Archives de catégorie : Événements

Du Covid 19 aux conflits armés : la radio face à une multiplicité de crises

Appel à communication Colloque international
Université Toulouse Capitole, 14 et 15 novembre 2024
IDETCOM, GRER

Une crise est la conséquence d’une perturbation dont l’origine est extérieure ou intérieure ; elle est marquée par le désordre, l’instabilité et l’incertitude et connaît des phases de blocages et de déblocages (Morin, 1976). Sur le terrain politique, elle est « une rupture soudaine ou une aggravation d’une situation politique et sécuritaire préexistante » (Mongin, 2014). Qu’elles soient de natures sanitaires, environnementales ou naturelles, sociales, économiques, politiques et/ou militaires, elles questionnent les pratiques journalistiques, le positionnement des organisations médiatiques, les productions éditoriales et les interactions avec les autres acteurs. Ce colloque propose d’aborder ces situations multiples à travers le prisme du média radiophonique, média du direct, de l’attachement (Glevarec, 2017), de l’accompagnement du quotidien et le média des temps de crise par excellence. Au cours de ce colloque, plusieurs questions seront posées : comment les radios approchent et traitent ces contextes ? Comment le média lui-même se meut, agit et interagit en temps de crise ? En outre, ce
colloque abordera ces problématiques dans le cadre des études radiophoniques, mais aussi dans le cadre d’études basées sur des analyses comparatives avec d’autres médias. Les approches seront historiques et contemporaines, interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales, développées sur un plan local, régional, national et international

L’appel à communication est disponible en  PDF en trois versions :

Appel à communication Colloque international Radio et crises – Toulouse 2024 – version française

Appel à communication Colloque international Radio et crises – Toulouse 2024 – version anglaise

Appel à communication – version espagnoleAppel à communication Colloque international Radio et crises – Toulouse 2024 – version espagnole

MODALITES
Les propositions devront être soumises en français, en anglais ou en espagnol au plus tard le 25 avril 2024.

La proposition comportera : un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera la problématique,
les hypothèses et les indications bibliographiques en 5000 caractères au plus. Les informations personnelles (nom, prénom, institution de rattachement, statut, adresse postale et électronique, téléphone) doivent être rassemblées en ouverture de la première page. Les propositions de communication seront envoyées aux deux adresses électroniques suivantes :

sylvie.laval@ut-capitole.fr /  secretariatgrer@gmail.com

IDETCOM : https://idetcom.ut-capitole.fr/
GRER :
Page Facebook : https://www.facebook.com/greradio
Carnet de Recherche RadioGraphy : http://radiography.hypotheses.org/
Revue RadioMorphoses : https://journals.openedition.org/radiomorphoses/

 

 

Festival dédié à l’écoute radio, podcast et création sonore

1ère édition du Festival des écoutes Amwaj أمواج du 14 au 17 décembre à Casablanca

Du 14 au 17 décembre 2023, l’Institut français du Maroc présentera la première édition du Festival Amwaj أمواج à Casablanca. Dédié à la radio, aux podcasts et à la création sonore, le Festival interrogera ce secteur en pleine ébullition. Un événement organisé en partenariat avec l’association Longueurs d’Onde (Brest, France) et le studio indépendant Les Bonnes Ondes (Casablanca).

Tables rondes, écoutes collectives, performances artistiques, exposition et concert

Amwaj أمواج réunira en un même lieu les acteurs-clé et professionnels du son du Maroc et de France. Une cinquantaine d’intervenants proposera des tables rondes, écoutes collectives, performances artistiques ou concerts. En guise d’avant-goût : le célèbre rappeur Oxmo Puccino présentera son podcast Les Histoires de Quartier (Arte Radio) ; l’humoriste Asmaa El Arabi évoquera son rapport au genre en interview publique enregistrée avec Jins Podcast ; la documentariste Adila Benedjaï-Zou (France Culture) et la journaliste Fedwa Misk donneront à entendre les voix du féminisme ; le musicien Réda Allali (Radio Maarif / Hoba Hoba Spirit) explorera la question de l’expression populaire par le foot et le podcast; Omar Ouahmane (Radio France) racontera son parcours de grand reporter de guerre ; l’artiste-plasticien Karim Rafi exposera son dispositif sonore et philosophique Et si, de la brume ; Surgit la nuit !

Programme détaillé à venir  (site de l’institut français Casablanca)

Impulser la création, l’émergence de nouveaux auteurs et auditeurs

En croisant les influences et récits communs aux deux pays, le Festival favorisera les rencontres pour questionner et nourrir la richesse grandissante des créations sonores. Dans une perspective de transmission et afin de favoriser l’émergence de nouveaux auteurs, des sessions de formation seront proposées tout au long du festival à destination de jeunes professionnels. En parallèle, un appel de l’Institut français du Maroc a permis le soutien financier de douze projets de création sonore marocains. Enfin, des rencontres scolaires et jeune public sensibiliseront les plus jeunes à l’écoute et au son.

