Archives de catégorie : Billets

Radios du Maghreb ou de l’immigration : la parole libérée ?

Le prochain séminaire du GRER programmé le samedi 9 octobre 2021 dans la salle Jullian (2 rue Vivienne, 75002 Paris, INSHA, 1er étage) et en parallèle sur Zoom, aura lieu de 9h30 à 12h30. 

(Si vous souhaitez recevoir le lien de connexion pour zoom, merci d’envoyer un mail à secretariatgrer@gmail.com)

PROGRAMME

9h30 : accueil et mot du Président du GRER, Etienne Damome (Université Bordeaux Montaigne)

9H40 : introduction par Pascal Ricaud (Université de Tours)

9H50 : Aïcha Zoghbi (Université Charles – Prague), “How did the Resistance Movement in Algeria use Radio FLN to make Itself Heard an change the Course of the Independence War 1956-1962?”

10H20 : Imane Bounjara (Université Bordeaux Montaigne), « Les radios associatives au Maghreb et l’effectivité de la libéralisation du champ radiophonique post-printemps Arabe »

10H50 : Questions du public

11H05 : Pause

11H15 : Nouha Belaïd (en visio) (École de communication de l’Université Centrale de Tunis), « La présence de la radio post révolution en Tunisie sur Internet : des médias sociaux au club house, de quel espace de parole libre parlons-nous ? »

11H45 : Wafa Dahman (Université Aix-Marseille et responsable de Radio Salam), « Les radios « communautaires » en France 1981-2021 »

12H15 : Questions du public et conclusion

Quarante ans de radios associatives à Lyon. Témoignages de Patrice Berger

En hommage à Patrice Berger, qui nous a quitté ce lundi 16 août 2021, nous republions cet article qui relate la richesse du parcours de ce connaisseur et observateur engagé des radios associatives.   

Par Benoît Prieur (animateur de l’émission Culture(s) Numérique(s) sur Radio Pluriel), avec la collaboration de Patrice Berger (président de Radio d’ici)

Quand on s’intéresse à l’histoire d’une radio associative, c’est-à-dire une radio gérée par une association loi de 1901, qui se différencie d’une radio commerciale par son objectif non lucratif, force est de constater qu’il est malaisé de recueillir des informations sur l’histoire de ladite radio. D’une part car l’histoire de ce type de radios a vu se succéder des générations d’acteurs qui ont contribué quelque temps à un projet radiophonique puis sont passés à autre chose. Peu d’individus restent présents dans la durée ; on distingue assez rapidement des époques, des strates successives dans l’évolution temporelle de cet objet d’étude. D’autre part et dans une moindre mesure, le médium radiophonique semble accorder une importance très relative à ses archives écrites : comme si le son était privilégié à l’écrit. Il est probable également que la priorité est accordée à ce qui est diffusé à l’instant t et pas tellement à l’inventaire des émissions et des acteurs, saison radiophonique après saison. C’est en cela que le parcours de Patrice Berger est une richesse. Impliqué dans une radio associative lyonnaise dès 1980, il rejoint Radio Pluriel en 1983, en est le président pendant près de vingt ans (1985-2011) et continue en 2021 à officier à l’antenne de cette radio avec son émission Vivre Ensemble. Il serait bien compliqué voire impossible de dénicher en région lyonnaise un parcours biographique similaire à celui de Patrice Berger, capable d’établir un pont entre la fin des années 1970 et le début de la décennie 2020. Ce sera donc le propos principal de cet article. Celui de raconter une brève histoire des radios associatives lyonnaises, des difficultés récurrentes, des logiques de rapprochement et de solidarité entre radios associatives lyonnaises au travers du témoignage de cet observateur engagé, qui a vécu de l’intérieur les quarante dernières années de cet aspect de l’histoire sociale lyonnaise.


Patrice Berger à l’antenne de Radio Pluriel le 9 février 2020 (Benoît Prieur – CC-By-SA)

Les débuts avec Radio Clown

En 1980, Patrice Berger vit à Mions. Il est doctorant en sociologie. Il a 29 ans. Impliqué dans les activités du foyer des jeunes de la ville, il en est élu président cette même année. Une radio baptisée Radio Clown est lancée avec de petits moyens. Elle bénéficie rapidement du soutien technique du collectif de Radio Léon, en particulier celui d’Hervé Paris de Bollardière. Radio Léon correspond alors et peu ou prou à la réunion de trois radios libres (Radio Canut, Radio Pipelette, Radio Lézard).

Une autre radio, Radio Rhône-Alpes, émet depuis le tout proche Café des Sports (Mions). Au fil des mois, une grille commune aux deux radios (Radio Clown et Radio Rhône-Alpes) s’établit avec en particulier une émission à destination des jeunes de la ville, des bulletins d’information et même une émission en patois local, animée par Germaine Fumeux (1916-2008, militante associative à Mions).

Le nom de la radio (Rhône-Alpes, qui avait été préféré à Clown) est jugé peu adapté à une audience exclusivement miolande, il est donc décidé en 1982 de la renommer en Radio Grain de Sel (Sel comme Sud-Est Lyonnais). Arrive alors la loi n°81-994 du 9 novembre 1981 qui met fin au monopole d’État en matière de diffusion radiophonique.


Affiche Radio Grain de Sel (www.schoop.fr)

L’équipe de Radio Grain de Sel se met par la suite à rechercher d’autres radios pour consolider son activité et pérenniser son existence.

Radio Pluriel à partir de 1983

Contact est pris avec une toute proche Radio locale alors basée dans le quartier des Minguettes à Vénissieux : Radio Pluriel. La radio a été fondée fin 1981 et voit dans cette relation avec Radio Grain de Sel, l’opportunité de répondre à la demande de la Haute Autorité1 de favoriser les mariages entre radio existantes (dans les grandes villes françaises). Dans le même temps, un projet de radio dédié à la musique antillaise (Radio Canne à Sucre) se joint aux discussions de Radio Grain de Sel et Radio Pluriel. Celles-ci se concluent par la rédaction d’un document présenté et défendu devant la Haute Autorité, entre autres par Patrice Berger. Une fréquence est obtenue en 1983 par cette alliance tripartite. Ainsi plusieurs animateurs et animatrices de Radio Grain de Sel deviennent des animateurs de Radio Pluriel. Selon Patrice Berger : « Ce qu’il faut comprendre, c’est que jusqu’à 1984 on ne peut pas réellement parler de radios associatives versus radios commerciales. En effet, il n’y a que des radios libres qui n’ont pas le droit de faire de la publicité.

