Archives de catégorie : Actualités

Radio et migrations. Radio en migration (1960-aujourd’hui)

Appel à contribution pour le numéro XIII de RadioMorphoses,

dirigé par Nelly Valsangiacomo et Etienne Damome

Les personnes qui émigrent sont en général une thématique convoitée par les médias des pays d’arrivée, en particulier si elles sont considérées comme « porteuses de drames » (Mills-Affif 2004, Mattelart 2014, Jedlowski 2023). En Europe, notamment dans les années 1960-1970 et 2000-2020, mais également aux Etats-Unis et à l’intérieur de l’Afrique, les médias du service public ont aussi répondu à la demande des autorités qui ont pensé la radio et la télévision comme un médium de contact et d’intégration des différents groupes migratoires (Fasild 2006, Valsangiacomo 2015, Lostis 2019, Fierens et Rovetta 2022).

Grâce à sa relative facilité de mise en place (technique et économique), la radio a toutefois joué beaucoup d’autres rôles qui incluent autant les radios internationales et nationales que les radios locales et celles des communautés immigrées mêmes. Les exemples sont nombreux et montrent la richesse de l’approche par les ondes du phénomène migratoire (Nayrac 2007, Désiré 2011, Fiedler et Frère 2016, Girardot 2018, Nittis 2023, Dujardin 2023).

Ce numéro de la revue RadioMorphoses aimerait s’interroger sur les différents aspects du rapport entre radio et migrations, en essayant de saisir la diversité des pratiques d’émission et d’écoute en lien avec les immigrations et les émigrations. 

Parmi les pistes possibles …

  1. Quel a été le rôle des radios dans le cadre de phénomènes migratoires ? D’un côté, les radios des pays d’accueil construisent souvent l’immigration en tant que « problème public » dans les formats d’information et d’approfondissement. Certaines organisent des émissions à la fois de soutien et d’intégration, voire de médiation envers la population locale pendant que d’autres stigmatisent les migrants et contribuent à rendre plus complexe leur accueil et leur intégration. Ces émissions s’adressent à des groupes très différents, non seulement parce que les immigré·e·s sont d’origines diverses, mais aussi parce que le lien entre poids numérique d’un groupe immigré et représentations de ce même groupe varie d’un pays à un autre. De l’autre côté, il est aussi fort intéressant de s’interroger sur la participation des radios des pays de départ au phénomène de l’émigration. Dans quelle mesure ont-elles participé ou freiné les départs, gardé les contacts avec leurs citoyen·ne·s émigré·e·s et construit des images radiophoniques de leurs émigrations respectives ? 
  • Un autre volet pourrait s’intéresser au développement de radios sur et pour les phénomènes migratoires. Quel a été le rôle des radios dans les campagnes d’information menées par les organisations internationales, souvent soutenues par l’occident, pour contrer la tendance à l’émigration ou mettre l’attention sur la dangerosité des voyages ? Ou encore, quel a été le rôle des radios communautaires dans les mobilités transfrontalières, par exemple dans les phénomènes de transhumances ou encore d’accompagnement des diasporas ?
  • À ce propos, nous aimerions aussi questionner l’agentivité (agency)des personnes en émigration, au travers de la création et de la gestion d’émission spécifiques ou l’organisation de radios communautaires ou plus aléatoires, qui deviennent un socle de préservation et patrimonialisation identitaires, à travers la musique par exemple, mais aussi un lieu d’échange et de construction de réseaux de soutien dans le pays d’arrivée ou encore un lieu de prise de parole et de production de savoirs. En même temps, la réflexion pourrait se focaliser sur l’utilisation du média radio de la part des émigré.es pour développer une participation plus active, par exemple politique, envers le pays d’origine, malgré la distance physique.
  • L’on pourra également étendre la réflexion aux sites web des radios créées par les migrants dans le pays d’accueil, qu’elles émettent à travers des ondes hertziennes ou exclusivement sur le web. L’analyse sémiotique des signes visuels, textuels et sonores permettra de révéler les effets de sens mis en œuvre. L’étude des aspects techniques repèrera par ailleurs la conception des interfaces web et les expériences de navigation et d’interaction des internautes-auditeurs. En outre, la réalisation des cartographies des sites web offrira une opportunité concrète pour interpréter les parcours des liens sur le web, dans le cadre d’une spécifique “reterritorialisation” des migrants à travers le cyberespace. Ce territoire virtuel, dépourvu de frontières, partiellement cartographié, révélera les centres d’intérêt de la population migrante tels que la musique, les divers activismes, les revendications féministes, le tourisme, la cuisine, le travail, la circulation d’argent, de marchandises et d’idées entre le pays d’origine et le pays d’accueil, dans un contexte globalisé (Guglielmone, 2014).

Les articles, d’environ 35 000 signes, avec un résumé en français, en anglais et en espagnol d’environ 500 à 800 signes, et cinq mots clés dans chacune de ces langues, la bibliographie aux normes de RadioMorphoses (https://journals.openedition.org/radiomorphoses/277#tocto1n3) seront à rendre d’ici le 15 septembre 2024. 

Les propositions d’article, d’une page au maximum, doivent être envoyées d’ici le 22 avril 2024 à Etienne Damome (etiennedamome@gmail.com) et Nelly Valsangiacomo (nelly.valsangiacomo@unil.ch). Nous vous remercions d’ajouter un court CV à votre envoi. Une réponse vous sera donnée au courant du mois d’avril. 

Articles et ouvrages cités

DÉSIRÉ Aude. Radio Mango : histoire d’une région libre antillaise en région parisienne (1982-1992). Paris : L’Harmattan, 2011, 166 pages. 

DIA Saidou. Radiodiffusion et nouvelles technologie de l’information et de la communication (NTIC) : usages, enjeux et perspectives, in Diop Momar-Coumba, Le Sénégal à l’heure de l’information. Technologies et sociétés, Editions Karthala- Unrisd, 2002, pp. 295-330.

DUJARDIN Fanny. Histoires de migrations à la radio : du témoignage provoqué au récit participatif, Hermès, La Revue, vol. 92, no. 2, 2023, pp. 102-107.

FASILD 2006. AAVV, La représentativité des immigrés au sein des media, rapport final. 