Proposer un retour à l’écoute et à l’attention

Le Festival est avant tout conçu comme un retour à l’écoute et à l’attention. Il doit permettre de promouvoir ces écritures alternatives, protéiformes et inclusives qui ouvrent un espace dans lequel le droit à la parole serait rééquilibré pour toutes et tous.

“Les perspectives de genre dans la radio contemporaine” : 1er atelier de recherche trilatéal “Femmes à l’antenne”

Du 21 au 24 juin 2023, le centre germano-italien pour le dialogue européen “Villa Vigoni” a accueilli des échanges scientifiques (Allemagne, Italie, France) enrichissants, enthousiastes et inspirants sur le thème “les perspectives de genre dans la radio contemporaine”. Orchestrés avec rigueur, disponibilité et convivialité par Marta Perrotta (professeure associée, Università Roma Tre), différents moments de partage de recherches, d’expériences, d’approches méthodologiques et d’écoutes radiophoniques ont rythmés ce premier atelier réunissant les chercheuses et chercheurs des ateliers de recherche trilatéraux “Femmes à l’antenne. Voix, travail et écoute des femmes à la radio et dans les médias sonores”.  

Les différentes activités de cet atelier sont disponibles ICI autour de quatre grandes thématiques : 

  • Les femmes au micro. oratrices, annonceuses, doubleuses, actrices
  • Les femmes expertes en information radiophonique
  • Les femmes en studio. Réalisatrices, techniciennes du son, conseillères musicales
  • Les femmes dans la programmation. De l’écriture féminine aux stratégies de programmation

La deuxième conférence du programme est attendue en février 2024 à Villa Vigoni.  

Pour plus d’informations : https://donneinonda.eu/fr/home-francais/

Séance de travail / par Golo Föellmer

Conferenza 1: Prospettive di genere nella radio contemporanea 

Dal 21 al 24 giugno 2023, il Centro italo-tedesco per il dialogo europeo “Villa Vigoni” ha ospitato ricchi, entusiasti e stimolanti scambi scientifici europei (Germania, Italia, Francia) sul tema “Prospettive di genere nella radio contemporanea”. Orchestrata con rigore, disponibilità e convivialità da Marta Perrotta (Professoressa associata – Università Roma Tre), questa prima conferenza ha riunito le ricercatrici del conferenze di recerca trilaterali “Donne in onda : Voci femminili, lavoro e ascolto alla radio e nei media audio”, per condividere ricerche, esperienze, approcci metodologici e ascolti radiofonici.

La seconda conferenza del programma è prevista per il febbraio 2024  a Villa Vigoni.  

Per maggiori informazioni : https://donneinonda.eu/

 

Resarch group / Par Golo Föellmer

Konferenz 1: Gender-Perspektiven im zeitgenössischen Radio

Vom 21. bis 24. Juni 2023 fand im deutschitalienischen Zentrum für den europäischen Dialog „Villa Vigoni“ ein europäischer wissenschaftlicher Austausch (Deutschland, Italien, Frankreich) statt, der bereichernd, enthusiastisch und inspirierend ist. Das Thema ist “Gender perspectives in contemporary radio”. Mit Gründlichkeit, Genauigkeit, Verfügbarkeit und Geselligkeit wurde diese Konferenz von Marta Perrotta (außerordentlicher Professorin, Università Roma Tre) geleitet. Zahlreiche Momente des Austauschs von Forschungsergebnissen, Erfahrungen, methodologischen Ansätzen und des Radiohörens bildeten den Rahmen für dieses erste Konferenz des trilateralen Forschungsprogramm “Frauen auf Sendung. Stimmen, Arbeit und Hören von Frauen im Radio und Audiomedien”

Konferenz 2 findet im Februar 2024 in der Villa Vigoni.

für weitere Informationen : https://donneinonda.eu/de/home-deutsch/

Villa Vigoni / par Nozha Smati

 

Site web (en quatre langues) des ateliers de recherche trilatéraux “Femmes à l’antenne” : https://donneinonda.eu/



 

 

 

 

 

Première conférence de recherche trilatérale

Les perspectives de genre dans la radio contemporaine

Trilaterale

Forschungskonferenzen

Frauen auf Sendung. Stimme, Arbeit und das Hören in Radio und Audiomedien

Konferenz 1: Gender-Perspektiven im zeitgenössischen Radio

Conferenze

di ricerca trilaterali

Donne in onda. Voci, professioni e ascolto in radio e nei media sonori

Conferenza 1: Prospettive di genere nella radio contemporanea

Conférences de

recherche trilatérales

Femmes à l’antenne. Voix, travail et écoute des femmes à la radio et dans les médias sonores

Conférence 1: Les perspectives de genre dans la radio contemporaine

PROGRAMM  PROGRAMMA  PROGRAMME   

 21 -24 /06/2023

21/06/2023

19:00 Brindisi Benvenuto / Willkommensaperitif / Apéritiv de bienvenue / Welcome Drink

19:30 Cena / Abendessen / Dîner / Dinner

22/06/2023

08:00 Colazione / Frühstück / Petit-Déjeuner / Breakfast

09:30 – 11:00 Le donne al microfono. speaker, annunciatrici, doppiatrici, attrici

Elena Mosconi: Professioniste dell’entertainment e intermedialità: attrici e doppiatrici tra cinema, teatro e radio;

Marine Beccarelli: Donne al microfono sulle onde radiofoniche francesi: uno sguardo a un secolo di storia.