 Les radios sont donc traversées par une certaine opposition entre ceux qui sont prêts à faire des animations rémunérées localement et ceux qui s’y refusent». Arrive alors la déclaration de François Mitterrand en avril 1984, qui ouvre la porte à la publicité à la radio suivie par l’adoption de la loi du 1er août 1984 qui autorise la publicité sur les radios privées locales. À ce propos, Patrice Berger souligne : « Cela a l’immense mérite de clarifier la situation : les tenants d’une radio commerciale peuvent légalement le faire à présent. Les tenants d’une radio associative sans publicité — dont j’étais — pouvaient alors se concentrer sur cet objectif sans devoir lutter contre une forme de lobbying à vocation commerciale.» En 1985, Radio Pluriel déménage à Saint-Priest entre autres en raison de plusieurs vols dans son studio vénissian. La volonté de faire de Radio Pluriel, la grande radio de l’est lyonnais reste bien présente, d’autant qu’elle unit en son sein des individus de Mions, de Vénissieux et de Saint-Priest. Une occasion d’établir encore un peu plus ce projet, se présente fin 1985.

Radio Julie ou l’occasion manquée

Radio Julie est alors une radio dédiée à la ville de Bron, également localisée dans l’est lyonnais. Cette radio partage alors sa fréquence avec une autre radio, à la vocation nettement plus commerciale, Radio Musique à Lyon (RML). Ce partage de fréquence pose alors un sérieux problème de réception : le puissant émetteur situé sur la colline de Fourvière utilisé par Musique à Lyon surclasse le petit émetteur basé à Bron utilisé par Radio Julie. Le résultat est que même à Bron, il est très compliqué de capter Radio Julie.

L’occasion est belle pour Radio Pluriel d’asseoir un peu plus le projet originel de Radio Grain de Sel de développer une radio de l’est lyonnais. Ainsi un projet se formalise pour créer une possible Radio Julie – Pluriel utilisant la fréquence de Radio Pluriel et qui couvrirait radiophoniquement et éditorialement l’est lyonnais. 

Le projet avorte finalement, entre autres du fait de la réticence de certains élus locaux, ce qui précipitera la fin de Radio Julie.

Radio Pluriel n’en garde pas moins une identité liée fortement à l’est lyonnais avec son ancrage à Mions, à Vénissieux et depuis 1985 à Saint-Priest. À tel point qu’à la suite de l’échec du mariage avec Radio Julie, Mions et Saint-Priest ainsi que la ville de Corbas (située dans l’est lyonnais également) subventionnent Radio Pluriel pendant quelques années

 “Logotype de Radio Piraillons (www.schoop.f” 

Quand une radio associative donne naissance à une autre radio associative

En 1992, Louis Perego a déjà publié un ouvrage (Retour à la case prison, 1990) à propos de sa vie en incarcération. Toujours en détention préventive, il a la possibilité d’obtenir une libération conditionnelle sous réserve d’un emploi à l’extérieur. Les Éditions de l’Atelier, son éditeur, lui offrent un mi-temps, tandis que Bernard Bolze (le fondateur de l’Observatoire international des prisons) sollicite un emploi pour Louis Perego auprès de Radio Pluriel. Patrice Berger en est alors le président ; il accède à la demande et met en place un emploi aidé de deux ans pour Louis Perego. Celui-ci s’implique alors sur plusieurs aspects du fonctionnement de la radio, en particulier techniques. Il lance également une émission à propos des prisons ainsi qu’une autre à propos de littérature.

À l’occasion d’un reportage en 1994, Patrice Berger et Louis Perego visitent Saint-Julien-Molin-Molette (Loire) ; ils font notamment l’interview de la chanteuse Michèle Bernard. L’idée d’implanter une radio dans la région fait son chemin d’autant que le démantèlement industriel offre des opportunités immobilières intéressantes : d’anciens locaux industriels spacieux et à relativement bas prix sont disponibles.

En 1996, le projet se concrétise et Louis Perego, Patrice Berger ainsi que Gilles Roman (également issu de Radio Pluriel) montent Radio Piraillons1 grâce à l’obtention d’une fréquence provisoire. Une seconde fréquence, à Saint-Sauveur-en-Rue, est par la suite obtenue. Le nom de la radio n’est plus adapté du fait de cette deuxième couverture géographique. Le choix est alors fait de renommer la radio en Radio d’Ici.

« À présent, et cela est accentué par la crise de la Covid19, on s’aperçoit que les radios associatives affrontent toutes les mêmes difficultés. » explique Patrice Berger. « Des difficultés d’ordre financier surtout quand il y a des salariés, mais également des difficultés à attirer de nouveaux engagements bénévoles, et parfois un manque de contenu pour compléter une grille cohérente des programmes. En cela, l’entraide entre radios associatives est fondamentale. D’où la nécessité de se fédérer. Cela justifie mon implication auprès de structure comme Aura FM, la fédération des radios associatives en Auvergne Rhône-Alpes ».

 

 

1 La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) a été créée en 1982 et va exister jusqu’à 1986 quand elle est remplacée par la CNCL (elle-même ancêtre du CSA).
2
Un Piraillon est un habitant de Saint-Julien-Molin-Molette.

