmes parlent deux fois moins que les hommes »  est également  le résultat d’une  étude faite à l’aide de l’intelligence  artificielle et publiée par l’INA l’Institut National de l’Audiovisuel en mars 2019 ([2]).

Une autre recherche, internationale,  le Global Media Monitoring Project  (Projet mondial de monitorage des médias), considère qu’il y a une sous-représentation des femmes en tant que  protagoniste, auteure, et source légitime de l’information d’actualité à la radio, en France ([3]).

Ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre.

Certes, l’ensemble des rapports sociaux organisant des pratiques de genre ont encore des progrès à faire pour réinventer des modalités plus égalitaires. Autour de cette problématique le séminaire du GRER propose d’ouvrir un espace d’échanges et de débat autour de trois dimensions : la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio, la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité et les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique.

Les  réflexions et interrogations problématisés issues  de cette rencontre contribueront à énoncer des préconisations, voire des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française (4)

[1] La représentation des femmes à la télévision et à la radio – Exercice 2017 CSA – 6 mars 2018.

[2] INA  https://www.inaglobal.fr/television/article/la-radio-et-la-tele-les-femmes-parlent-deux-fois-moins-que-les-hommes-10315

[3] Global Media Monitoring Project » (gmmp), « Observatoire mondial des médias sur le Genre, Biscarrat L. Coulomb-Gully  M. Méadel C. (2017), « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes  Le Temps des médias 2017/ 2 (n°29), pages 193 à 207.

[4] En France, selon l’INSEE  (2019),  les femmes représentent la catégorie  la plus nombreuse de la population et dont l’espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union Européenne (INSEE – Institut National de la statistique et des études économiques- Population par sexe et groupes d’âge en 2019  https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474)

Visibilité des femmes à la radio en 2015 : Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet  GMMP (2016) Donzelle B. Fievet A. C., N° 1 Revue  Radiomorphoses http://www.radiomorphoses.fr/

Prendront la parole lors de ce séminaire :

Michelle Perrot, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot.  Pionnière de l’histoire des femmes, historienne des grèves ouvrières et du monde du travail, elle a coproduit et co-présenté l’émission Les Lundis de l’Histoire sur la radio France Culture, entre 1985 et 2014. Elle a récemment publié George Sand à Nohant. Une maison d’artiste (Seuil).

Aurélien Bellanger, écrivain, auteur de :La théorie de l’information (2012), L’aménagement du territoire (2014), Le grand Paris (2017), Eurodance, (2018)  aux éditions Gallimard et chroniqueur radio,chronique « La Conclusion » Radio  France Culture,  du lundi au vendredi.

Marlène Coulomb-Gully, professeure à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Elle travaille en particulier sur les médias, le genre et la politique. Elle est également membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes (HCEfh). Elle a publié plusieurs ouvrages dont Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles (Belin, 2016).

Lauren Bastide est journaliste, diplômée en sciences politiques et en études de genre. Elle est porte-parole du collectif de femmes journalistes Prenons la Une et a co-fondé le studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie La Poudre, dans lequel elle donne la parole aux femmes artistes ou militantes pour lutter contre la sous-représentation des femmes dans les médias.

Conception et organisation de la manifestation : Isabel Guglielmone, Maîtresse de Conférences, Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire de recherches  COSTECH (Connaissance Organisation et Systèmes Techniques ), Université de Technologie de Compiègne et  membre du  GRER ; avec la coopération d’Anne-Caroline Fiévet, membre du bureau du GRER.


Appel à contribution pour la Journée d’étude Numapresse : Le radioreportage dans les années 1930

Cette Journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche « Numapresse » (ANR) aura lieu leVendredi 7 juin 2019 à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. rganisée par n. Il faudra adresser vos propositions avant le 1er mai 2019 à Pierre-Marie Héron, organisateur de cet événement (pierremarieheron@gmail.com).

Périmètre d’étude

1. les émissions des stations de radio émettant à Paris dans les années trente : postes d’État : Radio Tour Eiffel (1921-1940), Paris PTT (1923-1940), Poste Colonial (1931-1938) / Paris Mondial (1938-1940) et Radio Paris (poste privé de 1924 à 1932, nationalisé en 1933) ; postes privés : Poste du Petit Parisien (1924-1932)/ Poste parisien (1932-1940), Radio LL (1923-1935) / Radio Cité (1935-1940), Radio Vitus (1926-1934) / Poste de l’Ile-de-France (1934-1940), Radio Luxembourg (1933-1939), Radio 37 (1937-1939).