FIEDLER Anke, FRÈRE Marie-Soleil. “Radio France Internationale” and “Deutsche Welle” in Francophone Africa: International Broadcasters in a Time of Change, Communication, Culture & Critique, 9(1), 2016, pp. 68-85.

FIERENS Marie, ROVETTA Ornella. « Si on est seuls, qu’on nous le dise ». Journalisme, politique nationale et diplomatie internationale au Burundi, RadioMorphoses [En ligne], 8 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 2022, consulté le 10 janvier 2024. URL: https://doi.org/10.4000/radiomorphoses.2893

GIRARDOT Maguelone. Migrants et réfugiés : De l’autre côté du miroir, Études, -A, 2018, 716. URL : https://doi.org/10.3917/etu.4251.0007

GUGLIELMONE, Isabel. « Itinerarios digitales: las ciberradios radios bolivianas en Argentina ». Revue Horizontes Sociológicos | Asociación Argentina de Sociología, N° 4, Juillet-Décembre 2014, p. 43-57.

JEDLOWSKIAlessandro. Médias audiovisuels et diasporas africaines en France : des enjeux de la représentation aux défis de la production, Revue européenne des migrations internationales, vol. 39 – n°1 | 2023, 185-206.

LOSTIS Nina. Londres 1962-1989 : histoires de médias par et pour les immigrés, Hommes & Migrations, 2019/3 (n° 1326), p. 77-82. DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.9702   

MATTELARTTristan (dir.). Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Éditions Mare et Martin, coll. « MediaCritic », 2014,  580 pages.

MILLS-AFFIF Edouard. Filmer les immigrés. Les représentations audiovisuelles de l’immigration à la télévision française 1960-1986, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2004.

NAYRAC Magaly. Identités migrantes et radiophonie locale. Le cas des émissions portugaises à Toulouse, in Audebert Cédric et Emmanuel Ma Mung (eds.), Les migrations internationales : enjeux contemporains et questions nouvelles, HumanitariaNet, Université de Deusto, Bilbao, 2007, pp. 163-174. 

NITTIS Mélanie. La transmission de la tradition à Olympos (Karpathos, Grèce) : le rôle des associations de la diaspora et de la radio, Cahiers balkaniques [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 06 mars 2023, consulté le 29 décembre 2023. URL : https://doi.org/10.4000/ceb.19648

VALSANGIACOMO Nelly. « Tant qu’il y aura l’immigré, il y aura aussi votre émission ». Le dialogue entre les immigrés et l’émission radiophonique Per i lavoratori italiani in Svizzera au tournant des années 1970, Skenderovic D., Gadient I. (sld), Migrationsgeschichte(n) der Schweiz im 20. Jahrhundert, Revue Suisse d’histoire, 2015, pp. 83-99. 

Du Covid 19 aux conflits armés : la radio face à une multiplicité de crises

Appel à communication Colloque international
Université Toulouse Capitole, 14 et 15 novembre 2024
IDETCOM, GRER

Une crise est la conséquence d’une perturbation dont l’origine est extérieure ou intérieure ; elle est marquée par le désordre, l’instabilité et l’incertitude et connaît des phases de blocages et de déblocages (Morin, 1976). Sur le terrain politique, elle est « une rupture soudaine ou une aggravation d’une situation politique et sécuritaire préexistante » (Mongin, 2014). Qu’elles soient de natures sanitaires, environnementales ou naturelles, sociales, économiques, politiques et/ou militaires, elles questionnent les pratiques journalistiques, le positionnement des organisations médiatiques, les productions éditoriales et les interactions avec les autres acteurs. Ce colloque propose d’aborder ces situations multiples à travers le prisme du média radiophonique, média du direct, de l’attachement (Glevarec, 2017), de l’accompagnement du quotidien et le média des temps de crise par excellence. Au cours de ce colloque, plusieurs questions seront posées : comment les radios approchent et traitent ces contextes ? Comment le média lui-même se meut, agit et interagit en temps de crise ? En outre, ce
colloque abordera ces problématiques dans le cadre des études radiophoniques, mais aussi dans le cadre d’études basées sur des analyses comparatives avec d’autres médias. Les approches seront historiques et contemporaines, interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales, développées sur un plan local, régional, national et international

L’appel à communication est disponible en  PDF en trois versions :

Appel à communication Colloque international Radio et crises – Toulouse 2024 – version française

Appel à communication Colloque international Radio et crises – Toulouse 2024 – version anglaise

Appel à communication – version espagnoleAppel à communication Colloque international Radio et crises – Toulouse 2024 – version espagnole

MODALITES
Les propositions devront être soumises en français, en anglais ou en espagnol au plus tard le 25 avril 2024.

La proposition comportera : un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera la problématique,
les hypothèses et les indications bibliographiques en 5000 caractères au plus. Les informations personnelles (nom, prénom, institution de rattachement, statut, adresse postale et électronique, téléphone) doivent être rassemblées en ouverture de la première page. Les propositions de communication seront envoyées aux deux adresses électroniques suivantes :

sylvie.laval@ut-capitole.fr /  secretariatgrer@gmail.com

IDETCOM : https://idetcom.ut-capitole.fr/
GRER :
Page Facebook : https://www.facebook.com/greradio
Carnet de Recherche RadioGraphy : http://radiography.hypotheses.org/
Revue RadioMorphoses : https://journals.openedition.org/radiomorphoses/

 

 

Festival dédié à l’écoute radio, podcast et création sonore

1ère édition du Festival des écoutes Amwaj أمواج du 14 au 17 décembre à Casablanca

Du 14 au 17 décembre 2023, l’Institut français du Maroc présentera la première édition du Festival Amwaj أمواج à Casablanca. Dédié à la radio, aux podcasts et à la création sonore, le Festival interrogera ce secteur en pleine ébullition. Un événement organisé en partenariat avec l’association Longueurs d’Onde (Brest, France) et le studio indépendant Les Bonnes Ondes (Casablanca).