“Le désir de belle radio aujourd’hui / la fiction”

JEUDI APRÈS-MIDI 20 MAI ET VENDREDI 21 MAI 2021

Colloque en ligne organisé par l’EA 1573 de l’université Paris 8 (Éliane Beaufils) et le laboratoire Rirra 21 de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (Pierre-Marie Héron, Florence Vinas-Thérond), en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Lien d’accès : https://zoom.us/j/94118431711?pwd=KzZjakpTK0hTc1FSRzJQY2hwUFBjZz09

Le programme est ici : Programme_Le désir_de_belle radio_

La radio est un média souvent minoré et un terrain de création peu exploré alors que, suivant une étude récente, elle reste le média préféré des Français. Où en est aujourd’hui le désir de belle radio aujourd’hui, dans le domaine de la fiction ? Au moment du Festival Longueur d’ondes 2020, un manifeste des Sons Fédérés alertait sur les dérives industrielles de la production sonore en ligne, liée à la montée en puissance des intérêts d’argent dans le secteur des podcasts audio. Les Sons Fédérés dénonçaient, chez les acteurs de ce nouveau marché, « une récurrente méconnaissance de l’histoire de la radio et des expressions sonores les plus diverses », et, dans les productions de leurs studios, une « standardisation des formats d’écriture sonore au profit d’une manière de raconter des histoires centrées sur une voix narrative (storytelling promu par le podcast nord-américain) », qui contribue à une « standardisation de l’écoute ». Pour prendre du recul (les vingt dernières années) et mettre les choses en perspective, le colloque des 20-21 mai prochains a choisi d’associer à des interventions d’universitaires et de l’Ina, l’approche de producteurs, réalisateurs, auteurs de fictions radiophoniques en France et au-delà, oeuvrant à/pour France Culture (le plus grand producteur français), France Inter, Arte Radio ou des radios associatives produisant de la fiction, et, en Belgique, l’Atelier de création sonore radiophonique (ACR) et la RTBF. Il reviendra sur certaines écritures, leur “mise en scène” radiophonique, ainsi que sur les modes de production et de diffusion des créations.

Les nuits du bout des ondes

Nous avions eu un avant-goût à l’occasion du colloque du GRER de Tours ! Le podcast “Les Nuits du bout des ondes” co-écrit et co-réalisé par Marine Beccarelli, Clara Lacombe et Viviane Chaudon est sorti !
Retrouvez tous les épisodes sur l’application Radio France (dans l’onglet INA), ou sur le site de streaming payant de l’Ina Madelen
A noter que la narratrice n’est autre que Marina Urquidi, une ancienne animatrice nocturne d’une pionnière des radios libres, Radio Ivre !
 

Appel à contribution-Revue Radiomorphoses

                                   (http://www.radiomorphoses.fr/)

Appel à contribution

Disponible en Anglais et en Espagnol ICI

Radio et mobilisations (Quand la radio fait bouger les lignes)

Revue Radiomorphoses, numéro 8, à paraître à l’automne 2021

Coordonné par Thierry Lefebvre et Sébastien Poulain

Avec le transistor qui se développe dès les années 1950 aux États-Unis, la radio s’est rapidement émancipée de la sphère privée, du foyer, et d’une écoute collective qui en faisait un moyen d’information et de divertissement partagé par la famille, plus largement par une communauté d’appartenance, d’abord nationale. Celle-ci, muée dans un destin commun gommant les différences, les particularités, des aspirations reléguées au rang de particularismes (locaux, régionaux), a été dépassée par une radio clandestine, pirate, libre, qui fera bouger les lignes et se jouera des frontières (radios périphériques). Elle permettra l’expression de ces différences passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios – comme encore aujourd’hui pour des (web)radios de pays en guerre –, le déplacement d’émetteurs ou leur implantation illégale. Une mobilité rimant aussi assez souvent avec flux migratoires, immigration, diasporas, déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un voyage immobile. L’Histoire regorge par ailleurs d’exemples de radios ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours des événements.

Bien des radios FM, associatives, vont aller à la rencontre de leurs auditeurs, leur ouvrir leurs portes (libre antenne), même si cette démarche tend à se raréfier. Elles peuvent devenir aussi lieu de rencontre, de réunion, de solidarité, de réflexion collective, y compris parfois quand elles n’émettent plus, faute de moyens ou à cause de la censure, que ce soit dans les locaux d’une MJC ou dans une ville du Sénégal. Elles deviennent alors autant de points d’ancrage pour des médias mobiles parcourant un quartier, une ville. Des études sociologiques ou anthropologiques peuvent apporter un regard intéressant, original, sur ces phénomènes.

Enfin la radio porte, accompagne parfois des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation sur le plan de son organisation, de sa coordination, de sa communication, comme dans le cas de Radio Debout, il y a quelques années en France, liée au mouvement « Nuit Debout ».

Bibliographie :

ATTON Chris, Alternative media, London, Thousands Oaks, New Delhi : Routledge, Sage publications, 2002.

BAILEY Olga, CAMMAERTS Bart et CARPENTIER Nico, Understanding Alternative Media, Londres : Open University Press, 2007.

BASSETS Lluís (sous la direction de), De las ondas rojas a las radios libres. Textos para la historia de la radio, Barcelone : Ed. Gustavo Gili, 1981.

BUSTAMANTE Enrique, FRANQUET Rosa, GARCIA LEIVA Trinidad, LOPEZ Xosé et PEREIRA Xosé. Alternativas en los medios de comunicación digitales. Televisión, radio, prensa, revistas culturales y calidad de la democracia, Barcelona : Editorial Gedisa, 2009.

CARDON Dominique et GRANJON Fabien, Médiactivistes, Paris : Presses de Sciences Po, 2010.

CARPENTIER Nico, NIEMINEN Hannu, TOMANIC TRIVUNDZA Ilija et TRAPPEL Josef (sous la direction de), Critical Perspectives on Media, Power and Change, London : Routledge, 2018.

CHEVAL Jean-Jacques, Les Radios en France : histoire, état, enjeux, Paris : Apogée, 1997.

COLLIN Claude, Ondes de choc : De l’usage de la radio en temps de lutte, Paris : L’Harmattan, 1982.

DAMOME Étienne, Radios et religions en Afrique subsaharienne : Dynamisme, concurrence, action sociale, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2014.

DORO Raffaello, In onda. L’Italia dalle radio libere ai network nazionali (1970-1990), Rome : Viella, 2017.

DOWNING John D. H. (sous la direction de), Encyclopedia of Social Movement Media, Thousand Oaks : Sage, 2011.

DOWNING John, Radical Media : Rebellious Communication and Social Movements, Thousand Oaks : Sage, 2001.

FRÈRE Marie-Soleil, Afrique centrale. Médias et conflits. Vecteurs de guerre ou acteurs de paix. Bruxelles : Éditions Complexe, 2005.

HAYES Ingrid, Radio Lorraine cœur d’acier (1979-1980). Les voix de la crise, Paris : Presses de Sciences Po, 2018.

GORDON Janey (sous la direction de), Community Radio in the 21stCentury, Oxford : Peter Lang, 2012.