11:00 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

11:30 – 13:00 Karin Martensen: Aspetti tecnici, sonoro-estetici e discorsivi delle voci femminili davanti al microfono;

Paola Valentini: Voce e corpo tra radio e cinema: la produzione radiofonica di Monica Vitti.

13:00 Pranzo / Mittagessen / Déjeuner / Lunch

15:00 – 16:00 Donne esperte nell’informazione radiofonica

Nozha Smati, Pascal Ricaud: Donne e radio in Francia. Una lettura longitudinale e

riflessiva delle indagini internazionali del Global Media Monitoring Project dal 1995.

16:00 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

16:30 – 18:00 Tavola Rotonda: Senza donne non se ne parla. “No Women, No Panel” e “50:50

The Equality Project” come stimoli per creare contenuti mediatici che rappresentino equamente il nostro mondo.

  • Elisa Giomi (Commissaria AGCOM);

  • Ilaria Sotis (Vice Direttrice Radio 1 Rai);

  • Laetitia Biscarrat: Disuguaglianza di genere in onda: un’analisi dei notiziari mattutini francesi

Modera: Marta Perrotta

19:30 Cena / Abendessen / Dîner / Dinner

21:00 100 anni di Radio in Francia

Laetitia Biscarrat: Ascolti dagli archivi della radio francese.

23/06/2023

08:00 Colazione / Frühstück / Petit-Déjeuner / Breakfast

09:30 – 10:30 Le donne in studio. Registe, tecniche del suono, consulenti musicali

Caroline Mitchell (University of Sunderland): Keynote Speech

La radio contemporanea di genere: Ri-mappare, ri-suonare e ri-negoziare i confini della ricerca e della prassi 

10:30 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

11:00 – 13:00 Kiron Patka: Infrastrutture di produzione radiofonica. Tecnici del suono e del nastro nel sistema radiotelevisivo pubblico tedesco (1950-2000);

Lucio Spaziante: Female music supervisors: un ruolo femminile tra serie tv, radio e

musica;

Marta Perrotta: Sala F, il primo spazio di produzione radiofonica “tutto al femminile” della radio pubblica italiana (1977-79).

13:00 Pranzo / Mittagessen / Déjeuner / Lunch

15:00 – 16:30 Le donne nel palinsesto. Dall’autorialità femminile alle strategie di programmazione

Ania Mauruschat: Raccontare sé stesse. Sulla situazione e sul significato delle

drammaturghe radiofoniche. Un desiderio di ricerca;

Veronica Innocenti: Dalla passione alla professione: produrre un podcast nel tempo di una pandemia globale.

16:30 Pausa caffè / Kaffeepause / Pause café / Coffee Break

17:00 – 18:00 Golo Föllmer: Topologie spaziali come spazi di genere nella produzione radiofonica;

Déborah Gay: Donne, uomini e radio: come il luogo di lavoro in Francia rende difficile la messa in onda per le donne.

18:00 Brindisi / Apéro / Apéritiv / Toast

18:30 – 19:30 Golo Föllmer e Ines Bose: Ascolti dagli archivi della radio tedesca.

20:00 Cena / Abendessen / Dîner / Dinner

24/06/2023

08:00 Colazione / Frühstück / Breakfast

Ca. 10:00 Partenza / Abreise / Départ / Departure

 

 

Radio, community, power: domination and emancipation in segregated contexts

 

Mondes Américains et le CENA ont le plaisir de vous annoncer le :

Workshop :

Radio, community, power:
domination and emancipation 
in segregated contexts

Thursday 15th June 2023
9 am – 18.30 pm
Place : Campus Condorcet
Bâtiment de Recherche Sud
Salle 0.015
5 cours des Humanités, Aubervilliers

Organization :
Tristan Le Bras (EHESS, Mondes Américains/CENA)
Thomas Leyris (Université de Lille/ IRHIS)

Contact : tristan.lebras@ehess.fr

Visioconference, click here

Presentation in english : This workshop is an opportunity for discussion and encounters between seemingly sealed academic fields around the topic of radio during the 20th Century, in global perspective. The emphasis is placed on processes of reappropriation from publics of broadcasts that were initially created to rely on their consent. We can observe converging dynamics accross the globe in that matter. However, the outcomes differ according to local contexts.
This workshop intends to be a platform for dicussion over methodological and conceptual approaches. While the concept of race is omnipresent in the United States, it can be absent in other area studies, where concepts such as community or nation are preferred.
The discussion will take place in the form of a roundtable to suggest the main results of international research over radio, community and power.