Tables rondes, écoutes collectives, performances artistiques, exposition et concert

Amwaj أمواج réunira en un même lieu les acteurs-clé et professionnels du son du Maroc et de France. Une cinquantaine d’intervenants proposera des tables rondes, écoutes collectives, performances artistiques ou concerts. En guise d’avant-goût : le célèbre rappeur Oxmo Puccino présentera son podcast Les Histoires de Quartier (Arte Radio) ; l’humoriste Asmaa El Arabi évoquera son rapport au genre en interview publique enregistrée avec Jins Podcast ; la documentariste Adila Benedjaï-Zou (France Culture) et la journaliste Fedwa Misk donneront à entendre les voix du féminisme ; le musicien Réda Allali (Radio Maarif / Hoba Hoba Spirit) explorera la question de l’expression populaire par le foot et le podcast; Omar Ouahmane (Radio France) racontera son parcours de grand reporter de guerre ; l’artiste-plasticien Karim Rafi exposera son dispositif sonore et philosophique Et si, de la brume ; Surgit la nuit !

Programme détaillé à venir  (site de l’institut français Casablanca)

Impulser la création, l’émergence de nouveaux auteurs et auditeurs

En croisant les influences et récits communs aux deux pays, le Festival favorisera les rencontres pour questionner et nourrir la richesse grandissante des créations sonores. Dans une perspective de transmission et afin de favoriser l’émergence de nouveaux auteurs, des sessions de formation seront proposées tout au long du festival à destination de jeunes professionnels. En parallèle, un appel de l’Institut français du Maroc a permis le soutien financier de douze projets de création sonore marocains. Enfin, des rencontres scolaires et jeune public sensibiliseront les plus jeunes à l’écoute et au son.

Proposer un retour à l’écoute et à l’attention

Le Festival est avant tout conçu comme un retour à l’écoute et à l’attention. Il doit permettre de promouvoir ces écritures alternatives, protéiformes et inclusives qui ouvrent un espace dans lequel le droit à la parole serait rééquilibré pour toutes et tous.

Journée d’étude : Les radios scolaires : une éducation par les médias ?

Sébastien Poulain et Raphaël Dapzol du GRER organisent une Journée d’étude sur “les radios scolaires : une éducation par les médias ?” le lundi 27 novembre 2023 à l’Université de Strasbourg. 


Le controversé journaliste-communicant-consultant-entrepreneur Alexis Poulin interviewé par l’équipe de Radio Cartable , la radio des écoles d’Ivry-sur-Seine, en septembre 2016. Source :https://radio-cartable.ouvaton.org/?p=134


L’éducation aux médias (EM) est devenue depuis plusieurs décennies un domaine d’intérêt pour la recherche, l’enseignement et les politiques publiques ; reconnue par l’UNESCO comme un moyen de renforcer les droits humains, lutter contre la radicalisation et l’extrémisme ainsi qu’une condition à l’exercice éclairé de la citoyenneté et d’intégration sociale et économique. Le développement de politiques éducatives d’éducation aux et par les médias s’est accéléré dans de nombreux pays depuis les années 1980. L’intérêt politique et social pour une EM s’est renouvelé depuis une dizaine d’années face aux enjeux démocratiques et sociétaux que posent les nouvelles technologies médiatiques.
Si l’EM s’est largement développée depuis quarante ans autour de différents courants favorisant notamment une approche critique et protectionniste face à l’influence des médias, les méthodes pédagogiques et les compétences transmises restent largement attachées au modèle des médias de masse (presse, télévision, cinéma, radiodiffusion). Depuis plusieurs années, des problématiques d’adaptation de l’EM aux nouvelles technologiques et pratiques médiatiques, incluant notamment l’importance de l’interactivité et des compétences participatives, ont émergé au travers de la notion de littératie médiatique (Landry 2017), désignant un ensemble de compétence de lecture des médias ainsi que d’écriture, engageant une démarche d’appropriation des outils et des compétences médiatiques par la pratique des médias.
C’est dans ce contexte que la radio est devenue un média particulièrement intéressant pour les acteurs pédagogiques.

L’appel à communication est disponible   ICI

Propositions de communication :

Si cette journée pourra accueillir des témoignages d’acteur et actrices de l’éducation aux médias (enseignant.e.s, étudiant.e.s, formateurs.trices…), nous attendons des propositions de chercheurs et chercheuses. Ces derniers pourront faire une présentation de l’état de l’art sur le thème des RS, avoir des approches compréhensives ou critiques issues de plusieurs disciplines : histoire, sociologue, sciences de l’information et de la communication, science politique, science de l’éducation, sciences du langage… Il peut s’agir de travaux plutôt empiriques via des études de cas en France ou à l’étranger (monde francophone, hispanique, anglo-saxon…), sans toutefois s’interdire des approches théoriques.

Les propositions comprenant une biographie de 500 signes maximum et une proposition de contribution de 5 000 signes maximum (titre, terrain, méthodologie, problématique, bibliographie) seront envoyées à : Raphael.Dapzol@gmail.com et Sebastien.Poulain@gmail.com le 30 juillet 2023.

Nous prévoyons de publier les actes.

Comité d’organisation :

Raphael Dapzol et Sebastien Poulain

Comité scientifique :

Sabine Bosler (Crem, Université de Lorraine), Jean-Jacques Cheval (Mica, Université Bordeaux Montaigne), Raphael Dapzol (SAGE, Université de Strasbourg), Christophe Deleu (SAGE, Université de Strasbourg), Séverine Equoy Hutin (ELLIADD, Université de Franche-Comté), Anne-Caroline Fiévet (Mica, Université Bordeaux Montaigne), Hervé Glevarec (CERLIS, CNRS, Université de Paris Cité, Université Sorbonne Nouvelle), Isabel Guglielmone (Costech, Université de Technologie de Compiègne), Sebastien Poulain (Mica, Université Bordeaux Montaigne), Blandine Schmidt (Mica, Université Bordeaux Montaigne).

“Les perspectives de genre dans la radio contemporaine” : 1er atelier de recherche trilatéal “Femmes à l’antenne”

Du 21 au 24 juin 2023, le centre germano-italien pour le dialogue européen “Villa Vigoni” a accueilli des échanges scientifiques (Allemagne, Italie, France) enrichissants, enthousiastes et inspirants sur le thème “les perspectives de genre dans la radio contemporaine”. Orchestrés avec rigueur, disponibilité et convivialité par Marta Perrotta (professeure associée, Università Roma Tre), différents moments de partage de recherches, d’expériences, d’approches méthodologiques et d’écoutes radiophoniques ont rythmés ce premier atelier réunissant les chercheuses et chercheurs des ateliers de recherche trilatéraux “Femmes à l’antenne. Voix, travail et écoute des femmes à la radio et dans les médias sonores”.  