2. les pages radio de la presse nationale et les magazines de programmes des années trente.

Les contributions à cette journée, consacrée aux radioreportages diffusés en France dans les années 1930, pourront porter sur les sujets suivants (développés dans le PDF ci-joint) :

  • Les radioreporters : portraits, parcours, réalisations, conceptions de leur métier ;
  • Le radioreportage dans les rubriques radiophoniques des quotidiens nationaux et des principaux magazines de programmes (non numérisés sauf exception) ;
  • Le radioreportage dans les Journaux parlés ;
  • Les collaborations entre la presse écrite de grande diffusion et des postes privés ou publics ;
  • L’art du radioreportage : étapes techniques (la liaison téléphonique reste le moyen le plus sûr face à la liaison par ondes courtes, instable, et du coup le « fil à la patte » des reportages en direct jusqu’à la veille de la guerre, mais l’enregistrement sur disque est introduit en 1931, l’usage du micro baladeur aussi, etc.) ; Pratiques et poétiques du genre … ;
  • Les domaines du petit et du grand reportage : sportif (cyclisme et football surtout, mais aussi tennis, meetings d’aviation…), touristique (régions de France, Europe, Afrique, États-Unis…), politique (crises ministérielles, crises internationales…), artistique au sens large (prix littéraires, revues de music-hall, séances de cirque…), mondain (bals, fêtes, défilés…) ;
  • Les reportages parallèles (un événement couvert par plusieurs stations et journaux) ;
  • Les emplois dérivés de la forme « radioreportage » : dans la presse écrite, le roman, le théâtre, le théâtre radiophonique, les émissions publicitaires ou patronnées…

La Radio Change !

 Comment comprendre l’évolution du comportement du public «jeune» de la radio ? Quels formats se dessinent ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ? Le séminaire “La radio et les jeunes : le désamour ?”,  organisé le 19 octobre 2018 à Paris par le  Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER), a souhaité présenter quelques problématiques autour des changements en cours dont est affectée la radio, son économie et ses usages, notamment parmi les jeunes auditeurs. Vous en retrouverez en suivant plusieurs éléments.

LIRE LA SUITE : plus d’informations et des liens vers deux documents pdf.

Continuer la lecture de La Radio Change !

Appel à contributions : RadioMorphoses

« La radio au service des publics,
Enjeux, statuts, missions et programmes »

Coordination : Jean-Jacques Cheval et Étienne Damome (Université Bordeaux Montaigne)

Revue RadioMorphoses, n°5, à paraître à l’été 2019

Le concept de service public est ancien. Historiquement il est lié à la construction de souverainetés sous les monarchies d’anciens régimes. Il a été réactivé, approfondi et généralisé avec l’émergence des sociétés démocratiques depuis le XIXe siècle et la constitution des États-nations ; les services publics devenant, par la même, instruments justificateurs de ceux-ci. Au XXIe siècle, la notion de service public subit les contrecoups de la mondialisation, des dérégulations et des pensées libérales moins favorables, voire hostiles, à l’action publique, qu’elle émane des États, d’entités et organismes publics plus spécifiques (collectivités locales, établissement d’éducation et de formation par exemple) ou d’entités privées, sans but lucratif, issues des sociétés civiles.

Vous pouvez télécharger ici le PDF de l’appel à contributions ou bien lire la suite de l’appel en ligne :

Continuer la lecture de Appel à contributions : RadioMorphoses

Séminaire La radio et les jeunes : le désamour ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio a le plaisir de vous inviter à son  prochain séminaire qui aura lieu le vendredi 19 octobre de 14h00 à 17h30 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Julian.

La RADIO ET LES JEUNES : LE DÉSAMOUR ?

Alors qu’ils en constituaient il y a encore vingt ans un des publics privilégiés, les jeunes désertent de plus en plus l’écoute de la radio, en tout cas sous sa forme « classique ». Pourquoi ? Quels nouveaux modes d’usage des contenus sonores développent-ils ? Leur désamour programme-t-il la fin de ce média ? Le séminaire organisé par le GRER (Groupe de Recherches et d’études de la radio), ce vendredi 19 octobre à Paris, entend éclairer ces nouvelles tendances et ces nouveaux comportements.

Malgré le succès croissant des contenus sonores auprès des jeunes publics, ces derniers prêtent de moins en moins d’intérêt à la radio. D’après Médiamétrie, en France, l’audience cumulée de la radio auprès de la tranche des 13 – 24 ans est passée de 90% à 72% entre 2003 et 2017. Avec une durée d’écoute quotidienne de 1h40, contre 2h50 pour l’ensemble de l’univers mesuré (les plus de 13 ans).