*******************

Présentation en français : Il s’agit d’observer les dynamiques qui traversent les entreprises radiophoniques à travers le monde au cours du second XXe siècle. La focale est placée sur la façon dont les publics tendent à redéfinir les projets initiaux des États ou des entrepreneurs privés. Nous observons des dynamiques convergentes en ce qui concerne la remise en cause du projet initial, mais les directions suivies sont ensuite divergentes et varient selon les contextes concernés. Cette rencontre est également l’occasion d’un dialogue épistémologique.
Il s’agit notamment de confronter les différents concepts utilisés selon les aires culturelles. La notion de “race” est ainsi omniprésente sur les terrains états-uniens tandis qu’on lui préfère celui de communauté ou de nation en contexte africain ou asiatique.
Le dialogue initiée, sous forme de table-ronde, permettra de décentrer le regard de chacun.e afin de dessiner les contours d’une dynamique de recherche internationale sur le rôle de la radio dans les logiques communautaires.

La journée d’étude sera en anglais
 

PROGRAMME

8h30-9h / Welcome & breakfast
9h-9h15 / Introduction
9h15-10h45 / Colonial plans, local realities
Jessica A. Schwartz
Decolonization, Democracy, Dissent: A History of the Radio in the Republic Marshall Islands [online]
Vincent Kuitenbrouwer
Radio Broadcasting and Colonial Power in the Dutch East Indies, 1930s.
Thomas Leyris
Which Radio for Africans? The conflict between the SORAFOM and Radio Dakar’s staff during the decolonization of French West Africa (1955-1958)

10h45-11h / Break

11h-12h30 / The transnational path of dissenting voices
Daniel Rojas
A Radio for the vanguard of the revolution: Radio Beijing in Latin America, 1962-1971 [online]
Angela Tate
“That’s What a Song Can Do”: Etta Moten Barnett’s Chicago and the Broadcasting of Black Women’s Internationalism (1955-1964)
Marine Beccarelli
The other ‘Radio París’: French radio’s short-wave service to Francoist Spain (1945-mid 1970s) [online]

12h30-14h / Lunch

14h-15h30 / Whose music for which target?
Amy A. Coddington
Desegregating Commercial Radio in the United States (1980s)
Sandrine Coyez
From Black to White: Symphonic Jazz on WNYC and NBC (1925-1950)
Manuel Bocquier
Of listeners and letters: racialization and appropriation of old-time music on radio (USA, 1930-1945)

15h30-15h45 / Break

15h45-17h15 / Broadcasting to a community or communalizing the broadcast?
Arthur Asseraf
Who does Radio Gibraltar speak for? Borders, sovereignty and decolonization between Europe and Africa (1958-1982)
Diane Di Sciullo
The case of “La Voz Campesina”: ethnography of an indigenous radio in a context of linguistic domination in Huayacocotla, Veracruz, Mexico
Tristan Le Bras
In the service of the community. White-owned black-oriented radio between profit and public service requirements in the United-States (1940s-1970s)

17h30-18h30 / Roundtable
The war of the waves revisited. Divergence and convergence among radio studies in global perspective.

♦ Program

 Pour en savoir plus

Site Mondes Américains
Suivre sur Facebook

SEMINAIRE – TABLE RONDE “100 ans de radiodiffusion”

 

Le 9 décembre 2022 se tiendra à Tours le séminaire du GRER ” 100 ans de radiodiffusion” avec une table ronde en présence des professionnels de la radio de la région Centre Val de Loire 
Rendez-vous de 14h à 17h45 à  l’IUT de Tours, Amphi Rabelais, 29 Rue du Pont Volant.  

Vous pouvez consulter le programme avec résumés des conférences

Programme :  

Séminaire et table ronde organisés et animés par Pascal Ricaud (MCF, Université de Tours)
13h45 : accueil et mot d’Etienne Damome, Président du Groupe de recherches et d’études sur la radio
14h : conférence de Jean-Jacques Cheval (Fondateur du GRER)  “100 ans de radiodiffusion”
14h45 : Échange avec le public
15h : conférence (en visio) de Thierry Lefebvre (historien des médias, Université de Paris), “À la recherche des radios libres”,
15h45 : Échange avec le public
16h : Pause café

16h15 : Table ronde « Quelles perspectives pour les radios locales privées aujourd’hui ? » avec des opérateurs radio de la région Centre Val de Loire

Invités :

Viviane Berreur (programmatrice Radio Campus Orléans/vice-présidente musique Radio Campus France)

Bertrand de Villiers (Président d’Alouette FM),

Karine Logereau (Secrétaire générale de l’Arcom Poitiers),

Wilfrid Tocqueville (Directeur de Sweet FM)

Une autre invitation sous réserve (représentant-e de RFL 101).