Les différentes activités de cet atelier sont disponibles ICI autour de quatre grandes thématiques : 

  • Les femmes au micro. oratrices, annonceuses, doubleuses, actrices
  • Les femmes expertes en information radiophonique
  • Les femmes en studio. Réalisatrices, techniciennes du son, conseillères musicales
  • Les femmes dans la programmation. De l’écriture féminine aux stratégies de programmation

La deuxième conférence du programme est attendue en février 2024 à Villa Vigoni.  

Pour plus d’informations : https://donneinonda.eu/fr/home-francais/

Séance de travail / par Golo Föellmer

Conferenza 1: Prospettive di genere nella radio contemporanea 

Dal 21 al 24 giugno 2023, il Centro italo-tedesco per il dialogo europeo “Villa Vigoni” ha ospitato ricchi, entusiasti e stimolanti scambi scientifici europei (Germania, Italia, Francia) sul tema “Prospettive di genere nella radio contemporanea”. Orchestrata con rigore, disponibilità e convivialità da Marta Perrotta (Professoressa associata – Università Roma Tre), questa prima conferenza ha riunito le ricercatrici del conferenze di recerca trilaterali “Donne in onda : Voci femminili, lavoro e ascolto alla radio e nei media audio”, per condividere ricerche, esperienze, approcci metodologici e ascolti radiofonici.

La seconda conferenza del programma è prevista per il febbraio 2024  a Villa Vigoni.  

Per maggiori informazioni : https://donneinonda.eu/

 

Resarch group / Par Golo Föellmer

Konferenz 1: Gender-Perspektiven im zeitgenössischen Radio

Vom 21. bis 24. Juni 2023 fand im deutschitalienischen Zentrum für den europäischen Dialog „Villa Vigoni“ ein europäischer wissenschaftlicher Austausch (Deutschland, Italien, Frankreich) statt, der bereichernd, enthusiastisch und inspirierend ist. Das Thema ist “Gender perspectives in contemporary radio”. Mit Gründlichkeit, Genauigkeit, Verfügbarkeit und Geselligkeit wurde diese Konferenz von Marta Perrotta (außerordentlicher Professorin, Università Roma Tre) geleitet. Zahlreiche Momente des Austauschs von Forschungsergebnissen, Erfahrungen, methodologischen Ansätzen und des Radiohörens bildeten den Rahmen für dieses erste Konferenz des trilateralen Forschungsprogramm “Frauen auf Sendung. Stimmen, Arbeit und Hören von Frauen im Radio und Audiomedien”

Konferenz 2 findet im Februar 2024 in der Villa Vigoni.

für weitere Informationen : https://donneinonda.eu/de/home-deutsch/

Villa Vigoni / par Nozha Smati

 

Site web (en quatre langues) des ateliers de recherche trilatéraux “Femmes à l’antenne” : https://donneinonda.eu/



 

 

 

 

 

Première conférence de recherche trilatérale

Les perspectives de genre dans la radio contemporaine

Trilaterale

Forschungskonferenzen

Frauen auf Sendung. Stimme, Arbeit und das Hören in Radio und Audiomedien

Konferenz 1: Gender-Perspektiven im zeitgenössischen Radio

Conferenze

di ricerca trilaterali

Donne in onda. Voci, professioni e ascolto in radio e nei media sonori

Conferenza 1: Prospettive di genere nella radio contemporanea

Conférences de

recherche trilatérales

Femmes à l’antenne. Voix, travail et écoute des femmes à la radio et dans les médias sonores

Conférence 1: Les perspectives de genre dans la radio contemporaine

PROGRAMM  PROGRAMMA  PROGRAMME   

 21 -24 /06/2023

21/06/2023

19:00 Brindisi Benvenuto / Willkommensaperitif / Apéritiv de bienvenue / Welcome Drink

19:30 Cena / Abendessen / Dîner / Dinner

22/06/2023

08:00 Colazione / Frühstück / Petit-Déjeuner / Breakfast

09:30 – 11:00 Le donne al microfono. speaker, annunciatrici, doppiatrici, attrici

Elena Mosconi: Professioniste dell’entertainment e intermedialità: attrici e doppiatrici tra cinema, teatro e radio;

Marine Beccarelli: Donne al microfono sulle onde radiofoniche francesi: uno sguardo a un secolo di storia.

11:00 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

11:30 – 13:00 Karin Martensen: Aspetti tecnici, sonoro-estetici e discorsivi delle voci femminili davanti al microfono;

Paola Valentini: Voce e corpo tra radio e cinema: la produzione radiofonica di Monica Vitti.

13:00 Pranzo / Mittagessen / Déjeuner / Lunch

15:00 – 16:00 Donne esperte nell’informazione radiofonica

Nozha Smati, Pascal Ricaud: Donne e radio in Francia. Una lettura longitudinale e

riflessiva delle indagini internazionali del Global Media Monitoring Project dal 1995.

16:00 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

16:30 – 18:00 Tavola Rotonda: Senza donne non se ne parla. “No Women, No Panel” e “50:50

The Equality Project” come stimoli per creare contenuti mediatici che rappresentino equamente il nostro mondo.

  • Elisa Giomi (Commissaria AGCOM);

  • Ilaria Sotis (Vice Direttrice Radio 1 Rai);

  • Laetitia Biscarrat: Disuguaglianza di genere in onda: un’analisi dei notiziari mattutini francesi

Modera: Marta Perrotta

19:30 Cena / Abendessen / Dîner / Dinner

21:00 100 anni di Radio in Francia

Laetitia Biscarrat: Ascolti dagli archivi della radio francese.

23/06/2023

08:00 Colazione / Frühstück / Petit-Déjeuner / Breakfast

09:30 – 10:30 Le donne in studio. Registe, tecniche del suono, consulenti musicali

Caroline Mitchell (University of Sunderland): Keynote Speech

La radio contemporanea di genere: Ri-mappare, ri-suonare e ri-negoziare i confini della ricerca e della prassi 

10:30 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

11:00 – 13:00 Kiron Patka: Infrastrutture di produzione radiofonica. Tecnici del suono e del nastro nel sistema radiotelevisivo pubblico tedesco (1950-2000);

Lucio Spaziante: Female music supervisors: un ruolo femminile tra serie tv, radio e

musica;

Marta Perrotta: Sala F, il primo spazio di produzione radiofonica “tutto al femminile” della radio pubblica italiana (1977-79).