HIND John et MOSCO Stephen, Rebel Radio : the Full Story of British Pirate Radio, London : Pluto Press, 1985.

LEFEBVRE Thierry, La Bataille des radios libres. 1977-1981, Bry-sur-Marne/Paris : Nouveau Monde Editions/Ina, 2008.

LEFEBVRE Thierry, Carbone 14 : Légende et histoire d’une radio pas comme les autres, Bry-sur-Marne : Ina Éditions, 2012.

LEFEBVRE Thierry et Sebastien POULAIN (sous la direction de), Radios libres, 30 ans de FM°: la parole libérée ?, Bry-sur-Marne/Paris : INA/L’Harmattan, 2016.

LEFEBVRE Thierry, François Mitterrand pirate des ondes. L’affaire Radio Riposte, Paris : Le Square, 2019.

LEFEBVRE Thierry, L’Aventurier des radios libres. Jean Ducarroir (1950-2003), París : Éditions Glyphe, 2021.

LEFEBVRE Thierry et POULAIN Sebastien (sous la direction de), Les Radios locales : histoires, territoires et réseaux, Bry-sur-Marne : INA, 2021.

LEWIS Peter M. et JONES Susan (sous la direction de), From the Margins to the Cutting Edge – Community Media and Empowerment, Catskill : Hampton Press, 2006.

LEWIS Peter M. (sous la direction de), Alternative Media. Linking Global and Local, Reports and Papers in Mass Communication, n° 107, Paris : UNESCO, 1993.

PEÑAFIEL SAIZ Carmen, Las Radios Autonómicas en el Estado español. Transformaciones de la Radio entre 1980-1990, Bilbao : Ed. Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 1993.

PULLEIRO Adrián, La radio alternativa en América Latina : Debates y desplazamientos en la década de 1990, Buenos Aires : Universidad de Buenos Aires, 2011.

RICAUD Pascal, « Les radios communautaires en ligne : permanence et évolution des modes de participation et de mobilisation des publics », Sciences de la Société, n°94, 2015, p. 103-119

RICAUD Pascal, « Histoire et évolution d’une offre médiatique alternative en France : l’exemple des radios (trans)frontalières basques et catalanes », Officina della Storia, n°16, 2016.

RODRIGUEZ Clemencia, Fissures in the Mediascape. An International Study of Citizen’s Media, Cresskill : Hampton Press, 2001.

SOLEY Lawrence C. et NICHOLS John S., Clandestine Radio Broadcasting A Study of Revolutionary and Counterrevolutionary Electronic Communication, Westport : Praeger Publichers, 1987.

TUDESQ André-Jean, L’Afrique parle, l’Afrique écoute. Les radios en Afrique subsaharienne, Paris : Karthala, 2002.

WALKER Jesse, Rebels on the Air : An Alternative History of Radio in America, New York University Press, 2001.

Calendrier :

    • Réception des propositions : 26 avril 2021
    • Notification de la décision : 2 mai 2021
    • Remise des textes complets : 2 juillet 2021
    • Notification de la décision après évaluation en double-aveugle : 2 septembre 2021

Modalités de soumission et publications :

La proposition de contribution comportera un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera, sur 4 000 signes espaces compris, le cadre théorique, sa problématique et ses hypothèses, l’approche méthodologique et des indications bibliographiques. Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Ces propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « Radio et mobilisation ».

Les propositions seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur.e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur.e.

Les propositions seront envoyées aux adresses suivantes au plus tard le 26 mai 2021 : radiomorphoses@gmail.com ; thierry.lefebvre@u-paris.fr ; sebastien.poulain@sorbonne-nouvelle.fr

Les contributions devront compter au maximum 30 000 caractères, espaces et bibliographie comprises. Voici les consignes rédactionnelles : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/09/consignes-redactionnelles/

Webinaire : la RADIO en temps de pandemie

Le samedi 28 novembre 2020 de 10h00 à 12h00

Pendant la pandémie, et tout particulièrement lors du confinement du printemps dernier, la radio a joué un rôle important.

Les auditeurs ont été particulièrement exigeants et ont demandé des programmes spécifiques. Les radios ont bouleversé leur programmation pour informer, conseiller et aider les auditeurs. Dans les pays où la mesure d’audience a été réalisée même pendant la période de confinement, les résultats ont été assez similaires : diminution de l’Audience Cumulée due à la faible circulation de voitures (en France la moitié de l’écoute est réalisée en voiture), augmentation de la durée d’écoute quotidienne, écoute plus étalée sur l’ensemble de la journée et aussi écoute plus attentive.

D’autre part, les radiodiffuseurs ont adapté leurs outils et modes de production à la situation : pour certaines radios, plus de la moitié de la production a été délocalisée chez les journalistes ou les animateurs. Tous les invités étaient joints par téléphone.

La radio, grâce à la simplicité de ses outils de production, a su s’adapter vite et efficacement. Mais ces changements ont eu une influence sur la programmation et les personnes impliquées.    

Le webinaire nous permettra d’analyser toutes ces problématiques et leurs conséquences, pour les auditeurs et l’organisation des métiers dans les radios. Participeront au webinaire :  

  • Albino Pedroia, consultants et membre du GRER : Introduction au webinaire et analyse de l’audience de la radio pendant la période de confinement en France et en Italie
  • Liza Chaboussant, Secrétaire Générale des rédactions de RFI : Réorganisation du fonctionnement des rédactions, ajustement des antennes et de l’offre éditoriale, comment RFI s’est adaptée au confinement
  • Simon Ruben, journaliste à Europe1 : Une radio face au Covid, l’exemple d’Europe 1. Expérience et leçons pour l’avenir
  • Frédéric Antoine, Professeur Emérite de l’Ecole de Communication de l’UCLouvain ancien président du GRER : Quand la programmation radio est affectée par le coronavirus. Etudes de cas en Belgique francophone et néerlandophone.

La participation est gratuite. Pour vous inscrire, envoyez un mail à secretariatgrer@gmail.com,  vous recevrez le lien de connexion la veille du webinaire.

Rapport europeen sur les radios associatives : partie française

En 2019, le GRER a été sollicité par le CMFE (Community Media Forum Europe) pour participer à la rédaction d’un rapport européen sur les radios associatives. Ce rapport (en anglais) sera disponible d’ici quelques mois. En attendant, nous rendons accessible la partie française de ce rapport (en français).

Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) with Fiévet Anne-Caroline (coord.), Poulain Sébastien, Ricaud Pascal, Smati Nozha and Cheval Jean-Jacques (2019) Country Report Community Media in France. Unpublished Research Paper.

https://drive.google.com/file/d/1zH7o5TXRohVC01PhpcsrrXmm5zhZCfl7/view?usp=sharing

La radio en période de confinement

Avec Albino Pédroia , rédacteur en chef  Mouv’.  

A lire ICI

  • La  période de confinement n’est pas prise en compte dans l’enquête “126 000 “de Médiamétrie sur l’audience des radios  Janvier – Mars 2020 en métropole. Qu’en pensez-vous ?

La méthode de mesure d’audience actuelle est dépassée. Les éditeurs,  les plus  grosses  radios qui se sont opposées au renouvellement par un système de mesure automatique  ne doivent pas être fiers. Du coup ils n’ont pas de chiffres sur la période extrêmement intéressante et inédite. Les gens sont à la maison, l’usage de l’auto radio est quasi nul…  Et il n’y a pas de données !

  • Existe-il un coup d’accélérateur pour les nouveaux mode de consommation des médias ?  A la maison chacun a bien plus de temps pour échanger et partager sur ses réseaux sociaux. Les tentations de streaming, ou de podcasts sont peut-être plus fortes, ce qui peut «nuire» aux offres traditionnelles dites de «flux».

Oui certainement. Plus intéressant, du coup que Médiamétrie, nous avons également  les données communiquées par l’ACPM – l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des médias qui prennent en compte la période 16/ 22 mars donc le début du confinement.  Il y a une augmentation de 22 % de l’écoute en IP, Sachant qu’en France ca représente en temps normal 16 à 18 % de l’écoute globale des 13 ans et+. C’est énorme !

En fait, et c’est paradoxal, même à la maison, c’est un outil d’écoute en «mobilité » qui progresse fortement. Sans doute parce que chacun a en permanence son téléphone ou son PC allumé. La tentation est grande de l’utiliser aussi pour la simple écoute d’une radio. Le bon vieux transistor ou le tuner HIFI perdent du terrain. On a le smartphone à la main en quasi permanence… C’est plus simple de cliquer sur l’icone d’une radio pour écouter le programme en streaming plutôt que d’aller chercher sa fréquence FM sur un récepteur traditionnel.

  • Sans avoir de boule de cristal, quelles incidences cette période aura-t-elle pour la suite ?

Il y avait déjà chaque année une petite progression de l’audience en IP, lente mais constante. Pendant le confinement l’écoute des replay ou des podcasts  va sans doute également bondir. Mais c’est une intuition, nous n’avons des données que sur l’écoute en streaming, pas sur les replay.

  • Les savoir-faire des professionnels devront encore plus vite s’actualiser pour coller aux demandes du marché ?

Sans doute. Par exemple les journalistes et les animateurs pour beaucoup travaillent de chez eux.  Un de mes ex étudiants l’autre matin présentait le 7 heures d’Europe 1. Après l’avoir écouté je lui ai téléphoné. Il était chez lui, aà l’écoute je ne m’en étais pas rendu compte ! Le travail en «cloud » va sans doute augmenter  dans les mois à venir suite à ce qu’on aura appris durant cette période difficile

  • «A toute chose, malheur est bon» ?

La période en tous cas renforce paradoxalement la raison d’être de la radio, c’est la puissance de la voix d’abord qui compte, quel que soit l’outil par lequel on la consomme.  A la différence de la TV surtout ces temps ci, la radio rassure. C’est si précieux par les temps qui courent !

« Radio en mobilité à l’heure du numérique » par Pascal Ricaud

Le jeudi 23 janvier 2020, Pascal Ricaud, vice-président du GRER, a présenté une conférence au Salon de la Radio et de l’Audio Digital à Paris.

La numérisation de la radio représente un enjeu majeur au niveau de la diffusion, des modes de production et de consommation d’un média plus que jamais marqué par la mobilité des pratiques des journalistes et des publics. La communication présentée au Salon de la Radio et de l’Audio Digital, dans le prolongement du colloque organisé par le GRER à Tours, a questionné cette mobilité à travers ses pratiques et ses acteurs.
Depuis 2016, le mobile est devenu le mode d’accès privilégié à l’information pour les Occidentaux.
Par ailleurs les récentes analyses d’audience de Médiamétrie, en 2018/2019, montrent que désormais on écoute plus la radio en voiture qu’à son domicile, en semaine comme en week-end.
Certaines technologies récentes ou en devenir (le DAB+, la 5G broadcast, le screen mirroring, la voiture connectée) favorisent toujours plus le développement des pratiques en mobilité. À l’occasion de cette conférence, Pascal Ricaud a proposé un état des lieux de ces évolutions technologiques apportant un bon qualitatif ou facilitant la mobilité de l’écoute radiophonique. Cette thématique sera prochainement au cœur d’un numéro de la revue RadioMorphoses.

Colloque “Radio en Mobilité” – 21-23 novembre 2019 – Tours et Blois

Le programme du colloque “Radio en mobilité” est disponible, avec les conférences plénières, les sessions thématiques, les ateliers doctoraux … entre autres : http://colloqueradioenmobilite.com/programme

L’entrée est libre pour le public à l’IUT de Tours (Amphi Berger). Mais pour des raisons de places, il est indispensable de se signaler à colloque.rem@gmail.com

restitution des concertations des Etats généraux des radios associatives organisés par la CNRA


  Nozha Smati
, Vice-présidente du Groupe de recherches  et d’études sur la radio –  Observatrice et rapporteuse des concertations : “La liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ?” et “La voie des femmes dans les radios associatives”

Séance plénière de restitution des concertations, 14 juin 2019, 10h à 12h30 – Ecole supérieure de journalisme de Paris

Au nom du Groupe de recherches et d’études sur la radio (Le GRER), je remercie les organisateurs membres du CNRA de nous avoir invités à participer aux activités de ces 25ème États généraux des radios associatives et à partager avec vous ces deux journées, riches en expression, en témoignage et en échange, dédiées aux radios associatives et à la place de la femme dans ces médias.