Les offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, Directeur de Radio & Music de la BBC, l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000 % au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials. Le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias.

La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes.

Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans. Mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question. Comment comprendre l’évolution du comportement du public « jeunes » ? Quels formats se dessinent à l’étranger ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ?

Toutes ces questions seront abordées avec l’aide de spécialistes lors de ce séminaire du GRER qui se déroulera, pour la première fois, un vendredi après-midi.

INTERVENANTS

–      Frédéric Antoine, président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique)

–  Julie Terrade. Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France.

–    Sophian Fanen. Auteur de : Boulevard du stream, du mp3 à Deezer la musique libérée.

–        Albino Pedroia. Consultant spécialisé dans l’analyse de la radio.

–   Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information).

UNE DOUCE VOIX S’EN EST ALLÉE

Jeudi dernier, le GRER a perdu un ami. Au terme d’une longue maladie contre laquelle il a admirablement lutté jusqu’au bout, Guy Starkey a cessé de vivre. Son poste de radio s’est définitivement éteint.

Au sein du GRER, d’autres que moi, à commencer bien sûr par Jean-Jacques Cheval, qui était son ami, pourront exprimer de meilleure manière tout ce que cette perte inspire à notre association, mais aussi – sinon surtout – à chacun d’entre nous en particulier, à titre personnel.

Pour ma part, j’ai eu l’occasion de connaître Guy dès de mon arrivée au GRER, dont il fut un des membres fondateurs, et, à partir de ce moment, j’ai appris à découvrir toutes ses qualités humaines et scientifiques. Chercheur et enseignant remarquable dans une université britannique – Sunderland – qui avait osé, sur sa proposition, consacrer une formation spécifique à la radio, Guy avait aussi l’immense qualité de manifester une profonde amitié pour la langue française, qu’il pratiquait assez aisément. Ses liens directs avec le monde anglo-saxon de la recherche sur la radio et le Radio Studies Network ont aussi toujours été pour nous d’un grand recours. Toutes ces raisons expliquent pourquoi Guy fut longtemps administrateur du GRER, puis resta jusqu’à son décès membre du comité scientifique international notre association.

Guy occupa aussi une fonction de premier plan dans cette remarquable initiative que fut le projet de recherche européen IREN, initié par Jean-Jacques Cheval. À la fin du projet IREN, Guy tenta de poursuivre l’expérience avec l’appui de son université, et introduisit avec conviction plusieurs années de suite des projets de recherche internationaux auprès des autorités européennes. La sourde oreille que celles-ci opposèrent à ces propositions qui pressentaient la révolution que la radio allait vivre ne le démobilisa pas. Avec d’autres anciens participants d’IREN, pour la plupart tous membres du comité scientifique du GRER, il fonda alors la Radio Research Section de l’ECREA, section dont on connaît aujourd’hui la renommée internationale.

Guy Starkey était infatigable. Il ne manquait quasiment jamais un des colloques du GRER, où il intervint à de nombreuses reprises, y exploitant sa connaissance pointue de la situation radiophonique en Grande-Bretagne, mais veillant aussi à en relativiser la nature d’exemple, et opposant une lecture marquée de profonde modestie aux ambitions parfois dominatrices que manifeste son pays dans le domaine de la recherche universitaire.

Tous ceux qui étaient présents au dernier colloque du GRER, à Bordeaux en novembre 2017 sur « La radio au service des publics », n’oublieront jamais sa communication ni l’intervention très personnelle sur la place de la radio dans sa vie qu’il fit en fin de congrès, après le keynote speech de Peter Lewis. L’émotion était alors intense et sincère.

Au-delà des présentations académiques, des papers et des publications, on ne peut parler de Guy sans évoquer les nombreux moments amicaux qu’il nous permit de vivre dans le partage au cours d’innombrables repas et soirées où nous avons mangé, bu, et discuté ensemble de tout et de rien. Je me souviens notamment d’un repas de thèse où nous avons essentiellement échangé sur les qualités réciproques de nos félins domestiques, Guy défendant le sien de manière intarissable. Ou d’un autre, au lendemain du vote du Brexit, où il avait confié son désarroi, voire sa honte d’être britannique…

Guy est un homme merveilleux, un scientifique de haut niveau, un professeur qui ne s’est jamais pris trop au sérieux. Toute sa vie, il a aimé la radio très profondément, l’ayant d’abord longuement pratiqué (notamment du temps des radios pirates italiennes diffusant vers la France…) avant de l’enseigner. Une approche exemplaire, dont devraient s’inspirer nombre de ceux qui se disent scientifiques, mais ne connaissent que les quatre murs de leur laboratoire ou de leur bureau. Tous ceux qui l’ont un jour rencontré n’oublieront jamais son remarquable sourire, sa bienveillance, et sa disposition à l’écoute dès le premier contact avec chacun.