Possibilité de suivre le séminaire en visio via la chaîne Youtube de PRIM :  https://www.youtube.com/@primuniversitedetours2345

LA RADIO DANS L’UNIVERS AUDIO

10ème colloque international du GRER

Le GRER est heureux de vous inviter à son 10ème colloque international qui se tiendra les 9, 10 et 11 novembre à Laval, Québec. 

Vous pouvez consulter le programme et les activités de cet événement sur le site du colloque : https://radiodansuniversaudio.com/

Pour participer à une ou plusieurs des 30 conférences programmées, demandez un lien Zoom en vous inscrivant ici 

 

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”

Par Thomas Leyris, Université de Lille – Laboratoire IRHiS


Les 24 et 25 septembre 2020, s’est tenue la conférence internationale « Crossing Borders With a New Medium: Radio and Imperial Identities » “Traverser les frontières avec un nouveau média, la radio et les identités impériales” à l’Université Catholique de Lisbonne. Cet événement très riche portait sur le rôle joué par les radios dans les empires du 20ème siècle et dans leur processus de transformation ou d’effondrement.

La conférence a permis de faire émerger des pistes de réflexion et d’échange portant principalement sur la diversité des contextes impériaux ; la radio et les paysages sonores des empires ; l’intérêt pour l’échelle impériale et enfin la question post coloniale.

Le premier fait marquant est la prise en compte d’une grande diversité de situations. Ainsi, loin de se cantonner aux principaux empires coloniaux du 20ème siècle, la place de la radiodiffusion a été évoquée dans les empires danois (Morten Michelsen, Danemark), néerlandais (Vincent Kuiten brouwer, Pays-Bas), soviétique (Ruta Kupetyte, Lituanie) et dans des espaces aussi divers que l’Afrique ou l’océan Pacifique (Martin Hadlow, Australie). Cette variété ne doit cependant pas cacher la vitalité des recherches dans les mondes anglophones et lusophones portées par deux programmes internationaux auxquels étaient rattachés de nombreux communicants/tes: Connecting the wireless world project (Université de Bristol) et Broadcasting in the Portugese Empire (Université catholique du Portugal). Ainsi, huit interventions portaient sur les espaces anglo-saxons et 6 sur l’empire portugais d’Afrique. Cette composition soulignait, par contraste, la quasi absence de chercheurs francophones sur ces questions puisque, seul Thomas Leyris (France), a présenté la stratégie radiophonique de la France dans son empire colonial d’Afrique.

La conférence a, dans un deuxième temps, souligné l’intérêt qu’accordent de nombreux communiquants/es aux paysages sonores (soundscapes) que ces radios diffusaient, dans une perspective proche des Sound Studies. Ainsi, dans son intervention sur les radios internationales et leur utilisation comme soft power, Simon Potter (Grande-Bretagne) a rappelé l’importance jouée par la musique et par les voix utilisées par les radios internationales et impériales. Catarina Valdingem et Marco Freitas (Portugal), au travers de l’exemple de producteurs de radio et de l’industrie du disque en Angola et au Mozambique, ont exposé à quel point les colonisateurs et les mouvements d’indépendances nationales considéraient le « paysage sonore » offert aux populations comme un enjeu de lutte. Quant à Morten Michelsen (Danemark), il a abordé la représentation des autochtones du Groenland par la diffusion sur les ondes danoises de leur musique traditionnelle. Ces interventions s’inscrivent dans les recherches actuelles qui tendent à montrer l’autonomie relative des médias impériaux et internationaux par rapport au politique en s’appuyant sur l’étude des contenus. La question difficile de la réception des émissions par les populations a aussi été abordée par la mise en valeur de sources inédites. Peter Brooke (Grande-Bretagne) a mis à profit des enquêtes réalisées auprès des auditeurs Zambiens dans la seconde moitié des années 1970 afin d’étudier la réception des émeutes de Soweto tandis qu’Alexander White (Grande-Bretagne) tente de comprendre comment les radios anticoloniales (Le Caire, Moscou, Pékin…) étaient écoutées dans l’Afrique des indépendances.


Réseau de radiodiffusion de la France d’outre-mer, 1957. Thomas Leyris (Université de Lille, France)

Troisièmement, des interventions ont aussi montré l’importance accordée par beaucoup de chercheurs/euses à l’échelle impériale. Ainsi, Nelson Ribeiro (Portugal) a présenté la complexité des relations entre la métropole portugaise et ses colonies dans le domaine de la radio, laissant une large marge de manœuvre aux initiatives des colons et débouchant sur un système original de collaboration entre stations privées et État. Caroline Ritter (États-Unis) a parlé de la formation délivrée aux nouveaux agents des radios africaines par la BBC. Elle a souligné que, loin d’abandonner ses responsabilités au moment des décolonisations, l’ex-métropole avait au contraire intensifié ses efforts dans le domaine culturel afin de transmettre un modèle, particulièrement en matière de radio. Dans cette même perspective Thomas Leyris, a décrit la résistance de l’échelon impérial dans la politique radiophonique de la France en Afrique alors que l’empire se morcelait.