Quatre concertations ont rythmé la journée d’hier,  j’ai eu le plaisir d’observer et de rapporter deux d’entre elles : «la liberté d’expression est-elle préservée sur nos radios associatives ? » et « la voie des femmes dans les radios associatives ».  Je suis consciente que la richesse de ce qui a été entendu et vécu est irréductible à ces éléments de synthèse. Cependant, j’estime  que ces temps forts de paroles et de consultations libres et constructives, susciteront et accompagneront vos futurs engagements pour faire valoir la force du secteur et l’importance de la communication sociale de proximité.

La première concertation propose de réfléchir sur la question cruciale de la liberté d’expression et sa préservation. Elle s’est déroulée de 10h25 à 12h et a été animée par Jocelyn Abbey de la Fédération régionales des radios associatives (FRAMA) et Sébastien Péjou de la Coordination des radios associatives de lorraine (CRAL) en présence de Michèle Leridon, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, présidente du groupe de travail droits et libertés, pluralisme et déontologie au CSA et d’Emmanuelle Daviet, Médiatrice de Radio France.

Ce temps d’échange s’est articulé autour d’une question principale : Comment garantir et préserver la liberté d’expression sur les radios associatives ?  L’objectif étant de faire un état des lieux de la situation et de recueillir les réactions des actrices et acteurs de la radio associative sur leurs pratiques professionnelles concernant ce terme de liberté d’expression.  

En guise d’introduction à cette thématique, l’intervention d’Emmanuelle Daviet, a permis de cadrer et de définir pertinemment ce qu’est une radio associative et ses spécificités : ce média est synonyme de liberté, de proximité, d’entraide, de lien social, d’écoute et de singularité. Synonyme d’un engament fort, le lieu de la débrouille, du bénévolat, de l’humilité.   

Les particularités d’une radio associative se manifestent dans sa capacité à être un média alternatif, à restituer une information locale qui participe à la démocratie locale, à décrypter ce qui se passe dans les territoires et à être une école du terrain. Ces médias ont pour mission de produire des reportages de terrain et de proximité en lien avec le quotidien des auditeurs.

Ce rôle formateur des radios associatives, d’école ou centre de formation selon les expressions employées lors de ces échanges a été largement souligné par plusieurs représentants de ces médias.

L’intervention de Madame Daviet a suscité des réactions diverses parmi lesquelles : comment faire du terrain lorsqu’il n’y pas de temps à donner au journaliste pour faire des investigations, pour chercher et décrypter l’information ? Comment assurons-nous notre mission d’information du public avec peu de moyens

En réponse à ces interrogations et à ces inquiétudes, les deux témoins conviés à la discussion, représentantes du CSA et de Radio France, mettent en exergue la nécessité d’effectuer des choix sur le plan éditorial et consacrer du temps à l’enquête, d’imaginer des partenariats, des mutualisations avec les locales de Radio France. Cette proposition de mutualisation demeure toutefois problématique comme en témoigne l’expérience de certaines radios associatives confrontée à une forme « d’SOS racisme de l’audiovisuel public vis-à-vis des radios associatives », telle que la définit le président du Groupement associatif ex-limousin.

La relation entre radio public et radio associative a suscité d’ailleurs plusieurs réactions qui traduisent une cohabitation difficile voire une situation de mépris qui n’a pas lieu d’être : loin d’être concurrentiels, les radios associatives font le même travail et sont aussi des acteurs du service public. Selon les témoignages, des formes d’échange entre ces médias méritent d’être instaurées voire même régulées grâce à la réactualisation de la charte existante ou encore à travers d’autres accords et dispositifs à imaginer et mettre en place.  

Un autre volet intéressant des échanges a porté sur l’indépendance éditoriale et l’autocensure en lien avec la problématique des conditions d’attribution des subventions.

La médiatrice de Radio France, souligne le fait que l’indépendance repose certes sur le Conseil supérieur d’audiovisuel mais aussi sur le journaliste qui pourrait garantir son indépendance en usant de formes de contournement. Il s’agit de forger des manières de faire, des habilités et surtout l’inventivité. Il est important de donner la parole au détracteur et au partisan du projet local, ce qui renforce le positionnement de la radio vis-à-vis de son public.

Sur cette même question, certains acteurs de radios soulèvent la pression que subissent les radios locales en raison des appels  à projets mis en place par le pouvoir public avec des sujets imposés, ce qui est perçu comme une vraie atteinte à la liberté d’expression des radios indépendantes.  

Aussi garantir l’indépendance des journalistes repose-t-il, selon plusieurs témoignages, sur l’importance d’investir dans la formation des salariés grâce à des partenariats avec des écoles de journalisme, malgré que la nouvelle loi de formation professionnelle ne soit pas avantageuse.

En conclusion de cette première synthèse, je termine sur trois notes, trois ondes positives et engageantes issues de vos témoignages lors de ce temps d’échange et qui méritent d’être soulignées :

  • La première, il y a liberté d’expression parce qu’il y a diversité des expériences des radios associatives et sur différents territoires « Aucune radio ne se ressemble »
  • La deuxième, face à la violence, à l’harcèlement et aux menaces que subissent certaines radios associatives tel que radio Pastel FM, toutes les radios associatives sont appelées à se mobiliser pour relayer et diffuser ces violences et apprendre à défendre la liberté individuelle car il n’y a pas que la loi qui doit la défendre.
  • La troisième, la liberté d’expression est préservée sur les radios associatives parce que c’est ce qui nous ramène à l’essence même de la création des radios libre.

La concertation «la voie des femmes dans les radios associatives » a été animée par Perla Danan de l’Assemblée régionale des radios associatives (ARRA) et Delphine Séveno de FRAMA en présence de Nathalie Bédé sous-directrice de l’ESJ Paris et de Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse TV.

En s’appuyant sur quelques chiffres significatifs issus de l’enquête de l’INA sur la part qu’occupent les femmes à la télé et à la radio, les échanges ont permis de soulever et d’interroger des pratiques discriminantes et inégalitaires pour accéder et pratiquer ce métier.

Le Groupe de recherches et d’études sur la radio avait d’ailleurs organisé le 30 mars 2019 un séminaire sur cette thématique « La radio et le genre : rebattre les cartes ? » offrant un espace de réflexion et d’échange sur la représentation de la femme dans ce média et sur « la prédominance masculine  qui se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ».