Le monde de la recherche sur la radio perd un être exceptionnel. Le GRER voit disparaître un ami, qu’on pleurera longtemps.

Au revoir, Guy. Mais je suis sûr que, via les ondes radio, ta douce voix et son ton presque confidentiel tourneront toujours autour du monde.

Frédéric ANTOINE, Président du GRER

Guy Starkey lors de sa dernière intervention aux colloques du GRER (Bordeaux, novembre 2017).

 

Colloque international : les enjeux liés aux spécialisations en journalisme à l’ère numérique

Ce colloque international du Réseau Théophraste organisé par le Département d’information et de communication de l’Université Laval en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie, du 10 au 12 octobre 2018, explore les formes de spécialisations contemporaines du journalisme et notamment dans le domaine radiophonique. Trois axes ont été ainsi définis par les organisateurs, qui sous l’angle des enjeux s’intéressent aux spécialisations fonctionnelles, thématiques et géographiques. La radio à l’ère numérique n’échappe évidemment pas aux mutations organisationnelles et des pratiques professionnelles des journalistes (polyvalence, “transmédiatisation”), à l’hyperspécialisation des contenus dans certains cas, ou à l’émergence de nouveaux espaces (hyperlocal, local, régional, continental) de production et d’expérimentations informationnelles.

Les propositions (résumés de 300 à 500 mots) doivent être transmises par courriel, avant le 11 mai 2018, à l’adresse colloque2018.theophraste@gmail.com.  Vous trouverez le détail des conditions et informations à remplir dans le PDF ci-dessous. Une réponse sera donnée au plus tard le 1er juillet 2018 par le comité scientifique, après un processus d’évaluation en double aveugle.

Le comité d’organisation est composé d’Henri Assogba, Colette Brin, François Demers, Charles Moumouni et Thierry Watine.

Retrouvez ici le détail de l’appel à communication

 

 

 

 

 

Radio. Décadence ou renaissance ? Séminaire du GRER samedi 24 mars 9h30

La radio est un média puissant, mais fragile.

Puissant parce que, malgré le développement formidable d’internet depuis 20 ans et des nouveaux contenus et services véhiculés, la radio reste écoutée par une large majorité d’Européens. Et ce pendant plus de 3 heures en moyenne par jour, dans la majorité des pays.

Fragile parce que son audience (Reach) baisse légèrement depuis quelques années, notamment à cause des millennials qui sont attirés par d’autres offres sur le WEB. Fragile  aussi parce que la durée moyenne d’écoute quotidienne s’érode lentement et que les recettes publicitaires diminuent depuis plusieurs années.    

Aux États-Unis, d’où depuis toujours nous importons idées et formats de programmes, le marché est traversé par un vent froid : les principaux opérateurs de radio sont dans une situation économique très délicate. L’année dernière la mythique CBS Radio (née il y a 90 ans et qui a diffusé en octobre 1938 « La guerre des monde ») a fusionné avec un concurrent pour éviter la faillite. La durée d’écoute du média est passée de 20 heures hebdomadaires en 2007 à 14 heures en 2017.

Les changements en cours sont considérables et touchent toute la chaine de valeurs du média : les contenus diffusés et les formes de ces contenus, le processus de production, les plateformes de diffusion, les terminaux d’accès, le financement.

Ces changements sont difficiles à mettre en œuvre, notamment par les opérateurs historiques. Néanmoins notre conviction est que, comme par le passé, la radio s’adaptera à la nouvelle concurrence et aux nouvelles technologies et déjà se prépare sa nouvelle vie.

INTERVENANTS

–        Julie Terrade, Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France

–        Frédéric Antoine : L’état de la radio : tendances en Belgique francophone

–        Albino Pedroia : Radio, la renaissance : constat et analyse de l’état et des tendances d’évolutions de l’industrie radiophonique en Europe et aux États Unis

DATE ET LIEU         

Samedi 24 mars : 9h30 à 12h30

La Sorbonne Panthéon, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS – Salle Julian (1er étage)