Enfin, de nombreuses communications ont révélé l’ampleur des questions postcoloniales. C’est tout d’abord vrai au niveau chronologique, puisque les interventions de Marissa Moorman (États-Unis), ou de Marco Freitas ont présenté des voies de décolonisation des ondes dans les premières années d’indépendances. Pour la première, la radio a été au cœur de la stratégie de transformation globale de la société angolaise sous le gouvernement Nieto à partir de 1977 avec, par exemple, l’instauration d’un « jour de la radio ». Le second, en étudiant le cas du Mozambique, a établi la profondeur de la politique d’appropriation et de politisation de la musique populaire par le Frelimo et la radio nationale après 1975. Dans les deux cas, la décolonisation de la radio et du paysage sonore est aussi passée par la formation du personnel radio dans les pays communistes (Chine, URSS, Allemagne de l’Est…). Mais le post-colonial apparaissait aussi dans les interventions de Peter Brooke et Abdullahi Tasiu  Abubakar (Grande-Bretagne). Le premier, en partant d’une enquête menée sur la réception en Zambie des émeutes de Soweto (1976), souligne à la fois les limites d’une radiodiffusion nationale contrôlée par un parti unique et la continuité des habitudes d’écoute des habitants qui se tournent vers la BBC. Le deuxième a montré la survie et le renforcement du réseau BBC en Afrique grâce à l’adoption de nombreuses langues africaines à partir des années 1960. Cette évolution post coloniale permet à l’auteur d’expliquer qu’1/3 de l’audience de BBC world soit aujourd’hui africaine.

Le travail sur les radios impériales est ainsi loin d’être achevé, ne serait-ce que parce que les sources ne sont pas aussi rares que l’on ne le pense. C’est ce qu’ont démontré Ana Isabel Reis, Silvio Santos et Rui Vilela (Portugal) à propos des archives des anciennes radiodiffusions portugaises d’Afrique. Ainsi, les travaux présentés lors de cette conférence rendent compte de l’ampleur et de la richesse des documents et des thématiques qui restent à explorer dans le champ des radios impériales.

Mots-clés : radios impériales, postcolonial, Sound Studies, décolonisations

Le programme de la conférence est disponible ICI 

Conférence internaltional : Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities

 International Conference

 New Dates 24th-25th September 2020

“Crossing Borders with a New Medium: Radio and Imperial Identities”
 

Le Programme  en ligne  

The Research Centre for Communication and Culture (CECC) at Universidade Católica Portuguesa will host the conference. It will take place within the framework of the research project “Broadcasting to the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity” funded by FCT and FEDER. 

 ‘Broadcasting in the Portuguese Empire: Nationalism, Colonialism, Identity’ (BiPE) is a research project based in the Research Center for Communication and Culture (CECC). It aims to contribute to scholarship on Media, Empires and Colonialisms, namely through an interdisciplinary research approach that intersects the history of broadcasting with the history of the late Portuguese colonialism. One of the research goals is to understand the extent to which radio, as a new electronic medium of the first half of the 20th century, contributed to bolster and construct national and imperial identities across the territories of the Portuguese colonial empire. 

Plus d’informations sur le site : https://www.broadcastingempire.com/

Journée d’Études “radios locales et patrimoine rÉgional”

ELLIADD (Séverine Equoy-­‐Hutin et Marion Bendinelli), Université de Franche Comté, organise une journée d’études autour de “radios locales et patrimoine régional” ce mardi 21 mai 2019 à la MSHE Ledoux, à Besançon.

Le programme de la journée (PDF) :

La matinée

10h15 : Ouverture de la journée (Séverine Equoy-­‐Hutin et Marion Bendinelli, ELLIADD, Université de Bourgogne Franche-­‐Comté) et présentation du Projet Copr (Cultures Ordinaires et Parlers Régionaux : médiation, transmission, patrimonialisation)

10h30 : Conférence de Alann Hery (responsable du département technique à la direction déléguée aux collections de l’INA

11h00 : Conférence de Pascal Ricaud (Université de Tours, laboratoire PRIM) : “Patrimoines médiatisés et médias (re)producteurs de patrimoines (l’exemple des radios locales en Pays Basque et Catalan)”