13:00 Pranzo / Mittagessen / Déjeuner / Lunch

15:00 – 16:30 Le donne nel palinsesto. Dall’autorialità femminile alle strategie di programmazione

Ania Mauruschat: Raccontare sé stesse. Sulla situazione e sul significato delle

drammaturghe radiofoniche. Un desiderio di ricerca;

Veronica Innocenti: Dalla passione alla professione: produrre un podcast nel tempo di una pandemia globale.

16:30 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

17:00 – 18:00 Golo Föllmer: Topologie spaziali come spazi di genere nella produzione radiofonica;

Déborah Gay: Donne, uomini e radio: come il luogo di lavoro in Francia rende difficile la messa in onda per le donne.

18:00 Brindisi / Apéro / Apéritiv / Toast

18:30 – 19:30 Golo Föllmer e Ines Bose: Ascolti dagli archivi della radio tedesca.

20:00 Cena / Abendessen / Dîner / Dinner

24/06/2023

08:00 Colazione / Frühstück / Breakfast

Ca. 10:00 Partenza / Abreise / Départ / Departure

 

 

Radio, community, power: domination and emancipation in segregated contexts

 

Mondes Américains et le CENA ont le plaisir de vous annoncer le :

Workshop :

Radio, community, power:
domination and emancipation 
in segregated contexts

Thursday 15th June 2023
9 am – 18.30 pm
Place : Campus Condorcet
Bâtiment de Recherche Sud
Salle 0.015
5 cours des Humanités, Aubervilliers

Organization :
Tristan Le Bras (EHESS, Mondes Américains/CENA)
Thomas Leyris (Université de Lille/ IRHIS)

Contact : tristan.lebras@ehess.fr

Visioconference, click here

Presentation in english : This workshop is an opportunity for discussion and encounters between seemingly sealed academic fields around the topic of radio during the 20th Century, in global perspective. The emphasis is placed on processes of reappropriation from publics of broadcasts that were initially created to rely on their consent. We can observe converging dynamics accross the globe in that matter. However, the outcomes differ according to local contexts.
This workshop intends to be a platform for dicussion over methodological and conceptual approaches. While the concept of race is omnipresent in the United States, it can be absent in other area studies, where concepts such as community or nation are preferred.
The discussion will take place in the form of a roundtable to suggest the main results of international research over radio, community and power.

*******************

Présentation en français : Il s’agit d’observer les dynamiques qui traversent les entreprises radiophoniques à travers le monde au cours du second XXe siècle. La focale est placée sur la façon dont les publics tendent à redéfinir les projets initiaux des États ou des entrepreneurs privés. Nous observons des dynamiques convergentes en ce qui concerne la remise en cause du projet initial, mais les directions suivies sont ensuite divergentes et varient selon les contextes concernés. Cette rencontre est également l’occasion d’un dialogue épistémologique.
Il s’agit notamment de confronter les différents concepts utilisés selon les aires culturelles. La notion de “race” est ainsi omniprésente sur les terrains états-uniens tandis qu’on lui préfère celui de communauté ou de nation en contexte africain ou asiatique.
Le dialogue initiée, sous forme de table-ronde, permettra de décentrer le regard de chacun.e afin de dessiner les contours d’une dynamique de recherche internationale sur le rôle de la radio dans les logiques communautaires.

La journée d’étude sera en anglais
 

PROGRAMME

8h30-9h / Welcome & breakfast
9h-9h15 / Introduction
9h15-10h45 / Colonial plans, local realities
Jessica A. Schwartz
Decolonization, Democracy, Dissent: A History of the Radio in the Republic Marshall Islands [online]
Vincent Kuitenbrouwer
Radio Broadcasting and Colonial Power in the Dutch East Indies, 1930s.
Thomas Leyris
Which Radio for Africans? The conflict between the SORAFOM and Radio Dakar’s staff during the decolonization of French West Africa (1955-1958)

10h45-11h / Break

11h-12h30 / The transnational path of dissenting voices
Daniel Rojas
A Radio for the vanguard of the revolution: Radio Beijing in Latin America, 1962-1971 [online]
Angela Tate
“That’s What a Song Can Do”: Etta Moten Barnett’s Chicago and the Broadcasting of Black Women’s Internationalism (1955-1964)
Marine Beccarelli
The other ‘Radio París’: French radio’s short-wave service to Francoist Spain (1945-mid 1970s) [online]

12h30-14h / Lunch

14h-15h30 / Whose music for which target?
Amy A. Coddington
Desegregating Commercial Radio in the United States (1980s)
Sandrine Coyez
From Black to White: Symphonic Jazz on WNYC and NBC (1925-1950)
Manuel Bocquier
Of listeners and letters: racialization and appropriation of old-time music on radio (USA, 1930-1945)

15h30-15h45 / Break

15h45-17h15 / Broadcasting to a community or communalizing the broadcast?
Arthur Asseraf
Who does Radio Gibraltar speak for? Borders, sovereignty and decolonization between Europe and Africa (1958-1982)
Diane Di Sciullo
The case of “La Voz Campesina”: ethnography of an indigenous radio in a context of linguistic domination in Huayacocotla, Veracruz, Mexico
Tristan Le Bras
In the service of the community. White-owned black-oriented radio between profit and public service requirements in the United-States (1940s-1970s)

17h30-18h30 / Roundtable
The war of the waves revisited. Divergence and convergence among radio studies in global perspective.

♦ Program

 Pour en savoir plus

Site Mondes Américains
Suivre sur Facebook

Journée d’étude : Une autre guerre des Ondes ? Enjeux de pouvoir et stratégies communautaires autour de la radio en contexte de domination

Nous partageons cet appel à communications pour une journée d’étude qui se tiendra sur le Campus Condorcet, le jeudi 15 juin 2023 en salle 0.015 du bâtiment de recherche sud.