Aujourd’hui on assiste certes à une surabondance des enquêtes sur le thème de la représentation des femmes dans les médias mais à la stagnation de la situation sur le terrain des médias qui eux résistent au changement.

En 2018 la présence de femmes à l’antenne s’élève à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes selon l’étude du CSA “La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2019. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %).

Le temps de la concertation partagé hier sur « la voie des femmes » a permis de soulever plusieurs constats, apports et propositions soumis à la discussion :  

  • Dans le monde journalistique, il y a une parité, une démocratie qui s’installe. L’harcèlement existe, la discrimination existe aussi au niveau de l’embauche et les inégalités salariales persistent.
  • L’image et la séduction constituent des paramètres de différenciation entre homme et femmes dans le monde de la communication télévisuelle. A la radio les stéréotypes de la voix des femmes sont toujours d’actualité mais avec l’arrivée de la radio filmée, l’image à « la radio devient aussi débat ».
  • le monde de la radio est tellement masculin ce qui freine l’accès de la femme à ce média voire l’autocensure.
  • la nécessité de mettre en œuvre des processus incitatifs : inciter les femmes à prendre la parole, à prendre la place et à le faire savoir.  
  • la liberté de parole ne doit pas être accessible uniquement à ceux qui savent prendre la parole mais à ceux et celles qui ont des difficultés, des obstacles liés à l’éducation, aux préjugés, aux problèmes de scolarité.
  • le manque des femmes bénévoles à la radio serait lié selon de nombreux témoignages à la perception des disponibilités des femmes à s’engager qui n’est pas la même pour un homme  ainsi qu’à une légitimité culturelle.
  • le rôle des radios associatives dans l’éducation aux médias dans les quartiers prioritaires et autres.
  • la quasi-absence aujourd’hui d’émissions féministes dans les radios associatives contrairement aux années 80.

Enfin j’ai envie de partager avec vous ce témoignage de Michelle Perrot sur la voix à la radio.  Coproductrice de l’émission Les Lundis de l’histoire sur France Culture, elle nous confie lors du séminaire du GRER : « Le sommet de ma jouissance narcissique fut atteint lorsqu’un jour (il y a peu, car je continue d’intervenir ponctuellement à la radio), une employée de la SNCF, que je sollicitai pour un billet à un comptoir de la gare Montparnasse, me dit : ‘‘Vous êtes Michelle Perrot, je reconnais votre voix’’. Magie de la radio, que je remercie pour ce plaisir existentiel ».  

La restitution de ces concertations sera publiée sur le site du CNRA ainsi que sur notre carnet de recherche Radiography. Le GRER est ravi de contribuer à rendre visible la parole des radios associatives, de diffuser les interrogations, les inquiétudes et les perspectives qui ont été exprimées sous une forme participative par les acteurs et les actrices de ces médias de proximité.   

                                                                                                                        Nozha Smati

CNRA – États Généraux des radios associatives. 13 et 14 juin 2019 ESJ Paris

Lors de son 25ème rassemblement annuel,  la Confédération nationale des radios associatives, souhaite poursuivre et renforcer une forme plus participative afin de donner encore plus largement la parole aux radios.
Cette initiative novatrice se traduira par des temps de concertations thématiques au cours desquels chacun pourra librement s’exprimer et témoigner en présence d’observateurs du Groupe d’études et de recherches sur la radio (GRER), Nozha Smati et Sebastien Poulain qui restitueront la synthèse des échanges.

Au programme des concertations, des ateliers, une exposition de l’UNESCO « Femmes rurales sur les ondes » et un concours pour de courtes productions radiophoniques sur le thème « FEMMES »

Le programme disponible ici 

COMPTE-RENDU : La radio et le genre : Rebattre les cartes ?


Le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER), le samedi 30 mars 2019 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA, 2 Rue Vivienne à PARIS, organisait un séminaire académique de recherche autour du thème « La radio et le genre », et sans dissimuler son espoir de voir les cartes rebattues en la matière.
Cette rencontre s’est tenue à l’initiative et sous la direction d’Isabel Guglielmone, Maître de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne et membre du Laboratoire COSTECH.

Isabel Guglielmone a introduit la problématique de cet événement de la manière suivante :
« La radio serait-elle un des médias où la ‘‘prédominance masculine’’ se manifeste davantage en termes de temps d’antenne, de place dans la hiérarchie institutionnelle, de créneaux horaires de grande écoute et de sujets traités ?
C’est en tout cas ce que laissent penser les retours de l’étude
“La représentation des femmes à la télévision et à la radio”, publiée en mars 2018 (1) par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Celui-ci constate un déséquilibre dans le cas spécifique de la radio, quant à la présence de femmes à l’antenne : à hauteur de 38 % par rapport au 62 % d’hommes. Le même déséquilibre se manifeste dans la part des femmes intervenant dans les émissions matinales (44 %) en relation à celles des hommes (56 %). Cependant, on remarque, sur le même créneau, une augmentation de neuf points en relation à la présence des femmes constatée l’année précédente. La hausse est également importante quant au taux d’expertes à la radio (+8 points) par rapport à 2016 (37 % vs. 29 %). La catégorie ‘‘invités politiques’’ est celle qui compte le moins de femmes : 27 % télévision et radio confondues. Selon la même étude, les femmes, tous métiers confondus, constituent à la radio et à la télévision 40 % des effectifs.
À travers une autre étude, internationale celle-ci, et nommée
Global Media Monitoring Project (2) (GMMP : Projet mondial de monitorage des médias), on constate une sous-représentation des femmes en tant que protagonistes, auteures, et sources légitimes de l’information d’actualité à la radio, en France.
Certes, ces chiffres permettent d’objectiver une partie de la vaste, complexe et pas toujours mesurable question de la radio et le genre. En effet, culturellement et historiquement construit, le genre est un des rapports sociaux qu’imprègne l’ensemble des pratiques professionnelles, culturelles, sociales, symboliques et discursives. Et cela, depuis des situations d’inclusion ou exclusion sociale jusqu’à des représentations médiatiques, en passant par des dispositifs sociotechniques.
Le séminaire du GRER se proposait ouvrir un espace d’échanges et de débat sur trois dimensions autour de la complexe problématique du genre : a) la présence et le statut professionnel des femmes travaillant à la radio ; b) la place des femmes en tant que protagonistes et sources dans l’information d’actualité diffusée à la radio ; et c) les modalités de représentations de la femme véhiculées à partir du dispositif radiophonique et celui de la radio « enrichie » par la convergence numérique. Ceci avec l’espoir que les échanges, les réflexions et interrogations problématisées, énoncés lors de cette rencontre puissent contribuent à avancer des préconisations, voire, des actions envisageables, selon les domaines et les instances, afin de contribuer à rebattre les cartes d’une situation dont les écarts persistent vis-à-vis de la catégorie la plus nombreuse de la population française.
»(3)