L’après-midi

13h30 : Retour d’expériences.
Siham Mineur de l’ARRA (Assemblée Régionale des Radios Associatives)
Aurélien Bertini (Radio Campus Besançon)
Sophie Garnier (Villages FM)
Stéphanie Sauthon (France Bleu)
Alex Mathiot (Radio Shalom Besançon)
15h30 : Pause
15h45 : Table ronde “Les radios locales, faiseuses et passeuses de patrimoines” avec la participation des acteurs des radios locales de Franche Comté.
17h00 : clôture

La radio et le genre : Rebattre les cartes ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER) a le plaisir de vous inviter à son premier séminaire de l’année 2019 qui aura lieu le samedi 30 mars de 9h45 à 12h30  à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Jullian

La radio serait-elle un des médias où la « prédominance masculine » se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ? Ces questions, d’une réelle actualité, sont au centre du séminaire largement ouvert au public qu’organise le GRER (Groupe de recherches et d’études sur la Radio) à Paris, ce samedi 30 mars au matin.

L’étude sur La représentation des femmes à la télévision et à la radio publiée en mars 2018 par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ([1]) le constate : à la radio, la présence de femmes à l’antenne n’est que de 38 %, contre 62 % pour les hommes. Le même déséquilibre se retrouve dans les émissions matinales : 44 % femmes face à 56 % d’hommes. Il y a toutefois, sur le même créneau, une augmentation de 9 % en comparaison de la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse par rapport à 2016 est également importante à propos du  taux d’expertes à la radio (+8 points) (37% vs. 29%). La catégorie « invité politique » est celle qui compte le moins de femmes : 27% télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.  «  À la radio et à la télé, les femmes parlent deux fois moins que les hommes »  est également  le résultat d’une  étude faite à l’aide de l’intelligence  artificielle et publiée par l’INA l’Institut National de l’Audiovisuel en mars 2019 ([2]).

Une autre recherche, internationale,  le Global Media Monitoring Project  (Projet mondial de monitorage des médias), considère qu’il y a une sous-représentation des femmes en tant que  protagoniste, auteure, et source légitime de l’information d’actualité à la radio, en France ([3]).

Ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre.

Certes, l’ensemble des rapports sociaux organisant des pratiques de genre ont encore des progrès à faire pour réinventer des modalités plus égalitaires. Autour de cette problématique le séminaire du GRER propose d’ouvrir un espace d’échanges et de débat autour de trois dimensions : la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio, la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité et les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique.

Les  réflexions et interrogations problématisés issues  de cette rencontre contribueront à énoncer des préconisations, voire des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française (4)

[1] La représentation des femmes à la télévision et à la radio – Exercice 2017 CSA – 6 mars 2018.

[2] INA  https://www.inaglobal.fr/television/article/la-radio-et-la-tele-les-femmes-parlent-deux-fois-moins-que-les-hommes-10315

[3] Global Media Monitoring Project » (gmmp), « Observatoire mondial des médias sur le Genre, Biscarrat L. Coulomb-Gully  M. Méadel C. (2017), « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes  Le Temps des médias 2017/ 2 (n°29), pages 193 à 207.

[4] En France, selon l’INSEE  (2019),  les femmes représentent la catégorie  la plus nombreuse de la population et dont l’espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union Européenne (INSEE – Institut National de la statistique et des études économiques- Population par sexe et groupes d’âge en 2019  https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474)

Visibilité des femmes à la radio en 2015 : Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet  GMMP (2016) Donzelle B. Fievet A. C., N° 1 Revue  Radiomorphoses http://www.radiomorphoses.fr/

Prendront la parole lors de ce séminaire :

Michelle Perrot, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot.  Pionnière de l’histoire des femmes, historienne des grèves ouvrières et du monde du travail, elle a coproduit et co-présenté l’émission Les Lundis de l’Histoire sur la radio France Culture, entre 1985 et 2014. Elle a récemment publié George Sand à Nohant. Une maison d’artiste (Seuil).

Aurélien Bellanger, écrivain, auteur de :La théorie de l’information (2012), L’aménagement du territoire (2014), Le grand Paris (2017), Eurodance, (2018)  aux éditions Gallimard et chroniqueur radio,chronique « La Conclusion » Radio  France Culture,  du lundi au vendredi.

Marlène Coulomb-Gully, professeure à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Elle travaille en particulier sur les médias, le genre et la politique. Elle est également membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes (HCEfh). Elle a publié plusieurs ouvrages dont Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles (Belin, 2016).

Lauren Bastide est journaliste, diplômée en sciences politiques et en études de genre. Elle est porte-parole du collectif de femmes journalistes Prenons la Une et a co-fondé le studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie La Poudre, dans lequel elle donne la parole aux femmes artistes ou militantes pour lutter contre la sous-représentation des femmes dans les médias.

Conception et organisation de la manifestation : Isabel Guglielmone, Maîtresse de Conférences, Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire de recherches  COSTECH (Connaissance Organisation et Systèmes Techniques ), Université de Technologie de Compiègne et  membre du  GRER ; avec la coopération d’Anne-Caroline Fiévet, membre du bureau du GRER.