Date limite d’envoi des propositions : lundi 27 février 2023

Cette journée sera consacrée à la thématique suivante : “Une autre guerre des Ondes ? Enjeux de pouvoir et stratégies communautaires autour de la radio en contexte de domination (colonisation, ségrégation, discrimination)”
Sous la coordination de Tristan Le Bras (CENA-Mondes Américains – EHESS) et Thomas Leyris (IRHISUniversité de Lille).

L’appel à communication et modalité de soumission des propositions disponibles  ICI

 

SEMINAIRE – TABLE RONDE “100 ans de radiodiffusion”

 

Le 9 décembre 2022 se tiendra à Tours le séminaire du GRER ” 100 ans de radiodiffusion” avec une table ronde en présence des professionnels de la radio de la région Centre Val de Loire 
Rendez-vous de 14h à 17h45 à  l’IUT de Tours, Amphi Rabelais, 29 Rue du Pont Volant.  

Vous pouvez consulter le programme avec résumés des conférences

Programme :  

Séminaire et table ronde organisés et animés par Pascal Ricaud (MCF, Université de Tours)
13h45 : accueil et mot d’Etienne Damome, Président du Groupe de recherches et d’études sur la radio
14h : conférence de Jean-Jacques Cheval (Fondateur du GRER)  “100 ans de radiodiffusion”
14h45 : Échange avec le public
15h : conférence (en visio) de Thierry Lefebvre (historien des médias, Université de Paris), “À la recherche des radios libres”,
15h45 : Échange avec le public
16h : Pause café

16h15 : Table ronde « Quelles perspectives pour les radios locales privées aujourd’hui ? » avec des opérateurs radio de la région Centre Val de Loire

Invités :

Viviane Berreur (programmatrice Radio Campus Orléans/vice-présidente musique Radio Campus France)

Bertrand de Villiers (Président d’Alouette FM),

Karine Logereau (Secrétaire générale de l’Arcom Poitiers),

Wilfrid Tocqueville (Directeur de Sweet FM)

Une autre invitation sous réserve (représentant-e de RFL 101).

Possibilité de suivre le séminaire en visio via la chaîne Youtube de PRIM :  https://www.youtube.com/@primuniversitedetours2345

LA RADIO DANS L’UNIVERS AUDIO

10ème colloque international du GRER

Le GRER est heureux de vous inviter à son 10ème colloque international qui se tiendra les 9, 10 et 11 novembre à Laval, Québec. 

Vous pouvez consulter le programme et les activités de cet événement sur le site du colloque : https://radiodansuniversaudio.com/

Pour participer à une ou plusieurs des 30 conférences programmées, demandez un lien Zoom en vous inscrivant ici 

 

Appel à varia, positions de thèse et notes de lecture

Le comité de rédaction de la revue RadioMorphoses, recevra et examinera avec plaisir des contributions hors dossier thématique  dans ces trois rubriques : articles de Varia, Positions de thèse et Notes de lectures

Recommandations aux contributeurs :

Pour la rubrique Varia

Les auteurs soumettent une proposition d’article de 500 mots dans la langue de publication (français, anglais ou espagnol). Une fois la proposition retenue, la rédaction informe les auteurs des délais et modalités de soumission de leurs textes (ne doivent pas dépasser 25000 signes espaces et bibliographie compris) et un résumé en français et en anglais (10 lignes max)

Pour les notes de lecture

Elles peuvent être proposées spontanément sur des ouvrages consacrés aux études radiophoniques et/ou sonores. Les textes ne doivent pas dépasser 10000 signes espaces compris. Sont attendues des notes de lecture permettant dans une perspective descriptive, critique et analytique de faire comprendre aux lecteurs l’intérêt de l’ouvrage chroniqué et de préciser ses limites.

Pour les positions de thèses

Elles peuvent être proposées spontanément sur des thèses soutenues consacrées aux études radiophoniques et/ou sonores. L’auteur de la thèse précisera la date et lieu de soutenance, la discipline, le directeur de thèse et explicitera de manière synthétique l’objet d’étude, la problématique, l’approche théorique, la méthodologie, le terrain, les principaux résultats de la recherche. Les textes ne doivent pas dépasser 8000 signes espace compris.

Les consignes rédactionnelles et règles typographiques sont accessibles ICI

contact : radiomorphoses@gmail.com

La revue RadioMorphoses

La Revue d’études radiophoniques et sonores RadioMorphoses créée en 2016 vient d’intégrer le catalogue des revues d’OpenEdition et sera prochainement disponible en ligne.   

RadioMorphoses est une revue scientifique francophone interdisciplinaire à comité de lecture, dédiée aux études radiophoniques et sonores. Elle est fondée par les membres du Groupe de Recherches et d’études sur la radio en partenariat avec la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA).La revue favorise la réflexion sur la réalité et les mutations du média radio, ses problématiques et ses enjeux. Elle contribue également à développer les échanges entre les chercheurs, les professionnels et acteurs de terrain engagés sur l’étude et l’analyse de la radio ou de la communication sonore médiatisée.

RadioMorphoses is a scientific journal with a reading committee dedicated to radio and sound studies. Founded by the Research and Studies Group on Radio (GRER) and published by the MSHA. This journal favors reflection on the reality and changes of the radio media, its issues and challenges. It contributes also to develop exchanges between researchers, professionals and field actors involved in the study and the analysis of radio or mediated sound communication.
Disciplines
Sciences de l’information et de la communication, Langue et linguistique, Sociologie et anthropologie, Pluridisciplinarité.
Thèmes
Histoire et sociologie des médias, Sciences de l’information
et de la communication, Journalisme, Linguistique. 

La revue est accessible actuellement sur  : http://www.radiomorphoses.fr/

Directeur de la publication

Etienne Damome

Rédacteur(s) en chef

Nozha Smati, Pascal Ricaud

contact : radiomorphoses@gmail.com

 

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”

Par Thomas Leyris, Université de Lille – Laboratoire IRHiS


Les 24 et 25 septembre 2020, s’est tenue la conférence internationale « Crossing Borders With a New Medium: Radio and Imperial Identities » “Traverser les frontières avec un nouveau média, la radio et les identités impériales” à l’Université Catholique de Lisbonne. Cet événement très riche portait sur le rôle joué par les radios dans les empires du 20ème siècle et dans leur processus de transformation ou d’effondrement.