Le séminaire a compté les participations de :
• Michelle Perrot : historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot et militante féministe française. Auteure de nombreux livres et coproductrice de l’émission « Les Lundis de l’histoire » sur France Culture.
(On trouvera ICI le texte reprenant son intervention) ;
• Marlène Coulomb-Gully : chercheuse universitaire, spécialisée sur les thèmes médias, genre et politique. Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Toulouse II – Le Mirail.
(On trouvera ICI un résumé de son intervention) ;
•  Aurélien Bellanger :
écrivain et auteur de la chronique quotidienne « La Conclusion » dans l’émission « Les Matins de France Culture ». À cette occasion, il a lu la chronique « Confession d’un ex-climatosceptique » diffusée le 19 /03/2019 sur France Culture. Que l’on pourra retrouver ici :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-conclusion/le-climatoscepticisme
• Lauren Bastide : journaliste de radio et télévision cofondatrice du DaylyElle, version en ligne du magazine, puis du studio de production de podcasts Nouvelles Écoutes, dont fait partie “La Poudre”. Elle y donne la parole aux femmes artistes ou militantes. Un extrait de ce podcast a été diffusé, on pourra le retrouver ici :
https://www.nouvellesecoutes.fr/la-poudre/

Après chaque intervention, le public a pu s’exprimer, contribuer ou poser des questions, ouvrant ainsi un espace d’échanges et de débat. Les points de vue exprimés par les intervenant.e.s ont été divers et complémentaires.

NOTES

(1) « La représentation des femmes à la télévision et à la radio » – Exercice 2017, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), 6 mars 2018 [https://www.csa.fr/Informer/Collections-du-CSA/Travaux-Autres-publications-rapports-bilans-etudes-d-impact/Rapports-au-gouvernement.-parlement.-etc/La-representation-des-femmes-a-la-television-et-a-la-radio-Exercice-2018].
(2) On pourra se référer aux travaux suivants : • « Global Media Monitoring Project » (GMMP),   http://whomakesthenews.org/ ; Observatoire mondial des médias sur le Genre : http://www.genreenaction.net/Projet-mondial-de-monitorage-des-medias-2010.html ; • Biscarrat L. Coulomb-Gully M. ; Méadel C., « Ce que soulèvent les chiffres. La place des femmes dans les médias : retour sur enquêtes », Le Temps des médias, 2017/ 2 (n°29), pp 193 à 207 ; Donzelle B. Fievet A. C., « Visibilité des femmes à la radio en 2015 ; Stéréotypes et discriminations. Compte rendu du projet GMMP », Radiomorphoses, n° 1 – 2016 (revue en ligne : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/05/30/compte-rendu-du-projet-gmmp-2015-pour-le-pole-radio/ );
(3) En France, selon l’INSEE (2019), les femmes représentent la catégorie la plus nombreuse de la population et son espérance de vie est l’une de plus élevées de l’Union européenne [INSEE, Institut National de la statistique et des études économiques, population par sexe et groupes d’âge en 2019, https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381474].

QUELQUES PHOTOS EN SUIVANT (et en téléchargement ICI )


Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER  

                        Se tiendra à Paris  4-6 octobre 2018 

La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains

Atelier de création radiophonique (1969-2001), Nuits magnétiques (1978-1999)

Pré-programme

Jeudi 4 octobre : soirée inaugurale

Lieu : SCAM, salle Brabant

5 avenue Vélasquez, 75008 Paris

Accès : métro Villiers ou Monceau

18h   Ouverture par les organisateurs du colloque

18h25-20h       Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

20h15-21h  Cocktail

Vendredi 5 octobre : Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Lieu: BnF site-François-Mitterrand, salle 709h-12h30 & 14h-18h

Quai François Mauriac, 75013 Paris. Entrée Est, Haut-de-jardin à côté du petit auditorium

Accès : métro Ligne 14 ou RER Ligne C, arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr, Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev

Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre Nuits magnétiques, la part des écrivains

Lieu : EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Accès métro : Sèvres-Babylone : Ligne 10 et L12, Rennes : Ligne 12 Saint-Sulpice et Saint-Placide : Ligne 4

 Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot, Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Comité scientifique

Mireille Calle-Gruber (Paris 3)

Frédéric Antoine (université catholique de Louvain, GRER)

Séverine Equoy-Hutin (université de Besançon)

Martin Kaltenecker (Paris Diderot)

François Vallotton (université de Lausanne)

Comité d’organisation

Christophe Deleu (université de Strasbourg, CUEJ, SAGE / CNRS UMR 7363)

Pierre-Marie Héron (université Paul-Valéry, Montpellier, IUF)

Karine Le Bail (CRAL, CNRS/EHESS)

Colloque international Numérisation généralisée de la société : acteurs, discours, pratiques et enjeux

Ce grand colloque sur la numérisation de la société  organisé par le Centre de Recherche Interuniversitaire Communication, Information Société (CRISIC)  se tiendra à L’université du Québec à  Montréal les 2, 3 et 4 mai 2018.

Dans son riche programme, certaines  communications traiteront de la numérisation de la radio en France, Canada, Sénégal.

Consultez le  Programme détaillé

Une partie  des communications devrait faire l’objet de captations et diffusion sur Youtube.

Le site web du colloque :  <https://ngs-cricis.uqam..ca/>

Facebook <https://www.facebook.com/events/359442627869671/

Deux moments forts du colloque :

Conférence d’Armand Mattelart, professeur et chercheur émérite à l’Université Paris 8, intitulée Pour une archéologie du culte du nombre, le mercredi 2 mai 2018 à 18h.
Une table ronde Numérisation généralisée de la société: quels processus à l’œuvre? réunit des professionnels du milieu culturel et médiatique aura lieu le jeudi soir, soit le 3 mai 2018 à 18h.