La Radio Change !

 Comment comprendre l’évolution du comportement du public «jeune» de la radio ? Quels formats se dessinent ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ? Le séminaire “La radio et les jeunes : le désamour ?”,  organisé le 19 octobre 2018 à Paris par le  Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER), a souhaité présenter quelques problématiques autour des changements en cours dont est affectée la radio, son économie et ses usages, notamment parmi les jeunes auditeurs. Vous en retrouverez en suivant plusieurs éléments.

LIRE LA SUITE : plus d’informations et des liens vers deux documents pdf.

Continuer la lecture de La Radio Change !

Séminaire La radio et les jeunes : le désamour ?

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio a le plaisir de vous inviter à son  prochain séminaire qui aura lieu le vendredi 19 octobre de 14h00 à 17h30 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS, salle Julian.

La RADIO ET LES JEUNES : LE DÉSAMOUR ?

Alors qu’ils en constituaient il y a encore vingt ans un des publics privilégiés, les jeunes désertent de plus en plus l’écoute de la radio, en tout cas sous sa forme « classique ». Pourquoi ? Quels nouveaux modes d’usage des contenus sonores développent-ils ? Leur désamour programme-t-il la fin de ce média ? Le séminaire organisé par le GRER (Groupe de Recherches et d’études de la radio), ce vendredi 19 octobre à Paris, entend éclairer ces nouvelles tendances et ces nouveaux comportements.

Malgré le succès croissant des contenus sonores auprès des jeunes publics, ces derniers prêtent de moins en moins d’intérêt à la radio. D’après Médiamétrie, en France, l’audience cumulée de la radio auprès de la tranche des 13 – 24 ans est passée de 90% à 72% entre 2003 et 2017. Avec une durée d’écoute quotidienne de 1h40, contre 2h50 pour l’ensemble de l’univers mesuré (les plus de 13 ans).

Les offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, Directeur de Radio & Music de la BBC, l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000 % au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials. Le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias.

La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes.

Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans. Mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question. Comment comprendre l’évolution du comportement du public « jeunes » ? Quels formats se dessinent à l’étranger ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ?

Toutes ces questions seront abordées avec l’aide de spécialistes lors de ce séminaire du GRER qui se déroulera, pour la première fois, un vendredi après-midi.

INTERVENANTS

–      Frédéric Antoine, président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique)

–  Julie Terrade. Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France.

–    Sophian Fanen. Auteur de : Boulevard du stream, du mp3 à Deezer la musique libérée.

–        Albino Pedroia. Consultant spécialisé dans l’analyse de la radio.

–   Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information).

Radio. Décadence ou renaissance ? Séminaire du GRER samedi 24 mars 9h30

La radio est un média puissant, mais fragile.

Puissant parce que, malgré le développement formidable d’internet depuis 20 ans et des nouveaux contenus et services véhiculés, la radio reste écoutée par une large majorité d’Européens. Et ce pendant plus de 3 heures en moyenne par jour, dans la majorité des pays.

Fragile parce que son audience (Reach) baisse légèrement depuis quelques années, notamment à cause des millennials qui sont attirés par d’autres offres sur le WEB. Fragile  aussi parce que la durée moyenne d’écoute quotidienne s’érode lentement et que les recettes publicitaires diminuent depuis plusieurs années.    

Aux États-Unis, d’où depuis toujours nous importons idées et formats de programmes, le marché est traversé par un vent froid : les principaux opérateurs de radio sont dans une situation économique très délicate. L’année dernière la mythique CBS Radio (née il y a 90 ans et qui a diffusé en octobre 1938 « La guerre des monde ») a fusionné avec un concurrent pour éviter la faillite. La durée d’écoute du média est passée de 20 heures hebdomadaires en 2007 à 14 heures en 2017.

Les changements en cours sont considérables et touchent toute la chaine de valeurs du média : les contenus diffusés et les formes de ces contenus, le processus de production, les plateformes de diffusion, les terminaux d’accès, le financement.

Ces changements sont difficiles à mettre en œuvre, notamment par les opérateurs historiques. Néanmoins notre conviction est que, comme par le passé, la radio s’adaptera à la nouvelle concurrence et aux nouvelles technologies et déjà se prépare sa nouvelle vie.

INTERVENANTS

–        Julie Terrade, Directrice de pôle au département radio de Médiamétrie : Analyse, sur le long terme, de l’évolution des audiences en France

–        Frédéric Antoine : L’état de la radio : tendances en Belgique francophone

–        Albino Pedroia : Radio, la renaissance : constat et analyse de l’état et des tendances d’évolutions de l’industrie radiophonique en Europe et aux États Unis

DATE ET LIEU         

Samedi 24 mars : 9h30 à 12h30

La Sorbonne Panthéon, INHA – 2 Rue Vivienne – 75002 PARIS – Salle Julian (1er étage)

Carnet du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search