La conférence a permis de faire émerger des pistes de réflexion et d’échange portant principalement sur la diversité des contextes impériaux ; la radio et les paysages sonores des empires ; l’intérêt pour l’échelle impériale et enfin la question post coloniale.

Le premier fait marquant est la prise en compte d’une grande diversité de situations. Ainsi, loin de se cantonner aux principaux empires coloniaux du 20ème siècle, la place de la radiodiffusion a été évoquée dans les empires danois (Morten Michelsen, Danemark), néerlandais (Vincent Kuiten brouwer, Pays-Bas), soviétique (Ruta Kupetyte, Lituanie) et dans des espaces aussi divers que l’Afrique ou l’océan Pacifique (Martin Hadlow, Australie). Cette variété ne doit cependant pas cacher la vitalité des recherches dans les mondes anglophones et lusophones portées par deux programmes internationaux auxquels étaient rattachés de nombreux communicants/tes: Connecting the wireless world project (Université de Bristol) et Broadcasting in the Portugese Empire (Université catholique du Portugal). Ainsi, huit interventions portaient sur les espaces anglo-saxons et 6 sur l’empire portugais d’Afrique. Cette composition soulignait, par contraste, la quasi absence de chercheurs francophones sur ces questions puisque, seul Thomas Leyris (France), a présenté la stratégie radiophonique de la France dans son empire colonial d’Afrique.

La conférence a, dans un deuxième temps, souligné l’intérêt qu’accordent de nombreux communiquants/es aux paysages sonores (soundscapes) que ces radios diffusaient, dans une perspective proche des Sound Studies. Ainsi, dans son intervention sur les radios internationales et leur utilisation comme soft power, Simon Potter (Grande-Bretagne) a rappelé l’importance jouée par la musique et par les voix utilisées par les radios internationales et impériales. Catarina Valdingem et Marco Freitas (Portugal), au travers de l’exemple de producteurs de radio et de l’industrie du disque en Angola et au Mozambique, ont exposé à quel point les colonisateurs et les mouvements d’indépendances nationales considéraient le « paysage sonore » offert aux populations comme un enjeu de lutte. Quant à Morten Michelsen (Danemark), il a abordé la représentation des autochtones du Groenland par la diffusion sur les ondes danoises de leur musique traditionnelle. Ces interventions s’inscrivent dans les recherches actuelles qui tendent à montrer l’autonomie relative des médias impériaux et internationaux par rapport au politique en s’appuyant sur l’étude des contenus. La question difficile de la réception des émissions par les populations a aussi été abordée par la mise en valeur de sources inédites. Peter Brooke (Grande-Bretagne) a mis à profit des enquêtes réalisées auprès des auditeurs Zambiens dans la seconde moitié des années 1970 afin d’étudier la réception des émeutes de Soweto tandis qu’Alexander White (Grande-Bretagne) tente de comprendre comment les radios anticoloniales (Le Caire, Moscou, Pékin…) étaient écoutées dans l’Afrique des indépendances.


Réseau de radiodiffusion de la France d’outre-mer, 1957. Thomas Leyris (Université de Lille, France)

Troisièmement, des interventions ont aussi montré l’importance accordée par beaucoup de chercheurs/euses à l’échelle impériale. Ainsi, Nelson Ribeiro (Portugal) a présenté la complexité des relations entre la métropole portugaise et ses colonies dans le domaine de la radio, laissant une large marge de manœuvre aux initiatives des colons et débouchant sur un système original de collaboration entre stations privées et État. Caroline Ritter (États-Unis) a parlé de la formation délivrée aux nouveaux agents des radios africaines par la BBC. Elle a souligné que, loin d’abandonner ses responsabilités au moment des décolonisations, l’ex-métropole avait au contraire intensifié ses efforts dans le domaine culturel afin de transmettre un modèle, particulièrement en matière de radio. Dans cette même perspective Thomas Leyris, a décrit la résistance de l’échelon impérial dans la politique radiophonique de la France en Afrique alors que l’empire se morcelait.

Enfin, de nombreuses communications ont révélé l’ampleur des questions postcoloniales. C’est tout d’abord vrai au niveau chronologique, puisque les interventions de Marissa Moorman (États-Unis), ou de Marco Freitas ont présenté des voies de décolonisation des ondes dans les premières années d’indépendances. Pour la première, la radio a été au cœur de la stratégie de transformation globale de la société angolaise sous le gouvernement Nieto à partir de 1977 avec, par exemple, l’instauration d’un « jour de la radio ». Le second, en étudiant le cas du Mozambique, a établi la profondeur de la politique d’appropriation et de politisation de la musique populaire par le Frelimo et la radio nationale après 1975. Dans les deux cas, la décolonisation de la radio et du paysage sonore est aussi passée par la formation du personnel radio dans les pays communistes (Chine, URSS, Allemagne de l’Est…). Mais le post-colonial apparaissait aussi dans les interventions de Peter Brooke et Abdullahi Tasiu  Abubakar (Grande-Bretagne). Le premier, en partant d’une enquête menée sur la réception en Zambie des émeutes de Soweto (1976), souligne à la fois les limites d’une radiodiffusion nationale contrôlée par un parti unique et la continuité des habitudes d’écoute des habitants qui se tournent vers la BBC. Le deuxième a montré la survie et le renforcement du réseau BBC en Afrique grâce à l’adoption de nombreuses langues africaines à partir des années 1960. Cette évolution post coloniale permet à l’auteur d’expliquer qu’1/3 de l’audience de BBC world soit aujourd’hui africaine.

Le travail sur les radios impériales est ainsi loin d’être achevé, ne serait-ce que parce que les sources ne sont pas aussi rares que l’on ne le pense. C’est ce qu’ont démontré Ana Isabel Reis, Silvio Santos et Rui Vilela (Portugal) à propos des archives des anciennes radiodiffusions portugaises d’Afrique. Ainsi, les travaux présentés lors de cette conférence rendent compte de l’ampleur et de la richesse des documents et des thématiques qui restent à explorer dans le champ des radios impériales.

Mots-clés : radios impériales, postcolonial, Sound Studies, décolonisations

Le programme de la conférence est disponible ICI 

Conférence internaltional : Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities

 International Conference

 New Dates 24th-25th September 2020

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”
 

Le Programme  en ligne  

The Research Centre for Communication and Culture (CECC) at Universidade Católica Portuguesa will host the conference. It will take place within the framework of the research project “Broadcasting to the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity” funded by FCT and FEDER. 

 ‘Broadcasting in the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity’ (BiPE) is a research project based in the Research Center for Communication and Culture (CECC). It aims to contribute to scholarship on Media, Empires and Colonialisms, namely through an interdisciplinary research approach that intersects the history of broadcasting with the history of the late Portuguese colonialism. One of the research goals is to understand the extent to which radio, as a new electronic medium of the first half of the 20th century, contributed to bolster and construct national and imperial identities across the territories of the Portuguese colonial empire. 

Plus d’informations sur le site : https://www.broadcastingempire.com/

Appel à contribution POUR LE 6ème numÉro de radiomorphoses : date limite repoussÉe au 15 juin 2020

“Radio en mobilité : programme, pratiques, techniques et perspectives”

Coordination : Lara Van Dievoet (Université Catholique de Louvain) et Pascal Ricaud (Université de Tours)

Le GRER, avec la revue RadioMorphoses continue à explorer les formes et les mutations de la radio, dans la continuité du colloque organisé en collaboration avec l’équipe PRIM de l’Université de Tours les 21 et 23 novembre 2019. Nous nous penchons sur une dimension profondément contemporaine et en même temps intemporelle : celle de la mobilité. Intemporelle car la radio, tour à tour clandestine, pirate, périphérique, transnationale, transportable, adaptable, routière, a toujours rimé avec mobilité. Contemporaine car liée à de nouvelles technologies mobiles bouleversant les cadres de production, de diffusion et les pratiques, tout particulièrement dans le domaine de l’information. La mobilité, avec Internet, est peut-être la notion qui caractérise le plus l’âge digital de la radio. Et pourtant, elle n’a pas fait l’objet d’un travail de réflexion et de recherche spécifique – ou trop peu – dans le cadre des études sur les mutations numériques de ce média.

Les articles pourront s’inscrire dans le cadre d’un ou plusieurs des 4 axes thématiques suivants :

Les nouveaux usages en mobilité 

La radio n’a jamais cessé de nous accompagner au sens propre – dans nos déplacements – comme au sens figuré par une présence régulière ou permanente. Aujourd’hui c’est du côté de la « délinéarisation » des contenus (une consommation des médias rompant avec le direct) et des nouveaux formats qu’elle a engendrés, que réside la principale évolution de la radio à l’ère numérique.

Des travaux sur les nouveaux modes d’usages liés à la consommation de la radio en mobilité, ou au podcasting, sont les bienvenus. On pourra s’intéresser aussi à ce que les applications radio sur smartphones apportent en termes de services, d’interactions, d’expériences enrichies pour l’auditeur. Les enceintes connectées et les questions qu’elles posent en matière de sélection de l’information sont également au centre de ce premier axe.  Enfin se pose la question de la mesure des audiences en mobilité, de nouveaux outils et méthodes pour mieux les saisir.

Le journalisme mobile : nouvelles pratiques et figures informationnelles en mobilité

Outre son impact sur les modes de diffusion et les formats proposés, le smartphone devient également un outil de production radiophonique. Doté ou non d’un micro externe, il permet une production et une diffusion en mobilité. Des journalistes radio se l’approprient pour remplacer leur matériel traditionnel sur le terrain mais également pour proposer des contenus additionnels grâce à la prise de photos ou de vidéos.

Des analyses pourront porter sur la manière dont le journalisme mobile – ou Mojo – affecte les pratiques traditionnelles, voire l’identité d’une profession et définit un nouveau rapport aux publics. On pourra s’interroger sur la manière dont cette mobilité informationnelle modifie notre rapport à l’espace, fait émerger de nouveaux publics, de nouvelles figures intermédiaires de l’information et de nouvelles fonctions au sein des rédactions.

Radio et mobilité physique : circulation, accessibilité, accélération

La radio nous suit partout, y compris dans nos voitures (depuis les années 1960-1970 avec l’autoradio), une de ses plus grandes et éclatantes conquêtes qui s’enrichit et se renouvelle encore aujourd’hui, au gré des innovations technologiques et en particulier grâce au numérique qui en fait un média digital. A travers ses programmes, elle a largement pris en compte cette mobilité routière, avec des stations totalement dédiées aux autoroutes, des programmes – notamment de nuit –destinés aux « roulants », aux routiers, des émissions (point route, info trafic) cherchant à contribuer à fluidifier la circulation et à nous permettre d’atteindre notre destination dans les meilleures conditions.

On pourra faire des propositions liées à deux concepts particuliers renvoyant à diverses fonctions et services rendus par la radio : ceux d’extensibilité (la possibilité de surmonter les difficultés de circulation, la capacité à se déplacer) et d’accessibilité (la possibilité d’atteindre le point désiré). La question même de l’accessibilité peut être élargie aux problèmes de mobilité physique ou de cohabitation de divers types de publics dans l’espace urbain. La vitesse, l’accélération qui symbolisent autant le vaste domaine des transports que celui de l’information dont les moyens, les voies de diffusion, ne cessent d’augmenter et de gagner en instantanéité, sont à explorer également.

Quand la radio fait bouger les lignes : clandestinité, engagements et mobilisations

La mobilité évoque également les flux migratoires, les diasporas, le déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un « voyage immobile ». La radio permet aussi l’expression de différences, de dissonances, passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios. Elle porte et accompagne des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation. Des approches historiques pourront être également privilégiées à propos de radios mobiles ou déplacées ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours d’une histoire.

Calendrier indicatif

  • Envoi des articles :  29 mai 2020
  • Retour des expertises en double-aveugle : 29 juin 2020
  • Remise des textes complets : 15 septembre 2020

Modalités de soumission

Les propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « radio en mobilité – proposition article ». Les articles seront envoyés aux adresses suivantes au plus tard le 29 mai 2020 :

lara.vandievoet@uclouvain.be

pascal.ricaud@univ-tours.fr

radiomorphoses@univ-tours.fr

Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Les articles seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur/e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur/e.

Les auteur-e-s devront se conformer aux consignes rédactionnelles complètes disponibles sur le site de la revue RadioMorphoses :

www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/consignes-redactionnelles/

Carnet du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search